Version classiqueVersion mobile

Les souterrains médiévaux du Limousin

 | 
Serge Gady

Deuxième partie. Le souterrain du Bois-du-Mont (Haute-Vienne) Application d’une méthode d’analyse

2. Stratigraphie

Stratigraphy

Résumé

La stratigraphie a mis en évidence des couches associées à l’occupation du site et des dépôts liés à des remblaiements essentiellement naturels.

Les séries d’occupation paraissent cycliques. Un niveau de préparation est soigneusement aménagé. Il supporte un lit de matériaux organiques (cendres) qui forme le niveau d’occupation, riche en mobilier céramique.

Quatre occupations se succèdent, représentées dans la salle centrale, les couloirs des unités I et IV. La salle annexe est dépourvue de ce remplissage. La série stratigraphique fossilise peu à peu les aménagements architecturaux : la configuration de l’espace intérieur se modifie donc peu à peu.

La hauteur libre sous voûte (1,25 m à l’origine) diminue par l’accumulation des couches. Les occupants limitent cette régression en raclant la roche de la voûte afin de l’étaler sur le sol, préparant ainsi une nouvelle occupation. Cette procédure évite d’aller chercher des matériaux à l’extérieur de la cavité.

A la fin de la dernière occupation, les hommes referment les accès au souterrain. Avec le temps la terre des terrains sus‑jacents pénètre dans la cavité et fossilise la stratigraphie d’occupation. Rappelons que deux accès avaient été remblayés volontairement dès la fin du creusement.

Texte intégral

2.1. Méthodologie

1La fouille du Bois‑du‑Mont a révélé, dès 1970, des éléments essentiels pour la compréhension de la stratigraphie du site. D’une part il s’agit de la distinction entre les séries de dépôts naturels et les niveaux archéologiques sous‑jacents, d’autre part est apparue une régularité constante dans la distribution chronologique des couches au sein de la cavité.

2En 1972 la stratigraphie établie dans le couloir I (tout près de l’accès IV) contenait des éléments confirmant l’homogénéité du remplissage entre les ensembles de relation I et IV. Cependant nous avons da attendre la campagne de fouille de 1973 pour élaborer définitivement, grâce à l’étude exhaustive des ensembles II et IV, une stratigraphie générale, applicable au souterrain, du point 1 au point 18. Nous exceptons de cet ensemble le remplissage des accès II, III et IV, qui sera traité à la suite de l’étude de la série stratigraphique. Six couches archéologiques s’étendent de l’ensemble I à l’accès IV. Nous verrons à quel point l’homogénéité de chacune d’entre elles est remarquable (fig. 27).

• Fig. 27 – Extension des couches archéologiques –1 à 7. Couches de la série stratigraphique principale –a. Couche cendreuse du renfoncement 3 –b. Couche cendreuse du renfoncement 5.

3En dehors de l’aspect proprement stratigraphique des niveaux, l’étude de leur extension sur un plan horizontal ou subhorizontal a constitué un élément fondamental d’appréhension de l’occupation du site. L’élaboration des coupes stratigraphiques et le découpage des couches sur une grande surface ont été soumis largement aux contraintes imposées par le contexte structural. La difficulté était de travailler dans des zones particulièrement exiguës, comme les passages. Nous avons adopté des méthodes de fouille compatibles avec le volume disponible.

4Dans les passages, un décapage sur 1 m2 constituait l’aire de travail optimale. Au‑delà d’une telle surface l’étroitesse des lieux ne permettait la présence que d’une seule personne ; le fouilleur risquait de détériorer involontairement l’espace qu’il dégageait. Nous avons donc suivi de très près les lignes déterminées par le carroyage général. Tous les mètres, des levés stratigraphiques complets ont été établis transversalement par rapport au passage. L’association des données fournies par le décapage en plan de chaque couche et des renseignements obtenus par l’étude des nombreuses coupes du remplissage a permis de suivre avec beaucoup de précision la répartition des niveaux archéologiques du point 1 au point 5, et des points 9 à 18.

5L’ensemble II a été traité en une seule campagne, celle de 1973. L’élargissement progressif de l’élément B vers les niveaux inférieurs a autorisé la présence de plusieurs personnes simultanément. La décision prise fut de pratiquer un décapage intégral, sans programme de levés stratigraphiques (fig. 28).

• Fig. 28 – Microtopographie des couches d’occupation –1. Sens du pendage –2. Micro‑dépression –a. Couche 2 –b. Couche 4 –c. Couche 6. L’équidistance des courbes est de 2 cm.

6Des levés microtopographiques furent effectués tous les 10 cm, selon les deux axes du quadrillage (soit 100 mesures par mètre carré). Ces levés, après correction par rapport au niveau de référence général, ont conduit à la réalisation de plans comportant des courbes de niveau, dressés pour chaque couche, et se raccordant aux plans topographiques élaborés dans les passages. En fait la fouille par zones d’1 m2 de surface a l’avantage de permettre à la fois les repérages topographiques et les levés de coupes.

7En revanche elle présente l’inconvénient majeur de ne livrer aux archéologues qu’une portion limitée de l’aire d’occupation à un moment donné. Dans le cas du Bois‑du‑Mont, beaucoup de constatations n’auraient pu avoir lieu si nous n’avions pas eu la vision globale de l’élément B à chaque phase du remplissage. La synthèse à un stade précis de l’occupation de la structure, de la topographie, du mobilier livre d’emblée des associations perceptibles. Dans les passages, où l’occupation est limitée à une fonction essentielle, la circulation, les associations sont établies plus aisément, malgré l’absence d’un décapage intégral.

8Nous analyserons pour chaque couche et en commençant par la plus ancienne, son aspect général, sa répartition à l’intérieur de la cavité et sa relation avec les différents éléments structuraux. Le manque de données physico‑chimiques qui auraient pu être obtenues par l’analyse des prélèvements effectués depuis 1970 nous interdit de détailler actuellement la composition de ces couches. Le souci essentiel est donc d’étudier la distribution et la topographie d’une série stratigraphique qui, par sa présence dans le souterrain, élimine les hypothèses absurdes qui ont traité les remplissages des cavités aménagées comme des comblements exclusivement naturels venant après leur abandon.

