Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Imaginaires archéologiques

 | 
Claudie Voisenat

I

L’abîme au trésor, ou l’or fantôme de Rennes-le-Château

Christiane Amiel

Full text

Il n’y a pas, comme on le dit facilement, une petite histoire touristique et médiatique contrastant avec une histoire universitaire savante, il n’y a pas deux histoires, l’une aimable et fantaisiste et l’autre véritable et érudite, il y a en fait des myriades de façons de consommer l’Histoire, de façonner les représentations du passé, de se construire avec ses souvenirs scolaires, sa religion et ses opinions, avec les influences des médias et ses propres expériences, une histoire fantasmée et toute personnelle. Du moins est-ce cette multiplicité non pas d’histoires, mais, plus exactement, de « consommations de passé » que j’ai cru comprendre en lisant les récits de trésors cachés (Bercé 2004 : 12).

Aux sources du mythe

1En 1885, le curé Bérenger Saunière est nommé dans la paroisse de Rennes-le-Château, petit village de trois cents habitants dans la haute vallée de l’Aude. L’église, qui date des environs du viiie siècle, est en mauvais état. L’abbé entreprend des travaux de rénovation et découvre dans les piliers de l’autel des rouleaux de bois contenant des parchemins manuscrits. Il trouve ensuite, sous le pavement de l’église, une sépulture avec une dalle sculptée représentant deux cavaliers montés sur le même cheval et une « oule » (ola en occitan), une marmite emplie de pièces d’or et d’objets de culte. Les faits sont attestés, avec quelques petites variantes, par des témoins qui aidaient le prêtre dans ses travaux (Descadeillas 1991 : 17-19). Aujourd’hui, les parchemins et la traduction qu’aurait pu en faire Saunière ont disparu. La « dalle du chevalier » fut classée en 1947 et exposée au musée lapidaire de la cité de Carcassonne, puis rapatriée à Rennes en 1970. Selon l’historien René Descadeillas, le magot aurait été enterré à la Révolution par l’abbé Bigou, pour le soustraire aux inventaires (ibid. : 20). Mais, selon la légende, Bérenger Saunière continue ses recherches et se livre à d’étranges manœuvres qui vont faire penser qu’il n’a découvert que la première partie d’un trésor exceptionnel. Il est ainsi surpris, la nuit, creusant dans le cimetière et bouleversant l’agencement des tombes. Dans les années 1888-1889, tout en poursuivant la rénovation de l’église, il se lance dans des constructions jugées somptueuses : la villa Béthanie, destinée à accueillir les prêtres à la retraite, deux tours reliées par un vaste chemin de ronde à l’aplomb du promontoire sur lequel est bâti le village, un jardin d’agrément... Le tout sera meublé et aménagé avec luxe, le prêtre y tiendra table ouverte, offrant à ses convives les mets et les alcools les plus raffinés. Soupçonné par l’évêché de se livrer à un trafic de messes, Bérenger Saunière sera, un temps, interdit de ministère à Rennes, mais réussira à réintégrer son poste et son « domaine ». À sa mort, en 1917, il laisse dans la région le souvenir d’un étonnant « curé aux milliards », ayant profité de la découverte d’un trésor pour mener la « grande vie ».

  • 1 Je fais référence aux deux best-sellers mondiaux : L’Énigme sacrée de Michael Baigent, Richard Leig (...)

2Voilà, à grands traits, le fait divers autour duquel va se construire un légendaire à résonance internationale. Pour se défendre du délit de simonie, l’abbé a allégué des dons de bienfaiteurs anonymes. Mais l’origine de cet argent ne sera jamais élucidée et cette incertitude hissera l’histoire au rang de « mystère » alimentant plusieurs hypothèses : découverte d’un trésor à tiroirs, d’un secret généalogique sur les lignées royales françaises dont Saunière aurait monnayé le silence, participation à un complot royaliste pour lequel il aurait reçu des fonds... Aucune théorie n’annule tout à fait les précédentes et, au fur et à mesure des recherches, les pistes s’ajoutent et s’entremêlent dans un système de ramifications où la critique des unes en produit d’autres. En 1955, lorsque la légende en est à ses premiers balbutiements, il est question d’un trésor dissimulé par Blanche de Castille au moment de la Croisade. Puis, d’année en année, de nouveaux thèmes surgissent qui en appellent aux Cathares, aux Templiers, au Graal, au Prieuré de Sion, à la descendance de Jésus-Christ et de Marie Madeleine... Il ne s’agit plus de trouver un trésor monétaire mais de décrypter des « énigmes sacrées », des messages codés1 pour aboutir à la révélation de secrets remettant en cause l’histoire officielle des civilisations. Aujourd’hui, l’heure est à l’analyse et à la vérification des plus infimes détails, à la contestation mutuelle des théories, à l’éclosion toujours renouvelée de pistes inédites, à un pluralisme débridé qui, mêlant érudition et extrapolation, recourt à la géologie, à l’histoire, à la préhistoire, à l’ésotérisme, à l’histoire religieuse, au mysticisme, au paranormal, à l’ufologie...

  • 2 Dès 1968, l’ouvrage fut réédité dans la collection de poche « J’ai lu. L’aventure mystérieuse » sou (...)

3Le « mystère » de Rennes-le-Château attire une foule de visiteurs venus de tous les pays, suscite une production éditoriale à croissance exponentielle, fait régulièrement l’objet d’articles de presse, d’émissions de radio ou de télévision et de films ; plusieurs sites Internet lui sont consacrés dans de nombreux pays. La chronologie de cet élargissement du territoire s’organise autour de la venue d’interprètes de l’extérieur. La première période, qui débute en 1956, est celle des chercheurs de trésors avec pelles et pioches, attirés par la légende locale. En 1967, le livre de Gérard de Sède L’Or de Rennes2 marque l’ouverture du temps de l’ésotérisme. En 1969, l’écrivain anglais Henry Lincoln, en vacances dans le sud de la France, découvre l’ouvrage et convainc un producteur de la BBC de faire un film sur le sujet. Gérard de Sède, contacté, envoie plusieurs informations complémentaires, notamment le texte d’un message codé où il est question du peintre Nicolas Poussin, et les photographies d’une tombe, des environs de Rennes, identique à celle figurant dans le célèbre tableau Les Bergers d’Arcadie. En 1972, Lincoln sort un premier film, Le Trésor perdu de Jérusalem, et devant son succès un second suit en 1974, Le Prêtre, le peintre et le démon. Le mystère de Rennes-le-Château déborde des frontières nationales et Gérard de Sède est assez vite dépassé par la recherche anglo-saxonne, par l’audace de ses théories et par la multiplicité de ses supports médiatiques – livres, films, émissions de radio et de télévision. En 1979, Lincoln signe, avec la collaboration de Richard Leigh et Michael Baigent, un troisième film, L’Ombre des Templiers. En 1982, ils publient un livre : L’Énigme sacrée, qui révèle un secret à portée mondiale, celui de la descendance de Jésus et Marie-Madeleine. Vingt ans plus tard, l’Américain Dan Brown s’en inspire pour écrire un roman, Da Vinci Code, qui devient un best-seller international.

4En un demi-siècle, on est passé d’un trésor matériel à un secret spirituel, d’une construction indigène à un assemblage cosmopolite. S’il y a eu envahissement par des mythes exogènes, il n’y a pas vraiment eu rupture et remplacement, mais plutôt contamination, sédimentation, hybridation et entrelacs. La longue durée relative de cette histoire fait de Rennes-le-Château un terrain privilégié pour observer les façons dont on invente et réinvente l’imaginaire archéologique du lieu.

De pics et de pioches

5Jusqu’à l’année 1956, le village vit au rythme ordinaire d’une petite communauté rurale. L’histoire du curé aux milliards paraît presque oubliée. Mais les 12, 13 et 14 janvier, trois articles successifs, occupant chacun une page et abondamment illustrés de photographies, paraissent dans La Dépêche du Midi sous le titre : « D’un coup de pioche dans un pilier du maître-autel, l’abbé Saunière met à jour [sic] le trésor de Blanche de Castille ». Les autres journaux consacrent à leur tour quelques colonnes au mystère de Rennes-le-Château qui fait ainsi ses premiers pas dans les médias. Les retombées sont immédiates, le village devient un lieu d’attraction, aussi bien pour les simples curieux que pour d’acharnés chercheurs d’or. Que s’est-il passé pour que l’affaire du trésor ressurgisse aussi soudainement ?

  • 3 « L’“Homme”, c’était une espèce de caillou qui avait vaguement une tête humaine, mais il n’y avait (...)

