Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

Points de vue

Comparer au loin

À propos de l’« invisible initiation » chez les Anga de Papouasie-Nouvelle-Guinée

Pascale Bonnemère et Pierre Lemonnier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans sa conférence de 2015 où il démontait les ressorts de l’« invisible initiation », Daniel Fabre illustrait, avec une remarquable efficacité, le soin avec lequel il gardait les « sociétés lointaines » en vue dans son arpentage continuel de l’Europe (Fabre 2015). La « production sociale des hommes et des femmes » (Fine 2016 : 265) y était abordée d’une manière qui invitait à toutes sortes de réflexions : sur l’art du comparatisme ; sur l’intelligibilité de transformations historiques qui sont aussi des transformations structurales ; sur l’universalité du recours à une analogie aviaire pour penser le passage des garçons à l’âge adulte. D’une manière plus limitée, on se demandera ici ce qu’apporte le rapprochement entre, d’une part, les sociétés européennes (Fabre 1986, 1996) et, d’autre part, des sociétés de Nouvelle-Guinée où « devenir filles et garçons » prend des formes splendidement visibles et lourdement institutionnalisées. On se posera notamment la question de savoir si la c...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search