Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

Points de vue

L’œuvre de Francesco Giuliani, berger des Abruzzes

Patrizia Ciambelli

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la continuité de ce qui a été dit, notamment par Claudine Vassas à propos de la figure centrale du berger Pierre Pous (Pous 1979 ; Fabre 1982) qui a accompagné Daniel dans toute son ethnographie1 et vers lequel il revient plus encore dans ses derniers écrits, je voudrais centrer ce texte sur la question des « écritures ordinaires », telles que Daniel les a conceptualisées dans l’ouvrage collectif du même nom qu’il a dirigé. Dans sa riche contribution intitulée « Le berger des signes » (Fabre 1993b), il synthétise trois années de séminaires consacrées à cette figure dans le contexte plus large de l’« illettré savant » dans les cultures européennes2.

Contre l’image du berger rustique voué à l’oralité, Daniel met d’abord en évidence comment, de façon paradoxale entre le xve et le xxe siècle, l’écriture devient emblématique de cette figure sans qu’elle puisse en perdre pour autant son caractère de dualité qui la caractérise. Il montre comment oral et écrit, idéogramme et alphabet, p...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search