Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

IV. Anthropologie, écritures, littérature

René Nelli et Joë Bousquet, « opérateurs de destin »

Alain Paire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Grand lecteur de Michel Leiris, Daniel Fabre vouait une très vive attention aux « biffures », ainsi qu’aux « carrefours d’une existence ». Il aimait songer à cette phrase singulière d’un séminaire de Roland Barthes qui affirmait que « la littérature est un souvenir d’enfance ». L’apparition de Joë Bousquet parmi les premiers horizons de sa vie remonte au milieu des années 1950. Avec sa mère et ses frères, Fabre habitait alors à Carcassonne une maison de la rue Antoine-Marty.

Dans l’incipit d’un livre qui se serait appelé La Maison du Chat – qu’une vidéo de Fabre en faisant une brève lecture le 28 mai 2015 à la librairie Ombres Blanches de Toulouse garde en mémoire1 –, il rapportait avoir entendu parler de Joë Bousquet depuis l’atelier d’un voisin, le peintre et céramiste Jean Camberoque (1917-2001). Grâce aux souvenirs que ce dernier, père de son ami Charles, évoquait de la rue de Verdun, quelques fragments d’aura, la silhouette mythique du poète commençaient d’imprégner sa sensibili...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search