Version classiqueVersion mobile

Mégalithes de haute Bretagne

 | 
Jacques Briard

Deuxième partie. Environnement et évolution

2. Étude du paléoenvironnement de la région de Brocéliande

Dominique Marguerie

Résumé

La géologie de la région comprend le Briovérien, le Paléozoïque dont les poudingues de Montfort et les schistes pourprés. La topographie montre une localisation des mégalithes autour des hauteurs de Brocéliande, avec une prédominance pour les zones à schiste pourpré.

Texte intégral

2.1. L’environnement actuel

1A environ 35 km à l’ouest de Rennes, aux confins des départements de l’Ille‑et‑Vilaine et du Morbihan, on pénètre dans le massif forestier de Paimpont appelé autrefois Brocéliande. Avec ses 8 000 ha, il représente la forêt d’un seul tenant la plus étendue de Bretagne. Il s’agirait là du reste le plus important d’une forêt qui devait autrefois occuper en large partie le centre de l’Armorique, comme en témoignent les bois encore présents sur les communes de Montfort, Coulon, St‑Méen et Montauban.

2La géologie rend cette région quelque peu accidentée. A l’est, la basse forêt oscille entre 100 et 150 m d’altitude, la forêt, dite haute, à l’ouest dépasse partout 200 m et atteint même 256 m, point culminant du département d’Ille‑et‑Vilaine. En effet, le grès ferrugineux du Cambrien baptisé Schiste pourpré et le Grèsarmoricain ordovicien constituent deux roches siliceuses résistantes contrastant avec les zones pénéplanées environnantes sur schistes verts briovériens.

3Le climat qui règne actuellement sur la région de Brocéliande est de type océanique très accentué. Les températures douces à amplitude thermique réduite (température estivale : 17° C ; température hivernale : 4° C) s’accompagnent d’une forte pluviosité (950 mm d’eau) bien répartie tout au long de l’année.

4Selon des études réalisées par les chercheurs de l’Ecole supérieure agronomique et de l’université de Rennes I, on peut rencontrer dans cette région la plupart des types de sols de l’ouest de la France. Sur les Schistes pourprés, en position de crêtes, les sols sont squelettiques, peu profonds (de l’ordre de 20 cm), peu évolués à humus brut. Ce sont des rankers. L’altération des grès armoricains est plus aisée facilitant ainsi un meilleur développement des sols. On y trouve des sols plus profonds, « bruns acides ». Sous l’action des résineux, la dégradation de ceux‑ci peut donner naissance à des sols lessivés. Dans les nombreuses vallées que compte cette région très humide au substrat imperméable, se sont installés des sols hydromorphes à gley ou pseudogley. Enfin, on assiste depuis ces dernières décennies au développement de tourbières de queues d’étangs.

5La végétation climacique de la région étudiée est une chênaie‑hêtraie atlantique, c’est‑à‑dire un mélange de Hêtres, Chênes sessiles et pédonculés. Dans les zones plus humides, en bordure des ruisseaux, sur les sols hydromorphes, croît la Saussaie‑Aulnaie. Cependant, ces associations typiques de la forêt primitive sont devenues malheureusement trop rares. Elles ont été en effet largement dégradées par les défrichements liés au pacage des animaux et l’agriculture, par l’exploitation du bois pour l’industrie du fer dès le début du siècle dernier, par l’introduction importante de résineux, et enfin plus récemment par le feu. Cette dernière décennie a vu le ravage régulier par d’importants incendies des essences résineuses, fortement combustibles, et des landes non entretenues. C’est notamment sur la sauvegarde de cet environnement et autour d’un programme interdisciplinaire (PIREN) que les chercheurs de la station biologique de Paimpont, antenne de l’université de Rennes I, concentrent leurs efforts.

6De nos jours, la végétation revêt un caractère varié (fig. 65). La lande domine. Sur le substrat rocheux où le sol est très peu épais, il s’agit d’une lande à Bruyères et Ajoncs. Sur des sols plus épais, la recolonisation naturelle par les Pins est précédée par une lande à Ajoncs accompagnés de la Bruyère cendrée (Erica ciliaris), de l’Agrostis sétacée (Agrostis setacea), de la Molinié bleue (Molinia coerulea) et de la Callune (Calluna vulgaris). La légère hydromorphie du sol donne lieu à l’installation d’un faciès à Bouleaux (Betula verrucosa) ; faciès temporaire préalable au développement de nouvelles essences forestières.

