Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

Points de vue

L’Antiquité, un autre territoire à arpenter

Adeline Grand-Clément

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

N’ayant pas suivi l’enseignement de Daniel Fabre, c’est à travers des lectures que j’ai pris connaissance de son travail et pu constater que ses études, en particulier celles relatives aux contes pyrénéens, à la fête de l’Ours ou à l’« invisible initiation », trouvent facilement écho chez un·e helléniste. En fait, ma première impression a été mitigée, mêlant sentiment de familiarité et étonnement. Cette familiarité tient moins aux références ponctuelles aux auteurs antiques qui émaillent les publications de Daniel Fabre qu’à deux choses : la nature des sources et des objets qu’il étudie d’une part, la méthode qu’il met en œuvre de l’autre. Quant à l’étonnement, il est venu de la relative discrétion des antiquisants parmi les allusions explicites qui sont faites aux travaux des historien·ne·s. Il est vrai que Daniel Fabre a surtout eu des contacts avec des médiévistes – Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt – ou des modernistes comme Roger Chartier. Néanmoins, s’il mentionne à l’occas...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search