Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La société des voisins

 | 
Bernard Haumont
, 
Alain Morel

III. La vie en résidence : ordre, calme et urbanité

Grands principes et petits arrangements

Les espaces communs dans les copropriétés « normales »1 du sud de la France

Valérie Feschet

Volltext

  • 1 Selon la classification opérée par Marie-Pierre Lefeuvre (1999 : 121), les copropriétés normales ( (...)
  • 2 Le travail de terrain (2000-2003) s’est déroulé sur sept copropriétés aixoises bâties dans les ann (...)

1Les copropriétés bâties dans les années 1960 à Aix-en-Provence présentent des traits morphologiques spécifiques. Sans être au centre, ces résidences sont englobées dans la ville en ayant la caractéristique de disposer d’espaces verts parfois conséquents et de parkings privatifs, attributs qui font d’elles des logements recherchés. Les ensembles immobiliers observés lors de l’enquête2 sont bien entretenus et ne connaissent pas de crises aiguës dans l’équilibre de leur budget de fonctionnement. Plus de la moitié des résidents sont propriétaires de leur appartement ; certains d’entre eux ont acheté « sur plan » (c’est-à- dire qu’ils sont là depuis bientôt quarante ans). Si les familles avec enfants ne sont pas inexistantes (la population est vieillissante), elles restent discrètes, le territoire étant sous l’autorité des adultes. La gestion des parties collectives est prise très au sérieux. Vigilants au quotidien, les copropriétaires, pour la majorité d’entre eux, participent aux assemblées générales et s’impliquent dans les grandes décisions à prendre (ravalement de façade, remplacement de la chaudière, etc.) comme dans les petites (changement des boîtes à lettres, installation d’un goutte-à-goutte dans le jardin, etc.).

  • 3 Quelques réflexions prises au vol : « Ils ont une logique de petits blancs » ; « Ils n’en ont rien (...)

2Les points de crispation que génère la copropriété sont réels et font l’objet de moqueries, sarcasmes dédaigneux3 venant autant de l’extérieur (avocats, syndics, habitants de maisons particulières, etc.) que de l’intérieur (copropriétaires usés par le système, « opposants systématiques », nouveaux acquéreurs, locataires, etc.). Pourtant, malgré tout ce que l’on peut voir et entendre sur les problèmes de cohabitation et de responsabilités partagées (dont ce texte se fait l’écho), les copropriétaires disent « être bien » dans leur résidence. Pour beaucoup, ce n’est pas un choix par défaut. Certains possèdent des maisons secondaires qu’ils pourraient habiter à l’année. Quelques-uns ont expérimenté la maison individuelle comme logement principal pour revenir « en courant » à l’appartement. Le partage d’un cadre de vie singulier avec d’autres, le détachement des soucis matériels, la démocratie directe où l’on vote proportionnellement à ce que l’on possède, l’existence d’instances de médiation qui permettent de s’exprimer et qui cassent le sentiment de solitude (gardiens, délégués d’immeuble, syndics, présidents, etc.) ne sont pas pour rien dans l’appropriation positive de ce mode de logement. Le prix à payer pour ce « bien-être » n’est pas négligeable. C’est celui de la dépersonnalisation des espaces communs et de l’uniformisation de tout ce qui se donne à voir (à coups de règlements intérieurs draconiens, d’assemblées générales parfois houleuses et interminables, de rappels à l’ordre plus ou moins sympathiques, de charges écrasantes, etc.). Cela dit, derrière les conduites exemplaires (dans la façon de saluer, de parler, de se garer, de s’habiller pour descendre ses poubelles) et les grands principes assénés par les règlements et lors des assemblées générales (respecter le modèle de référence quand on change son store par exemple), derrière des attitudes qui ne tiennent à presque rien, à un cheveu (punaiser un cœur sur sa porte d’entrée, accrocher des cigales sur la façade de son balcon, se garer « en biais ») se cachent des insurrections symboliques qui mettent en scène une guerre de tranchées entre le « tout » et le « particulier ».

Les infinies gradations du standing

3Les « infinies gradations » (selon l’expression de E.T. Hall) du standing ne peuvent être ignorées sous le prétexte d’une apparente ténuité. L’impression de culture universelle que laissent suggérer les immeubles ne doit pas nous tromper. Certes, dans les espaces communs, les dissemblances sociologiques et culturelles semblent gommées. Aucun signe ostentatoire d’appartenance communautaire n’a été relevé dans les couloirs ni sur les portes d’entrée. Les objets qui constituent le décor des espaces intermédiaires paraissent anodins et universels (interphones, paillassons, boîtes aux lettres, etc.) mais, si peu dignes soient-ils de considérations patrimoniales selon les canons de l’art et de l’ethnologie, ils permettent néanmoins de saisir les nuances (fondamentales) du rapport à l’autre qui s’expriment de façon singulière sur le pourtour méditerranéen, en Europe occidentale, en Europe de l’Est…

4A l’intersection de deux civilisations très contrastées (la Méditerranée et l’Europe septentrionale), les copropriétés du sud de la France sont modelées selon des valeurs qui empruntent aux deux traditions. En effet, si les murs ne sont pas aveugles comme ils peuvent l’être dans les sociétés musulmanes où chaque unité d’habitation est totalement isolée du regard des autres, il convient néanmoins, dans les ensembles résidentiels français, de tirer ses rideaux le jour et de fermer ses volets la nuit tombée. Les seuils entre le privé et le public sont quasi inexistants. Les pas de porte ne sont pas personnalisés. Aucun objet personnel n’encombre les paliers alors que des photos de famille, des chaussures, des dessins, des plantes, des étagères, marqueraient davantage le seuil des appartements en Islande et en Roumanie (Mihailescu et al. 1995)… La séparation rigoureuse des espaces privatifs et communs, du nu et du couvert, mais aussi des sexes et des tranches d’âge rappelle les traits saillants des cultures méditerranéennes. Contrairement aux habitudes méditerranéennes, cependant, il est tout à fait inconvenant d’étendre son linge à la vue de tous. On ne s’attardera pas – non plus – dans les lieux intermédiaires, même lorsque l’on est un homme. Il est permis, à la rigueur, de nettoyer sa voiture ou de faire une vidange, comme on le ferait dans la cour d’une maison privée, mais la notion de « place publique » sur laquelle les hommes ont pour habitude de se retrouver pour palabrer sur le pourtour méditerranéen est singulièrement absente des espaces communs dans les ensembles résidentiels français.

