Version classiqueVersion mobile

Les lampes de Montans (Tarn)

 | 
Gabrielle Bergès

Première partie. Étude des lampes

3. Étude typologique et chronologique

3. Typological and chronological analysis

Résumé

Entre 15 et 175 ap. J.‑C., les potiers ont axé la production sur douze types de lampes différents : lampes à bec orné de têtes d’oiseaux ;à bec triangulaire orné de volutes et sans anse ; à bec triangulaire orné de volutes et à anse ; à bec arrondi orné de doubles volutes ; à anse plastique ; à bec arrondi orné de volutes simples ; à bec orné de volutes simples et à ailerons latéraux ; à volutes dégénérées et à ailerons latéraux ; à bec court, rond, sans volutes ; à bec rond ; à canal (Firmalampen) ; « Hapax » (type original non décrit dans les catalogues de référence). Tous ont pu être datés localement, de façon précise. Ces datations, comparées à celles généralement admises, montrent la rapidité avec laquelle les potiers montanais copiaient les lampes alors en vogue.

Texte intégral

3.1. Présentation

1Il est d’usage pour classer les lampes de se baser sur la forme du bec et ses variations. C’est en effet l’élément le plus caractéristique des lampes ; mais certains types sont déterminés, indépendamment du bec, par d’autres éléments tels une anse qui peut être ornée, ou deux ailerons disposés de part et d’autre du réservoir (exemples des types IVC, VB, VE et VG de Deneauve).

2Dans l’état actuel des fouilles entreprises à Montans, nous constatons que la production de lampes a porté sur douze types différents, plus ou moins abondamment représentés (fig. 6). Ceci représente429 pièces, parmi les 908 éléments de base. Les douze types ont été répartis en six groupes principaux, selon l’allure générale du bec et en fonction de la typologie de J. Deneauve, choisie comme base de notre classement. A l’intérieur d’un même type, il s’est avéré nécessaire de procéder à d’autres subdivisions, liées aux caractéristiques suivantes : les dimensions de certains exemplaires, la forme variable du canal des Firmalampen (et annexe 16).

Fig. 6 – Les différents types de lampes répertoriés à Montans (ce diagramme ne comprend que 10 types car nous avons regroupé dans un même ensemble IV les lampes à bec triangulaire des types Den. IVA et IVC).

3L’identification des onze premiers types présente peu de difficultés : ils sont fréquemment décrits dans la plupart des ouvrages sur les lampes romaines. Pour le douzième type, un problème se pose : nul catalogue consulté ne le décrit. Il est placé en fin de typologie, sous la dénomination « Hapax ».

4Nous donnons pour chaque variété de lampe ses dimensions (longueur, largeur, hauteur), mesurées sur les éléments les plus complets et regroupées par tableaux avec le détail des mesures (annexes 6 à 15). Pour certaines formes, en l’absence de pièces suffisamment intactes, nous avons dû reconstituer ces données. Elles ne figurent pas dans les tableaux en annexe mais en fin de description du type concerné.

5Les lampes de Montans sont datées localement, d’après leur contexte archéologique de découverte (lieux de découverte I à XIX). Nos datations ont été complétées, pour certains types, par référence à des fouilles régionales d’où sont issues des lampes montanaises, et confrontées avec celles qui sont proposées dans les ouvrages spécialisés.

6Afin de faciliter la compréhension de la chronologie des lampes de Montans, nous avons établi un tableau récapitulatif à double entrée. La première entrée regroupe les différents lieux de découverte datés et la deuxième, les différents types de lampes datés rencontrés à Montans, soit 333 pièces (fig. 7). Tous les dessins de lampes de la typologie sont de F. Lebrun.

Fig. 7 – Tableau des différents types de lampes datés en fonction de leurs lieux de découverte.

3.2. Description et chronologie des différents types de lampes

3.2.1. Lampes à bec orné de têtes d’oiseaux (cat. 1‑4 ; Den. Type II)

7Ponsich, Ic ; Leibundgut, forme I ; de Palôl Sallelas, type 3 ; Menzel, no 73, p. 24.

8Ces lampes produites par les potiers de Montans sont aujourd’hui mal conservées.

Caractères (fig. 8)

9Bec : large, long, plat dans sa partie supérieure et décoré de part et d’autre de deux têtes d’oiseaux assez frustes. Nous intitulons « forme A » cette première variété de bec rencontrée, aussi appelée « bec d’enclume ».
Médaillon : légèrement concave, percé au centre par le trou de remplissage. Trois sillons concentriques le séparent d’un étroit bandeau lisse, plat et incliné vers l’intérieur de la lampe : profil I (fig. 9).
Pied : bas, ovale et souligné d’une incision.
Anse : en forme de ruban, ronde, large et ornée de deux rainures.

Fig. 8 – Lampe à bec orné de têtes d’oiseaux. Bec : forme A.

Fig. 9 – Profils, vus en coupe, des lampes de Montans.

Dimensions (cf. annexe 6)

10Longueur : approximative, comprise entre 10 et 10,5 cm.
Largeur : 5 cm.
Hauteur .‑minimale : 2,4 cm ; maximale : 3,1 cm.

Chronologie

11La datation habituellement proposée pour cette catégorie de lampe est le ier s. av. J.‑C. (Deneauve 1969 : 103 ; Ponsich 1965 : 21). Ces lampes sont présentes en Espagne, à Ampurias, à l’époque d’Auguste (De Palôl Sallelas 1948‑49 : 235). M. Ricci signale à Albintimilium un exemplaire de ce type recueilli dans un niveau daté des années 10 av. J.‑C., caractérisé par du matériel augustéen et quelques fragments semblables découverts dans des couches proto‑augustéennes et augustéennes (20 av. J.‑C./10 ap. J.‑C.) (Ricci 1973 : 205). Pour Menzel et Miguel Beltrán Lloris, ces lampes caractérisent l’époque d’Auguste mais aussi celle de Tibère, règne à partir duquel elles semblent disparaître (Menzel 1954 : 24 ; Beltrán Lloris 1966 : 79).

A Montans

12La fabrication par les potiers locaux des lampes du type Deneauve II se situe essentiellement à l’époque libérienne (lieu de découverte II : cat. 3, lieu de découverte III : cat. 4 et lieu de découverte I : cat. 1). La datation que nous proposons est donc de quelques années postérieure à celle qui est généralement avancée : le ier s. av. J.‑C. et l’époque augustéenne.

3.2.2. Lampes à bec triangulaire, orné de volutes (cat. 5‑42)

13Ponsich, HA ; Leibundgut, formes V‑VII ; De Palôl Sallelas, type 6 (A, B, C) ; Loeschcke, type I (A, B, C) ; Bailey, type A ; Menzel, p. 30.

3.2.2.1. Lampes à bec triangulaire, orné de volutes et sans anse (Den. Type IVA)

14Ponsich, IIA 1 ; Bailey, type A (groupe l‑IV).

