Version classiqueVersion mobile

Une exploitation minière du XVIe s. dans les Vosges

 | 
Bruno Ancel
, 
Pierre Fluck

1. Le cadre géographique, géologique et historique

Texte intégral

1Les anciennes mines d’argent du district de Ste-Marie-aux-Mines (massif vosgien) constituent un remarquable exemple de mines métalliques, notamment d’exploitation de la période Renaissance. Elles renferment un parfait échantillonnage de témoignages des techniques minières de cette période, et sont pour cela-très représentatives des centres miniers d’une partie de l’Europe dénommée la « province minière germanique ».

2En effet, ces techniques, cet art de sculpter des vides », sont nées au cours du xve s, dans les grands centres miniers de la Saxe, de la Bohême et du Tyrol. Lors de la « ruée vers l’argent » qu’a connue Ste-Marie-aux-Mines au xvie s., ont afflué d’Europe centrale des centaines de mineurs qui ont apporté les fruits d’une révolution technologique (les techniques d’extraction, l’organisation de la mine, la métallurgie...) mais aussi une organisation sociale, des coutumes spécifiques à cette province minière.

3Mais le district de Ste-Marie-aux-Mines renferme aussi de spectaculaires vestiges d’exploitations minières à la fois plus anciennes (xe-xive s.) et plus récentes (notamment xviiie s., et aussi xixe et xxes.). Ainsi c’est sur près d’un millénaire que l’extraction de l’argent s’est déroulée, de façon discontinue, ce qui fait des anciennes mines de Ste-Marie-aux-Mines un terrain de prédilection pour l’étude de l’histoire des techniques minières.

4A cela s’ajoutent une dimension, un état de conservation et une esthétique qui font de ces réseaux souterrains l’un des sites miniers anciens les plus intéressants d’Europe.

5Le district minier de Ste-Marie-aux-Mines est, d’après des considérations historiques et gîtologiques, divisé en quatre secteurs : l’Altenberg, le Neuenberg, le versant lorrain et le Bluttenberg ; et recouvre les communes de Ste-Marie-aux-Mines, Ste-Croix-aux-Mines, Lièpvre et Lapoutroie (fig.1).

● Fig. 1 - Carie simplifiée du district minier de Ste-Marie-aux-Mines (Val de Lièpvre). Les traits représentent les cours d’eau et les hachures les agglomérations (documents ASEPAM),

6Le secteur de l’Altenberg ou « vieille exploitation » se distribue autour d’un axe, véritable épine dorsale, qui est le faisceau filonien de Traugott long de 4,4 km. Très diverticulé, ce faisceau, dont la fracture principale N.‑NE./S.-S.-O. est pontée vers l’ouest, occupe une bande d’environ 400 m de largeur. Le minerai y est presque exclusivement la galène argentifère. Quelques filons N.-E./S.-O. paraissent croiser la fracture principale : filon Nothilf (1 600 m), Grünenwald (1 100 m). D’autres comme le filon Ste-Barbe lui sont parallèles. Un autre faisceau filonien de direction N.-S., large de 100 m, se greffe au sud du village de Fertrupt : il s’agit des filons de la Bourgonde, plus riches en argent et renfermant accessoirement du cobalt. Il est lui-même recoupé par un filon noble à argent natif sur lequel étaient axées les mines du Backofen.

7Les vestiges de surface de l’Altenberg comptent parmi les plus spectaculaires des Vosges. Près de 200 puits médiévaux s’égrènent sur la crête du filon ; la plus belle suite étant le chapelet des 35 Pingen du Vieux St-Guillaume dans le haut Altenberg (fouille en cours par P. Fluck).

8Le versant lorrain présente avant tout une unité historique et regroupe toutes les mines situées sur la rive gauche de la Lièpvrette, c’est-à-dire sur les domaines qui dépendaient du duché de Lorraine du xive au xviiie s. Contrairement aux autres secteurs qui s’inscrivent globalement chacun dans un cadre géographique précis, le versant lorrain peut aisément se subdiviser en trois grandes parties. A Ste-Marie-aux-Mines prédomine un petit nombre de travaux de recherche parsemés aux alentours d’un filon N.-O./S.-E. exploité par la mine St-Jacques-Lorraine. Le massif de St-Pierremont renferme plusieurs riches filons exploités de tous côtés, notamment par la mine St-Guillaume considérée comme la plus riche mine d’argent des Vosges de tous les temps. Tout au nord une cinquantaine de travaux s’étalent le long du filon de Musloch, exploité à plusieurs époques.