5Malgré tout l’intérêt que nous avons porté aux habitants des lieux, il nous a semblé davantage pertinent, pour illustrer les grands principes et les petits ajustements de la copropriété, de procéder à une analyse, non pas des individus (histoires de vie, parcours résidentiels, usages et représentations de l’espace) et des groupes sociaux mais du cadre bâti, des lieux et des choses. L’observation des bancs, des rosiers, des cages d’escalier renvoie aux structures sous-jacentes qui président aux comportements et aux décisions et les accompagnent : les instances légales de régulation (règlements intérieurs, assemblées générales principales et secondaires, réunions du syndicat, etc.), les contre-pouvoirs (coalitions d’usagers, pétitions, etc.), les personnages clefs (présidents, syndics, gardiens, opposants, etc.), les oppositions duelles (qui prennent souvent la forme d’un bras de fer procédurier) entre les « jeunes » et les « vieux », les « nouveaux » et les « anciens », les « propriétaires » et les « locataires », les propriétaires de « chiens » et de « chats », les « grands appartements » et les « petits », ceux du « haut » et ceux du « bas »… C’est également sur les allées minérales et dans les corridors qu’évoluent les « copropriétaires ». Pris dans les filets d’un oxymoron déroutant (posséder, mais avec d’autres), deux types archétypaux se distinguent : le copropriétaire apnéique qui traverse ces biens communs comme s’il s’agissait d’un sas irrespirable, absorbé par on ne sait quoi, ne voyant rien ni personne, ne reprenant son souffle qu’en se frottant les pieds sur son paillasson alors que sa porte s’ouvre enfin ; à l’autre bout, le copropriétaire concerné par chaque détail, qui investit dans les projets de rénovation et d’équipement, à l’affût de tout, dedans comme dehors, des choses inanimées comme du moindre souffle vivant.

L’esthétique

6Les immeubles sont monotones et affichent des couleurs ternes fondues dans des tons pastel et grisâtres que des stores rouge vif (pour la plupart) rehaussent péniblement. Les résidences les plus luxueuses se sont autorisé quelques fantaisies au niveau des plafonds de loggia (motifs en céramique) et des entrées (dorures, équipements en fer forgé, miroirs) mais dans tous les cas, le béton et les blocs assemblés à grands pans servent une architecture dépouillée et répétitive dont la seule coquetterie consiste en des parements en pierre de taille venant des carrières environnantes. Les ouvertures obligent à nuancer l’effet premier de modestie et d’abnégation : baies vitrées au niveau des salons et des salles à manger ; fenêtres et portes-fenêtres à trois vantaux ; volets en bois ; larges balcons/loggias sur lesquels on peut manger, prendre des bains de soleil, cultiver des jardinets, installer des séchoirs à linge, etc.

7Le caractère ordinaire qui se dégage de ces ensembles est compensé par une mythologie associée à ces espaces. Les copropriétaires se réfèrent volontiers à des aspects patrimoniaux et historiques lorsqu’ils parlent, généralement avec fierté et tendresse, de leur résidence : un puits et des colonnes rappellent la demeure initiale de Valbonnette ; un pigeonnier datant du xviiie siècle fait la fierté de la Tour d’Aygosi ; les Trois Mages ont été bâtis sur un terrain acheté au syndicat ecclésiastique d’Aix-en-Provence, ce qui fait dire au syndic et aux copropriétaires qu’ils sont en « Terre Sainte ». On découvre des espaces boisés classés, des pins immortalisés par Cézanne… Ce patrimoine collectif, réel ou imaginaire, fait l’objet de regroupements consensuels assez remarquables. La Tour d’Aygosi, par exemple, célèbre pour ses assemblées générales houleuses qui se terminent à une heure avancée de la nuit et pour ses « engueulades », s’est « retrouvée » autour de la défense du pigeonnier et de la sauvegarde de la pinède, alors que la ruine, bâtie sur une parcelle enclavée, n’appartient pas à la copropriété… Lorsqu’elle fut menacée par la spéculation immobilière, une association de défense fut créée par les résidents dans le but de renforcer le pouvoir du syndicat et d’acquérir définitivement le monument.

La nomination de l’espace

  • 4 Les arbres, qui rappellent les décors végétaux provençaux, sont tout particulièrement à l’honneur (...)
  • 5 La culture est incarnée par un registre patrimonial (manoir, moulin, tour, pont, etc.) ou par des (...)
  • 6 Aucune résolution proposant de nommer les bâtiments n’a été soumise aux assemblées générales.

8Désignées par des appellations diverses (clos, parc, résidence, etc.), les copropriétés portent toutes des noms de bon augure (prospérité, longévité, bien-être) qui puisent dans trois registres principaux : la sainteté, la nature4 et la culture5. A l’intérieur des ensembles immobiliers, chaque immeuble est désigné par un nom propre ou par une lettre6. Les entrées sont numérotées en continu. Cette structuration de l’espace reflète un souci d’unité qui passe par la négation symbolique des bâtiments. Chaque immeuble est un « syndicat secondaire », c’est-à-dire qu’il est doté d’un système démocratique propre lui permettant d’entreprendre, sous l’autorité d’une assemblée générale autonome, des travaux de rénovation, d’équipement ou d’entretien sans que le syndicat principal ait son mot à dire, à partir du moment, bien entendu, où ce qui est voté reste dans la politique générale de la copropriété et que les engagements pris n’ont aucune conséquence pour les immeubles voisins. Les axes de circulation sont rarement dotés d’un nom, de même que les places, les squares, les jardins, etc.

La régulation des parties communes

  • 7 Dans les petites copropriétés, les réunions du conseil syndical restreint et les visites technique (...)

9Les copropriétaires votent au prorata de ce qu’ils possèdent (la quote-part). Les unités d’habitation s’empilant à l’identique dans les colonnes, la morphologie de l’espace donne lieu à des coalitions d’intérêts patrimoniaux mais aussi d’usagers, puisque les détenteurs des mêmes millièmes partagent les mêmes cages d’escalier. Dans les grandes copropriétés, la régulation des parties communes est gérée par un syndicat principal et autant de syndicats secondaires qu’il y a de bâtiments. Chaque syndicat secondaire tient une assemblée générale annuelle et un compte qui lui est propre. Le compte du syndicat principal est alimenté par virement en fonction de la quote-part des syndicats secondaires. Chaque semaine, le syndic et les délégués de la copropriété (conseil syndical restreint) se réunissent afin de suivre les actions engagées (ravalement de façade, changement de la chaudière, etc.) et de s’assurer du bon fonctionnement général (entretien des espaces verts, chauffage, problèmes de stationnement, etc.)7. Une fois par an, l’assemblée générale du syndicat principal vote les « résolutions » inscrites à l’ordre du jour : certaines sont imposées par la loi (l’examen des comptes, la représentation démocratique, la confiance à donner au syndic, etc.) ; d’autres sont laissées à la discrétion des copropriétaires (installation du goutte-à-goutte dans le jardin, dispositions à prendre pour que les encombrants soient débarrassés des corridors du rez-de-chaussée, installation d’un portail, etc.). Les assemblées générales sont minutieusement préparées, plusieurs semaines à l’avance, par le conseil syndical restreint. D’autres collectifs se superposent, plus qu’ils ne s’opposent, aux institutions démocratiques, notamment des associations loi 1901 qui viennent renforcer les politiques menées et qui prennent la forme, bien souvent, d’associations « de défense de l’environnement ».

  • 8 Il s’agit bien souvent des « nouveaux arrivants », « bêtes noires » des conseils syndicaux et des (...)

