Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

IV. Anthropologie, écritures, littérature

Fictions de Lascaux

Christian Jouhaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les quelques réflexions proposées dans cette contribution s’inscrivent dans le prolongement de ce que j’avais présenté lors du colloque d’hommages tenu à Paris en septembre 2016, « Écrire les écritures », sous le titre « Le détour par soi »1. En fait, je voudrais partir de là où j’en étais arrivé (Jouhaud 2017). J’étais parti de la question de la présence de l’autobiographique (et non de l’autobiographie) dans l’œuvre de Daniel Fabre et m’étais arrêté sur le passage, pour moi saisissant, intitulé « Après coup » dans Bataille à Lascaux (Fabre 2014). Relisant le livre à partir de l’épisode de la découverte, de la lecture, de la mise en contexte de l’autobiographie de Paul Vaillant-Couturier, découverte du 7 janvier 2014 dont Fabre écrivait qu’il ne faisait pas de son « parfum de hasard objectif […] l’argument décisif d’une vérité » mais qu’il en recueillait « avec joie le signe », j’avais d’abord tenté de me demander ce que faisait au livre, à sa démarche, ces étranges pages 78-85 int...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search