Cat. 5‑14

Caractères (fig. 10)
  • 1 Ces deux formes de bec correspondent aux types IB et IC de la classification de S. Loeschcke pour l (...)

15Bec : triangulaire, orné de deux volutes largement séparées par l’orifice de la mèche et aux extrémités supérieures terminées par un bouton saillant qui se prolonge en une corne, de part et d’autre, sur les flancs du bec. Nous distinguons deux types de becs : ceux dont la largeur (distance entre les deux pointes latérales du bec) est semblable à l’écartement des volutes : forme B, et ceux dont la largeur dépasse l’écartement des volutes : forme C1.
Médaillon : légèrement concave, entouré d’un à trois sillons concentriques et bordé d’un bandeau lisse, plat et étroit : profils II, III, IV (fig. 9).
Pied : bas, annulaire et souligné d’une incision.

Fig. 10 – Lampe à bec triangulaire et sans anse. ‑ a. Bec : forme B. ‑ b. Bec : forme C.

Dimensions (cf. annexe 7)

16Longueur : 9 cm.
Largeur : 6,3 cm.
Hauteur : maximale : 2,4 cm.

Cat. 15‑20

Caractères (fig. 11)

17Cette deuxième variété de lampe, hormis sa petite taille et la forme du pied, présente pour le bec, le médaillon et le bandeau, les mêmes caractéristiques que les pièces précédentes.

18Bec : toujours incomplet. Sur les lampes où il est le mieux conservé (cat. 16 et 17), il ne subsiste que l’amorce de ses deux angles aigus qui indique qu’il était à l’origine ample et sans doute égal à l’écartement des volutes supérieures : forme B. Le profil III est toujours représenté sur ces lampes (fig. 9).
Pied : légèrement surélevé et composé de deux anneaux concentriques.

Fig. 11 – Petite lampe à bec triangulaire et sans anse. Bec : forme B.

Dimensions (cf. annexe 7)

19Longueur : approximative, comprise entre 7 et 7,5 cm.
Largeur : 5,2 cm.
Hauteur : maximale : 2,2 cm.

3.2.2.2. Lampes à bec triangulaire, orné de volutes et à anse (cal. 21‑25 ; Den. Type IVC)

20Bailey, type A (groupe V et VI, nos 838‑846) ; Leibundgut (cat. 186, 256,325, 1044).

Caractères (fig. 12)

21Seule la présence d’une anse placée à l’arrière du réservoir différencie ces lampes de celles du type IVA précédent.

22Bec : il semble s’apparenter aux formes B et C précédemment décrites.
Médaillon : toujours bordé de deux sillons concentriques : profil III (fig. 9).
Anse : moulée avec la lampe, étroite, ronde et décorée de deux rainures.

Fig. 12 – Lampe à bec triangulaire et à anse. ‑ a. Bec : forme C. ‑ b. Bec : forme B.

Dimensions (cf. annexe 8)

23Longueur : 9,5 cm.
Largeur : 5,6 cm.
Hauteur : minimale : 2,6 cm ; maximale : 4 cm.

3.2.2.3. Chronologie du type Deneauve IV

24Les datations habituellement proposées pour ce type de lampe sont les suivantes. Selon Loeschcke, les lampes à bec triangulaire du type IB caractérisent l’époque de Tibère et de Claude (Loeschcke 1919 : 218). D.M. Bailey fixe comme chronologie, pour les lampes du British Muséum qui présentent cette forme de bec, les règnes de Claude et Néron jusqu’aux Flaviens, période où il signale le type IC de Loeschcke dont la fabrication dure jusqu’au début du règne de Trajan (Bailey 1977 : 135, 136). Pour Menzel (Menzel 1954 : 30) et Szentléleky, cette forme apparaît vers le milieu du ier s. ap. J.‑C. et sa production se poursuit jusqu’à la fin du siècle. En Pannonie, ces lampes sont encore fréquentes au iie s. (Szentléleky 1969 : 71).

A Montans

25Nous avons établi tout d’abord une chronologie globale des lampes à bec triangulaire découvertes à Montans, en fonction des lampes datées du type Deneauve IVA, IVC et IVA ou IVC (il s’agit dans ce dernier cas de fragments de lampes à bec triangulaire dont il est impossible de préciser la nature exacte du type). Puis, nous avons établi une datation en fonction de la typologie : chronologie des types Deneauve IVA et IVC. Enfin, la classification de S. Loeschcke étant communément reprise par beaucoup de spécialistes pour classer et dater les lampes à bec triangulaire, nous procéderons à une datation des lampes selon l’aspect du bec : formes B etc (ceci afin de pouvoir comparer nos datations avec celles généralement admises). Cependant, l’asymétrie, la facture grossière ainsi que le mauvais état de conservation de certains de ces becs (16, 17, 21, 37, 39) peuvent entraîner une confusion entre ces deux formes. Nous resterons donc prudent pour leur datation, sans la remettre en cause.

26Si nous consultons notre tableau récapitulatif (fig. 7), la production des lampes à bec triangulaire, en général, débute dès le règne de Claude et est continue jusqu’aux premières années du règne de Vespasien : 40‑70/75 ap. J.‑C. (lieux de découverte V à VII, IX, X, XI). A l’extrême fin du ier s. ou dans les dix premières années du siècle suivant (90‑100/110), ce type de lampe est encore produit mais en petit nombre (lieux de découverte XIII et XIV).

  • 2 Les lampes de la première variété ne peuvent être datées compte tenu de la nature de leurs lieux de (...)

27Entre 40 et 70/75, nous rencontrons les lampes du type IVA de la deuxième variété2 (40‑70 ap. J.‑C. ; lieux de découverte V‑VII et XI : cat. 15‑20) et des lampes du type IVC (50‑70/75 ap. J.‑C. ; lieu de découverte X : cat. 22 et 23). Parmi ces pièces, quelques becs s’apparentent à la forme IB de Loeschcke : cat. 16,17, 23, ce qui montrerait que cette forme est encore fabriquée à Montans aux alentours des années 40‑70/75 et au plus tôt sous le règne de Claude. En ce qui concerne la forme IC de Loeschcke, c’est également sous Claude qu’elle semble apparaître (cat. 29, lieu de découverte V). Nous la retrouvons ensuite dans un niveau daté de la fin du ier s. et des dix premières années du iie (lieu de découverte XIV : cat. 37). Ajoutons que deux exemplaires non datés du type Deneauve IVC (lieu de découverte XXIV : cat. 21 et 25) présentent une forme de bec semblable. Ces deux lampes sont vraisemblablement tardives. Elles portent l’estampille du potier C.OPPI.RES ordinaire sur ce type de lampe et dont la période d’activité est généralement placée sous les Flaviens et les Antonins (cf. catalogue des signatures). Ceci indiquerait que les lampes du type Deneauve IVC à bec large (forme C) étaient encore produites à Montans à la fin du ier s. ap. J.‑C. ou au début du suivant.

