Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

I. Entre nation et patrimoine : les jeux de l’émotion

Avant-propos

Texte intégral

1Qu’elle coïncide avec un État ou se réalise dans des communautés dominées et plus restreintes, la nation en tant qu’ensemble identifié des natifs, fut et demeure encore, dans la plupart des pays du monde, le seul fondement politique et l’unique source de toute attribution de valeur culturelle. L’émotion collective est son vecteur périodiquement ravivé, généralement d’en haut. En Occident d’abord, l’essentiel de son efficace tient à sa capacité d’incarnation dans les corps vivants ou morts, dans les images et les œuvres d’art qui souvent les représentent, dans les monuments qui les héroïsent et les commémorent, dans les sites qui les déploient en paysages familiers… Objets d’autant plus vénérés qu’ils sont menacés du rapt, de la disparition et de la destruction puisque l’état normal de ce monde est la confrontation entre nations.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search