● Fig. 65 – Espèces végétales typiques des landes de Brocéliande actuelles. – a. Ajonc de Le Gall (Ulex gallii Planchon). – b. Genêt à balais (Sarothamnus scoparius (L.) Koch). – c. Agrostis sétacée (Agrostis setacea Curtis). – d. Bruyère cendrée (Erica ciliaris L.). – e. Polypode vulgaire (Polypodium vulgare L.). – f. Fougère aigle (Pteridium aquilinum (L.) Kuhn). D’après Coste (1937).

7Sur les pentes fortes, les taillis de Chênes (Quercus sessiliflora) et Châtaigniers (Castanea sativa) accompagnés de Hêtres (Fagus sylvàtica) président à la conservation des sols bruns.

8Sur les plateaux se développent les futaies de Chênes sessiles et de résineux avec le Pin maritime et sylvestre (Pinus maritima et P. sylvestris), le Mélèze (Larix japonica) et le Douglas (Pseudotsuga douglassi) ; toutes espèces de résineux introduites depuis plus d’un siècle et se régénérant désormais naturellement.

9Dans la plaine alentour, la prairie domine. Le long des ruisseaux et rivières se trouve le domaine de la Saussaie‑Aulnaie. Enfin, en bordure des étangs, on rencontre une lande humide à Bruyère à quatre angles. Elle entoure de vastes tourbières peu épaisses comblant peu à peu les queues d’étangs.

2.2. Études palynologiques

10Les analyses concernant les monuments de la forêt de Brocéliande et de ses environs s’inscrivent dans un programme de recherches pluridisciplinaires portant sur le paléoenvironnement holocène en Bretagne. Durant ces trois dernières années, il nous a notamment été donné d’étudier en Brocéliande le contenu pollinique des paléosols conservés sous les tertres de l’Hotié de Viviane, du Jardin aux Moines et du Tombeau des Géants. Les fouilles de ces trois monuments mégalithiques ont été évoquées en détail précédemment par J. Briard. Plus récemment, Guy Larcher, professeur dans le secondaire et membre de l’Association du moulin du Châtenay, nous a fait découvrir le coffre de l’âge du Bronze des Buttes de Tiot magnifiquement conservé et dont il est l’inventeur.

11En périphérie de Brocéliande, nous ferons allusion aux analyses polliniques de trois autres monuments funéraires : l’allée couverte de La Ville Bouquet en Ploërmel, fouillée par J. Briard en 1985 et située à environ 15 km au sud‑ouest du massif forestier de Paimpont, l’allée couverte à entrée latérale de Beaumont fouillée par J.‑Y. Tinevez en 1986 et 1987, sur la commune morbihanaise de St‑Laurent/Oust, située près de 30 km plus au sud que Paimpont, et le coffre mégalithique du Roh Du, fouillé en 1987 par P. Gouézin, en forêt de Floranges, sur la commune de La Chapelle‑Neuve (Morbihan).

2.2.1. Protocole d’analyse pollinique

12La technique d’extraction des pollens fossiles pratiquée au laboratoire de Rennes est celle devenue désormais classique pour les préparations sur sédiments minéraux : attaque de la matière organique par les bases que sont la soude et la potasse, attaque de la fraction minérale par l’acide chlorhydrique et fluorhydrique, concentration par lévigation en liqueur dense de Thoulet (Goeury, Beaulieu 1979). Nous avons ajouté à ce protocole une dispersion des agrégats humiques par agitation dans une solution d’hexamétaphosphate de sodium.

13Les analyses palynoiogiques jusqu’alors réalisées au laboratoire de Rennes sur les paléosols holocènes bretons ont généralement montré une excellente qualité de conservation des stocks polliniques. Les sols bretons acides s’avèrent donc, dans leur ensemble, particulièrement propices à la conservation des pollens. La richesse en pollens des prélèvements effectués au sommet des différents paléosols sujets de la présente étude nous conduit à penser que les sols sur lesquels ont été bâtis leurs monuments funéraires n’ont été que peu tronqués, peu décapés au préalable par les hommes préhistoriques. En effet, il est d’un constat courant que les horizons pédologiques voient leur stock pollinique diminuer progressivement avec la profondeur.