28Concernant la chronologie des lampes à bec triangulaire des types IB et IC de Loeschcke, nos datations s’accordent avec celles que proposent Loeschcke, Menzel, Szentléleky et Bailey. Notons enfin qu’il n’a pas été découvert, parmi les lampes, la forme IA de Loeschcke, caractéristique des règnes d’Auguste et de Tibère (Loeschcke 1919 : 217). Une telle absence n’implique pas que les potiers de Montans n’ont pas produit ce type. En effet, nous devons tenir compte des fragments non identifiés (atypiques ou de forme incertaine), découverts sur le site dans les niveaux libériens et qui sont susceptibles de représenter cette variété de lampe.

3.2.3 Lampes à bec arrondi, orné de volutes (cat. 43‑172)

3.2.3.1. Lampes à bec arrondi, orné de doubles volutes (cat. 43‑125 ; Den. Type VA)

29Ponsich, IIB 1 ; Leibundgut, forme XII ; De Palôl Sallelas, type 8A ; Loeschcke, type IV ; Bailey, type B ; Menzel, p. 38.

Cat. 43‑85

Caractères (fig. 13)

30Bec : long et arrondi, orné de deux volutes terminées à leurs extrémités par deux boutons qui se prolongent sur les flancs du bec en deux cornes. Ce bec est soit étroit : forme D, soit large : forme E.

31Médaillon : soit relativement plat, entouré d’un à trois sillons concentriques et bordé d’un étroit bandeau, similaire à celui des lampes du type IV: profils II, III, IV (fig. 9) ; soit concave, orné d’un à trois sillons et bordé d’un large bandeau incliné vers l’extérieur : profils V, VI, VII (fig. 9). Ce bandeau, hormis un cas (cat. 76), est lisse.
Pied : analogue à celui des lampes des types IVA et IVC.
Anse : ces lampes excepté un cas (cat. 68) n’ont pas d’anse.

Fig. 13 – Lampe à bec arrondi, orné de doubles volutes. ‑ a. Bec : forme D. ‑ b. Bec : forme E.

Dimensions (cf. annexe 9)

32Longueur: 9,4 cm.
Largeur : 6,7 cm.
Hauteur : maximale : 2,4 cm.

Cat. 86‑88

33Ces lampes ne sont représentées à Montans que par des couvercles brisés. Tout en offrant des similitudes avec les précédentes (bec, pied ?), elles en diffèrent cependant par leur grande taille et l’allure de leur médaillon.

Caractères (fig. 14)

34Médaillon : ample et relativement plat. Il ne porte qu’un sillon concentrique sur son pourtour et n’est bordé que d’un étroit bandeau, incliné vers l’extérieur : profil V (fig. 9).
Bec : forme E.
Anse : ces lampes n’ont pas d’anse.

Fig. 14 – Lampe à bec orné de doubles volutes et à large médaillon. Bec : forme E.

Dimensions (cf. annexe 10)

35Longueur : approximative, comprise entre 10,5 et 11 cm.
Largeur: 7,8 cm.
Hauteur : sans doute proche de celle des lampes du type VA.

Chronologie

36Les datations habituellement proposées pour ce type de lampe sont les suivantes. Selon Loeschcke, les lampes à bec orné de doubles volutes sont postérieures au règne d’Auguste (Loeschcke 1919 : 225). Pour beaucoup de spécialistes (Deneauve 1969 : 126 ; Menzel 1954 : 38 ; De Palól Sallelas 1948‑49 : 237 ; Beltrán Lloris 1966:80), elles apparaissent à l’époque de Tibère et de Claude et sont produites jusqu’à la fin du Ier s. ap. J.‑C. ou jusqu’au règne de Trajan, selon Bailey (Bailey 1977 : 175‑172, 177, 180). En Pannonie, ce type est fréquent dans la deuxième moitié du Ier s. et dure pendant tout le IIe s. (Szentléleky 1969 : 79).

A Montans

37Les lampes de type Deneauve VA proviennent fréquemment de niveaux datés du milieu et de la deuxième moitié du ier s. ap. J.‑C. : 40‑70/75 (lieux de découverte : IV‑XI). A l’extrême fin du ier s. et dans les dix premières années du suivant, ce type de lampe est encore produit : 80‑100/110 (lieux de découverte XII‑XIV). Durant cette période, allant de 40 à 100/110 ap. J.‑C., la production des lampes du type Deneauve VA voisine avec celle des lampes à bec triangulaire. Une seule des trois lampes à large médaillon peut être datée des années 40‑60 ap. J.‑C. (lieu de découverte VII : cat. 88).

Hors de Montans

38Une lampe représentant Pégase, semblable aux numéros 50 et 51 de notre catalogue, a été découverte au Mas d’Agenais, dans une fosse funéraire datée du troisième quart du ier s. ap. J.‑C. (Néron‑Vespasien) (Cadenat 1975 : 26, 146 et fig. 144, no 1). Les fouilles de la nécropole de Finhan (Tarn‑et‑Garonne) ont fourni deux lampes montanaises à bec orné de doubles volutes. L’une d’entre elles est ornée d’une scène érotique analogue au no 65. Ces deux exemplaires étaient accompagnés par du mobilier d’époque flavienne (Marchand 1980 : 32 et pl. 10, nos 111 et 63).

39Lors d’un sondage établi sur l’ensemble gallo‑romain de Valéry (Tarn), une pièce similaire au no 66 de notre catalogue a été récupérée dans un dépotoir, associée à du mobilier en céramique sigillée daté du milieu et surtout de la deuxième moitié du ier s. ap. J.‑C. (Martin 1972a : 102‑120, pl. 11, no 4).

40Ces quelques données s’accordent avec la chronologie que nous proposons pour ce type de lampe à volutes à Montans, soit le milieu et la deuxième moitié du Ier s. ap. J.‑ C., jusqu’en 90‑100/110. Cette datation correspond également à celles qui sont avancées par Menzel, De Palól Sallelas, Bailey et Deneauve.

3.2.3.2. Lampes à plusieurs becs et lampes à anse plastique (cat. 126 ; Den. Type VB)

41Ponsich IIB 1 ; Leibundgut, formes X‑XI ; De Palôl Sallelas, type 7 ; Loeschcke, type III ; Bailey, type D.

Caractères

42Cette catégorie comprend des lampes ayant les mêmes caractéristiques que celles du type VA (forme du ou des becs, du médaillon, du bandeau, du pied) mais elles se distinguent par la présence de plusieurs becs et/ou d’une anse volumineuse, ornée d’un élément décoratif.