2.2. Stratigraphie d’aménagement

2.2.1. Couche 1

9Au contact de la roche mère, à la base des passages A, H, I et de l’élément B, s’étend une couche dans laquelle dominent en quantité des apports de formation exogène (fig. 29). Des particules d’altérite sont associées à ce dépôt terreux. Si la composition d’ensemble paraît très constante, il faut cependant noter la présence localisée près des accès I, II et IV d’une faible quantité de particules argileuses. De plus, des matières organiques (feuilles mortes essentiellement) tombées dans la cavité par les ouvertures, et la descente par ruissellement le long des parois d’accès d’eau chargée d’acides humiques, sont à l’origine d’une coloration brune ou rougeâtre selon les endroits, et qui pénètre la couche en profondeur. Au fur et à mesure qu’on s’éloigne des ouvertures la coloration passe alors du rougeâtre au brun clair. L’altérite, jaunâtre, rend aisément lisible le dépôt, particulièrement dans les ensembles de relation.

• Fig. 29 – Coupes stratigraphiques (zone sud‑est). –1. Bloc –2. Particules terreuses grossières –3. Particules terreuses fines –4. Matériau d’origine organique –5. Altérite –6. Argile –7. Terre + altérite.

10Tout au long de la cavité, le dépôt est humide. Il faut surtout attribuer ce caractère à la présence des accès qui, laissant filtrer lors des averses une quantité d’eau (très minime à chaque chute de pluie), ont provoqué peu à peu une imprégnation de la couche. L’épaisseur de la couche est d’ailleurs très dépendante du contexte architectural. Au contact de l’ensemble Il, elle atteint 10 cm. Près de l’accès IV elle est encore de 8 cm. Dans le reste de la cavité l’épaisseur moyenne est de 6 cm. L’amplitude maximale des épaisseurs ne dépasse pas 5 cm. En coupe, on remarque une dépression topographique dans la région de l’axe médian des ensembles de relation. Elle est très faible d’une manière générale : 1 à 2 cm ; mais dans la zone proche de l’accès IV la dénivellation avoisine 4 à 5 cm. Ce caractère topographique dépend en partie d’une cause structurale et d’une cause stratigraphique. La couche a tendance à épouser l’allure générale des bases : elle se relève donc au contact des côtés, mais en même temps elle s’amincit de plus en plus. Les faibles dénivellations sont ainsi expliquées par l’apport supplémentaire de dépôts au milieu des passages qui comblent largement les creux topographiques. Dans le cas de dénivellations accentuées, l’épaisseur pratiquement constante de la couche ne corrige pas les irrégularités de la base. Il faudrait ajouter au caractère topographique la particulière dureté de la surface de la couche 1. Un tassement s’est produit : son intensité apparaît la plus forte dans les zones marquées par les dépressions topographiques. D’ailleurs la couche est, dans un tel contexte, souvent d’une grande dureté dans toute son épaisseur.

11Nous ne notons pas l’existence d’irrégularités secondaires en dehors de la dépression médiane. La couche est régulière selon un plan subhorizontal s’abaissant doucement vers l’axe central du passage. Nous retrouvons dans l’étude de la couche 2 bien des caractères communs au lit sous‑jacent.

2.2.2. Couche 2

12L’extension de ce dépôt se confond d’une manière générale sur le plan avec celle du précédent. Deux détails dans cette distribution identifient la couche 2 par rapport à la couche 1.

13Son étendue légèrement supérieure a pour cause l’évasement des parois à partir des bases qui, au niveau de la couche 2, laissent une surface utilisable plus grande. Dans l’ensemble écarté III, la couche disparaît au sud du passage H. La couche est épaisse en moyenne de 6 cm dans l’ensemble de relations IV ; près de l’accès IV il s’élève à 12 cm. La hauteur de la couche devient maximale au nord de l’ensemble Il où le dépôt atteint 20 cm. On retrouve là le rôle que jouent les ouvertures vers l’extérieur, à proximité desquelles l’accumulation est plus importante que dans le reste de la cavité. D’ailleurs l’épaisseur va croissante avec un dépôt de plus en plus riche en matériaux exogènes.

14A la base de la couche se trouve un mélange d’altérite, de particules terreuses, dans des proportions voisines de celles de la couche 1. En revanche, au sommet de la couche, près des accès, la place est faite essentiellement aux apports externes, si bien que la couleur brune domine largement. On peut même discerner un niveau entièrement terreux près de l’accès IV.

15La surface de la couche 2, très dure, connaît une dépression topographique courant tout au long de l’axe médian du passage I. C’est dans l’ensemble II que la topographie apparaît associée étroitement à la structure locale. Au pied des renfoncements 22 et 23 existent des dépressions profondes de 4 à 5 cm par rapport à la surface environnante. D’autres particularités sont présentes dans l’élément B. Il faut remarquer le prolongement de la dépression de l’ensemble IV, faiblement perceptible en B, qui suit le côté nord de B et dont une branche part en direction de l’ensemble écarté, évitant le côté dans lequel est creusé le passage C. La couche 2, par cette configuration, semble associée à la couche 3.

2.2.3. Couche 3

16La couche 3 (comme la couche 5) pose les problèmes les plus délicats de l’étude stratigraphique de la cavité. L’absence au moment de la rédaction de cette analyse de tout résultat de mesures et d’observations d’ordre chimique et physique des prélèvements interdit toute hypothèse concernant le stade précis d’étalement de ces dépôts.

17La couche 3 recouvre entièrement le niveau précédent. Elle s’étend sur la base de l’élément 22 et sur la totalité du passage H, formant une auréole à son débouché dans l’élément G. Sa limite nord est au niveau des fosses 9 et 10. La couche 3, constituée de particules organiques d’aspect cendreux, apparaît dans la stratigraphie comme un lit noir à gris très foncé selon les endroits. Dans l’élément B, au contact du passage l, la couche est d’un noir soutenu.

18Il semble que les particules qui composent ce niveau soient plus fines au sommet qu’à la base. La régularité de son épaisseur est toujours comprise entre 4 et 5 cm dans les ensembles I, II et IV. Dans le passage H, la couche 3 suit la tendance à l’amenuisement respectée par toute la série stratigraphique. La topographie de la couche épouse celle de la couche 2, mais l’aspect au niveau du renfoncement 22 est modifié par la pénétration de la couche 3 dans cet élément, fossilisant sa base. La relation dépression topographique et renfoncement occupé n’est donc plus respectée que pour le renfoncement 23. Cependant les caractères mobiliers nous montreront la liaison au stade de l’occupation de ces deux couches.

