Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

III. Anthropologie historique et anthropologie du symbolique

Daniel Fabre et la pensée de l’Apocalypse

Jean-Claude Schmitt

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le titre de cette contribution vient de l’intérêt que j’ai pris à la lecture du dernier article de Daniel Fabre paru dans les Archives de sciences sociales des religions : « Matérialités religieuses et horizons apocalyptiques » (Fabre 2016b), tiré de la conférence prononcée au musée du quai Branly, le 22 janvier 2015. Sa publication dans la revue est introduite par une présentation de Claudine Gauthier (2016) « La matière de l’Apocalypse ».

Après quoi, la lecture de la traduction française de La Fin du monde d’Ernesto De Martino (2016), à laquelle Daniel avait participé, m’a conduit à lire ou à relire les autres textes qu’il a consacrés à l’idée de l’apocalypse. En voici trois au moins :

  • « Préface : l’anthropologie des messianismes entre France et Italie » (Fabre & Massenzio 2013) ;
  • « Ernesto De Martino, La Fin du monde et l’anthropologie de l’histoire » (Fabre 2013) ;
  • « La réception controversée de La Fine del mondo » (Fabre 2016a).

La réflexion de Daniel Fabre sur le thème apocalyptiqu...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search