Chronologie

43Les dates habituellement proposées pour ce type de lampe sont les suivantes. Selon Deneauve, le type VB appartient à la même période de production que les lampes du type VA. On les rencontre dès l’époque d’Auguste jusqu’à la fin du ier s. (Deneauve 1969 : 145). Ponsich note que ce type d’anse ornée est connu sous les règnes d’Auguste et Tibère à Bordighera et que ce genre d’élément est fréquent sur les lampes multibecs du ier s. (Ponsich 1961 : 33). Pour De Palôl Sallelas, cette forme se rencontre à partir du règne de Tibère jusqu’à celui des Flaviens (De Palól Sallelas 1948‑49 : 237).

A Montans

44L’exemplaire du type Deneauve VB recueilli (fig. 15) provient du lieu de découverte VII et est daté des années 40‑60 ap. J.‑C. (Claude‑Néron). Cette date concorde avec la période qui est généralement fixée pour la production de ces lampes. Cependant, notons que notre exemplaire est plutôt attesté sous les règnes de Claude et de Néron que sous ceux d’Auguste et de Tibère, époques durant lesquelles apparaît selon Deneauve, Ponsich et De Palól Sallelas, ce type de lampe.

Fig. 15 – Fragment d’anse plastique.

3.2.3.3. Lampes à bec orné de volutes simples (cat. 127‑169 ; Den. type VD)

45Ponsich IIB2 ; Leibundgut, formes XIV‑XV ; De Palól Sallelas, type 9B ; Loeschcke, type V ; Bailey, type C ; Menzel, p. 46.

46Ce type présente beaucoup d’analogies avec le type Deneauve VA.

Caractères (fig. 16)

47Bec : long et rond. Les boutons de volutes placés au départ du bec disparaissent. Les volutes se raccourcissent et sont délimitées, dans leur partie supérieure, par deux points imprimés dans le bandeau : forme F.
Médaillon : concave, orné d’un ou plusieurs sillons concentriques ou d’une bordure en relief et bordé d’un bandeau large, incliné vers l’extérieur : profils V, VI, VII, VII la (fig. 9). Ce bandeau est lisse ou décoré d’une suite d’oves (cat. 149).
Pied : similaire à celui des lampes du type Deneauve VA.
Anse : ces lampes, hormis trois cas (cat. 132,135,149), portent une anse ornée de deux incisions et presque triangulaire.

Fig. 16 – Lampe à bec orné de volutes simples. Bec : forme F

Dimensions (cf. annexe 11)

48Longueur: 10,5 cm.
Largeur : 6,6 cm.
Hauteur : maximale : 4,3 cm ; minimale : 2,8 cm.

Chronologie

49Les dates habituellement proposées pour ce type de lampe sont les suivantes. Selon Menzel et Loeschcke, il couvre le deuxième et le troisième quart du ier s. ap. J.‑C. (Menzel 1954 : 46 ; Loeschcke 1919 : 231). En Pannonie, les lampes à volutes simples sont datées de la deuxième moitié du ier s. et du début du iie. Suivant Deneauve, ce type existe encore en Afrique du Nord à l’époque d’Hadrien (Deneauve 1969 : 149). D.M. Bailey fixe comme datation, pour les lampes du British Muséum, le règne de Claude jusqu’à ceux de Trajan et d’Hadrien (Bailey 1977 : 184‑196).

A Montans

50Les lampes du type Deneauve VD ont été recueillies essentiellement dans des niveaux datés du milieu de la deuxième moitié du ier s. ap. J.‑C. (lieux de découverte IX, X, XII‑XIV). Nous rencontrons en effet quelques lampes à volutes simples aux alentours des années 45‑70/75 (lieux de découverte IX et X) et d’autres, plus nombreuses, à la fin du ier s. ou dans les dix premières années du iie : 80‑100/ 110 (lieux de découverte XII‑XIV). Notons que la période de production des lampes du type Deneauve VD voisine avec celle des lampes du type Deneauve IV et VA.

Hors de Montans

51La fouille d’un puits gallo‑romain découvert à Saintes (Charente‑Maritime) et comblé entre les années 70‑80 ap. J.‑C. a fourni une lampe analogue au no 137 de notre catalogue (Santrot, Tassaux 1977 : 122). Par sa facture et son décor, cette pièce semble d’origine montanaise. Cet exemplaire est antérieur à celui, similaire, découvert à Montans (lieu de découverte XIII : 90‑100 ap. J.‑C.) mais sa datation ne remet pas en cause la chronologie que nous proposons pour les lampes à volutes simples, soit le milieu et la deuxième moitié du ier s. Soulignons enfin l’accord existant entre nos datations et celles proposées dans les différents ouvrages.

3.2.3.4. Lampes à volutes simples et à ailerons latéraux (cat. 170 ; Den. type VE)

Menzel, no 244.

52Ce type de lampe s’apparente au type Deneauve VD. Seule la présence de deux petits ailerons placés de chaque côté du réservoir, à hauteur du bandeau, les différencie. Ce type n’est représenté à Montans que par un fragment de lampe dont l’aileron est caractéristique et le bandeau semblable à celui des lampes à bec orné de volutes simples.

Caractères (fig. 17)

53Bec : forme F.
Profil V (fig. 9).
Anse : nous ignorons si cette lampe possédait une anse (l’exemplaire de Deneauve n’en a pas).

Fig. 17 – Lampe à volute ssimples et à ailerons latéraux. Bec : forme F.

Dimensions

54Après reconstitution.

55Longueur : proche de 8 cm.
Largeur : proche de 7,6 cm (ailerons compris).

Chronologie

56La date habituellement proposée pour ce type de lampe est la suivante. Menzel classe cette variété dans le groupe des lampes à bec orné de volutes simples et l’insère donc dans la même séquence chronologique (Menzel 1954 : 46). Deneauve ne présente qu’une lampe à ailerons semblable à la nôtre. Il place la production de cet exemplaire au début du type V et signale une pièce analogue à l’Agora d’Athènes, datée du second quart du ier s. ap. J.‑C. (Deneauve 1969 : 158, no 637).

A Montans

57L’exemplaire que nous signalons a été fabriqué entre 45 et 60 ap. J.‑C. (lieu de découverte IX), à une époque où débute dans les ateliers la production de lampes à bec orné de volutes doubles et simples. La datation que nous avançons concorde avec celles que donnent Deneauve et Menzel.

3.2.3.5. Lampes à volutes dégénérées et à ailerons latéraux (cat. 171‑172 ; Den. type VG)

58Leibundgut, forme XVII ; Loeschcke, type V ; Bailey, type G ; Menzel, p. 46.

59Ce cinquième type, dont la production est attestée à Montans par deux fragments de lampes, se rapproche du type VE. Seule l’allure du bec et des ailerons est différente.

Caractères (fig. 18)

60Bec : arrondi et plat dans sa partie supérieure. Les volutes se transforment : elles se confondent avec le sillon séparant le médaillon du bandeau. Ce sillon se prolonge vers l’avant de la lampe et vient mourir de part et d’autre du bec en formant un étroit canal : forme G.
Médaillon : concave, orné d’un sillon concentrique et bordé d’un large bandeau, incliné vers l’extérieur : profil V (fig. 9).
Deux ailerons : amples, aux extrémités pointues et disposés de part et d’autre du bandeau.
Anse : nous ignorons si ces lampes portaient ou non une anse (les deux cas se présentent sur les lampes de Carthage).