2.2.4. Couche 4

19Un lit d’altérite pure s’étend sur l’intégralité de la couche 3. Dans les coupes, le contraste est très net entre les lits jaunes et noirs. La roche se retrouve dans la couche 4 décomposée en particules grossières au sein desquelles nous discernons les minéraux qui la constituaient. L’absence de tout élément étranger (terre, particules organiques) à la constitution de la roche sous la surface de la couche implique un dépôt non pas progressif, mais effectué en un temps extrêmement court dans la cavité entière. L’épaisseur de la couche, de 15 cm en moyenne dans l’ensemble de relation IV, varie de 10 à 12 cm dans l’ensemble d’occupation II ; dans le passage A, elle ne dépasse pas 5 cm.

20Nous avons évoqué en 1973 l’hypothèse d’un dépôt volontaire. Les documents acquis depuis cette date confirment selon nous l’interprétation de la couche 4 comme étant le résultat d’une action de l’homme. Nous constaterons le même fait lors de l’étude de la couche 6.

21La microtopographie indique l’existence de la désormais classique dépression médiane dans l’ensemble IV, le passage A, le long de la paroi nord de l’élément B. La base des renfoncements 22 et 23 est recouverte. Les dépressions topographiques ont disparu à leur proximité. Une dépression relie le passage I au passage H, passant au large du côté oriental de l’élément B. Le fait, déjà constaté dans la topographie de la couche 2, n’est pas fortuit : il est caractéristique de la série stratigraphique. Nous reviendrons sur cet acquis, important pour la compréhension de l’organisation des occupations. Les dépressions topographiques coïncident avec une grande dureté de la surface du dépôt d’altérite.

22Le passage de la couche 4 à la couche 5 s’effectue sans transition sauf dans la zone située au pied de l’accès II. Là repose un lit de particules argileuses. Son épaisseur au contact de l’élément B, c’est‑à‑dire au sommet du cône formé par cette couche, est de 5 cm. Sur la périphérie elle ne dépasse pas 2 cm. Ce dépôt livre en plan une surface semi‑circulaire. Son origine est la conséquence de la présence de l’accès II dans cette zone de la cavité. Partout ailleurs la couche recouvre directement le niveau 5.

2.2.5. Couche 5

23La seconde couche noire révélée par la fouille a des caractéristiques très proches de celles de la couche 3. Son épaisseur, sa distribution sont voisines de celles de la première couche noire. Epaisse de 4 cm dans le passage A, elle atteint 5 cm dans l’élément B. L’épaisseur maximale est proche de l’accès IV : 3 cm. Les éléments topographiques se retrouvent sous la même forme et aux mêmes emplacements que dans la couche 4. Nous avons là une association des couches 4‑5 succédant à l’association 2‑3.

24Cette association est confirmée par l’identité des deux couches. La fossilisation des renfoncements 22 et 23 se poursuit par le dépôt de la couche 5. Les dépressions topographiques qui en étaient proches ont disparu déjà avec le dépôt de la couche 4 et ne reparaissent pas dans le lit cendreux. Du relief 12 seule est visible désormais la partie supérieure (qui en est la surface utilisable) dominant de moins de 10 cm la couche 5.

25Le processus de recouvrement de la couche noire est strictement identique à celui constaté à propos de la couche 3. Le niveau 5 disparaît totalement sous un dépôt d’altérite.

2.2.6. Couche 6

26Le second niveau d’altérite a une épaisseur moyenne de 10 cm dans l’ensemble IV et l’élément B, et de 5 cm dans le passage A. Sa composition, semblable à celle de la couche 4, évoque la même origine quant au mode de dépôt. L’action volontaire est de nouveau évidente : il suffit de vérifier avec quel soin la répartition de ce lit a été conduite, jusque dans les endroits les plus reculés par rapport à l’axe de circulation (renfoncements 22 et 23, passage H), pour éliminer toute hypothèse de desquamation naturelle et subite.

27La topographie de la couche 6 laisse percevoir une dépression particulièrement nette, reliant le passage A au passage H. Cette dépression évite la zone de l’ensemble d’occupation II comprise entre le renfoncement 23 et le passage H et longe le côté nord de B, rappelant ainsi des faits notés dans les couches sous‑jacentes. La dépression liée à l’ensemble IV paraît diffuse à son débouché dans B.

28L’occupation de cette couche semble tenir compte de facteurs nouveaux par rapport à celle des niveaux inférieurs. Le relief 12 ne révèle que sa partie supérieure. Sa fonction a dû évoluer depuis le début des occupations.

29La fossilisation du lit d’altérite est assurée dans le passage A par une troisième couche noire ; dans le reste de la cavité elle consiste en un dépôt de particules terreuses qui marquent la limite entre le remplissage d’occupation et la série de comblement naturel.

2.2.7. Couche 7

30Elle est semblable aux couches noires déjà entrevues par sa texture et les variations d’intensité de sa coloration. En revanche sa répartition est limitée à une zone restreinte du souterrain. La pénétration à l’intérieur de l’ensemble B s’effectue sous la forme d’une auréole au niveau du point 5.

31Entre les éléments 9 et 10 nous constatons la jonction des trois couches noires. L’épaisseur totale dans cette zone est d’environ 20 cm. C’est à partir de ce point que se diversifie la stratigraphie, incluant ’peu à peu les couches d’altérite déjà perceptibles à l’état de lits très fins. La discordance de cette stratigraphie est évidente : elle fossilise l’élément 13. Mais cette accumulation de dépôts archéologiques nous renseigne sur un fait remarquable : elle paraît éviter les éléments 9 et 10, tout comme si son extension était arrêtée par la présence de structures contenues dans les fosses. Ainsi la couche 7 connaît‑elle un rétrécissement important à leur niveau.

32Cela implique la continuation du rôle tenu par l’association architecturale 9 et 10 tout au long des occupations. Il faudrait peut‑être voir déjà dans ce caractère une indication de la contemporanéité relative entre la période de formation de la série stratigraphique et l’aménagement de la cavité à la fin de son creusement.

33Le relief 12 est totalement recouvert par la couche 7 qui repose directement sur sa surface utilisable. On peut discerner là, soit le désir de faire disparaître l’élément devenu inutile, soit la conséquence logique de la fossilisation de la partie nord de l’ensemble d’occupation II. Dans ce cas l’élément 12 étant pour sa partie supérieure, au même niveau que le sommet de la couche 6, il est confondu avec le remplissage archéologique.