10Le conseil syndical, élu lors de l’assemblée générale de manière à ce que tous les syndicats secondaires soient représentés (ou toutes les montées d’escalier dans les unités plus restreintes), est généralement désigné pour trois ans, comme le syndic, mais il arrive (surtout dans les petites résidences) que la désignation des représentants et du gestionnaire soit à revoter chaque année. Des commissions spécialisées ont été mises en place dans les années 1980 : « finances », « travaux », « espaces verts » ou « cadre de vie », « communication » (plus rare). Ces commissions sont prises en charge par des copropriétaires sensibilisés aux dossiers dont ils ont la responsabilité (juristes, ingénieurs des ponts et chaussée ou du nucléaire, comptables, plombiers, etc.). Il est fréquent que les responsables des commissions fassent « carrière » et deviennent peu à peu des personnes incontournables. C’est « l’homme de la copropriété ! » entend-on souvent à propos d’un tel ou d’un tel. Les mandats de président sont reconduits très facilement (sur plus de trente ans parfois). Mais il peut se produire un « putsch », si une partie de la copropriété se révolte contre la politique menée, sous l’impulsion d’un leader8, cas rare mais possible, ce qui entraîne de longues campagnes « électorales » faites à voix basse dans les cages d’escalier et sur les parkings…

  • 9 Selon la loi sru du 13 septembre 2000, la majorité de l’article 24, majorité des présents et des r (...)

11Solitaires, les copropriétaires opposants (un ou deux par ensemble immobilier) ne sont pas des dissidents dans le sens où ils ne chercheront pas à constituer autour d’eux une nouvelle équipe. Ils contestent de façon systématique (lettres recommandées au président et au syndic, contre-expertises, distributions de tracts dans les boîtes à lettres, etc.) tout ce qui peut être entrepris par le conseil syndical, insinuant des incompétences techniques ou des coalitions d’intérêts entre le président, le syndic et les entreprises. Ces contradicteurs (qui tiennent une grande place dans les préoccupations des élus et lors des assemblées générales) sont régulièrement invités à participer aux conseils de gestion mais ils refusent de s’impliquer officiellement, préférant rester « dans l’opposition », selon leurs termes. Les abstentionnistes, lors des votes, comme les absents, ont également une grande force d’opposition puisque certaines décisions ne peuvent être prises qu’à la « majorité absolue », à la « double majorité », voire à « l’unanimité »9.

Clôtures et portails

12Les copropriétés sont enserrées par plusieurs anneaux de protection. Les bâtiments, tournés vers l’intérieur, forment une sorte de rempart de protection contre l’extérieur, exposant des murs austères, sans décoration florale, sans ouvertures franches sur l’espace domestique. Cette écriture des façades « nord », qui ne laisse pas voir grand-chose du dedans, se double de clôtures bétonnées, grillagées, végétales, partielles ou totales selon que le parc est fermé ou non par un portail. Si la tendance est partout à la fermeture (maçons et ferronniers s’activent, ici et là, à enclore les derniers ensembles immobiliers « ouverts »), les copropriétés développent, sur ce point, des politiques différenciées qui les distinguent les unes des autres.

  • 10 L’aisance à franchir ces différents seuils (portail, parking, perron) distingue immédiatement les (...)

13L’installation du portail automatique à deux vantaux, dans les années 1980, et du Digicode, fut vécu au Parc Mozart comme un événement majeur dont les archives portent la trace (devis, plans d’architecte, notes, résolutions mises au vote, courriers d’usagers, etc.)10. La Tour d’Aygosi, en revanche, maintient une politique d’ouverture. L’entrée principale est libre et de multiples accès secondaires permettent d’entrer, y compris sur les aires de jeux réservées aux enfants et aux adolescents (toboggans, balançoires, petit terrain de football, table de ping-pong). La piscine est clôturée par un solide grillage doublé d’une haie d’arbustes. Elle est fermée par un portillon placé sous la responsabilité du gardien. La galerie commerçante qui se trouve au rez-de-chaussée de l’un des bâtiments (boulangerie, tabac, vidéothèque, épicerie, coiffure-esthétique, etc.) est la principale raison du libre accès, l’intérêt des boutiquiers étant immédiatement en jeu. Cela dit, l’ouverture de l’espace résidentiel n’est pas qu’une question liée à la destination des immeubles. C’est un choix réaffirmé chaque année dans les assemblées générales.

14La fermeture des résidences n’est pas seulement motivée par les vols et les détériorations. Le fait que des non-copropriétaires puissent profiter des espaces communs sans en assumer le coût, ou fouler le sol par convenance personnelle (prendre un « raccourci » par exemple), dérange au-delà du sentiment de « payer pour les autres ». La violation de l’espace est vivement ressentie par les résidents qui sont sur le qui-vive par rapport aux « franchissements sauvages » et aux « profiteurs ». Ils téléphonent aux présidents, écrivent au syndic, intègrent des résolutions dans l’ordre du jour des assemblées générales qui visent à rendre plus efficaces les portillons et les clôtures. Toutes les copropriétés ne réagissent pas de la même manière aux intrusions. Chaque ensemble résidentiel a une histoire particulière et un ton qui lui est propre. Si la tolérance est parfois de mise, des ruses assez draconiennes visent à confondre et à décourager les intrus.

Changement du panneau « Propriété privée » qui est inesthétique et usé. […] Jeux d’enfants derrière la piscine : il semble que cet espace ne soit pas uniquement fréquenté par des enfants. Certains adultes, bien souvent étrangers à la résidence, tiennent leur rendez-vous à cet endroit, pratiquant des jeux qui n’ont pas lieu d’être dans cet espace, et laissant après leur passage des emballages plastique et autres papiers gras au sol, alors que des corbeilles à papiers sont à disposition. Il est fait un rappel au gardien afin de discipliner la fréquentation de cet endroit. (Compte rendu d’une commission espaces verts [1996].)

La tranquillité

15La personnalité d’une résidence se construit à travers la conception qu’elle a des espaces communs. Il arrive, en fonction des âges et des contextes familiaux, que les habitants changent de copropriété, passant de la Tour d’Aygosi par exemple (tournée vers la jeunesse, le sport, les équipements collectifs) au Parc Mozart, davantage axé sur la tranquillité et la sécurité. Dans la première, il y a des bancs et les espaces verts sont accessibles ; on y voit, comme dans les autres résidences équipées d’espaces de jeux et de détente, des copropriétaires en short et en maillot de corps qui se rendent à une partie de tennis, des femmes en paréos et chapeaux, des parents surveillant leurs enfants qui font un tour de bicyclette dans une allée. Dans la seconde, il n’y a que deux bancs face à l’entrée (sur un parc de cinq hectares) afin « d’éviter les attroupements » (de jeunes gens, de mères, de personnes âgées, etc.). Il n’y a pas, non plus, de corbeilles à papiers. Les espaces verts sont strictement interdits, « même aux fillettes qui souhaiteraient cueillir une petite pâquerette » selon une réflexion dubitative du président qui, tout en défendant cette politique, pense qu’il faudrait peut-être un peu l’assouplir. Les jeux d’enfants (bicyclettes, patins à roulettes, skate-board, ballons, etc.) sont proscrits sur les allées minérales et les voies de circulation par le règlement intérieur, interdictions périodiquement rappelées par voie d’affichage et lors des assemblées générales (par le président ou par des copropriétaires). Il est impossible de recevoir à l’extérieur, sinon « c’est la guerre ». Ceux qui se hasardent à organiser un anniversaire dans les jardins comprennent vite qu’il est préférable de ne pas recommencer. Les gardiens sont mis à contribution pour rétablir l’ordre. Les copropriétaires eux-mêmes n’hésitent pas à faire quelques remontrances, de leurs balcons, parfois vertement, envers ceux qui occasionnent des turbulences. Les archives et les témoignages oraux attestent d’une grande sévérité à l’égard des enfants.