2.2.2. Les monuments de la forêt de Brocéliande (fig. 66)

14Les quatre monuments étudiés sont situés dans la partie occidentale élevée de la forêt ou de la lande, depuis que de récents incendies sont venus détruire la couverture arboréenne de cette zone. C’est donc actuellement au milieu des ajoncs et genêts, ou bien encore des jeunes bouleaux, sur un substratum schisteux, que deux coffres de l’âge du Bronze ainsi qu’un grand coffre et un quadrilatère mégalithique néolithique protègent quatre paléosols.

● Fig. 66 – Diagrammes palynologiques des monuments de Brocéliande. – A. Hotié de Viviane. – B. Jardin aux Moines. – C. Tombeau des Géants. – D. Buttes de Tiot.

2.2.2.1. L’Hotié de Viviane, Paimpont (Ille‑et‑Vilaine)

15Il s’agit d’un grand coffre à tumulus d’une architecture originale. Les fragments de poteries et pointes de flèche à pédoncule mis au jour au fond du coffre et dans la masse du cairn font remonter l’édification de ce monument au Néolithique final. Le sol sur lequel le tumulus est installé date donc d’au moins 2 500 ans av. J.‑C.

16Le contenu pollinique de ce sol montre plus de 48 % d’arbres dont Frênes dominants suivis des Noisetiers. Sous ces arbres croissent des Fougères variées dont principalement des Monolètes du type Athyrium. La strate herbacée ne représente que 16 % du cortège total, on y compte surtout des Graminées. Quelques plantains sont à signaler.

17Lors des fouilles, de nombreux charbons de bois ont été prélevés au sein du paléosol conservé sous le cairn. Ceux‑ci ont été datés par la méthode du radiocarbone, de 4 370 ± 70 ans B.P. (GIF 7465). Le reste du lot a pu faire l’objet d’une détermination anthracologique par nos soins. Il s’agit de charbons de Hêtre.

2.2.2.2. Le Jardin aux Moines, Néant‑sur‑Yvel (Morbihan)

18C’est un grand tertre mégalithique trapézoïdal que le matériel archéologique récolté à sa base attribue au Néolithique final. Il faut signaler que ce monument n’est pas isolé et fait partie d’un ensemble d’au moins six tertres dans un rayon de quelques kilomètres.

19Un échantillon de sol prélevé à la base d’un des piliers a livré de nombreux pollens et spores. Le comptage donne plus de 55 % d’arbres dont Frênes dominants suivis des Noisetiers. Les Fougères sont nombreuses et les Herbacées ne représentent que 7 % du cortège avec Graminées et Cichoriées dominantes.

20Les analyses effectuées sur l’Hotié de Viviane et le Jardin aux Moines sont d’une grande similitude. Ceci tendrait à démontrer une relative contemporanéité dans l’édification de ces deux monuments. Ils ont tous deux été construits au milieu d’un paysage forestier relativement dense à Frênes et Noisetiers.

21Ce monument a été réoccupé à l’âge du Bronze ainsi que le prouve une datation radiocarbone effectuée à Gif/Yvette (3590 + 90) sur du charbon de bois provenant d’un foyer installé dans la partie septentrionale du tertre. L’analyse anthracologique réalisée sur les nombreux charbons bien conservés que comptait ce foyer montre que les hommes y ont brûlé exclusivement du Chêne à feuilles caduques.

2.2.2.3. Le Tombeau des Géants, Campénéac (Morbihan)

22Il s’agit d’un caveau composé de gros blocs de schiste rouge que l’architecture rapporte aux tombes closes du Bronze ancien armoricain.

23Le sol sur lequel repose ce monument daterait donc du Bronze ancien. Le cortège pollinique qu’il renferme est sensiblement différent de celui rencontré sous les deux précédents monuments.

