Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

Avant-propos

Christian Hottin

Texte intégral

1Voici un livre très attendu. Plus que toute autre publication d’ethnologie au ministère de la Culture, il exprime de manière exemplaire quels ont été, au cours des quinze dernières années, les choix de cette administration en matière de programmation de la recherche et de définition d’une ligne éditoriale.

  • 1 Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture, rattaché à l’Institut in (...)

2Depuis la fin des années 1990, l’ethnologie du patrimoine s’est imposée comme un thème structurant pour la recherche en ethnologie au sein de la direction des Patrimoines : simple thématique parmi d’autres au commencement, elle est ensuite devenue un programme de recherche à part entière, puis un réseau de programmes de recherches. La création du Lahic1 en 2001, et le partenariat constamment réaffirmé entre cette équipe et l’administration de la Culture, lui ont donné une armature et des moyens. Les uns après les autres, les ouvrages de nos deux collections, « Ethnologie de la France » et « Cahiers d’ethnologie de la France », offrent au public les résultats de ces enquêtes : Domestiquer l’Histoire, Imaginaires archéologiques, La Fabrique du patrimoine, Les monuments sont habités, Le Patrimoine culturel immatériel… Encore ne s’agit-il là que des publications du ministère de la Culture dans le cadre de notre coédition avec la Fondation Maison des sciences de l’homme : un avant-propos ne suffirait pas pour simplement ébaucher le catalogue des ouvrages ou articles liés de près ou de loin à la recherche ethnologique sur les patrimoines.

3Tout en faisant l’objet d’un programme de recherche spécifique, la question des émotions patrimoniales traverse toutes ces enquêtes : plutôt que d’être concentrée sur un seul secteur de l’activité patrimoniale, elle permet de les embrasser tous, et crée entre les différentes branches du patrimoine analysées par les ethnologues des chemins de traverse, des passerelles qui permettent de nouvelles lectures. Pour traiter une question aussi vaste que celle des émotions liées au patrimoine, une seule méthode, un seul mode opératoire ne suffisait pas. Tout au long de ces années de recherche, ont alterné séminaire, enquêtes de terrain, journées d’études et conférences. Les matériaux assemblés sont considérables : un unique ouvrage collectif n’aurait pas rendu justice au travail des chercheurs ni satisfait le désir de connaissance des lecteurs. De même, il aurait été regrettable qu’une recherche ayant mobilisé durant plusieurs années une équipe pluridisciplinaire ne soit restituée que sous la forme d’un seul article dans le présent livre : l’enquête consacrée à l’incendie du château de Lunéville méritait, par exemple, une publication in extenso. Sans attendre la publication de la synthèse finale de ce programme, nous avons souhaité publier une première restitution, fût-elle partielle. Aussi s’est-on rapidement orienté vers l’idée d’un maillage de publications sur ce thème. Ce fut tout d’abord l’occasion de créer un rapprochement avec la revue Livraisons d’histoire de l’architecture. En 2009, puis en 2011, deux numéros de la revue ont été consacrés au thème des émotions patrimoniales, associant parfois des chercheurs qui n’avaient pas pris part aux journées mais trouvaient là matière à revisiter tel ou tel de leurs travaux en histoire et en histoire de l’art. C’est ensuite l’insertion du thème des émotions patrimoniales dans la programmation des « Carnets du Lahic » : une collection électronique coéditée par le laboratoire et le ministère de la Culture, lancée en 2007, et qui compte déjà près d’une dizaine de titres. Cette collection est apparue comme le lieu idéal pour publier les recherches issues de l’appel à projets de la Mission du patrimoine ethnologique sur le thème des émotions : deux titres sont d’ores et déjà disponibles, le troisième ne saurait tarder. Après ces premières restitutions et ces monographies, le présent ouvrage marque un aboutissement : il rassemble, organisées autour de grandes thématiques, les meilleures contributions issues des séminaires et journées d’études, et il offre, surtout, la nécessaire synthèse, œuvre de Daniel Fabre, qui est l’inspirateur et le chef d’orchestre de l’ensemble du programme. Ce livre est aussi une clef de voûte.

  • 2 Gardons-nous cependant de croire que cela nous prémunira contre les erreurs.

4Il va maintenant aller à la rencontre de son public. Espérons qu’au-delà de son lectorat « naturel » d’ethnologues et d’universitaires, il sera aussi lu et utilisé par les administrateurs et les conservateurs du patrimoine de tous les domaines. Dans nos métiers, la question de l’émotion est centrale, la présence des affects toujours affleurante. La structure administrative de nos organisations, le cadre normalisé de nos échanges, l’importance des questions juridiques ou budgétaires ne lui laissent pourtant que rarement l’occasion de s’exprimer. Puisse ce livre libérer les émotions qui sont en nous… Puisse-t-il aussi nous permettre de comprendre celles qui animent communautés, associations ou simples individus dès qu’il s’agit de patrimoine. Ce sont ces émotions – parfois violentes ou tapageuses, véritables effrois ou commotions, qui sont au cœur du livre. Ce sont elles qui parfois nous perturbent, nous inquiètent et nous déstabilisent. C’est à elles que nous réagissons avec des mots et par des actes qui sembleront peut-être au public froids, désincarnés, alors qu’elles sont, ces émotions, l’expression d’une passion pour le patrimoine qui nous anime aussi. Chacune d’elles, à travers la perturbation qu’elle crée dans l’ordre patrimonial et dans le ballet bien réglé des procédures, devrait être pour nous l’occasion de nous interroger sur le sens profond de notre action, sur la légitimité de celle-ci – et qui n’a rien à voir avec la légalité de nos actes. On invoque souvent la nécessité d’agir, l’urgence de l’action, et l’on remet à plus tard le temps de la réflexion… qui de ce fait, souvent, ne vient jamais. C’est qu’en réalité le temps de l’action devrait toujours intégrer l’urgence de la réflexion. Un livre tel que celui-ci est une invitation à intégrer pleinement cette posture2.

Notes

1 Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture, rattaché à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (iiac, umr 8177 ehess/cnrs).

2 Gardons-nous cependant de croire que cela nous prémunira contre les erreurs.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search