Fig. 18 – Lampe à volutes dégénérées et à ailerons latéraux. Bec : forme G.

Dimensions

61Après reconstitution.

62Longueur : comprise entre 9 et 9,5 cm.
Largeur : comprise entre 9 et 9,5 cm (ailerons compris).

Chronologie

63Les datations habituellement proposées pour ce type de lampe sont les suivantes. Selon Deneauve, il s’agit d’une forme secondaire du type V. Elle est signalée à Athènes durant la première moitié du ier s. ap. J.‑C. (Deneauve 1969 : 158). Pour Szentléleky et Menzel, les lampes à ailerons sont fréquentes durant les deuxième et troisième quarts du ier s. ap. J.‑C. et subsistent encore sous la forme de quelques exemplaires à la fin du siècle (Szentléleky 1969 : 54 ; Menzel 1954 : 46).

A Montans

64Une seule lampe du type Deneauve VG peut être datée. Nous plaçons sa production aux alentours des années 45‑60 ap. J.‑C. (lieu de découverte IX : cat. 171). Notre datation correspond à celle qui est généralement fixée pour la fabrication de ce type de lampe. Elle s’accorde également avec celle que propose Cl. Domergue (40‑50 ap. J.‑C.) (Domergue 1966 : 17).

3.2.4. Lampes à bec court, rond, sans décoration de volutes (cal 173‑417)

3.2.4.1. Lampes 4 bec limité par un sillon droit (cat. 173‑388 ; Den. Type VIIA)

65Ponsich, IIIB 1,2 ; Leibundgut, formes XX‑XXII ; De Palól Sallelas, type 11A (nos 55‑85) ; Loeschcke, type VIII ; Bailey, types O (groupes II‑VI) et P (groupes I‑II) ; Menzel, p. 49.

Caractères (fig. 19)

66Bec : court, arrondi, plat et largement engagé dans le rebord extérieur. Nous distinguons trois variétés. Pour la première variété, le départ du bec est marqué par une incision horizontale délimitée par deux points : forme H. Pour la deuxième variété, le dessus plat du bec traverse toute la largeur du rebord. De part et d’autre du bec figurent deux points : forme I. Pour la troisième variété, le sillon séparant le médaillon du bandeau ne se referme pas mais se prolonge en un étroit canal vers l’incision horizontale du bec : forme J.
Médaillon : concave, incisé d’un ou plusieurs sillons concentriques ou orné d’une bordure en relief et bordé d’un large bandeau, incliné vers l’extérieur : profils V, VI, VII, VIIIa, IX (fig. 9). Ce bandeau est lisse ou décoré d’une suite d’oves (cat. 273‑277, 283, 299).
Pied : bas, rond et souligné d’une légère incision.
Anse: ces lampes, hormis trois cas (cat. 258,305,306), portent une anse.

Fig. 19 – Lampe à bec limité par un sillon droit, ‑ a. Bec : forme H. ‑ b. Bec : forme I. ‑ c. Bec : forme J.

Dimensions (cf. annexe 12)

67Longueur: 9,1 cm.
Largeur : 6,2 cm.
Hauteur : maximale : 4 cm ; minimale : 2,7 cm.

Chronologie

68Les datations proposées pour ce type de lampe sont les suivantes. Selon Loeschcke et Deneauve, les lampes à bec rond apparaissent dès le début de la seconde moitié du ier s. ap. J.‑C. On les rencontre souvent sous Claude et Néron et durant toute la première partie du iie s. (Loeschcke 1919 : 239; Deneauve 1969 : 165). Selon Szentléleky, ces lampes sont populaires en Pannonie au milieu du ier s. (Szentléleky 1969: 101). De Palôl Sallelas propose comme datation le iie s. ap. J.‑C. (De Palól Sallelas 1948‑49 :237).

A Montans

69Quelques fragments de lampes du type Deneauve VIIA ont été recueillis dans des niveaux datés du milieu et de la deuxième moitié du ier s. ap. J.‑C. : 40‑70 (lieux de découverte VII, IX, XI). On rencontre plus fréquemment ce type de lampe à la fin du ier s. ou dans les dix premières années du suivant : entre 80 et 100/110 (lieux de découverte XII et XIV). Durant cette période, elles voisinent encore avec quelques lampes à volutes. D’autres exemplaires du type Deneauve VIIA proviennent de niveaux datés du deuxième et du troisième quart du iie s. ap. J,‑C. et plus précisément des années 125‑175 (lieux de découverte XV à XIX).

Hors de Montans

70La fouille de la nécropole de Finhan a fourni six lampes à bec court d’origine montanaise. L’une d’entre elles est ornée de quatre feuilles lancéolées et est analogue aux nos 289‑293 de notre catalogue (Marchand 1980 : 32, 33, 37 et pl. 11, nos 1, 109, 110, 60‑62). Ces six pièces ont été recueillies avec du mobilier d’époque flavienne. Quatre lampes ornées, similaires aux numéros 206‑209, 271, 272, 278‑281, ont été récupérées lors d’un sondage stratigraphique établi sur l’ensemble de Valéry, avec du mobilier en céramique sigillée du milieu et de la fin du ier s. ap. J.‑C. (Martin 1972a : 110 et pl. 11, nos 1‑3).

71La fouille d’une fosse sur le site gallo‑romain de Las Peyras (Tarn) a livré une lampe ornée d’un scorpion, semblable aux nos 178 à 185 de notre catalogue. Cette lampe était associée à du matériel céramique daté de la fin du ier s. et du début du iie (Funk, GERAR 1979 : 63‑68 et fig. 9, nos 1‑4).

72Toujours sur le même site, neuf lampes, signées C.OPPI.RES pour la plupart et semblables aux nos 186‑ 190, 196‑203 et 284‑288 ont été recueillies dans le comblement d’un bassin avec de la céramique sigillée estampillée FLAVINVS et EPPIVIS, potiers montanais contemporains de l’époque de Trajan et du milieu du iie s. ap. J.‑C. (Martin 1977a : 77, notes 43 et 44). La fouille du puits gallo‑romain de Saintes, comblé entre les années 70‑80 ap. J.‑C., a fourni une lampe à bec court ornée de deux palmes incurvées. Cette pièce est similaire au numéro 278 de notre catalogue (Santrot, Tassaux 1977 : 122 et fig. 6, 2).

73Deux lampes du type Deneauve VI IA, similaires aux exemplaires montanais : cat. 186‑190, 282 ont été recueillies dans deux fosses funéraires au Mas d’Agenais. Ces fosses sont respectivement datées du milieu et de la deuxième moitié du iie s. ap. J.‑C. (Cadenat 1975 : fosse 11, p. 40 et p. 148, fig. 146 no 7 ; fosse 7, p. 33 et p. 148, fig. 144 no 2).