24Les arbres sont moins nombreux, ils ne représentent plus que 37 % du stock pollinique total. Les Noisetiers et Frênes y dominent toujours. Le milieu semble avoir été déforesté. Les nombreuses Fougères sont encore témoins d’une ambiance forestière. Parmi celles‑ci l’extrême abondance du Pteridium (33 %) indique un terrain alentour découvert. Enfin, parmi les Herbacées, les Plantains et l’Oseille montrent une fréquentation du site par l’homme avant édification du monument.

2.2.2.4. Le coffre des Buttes de Tiot, Campénéac (Morbihan)

25A quelques 500 m à l’ouest du Tombeau des Géants, une épaisse dalle de Schiste pourpré posée à plat joue le rôle de couverture d’un coffre encore entouré d’un tumulus de bonne taille. Ce type de monument est, selon J. Briard, à rapporter à l’âge du Bronze.

26Avec l’accord de C.‑T. Le Roux, directeur des Antiquités préhistoriques de Bretagne, des prélèvements ont pu être effectués au sein du sol protégé par le tumulus.

27Deux analyses polliniques y ont été réalisées. Si la strate arboréenne représente 38 % du cortège total, il convient de préciser qu’elle est constituée pour environ 35 % de Noisetiers, que certains auteurs classent volontiers parmi les arbustes. Quelques Tilleuls et Aulnes accompagnent ces Noisetiers. Les Herbacées s’élèvent à plus de 30 %. C’est là de loin le taux le plus élevé observé sous les divers monuments mégalithiques de la forêt de Paimpont. Il s’agit pour l’essentiel de Graminées et de Composées. Enfin, les Fougères (31 %) sont, comme au Tombeau des Géants, essentiellement des Pteridium et des Polypodium.

28Ces résultats vont dans le sens d’un paysage proche de celui existant au moment de l’édification du Tombeau des Géants, quoique plus déboisé.

2.3. Études sur les monuments périphériques de Brocéliande

2.3.1. L’allée couverte de la Ville Bouquet, Ploërmel (Morbihan)

29L’allée couverte est installée sur une ligne de crêtes à poudingues de Gourin précambriens, dominant d’une trentaine de mètres la vallée du Ninian. L’environnement immédiat actuel correspond à un bois de Pins et Chênes.

30La base du tumulus est construite de blocs de poudingue reposant sur l’horizon B d’un sol développé sur le substrat briovérien. C’est au sommet de cet horizon fossilisé qu’une analyse pollinique a notamment été effectuée.

31Précédemment à l’installation du monument mégalithique, l’environnement apparaît déboisé. Le taux des pollens d’arbres et d’arbustes est relativement faible (44 %). Les Fougères sont bien représentées il s’agit pour la plupart de Fougères monolètes de type Athyrium et de Polypodes.

32Les plantes herbacées sont nombreuses et variées. Les Composées liguliflores et tubuliflores, les Caryophyllacées (type Scleranthus), les Chénopodiacées et les Rumex sont toutes des plantes rudérales nitrophiles. Elles soulignent la proximité d’habitats humains ou de zones largement fréquentées par l’homme. Les nombreuses Graminées et les Callunes témoignent d’un terrain alentour découvert. Cet aspect du paysage est également attesté par la présence de quelques spores de Fougère aigle (Pteridium aquilinum).

33Enfin, cette zone a pu être mise en culture, comme l’indiquent les quelques pollens de Céréales rencontrés dans les échantillons.

2.3.2. L’allée couverte à entrée latérale de Beaumont, St‑Laurent‑sur‑Oust (Morbihan)

34Installée sur un promontoire gréseux dominant la vallée de l’Oust, la sépulture a préservé sous son tumulus un sol brun très peu épais. Tandis que certaines analyses palynologiques réalisées dans la masse du tertre livrent l’image d’une végétation de landes attribuable à l’âge du Fer, l’étude du paléosol sous tumulus montre une flore qui, si l’on fait abstraction des très nombreux Polypodes (75 % du cortège total), est à arbres dominants (Noisetiers principalement) et à Herbacées constituées de Graminées et rudérales. Si les environs du site ont été fréquentés et défrichés, leur mise en culture n’est pas attestée au Néolithique.