6À la mort de l’abbé, son domaine est revenu à Marie Dénarnaud, que la rumeur présente comme la « madone du curé ». En 1946, Marie, seule et âgée, lègue par testament tous ses biens à Noël Corbu et à sa femme, qui, depuis peu, vivent à son domicile et s’occupent d’elle. Marie Dénarnaud a évoqué avec eux l’histoire du trésor et leur a promis de leur en révéler le secret. Mais elle meurt en janvier 1953 sans avoir parlé. Noël Corbu fouille dans le domaine sans succès. Il décide alors d’ouvrir un hôtel-restaurant. Le site est pittoresque mais reculé, la petite route sinueuse qui y conduit s’arrête là, et il n’est pas sûr qu’une publicité ordinaire suffise à faire venir la clientèle. L’énigme du trésor du curé que Noël Corbu enjolive avec verve va attirer curieux et touristes. Il leur fait écouter une bande magnétique où, en préambule à l’histoire du trésor, il raconte celle de Rennes-le-Château qui, dit-il, « se perd dans la nuit des temps ». Même sans le croire, on peut apprécier ses talents de conteur et de metteur en scène. L’endroit offre également une autre attraction : la visite de l’ancien château seigneurial sous la houlette bienveillante des nouveaux propriétaires. L’un, le père, est féru de paléontologie, l’autre, le fils, d’astronomie. Le premier expose ses trouvailles dans un petit musée : la tête de l’« Homme fossile des Corbières », le « Chien de l’homme fossile », la « Libellule fossile »3... Le second, cartes en main, explique comment la géographie terrestre a sa correspondance dans le ciel, comment les lieux d’ici-bas sont répartis selon les constellations... Le village devient un but de distraction et de promenade dominicale. La question de la vérité historique est secondaire, l’important est dans le plaisir d’écouter.

7Noël Corbu estime très exactement, « d’après les archives », le trésor à dix-huit millions et demi de pièces d’or. C’est le trésor de la couronne de France, rassemblé par Blanche de Castille pour payer la rançon de Saint Louis prisonnier des infidèles, et dont elle a dissimulé le surplus à Rennes. Bérenger Saunière n’en a trouvé qu’une partie, il faut donc continuer les investigations. Sous l’œil, d’abord sceptique et amusé, puis lassé et irrité, de la population, Rennes devient le théâtre d’une grande chasse au trésor.

8René Descadeillas, conservateur de la bibliothèque municipale de Carcassonne, se souvient des déboires des premiers chercheurs qui, en 1956, se lancèrent dans les fouilles. Dans l’église, sous le carrelage, à un mètre de profondeur, ils découvrirent une sépulture, mais rien de plus. Dans le jardin de la villa Béthanie, le pendule d’un radiesthésiste désigna un endroit où creuser. Un crâne et des ossements apparurent, mais des lambeaux de peau et des fragments de vêtements adhéraient encore au squelette. La gendarmerie fut avertie et l’enquête révéla qu’il s’agissait vraisemblablement de trois maquisards espagnols tués dans des circonstances troubles en 1945. Nullement découragée, l’équipe reprit ses travaux, creusant, sur les conseils d’un puisatier, un trou de plus de vingt mètres de profondeur. Sous le château, l’entrée supposée d’un souterrain fut explorée, mais dans les deux cas, les investigations tournèrent court. À l’automne 1956, la Société des arts et des sciences de Carcassonne, sollicitée pour donner un avis, charge deux de ses membres de mener une étude sur la possibilité d’un trésor à Rennes ou dans ses environs. Au bout d’un an, les enquêteurs concluent par la négative (Descadeillas 1991 : 54-58).

Une vue des fouilles à Rennes-le-Château en 1960.
On distingue à l’arrière-plan la tour Magdala, que fit édifier l’abbé Saunière.

9Cette sentence rendue par les érudits locaux ne remet pas en cause la notoriété du site. Des chercheurs affluent de partout, dont Robert Charroux, président de l’Association internationale des chercheurs de trésors. Les fouilles ont d’abord lieu au cœur du village, dans l’église, le cimetière, et dans le domaine de l’abbé. Petit à petit leur périmètre s’élargit aux environs. Dans les années 1960, un groupe de Parisiens entreprend de localiser les souterrains que les Wisigoths, pensent-ils, ont aménagé dans le réseau de failles du plateau :

Nos gens sont des scientifiques. Non seulement ils utilisent un très puissant compresseur de 50 CV, mais ils disposent d’une foreuse qui troue le roc jusqu’à 25 mètres de profondeur, d’une tarière à moteur et d’un canon-électron à la fois émetteur et récepteur. La partie émettrice crée un champ magnétique dont les variations dans le sol sont amplifiées 1 000 fois et enregistrées par la partie réceptrice. Ainsi dès qu’un trou a atteint une profondeur suffisante, 10, 15, 20 mètres ou plus, si une masse, un bloc rocheux obstrue le passage, la tarière entre en action. Elle perce le roc. Par l’orifice, on introduit un appareil photographique en miniature dont le flash fonctionne automatiquement. Ainsi peut-on prendre des vues du sous-sol à une grande profondeur (Descadeillas 1991 : 65).

Sondage du sous-sol, 1960.

10C’est aussi le temps où les premiers détecteurs de métaux font leur apparition. Les chercheurs viennent surtout l’été et tout ce petit monde cohabite dans la pluralité des genres : « scientifiques », sourciers, médiums, manieurs de pioche, adeptes de la dynamite. Le sol et le sous-sol vont être malmenés au risque de provoquer des effondrements, jusqu’au jour où le scandale éclate :

  • 4 En fait, cette violation de tombes, largement commentée par la presse régionale et nationale, eut l (...)

Lui, il avait la clef de l’église. Le soir, il allait y travailler, toute la nuit. Il faisait péter les murs de l’église. Tout seul, tranquille. Personne ne disait rien. Le maire, au contraire, il se régalait, il venait voir ce qu’on faisait. Mais une fois, il y en a un qui a fait un gros, gros trou dans le cimetière. Et là ça a fait du bruit ! C’est lui qui a fait péter la tombe Rougé, en 1960 je-sais-pas-combien. Quand on vous dit dans les livres qu’ils se sont mis en colère quand on a fait péter la tombe Rougé, eh bien, c’est lui. Il a ouvert les tombes et ça leur a pas plu ! Et c’est là qu’ils ont mis le panneau qui interdit les fouilles4 (J. B., chercheur de trésor, janvier 2006).

11Depuis 1965, en effet, un arrêté municipal, affiché à l’entrée du village, interdit les fouilles sur tout le territoire communal. Celles-ci continueront cependant, mais dans la clandestinité.

  • 5 Aujourd’hui, il semble que l’on assiste à un phénomène de patrimonialisation de l’histoire de la re (...)

12En 1965, Noël Corbu, désillusionné, vend le domaine et quitte la région. Le temps héroïque des premières fouilles est fini5. Henri Buthion, le nouveau propriétaire, est lui aussi un fouilleur convaincu qui, depuis plusieurs années, vient l’été à Rennes. Creusant à son tour dans le domaine, et contant l’histoire à ses clients, il semble prendre la suite de Noël Corbu. Mais avec lui et avec la parution en 1967 du livre de Gérard de Sède, une nouvelle période s’ouvre, celle des recherches ésotériques nourries par une mythologie plus complexe :

  • 6 L’informateur fait référence – en se trompant sur le chiffre – au titre du chapitre 19 de Trésors d (...)

Moi, je suis chercheur de trésors en général. J’étais venu à Rennes parce que Charroux avait écrit dans un bouquin : « Quarante milliards dans une tombe »6. On savait que le curé avait trouvé un trésor. Mais enfin on ne savait rien. On voyait bien que cette église était bizarre, qu’il y avait une histoire bizarre, mais on était d’une naïveté déconcertante. Et quand de Sède a sorti son bouquin, là, on a vu que ça voulait dire des choses. Et on a perdu notre naïveté et on a vu les choses complètement différemment. Vous comprenez, nous, on cherchait le trésor et c’était tout. Et après, tout est arrivé : l’ordre de Sion, les Rose-Croix, les francs-maçons, l’alchimie... C’est parti dans toutes les directions, les Mérovingiens, les Wisigoths, tout ça... (J. B., chercheur de trésor, janvier 2006).

Une folie d’hypothèses

13D’année en année, les théories les plus audacieuses vont fleurir les unes après les autres, les unes à côté des autres, chacune donnant un peu plus d’épaisseur au mystère, le but n’étant pas de l’éclaircir mais d’ouvrir de nouveaux champs d’interprétation et d’investigation. Ces hypothèses se caractérisent par une grande plasticité et une incessante adaptation. Elles émergent sous la plume d’un auteur, sont critiquées, retravaillées, mêlées à d’autres. La mythologie de Rennes-le-Château ressemble à une auberge espagnole où chacun peut apporter sa part, et c’est certainement cela qui, d’époque en époque, de mode en mode, a fait son succès et lui a permis de perdurer dans une continuité sans cesse renouvelée. Les variantes, sous une apparente disparité, déclinent toujours les mêmes figures structurelles. Pour les appréhender, nous allons nous livrer à un survol rapide des différentes hypothèses en veillant à ne pas nous perdre dans les mirages de l’étude exhaustive.