Cher Monsieur. Je vous prie de vouloir bien prendre d’urgence et avec la plus extrême vigueur, les mesures que vous croirez propres à rétablir un minimum d’ordre. On assiste depuis quelques semaines à un déchaînement croissant d’enfants de plus en plus nombreux qui se répandent non seulement dans les parties communes générales, mais aussi dans les garages, et même dans les caves des bâtiments. Je pense que vous pouvez rappeler, par lettres recommandées, aux parents concernés les obligations auxquelles ils doivent se soumettre. Une enquête facile vous permettra de trouver rapidement les destinataires. Simultanément, vous pouvez afficher de fermes rappels dans les tableaux des entrées. Bien à vous. (Extrait de lettre rédigée à l’attention du syndic par un président [1982].)

L’ambiance

  • 11 Peu de plaintes pour « nuisances sonores » ont été trouvées dans les archives. Un attroupement de (...)

16Les manifestations conviviales, dans l’enceinte des copropriétés, restent très rares. L’ambiance s’inscrit davantage dans l’ordre du feutré et du routinier. L’anniversaire des trente ans de Valbonnette, par exemple, qui fut fêté en 1998 autour d’agapes collectives et de différentes activités (petits sketchs et chants d’enfants, concours de boules et de plongeons, bal, etc.), fait figure d’exception. Le programme d’animation « immeuble en fête », soutenu au niveau national et régional par des campagnes de communication et des petites aides financières, ne prend pas. Le mouvement de la vie est rythmé par les sorties et les entrées des voitures, le déplacement des piétons en habits de ville qui se rendent à l’arrêt de bus le plus proche, les promenades techniques hebdomadaires des commissions « travaux » et « espaces verts » qui déambulent lentement, par petits groupes de cinq ou six personnes (dont le syndic et les artisans concernés), montrant du doigt les façades, s’arrêtant pour constater le descellement des dalles du trottoir, les ornières de la voirie, les branches à élaguer, etc. Malgré la rigueur de certains règlements, de temps en temps, un chien fou de joie d’une liberté retrouvée traverse à grandes foulées les espaces interdits au mépris de la loi, faussement retenu par un maître qui feint de se mettre en colère, des enfants descendent quatre à quatre les escaliers des allées minérales…A part cela et quelques incidents aigus qui restent finalement assez sporadiques11, les copropriétés sont calmes, si on considère que le souffle strident des aspirateurs qui s’échappe, le matin, un peu partout des fenêtres ouvertes pour l’aération quotidienne n’est pas du bruit, pas plus que ne l’est celui, pourtant très soutenu, de la souffleuse du jardinier, de la débroussailleuse, de l’élagueuse, de la tondeuse. D’autres sons, plus doux à l’oreille, scandent le temps de la journée. L’arrosage automatique, la nuit tombée, en été, laisse échapper des tuyaux un petit crépitement caractéristique. Le balayage des feuilles mortes avec des balais en paille de sorgho par les gardiennes ou les femmes de ménage, tout au long de l’automne, diffuse un bruit familier, comme l’est celui des poubelles traînées et lavées à grands jets. Le ménage est fait dans les cages d’escalier, les entrées, les locaux à poubelles et les corridors divers, une fois par semaine, à jour fixe, ce qui occasionne également une ambiance sonore caractéristique (seaux déplacés, paillassons soulevés, portes et contremarches entrechoquées). Selon les cas, s’ajoutent à ces bruits de ménage ceux des parties de tennis, de pétanque, des plongeons dans la piscine. Tout cela crée une tonalité auditive particulière, surtout l’été et les fins de semaine ensoleillées. Ces ambiances donnent une sorte de « chaleur » à la collectivité – toujours singulière car aucun ensemble résidentiel ne ressemble à un autre – qui contraste avec l’image « froide » qui se dégage, au premier abord, de cet urbanisme orthogonal décrié (Duby 1985 : 234-236). Les résidents partagent la même expérience sensible, le même espace, autant par les bruits et les odeurs qui s’en dégagent que par l’usage proprement dit des parties communes.

La tenue vestimentaire

  • 12 Les nouveaux résidents, qui ne se doutent pas du bruit qu’occasionnent les pieds de chaise et les (...)

17Dans les espaces communs extérieurs, les tenues de ville sont de mise (chaussures, pantalon, chemise et veste pour les hommes ; coiffure correcte, maquillage, tailleur pour les dames). A l’intérieur des bâtiments, il arrive de croiser des personnes en chaussons ou en survêtement (exceptionnellement, pour ne pas dire jamais, en pyjama ou en robe de chambre) qui descendent chercher leur courrier ou qui rejoignent quelqu’un sur le perron. Dans les appartements, les pantoufles sont de rigueur pour ne pas gêner les voisins « d’en dessous »12 mais aussi « par souci de propreté ». L’usage des chaussons dans les espaces communs renseigne sur l’estime des habitants vis-à- vis de l’hygiène des escaliers et des corridors. L’utilisation des chaussures est quasi systématique lorsqu’il s’agit de déposer les poubelles dans les containers des sous-sols ou de se rendre dans les caves (activités davantage masculines que féminines).

  • 13 L’habillement du personnel (gardiens, jardiniers, employés de surface, etc.) est également très co (...)

18Le moindre écart dans le code vestimentaire occasionne des gênes collectives13. Dans une copropriété, un homme d’une soixantaine d’année avait pris l’habitude de prendre le soleil torse nu, vêtu aux beaux jours d’un short en nylon. Il s’installait sur un banc, près de l’entrée de son immeuble, à l’abri du vent. Malgré quelques remarques amicales, indirectes, rien n’y fit. Pour couper court à ce comportement jugé décalé, le conseil syndical décida de supprimer le banc. Cette décision déchaîna la colère du copropriétaire qui déclara qu’on ne pouvait pas l’empêcher de prendre le soleil et qu’il descendrait sa chaise s’il le fallait. Le banc fut finalement réinstallé.

19Autour des piscines, la nudité ne va pas de soi non plus. Il n’y a pas toujours de cabine d’habillement, aussi certains copropriétaires mettent leur maillot sur place ce qui donne lieu à de vives critiques de la part des épouses. La nudité des femmes est un sujet de plaisanterie et de taquinerie. Les hommes les plus « sérieux » regrettent, même dans les résidences les plus strictes, qu’il n’y ait pas davantage de jolies étudiantes qui se fassent dorer sur les pelouses et qu’ils ne puissent pas voir, comme dans les films, de belles créatures dénudées déambuler derrière leurs fenêtres. Les rumeurs de bronzage intégral sur tel ou tel balcon vont bon train… Ces remarques reflètent la séparation rigoureuse, dans ces espaces cohabités, des espaces privatifs et communs, du nu et du couvert, mais aussi des sexes et des tranches d’âge.

