Version classiqueVersion mobile

Les lampes de Montans (Tarn)

 | 
Gabrielle Bergès

Deuxième partie. Catalogues

3. Catalogue des signatures et des marques

3. Catalogue of signatures and marks

Résumé

Sur 98 signatures et marques répertoriées à Montans, 13 n’ont pu être identifiées par manque de lisibilité. Les 85 autres ont été classées en fonction de leur mode d’impression sur les lampes (en creux ou en relief, estampilles ou graffites).

Texte intégral

1Ce catalogue est un inventaire descriptif des différentes marques et signatures de potiers répertoriées sur les lampes de Montans. Nous en avons dénombré 98. Sur cet ensemble, 13 signatures n’ont pu être identifiées : cat. 187, 202, 212, 244, 284, 300, 309‑311, 314, 319, 685, 688. En raison d’une trop forte usure, leur lecture a été impossible. Parmi les 85 autres marques et signatures répertoriées nous trouvons : des noms de potiers, en entier ou abrégés (pour les signatures), des initiales et des signes anépigraphiques (pour les marques). La plupart figurent sous le pied des lampes, plus rarement sur le médaillon ou le réservoir.

2Pour organiser cette étude, les marques et les signatures ont été réparties en deux groupes, en fonction de leur mode de reproduction sur les lampes : en creux ou en relief et selon qu’elles ont été « poinçonnées » (estampilles) ou « inscrites » (graffites) par les potiers. Pour chacune, nous donnons ses références au catalogue des lampes et le type sur lequel elle apparaît, le nom complet du potier (quand il s’agit d’une signature), la localisation de son atelier et une bibliographie détaillée. Nous renvoyons pour la représentation des différentes signatures et marques aux fig. 52 à 54 qui sont une sélection des exemplaires les plus complets et les plus lisibles. Ces dessins sont de F. Lebrun et de Th. Martin.

3.1. Signatures et marques en creux

3Ce sont les plus nombreuses : 84 au total. Nous distinguons les estampilles et les graffites.

3.1.1. Estampilles (fig. 52)

4Elles représentent 74,5 % de l’ensemble des signatures et marques relevées à Montans (soit 73 estampilles) (fig. 51). 3 sont des marques anépigraphiques : planta pedis ; 57 des signatures de potiers répandues dans tout le monde romain (abréviation des tria nomina pour la plupart) ; les 13 autres sont illisibles (cf. supra) mais par la forme et les proportions de l’empreinte laissée sous la base des lampes qu’elles signent, elles appartiennent vraisemblablement à la même catégorie que les signatures précédentes.

Fig. 51 – Les différentes signatures et marques répertoriées à Montans.

CLO HELI

5Cat. 323 : Den. type VIIA.
Cette signature est incomplète.
Il s’agit du potier CLO (dius) HELI (odorus). Son atelier était situé en Afrique du Nord (Balil 1968b : 167) ou en Italie centrale (Bailey 1977 : 92). Sa période d’activité s’étend de la fin du règne des Flaviens jusqu’au début du règne des Antonins (Bailey 1977 : 92).
Sur le même type de lampe :
Balil 1968b : 167.
Sur d’autres types :
Balil 1968b : 167, Den. type VB.
Reyniers 1965 : fragment de lampe.

C. OPPI. RES

6Cat. 21,25 : Den. type IVC.
Cat. 127 : Den. type VD.
Cat. 177, 186, 197, 279, 305, 307, 315 : Den. type VIIA.
Cat. 692, 693 : fragments atypiques.
Il s’agit des tria nomina abrégés du fabricant de lampes C(aius) OPPI (us) RES (titutus) (Balil 1968a : 26, 56). Son atelier était situé soit en Campanie (Ponsich 1965 : 19) soit en Afrique du Nord (Balil 1968b : 168). Il aurait fonctionné de la fin du règne des Flaviens jusqu’à l’époque des Antonins (Bailey 1977 : 99).
Sur les mêmes types de lampes :
De Brun, Gagnière 1937 : cat. 37 bis, Den. type VD ; cat. 185 bis, Den. type VIIA.
Ponsich 1961 : cat. 137, Den. type VD ; cat. 291, Den. type VIIA.
Belchior 1969 : cat. 92, Den. type VD ; cat. 144, Den. type VIIA.
Deneauve 1969 : cat. 372, type IVC ; cat. 583, 607, 619, 620, type VD ; cat. 722, 764, 801, type VIIA.
De Palól Salielas 1948‑49 : cat. 57, Den. type VIIA.
Beltrán Lloris 1966 : cat. 16, Den. type VIIA.