14Commençons par les trésors matériels. Ont été successivement évoqués celui de Blanche de Castille, des Templiers, des Cathares, de Jérusalem, des Wisigoths, celui, plus petit et plus vraisemblable, caché à la Révolution par le curé Bigou. Deux faits sont souvent rapportés comme preuve historique de l’existence du trésor. Le premier remonte au xive siècle : dans le château voisin du Bézu, on aurait fabriqué de la fausse monnaie, mais en or véritable. On suppose donc que les faux-monnayeurs avaient trouvé le trésor et tentaient de l’écouler en lui donnant une valeur légale. Le second est l’histoire du berger Paris qui, vers 1645, en suivant une brebis tombée dans un aven, aurait découvert une caverne pleine de pièces d’or. Revenu au village, il raconta son aventure, mais personne ne le crut, et comme il refusa de donner une autre explication, il fut lynché par les villageois et mourut sans avoir révélé l’emplacement de la fabuleuse caverne. Dans une des variantes, l’évêque d’Alet, Nicolas Pavillon, connaissait le secret et l’aurait jalousement gardé. Mais, pour de complexes raisons politiques, il aurait donné une grande partie de l’or à Nicolas Fouquet. Celui-ci, menant grand train, fut soupçonné par Louis XIV de piller les caisses de l’État et, pour se disculper, finit par avouer au roi l’existence du trésor. Louis XIV en réclama une part qu’il utilisa pour construire Versailles.

15Deux thèses s’affrontent aussi à propos de l’emplacement de la cache. Pour les uns, le trésor n’a jamais été à Rennes-le-Château, mais sur la commune voisine de Rennes-les-Bains. Saunière n’était qu’un commissionnaire rétribué pour écouler des objets et un or dont il ne connaissait pas l’exacte provenance. Le trésor était aux mains de dignitaires du clergé local qui l’utilisaient à des fins religieuses et politiques. L’abbé Boudet, curé de Rennes-les-Bains de 1872 à 1914, aurait décidé, pour une raison restée mystérieuse, de dévoiler ce secret aux laïcs. Mais il l’aurait fait de façon hermétique et codée, d’abord dans un livre dont nous parlerons plus loin, ensuite, et avec la complicité de l’abbé Saunière, dans la décoration de l’église de Rennes-le-Château conçue comme une représentation symbolique des environs de Rennes-les-Bains et des douze caches du trésor. Une des théories actuelles est que, toujours sous l’égide de l’Église, le trésor aurait été déménagé et dissimulé dans le sanctuaire de Notre-Dame-de-Marceille, près de Limoux.

16Voyons maintenant les hypothèses sans trésor numéraire. Commençons par la piste mérovingienne lancée par Gérard de Sède. Saunière aurait trouvé des parchemins prouvant que la lignée du dernier roi mérovingien Dagobert II, assassiné le 23 décembre 679, ne s’était pas éteinte avec lui. Son fils aurait échappé au massacre et se serait réfugié à Rennes, où il aurait fait souche, avant d’être enterré en 758 dans l’église, sous la fameuse dalle du chevalier. Ces documents généalogiques intéresseraient au plus haut point le Prieuré de Sion, institution secrète œuvrant, depuis les usurpations carolingienne et capétienne, pour la reconnaissance de la légitimité de la lignée mérovingienne au trône de France. Dans la foulée est apparu le thème de la postérité de Jésus et de Marie Madeleine (dont serait issue la dynastie mérovingienne) et s’est développée l’idée d’une conspiration du silence, mise en place par l’Église opposée à une remise en cause des Évangiles, ou bien par divers gouvernements et sociétés occultes, laïques et ésotériques. A propos du tombeau de Jésus deux grandes variantes cohabitent, l’une affirmant que Jésus a vécu et a été enterré dans la région de Rennes, l’autre que ce sont les Templiers qui ont ramené son corps de Jérusalem et l’ont inhumé dans un tombeau à côté des chefs wisigoths et de l’Arche d’Alliance. Plus prosaïquement, la piste de secrets, là encore généalogiques, que Saunière aurait monnayés avec la famille princière des Habsbourg a été aussi explorée. L’appartenance de Saunière à des mouvements occultistes, rosicruciens ou francs-maçons, a été également évoquée. Tandis que des apparitions d’ovni autour du pic de Bugarach ont été intégrées dans la mythologie du trésor par le biais d’une théorie messianique :

Il y a au moins deux caches importantes. Une cache importante aux environs de Rennes-les-Bains, c’est celle-là qui mobilise les chercheurs depuis des années. Et après, il y a autre chose sous le Bugarach, mais qui est liée à une dimension que les historiens, archéologues passionnés de Rennes-le-Château n’aiment pas trop aborder, parce que là, on est sur une autre dimension. Là il y a une partie du domaine de la croyance, une partie du domaine du fantastique, et les gens ont peur de passer pour ridicules. Je suis actuellement le seul à faire des conférences qui vont jusqu’au bout sur la question. C’est que... comment dire ? Il y a des manifestations qui ne sont pas terrestres, des manifestations depuis des milliers d’années... La question c’est que là on ne maîtrise plus rien. Mais il faut savoir que, indépendamment du trésor historique et archéologique, donc wisigothique, il y a un trésor religieux qui est un trésor pour le futur, qui, lui, n’est pas un trésor monnayable... Là c’est une question de foi, c’est une question d’être appelé. On est à la limite entre les anges, les archanges et ce que actuellement on appelle ufologie, extraterrestres... Là on est sur ce que j’appelle un trésor actif, on est sur des enjeux d’aujourd’hui, du xxie siècle. Il ne s’agit pas de trouver le collier de Théodoric ou la Menora pour la rallumer pour voir si elle éclaire bien ! Il s’agit d’enjeux par rapport à la religion, par rapport aux lignées royales, parce qu’il y a un véritable enjeu de lignée royale. Sauf qu’il n’est pas situé sur les Mérovingiens, il est situé sur les Wisigoths. Vous avez tout un tas d’enjeux qui sont très importants pour nos gouvernements, et surtout pour ceux qui nous gouvernent derrière. Et il est évident que là on franchit une étape que personne ne se risque pour le moment à franchir... Là on n’est plus dans la guéguerre des chercheurs, et je te fais une blague, je te fais un faux, je te sors un bouquin mais c’est pas vrai... Là on est sur une guerre de l’occulte mais en sourdine, en dessous (J.-M. P., chercheur de trésor et conférencier, janvier 2006).

17Du dépôt monétaire au « trésor actif » dissimulé dans les profondeurs de la montagne de Bugarach, les hypothèses s’organisent autour des pôles du matériel et du spirituel, dualité qui distingue et oppose les façons de faire et de penser des chercheurs. Il y a ceux qui disent s’attacher au concret pur et dur :

Moi, je ne pars pas dans des divagations, moi, je ne vais pas tirer des plans... Parce qu’il y a des gens qui tirent des traits partout sur les cartes, ils me font bien rire. Il y a ceux qui comptent les lettres des mots, qui les additionnent... Bon, si ça leur plaît, il n’y a aucun problème. Moi, je suis cartésien, il y a un trou, il y a un trou. S’il n’y est pas, je ne vais pas inventer une histoire... (J. B., chercheur de trésor, janvier 2006).

18Et ceux qui choisissent de se détacher du concret pour aller « jusqu’au bout » :

Il faut travailler sans œillères, sans a priori. Et il ne faut pas se concentrer sur les éléments proprement matériels. De toute façon les éléments matériels, la tombe de la marquise, les parchemins, le livre de Boudet, personne, absolument personne, depuis cinquante ans, n’a été capable de leur donner une signification véritable sur le terrain (J.-M. P., chercheur de trésor et conférencier, janvier 2006).

19Dans la pratique, la division est moins stricte. Chacun participe un peu des deux mouvements, entre les deux pôles il y a plutôt continuité que rupture, complémentarité qu’opposition et le chercheur doit maîtriser tant la fouille matérielle que l’investigation intellectuelle. Chacun revendique pour lui le bon sens et attribue aux autres une imagination délirante car, ici comme ailleurs, les fous sont souvent les autres. Mais pas seulement, et la chose mérite que l’on s’y arrête un instant : à Rennes-le-Château, la folie est, aussi, revendiquée comme une valeur positive. C’est là un thème propre aux chercheurs de trésors et qui apparaît dès 1962, sous la plume de Robert Charroux : « Ne vous y trompez pas : la folie mérite parfois d’être vécue et la sagesse n’est pas de sécurité bourgeoise, ni de spéculation scientifique ; et la raison n’est pas d’être fou comme tout le monde ! » (Charroux 1962 :10).