74L’ensemble de ces données chronologiques confirment les datations que nous proposons à Montans pour les lampes à bec rond, soit le milieu et la deuxième moitié du Ier s. ap. J.‑C. et les deuxième et troisième quarts du iie s. Enfin, nos datations s’accordent avec celles qui ont été proposées par Loeschcke, Deneauve, Szentléleky, et De Palôl Sallelas.

3.2.4.2. Lampes à bec rond (cat. 389‑417; Den. Type VIID)

75De Palól Sallelas, type 11c (nos 89‑92) ; Loeschcke, type VIII ; Bailey, type O (groupe I‑II, nos 1200‑1205) ; Menzel, p. 49‑50.

Cat. 389‑396

Caractères (fig. 20)

76Bec : très court et encastré dans le bandeau. Nous distinguons deux variétés. Pour la première, le bec est légèrement surélevé et délimité par une ligne courbe : forme K. Pour la deuxième, le bec est plat et non délimité par une ligne courbe : forme L.
Médaillon : concave. Deux sillons concentriques ou une bordure en relief le séparent d’un large bandeau, incliné vers l’extérieur : profils VI, VIIIa, IX (fig. 9). Ce bandeau est lisse ou décoré (cat. 390‑393).
Pied : analogue à celui des lampes du type Deneauve VIIA.
Anse : ces lampes ne sont représentées à Montans que par des pièces brisées et ne semblent pas, dans le meilleur des cas, posséder une anse.

Fig. 20 – Lampe à bec rond. ‑ a. Bec : forme K. ‑ b. Bec : forme L.

Dimensions

77Longueur : approximative, comprise entre 8 et 9 cm.
Largeur : approximative, comprise entre 7,5 et 8 cm.
Hauteur : sans doute proche de celle des lampes à bec rond, délimité par un sillon droit.

Chronologie

78Les datations habituellement proposées pour ce type de lampe sont les suivantes. J. Deneauve présente une lampe semblable aux nos 390‑392 de notre catalogue. Il date cette pièce de la fin de la première moitié du ier s. ap. J.‑C. (Deneauve 1969 : cat. 900). De Palôl Sallelas place ce type de lampe au début du règne de Claude et durant tout le iie s. (De Palól Sallelas 1948‑49 : 237). Menzel regroupe les lampes à bec rond avec celles ornées d’un bec court limité par un sillon droit. Il les situe donc dans la même séquence chronologique : le deuxième et le troisième tiers du ier s. ap. J.‑C. (Menzel 1954 : 49‑50).

A Montans

79Les lampes du type Deneauve VIID ont été produites vers 40‑60 ap. J.‑C. (lieu de découverte VII). Durant cette période, elles voisinent avec les lampes du type Deneauve IV, V et VIIA. La chronologie proposée correspond donc à celles qui ont été établies par Deneauve, De Palól Sallelas et Menzel.

Cat. 397‑417

80Ces lampes votives bien que similaires aux précédentes en diffèrent par leur petite taille et les particularités suivantes.

Caractères (fig. 21)

81Bec : toujours de forme K.
Bandeau : dans tous les cas, orné d’une suite d’oves. Une bordure en relief le sépare du médaillon : profil IX (fig. 9).
Pied : bas et formé de deux anneaux concentriques.
Anse : toutes ces lampes portent une anse presque triangulaire.

Fig. 21 – Petite lampe à bec rond. Bec : forme K.

Dimensions (cf. annexe 13)

82Longueur : 7,3 cm.
Largeur : 5 cm.
Hauteur : minimale : 2,3 cm ; maximale : 3,4 cm.

Chronologie

83Nous n’avons retrouvé dans les différents ouvrages consultés que quelques lampes semblables à celles étudiées. Les datations proposées sont les suivantes : Deneauve présente un exemplaire analogue mais au bec fortement projeté vers l’avant. Cette pièce est datée de la première moitié du ier s. ap. J.‑C. (Deneauve 1969 : cat. 902). D.M. Bailey fait figurer dans son catalogue une lampe similaire, à petit bec, qu’il date du dernier quart du ier s. ap. J.‑C. (Bailey 1977 : no 1241).

84Hayes présente une pièce qui par sa morphologie se rapproche le plus des nos 397 à 417. Il situe sa fabrication à la fin du ier s. (Hayes 1980 : cat. 381). Enfin De Palól Sallelas propose dans son article une lampe de petites dimensions, analogue à nos exemplaires et typique du iie s. ap. J.‑C. (De Palól Sallelas 1948‑49 : no 92, fig. 3).

A Montans

85Ces lampes à bec rond proviennent pour l’essentiel de niveaux datés de la fin du ier s. ap. J.‑C. et des dix premières années du suivant (lieux de découverte XII et XIV). Durant cette période : 80‑100/110, ces lampes voisinent avec le type Deneauve VIIA. La datation que nous proposons s’accorde avec celles que proposent Hayes, Bailey et De Palôl Sallelas.

3.2.5. Lampes à canal : Firmalampen (cat. 418‑427; Den. type IXA)

86Ponsich, VC ; Leibundgut, formes XXIII‑XXIV, XXVI‑XXVII, XXX ; De Palol Sallelas, type 13 ; Loeschcke, types IX et X ; Bailey, type N ; Menzel, p. 60.

87Ces lampes portent un bec long, arrondi à son extrémité et creusé dans sa longueur par un canal. Trois catégories ont été fabriquées à Montans. Nous les distinguons suivant l’allure du canal de leur bec.

3.2.5.1. CAT. 418‑419

Caractères (fig. 22)

88Canal fermé : dans sa partie supérieure, par la bordure en relief qui entoure le médaillon et, du côté du bec, parle bombement qui limite le rebord plat de l’orifice de la mèche. Ce rebord est soit arrondi en forme de cœur : forme M ; soit rectiligne : forme M’.

89Médaillon : plat et en dépression. Un ressaut le sépare d’un bandeau large, incliné vers l’extérieur et orné de part et d’autre de deux protubérances : profil VIIIb (fig. 9). Cette description reste valable pour le reste des lampes du type Deneauve IXA.
Pied : légèrement surélevé et composé de deux anneaux concentriques.
Anse : ces lampes portent une anse.

Fig. 22 – Lampe à canal fermé. ‑ a. Bec : forme M. ‑ b. Bec : forme M’.

Dimensions (cf. annexe14)

90Longueur: 10,1 cm.
Largeur :6,4cm.
Hauteur : maximale : 4,5 cm ; minimale : 2,9 cm.

3.2.5.2. CAT. 420

Caractères (fig. 23)

91Canal demi‑fermé : le cercle qui entoure le médaillon ne se referme pas, permettant ainsi l’ouverture, vers l’intérieur de la lampe, du canal qui vient ensuite se refermer au niveau du bec : forme N.
Pied : plat et bas.
Anse : cette lampe porte une anse, similaire à celle des lampes précédentes.

