Version classiqueVersion mobile

Daniel Fabre, l'arpenteur des écarts

 | 
Nicolas Adell
, 
Agnès Fine
, 
Claudine Vassas

II. L’invisible initiation : passage à l’âge d’homme dans les sociétés contemporaines

Plus rien ne s’oppose à la nuit*

Une autre lecture du personnage de la Reine de la Nuit dans La Flûte enchantée

Annie Paradis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’opéra s’accorde aux moments de séparation, comme si c’était le traumatisme fondateur de l’expérience humaine.
(Cavell 2003 : 208.)

Dans les opéras mozartiens, on passe beaucoup de temps à se dire « Adieu » et Mozart porte une attention musicale toute particulière à ces moments de séparation qu’il dramatise fortement1. Il s’agit en effet d’opérer la nécessaire déliaison qui permettra l’entrée dans un autre espace, un autre temps, celui du parcours d’apprentissage qui mènera un jeune couple, d’épreuve en épreuve, de l’inexpérience de la jeunesse à la maturité de l’âge adulte, à l’ordre matrimonial2. Daniel Fabre a montré comment dans les anciennes sociétés, du côté des apprentissages masculins juvéniles, une « invisible initiation » empruntant la « voie des oiseaux » était à l’œuvre ; dans La Flûte enchantée, Papageno, le turbulent garçon-oiseau-oiseleur, est sans doute l’une des plus charmantes évocations de ce chemin des oiseaux décrit si magnifiquement par l’ethnologue3. Cependant,...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search