20En 1967, Gérard de Sède renchérit en stigmatisant la naïveté des premiers fouilleurs de Rennes : « Ils ignoraient que l’outil du chercheur n’est ni le pic ni la pioche : c’est la tête. Il leur manquait aussi ce brin de folie qui seul peut éperonner le raisonnement vers les plaines de la découverte » (Sède 1972 : 155).

21Aujourd’hui, dans un article en ligne, « Rennes-le-Château, un asile à ciel ouvert ? », Jérôme Baraton brosse un tableau humoristique des « hurluberlus », dont il dit faire partie, et de leurs thèses. Pour lui aussi, la folie est un instrument de découverte de la vérité du monde :

La folie justement, parlons-en. Étant étudiant en psychologie, j’estime pouvoir débattre du sujet. La folie et le génie sont intimement liés. Pour que le génie se manifeste, il faut obligatoirement que l’individu atteigne un état de conscience modifié. Toucher d’abord, puis caresser la folie en faisant attention de ne pas la laisser vous attraper par le bras et vous entraîner avec elle. Les chamans ont donné un nom à la folie : le serpent (symbole de la connaissance) (Baraton 2007).

22Sans approfondir ici ce thème du chercheur fou, nous relèverons simplement la notion de risque qui lui est attachée. Depuis Le Trésor maudit de Gérard de Sède qui se concluait sur « Un certain danger », chapitre recensant les morts suspectes et les accidents mystérieux, la liste des attentats dans 1’« affaire » de Rennes-le-Château n’a cessé de s’allonger, et mes premiers informateurs m’ont accueillie par ces malicieux mots de mise en garde : « Vous feriez mieux d’étudier les Jivaros, ce serait moins dangereux. » Aujourd’hui, deux grandes rumeurs se partagent le terrain. L’une met en scène une implacable « guerre de l’occulte » avec complot et conspiration du silence. L’autre joue dans le registre du rationalisme et agite le spectre de l’envahissement de la commune par des sectes. Sous leur habillage moderne, les menaces qui planent sur Rennes-le-Château ne sont que des variantes de la mythologie traditionnelle où le trésor est souvent gardé par le diable ou par les morts. La folie attribuée aux chercheurs d’aujourd’hui arpentant les marges de la réalité fait écho aux périls qui guettent les héros des récits légendaires, téméraires explorateurs du monde chtonien.

Fondations archéologiques et envolées imaginaires

23Le texte enregistré que Noël Corbu faisait écouter à ses visiteurs commençait ainsi :

On peut affirmer sans crainte que ce plateau a toujours été habité. Certains historiens ont écrit et fixé la fondation de Rennes-le-Château par les Wisigoths aux environs du ve siècle. Ceci est absolument démenti par la quantité de vestiges beaucoup plus anciens que l’on trouve à fleur de sol, qu’ils soient préhistoriques, paléolithiques ou néolithiques, ibères, gaulois, romains, gallo-romains. Leur abondance et leur diversité prouvent sans contestation possible que Rennes-le-Château était bien avant les Wisigoths une grande cité.
D’autres historiens pensent que Rennes-le-Château était la capitale des Sociates, très forte peuplade gauloise qui tint en échec César pendant longtemps. Ce dernier, dans ses Commentaires, relatant la chute de leur capitale, parle du pays environnant et sa description correspond exactement au panorama que l’on voit de Rennes-le-Château : pic de Bugarach au sud-est, pic de Cardou à l’est, terre de Becq et plateau des Fanges au sud, l’Aude et ses méandres à l’ouest et sa vallée en direction d’Alet et Carcassonne. Rien n’y manque et l’on peut raisonnablement supposer que Rennes-le-Château, avant d’être puissante capitale wisigothe, a été capitale gauloise, puis grande cité gallo-romaine, et certainement avant cette époque, grand habitat préhistorique.
(http://www.renneslechateau .com/francais/corbu.htm)

24Cette évocation de la longue durée et de la richesse du site n’est pas entièrement due à l’imagination du narrateur. Elle repose sur des approximations archéologiques remontant aux premiers temps de la discipline et sur des affabulations d’érudits locaux du xixe siècle adeptes de la celtomanie. En 1880, Louis Fédié, membre de la Société des arts et sciences de Carcassonne, publie un ouvrage aujourd’hui largement controversé, Le Comté du Razès et le diocèse d’Alet. Dans son avant-propos, il met l’accent sur le passé gaulois de la région, méconnu mais attesté, dit-il, par la présence de mégalithes et l’étymologie gallo-celtique de nombreux toponymes. Puis il s’attache à prouver que Rennes-le-Château est Rhedae, l’ancienne capitale wisigothique du Pagus Rhedensis. Le site remonterait au temps des premiers pionniers, le mot Rhedae, qui signifie « chariots de voyage », renvoyant à l’image de la cité originelle : « un campement, des maisons roulantes, espacées régulièrement, fixées à demeure sur un point choisi, et formant un oppidum de bois, de cuir et de toile, entouré de retranchements » (Fédié 1880 : 5). Il trace ensuite les grandes lignes de son développement, au vie siècle, lorsque, après la bataille de Vouillé en 507, les Wisigoths furent refoulés en Espagne par Clovis et ne gardèrent en Gaule qu’un territoire réduit qui prit le nom de Septimanie :

La chute de la domination wisigothe dans les Gaules fut l’aurore de la puissance de Rhedae. Placé sur une éminence qui commande la rive droite du cours supérieur de l’Aude et qui domine la vallée de la Salz qui est le grand chemin des Corbières, cet oppidum acquit, immédiatement, une grande importance comme gardien des marches et des frontières. [...] Rhedae devint alors une importante cité. Elle fut entourée de remparts et flanquée de deux citadelles. Ce fut un des boulevards de la province, et elle devint le centre d’une région, le chef-lieu d’un diocèse qui porta son nom et qui s’appela le Rhedesium (Fédié 1880 : 10-11).

25C’est ce passé, aussi prestigieux qu’incertain, qui alimente les hypothèses sur le trésor des Wisigoths et sur Jésus premier roi de leur lignée.

  • 7 Cité par Christian Raynaud dans son étude inédite « Du cromleck de Rennes-les-Bains à la vraie lang (...)
  • 8 Les relations de l’abbé Boudet avec le milieu intellectuel de son époque sont exposées en détail pa (...)

26À quelques kilomètres de Rennes-le-Château se trouve Rennes-les-Bains, station thermale déjà florissante à l’époque romaine. Aux xviiie et xixe siècles le site est célèbre dans le milieu des antiquaires et des curistes cultivés pour les nombreuses trouvailles que l’on y fait : monnaies, fossiles, haches polies... L’abondance de ces dernières, et le fait qu’elles ne soient associées à aucun vestige d’habitat néolithique, intrigua le grand préhistorien Émile Cartailhac. Après étude, il conclut en 1878, dans son Dictionnaire archéologique de la Gaule, qu’il s’agit de faux habilement fabriqués par les habitants pour être vendus aux collectionneurs7. Autant le passé romain de Rennes-les-Bains est bien attesté et vérifiable, autant sa préhistoire reste relativement méconnue. En 1886, sans doute pour répondre à la curiosité des curistes, l’abbé Boudet, curé de la paroisse, publie un livre étonnant, La Vraie Langue celtique et le cromleck de Rennes-les-Bains. « Rarement présomption plus grande s’est alliée à une ignorance plus complète du sujet traité », commente Gaston Jourdanne dans Le Radical du Midi du 26 mai 18878. Il faut dire que l’abbé ne manquait pas d’ambition puisqu’il prétendait prouver que la langue celtique était la langue primitive d’où découlaient toutes les autres langues et qu’elle perdurait, à peine altérée, dans l’anglais et l’occitan. Il en appelait notamment à l’étymologie des noms de lieux, telle celle du mont Cardou :

La déclivité extrême des pentes des montagnes devait inspirer une certaine crainte aux membres savants du Neimheid, chargés de donner un nom à cette partie de terrain. [...] Ils ont laissé à leurs descendants le souvenir exact de leurs pensées et de leur embarras momentané, en appelant cette montagne Cardou – to cart, voyager dans un char – how (haou), comment ? de quelle manière ? – Carthow (Boudet 1978 : 228-229).

27L’abbé repère aussi des traces de la civilisation celtique dans les rochers, aiguilles, pierres tremblantes, éboulements, qui composent à ses yeux un immense cromlech de seize ou dix-huit kilomètres de pourtour :

Le ménir, par sa forme aiguë et en pointe, représentait l’aliment de première nécessité, le blé, main (mèn), principal, ear (ir), épi de blé. Dans tous nos villages du Languedoc, on trouve toujours un terrain auquel est attaché le nom de Kaïrolo, key, clef, ear (ir), épi de blé, hole, petite maison des champs. Dans ce terrain, probablement, était construit le grenier à blé des villages celtiques. La répartition du blé était faite par la main des druides, comme les divers auteurs l’ont bien constaté et comme le témoigne avec évidence l’expression attachée au dolmen, qui était, d’ailleurs, construit comme une table de distribution, to dote, distribuer, main (mèn), essentiel. [...] Le cercle de pierres, ordinairement de forme ronde, représente le pain : cromleck, en effet, dérive de krum (kreum), mie de pain, et de to like (laïke), aimer, goûter. Dans le cromleck de Rennes-les-Bains, on voit de fortes pierres rondes, figurant des pains, placées au sommet de roches énormes (ibid. : 166-167).