Branle-bas de combat autour des poubelles

  • 14 Il arrive parfois, souvent à la suite d’un coup de mistral, lorsque les sacs sont éventrés par des (...)
  • 15 Chaque bâtiment dépose au plus loin qu’il peut ses déchets, ce qui entraîne parfois des débordemen (...)

20Les odeurs (surtout les mauvaises) s’inscrivent dans le code de l’honneur où le propre et le sale tiennent le premier rôle. Les copropriétés, dans l’immense majorité des cas, « sentent bon », mais il arrive parfois, pour des raisons diverses (périodes de fête dans lesquelles il est consommé une grande quantité de coquillages, chaleurs estivales exceptionnelles, mutations des équipes techniques, congés maladie, négligences, etc.) que des effluves douteux et des accumulations de déchets viennent contrarier les habitants. Les émanations, parfois pestilentielles, des locaux à poubelles, l’odeur de « renfermé » des cages d’escalier, les déchets14 jonchant le sol ici et là constituent des atteintes au bien-être des résidents qui souffrent de ces désagréments et qui ressentent un vif sentiment de honte lors des visites qui leur sont faites. La plupart du temps, tout se passe bien15. Lorsque le système d’évacuation s’enraye, les ordures ménagères génèrent un véritable branle-bas de combat. Les coups de téléphone, fax, petits billets, lettres recommandées, fleurissent. Le ton est généralement acerbe et le syndic est jugé responsable en dernière instance.

21Les copropriétaires manifestent leurs mécontentements vis-à-vis du conseil syndical en signant des pétitions qu’ils envoient en double au syndic (qui change alors de statut, passant de celui d’accusé à celui de médiateur), avec des lettres d’accompagnement qui rappellent les règles délibératives et les termes du règlement de copropriété.

Les résidents du 12 au conseil syndical. Ayant appris qu’un projet nous privant du local poubelles dans notre cage allait peut-être voir le jour, nous tenons à vous faire part de notre désir de le conserver. Nous sommes en effet défavorables au fait de devoir transporter nos ordures jusqu’à l’arrière du bâtiment 23. Certains d’entre nous sont âgés et se déplacent difficilement, d’autres ont de jeunes enfants et il est mal aisé de porter à la fois un bébé et un sac-poubelle ou de s’appuyer sur une canne tout en transportant ses ordures. Cela pouvant s’avérer encore plus problématique par temps de pluie. Nous sommes néanmoins sensibles à l’attention que vous nous portez, conscients que vos idées partent de bons sentiments, mais notre fonctionnement actuel nous satisfait pleinement, et nous restons tout de même les seuls concernés. Nous vous prions d’agréer nos salutations distinguées ». (Pétition [juillet 2000]. 13 personnes ont signé dont une ayant écrit « Ancien président du conseil syndical ».)

22Il arrive aussi que des copropriétaires, excédés de ne pas être entendus dans les assemblées générales, prennent, seuls, la plume et pèsent leurs mots.

Il y a quelques mois, vous avez ordonné de mettre les containers d’ordures ménagères pleins (et même débordant ce qui explique qu’on ne peut les fermer) dans le garage. Les containers avaient depuis de nombreuses années leur emplacement à l’air libre, emplacement fabriqué en dur. Je vous fais remarquer que dans ce garage, il y a déjà des petits locaux destinés aux vide-ordures, avec chacun 2 ou 3 containers non nocifs puisque chaque petit local est fermé par une porte en fer. Le garage G4 n’a nullement été prévu pour les containers pleins car il n’y a aucune aération. De plus, ils gênent la circulation des voitures. Je vous signale qu’un container a déjà pris […].Avez-vous senti les ordures ménagères en état de putréfaction quand on rentre ? Avez-vous vu les rats dégustant ces pourritures comme l’a vu un copropriétaire ? Avez-vous dérapé avec votre voiture sur une bouteille d’huile écrasée par terre comme cela m’est arrivé ? Savez-vous que le règlement de copropriété interdit que l’on encombre par quelque objet que ce soit les voies de circulation ou d’accès à des lots privatifs ? Savez-vous que ce règlement interdit le changement de destination des immeubles ? Nous ne pouvons plus supporter cet état de choses. Alors, je vous demande ce que vous comptez faire en urgence, car en plus, avec la chaleur et le manque d’aération, il y a vraiment urgence : odeurs, dangers d’incendie, infections dues aux ordures en putréfaction, danger d’accident de voitures qui ne peuvent plus se croiser, etc. ce n’est quand même pas du pipeau ! Quant à me dire : « Nous allons faire une commission pour savoir où mettre ces poubelles », je n’y crois pas, car voilà des mois que vous le promettez mais toujours rien ! De toute manière, en attendant, il faut ressortir ces poubelles, et les remettre à leur endroit prédestiné. Dans l’attente d’une réponse urgente, veuillez agréer, Monsieur le syndic, l’expression de mes sentiments distingués. (Lettre de protestation d’un copropriétaire [juin 2000].)

23Le style écrit est proche de celui que l’on rencontre dans les assemblées générales, lieux de défoulement annuel où la dramatisation et l’emphase marquent d’un sceau solennel les petites frictions du quotidien (introduction protocolaire, élocution magistrale, timbre de voix vibrant, etc.). La note en réaction, excédée, souvent très longue (3 ou 4 pages) déposée directement dans les boîtes aux lettres par les membres du bureau, est le mode de défense habituel des conseils syndicaux contraints de se justifier.

Les animaux de compagnie

24Les animaux de compagnie et leurs souillures forment un large chapitre des contentieux entre copropriétaires (Digard 1999). Les résidents gênés par les chats, les chiens ou les oiseaux essaient de s’expliquer avec les personnes concernées, « mais encore faut-il les connaître » et qu’elles soient, selon l’expression d’un syndic, « accessibles au raisonnement ». Les plaintes écrites sont nombreuses. La présence des animaux est réglementée.

Les animaux bruyants, malfaisants ou malpropres, sont interdits. Les chiens, chats, oiseaux hormis les perroquets seront tolérés à condition qu’ils ne donnent lieu à aucune réclamation justifiée de la part des autres propriétaires. Les chiens seront maintenus en laisse dans la traversée des parties communes. Tous dégâts et dégradations qu’ils pourraient faire seront à la charge de leurs propriétaires. En aucun cas, qu’ils appartiennent ou non à des occupants de l’immeuble, les chiens ne devront errer dans les parties communes des immeubles, ni dans les jardins (extrait d’un règlement intérieur).

25Dans la réalité, les grands principes ne sont pas tenus. A en croire les témoignages, dans toutes les résidences, il arrive que les chiens dévalent les cages d’escalier « comme des trombes d’eau », dérapent et s’écrasent bruyamment contre les portes. Les grandes copropriétés leur réservent « un petit coin » à la marge de leur terrain ou demandent aux habitants de veiller à ce que leurs « amis » utilisent les caniveaux, mais le contrat n’est pas souvent respecté et les résidents constatent avec effroi, en prenant leurs voitures, que tel basset est encore passé par là ! Redoutant les regards réprobateurs de leurs voisins et les assemblées générales où la question de la propreté des espaces communs est toujours centrale, les maîtres utilisent, dans la mesure du possible, l’espace public périphérique pour les besoins canins (la chaussée, les trottoirs, les parkings alentour). Les frontières entre l’espace public et l’espace privé n’étant pas toujours bien étanches, surtout dans les copropriétés qui ne sont pas clôturées, il arrive que des souillures animales soient le fait d’une copropriété voisine. Ces invasions canines sont humiliantes et déchaînent la colère en tir groupé (assez inefficace) des copropriétaires concernés.

