Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

IV. Anthropologie, écritures, littérature

Quand l’écriture s’invente chez les Santal

Marine Carrin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première entrée des Santal en écriture

Dès 1867, le missionnaire norvégien Lars Olsen Skrefsrud entend fonder à Benagaria (Inde) une Église « nationale » santal. Inspiré par Johann Gottfried Herder, Skrefsrud considère les Santal comme un peuple et invente un territoire utopique, le Santalistan1, qui inclut le district des Santal Parganas. Dans l’esprit des luthériens, les Santal incarnent dès lors une « nation » vouée à connaître le progrès. Les missionnaires enseignent l’alphabet roman à leurs premiers collaborateurs, puis ils mettent au point une transcription phonétique destinée à favoriser la notation de la langue. Ce passage à l’écrit a certainement modifié les rapports d’autorité à l’intérieur de la société santal, d’autant plus que l’écrit était déjà associé à des images de pouvoir bien avant l’arrivée des missionnaires. En effet, on raconte que le dieu Thakur, qui inspira les leaders de la rébellion de 1855, tenait dans ses mains un livre qu’il aurait remis aux chefs de l...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search