28Rennes-le-Château n’a jamais fait l’objet de fouilles programmées et son passé « mystérieux » est propice au développement de thèses fantaisistes. Au service de l’archéologie de la direction régionale des Affaires culturelles, à Montpellier, le dossier du village est volumineux. Un archéologue, en poste depuis 1997, se souvient de la première fois où il se rendit sur les lieux, à la demande d’un chercheur qui disait avoir trouvé le tombeau du roi wisigoth Alaric :

Dans ces cas-là, on ne sait jamais. La personne peut avoir découvert un site archéologique et mal l’interpréter. Donc je pars pour Rennes-le-Château que je ne connaissais ni d’Ève ni d’Adam. Il m’avait donné rendez-vous à Rennes, mais ce qu’il voulait me montrer n’était pas à Rennes. Il me fait voir l’église, le diable qui supporte le bénitier, l’inscription au-dessus de la porte « terribilis est locus iste », il me montre le jardin du curé... Puis il me raconte qu’en Belgique, il avait récupéré, dans un fonds de bibliothèque religieuse qui partait aux ordures, des ouvrages licencieux mis à l’index. Et là, il avait trouvé quelque chose qui était en relation avec Saunière... Moi, tout ça, ça me passait complètement au-dessus. Je n’étais pas là pour ça. Bon, on part enfin voir l’endroit.
C’était au bord de la rivière, la Salz, avant Sougraigne. Il me montre des rochers avec des diaclases et m’explique que c’est Alaric Ier et son fils : « Lucifer et son fils ». Car tous les deux avaient pillé Rome et étaient pour cela considérés comme des démons. Les rochers représentaient leurs têtes et les diaclases faisaient les cornes. [...] Puis, et c’est pour ça qu’il avait fait appel à nous, il y avait un puits plein d’eau dans lequel il fallait descendre. Il voulait qu’on amène des plongeurs pour descendre à cinquante mètres et pour trouver la première partie du trésor.

  • 9 « Ne serait-ce que d’un point de vue strictement administratif, ce ne serait pas une bonne chose de (...)
  • 10 Jean Alain Sipra argumente cette hypothèse du mausolée de Constant Ier dans un article sans titre p (...)

29Aujourd’hui ce fonctionnaire évite de se déplacer inutilement mais veille scrupuleusement à répondre à tous les courriers qu’il reçoit9. En feuilletant les dossiers, on voit que l’attention des découvreurs est focalisée sur des monuments religieux et des sites liés à des histoires secrètes, sanctuaires primitifs, lieu où serait enfoui le secret de « l’origine de toutes les religions », alignement de pierres composant le mot rhedae visible seulement du ciel, tombeaux de personnages mystérieux, tel le mausolée de l’empereur romain Constant Ier assassiné en mars 35010... La notion de trésor apparaît donc placée sous le double signe de l’énigme, qu’il est possible de résoudre, et du mystère, qui doit rester à jamais celé. Cette nouvelle tension entre deux pôles croise celle entre le matériel – ici l’objet archéologique trouvé par la fouille – et le spirituel, la signification qu’on lui donne.

Le jeu de piste

  • 11 Cette étude fut en fait écrite en trois temps : René Descadeillas déposa une première version aux A (...)

30En 1974, dans l’avant-propos de sa Mythologie du trésor de Rennes11, René Descadeillas, historien rationaliste, invitait le lecteur à réfléchir sur le « paradoxe du trésor », défini par Roger Caillois dans Cases d’un échiquier :

Il existe de nombreux romans du type de L’île au trésor où il s’agit de retrouver, en interprétant correctement un document chiffré, les fabuleuses richesses enfouies par des pirates, des Templiers ou un pharaon. On y constate le même paradoxe : les propriétaires du trésor, flibustiers dispersés, sectes persécutées ou monarques détrônés, paraissent avoir eu pour unique préoccupation de fournir des indices permettant à autrui de s’en emparer. D’où l’établissement d’un cryptogramme compliqué, destiné à guider le chercheur éventuel. Si l’on souhaite conserver le secret de la cachette en attendant des jours meilleurs, mieux vaut ne rien confier au parchemin ou donner oralement les indications nécessaires à un homme de confiance ou lui faire tenir tout franchement un plan clair et détaillé. Mais tout se passe comme si le détenteur d’un trésor avait voulu récompenser l’ingéniosité. Il organise un jeu de cache-cache où le premier venu doit avoir sa chance, s’il est clairvoyant et avisé. Qui fait preuve de la plus grande perspicacité emporte le butin, non celui qui aurait le plus de titres à en revendiquer l’héritage (Descadeillas 1991 : 10).

  • 12 . « [...] deux ouvrages fort singuliers publiés ces dernières années à Genève à un petit nombre d’e (...)
  • 13 Ce thème de l’abbé Saunière faussaire de la première heure se retrouve dans une série de comporteme (...)

31Ce thème du jeu de piste est porté à son apogée à Rennes, puisqu’il y a plusieurs trésors, plusieurs cryptogrammes et énigmes enchevêtrés. Le chercheur est confronté à une masse toujours grandissante de documents, d’archives, de pierres gravées, de tableaux, de livres codés... Il y a, de plus, les fausses pistes induites par une récurrente production de faux. Après les premières affabulations, plutôt naïves, de Noël Corbu, et quelques canulars entre chercheurs, le phénomène a débuté sérieusement avec la parution de L’Or de Rennes. Le livre, on le sait aujourd’hui, était truffé de documents truqués : les copies des parchemins découverts par l’abbé Saunière avaient été réalisées par l’humoriste Francis Blanche à la demande du marquis de Cherisey, ami de Pierre Plantard, le prétendu héritier de Jésus et du trône de France (Robin 1982 : 99-100) ; les ouvrages et papiers généalogiques regroupés sous la signature d’Henri Lobineau à la Bibliothèque nationale étaient des apocryphes qui y avaient été déposés peu de temps auparavant12... La découverte de la supercherie, loin de nuire au mythe, a au contraire ouvert la piste d’un complot visant à bâillonner ou à égarer la recherche : « Là ils nous ont fait perdre vingt ans ! On s’est lancé dans cette histoire, et tout était truqué ! » Selon les uns, Gérard de Sède aurait agi en connaissance de cause, selon d’autres, il aurait été manipulé par le groupe de Pierre Plantard. Vingt ans après, il publie un livre, Rennes-le-Château : le dossier, les impostures, les phantasmes, les hypothèses, dans lequel il dénonce une série de faux produits entre 1965 et 1977. Après avoir fait un sort à la théorie mérovingienne, il démonte les « hypothèses gratuites » des auteurs de L’Énigme sacrée et propose sa nouvelle explication : Saunière a monnayé à la famille princière des Habsbourg des parchemins falsifiés, contenant des « secrets généalogico-politiques » sur la descendance de Louis XVII (Sède 1988 : 255). Et il conclut en disant que le « roman mérovingien » est une parodie dans laquelle Dagobert II remplace Louis XVI, son fils Sigebert IV remplace Louis XVII et Pierre Plantard remplace Charles-Guillaume Naundorff (ibid. : 258). On a là une construction en abîme dans laquelle Saunière serait le premier faussaire13, l’inventeur d’un genre associant, à l’infini, mythe et mystification dans une structure arborescente. La supercherie est une figure obligée de la chasse au trésor, sa dénonciation en fait partie, et les faussaires en sont des acteurs indispensables, que leurs buts soient ludiques ou mercantiles.

  • 14 Le château d’Opoul et le village abandonné de Périllos à la frontière des deux départements sont en (...)

32En cinquante ans, le territoire du jeu de piste s’est agrandi, et aujourd’hui un Guide du chercheur de trésor de Rennes-le-Château (Roux 2005) propose des circuits qui, de village en village, d’église en église, de château en château, englobent une grande partie de l’Aude et même des marges des Pyrénées-Orientales14. A la carte et à la boussole se sont ajoutées les photos aériennes et satellitaires pour faire des observations à grande échelle. Les repérages sur site, les débroussaillages, les explorations dans les grottes et les mines se conjuguent avec l’étude des cartes, des livres, des documents. Travail de terrain et intellectuel sont complémentaires ; il y a des chercheurs plus spécialisés dans l’un que dans l’autre, mais la pratique des deux est recommandée. C’est cette démarche qui donne ses lettres d’or à la chasse au trésor, et différencie les chercheurs des simples trouveurs favorisés par la chance et le hasard :

S’il y a un trésor et s’il est quelque part, il est forcément dans la végétation et la végétation aujourd’hui, elle diminue de plus en plus. On le voit avec le travail des forestiers qui détruisent beaucoup de choses et même des chemins. Et peut-être qu’un jour, un chasseur, un chien, va, tout à fait par hasard, trouver la grotte, l’endroit qu’on cherche nous. Alors le trésor de Rennes le Château..., quelqu’un l’aura trouvé tout à fait par hasard, alors que les autres cherchent à travers les livres, à travers les écrits, depuis des années (chercheur de trésor, janvier 2007).