2.3.3. Le coffre mégalithique du Roh Du, la Chapelle‑Neuve (Morbihan) (fig. 67)

35Situé sur la bordure occidentale des landes de Lanvaux, ce monument compte parmi les nombreuses sépultures mégalithiques et tertres tumulaires récemment inventoriés par Ph. Gouézin. Le coffre B du Roh Du, implanté actuellement au milieu d’une dense forêt de Hêtres, Chênes et Châtaigniers, n’est pas isolé, mais fait partie d’un ensemble de trois tombes de même type. L’architecture et la céramique trouvée dans le coffre B rapportent ces constructions à la civilisation campaniforme.

● Fig. 67 – Diagrammes palynologiques du Ploërmelais et des landes de Lanvaux.

36Les deux échantillons étudiés ont livré un matériel sporo‑pollinique de bonne qualité. Prélevés en deux endroits opposés du paléosol conservé sous le tumulus, ils ont fourni des résultats très voisins. Tous deux montrent un paysage environnant ouvert à Noisetiers. Les rares autres taxons arboréens sont l’Aulne (Alnus), le Chêne (Quercus), le Hêtre (Fagus), le Tilleul (Tilia) et le Pin (Pinus). Les Fougères sont nombreuses. Elles sont variées et parmi elles la présence de la Fougère aigle (Pteridium aquilinum) en des proportions importantes est indicatrice d’un milieu nouvellement défriché.

37Les Herbacées sont très nombreuses. Elles sont à base de Graminées, Composées et Plantaginacées. D’autres plantes rudérales s’ajoutent à cette liste, comme les Rubiacées. Ce sont là toutes des plantes typiques de milieux défrichés, fréquentés par l’homme. De plus, la lecture de pollens de Céréales, en quantité non négligeable, atteste une pratique de l’agriculture dans les environs immédiats, avant édification du coffre.

2.4. Conclusion

38Les études faites sur les monuments de la région de Brocéliande montrent nettement qu’au Néolithique, et à fortiori à l’âge du Bronze, la forêt de Brocéliande n’était pas en place dans le centre de l’Armorique.

39Au Néolithique récent, l’Hotié de Viviane et le Jardin aux Moines sont implantés dans un milieu semi‑boisé, à l’écart de toute zone d’activité humaine. Sensiblement à la même période, l’allée couverte de La Ville Bouquet est construite dans un paysage très ouvert, où règne une intense activité humaine (pâturages, cultures céréalières). Cependant, les bâtisseurs de l’Hotié de Viviane pratiquaient l’agriculture ailleurs qu’à proximité de cette sépulture, comme en témoignent quelques fragments de meules découverts lors des fouilles.

40Au Bronze ancien et moyen, le Tombeau des Géants et le coffre de la Butte de Tiot sont bâtis sur des terrains déboisés et fréquentés par l’homme.

41Afin de mieux cerner le paléoenvironnement de cette région aux périodes pré et protohistoriques, nous nous efforcerons de découvrir en Brocéliande, au cours des prochaines années, en relation avec les chercheurs de la station biologique de Paimpont, une tourbière assez ancienne. Celles recensées à ce jour dans la région de Paimpont sont strictement historiques, car liées aux exploitations du minerai de fer.

Table des illustrations

Légende ● Fig. 65 – Espèces végétales typiques des landes de Brocéliande actuelles. – a. Ajonc de Le Gall (Ulex gallii Planchon). – b. Genêt à balais (Sarothamnus scoparius (L.) Koch). – c. Agrostis sétacée (Agrostis setacea Curtis). – d. Bruyère cendrée (Erica ciliaris L.). – e. Polypode vulgaire (Polypodium vulgare L.). – f. Fougère aigle (Pteridium aquilinum (L.) Kuhn). D’après Coste (1937).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/35350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende ● Fig. 66 – Diagrammes palynologiques des monuments de Brocéliande. – A. Hotié de Viviane. – B. Jardin aux Moines. – C. Tombeau des Géants. – D. Buttes de Tiot.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/35350/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende ● Fig. 67 – Diagrammes palynologiques du Ploërmelais et des landes de Lanvaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/35350/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search