26Si les chiens sont le prétexte à des déambulations humaines dans les espaces communs qui seraient sans eux l’objet de suspicions (en se promenant, les maîtres fument une cigarette, passent un coup de téléphone, échangent quelques mots furtifs avec d’autres promeneurs de chien), les chats sont, par contre, les animaux rois de la copropriété, malgré les traces qu’ils laissent occasionnellement sur les paillassons et dans les recoins. Ils déambulent sur les parkings et dans les corridors, changent de capot de voiture au gré des arrivées pour profiter de la chaleur des moteurs en hiver, guettent les entrées et les sorties, se faufilent entre les jambes pour poursuivre crânement leurs itinéraires mystérieux. Certains matous deviennent même des sortes de biens communs, nourris par les uns et les autres, s’invitant à leur guise, goûtant du bout des lèvres ce qui leur est offert, persiflant si on les importune et s’attirant malgré tout des sympathies pas seulement enfantines. Sans cesse à déambuler dans les escaliers, vautrés sur les porches, « ils font partie des murs ».

Les jardins d’ornement

  • 16 Les propriétaires sont parfois récalcitrants vis-à-vis de l’utilisation du jardin par les locatair (...)

27Élément essentiel de la valeur patrimoniale des résidences et clé de nombreuses décisions et comportements, le jardin d’agrément (avec les façades) est l’expression de ce que les copropriétés veulent donner à voir d’elles-mêmes. Il s’agit là de l’espace de projection le plus investi des parties communes, ce qui en fait un lieu hautement surveillé et très conflictuel, chacun ayant le sentiment de l’offrir aux autres16. Les discussions sans fin, qui se répercutent lors des conseils syndicaux et des visites techniques du syndic et des jardiniers, sur la nature des végétaux à introduire, opposent deux groupes : les partisans du libre espace qui souhaitent des engazonnements, de grands arbres pour l’ombre, peu de plantes dangereuses comme peuvent l’être les agaves, les yuccas, les rosiers ; de l’autre, les partisans du jardin d’ornement (qui habitent généralement les premiers étages et dont les balcons donnent sur le jardin) prônent l’usage de la ronce et de l’épine, de la haie d’arbustes, de la platebande envahissante, du parterre de fleurs délicates. Les règlements intérieurs et les décisions prises en assemblée générale posent le cadre des usages consentis. Les politiques d’aménagement sont variées. Les espaces verts peuvent être purement ornementaux. Il est alors interdit de s’écarter des allées minérales sans que cela déclenche le hurlement des sirènes. Ailleurs, il sera permis de jouer sur les gazons. Dans d’autres ensembles, l’investissement se portera vers les équipements collectifs (aires de jeux, piscine, parking, etc.) ou vers d’autres marqueurs symboliques (les balcons et les huisseries par exemple).

  • 17 Inventaire du Parc Mozart (1980) : acacia (8), arbre de Judée (6), arbustes divers (3), bambou en (...)

28L’esthétique végétale des jardins de copropriété rappelle quelques traits des paysages provençaux et se caractérise par la variété des essences. Selon un inventaire effectué en 1980 par la commission « espaces verts » du Parc Mozart, les jardins de cette résidence sont ornés de 407 arbres à hautes tiges et de près de 3 800 plantes de 35 variétés différentes17. Ces essences se retrouvent à peu près dans toutes les copropriétés, à quelques variantes près (les marronniers, les magnolias). Les platanes, emblèmes de l’espace public en Provence depuis la fin du xviiie siècle (Dufour 2001 : 11-33), sont paradoxalement très rares comme s’ils étaient exclusivement réservés au decorum urbain. Ceux qui existent ont été plantés avant que ne soient érigés les ensembles résidentiels. Ils ont été conservés par les promoteurs comme arbres « vestiges » qui auréolent les copropriétés d’un passé prestigieux. La même grammaire des épines et des pétales se retrouve un peu partout. Dans les résidences de standing, les entrées d’immeuble arborent des symboles récurrents. On trouve, de part et d’autre des perrons : des cyprès isolés et élancés qui symbolisent l’accueil et l’immortalité ; des rosiers et des arbustes dont les épines rappellent les contes populaires (qui s’y frotte s’y pique) et qui protègent l’intimité ; des lauriers-sauce taillés en boule qui incarnent la prospérité et le confort domestique.

29Entre les maisons particulières et les copropriétés, une constatation s’impose. Contrairement au jardin privé, le jardin de copropriété ne doit pas être confortable. Le mobilier (chaises et chaises longues, tables, parasols, etc.) qui permettrait de passer agréablement un peu de temps dehors, de bavarder entre amis, d’écrire, de lire, de tricoter, de téléphoner, à l’ombre d’une pergola garnie de plantes grimpantes, est banni des jardins. Seuls, quelques bancs inconfortables fixés au sol sans possibilité de face à face, en béton (lorsqu’ils sont d’époque) ou en plastique blanc, s’offrent aux rares promeneurs éventuels (et encore, pas toujours…). Cette absence de confort est caractéristique. Les espaces verts sont pensés comme un tampon entre l’espace public de la rue et l’espace privé, comme si, entre les deux mondes, il ne pouvait y avoir d’espace véritablement partagé.

Les parkings et les voitures

30Comme les animaux de compagnie, les voitures tiennent une place centrale dans les rapports de cohabitation et dans la construction des identités individuelles. Elles permettent d’identifier et de classer les copropriétaires. Entre « l’homme à la BM » et « la dame aux quinze chats », il y a toute une palette nuancée de façons d’être dans les espaces communs. Les copropriétaires se reconnaissent par l’intermédiaire de leur véhicule, objet de compensation à l’uniformité et à l’anonymat. Ils repèrent d’emblée ceux qui se distinguent par des automobiles un peu plus luxueuses ou neuves : « Il sort sa Jaguar le dimanche ! » ; « Il a une Dyane » ; « Son fils vient dans une Porsche » ; « Il a une vieille Vespa »… Les voitures récentes sont volontiers exhibées et donnent lieu, quelque temps, à des félicitations. Certains résidents sont connus pour leur « brutalité ». Ils cognent les véhicules voisins avec leur portière, se garent sans précaution, abîmant les carrosseries et les pare-chocs, ce qui ne manque pas d’être repéré.

  • 18 Dans certaines copropriétés, la crainte d’engendrer un conflit avec les voisins incite les personn (...)