  • 15 . Eugène Stublein, lui, a bien existé. C’est un exemple type des faux de Rennes : une part de vérit (...)

33Le décryptage est une occupation essentielle. L’épitaphe gravée sur la tombe de Marie de Negri d’Ables, marquise d’Hautpoul de Blanchefort, fait partie des énigmes emblématiques. Bérenger Saunière aurait, en effet, pris soin de l’effacer, prouvant par là qu’elle contenait des indications précieuses. Mais elle avait déjà été relevée et sera publiée plus tard dans le Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude (Tisseyre 1906). En 1967, Gérard de Sède la donne dans son livre, et, pour corser le jeu, invente une seconde dalle mystérieusement disparue, mais dont il aurait vu l’inscription « dans l’ouvrage aujourd’hui rarissime d’Eugène Stublein, Pierres gravées du Languedoc » (Sède 1972 : 26). Cet « ouvrage rarissime » n’a jamais existé15, mais les décodages des deux inscriptions, la réelle et l’imaginaire, ont occupé les chercheurs pendant des années. Plusieurs solutions ont été trouvées mais aucune n’a jamais clos définitivement le dossier, et le jeu est toujours ouvert.

34Autre énigme célèbre, le rébus composé de seulement deux mots : « Viva Angelina ». Le 1er novembre 1897, l’abbé Gélis, curéde la commune voisine de Coustaussa, est assassiné. À côté du corps, les policiers découvrent un carnet de papier à cigarettes, de la marque Le Tzar, sur lequel est écrit Viva Angelina, comme si l’assassin avait voulu laisser un message. L’enquête n’apporta aucun éclaircissement et le meurtre fut attribué à un rôdeur. En 1975, l’affaire rebondit après que Gérard de Sède se fut interrogé sur cette « mort étrange » (ibid. : 161). Deux Audois, Julien Coudy, avocat, et Maurice Nogué, avoué, reprennent le dossier et publient les résultats de leurs investigations dans le Midi libre des 3 et 4 octobre 1975. Le dernier article, qui était annoncé pour le 5, « Cinq points d’interrogation en guise de conclusion », ne parut jamais. Depuis, le mystère du meurtre de l’abbé Gélis et du rébus « Viva Angelina » est resté entier malgré l’exploration de plusieurs pistes : anagramme, cri de ralliement de société secrète, allusion à une légende locale où il est question d’un trésor gardé par une fée Angelina...

35Mais c’est incontestablement le livre de l’abbé Henri Boudet La Vraie Langue celtique et le cromleck de Rennes-les Bains qui occupe la place de bible cryptographique. Comment et pourquoi cet ouvrage est-il devenu le bréviaire des chercheurs de trésors ? Gérard de Sède, encore une fois, a été à l’origine de cet engouement en révélant qu’il s’agissait d’un ouvrage codé : « Tant d’absurdité, accumulée à chaque page comme à plaisir, n’a-t-elle pas pour objet de vous inciter à relire, mais cette fois entre les lignes ? Or, ce nouvel exercice, si l’on s’y livre avec attention, est fort instructif » (ibid. : 113). Le procédé est celui, « cher entre tous aux hermétistes, du calembour et du jeu de mots », les passages importants étant « signalés par l’introduction saugrenue du mot “clef” » :

  • 16 Le texte de Boudet cité par de Sède est à la page 295 de La Vraie Langue celtique. Gérard de Sède y (...)

Boudet prétend contre toute évidence que cayrolo vient des trois mots anglais key « clef », ear « épi de blé » et hole « creux ». Cette énormité n’est mise là que pour nous signaler le passage clef qui suit immédiatement : « Le Cayrolo des Redones, silo ou souterrain renfermant la précieuse céréale, était situé au sud de Montferrand tout près du chemin conduisant au ruisseau de la Coume et aux Artigues. La production de blé étant même fort abondante, on avait recours à des mains étrangères à ces contrées afin de moissonner avec plus de célérité. » Mais, comme chacun sait, le blé, en argot, c’est l’or. Le souterrain proche de Montferrand renfermant la précieuse céréale n’est donc autre que l’ancienne mine située à cet endroit et mentionnée dans le rapport du préfet Barante. Et dans les moissonneurs étrangers de jadis, le lecteur informé reconnaît sans peine les mineurs et fondeurs allemands appelés en ces lieux au xiie siècle par les Templiers (ibid. : 114-11516).

  • 17 En 1967, Gérard de Sède le présente comme un « livre introuvable à moins d’un hasard miraculeux : l (...)

36Après quatre-vingt-dix ans d’oubli, le livre de l’abbé Boudet entame une nouvelle carrière17. Les chercheurs vont explorer sans relâche ses 310 pages et sa carte pour tenter d’en percer les arcanes, l’enjeu étant de trouver un trésor démultiplié, successivement accumulé par les Celtes, les Romains, les Wisigoths, les Cathares, les Templiers... et dissimulé dans douze caches différentes. La Vraie Langue celtique... porte donc au zénith le charme des secrets à tiroirs des jeux de piste et, par sa débauche d’énigmes, s’inscrit dans la logique de surenchère qui, depuis un demi-siècle, assure la pérennité du trésor de Rennes-le-Château.

37On pourrait être tenté de faire le rapprochement avec les grands jeux collectifs de chasse au trésor qui, depuis quelques années, fleurissent partout, et notamment dans l’Aude. En 2004, le magazine Thesaumag en a organisé un sur le site même de Rennes-le-Château. Et en 2006, le journal local L’Indépendant rend compte du développement dans la région d’un nouveau loisir venu des États-Unis, les jeux de piste :

Pas d’or, pas de pierres précieuses, pas de vieux parchemins. Ce sont des objets banals et communs, cachés dans la nature ; une énigme permet de les retrouver en se promenant et en se creusant un peu la tête. Il n’y a rien à gagner. Le seul plaisir c’est de s’amuser. Ils sont déjà près de 100000 à jouer en France. Une centaine de ces « trésors » sont cachés entre l’Aude et les Pyrénées-Orientales (Bol d’air, supplément de L’Indépendant, daté du 7 janvier 2006).

  • 18 Gérard de Sède fait explicitement référence à la psychanalyse comme instrument de la chasse au trés (...)

38Mais la ressemblance avec la véritable chasse au trésor n’est que formelle. Non parce que le trésor n’y est qu’une figure de rhétorique, mais parce que le jeu est différent. L’un est un simple divertissement, l’autre une partie qui engage profondément celui qui s’y livre. Progression à travers des symboles, fausses pistes, éléments tronqués ou manquants..., le jeu de la vraie chasse au trésor évoque les méandres de l’analyse psychanalytique18, et c’est autour de sa dimension ontologique que nous allons poursuivre et conclure notre réflexion.

Les chasseurs de rêve

39Mythique, polysémique, intemporel, le trésor se renouvelle telle une hydre tentaculaire, et fait sens de tous les imaginaires, puisant aux sources savantes et populaires, explorant tous les domaines du religieux et du paranormal. Quel est, alors, l’enjeu commun qui motive les chercheurs de trésors de Rennes-le-Château ?

40Certains restent persuadés de l’existence d’un dépôt en numéraire. D’autres se passionnent pour la mise au jour de vestiges archéologiques. Les adeptes des détecteurs de métaux ont la joie de découvrir des monnaies anciennes. Certains attendent la révélation d’un secret historique ou religieux. D’autres sont à la recherche du Graal. Certains affichent un humour sceptique et un regard distancié : le trésor est dans la manne touristique, dans le succès des livres, il est donc bel et bien en espèces sonnantes et trébuchantes. D’autres encore poursuivent une quête mystique. En 1974, René Descadeillas s’étonnait de ce qu’il croyait être une évolution : « Les dévots de Rennes, aujourd’hui, ne cherchent plus le trésor, ils en parlent, ils montent la garde. Et peut-être dans le secret de leur cœur, adressent-ils des vœux au ciel pour que personne ne le trouve jamais » (Descadeillas 1991 : 128).