34Au sud de l’ensemble d’occupation II et dans l’ensemble de relation IV, la couche 6 est directement recouverte par une sédimentation à base de particules terreuses. Nous ne pouvons pas préciser si le niveau reposant sur l’altérite est à dissocier chronologiquement de la série stratigraphique de comblement. Les éléments grossiers qui le constituent ne se différencient pas des lits supérieurs. Cependant nous verrons que la fouille a révélé des tessons caractérisant un sol d’occupation d’environ 3 à 5 cm d’épaisseur, dans l’ensemble d’occupation II.

2.2.8. Stratigraphie des éléments 3 et 5

35Des couches noires sont séparées de la base des renfoncements par un mince lit d’argile. Par leur aspect (coloration, compacité) elles paraissent identiques aux couches 3, 5 et 7 (fig. 30). En revanche elles s’en distinguent radicalement au vu de leur distribution. Elles sont spécifiques aux éléments 3 et5. La faible étendue recouverte par la couche dans le renfoncement 5 s’oppose à l’extension du lit cendreux sur toute la surface utilisable du renfoncement3. Ces couches forment le seul niveau d’occupation constatable dans ces éléments. La couche du renfoncement 5 est directement fossilisée par la série sédimentaire. Un lit d’altérite recouvre la couche de l’élément 3, mais la couche sus‑jacente est un dépôt terreux.

• Fig. 30 – Coupes stratigraphiques (zone nord‑ouest). Légende cf. fig. 29.

36Nous pouvons établir que les couches noires sont contemporaines. Il apparaît par contre très délicat de définir une chronologie relative entre elles et la série stratigraphique caractéristique de toute la cavité. Il serait pour le moins étrange que les éléments 3 et 5 n’aient connu qu’une seule occupation. Il vaudrait mieux saisir par la présence d’une seule couche une utilisation prolongée de ces renfoncements, mais accompagnée d’un nettoyage périodique permis grâce à la faible surface couverte et rendu peut‑être obligatoire parle type d’occupation qui s’y pratiquait. L’analyse stratigraphique définit les couches noires des renfoncements et la couche 7 comme fossilisées par la même série de comblement. Par là même nous établissons une limite supérieure de contemporanéité, sans pouvoir toutefois préciser, par la seule étude de la succession des couches, une limite inférieure.

2.3. Stratigraphie de remblaiement

37Le fait essentiel que l’on retire de l’étude du remplissage supérieur de la cavité est la vision d’une succession de cycles de dépôts. Cependant la présence de plusieurs accès dont la fréquence a permis une importante sédimentation complique l’analyse chronologique des différents niveaux observés. Logiquement nous commencerons l’étude de ce comblement par l’analyse des accès II et III, accès condamnés lors des occupations.

2.3.1. Stratigraphie des accès II et III

38Les puits D et E contiennent un remplissage d’altérite de particules terreuses, de blocs de dimensions n’excédant pas 20 x 20 cm (lesquels représentent l’essentiel du comblement). Très probablement, ces pierres furent extraites de la cavité lors de son creusement, mises de côté, et utilisées ainsi. Certaines d’entre elles, d’ailleurs, sont très friables et proviennent peut‑être de zones diaclasées. A la base des fosses, un niveau, constitué essentiellement d’altérite, forme une couche d’environ 5 cm d’épaisseur.

39Seul un temps d’utilisation très court des deux accès peut expliquer la présence d’altérite pratiquement pure. Des accès ouverts depuis longtemps auraient permis à un dépôt organique de recouvrir une telle couche. Un remplissage à base de terre a complété l’obturation des puits et, au niveau des ouvertures à la surface du sol, un lit de pierres d’environ 10 x 10 cm a terminé le comblement.

40Le problème dès lors fut celui de l’étanchéité des fermetures ainsi réalisées. La fouille a montré que, la condamnation des accès de creusement à peine achevée, on assiste à la formation de cônes de terre et d’argile. Les dépôts retrouvés au pied de l’accès II sont particulièrement révélateurs. De la couche 1 à la couche 6 les lits de sédiments externes ont bouleversé l’allure générale de la stratigraphie d’occupation, tant et si bien qu’à l’est du point 8 le remplissage est surtout constitué par un cône de terre. Les couches noires, en particulier, n’existent plus que sous forme de lambeaux dans cette zone. Au‑dessus de la couche 6 un très fort niveau d’argile nous montre un cône remarquablement net. Les lits sont fins, 2 à 3 mm ; ils se succèdent sur une épaisseur d’environ 15 cm. La microtopographie donne la direction de l’écoulement de ces nappes d’argile : elles se sont accumulées dans le passage H et dans l’élément central G jusqu’au point 12.

41Une analyse plus fine des lits d’argile indique qu’ils sont séparés par des niveaux de particules grossières. Or, la surface des nappes argileuses est craquelée et les fentes ainsi formées contiennent des éléments grossiers. Nous devons nous trouver en présence de témoins de phases humides et de périodes plus sèches. Le dépôt d’une couche d’argile s’accompagne dans un premier temps d’une période de dessication de sa surface, d’où la formation de fentes, et ensuite, pendant une phase de sécheresse, de l’arrivée de particules entraînées par la gravité et non point par l’eau. Si l’on peut considérer que les lits de particules grossières, tant dans le cas de l’accès Il que dans celui de l’accès III, ont filtré par l’intermédiaire du blocage non étanche des fosses, il faut évoquer le passage 20 pour expliquer le dépôt d’argile en nappes, traduisant obligatoirement le passage d’un film d’eau.

42Les fermetures de l’accès II en 1973 et de l’accès III en 1974 ont prouvé déjà qu’en très peu de mois des dépôts de particules fines et grossières peuvent survenir. L’influence saisonnière ne peut être saisie d’une manière objective car il faudrait attendre des années avant d’établir des statistiques annulant les aberrations climatiques possibles (été pluvieux, automne particulièrement sec...). Cependant nous avons d’ores et déjà constaté que les particules grossières sont propres aux périodes de temps sec. En aucun cas nous n’assistons à la formation de nappes d’argile du type de celles apparues au pied de l’accès II. Mais, le ruissellement diffus de l’eau sur les parois du souterrain crée l’accumulation de dépôts argileux sur la roche elle‑même, et semble être à l’origine de la présence des plaques d’argile trouvées le long des côtés du passage A, jusque dans le renfoncement II. Cette forme d’accumulation est constatée dans l’élément G où le comblement en particules grossières et fines est si important qu’il atteint au sud 130 cm.