GABINIA

7Cat. 418 : Den. type IXA.
Pour D.M. Bailey, cette signature est probablement celle d’une femme. Son atelier était situé en Italie centrale. Elle aurait travaillé de la fin du règne des Flaviens jusqu’au début du règne des Antonins (Bailey 1977 : 96).
Sur d’autres types de lampes :
Deneauve 1969 : cat. 407,408,459,468, 493, 526, type VA ; cat. 592, 594, 595, 606, 610, 613, 631,639, type VD.
Hayes 1980 : cat. 245, Den. type VIIA. Ponsich 1961 : cat. 121, 134, Den. type VD ; cat. 209, 262, 267, 269, Den. type VIIA.
Belchior 1969 : 81, fragment de lampe. Balil 1968b : 170, Den. type VIIA.
Reyniers 1965 : cat. 11, Den. type VG. Menzel 1954 : cat. 255, Den. type VD.

IVVE.HERM

8Cat. 321 : Den. type VIIA.
Cat. 560 : Den. type V ou VII.
Cat. 689 : fragment atypique.
Selon A. Balil, cette estampille serait celle du potier IVVENIRM. Il la signale à Carthage mais ne précise pas sur quel type de lampe elle est représentée (Balil 1968a : note 4, p. 50).

L. MADIEC

9Cat. 174, 306 : Den. type VIIA.
Cat. 684, 694‑702 : fragments atypiques. Il s’agit des tria nomina abrégés du fabricant L (ucius) M (unatius) ADIEC (tus). Selon Bailly, son atelier était situé en Afrique du Nord, à Constantine (Bailly 1962:106). Pour Bailey, Il se trouvait en Italie centrale (Bailey 1977 : 98). Ce potier aurait travaillié à la fin du règne des Flaviens et durant le règne de Trajan (Bailey 1977: 98).
Sur le même type de lampe :
De Brun, Gagnière 1937 : cat. 217.
Ponsich 1961 : cat. 276.
Deneauve 1969 : cat. 761.
Balil 1968b : 171.
Menzel 1954 :320.
Sur un autre type :
Deneauve 1969 : cat. 515,623, type VA.

MNOVIVST

10Cat. 222 : Den. type VIIA.
Il s’agit du potier M (arcus) NOV (ius) IVST (us). L’officine de cet artisan était située en Italie (Martin 1973b : 600‑603) ou en Afrique du Nord (Balil 1968b : 173). Elle a fonctionné durant le iie s. ap. J.‑C.
Sur le même type de lampe :
De Brun, Gagnière 1937 : cat. 157 bis, 177.
Balil 1968b : 174.
Menzel 1954:729.
Szentléleky 1969 : cat. 169,173.
Deneauve 1969 : cat. 705, 735, 781.

L. MVNPHILE

11Cat. 194, 195 : Den. type VIIA.
Cette estampille est celle du fabricant L (ucius) MVN (atius) PHILE (mo). Son atelier était situé en Italie (en Campanie ou à Rome) (Labrousse 1962: 32) ou en Afrique du nord (Balil 1968b : 172). Selon D.M. Bailey, l’officine de Munatius Philemo a fonctionné durant la fin du règne des Flaviens et le règne d’Hadrien (Bailey 1977 : 98).
Sur le même type de lampe :
Balil 1968b: 172.
Deneauve 1969 : cat. 698,718,785,812, 818.
Reyniers 1965 : cat. 33.
Sur un autre type :
Deneauve 1969 : cat. 878, type VIIC.

