Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

Points de vue

Daniel Fabre et les historien·ne·s du for privé, ou l’apprentissage de « l’écrit en soi »

Sylvie Mouysset

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’il faut tenter de dire ici ce que les historien·ne·s spécialistes des écrits du for privé doivent à Daniel Fabre, ces quelques pages n’y suffiront pas. Quant à préciser en quelques mots ce qu’il m’a personnellement apporté, je livrerai une seule impression, inoubliable, sans cesse ravivée par la lecture de son œuvre, celle d’avoir grandi à ses côtés.

Dans sa préface à l’ouvrage collectif consacré aux Écritures ordinaires, Daniel Fabre évaluait la difficulté du travail entrepris : « Nous voici immergés dans le banal et le divers, en quête d’un objet sans contours, évanescent, impossible peut-être » (Fabre 1993 : 12). Grâce aux pistes ouvertes par lui-même et son équipe, les historien·ne·s ont appris à apprivoiser les écarts. Ils ont été convaincus, après maints essais infructueux, qu’il n’était pas obligatoire de définir avec précision un objet de recherche a priori ; ils ont fini par admettre que l’on pouvait se contenter d’en dessiner les contours afin de mieux en cerner ensuite l...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search