43D’ailleurs, et c’est un élément essentiel pour l’appréhension des occupations dans la cavité, nous n’avons pas de traces de couches noires et d’altérite dans l’ensemble écarté III (si l’on excepte bien sûr le remplissage du passage H, prolongeant celui de l’élément B. Les galeries de rongeurs, fréquentes dans le souterrain tout entier, et les apports naturels de terre n’auraient pas provoqué la destruction complète des niveaux archéologiques si ces derniers avaient existé. Il faut conclure que l’élément G ne possédait pas de couche d’occupation. Or nous verrons que l’ensemble écarté III fut occupé, mais d’une manière indirecte.

44A partir de l’accès II le remplissage de terre a affecté la moitié environ de l’élément B et une grande partie de l’ensemble de relation IV. Les cycles de particules fines et grossières se retrouvent là sur une épaisseur variant de 40 à 70 cm dans la plus grande partie de la zone concernée. Les lits sont très fins, limités souvent à 1 cm. Le passage 18 est à l’origine de la formation d’un cône de terre de dimensions réduites dans le passage I ; il est lui aussi lité.

2.3.2. Stratigraphie de l’accès IV

45Les caractères généraux du remplissage de l’accès IV rappellent ceux définis plus haut, dans l’étude des accès II et III : prédominance de blocs de dimensions moyennes, 20 x 20 cm, apports terreux importants, présence d’altérite. La répartition de cette altérite au sein du remplissage de terre et de blocs est expliquée par la désagrégation des pierres. A la base de la fosse furent découvertes de gros blocs. Leurs mesures sont voisines de celles des pierres qui forment les murets dans les accès II et III. Dans le passage I, près de l’accès IV, et au‑dessus de la couche 6, reposent d’autres blocs semblables mêlés au dépôt terreux. Peut‑être avons‑nous là une tentative ratée d’élaboration d’un mur destiné à condamner l’accès à la fin des occupations. La conséquence de l’absence d’une fermeture étanche de l’accès se traduit dans la série sédimentaire par des accumulations importantes de pierres de toutes dimensions, emballées dans un matériau où l’on trouve essentiellement de l’argile et des particules grossières.

46Déjà, dès l’analyse architecturale, nous percevions la difficulté d’établir un muret de gros blocs qui, pour assurer une étanchéité convenable, devait, de par la découpe de l’ouverture débouchant sur le passage, subir une forte pression due à la masse importante du remplissage contenu dans l’accès. Il est donc possible qu’il y ait eu dans cette zone l’édification d’un mur de grosses pierres, dont l’effondrement n’aurait été suivi d’aucun réaménagement. En fait, à cause de l’absence d’un muret, les infiltrations d’eau à l’intérieur de l’accès, les déplacements de particules terreuses n’ont pas produit une série sédimentaire régulière.

2.3.3. Stratigraphie de l’accès I

47La fermeture de l’accès I est essentiellement soumise à l’influence de la surface du sol, toute proche. Les hommes du Moyen Age ont simplement disposé sur l’ouverture deux dalles. Par les espaces laissés libres entre les dalles et leurs abords, une pénétration de particules externes a été permise selon un système régulier. La stratigraphie résultant de la succession des phases de dépôt nous fait percevoir l’existence de cycles associant les lits d’éléments fins aux niveaux d’éléments grossiers (fig. 30).

48Nous distinguons quatre cycles dans le cône d’accumulation fouillé au pied de l’accès. Nous ne pouvons définir la durée précise des différentes phases de dépôts. Seules sont retenues, dans l’état actuel des recherches, les associations suivantes, constatées dans toute la cavité : phase humide = lit de particules fines ; phase sèche = lit de particules grossières.

2.4. Synthèse

2.4.1. Généralités

49Nous avons analysé une série de dépôts archéologiques dont le nombre et l’épaisseur totale livrent des connaissances particulièrement précieuses pour la compréhension de l’évolution des occupations de la plus ancienne à la plus récente. Les interprétations que nous établissons sont élaborées d’après l’étude combinée des caractères structuraux et des éléments stratigraphiques.

50Le recoupement des divers documents de fouille leur assure une grande vraisemblance. Nous pouvons donc dégager deux grandes orientations dans notre réflexion. Il s’agit d’abord de la recherche du volume occupable aux différentes occupations, conduisant à la notion de fossilisation progressive des éléments structuraux. Ensuite, l’analyse des espaces d’aménagement à la surface des sols d’occupation, dans leur contexte architecturai, nous donne une ébauche de l’organisation de la vie dans le souterrain du Bois-du-Mont.

51La reconstitution d’une coupe théorique de la stratigraphie, calculée à partir de l’étude analytique et intégrée à une coupe structurale, montre que la succession des dépôts archéologiques a modifié les modalités du séjour (fig. 31).

• Fig. 31 – Réduction de la hauteur sous voûte – a. stratification, recul de la voûte – 1. Altérite – 2. Terre – 3. matériau d’origine organique – b. Evolution régressive de la hauteur libre sous voûte (100 % à l’origine) – 4. Bois-du-Mont – 5. situation hypothétique (voûte conservant son aspect originel ; couches de recouvrement (5 et 3) constituées de matériaux terreux apportés de l’extérieur).

52La hauteur moyenne sous voûte mesurée actuellement dans les ensembles l, II et IV est de 150 cm. Or, elle n’a jamais atteint cette valeur, même au premier stade de l’occupation de la cavité. Pour avoir une idée à peu près exacte de la situation réelle, il faut abaisser la voûte sur la coupe de la hauteur totale des dépôts d’altérite (couche 4 et 6). Aussi paradoxal que puisse paraître ce fait, les hommes ont en effet détruit la voûte au fur et à mesure du réhaussement des couches. Il s’agit là d’une action très logique.

53La nécessité de recouvrir les couches noires après leur occupation est évidente, puisque nous avons vu que les niveaux d’altérite leur succèdent immédiatement. La première attitude pourrait être de déposer sur les couches un lit de terre recueillie à l’extérieur du souterrain. Or, ce serait une initiative malheureuse : les niveaux nouvellement formés provoqueraient une élévation de la hauteur du remplissage telle que la hauteur sous voûte s’abaisserait au stade représenté parlesommetdelacouche6, à 70cm environ. De plus un problème pratique se poserait. Il s’agit de la recherche à l’extérieur d’une quantité de terre suffisante pour recouvrir les couches, de son transport dans la cavité et de son étalement sous une voûte laissant libre un espace de 100 cm de hauteur lors de la fossilisation de la couche 3, et de 80 cm au stade de recouvrement de la couche 5.