41Mais le trésor n’a-t-il pas toujours été, d’abord et surtout, un instrument au service du rêve ? Tout, que ce soit l’historiographie ou l’enquête de terrain contemporaine, montre que, comme le disent plusieurs chercheurs : « Le trésor c’est la quête. » Il a le pouvoir de changer leur vie en leur conférant une nouvelle identité, personnelle et sociale. Certains ont tout abandonné pour se consacrer à plein temps à l’aventure, et sont venus s’installer dans la région. D’autres en ont fait la terre d’adoption où ils viennent très régulièrement. La quête est aussi la convivialité associative, les rencontres, les échanges, les forums sur Internet, l’accès au statut d’historien, d’intellectuel, de conférencier... Trouver le trésor importe moins que de le poursuivre. Un des premiers chercheurs, présent sur le terrain depuis les années 1960, nous a confié qu’il était sur le point de découvrir l’endroit où avait été caché le trésor. L’endroit mais non le trésor :

Dès que je suis à la retraite, je vais faire un bouquin. J’ai deux tonnes d’archives, il y a quarante ans que je cherche ! Mon bouquin s’appellera L’Oiseau s’est envolé. Pourquoi ? Parce que l’oiseau il n’y est plus. Il n’y a plus rien du tout, parce que tout a été pris, notamment avec l’histoire de Versailles, de Louis XIV, de Nicolas Pavillon et de Fouquet. C’est parfaitement vrai, ils ont pris beaucoup de fric. Le trésor, on n’y pense plus, ça fait longtemps. Mais moi, je veux montrer l’endroit, je veux raconter l’histoire, montrer comment ça fonctionnait, tout simplement (J. B., chercheur de trésor, janvier 2007).

42Le 28 novembre 1967, Pierre Barrère écrivait dans La Dépêche du Midi un article très sceptique sur L’Or de Rennes de Gérard de Sède qui se terminait ainsi : « De deux choses l’une, ou M. de Sède ne sait pas où se trouve le trésor de Rennes ou il le sait. S’il ne le sait pas, ces deux cents pages sont une plaisanterie. S’il le sait, pourquoi perd-il son temps à écrire un livre au lieu d’aller le chercher ? » Vingt ans après, dans un ouvrage faisant l’inventaire des écrits sur Rennes-le-Château, Pierre Jarnac commente : « La conclusion de M. Barrère est naïve et dénote son incompréhension à concevoir qu’on puisse écrire des livres sur les trésors cachés au lieu de se précipiter à aller les déterrer » (Jarnac 1987 : 32).

43Un demi-siècle après son éclosion sur la scène publique, le mystère du trésor de Rennes-le-Château suscite plus que jamais la verve des écrivains. Sa découverte romprait à coup sûr le charme. Car la mythologie des trésors cachés n’a jamais eu d’autre fonction que d’être un moteur du rêve. Écoutons Robert Charroux :

Pour les chercheurs de trésors, vivre c’est dire oui à l’aventure où miroitent entre autres fantasmes : les rubis, diamants, émeraudes, topazes, améthystes, joyaux ciselés, vaisselles chiffrées, bagues, bracelets et torques, ducats, louis et piastres ! [...] Vous le croirez difficilement, et pourtant c’est la vérité profonde du chercheur de trésors : il a trouvé la fortune avant de découvrir la cachette (Charroux 1962 : 10).

44De toute façon, dit Roger Caillots, le trésor n’a aucune valeur monnayable :

Celui qui l’a amassé ou découvert n’en profite pas, ni ses descendants, ni même ceux qui l’ont aidé à l’accumuler. Le trésor est pour ainsi dire remis en jeu et il passe de nouveau aux mains du plus habile. Pour celui-ci, il est un gage de fortune, plutôt que la fortune même : on n’a jamais vu un héros dépenser le trésor qu’il avait découvert. C’est la garantie de son destin exceptionnel, non pas une sorte de compte courant. Je suppose qu’au moment de mourir, il composera à son tour un rébus et ouvrira un nouveau concours (Descadeillas 1991 : 10).

45Le trésor est donc un capital symbolique inaliénable dont le découvreur ne peut avoir que la jouissance. Celui qui tente de se l’approprier encourt la malédiction, c’est du moins ce que dit la croyance populaire attachée à l’exhumation des trésors cachés. Un exemple moderne célèbre est celui du trésor du Mans, composé de 152 statères gaulois en or et trouvé en 1997 par un couple au chômage. Après avoir longuement essayé de le monnayer clandestinement, ils se résignèrent, fatigués et dans la crainte de la justice, à déclarer officiellement leur découverte. Mais les embarras des procédures administratives pour obtenir leur part achevèrent de les déstabiliser. Le couple divorça et l’homme se suicida (Béguin 2003). À Rennes-le-Château, deux légendes de tradition orale attestent également de l’inaccessibilité des trésors cachés et des dangers qu’il y a à s’en approcher. La première est celle du berger Paris, que les paysans incrédules tuent, perdant ainsi toute chance de retrouver la cache. La seconde est celle du trésor du château de Blanchefort gardé par le diable : un jour que celui-ci l’avait étalé au soleil, une jeune bergère le vit et avertit les habitants du village qui engagèrent un sorcier pour dérober le trésor au diable. Les villageois devaient l’aider à s’en emparer, mais ils furent trop épouvantés pour pouvoir le faire ; la tentative échoua et le diable resta maître du trésor (Labouisse-Rochefort 1832 : 469-470).

46Le trésor de Rennes-le-Château se dérobe, lui aussi, à toutes les investigations. Car, comme l’or des fées qui, dans les contes, se transforme en vile matière dès qu’un humain le touche, il doit rester impalpable. Il ne peut exister que tant qu’il reste situé sur le plan particulier du rêve, entre réel et imaginaire. Citant André Breton, Gérard de Sède écrivait dans L’Or de Rennes : « L’imaginaire c’est ce qui tend à devenir réel » (Sède 1972 : 106). Guidés par un précieux brin de folie, les chasseurs de trésors arpentent, hors des sentiers battus de la raison, les territoires des lisières. Cherchant à révéler la face cachée du monde, ils sont, sans doute et sans le savoir, des héritiers du mouvement surréaliste auquel Gérard de Sède appartint un temps. Et leur folle quête est peut-être moins chimérique qu’il n’y paraît d’abord.

Bibliography

Références bibliographiques

Baigent, Michael, Richard Leigh & Lincoln Henry. 1983. L’Énigme sacrée, Paris, Pygmalion.

Baraton, Jérôme. « Rennes-le-Château, un asile à ciel ouvert ? », article en ligne sur le site http://www.cc-parthenay.fr/parthenay/creparth/baratonje/entete.htm. Consulté en janvier 2007.

Béguin, Antoine. 2003. Le Trésor gaulois du Mans. Du rêve au cauchemar, Le Coudray-Macouard, Cheminements, coll. « Ma part de vérité ».

Bercé, Yves-Marie. 2004. À la découverte des trésors cachés. Du xvie siècle à nos jours, Paris, Pérrin, coll. « Pour l’histoire ».

Boudet, Henri (abbé). 1978. La Vraie Langue celtique et le cromleck de Rennes les Bains, Paris, Pierre Belfond, coll. « Les classiques de l’occultisme » [lre éd. 1886, Carcassonne, F. Pomiès],

Brown, Dan. 2004. Da Vinci code, Paris, J.-C. Lattès.

Charroux, Robert. 1962. Trésors du monde enterrés, emmurés, engloutis, Paris, Fayard.

Cox, Simon. 2004. Le « Code Da Vinci » décrypté. Le guide non autorisé, Paris, Le Pré aux clercs.

Descadeillas, René. 1991. Mythologie du trésor de Rennes, Carcassonne, Éditions Collot [rééd. de 1974. « Mythologie du trésor de Rennes. Histoire véritable de l’abbé Saunière, curé de Rennes-le-Château », Mémoires de la Société des arts et sciences de Carcassonne, 4e série, t. vii, 2e partie].

Fédié, Louis. 1880. Le Comté de Razès et le diocèse d’Alet, Carcassonne, Lajoux.

Jarnac, Pierre. 1987. Les Archives de Rennes-le-Château, t. i, Nice, Belisane.

Labouisse-Rochefort, Auguste de. 1832. Voyage à Rennes-les-Bains, Paris, Achille Désauges.

Raynaud, Christian. « Du cromlech de Rennes-les-Bains à la vraie langue celtique. Le secret de l’abbé Boudet », manuscrit inédit.

Robin, Jean. 1982. Rennes-le-Château. La colline envoûtée, Paris, Éditions de la Maisnie.

Robin, Jean-Luc, 2005. Rennes-le-Château. Le secret de Saunière, Bordeaux, Éditions Sud-Ouest.

Roux, Michel, 2005. Le Guide du chercheur de trésor de Rennes-le-Château, ou Sur les traces du « code Da Vinci », Nîmes, C. Lacour, coll. « Rediviva ».