31Les parkings de copropriétés ne sont pas forcément des espaces communs car bien souvent, les places extérieures ont été vendues en même temps que les appartements. Seules, les places restantes ont été destinées aux parkings « visiteurs ». Chacun doit se garer sur la place qu’il a achetée sans empiéter chez les voisins, ce qui n’est pas toujours évident, car les familles ont aujourd’hui deux ou trois voitures, sans oublier les invités qui chercheront à stationner18. Afin de préserver leur place, les copropriétaires votent parfois l’installation de sabots de protection mais leur manipulation agace plus qu’autre chose et ces barrières restent souvent baissées (ce qui suscite la tentation). Les infractions se règlent généralement assez vite par des papillons mis sur les pare-brise ou par le relèvement des balais d’essuie-glaces en signe de protestation, actes mesurés qui sont néanmoins vivement ressentis par ceux à qui ils sont destinés.

32La répétition des fautes graves (se garer sur la chaussée par exemple) et les abandons de véhicules exacerbent les tensions. Elles s’expriment tout particulièrement dans les réunions du conseil syndical qui s’enflamment dès que l’on aborde ce sujet. La spontanéité est facilitée par le caractère privé et intimiste de ces assemblées hebdomadaires. Les hommes, tout particulièrement, prennent à cœur ces questions et n’hésitent pas à puiser dans un registre vulgaire et à faire des propositions énergiques qui entraînent un défoulement collectif, des rires, des approbations malicieuses : « Je vais demander à mon copain de venir avec son 4 x 4 pour lui défoncer l’arrière de sa voiture avec son pare-buffle. Comme ça elle comprendra ! » Le syndic retient ses émotions et ne prend pas part à ce type de débat si ce n’est pour dire dans quelle mesure, de son côté, il pourra intervenir.

Uniformité et identité

  • 19 Bien que les murs ne soient pas aveugles, les intérieurs sont opacifiés par des rideaux. Dès la nu (...)
  • 20 Une exception a été relevée. Le Parc Mozart précise, dans son règlement, que les tapis de palier d (...)

33La copropriété idéale ne parle que d’une seule voix. C’est dans son unité et son uniformité que gît sa force et que s’affirme sa valeur. Bien sûr, aucun balcon ne ressemble à aucun autre et chaque fenêtre a son style (dont les rideaux constituent la pièce maîtresse)19. On ne veut voir « qu’une seule tête ». Seuls, les paillassons achetés par les copropriétaires sans instruction particulière20, selon leur goût, sont tolérés contrairement à toutes les autres marques individuelles. Mais ne nous y trompons pas, même si les espaces communs ne laissent entrevoir que les traces des autres (sacs-poubelles, colis postaux, mégots de cigarette, bouts de papier, biscuits écrasés, odeurs de cuisine, de parfum, de tabac), ces lieux n’en restent pas moins le théâtre de rencontres fortuites, de regards qui en disent long, de bavardages courtois ou insurrectionnels. Certes, les échanges sont furtifs. Ils se déroulent sur un palier ou sur un parking, devant les boîtes à lettres, entre deux personnes empêtrées dans leurs cabas à provisions, sacoches et sacs à main. Ils suffisent néanmoins à renforcer les dynamiques de groupe et à construire des stratégies de longue haleine qui s’exprimeront ensuite, avec plus d’éclat, dans les conseils syndicaux et les assemblées générales.

Literaturverzeichnis

Références bibliographiques

Augé, M. 1992. Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil, coll. « La librairie du xxe siècle ».

Choay, F., J. Brun & M. Roncayolo. 1985. « Production de la ville », in G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine. La ville aujourd’hui, Paris, Le Seuil, tome V, p. 231-239.

Cieraad, I., 1999. « Dutch Windows: Female Virtue and Female Vice », in At Home. Anthropology of Domestic Space, New York, Syracuse University Press, p. 31-51.

Digard, J.-P. 1999. Les Français et leurs animaux, Paris, Fayard.

Duby, G. (dir.). 1985. Histoire de la France urbaine. La ville aujourd’hui, Paris, Le Seuil, tome V.

Dufour, A-H. 2001. L’arbre familier en Provence, Aix-en-Provence, Edisud.

Hall, T.E., [1959] 1984. Le langage silencieux, Paris, Le Seuil, coll. « Points ».

Haumont, N. & H. Raymond. 1971. La copropriété, Paris, Centre de recherche d’urbanisme.

Lefeuvre, M.-P. 1999. La copropriété en difficulté : faillite d’une structure de confiance, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Lepoutre, D. 1997. Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob.

Majastre, J.-O. 1984. « Objets divers, objets quelconques : règlements intérieurs d’immeubles à Grenoble », Monde alpin et rhodanien, 3-4, p. 183-192.

Mihailescu, V., V. Nicolau & M. Gheorghiu, 1995. « Le bloc 311. Résidence et sociabilité dans un immeuble d’appartements sociaux à Bucarest », Ethnologie française, România. Construction d’une nation, XXV, 3.

Mourey, J.-L. 1970. Les équilibres socio-psychologiques de la copropriété, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

Reynaud, P. 1978. La copropriété dans les grands ensembles, Paris, La Documentation française.

Anmerkungen

1 Selon la classification opérée par Marie-Pierre Lefeuvre (1999 : 121), les copropriétés normales (ou hétéronomes) se caractérisent par une entente entre copropriétaires, un conseil syndical qui prend ses responsabilités, un syndic coopératif dépositaire des règles mais qui n’est que l’exécutant des décisions prises par le conseil, un contrôle fort des parties communes par les instances élues… Trois autres formes de système d’action ont été constatées : les copropriétés réhabilitées (autonomes), les copropriétés en difficulté (acéphales) et les copropriétés sous tutelle publique (hétérocéphales).

2 Le travail de terrain (2000-2003) s’est déroulé sur sept copropriétés aixoises bâties dans les années 1960, de taille et de standings variés (entre 30 et 480 lots, du simple immeuble donnant directement sur la rue à l’ensemble résidentiel luxueux proposant parkings, espaces verts, piscine, aires de détente diverses). Les données ethnographiques ont été constituées à partir de l’observation directe des espaces intermédiaires, d’entretiens menés auprès des présidents, des syndics, des gardiens, des avocats spécialisés et des copropriétaires. Quelques assemblées générales et réunions de bureau ont été observées in situ. Les archives de trois ensembles résidentiels (correspondances, résolutions mises au vote des assemblées générales, dossiers techniques, appels d’offres…), conservées, selon les cas, par les syndics ou les conseils syndicaux, ont pu être dépouillées.

3 Quelques réflexions prises au vol : « Ils ont une logique de petits blancs » ; « Ils n’en ont rien à foutre ! » ; « Ce procès va lui coûter 10 000 balles, c’est ahurissant ! » ; « Ils sont imbus du haut standing de l’immeuble… ».

4 Les arbres, qui rappellent les décors végétaux provençaux, sont tout particulièrement à l’honneur dans la nomination des ensembles résidentiels : Les Acacias, Les Amandiers, Le Bel Ormeau, Les Cèdres, Le Grand Chêne, Les Marronniers, Les Micocouliers, Les Grands Pins, Les Mûriers, Les Mûriers blancs, Les Peupliers, Les Tilleuls, L’Oliveraie, La Cerisaie, Les Lierres… Les noms de montagne (La Sainte-Victoire, L’Étoile, l’Esterel…) sont davantage attribués aux immeubles sociaux. Les noms d’animaux ne sont jamais utilisés sauf quelques éléments emblématiques : Les Cigales, Les Grillons, Les Lucioles…

5 La culture est incarnée par un registre patrimonial (manoir, moulin, tour, pont, etc.) ou par des personnalités locales (le Roi René, Cézanne, etc.).