54En établissant une couverture des couches noires au moyen de la roche formant la voûte, les occupants ont résolu deux problèmes. Ils ont trouvé un matériau sur place facilement exploitable. Nous constatons que, dans les ensembles l, II et IV, la hauteur sous voûte est plus importante que dans l’ensemble III. L’ensemble écarté ne contient, nous l’avons vu, aucun remplissage à base d’altérite et de couches noires.

55Les traces d’enlèvement sont parfois visibles entre les renfoncements 22 et 23, et dans l’ensemble de relation IV. Il nous faut donc admettre que, dans ces régions, dans la mesure où l’on constate que les enlèvements de matériaux furent effectués seulement sur la voûte, la coupe originelle, abaissée de 20 à 25 cm, nous livre la vision d’une voûte plutôt en plein cintre qu’en arc brisé.

56L’altérite n’étant pas transportée sur une grande distance, elle n’a pas été pénétrée par des corps étrangers : elle est libre de tout apport terreux. Les occupants de la cavité ont limité au maximum par ce moyen l’abaissement de la hauteur sous voûte. Les couches noires, bien que de faible épaisseur participent seules à la tendance à l’amenuisement du volume utilisable. L’épaisseur constante des couches d’altérite dans l’ensemble d’occupation II (sauf pour sa partie nord) et dans l’ensemble de relation IV peut s’expliquer par la régularité de l’enlèvement de la roche sur la voûte, qui apparaît ainsi après chaque opération très régulière dans sa coupe longitudinale. Peut-on alors envisager l’hypothèse d’un contrôle continu de la hauteur moyenne sous voûte au cours du recouvrement des couches noires ? Nous constatons simplement que la régularité dans la distribution des couches d’altérite et la variation de son épaisseur en des points donnés assurent une distance voûte-base remarquablement homogène dans toute la cavité.

57La variation du volume d’espace libre dans le souterrain dépend à l’évidence de l’épaisseur des couches traduisant les occupations successives. La réduction progressive de la hauteur sous voûte n’est pas compensée par l’accroissement (faible) de la surface utilisable, dû à l’éloignement des côtés à partir des bases. On voit que la perte d’espace libre est particulièrement sensible dès l’apparition de la couche 4. Il doit sûrement s’établir une relation entre la durée d’une occupation et l’importance du volume d’espace disponible. Un troisième élément vient s’ajouter à cette relation : il s’agit de l’évolution de la configuration de l’espace intérieur, liée à la disparition sous le remplissage de certains éléments architecturaux.

58Les couches 1 et 2 concordent avec la structure. Ce sont les seuls niveaux qui caractérisent une occupation optimale du souterrain, selon la volonté originelle d’occupation. Au-delà, les discordances se multiplient. Nous pouvons donc définir les relations conformes ou non entre les occupations successives et le contexte architectural.

59La synthèse des caractères structuraux et stratigraphiques (microtopographie, association des couches formant une seule occupation) permet l’élaboration de plans successifs dans lesquels s’inscrivent les éléments essentiels de l’organisation de la vie à l’intérieur du souterrain. Toutefois il apparaît fondamental d’établir une nomenclature contenant les caractères correspondant à l’occupation du site.

60La publication de la fouille de Pincevent a livré des définitions propres à l’analyse ethnographique d’un gisement archéologique. Cependant la différence existant entre les phénomènes archéologiques d’un site préhistorique et ceux d’un site médiéval nous interdit une application fidèle de la terminologie mise au point à Pincevent.

2.4.2. L’occupation I

61Nous pouvons considérer comme première phase d’occupation la période au cours de laquelle fut creusée la cavité.

  • 1 En fait l’ensemble III, au stade du creusement, est un ensemble ouvert. Son caractère « écarté » na (...)

62La couche 1 témoigne à elle seule de l’existence de cette occupation. La présence d’une aire de passage paraît très logique. Il faut noter l’emplacement des espaces de stationnement associés au renfoncements 22 et 23, et au relief 12. Cette occupation, nécessairement différente de par sa position chronologique des occupations ultérieures, ne ménage pas un espace d’accumulation auprès de l’accès II, ce dernier étant encore ouvert à ce stade d’utilisation de la cavité. L’aire de passage parcourt l’ensemble écarté III, conduisant à l’accès III également ouvert. Il faut donc remarquer l’illogisme du rapport établi entre l’aire de passage et l’élément G, la simple volonté de passer de l’accès au reste de la cavité ne justifiant pas le creusement d’une salle. L’utilisation de l’espace intérieur implique donc l’obturation préalable du puits1.

63Le caractère provisoire de l’axe de circulation dans cette zone de la cavité est, une fois de plus, mis en valeur. On ne peut observer non plus un espace réservé d’une grande ampleur dans l’ensemble d’occupation interne Il. La raison essentielle d’une telle situation est la relation en ligne droite que traduit l’aire de passage conduisant de l’ensemble I à l’accès Il. L’occupation I évoque en somme les péripéties du creusement de la cavité. L’utilisation de l’espace intérieur n’est pas optimale. L’ébauche d’une organisation future de la vie dans le souterrain transparaît cependant dès le début de l’occupation II.

2.4.3. L’occupation II

64La couche 2 montre à sa surface une disposition des espaces établie en fonction directe de l’architecture environnante. L’aire de passage ménage un large espace réservé dans l’ensemble d’occupation II (fig. 32). De plus elle contourne un espace au pied de l’accès II. Nous pouvons le définir déjà comme un espace d’accumulation de par sa faible surface et son association avec l’accès condamné, éléments qui interdisent, nous le verrons, une activité de même type que dans les espaces réservés.

65Bien que l’ensemble écarté n’ait pas de contexte stratigraphique précis, l’environnement architectural permet d’établir un cadre général de la disposition des espaces. Au pied de l’accès III un « espace d’accumulation » entre en association directe avec un large espace réservé lié aux excavations 45 à 49. La fonction, quelle qu’elle soit, de ces éléments interdit une prolongation à leur niveau de l’aire de passage qui doit rester très limitée, ayant pour seul rôle de permettre la jonction de l’ensemble de la cavité avec leur ensemble organisé. Le dépôt de la couche 3 au cours de l’occupation II ne rompt pas l’ordonnance générale, sauf au niveau du renfoncement 22. Ses caractères mobiliers le rattacheront indubitablement à la même période.