Fig. 23 – Lampe à canal demi‑fermé. Bec : forme N.

Dimensions (cf. annexe 14)

92Longueur: 8,6 cm.
Largeur: 4,7 cm.
Hauteur : minimale : 2,6 cm.

3.2.5.3. CAT. 421‑422

Caractères (fig. 24)

93Canal ouvert : qui communique avec le médaillon et le bec dont il entoure largement le rebord plat de l’orifice de la mèche : forme O.
Pied : analogue à celui de la lampe précédente.
Anse : ces lampes ne portent pas d’anse.

Fig. 24 – Lampe à canal ouvert. Bec : forme O.

Dimensions (cf. annexe 14)

94Longueur ; 9 cm.
Largeur: 6,1 cm.
Hauteur : maximale : 3,1 cm.

3.2.5.4. CHRONOLOGIE DES LAMPES À CANAL

95Les datations habituellement proposées pour ce type de lampe sont les suivantes : De Palól Sallelas signale que les lampes à canal fermé apparaissent vers les années 60‑100 ap. J.‑C. et que les lampes à canal ouvert sont fréquentes durant le iie s. ap. J.‑C. (De Palól Sallelas 1948‑49 : 239). Menzel place la production des lampes à canal fermé et demi‑fermé dans le dernier quart du ier s. Aux alentours de 100, elles évoluent vers le type à canal ouvert (Menzel 1954 : 60). Bailey situe les lampes à canal fermé dès le début du règne des Flaviens jusqu’à celui de Trajan et celles à canal ouvert à la fin de la période flavienne, jusqu’au milieu de l’époque des Antonins (Bailey 1977 : 282, 283, 285).

A Montants

96Les deux lampes à canal fermé que nous présentons ne peuvent être datées avec certitude, compte tenu de la nature de leurs lieux de découverte (XXIII et XXIV). Cependant, une lampe semblable au numéro 418 de notre catalogue figure dans l’ouvrage de Bailey où elle est datée du dernier quart du ier s. ap. J.‑C. (Bailey 1977 : no 1194, p. 290). Notre exemplaire porte en creux la signature du potier GABINIA dont on place en général la période de production à la fin de l’époque flavienne et au début du règne des Antonins. Tout ceci nous incite à penser que cette lampe est tardive et a dû être fabriquée à la fin du ier s. ou au tout début du iie. Ceci coïncide bien avec les chronologies qui sont proposées par Menzel, De Palól Sallelas et Bailey.

97La lampe à canal demi‑fermé provenant du lieu de découverte XVII peut être datée aux alentours des années 140‑ 150 ap. J.‑C. Bailey et Menzel présentent chacun une lampe analogue dans leur catalogue respectif où elles sont datées du dernier quart du ier s. ap. J.‑C. (Bailey 1977 : no 1196 ; Menzel 1954: cat. 357). L’exemplaire 420 est donc plus récent et montrerait qu’à Montans, la production de ce type de lampe débute plus tard, par rapport aux datations qui sont avancées par Menzel et Bailey.

98Les deux lampes à canal ouvert proviennent du lieu de découverte non daté XXVII. Cependant, quatre exemplaires de ce type, issus des ateliers de Montans, ont été recueillis dans la fouille du bassin de la villa gallo‑romaine de Las Peyras avec du matériel en céramique sigillée estampillé aux noms de potiers montanais de l’époque de Trajan (98‑117) et du milieu du iie s. ap. J.‑C. (Funk, GERAR 1979 : 63‑68 et fig. 9, nos 1‑4). Cette datation correspond à celles qui ont été fixées par Menzel, De Palól Sallelas et Bailey pour les lampes à canal ouvert.

99Ajoutons qu’à côté de ces lampes intactes, les fouilles de Montans ont permis de recueillir des fragments de lampes du type Deneauve IXA dans des niveaux archéologiques datés du milieu du ier s. de n. è. : 45‑60 (lieu de découverte IX : cat. 426) et de la fin du ier s. ou des dix premières années du suivant : 90‑100/110 (lieux de découverte XIII et XIV : cat. 427 et 424, 425). Signalons qu’il n’a pas été possible de préciser quel type de canal figurait à l’origine sur le bec de ces lampes.

100Il semble d’après ces données que les potiers montanais fabriquaient déjà des lampes à canal au milieu du ier s. ap. J.‑C., période durant laquelle elles voisinent avec les lampes à volutes et les lampes à bec court des types Deneauve VIIA et VIID. Aucun auteur ne propose de chronologie aussi précoce, si ce n’est De Palôl Sallelas qui signale des lampes à canal fermé dès 60 ap. J .‑C. Pour le reste des fragments de lampes du type Deneauve IXA que nous avons signalés dans des niveaux de la fin du ier et début du iie s. ap. J.‑C., les dates que nous avançons sont en accord avec les datations qui ont été établies pour les lampes à canal.

3.2.6. « Hapax » (cat. 428‑429)

101Ces petites lampes votives produites par les potiers de Montans présentent une forme originale.

Caractères (fig. 25)

102Bec : allongé, arrondi à son extrémité et placé en avant du corps de la lampe. L’orifice de la mèche est large et entouré d’un étroit rebord arrondi. Ce type de bec rappelle celui des lampes grecques des iie et ier s. av. J.‑C. (Deneauve 1969 : cat. 245‑247, p. 66). Forme P.
Médaillon : plat et en dépression, délimité par une bordure en relief : profil X (fig. 9).
Pied : plat, rond et bas.
Anse : étroite, triangulaire et placée à l’arrière d’un réservoir orné de godrons.

Fig. 25 – « Hapax ». Bec : forme P.

Dimensions (cf. annexe 15)

103Longueur: 7,9 cm.
Largeur : 4 cm.
Hauteur: minimale : 2,7 cm ; maximale : 4,1 cm.

Chronologie

104De ces deux lampes produites à Montans dont le type n’est ni mentionné ni décrit dans aucun des catalogues consultés, une seule peut être datée : aux alentours des années 90‑100 ap. J.‑C. (cat. 429 ; lieu de découverte XIII).

3.3. Étude comparée des chronologies: le problème du surmoulage

105Au terme de cette étude typologique et chronologique, nous présentons un tableau récapitulatif de la chronologie sur le site de Montans des différents types de lampes étudiés : 12 types, dont un seul se distingue par son originalité. Les datations présentées, entre 15 et 175 ap. J.‑C., sont celles fournies par la stratigraphie de Montans (fig. 26). Hormis trois variétés de lampes, nous avons observé une certaine concordance entre nos datations et celles généralement proposées par les différents spécialistes. Cette constatation amène une première conclusion : l’étude chronologique des lampes de Montans, qui sont, rappelons‑le, des surmoulages, ne remet nullement en cause les chronologies généralement admises et tendrait même à les confirmer.