9Très à l’écart des secteurs précédents, le Bluttenberg est situé sur le flanc ouest du Grand Brézouard tout au sud du district. Il se compose d’une vingtaine de travaux axés sur un petit filon, prolongement sud du faisceau filonien de l’Altenberg,

10Le secteur du Neuenberg occupe essentiellement la montagne du Rain de l’Horloge située au sud d’Echery, et limitée à l’est par le vallon du Rauenthal et à l’ouest par la vallée de la Petite-Lièpvre. Il est traversé, perpendiculairement à son allongement, par sept principaux filons qui sont du sud vers le nord : St-Jean, St-Jacques, St- Guillaume, St-Louis, Zinc, Chrétien et Fürstenstollen-St-Paul (ce dernier s’étend surtout vers l’est, jusque sous l’Altenberg). Ces filons sont encaissés dans la formation des « gneiss rouges » du groupe à lithologie variée des gneiss de Ste-Marie-aux-Mines (Fluck 1973b). Du point de vue gîtologique, ces sept filons sont très diversement minéralisés (Ag, Cu, Pb. Zn, Co, Ni, Fe, As, Sb, Bi) et s’opposent au gros faisceau filonien de l’Altenberg, essentiellement plombifère (Bari 1982).

11La découverte des filons d’argent du Neuenberg n’a eu lieu qu’au milieu du xvie s. (1549-1550), à une période considérée comme l’Age d’or de l’exploitation minière dans le Val de Lièpvre et dans les Vosges. La présence, depuis plus d’un demi-siècle, de main-d’œuvre qualifiée, de techniques minières avancées et d’une organisation du travail qui faisait ses preuves (l’Altenberg et le versant lorrain sont exploités depuis 1486), fait alors de la « Nouvelle Montagne » le théâtre d’une exploitation intense et méthodique. L’activité du côté alsacien du Val, centrée tout d’abord autour du village de Fertrupt, s’étale dès lors vers la haute vallée, provoquant son peuplement et l’essor du village d’Echery.

12Au début, avant 1560. les mines sont nombreuses et indépendantes, puis sont très rapidement réunies en une douzaine de très grosses exploitations (après 1570). Certaines d’entre elles entreprennent le percement de longs travers-bancs qui leur permettront d’exploiter plusieurs filons (galerie de St-Uriet : 1 580 m ; galerie de Gulden Kron : 1 400 m). Mais très vite les mines s’étendent et atteignent des niveaux profonds d’extraction. Il en résulte des difficultés sans cesse accrues pour l’épuisement des eaux et pour l’acheminement, auxquelles s’ajoute l’inévitable appauvrissement des filons avec la profondeur, d’où un coût sans cesse croissant de l’exploitation. La baisse du cours de l’argent n’est pas pour améliorer cette situation, et les concessionnaires ne sont plus en mesure de payer les mineurs qui doivent se tirer d’affaire eux-mêmes en louant leurs chantiers et en tentant de vendre les minerais qu’ils en extraient. En conséquence, les mines ne sont plus exploitées dans les règles de l’art ; on ne pratique plus de travaux d’approche destinés à explorer le champ et à préparer l’extraction. Toutes ces causes réunies sont à l’origine du lent déclin de l’industrie minière durant le dernier quart du xvie s. et le premier tiers du xviie s. Pourtant l’exploitation continue encore dans les grandes profondeurs durant plusieurs décennies, jusqu’à l’arrivée des troupes suédoises suivie de la peste et d’incendies vers 1635.

13C’est la découverte au Rauenthal, en 1711, de minerais propres à la fabrication du bleu de cobalt, qui marque la relance de l’activité sur le secteur du Neuenberg. Celle-ci se poursuivra avec plus ou moins de bonheur jusqu’à la Révolution française, le comté de Ribeaupierre étant alors sous la régence des princes des Deux Ponts. Sans atteindre la prospérité d’antan, cette exploitation, employant jusqu’à plusieurs centaines de mineurs, n’en sera pas moins le théâtre de découvertes d’argent encore retentissantes, notamment dans les mines Glückauf et Grandes Haldes.

14La Révolution française négligea les mines d’argent, métal « vil et méprisable n’assouvissant que la soif et l’avarice des rois ». L’histoire des mines du Neuenberg au xixe s., comme celle de toutes les mines vosgiennes de métaux non ferreux, est marquée par une gestion inefficace. une dilapidation de capitaux et une « valse » des concessions. En 1897 se constitue la Markircher Berg und Hüttenverein. Elle investit des moyens énormes en matériel et en personnel, mais ne consultant pas les documents d’archives, sous-estime l’ampleur des travaux des Anciens, qui avaient tout vidé, sur des centaines de mètres de hauteur. Ce manque d’information est le germe de la faillite de cette société en 1905.

15Enfin en 1932, une compagnie rouvre à nouveau la Gabe-Gottes et sa galerie d’écoulement, le Tiefstollen, qui devient la seule mine au monde à extraire de l’arsenic natif. Déficitaire, l’exploitation cesse en mai 1940.

Table des illustrations

Légende ● Fig. 1 - Carie simplifiée du district minier de Ste-Marie-aux-Mines (Val de Lièpvre). Les traits représentent les cours d’eau et les hachures les agglomérations (documents ASEPAM),
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search