66Nous avons donc là une élaboration de l’organisation du séjour qui exploite d’une manière optimale le contexte architectural dans la volonté de préparer une occupation liée fidèlement à la structure. Il ne faut donc pas éloigner dans le temps l’établissement de ce séjour de la phase de creusement du souterrain.

2.4.4. L’occupation III

67Les caractères de l’occupation III semblent montrer un faible écart chronologique entre celle-ci et la précédente. L’implantation des espaces sur la couche 4 relève d’une organisation générale maintenant connue au sein de l’ensemble II.

68L’espace réservé et l’espace d’accumulation associé à l’accès II condamné sont fidèlement restitués. Tout à fait logiquement le remplissage des renfoncements 22 et 23 provoque l’apparition d’espaces d’accumulation alors que subsiste l’aire de stationnement du renfoncement II.

69L’aire de passage est aussi distincte dans l’ensemble Il que dans l’ensemble IV. Aucune raison ne permet en revanche de définir l’organisation des espaces dans l’ensemble écarté par d’autres critères que précédemment. L’aire de passage qui vient de l’ensemble d’occupation II a évidemment pour cause l’existence d’un espace réservé dont la surface n’a pas dû, régresser considérablement (la nappe de particules externes s’est peu étendue sur l’espace d’accumulation depuis la fin de l’occupation II).

70La couche 5 formant la phase essentielle de l’occupation reflète avec précision les dispositions reconnues sur la couche 4. Au-delà de l’occupation III les caractères topographiques ne sont que peu modifiés dans leur ensemble.

2.4.5. L’occupation IV

71Le fait remarquable est la disparition de l’aire de stationnement associée au relief 12, le remplissage, nous l’avons vu, atteignant le niveau de sa partie supérieure. Par contre, l’aire de passage garde ses caractères de netteté dans l’ensemble d’occupation interne II, mais est moins distincte dans l’ensemble de relation IV également. Il faudra rechercher lors d’une réflexion générale l’hypothèse expliquant par les documents archéologiques une telle observation. La relation entre ces ensembles et l’ensemble écarté reste évidente.

72Les trois espaces d’accumulation subsistent dans les renfoncements fossilisés 22 et 23, et au pied de l’accès II. L’espace réservé de l’élément B est d’une surface importante tout comme précédemment. Dans le même ensemble d’occupation il est associé à un nouvel espace réservé qui occupe en fait en plan le renfoncement 11.

73La couche 7 respecte dans sa faible extension une telle organisation. La couche fine de particules terreuses qui lui succède dans le reste de l’ensemble d’occupation Il restitue également cette implantation des espaces. L’occupation IV constitue la phase terminale des séjours dans les ensembles II, III et IV. Dans l’ensemble de relation Iles renfoncements 3 et 5 contiennent des couches dont la liaison avec les occupations tardives pourrait être retenue.

2.4.6. L’occupation des éléments 3 et 5

74Ces renfoncements constituent, au niveau des occupations, des espaces non dynamiques. L’appellation d’aire de stationnement exigeant une somme de caractères topographiques et architecturaux précis, il serait inacceptable dans une étude objective de l’employer actuellement à propos des occupations dans ces renfoncements. Il reste donc à définir comme des espaces réservés les zones d’occupation ainsi concernées. Nous pouvons d’ores et déjà associer ces espaces à l’organisation générale des différentes occupations : ils restent remarquablement stables de la première à la dernière.

75L’étude du mobilier pourra peut-être rattacher à une occupation précise la phase dont les couches dans les renfoncements restent les témoins. Il apparaît d’ailleurs très enrichissant pour la connaissance de la vie dans le souterrain de suivre une analyse de la répartition du mobilier et de ses caractères propres, conduite au niveau de chaque occupation.

Annexes

Figure 32 Organisation et matérialisation des séjours

La représentation de la répartition des vases sur les plans d’occupation doit permettre, selon notre méthode d’analyse, la détermination de la zone sur laquelle sont distribués les tessons d’un même ensemble. Compte tenu de l’abondance des vases sur un même niveau d’occupation, on ne peut symboliser chaque tesson par un point sur le plan. Cela créerait une confusion d’autant plus absurde qu’il s’agit de déceler d’abord les grandes tendances de la distribution des vases, après un temps donné d’occupation du sol archéologique.

Dans le cas de l’occupation Il, il faut retenir l’association des vases avec les aires de passage. La fréquence des vases au voisinage immédiat de l’accès IV implique un rô1e actif de cet accès lors de l’occupation II ; l’étirement de la zone de répartition des tessons, s’il est influencé inévitablement par l’exiguïté du passage l, annonce aussi des variations dans les intensités de fragmentation. Or il faut remarquer l’étirement des vases 5 et 6 vers le sud, c’est-à-dire en direction des ensembles non fouillés en 1975. Au contraire, la répartition du vase 11 indique un déplacement vers les ensembles étudiés.

D’après les premières observations il est possible d’établir une chronologie relative de ces différentes répartitions. L’antériorité de la fragmentation du vase 11 par rapport à celles des vases 5 et 6 est exprimée, entre autres caractères, par un étalement plus grand. Les vases 22 et 42sontcependantles plus anciennement fragmentés. L’arrêt de leur étalement est dû au fait que la couche 2 qui les contient fut recouverte par la couche contemporaine du dépôt des vases 5, 6 et 11. Le phénomène de dispersion fut alors rendu inexistant par la fossilisation. Il en est de même, d’ailleurs, des vases 1, 2, 3 et 21. Les vases 17 et 2 traduisent, par leur étalement, des phases de fragmentation plus brèves que celles des vases 5 et 6.

Il faut remarquer le rô1e de la fermeture F1 dans la limitation de la dispersion des vases. Par contre, la fermeture F2 devait être suffisamment légère pour autoriser, en même temps que la libre circulation des hommes, l’étalement des vases. D’ailleurs le sol d’occupation ne porte aucune trace de cette séparation.

Deux caractères essentiels définissent l’occupation III dans la répartition du mobilier. Il faut d’abord noter la concentration des objets dans l’ensemble interne d’occupation II. Nous devons remarquer la faible dispersion générale des vases. Par ces deux aspects, l’occupation II et l’occupation III sont en opposition totale.

L’ensemble II est marqué par une grande densité d’objets, surtout répartis sur l’aire de passage. La pénétration des tessons dans les espaces réservés et d’accumulation est faible, sauf si l’on tient compte de la présence dans l’espace d’accumulation oriental des vases 15 et 16 en totalité et de la plupart des tessons du vase 14. Leur dépôt volontaire est évident. L’espace d’accumulation situé au nord contient des tessons poussés de c6té par un étirement des zones de répartition des vases, qui restent pour l’essentiel contenus, nous l’avons vu, sur l’aire de passage.

