Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

Points de vue

Spéculations africanistes à propos de l’initiation invisible

Laurent Gabail et Michael Houseman

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Daniel Fabre lui-même a signifié les traits qui rapprochent les pratiques des garçons et des jeunes hommes de la campagne française des rites d’initiation masculine de contrées lointaines, comme les différences qui les séparent (Fabre 1986a, 1996 ; Fine ce volume). Il s’agit, d’un côté, d’une exploration à la fois conventionnelle et transgressive de frontières identitaires essentielles (sauvage / domestique, vivants / morts, masculin / féminin) et, de l’autre, des écarts que laisse entendre l’expression « initiation invisible » (entre le coutumier et l’institutionnel, le jeu et le cérémoniel, le tacite et l’explicite, etc.). En adoptant une perspective comparative sous-tendue par des références africanistes, on tentera d’articuler ces similarités et ces divergences au sein d’une compréhension unitaire.

Il existe dans de très nombreuses sociétés africaines une période de l’enfance au cours de laquelle les garçons se livrent à des activités où l’on retrouve bon nombre d’éléments sembla...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search