Sède, Gérard de. 1972. Le Trésor maudit de Rennes-le-Château, Paris, coll. « J’ai lu », série « L’aventure mystérieuse » [lre éd. 1967, sous le titre L’Or de Rennes, ou la vie insolite de Bérenger Saunière, curé de Rennes-le-Château, Julliard].

— 1988. Rennes-le-Château : le dossier, les impostures, les phantasmes, les hypothèses, Paris, Robert Laffont, coll. « Les énigmes de l’univers ».

Tisseyre, Élie. 1906. « Excursion du 25 juin 1905 à Rennes-le-Château », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, t. xvii, p. 105.

Urbain, Gilbert. 1973. « Au sujet de deux roues de char antique trouvées à Fa, Aude », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, t. lxxiii, pp. 113-116.

Notes

1 Je fais référence aux deux best-sellers mondiaux : L’Énigme sacrée de Michael Baigent, Richard Leigh & Henry Lincoln, paru en 1982 en Angleterre et en 1983 en France ; Da Vinci Code de Dan Brown paru en 2003 en anglais et traduit en 2004.

2 Dès 1968, l’ouvrage fut réédité dans la collection de poche « J’ai lu. L’aventure mystérieuse » sous le titre Le Trésor maudit de Rennes-le-Château. L’édition que j’utilise est celle de 1972. Pierre Jarnac (1987 : 160-161) fait un historique des rééditions successives de cet ouvrage et des quelques ajouts et variantes que l’auteur y apporta.

3 « L’“Homme”, c’était une espèce de caillou qui avait vaguement une tête humaine, mais il n’y avait que la tête. À côté, il y avait le “Chien de l’homme fossile”. Alors ça c’était un chien complet, couché. Je pense qu’il avait vu une image assez connue d’un sarcophage étrusque, où l’on voit l’homme et la femme, et le chien couché au bout. Je pense qu’il avait vu cette image et que ça l’avait frappé, et il avait répété ça. Mais le plus fort c’était la “Libellule fossile”, parce qu’elle était énorme ! Dix fois plus grosse que le chien couché ! Alors là c’était un assemblage de cailloux : les ailes c’était des plaques de schistes ! Ça n’avait rien à voir avec des fossiles, c’était carrément l’imagination au pouvoir ! » (J. V., archéologue, décembre 2005).

4 En fait, cette violation de tombes, largement commentée par la presse régionale et nationale, eut lieu dans la nuit du 3 au 4 novembre 1968, bien après l’apposition du panneau d’interdiction (Descadeillas 1991 : 96-97).

5 Aujourd’hui, il semble que l’on assiste à un phénomène de patrimonialisation de l’histoire de la recherche du trésor de Rennes-le-Château. La mode est en effet depuis quelques années à la publication de témoignages sur ce temps des origines et plusieurs sites Internet consacrent des interviews et des rubriques aux souvenirs des premiers chercheurs contemporains.

6 L’informateur fait référence – en se trompant sur le chiffre – au titre du chapitre 19 de Trésors du monde enterrés, emmurés, engloutis, intitulé « Soixante-quinze trésors dans une abbaye... Huit milliards dans une tombe ! » (Charroux 1962).

7 Cité par Christian Raynaud dans son étude inédite « Du cromleck de Rennes-les-Bains à la vraie langue celtique. Le secret de l’abbé Boudet », p. 44.

8 Les relations de l’abbé Boudet avec le milieu intellectuel de son époque sont exposées en détail par Christian Raynaud (ibid.).

9 « Ne serait-ce que d’un point de vue strictement administratif, ce ne serait pas une bonne chose de laisser ce genre de demandes en suspens. Et puis je pense que ce serait une erreur que nos services fassent l’impasse sur cette commune. Ça ne peut qu’encourager le développement de tous ces délires. » La plupart du temps, les découvreurs écrivent, en fait, dans le but de faire valoir leur droit d’inventeur sur ce qu’ils pensent être un futur site touristique susceptible de rentabilité.

10 Jean Alain Sipra argumente cette hypothèse du mausolée de Constant Ier dans un article sans titre publié sur le site www.rennes-le-chateau.org, à la rubrique « Les auteurs écrivant sur Rennes-le-Château ont la parole » (http://rennes-le-chateau.org/rlctoday/auteur-sipra.asp). Il y résume le document adressé à la drac en 1995.

11 Cette étude fut en fait écrite en trois temps : René Descadeillas déposa une première version aux Archives départementales de l’Aude en 1962, une deuxième enrichie de nouveaux faits y fut déposée en 1968, et une troisième fut publiée en 1974 dans les Mémoires de la Société des arts et sciences de Carcassonne. C’est cette dernière qui fut rééditée en 1991 aux éditions Collot à Carcassonne.

12 . « [...] deux ouvrages fort singuliers publiés ces dernières années à Genève à un petit nombre d’exemplaires et dont les auteurs se dissimulent sous des pseudonymes évidemment symboliques. Le premier, paru en 1956 sous la signature d’Henri Lobineau, s’intitule Généalogie des rois mérovingiens et origines des diverses familles françaises et étrangères de souche mérovingienne d’après l’abbé Pichon, le docteur Hervé et les parchemins de l’abbé Saunière, de Rennes-le-Château (Aude). Le second, paru en 1963, s’intitule Les Descendants mérovingiens, ou l’énigme du Razès wisigoth ; signé par Madeleine Blancassal, il a été traduit de l’allemand par Walter Celse-Nazaire » (Sède 1972 : 94-95).

13 Ce thème de l’abbé Saunière faussaire de la première heure se retrouve dans une série de comportements qu’on lui a attribués : falsification de son cahier de comptes, lettres datées à l’avance destinées à cacher ses voyages à l’étranger, martelage de la dalle de la marquise pour en masquer l’épitaphe, photos faites à Paris et retouchées avec la mention « Limoux »...

14 Le château d’Opoul et le village abandonné de Périllos à la frontière des deux départements sont entrés depuis peu dans la mythologie de Rennes-le-Château, ainsi que plus récemment encore la dune du Pilat dans les Landes. Cette extension est l’œuvre d’André Douzet, inventeur prolixe de théories et habile dénicheur de nouveaux documents, qui en appelle aussi bien aux écritures et aux textes religieux médiévaux qu’au culte des morts égyptien et au catharisme, en passant par les francs-maçons, l’ordre de Malte, le tombeau de Jésus... André Douzet est président de la société Périllos qui, en 2005, a créé la revue Les Carnets secrets, réservée d’abord aux adhérents et maintenant vendue « dans certains kiosques ». La société a également un site Internet, une librairie-centre de documentation à Rennes-les-Bains, organise des conférences, produit des films. Avec elle, le mystère de Rennes-le-Château quitte toutes ses limites traditionnelles, aussi bien géographiques que thématiques, et se délocalise sous l’effet d’une sorte de mondialisation de sa mythologie.

15 . Eugène Stublein, lui, a bien existé. C’est un exemple type des faux de Rennes : une part de vérité, un personnage réel à la biographie véritable, une part d’invention...

16 Le texte de Boudet cité par de Sède est à la page 295 de La Vraie Langue celtique. Gérard de Sède y a apporté de très légères variantes qui n’en modifient pas le sens.

17 En 1967, Gérard de Sède le présente comme un « livre introuvable à moins d’un hasard miraculeux : l’exemplaire qui existe à la bibliothèque de Carcassonne et qu’on ne prête sous aucun prétexte est usé jusqu’à la corde tant il a été lu. À la Bibliothèque nationale, il figure bien au catalogue mais vous ne le lirez pas : on l’a volé. Restent quelques sociétés très fermées qui le conservent précieusement dans leurs cabinets » (Sède 1972 : 128-129). En 1978, il est réédité chez Belfond, dans la collection « Les classiques de l’occultisme » avec une préface de Pierre Plantard de Saint-Clair, le président du présumé Prieuré de Sion. En 2006, un chercheur m’a montré, comme un document précieux et inestimable – pour ne pas dire un véritable trésor –, un exemplaire « introuvable » de 1886 qu’il venait d’acquérir chez un bouquiniste.

18 Gérard de Sède fait explicitement référence à la psychanalyse comme instrument de la chasse au trésor à propos du décodage des légendes : « Face à ces créations imaginaires, la démarche de l’historien peut et doit être parallèle à celle du psychanalyste. S’attaquant au folklore comme ce dernier s’attaque au rêve, il lui faut, tout comme lui, remonter de son contenu manifeste à son contenu latent, occulte et soulever le voile des symboles pour lui arracher ses secrets » (Sède 1972 : 56).

List of illustrations

Caption Une vue des fouilles à Rennes-le-Château en 1960.On distingue à l’arrière-plan la tour Magdala, que fit édifier l’abbé Saunière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3414/img-1.jpg
File image/jpeg, 640k
Caption Sondage du sous-sol, 1960.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3414/img-2.jpg
File image/jpeg, 649k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540