L’espace d’accumulation, au sud, ne contient pas de tessons associables aux vases étudiés. Il est marqué par la présence de pierres en vrac. Cette pauvreté en tessons doit être expliquée par l’interposition de l’espace réservé qui reçoit, lui, quelques fragments provenant de l’aire de passage. Cet espace paraît pourtant propice à une accumulation d’objets, étant bordé par l’aire de passage. La volonté des occupants devait être de ménager l’espace réservé, dès le début de l’occupation. Il est évident que le contact direct aire de passage/espace réservé ne peut empêcher des interpénétrations d’objets. Mais la présence de fusaïoles en plomb strictement propres, dans l’occupation III, à l’espace réservé n’apparaît pas fortuite. L’élément central B est suffisamment grand pour que s’y déroule une activité sur un espace statique.

Les zones de répartition des vases apparaissent restreintes autant en superficie qu’en étirement. Deux critères déterminent ces caractères : le déplacement court et le stationnement. On se rend compte aisément que les déplacements sont limités à l’ensemble d’occupation II. Le piétinement a dû consister en déplacements très courts (petits pas) et en stationnements, au contraire de ce qui se passait dans les couloirs, au cours de l’occupation III. Si l’on considère uniquement la répartition des objets, on se rend compte que l’ensemble d’occupation II est le centre essentiel du séjour. On peut mieux préciser cette caractéristique en notant l’importance que revêt l’espace réservé aux abords duquel se trouve la plus grande concentration d’objets.

Deux vases ont une répartition commune aux éléments A et B. Ce sont les vases 25 et 28. Les autres vases de l’ensemble II, à l’est de la limite de A et B, ont une répartition paraissant s’arrêter brusquement, tout comme si un élément étranger empêchait une extension à l’ouest. Au niveau de cette limite dans leur répartition, il faudrait associer la présence de la fermeture F2. Un dispositif léger de séparation au sol entre le passage A et l’élément central B pourrait être à l’origine d’un tel comportement du mobilier. La nécessité pour les occupants d’arrêter de marcher avant de franchir cette séparation entraînerait en effet l’extension des tessons vers l’ouest. Ainsi l’aménagement de la fermeture, de l’occupation II à l’occupation III aurait été modifié. La position des différents tessons des vases 25 et 28 pourrait être alors le résultat d’une répartition antérieure à la pose de fermeture.

L’intensité de l’occupation (si l’on s’en tient toujours à la répartition des vases) paraît très faible dans la zone occidentale de l’ensemble II. Aux fragments des vases 25 et 28 s’ajoutent ceux des vases 4 et 44. Par sa configuration, l’espace constitué par l’aire de stationnement et l’aire de passage qui le bordent ne peut donner lieu qu’à des activités conduites par des occupants assis sur le siège de l’aire de stationnement et à des échanges entre l’extérieur de la cavité et l’est de l’ensemble II. Cependant, nous rappellerons que, pour trois raisons essentielles, cet espace est bien associé au niveau des occupations au reste de l’ensemble II et non à l’ensemble I :

  • les niveaux archéologiques d’occupation se terminent au nord-ouest de l’aire de stationnement ;

  • le mobilier est inexistant au-delà des éléments 9 et 10, supports structuraux d’une fermeture (F1) ;

  • le sol d’occupation ne connaît, au stade de l’occupation III, une pente forte qu’au niveau de cette fermeture.

La séparation entre les éléments A et B apparaît donc, si elle est utilisée au cours de l’occupation III, d’une importance secondaire par rapport à la fermeture F2. L’ensemble d’occupation interne est donc un centre essentiel d’occupation, mais il faut remarquer l’absence totale d’extension de vases vers l’ensemble IV. L’inexistence d’un mobilier quelconque au niveau de l’occupation dans cet ensemble de passage empêche d’emblée toute pénétration d’objets venant de l’ensemble IV dans l’ensemble II. En revanche, des échanges de la zone centrale de l’ensemble II vers l’ensemble III auraient nécessairement provoqué une extension dans cette direction de la répartition des vases. Cette appréciation du comportement du mobilier est fondamentale dans l’établissement du caractère des occupations au niveau des échanges entre ensembles.

• Fig. 32 – Organisation et matérialisation des séjours. –a. Occupation II –b. Occupation III –1. Espace d’accumulation –2. Espace réservé –3. Aire de stationnement –4. Structure de situation –5. Galets, bloc de quartz –6. Fusaïole –7 Disque –8. Silex –9. Lissoir –10. Fer.

Notes

1 En fait l’ensemble III, au stade du creusement, est un ensemble ouvert. Son caractère « écarté » naîtra de la condamnation de l’accès III.

Table des illustrations

Légende • Fig. 27 – Extension des couches archéologiques –1 à 7. Couches de la série stratigraphique principale –a. Couche cendreuse du renfoncement 3 –b. Couche cendreuse du renfoncement 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende • Fig. 28 – Microtopographie des couches d’occupation –1. Sens du pendage –2. Micro‑dépression –a. Couche 2 –b. Couche 4 –c. Couche 6. L’équidistance des courbes est de 2 cm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende • Fig. 29 – Coupes stratigraphiques (zone sud‑est). –1. Bloc –2. Particules terreuses grossières –3. Particules terreuses fines –4. Matériau d’origine organique –5. Altérite –6. Argile –7. Terre + altérite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende • Fig. 30 – Coupes stratigraphiques (zone nord‑ouest). Légende cf. fig. 29.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34375/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende • Fig. 31 – Réduction de la hauteur sous voûte – a. stratification, recul de la voûte – 1. Altérite – 2. Terre – 3. matériau d’origine organique – b. Evolution régressive de la hauteur libre sous voûte (100 % à l’origine) – 4. Bois-du-Mont – 5. situation hypothétique (voûte conservant son aspect originel ; couches de recouvrement (5 et 3) constituées de matériaux terreux apportés de l’extérieur).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34375/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende • Fig. 32 – Organisation et matérialisation des séjours. –a. Occupation II –b. Occupation III –1. Espace d’accumulation –2. Espace réservé –3. Aire de stationnement –4. Structure de situation –5. Galets, bloc de quartz –6. Fusaïole –7 Disque –8. Silex –9. Lissoir –10. Fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/34375/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search