Fig. 26 – Tableau chronologique des lampes de Montans.

106Pourtant, si l’on admet que les potiers de Montans ont adopté, pour reproduire des lampes, la technique du surmoulage, il pourrait a priori exister un décalage chronologique, pour tous les types de lampes étudiés, entre nos datations et celles reconnues habituellement. Ce décalage, nous pouvons le définir comme étant le laps de temps nécessaire à la production d’une pièce originale sur un atelier, à sa commercialisation et à sa reproduction à Montans.

107Sur onze types étudiés et dont les chronologies ont pu être comparées, nous avons mis en évidence trois cas de décalages chronologiques ; dans ces trois cas, nos datations sont postérieures à celles qui sont généralement admises. Ces trois cas concernent :

  • les lampes du type Deneauve II produites tardivement parles potiers montanais, c’est‑à‑dire sous Tibère, règne à partir duquel ce type de lampe passe de mode selon Menzel et Miguel Beltrán Lloris ;

  • l’exemplaire du type Deneauve VB que nous datons à Montans des années 40‑60 ap. J.‑C. (Claude‑Néron) alors qu’ailleurs, la production de ce type de lampe semble débuter déjà à l’époque d’Auguste ou de Tibère ;

  • la lampe à canal demi‑fermé du type Deneauve IXA produite au milieu du iie s. alors que plusieurs spécialistes, tel Bailey, placent la production de cette variété à la fin du ier s. ap. J.‑C.

  • 3 Il s’agit des types pour lesquels il existe une étude comparée des chronologies. De ce fait, nous n (...)

108Pour les raisons évoquées ci‑dessus, la mise en évidence de ces trois cas de décalages chronologiques confirmerait le surmoulage. Néanmoins, il peut paraître surprenant qu’uniquement trois de ces décalages aient été relevés sur onze types de lampes étudiés3, alors que l’on peut admettre que globalement la production de lampes est bien issue du surmoulage (cf. chapitre 2). Une conclusion s’impose : pour la production montanaise et dans l’état actuel de nos connaissances, l’analyse des chronologies comparées ne peut constituer à elle seule une preuve du surmoulage.

109Nous proposons deux explications pour comprendre une telle situation. Tout d’abord il importe de considérer la lampe exécutée à Montans (comme dans tout autre centre de production) comme un produit commercial. A ce titre, celui‑ci subit la loi de l’offre et de la demande, loi qui peut être différente d’un type de lampe à un autre. Afin d’illustrer notre propos, supposons la production, par exemple en Italie, d’une pièce originale. Cette lampe ne parviendra à Montans qu’après un laps de temps dont la durée variable dépend de nombreux facteurs qui sont difficilement quantifiables (conditions socio‑économiques ; nature de la pièce qui peut être recherchée ou non...). Par ailleurs, le terme de ce « voyage » ne signifie pas pour autant que le surmoulage de cette lampe et la fabrication en série qui en découle s’effectueront sans délai. En effet, la décision de « lancer » une production nouvelle dépend à la fois de l’atelier lui‑même (quels sont les objectifs d’une telle entreprise, l’état des stocks...?), des potiers (motivations, esprit d’innovation...) et, bien sûr, de la clientèle (goûts). En conséquence, il apparaît clairement que le temps total écoulé entre la fabrication de l’original et sa reproduction à Montans peut être très variable d’un type de lampe à un autre.

110D’autre part, la mise en évidence de décalages chronologiques est fortement tributaire de nos datations et de celles qui nous servent de référence. Dans l’avenir toutes les fourchettes chronologiques proposées (à Montans et sur les sites de référence) seront probablement modifiées : ces dernières seront alors soit plus serrées (datations plus fines), soit plus larges (nouvelles découvertes). Ceci est d’autant plus vrai que le site étudié n’est pas un site archéologique clos. Tout cela tend à montrer que l’existence ou l’absence d’un décalage chronologique, pour un type de lampe donné, ne sont pas nécessairement définitives.

Notes

1 Ces deux formes de bec correspondent aux types IB et IC de la classification de S. Loeschcke pour les lampes à bec triangulaire de Vindonissa. S. Loeschcke a subdivisé ces lampes en trois groupes (IA, IB, IC), définis d’après l’importance variable des extrémités du bec et l’angle plus ou moins aigu qu’elles déterminent par rapport au diamètre du réservoir de la lampe. A ces trois variétés, Loeschcke fait correspondre des datations précises que nous examinerons dans l’étude chronologique des lampes à bec triangulaire.

2 Les lampes de la première variété ne peuvent être datées compte tenu de la nature de leurs lieux de découverte (cat. 5- 13, lieu de découverte non daté XXIX et cat. 14, lieu de découverte non daté XXVI).

3 Il s’agit des types pour lesquels il existe une étude comparée des chronologies. De ce fait, nous ne mentionnons pas notre douzième variété de lampe : « Hapax ».

Table des illustrations

Légende Fig. 6 – Les différents types de lampes répertoriés à Montans (ce diagramme ne comprend que 10 types car nous avons regroupé dans un même ensemble IV les lampes à bec triangulaire des types Den. IVA et IVC).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 7 – Tableau des différents types de lampes datés en fonction de leurs lieux de découverte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 8 – Lampe à bec orné de têtes d’oiseaux. Bec : forme A.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 9 – Profils, vus en coupe, des lampes de Montans.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 10 – Lampe à bec triangulaire et sans anse. ‑ a. Bec : forme B. ‑ b. Bec : forme C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 11 – Petite lampe à bec triangulaire et sans anse. Bec : forme B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 12 – Lampe à bec triangulaire et à anse. ‑ a. Bec : forme C. ‑ b. Bec : forme B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 13 – Lampe à bec arrondi, orné de doubles volutes. ‑ a. Bec : forme D. ‑ b. Bec : forme E.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 14 – Lampe à bec orné de doubles volutes et à large médaillon. Bec : forme E.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 15 – Fragment d’anse plastique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 16 – Lampe à bec orné de volutes simples. Bec : forme F
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 17 – Lampe à volute ssimples et à ailerons latéraux. Bec : forme F.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 18 – Lampe à volutes dégénérées et à ailerons latéraux. Bec : forme G.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 19 – Lampe à bec limité par un sillon droit, ‑ a. Bec : forme H. ‑ b. Bec : forme I. ‑ c. Bec : forme J.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 20 – Lampe à bec rond. ‑ a. Bec : forme K. ‑ b. Bec : forme L.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 21 – Petite lampe à bec rond. Bec : forme K.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 22 – Lampe à canal fermé. ‑ a. Bec : forme M. ‑ b. Bec : forme M’.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 23 – Lampe à canal demi‑fermé. Bec : forme N.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 24 – Lampe à canal ouvert. Bec : forme O.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 25 – « Hapax ». Bec : forme P.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 26 – Tableau chronologique des lampes de Montans.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34903/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search