MVNTREPT

12Cat. 134 : Den. type VD.
Cat. 196, 206, 223, 224, 231, 239, 242, 243, 246, 290, 308, 312, 313, 316‑318, 320, 322: Den. type VIIA.
Cat. 591‑593 : Den. type V ou VII.
Cat. 681, 686, 687 : fragments atypiques.
Cette signature est celle de L (ucius) MVN (atius) T (h) REPT (us). L’atelier de ce potier était situé en Italie centrale, dans les environs de Rome (Bailey1977 : 98). Sa période d’activité se place durant la fin du règne des Flaviens et le début du règne des Antonins.
Sur les mêmes types de lampes :
Balil 1968b : 174, Den. type VIIA.
De Palól Sallelas 1948‑49 : cat. 71, Den. type VIIA.
Belchior 1969: cat. 114,115, Den. type VIIA.
Deneauve 1969 : cat. 581, type VD; cat. 699, 713, 771, 786, type VIIA.
Sur d’autres types :
Deneauve 1969 : cat. 895, 898, type VIIC.
Belchior 1969 : 84‑85, Den. type VA et VD.

Planta pedis

13Cat. 44: Den. type VA.
Cat. 475, 476 : Den. type IV ou V.
Selon Szentléleky, ce type de marque était employé dans les ateliers du nord de l’Italie durant le ier s. ap. J.‑C. (Szentléleky 1969 : 70).
Sur le même type de lampe que l’exemplaire 44 :
Bailly 1962: 124.
Deneauve 1969 : cat. 403,405,412,429, 486, 498, 503, 525, 527, 532.
Sur un autre type :
Szentléleky 1969 : cat. 73, Den. type IVA.

Fig. 52 – Les « estampilles » : signatures des potiers gloheli, coppires (avec et sans points), gabinia, ivve.herm, l.madiec, mnovivst, l.mvnphile (avec et sans palme), mvntrept (sur lampe du type Den. VD : 134 et du type Den. VIIA : 239). Marque en forme de planta pedis (no 476). Toutes figurent sous le pied des lampes.

3.1.2. Graffites (fig. 53)

14Ils ne représentent que 11,2 % de l’ensemble des marques et signatures lues sur les lampes (soit 11 au total) (fig. 51).

15Il s’agit uniquement de marques : 3 sont des signes anépigraphiques, 8 des initiales (isolées ou groupées) plus ou moins bien lisibles. La plupart de ces marques sont uniques : elles ne sont représentées qu’une seule fois à Montans ou (et) ne sont répertoriées nulle part ailleurs.

B.

16Cat. 704 : fragment atypique.
Initiale en majuscule. Une marque semblable est représentée sur le pied d’une lampe romaine de Carthage.
Deneauve 1969 : cat. 485, type VA.



MV...VF

17Cat. 590 : Den. type V ou VII.
Cat. 691 : fragment atypique.
Cette marque n’est pas répertoriée dans les différents ouvrages.

P.A.

18Cat. 60 : Den. type VA.
Ces deux initiales ne semblent pas avoir été répertoriées sur d’autres sites.

L.M.V.

19Cat. 159 : Den. type VD.
Cat. 679 : fragment atypique.
Trois initiales en majuscules. Cette marque est partiellement effacée. Aucun catalogue consulté ne la décrit.

L.M. [...]

20Cat. 678 : fragment atypique. Il s’agit peut‑être de la même marque que celle décrite précédemment. Cependant, le graphisme des lettres est ici légèrement différent et les intervalles séparant les deux premières lettres sont plus rapprochés.

21M. Labrousse signale à Lectoure une marque proche de la nôtre (Labrousse 1959 : 58, fig. 6, n° 156, 7). Il l’attribue à un potier italien du IIe s. ap. J.‑C. qui signait ses productions L.M. S. ou L.M.S. (A). Sa manufacture était située à Rome ou en Campanie. L’estampille découverte à Montans est incomplète et très usée. Il est difficile d’estimer si elle provient de l’officine du potier L.M.S.

3.1.3. Signes divers

III

22Cat. 682 : fragment atypique de très petite dimension.
Cette marque est indéterminée.