6 Aucune résolution proposant de nommer les bâtiments n’a été soumise aux assemblées générales.

7 Dans les petites copropriétés, les réunions du conseil syndical restreint et les visites techniques sont trimestrielles ou apériodiques.

8 Il s’agit bien souvent des « nouveaux arrivants », « bêtes noires » des conseils syndicaux et des syndics, car ils contestent le bien-fondé des charges, cherchent à modeler l’espace à leur idée et à utiliser les services d’un autre prestataire.

9 Selon la loi sru du 13 septembre 2000, la majorité de l’article 24, majorité des présents et des représentés, permet de voter des questions dites « simples » comme l’approbation des comptes, le budget prévisionnel, les travaux d’entretien. Les abstentionnistes, dans cette majorité, ne sont plus pris en compte. Avant la loi SRU, les abstentionnistes étaient considérés comme des opposants. Les « pour » et les « contre » s’opposent aujourd’hui directement. Le législateur a cherché à favoriser la gestion par les minorités agissantes. La majorité de l’article 25 (majorité absolue) est calculée sur l’ensemble des voix du syndicat. Elle concerne l’engagement de la copropriété dans les lourds contrats et permet de donner l’autorisation aux copropriétaires qui désirent entreprendre des travaux privatifs pouvant modifier l’aspect extérieur de l’immeuble. La majorité de l’article 26 (2/3 des millièmes, 2/3 des copropriétaires) est nécessaire pour les travaux d’amélioration (l’installation des barrières automatiques par exemple). Enfin, l’unanimité du syndicat permet de supprimer un équipement collectif commun ou de modifier la destination des immeubles.

10 L’aisance à franchir ces différents seuils (portail, parking, perron) distingue immédiatement les résidents (qui possèdent, en outre, une télécommande pour ouvrir le portail à distance) des autres.

11 Peu de plaintes pour « nuisances sonores » ont été trouvées dans les archives. Un attroupement de « jeunes », qui se résorba de lui-même, poussa le conseil syndical des Marronniers-Rosiers à voter la fermeture d’un passage. Le problème s’étant résolu avant la mise en œuvre de la décision, les travaux ne furent jamais entrepris.

12 Les nouveaux résidents, qui ne se doutent pas du bruit qu’occasionnent les pieds de chaise et les talons de chaussure sur les parquets mal insonorisés, font généralement l’expérience de la « plainte pour nuisances » et découvrent, à cette occasion, les instances de médiation et de contrôle de leur copropriété. La personne gênée se plaint au délégué de la montée d’escalier qui en « touche un mot » aux coupables à l’occasion d’une rencontre qui n’a rien de fortuit et qui est généralement mal vécue par le fautif (vexation). Selon le tempérament de la personne incriminée, les mises au point se font dans les espaces communs ou au domicile du défendeur en la présence du plaignant et de son médiateur, rencontres tendues mais toujours très courtoises dont le chausson sortira vainqueur.

13 L’habillement du personnel (gardiens, jardiniers, employés de surface, etc.) est également très contrôlé comme en témoigne ce billet écrit, dans les années 1980, par un président au syndic : « Cher ami, J’ai secoué M. B. parce qu’en dehors de son nettoyage approximatif, il ne fait rien, même pas la peinture des parkings et des trottoirs. Je lui ai aussi interdit le short en raison du fait qu’il est en relation avec la population et qu’il est appelé à pénétrer dans les bâtiments. Quid de son remplacement ? »

14 Il arrive parfois, souvent à la suite d’un coup de mistral, lorsque les sacs sont éventrés par des chats ou que les conteneurs débordent, que des déchets s’inscrivant dans le registre de la souillure jonchent le sol (préservatifs usagés, serviettes hygiéniques, couches de bébé, etc.). Ces « visions d’horreur » entraînent des mouvements d’épouvante, les femmes âgées, surtout, appelant à la constatation collective de ce qui est présenté comme un scandale et attribué, très vite, à la responsabilité des locataires…

15 Chaque bâtiment dépose au plus loin qu’il peut ses déchets, ce qui entraîne parfois des débordements chez les autres (vers les copropriétés voisines, les autres bâtiments ou vers les parties communes générales), ce qui est jugé inacceptable comme en témoigne cette lettre d’un président au syndic (1980) : « Je suis choqué de voir que le bâtiment A persiste à mettre ses poubelles, non pas dans les locaux vide-ordures dont c’est la vocation, mais dans le passage des garages des bâtiments B et C, qui dépend des parties communes. Pouvez-vous intervenir pour remédier à cette anomalie ? »

16 Les propriétaires sont parfois récalcitrants vis-à-vis de l’utilisation du jardin par les locataires ; les personnes sans chien ni enfant s’agacent facilement de l’usage intensif qu’en font les familles ; les détenteurs de lots à forts tantièmes ne comprennent pas toujours pourquoi ils doivent payer davantage que ceux qui possèdent des surfaces privatives plus petites…

17 Inventaire du Parc Mozart (1980) : acacia (8), arbre de Judée (6), arbustes divers (3), bambou en buisson (2), buis (4), cèdre (5), cerisier fleurs (2), cognassier du Japon (4), cyprès (172), érable (45), if (74), laurier amande (155), laurier rose isolé (83), laurier rose en haie (330), laurier-sauce (31), laurier-tin (53), magnolia (11), pyracantha (859), pyracantha haute tige (10), peuplier (41), pin à pignes (22), prunier fleurs (4), rosier grimpant (9), rosier polyantha (809), rosier tige (1), saule pleureur (12), tilleul (6), troène isolé (16), troène en haie (140), thuya (28), millepertuis (500), grenadier à fleurs (4), mûrier (5), iris (130), géranium (60).

18 Dans certaines copropriétés, la crainte d’engendrer un conflit avec les voisins incite les personnes qui reçoivent du monde à rejoindre leurs convives (comme les capitaines « pilotes » dans les ports) pour les orienter sans incident sur les « bonnes places ».

19 Bien que les murs ne soient pas aveugles, les intérieurs sont opacifiés par des rideaux. Dès la nuit tombée, les volets sont fermés. On est loin des « dutch windows » caractéristiques des usages septentrionaux (Cieraad 1999 : 31-51). La vie privée ne se donne à voir que sur les balcons de façon codifiée (tenues d’extérieur, propos mesurés…). Lorsque les comportements se relâchent, les écarts sont immédiatement repérés (telle femme sortant en soutien-gorge ; tel homme secouant la nappe de son salon en slip…). Seuls les appartements des étages élevés, qui bien souvent se font face, invisibles de la rue, tout particulièrement ceux des terrasses sur lesquelles des vérandas ont été aménagées, se laissent aller à une certaine transparence dans leurs habitudes domestiques.

20 Une exception a été relevée. Le Parc Mozart précise, dans son règlement, que les tapis de palier devront être remplacés selon un modèle unique choisi par la copropriété.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540