Palmes

23Cat. 474 : Den. type IV ou V.
Deux palmes opposées, gravées sur un fragment de médaillon.
Nous n’avons pas retrouvé une marque semblable dans les divers catalogues.

Trident

24Cat. 703 : fragment atypique.
Sur divers types de lampes :
Bailly 1962 : 124, Den. types VIIA et VIID.
Deneauve 1969 : cat. 797, type VIIA.

Fig. 53 – Les « graffites » (tous figurent sous le pied des lampes).

3.2. Marques en relief (fig. 54)

25Elles sont peu nombreuses : 14,3 % (fig. 51). Il s’agit ici aussi d’initiales, de symboles anépigraphiques. Beaucoup n’ont pu être identifiées ailleurs qu’à Montans et semblent propres à ce centre de production. Leurs reliefs, très peu contrastés, ne les ont pas toujours rendues facilement lisibles. Hormis pour les exemplaires 18, 49, 391, 50, 51, 471, 473, pour lesquels un doute est permis, il semble que toutes ces marques aient été tracées à la main (dans le moule) par les potiers et non « poinçonnées ».

3.2.1. Initiales

H

26Cat. 683 : fragment atypique.
Initiale en majuscule sur un fragment de réservoir de lampe. Une marque semblable existe sur deux lampes découvertes à Carthage.

27Deneauve 1969 : cat. 482,531, type VA.

L

28Cat. 18 : Den. type IVA.
Cat. 49 : Den. type VA.
Initiale en majuscule. Une marque analogue mais inversée est attestée à Carthage sur un type de lampe différent des exemplaires montanais.
Deneauve 1969 : cat. 641, type VG.

N

29Cat. 391 : Den. type VIID .
Aucun catalogue consulté ne signale cette marque.

PIN

30Cat. 50, 51 ; Den. type VA.
Cat. 471‑473 : Den. type IV ou V.
Trois initiales en relief qui logiquement doivent se lire en orientant le bec de la lampe vers le haut. Une marque identique figure sur une lampe montanaise découverte au Mas d’Agenais. Cette lampe est semblable aux pièces 50 et 51 de notre catalogue (Cadenat 1975 :146, fig. 144, n° 1). Aucun autre ouvrage ne répertorie cette marque.

S

31Cat. 50 : Den. type VA .
Initiale en majuscule et inversée.
Sur un type de lampe différent :
Bailly 1962 : 116, Den. types VI IA et IV.
Bailey 1977 : cat. 803, Den. type IV ; cat. 963, Den. type VD.

[...] NOD

32Cat. 680 : fragment atypique.
Marque incomplète qui n’est pas signalée en dehors de l’atelier tarnais.

3.2.2. Signes divers

Un cercle et une croix.

33Cat. 16 : Den. type IVA.
Les différents ouvrages ne signalent pas cette marque peu lisible.

Une croix à longues branches.

34Cat. 690 : fragments atypiques.
Cette marque n’a pas été identifiée ailleurs qu’à Montans.

Indéterminé.

35Cat. 56 : Den. type VA .
Ce symbole (un phallus, une marque en forme de plantapedis ?) est particulier à Montans.

Fig. 54 – Les marques en relief : 16, 18, 50, 56, 680, 690 : marques sous le pied ; 683 : marque sur le réservoir ; 50, 391 : marques sur le médaillon.

Table des illustrations

Légende Fig. 51 – Les différentes signatures et marques répertoriées à Montans.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 52 – Les « estampilles » : signatures des potiers gloheli, coppires (avec et sans points), gabinia, ivve.herm, l.madiec, mnovivst, l.mvnphile (avec et sans palme), mvntrept (sur lampe du type Den. VD : 134 et du type Den. VIIA : 239). Marque en forme de planta pedis (no 476). Toutes figurent sous le pied des lampes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34928/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34928/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3k
Légende Fig. 53 – Les « graffites » (tous figurent sous le pied des lampes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34928/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 54 – Les marques en relief : 16, 18, 50, 56, 680, 690 : marques sous le pied ; 683 : marque sur le réservoir ; 50, 391 : marques sur le médaillon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34928/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search