Version classiqueVersion mobile

L’habitat gaulois de Feurs (Loire)

 | 
Michel Vaginay
, 
Vincent Guichard

3. Mobiliers de la Tène finale

Vincent Guichard, Gisèle Gentric et Emmanuelle Vila

Texte intégral

1Les pages qui suivent sont consacrées à l’étude des mobiliers issus des structures qui viennent d’être décrites. Notre objectif est de présenter un catalogue des découvertes provenant des niveaux de la fin de l’âge du Fer, en insistant plus particulièrement sur les ensembles clos constitués par les remplissages des fosses.

2Nous examinerons donc de manière systématique les mobiliers provenant des ensembles ayant livré une documentation suffisante pour autoriser ensuite une approche statistique. Pour ce qui est des niveaux d’occupation proprement dits et des structures aux vestiges peu abondants, seuls les objets non représentés dans les ensembles plus riches seront présentés. Cependant, pour la céramique en particulier, afin de tirer parti de l’essentiel du corpus disponible, la part de l’étude statistique non consacrée aux problèmes chronologiques (étude des tailles de récipients...) prendra en compte la totalité des mobiliers du site quelle que ’soit la provenance stratigraphique.

3Pour la clarté de l’exposé, le mobilier sera présenté parallèlement de deux manières complémentaires :

  • dans le texte, étude thématique par catégorie, dans l’ordre suivant : céramiques, métal et petit mobilier divers, monnaie, faune ;

  • en illustrations, regroupement du mobilier par ensemble (en fin de chaque chapitre correspondant) pour chaque catégorie afin de préserver la vision globale de chaque groupe de mobilier.

4Enfin, pour faciliter la lecture de la publication, nous avons choisi de ranger dès le départ les ensembles étudiés dans l’ordre de la chronologie relative, au moins pour les plus représentatifs. Pour les ensembles n’ayant livré que peu de vestiges et pour les mobiliers provenant des niveaux d’occupation ou hors contexte, nous les avons rassemblés par chantier. Tous les ensembles présentés individuellement ont donc fait l’objet d’une numérotation linéaire dans cet ordre. La correspondance avec les structures qui viennent d’être décrites est la suivante :

Ens.

Chantier

Structure

1

1

fosse secteur 3

1S

1

fosse secteur 3 niv. sup.

2

2

fosse secteur 2

3

2

fosse secteur 1

4

1

fosse secteur 4

5

1

fosse 1 secteur 1

6

1

fosse secteur 2

7

3

fosse 6

8

3

fosse

9

3

fosse

10

3

divers

11

1

divers

12

2

divers

3.1. La céramique

3.1.1. Mode d’analyse

5Pour l’ensemble du site de Feurs, la céramique représente l’essentiel des vestiges archéologiques recueillis. Par la place prépondérante qu’elle occupe au sein de la culture matérielle (c’est la plupart du temps le type de vestige le mieux conservé), la céramique nous paraît être un élément privilégié dans l’étude des nombreux problèmes aujourd’hui encore largement débattus pour la fin du second âge du Fer. De ce fait, il nous semble qu’une recherche archéologique approfondie et appropriée menée à partir d’un ensemble de céramiques d’habitat homogènes et abondantes contient en elle‑même une réelle problématique et peut déboucher sur des hypothèses et des conclusions historiques intéressantes sur cette période. Dans cette perspective, nous devons définir une méthode d’étude et des techniques d’exploitation du corpus qui permettent la prise en compte de cette masse importante de céramiques à notre disposition (cf. les comptages par ensemble : fig. 23). Il est en effet impératif que des relations étroites soient clairement établies et définies entre les objectifs recherchés, le corpus disponible et l’exploitation qui doit en être faite.

6Nos buts se situent donc à plusieurs niveaux qui correspondent à autant d’étapes successives de l’exploitation de ce corpus mobilier. Il va de soi que l’ordre linéaire du schéma présenté ci‑dessous doit être compris comme une rationalisation du raisonnement parvenu à sa forme finale, mais non comme le schéma dynamique de son élaboration :

  1. mise en place des méthodes d’analyse descriptive compatibles avec l’optique générale du travail et d’une terminologie aussi précise que possible afin d’assurer une cohérence interne au classement qui suivra, et son adéquation aux questions posées ;

  2. élaboration d’une méthode susceptible de mettre en lumière une chronologie relative des différents ensembles mobiliers, fondée sur l’organisation des données de la classification mise en place précédemment ;

  3. validation de la chronologie relative par la confrontation avec les données de la stratigraphie et par des comparaisons avec d’autres sites régionaux et le cas échéant, extérieurs au cadre régional ;

  4. interprétation en termes historiques, économiques et culturels des résultats obtenus, en confrontation avec les autres catégories de mobiliers.

7Compte tenu du caractère très spécifique des diverses catégories de céramiques recueillies sur le site et du niveau de connaissance très inégal que nous en avons, il nous a paru nécessaire d’opérer d’emblée un premier tri, qui guidera ensuite toute l’étude de la céramique : distinction entre céramiques indigènes et céramiques importées.

8Nous entendons par importations toutes les céramiques dont l’origine étrangère est nettement définie. Il s’agit exclusivement de productions méditerranéennes, le plus souvent d’Italie ou de Gaule du Sud, mais aussi d’Espagne, voire de Méditerranée orientale. Leur analyse sera menée en référence aux études spécifiques dont elles ont déjà fait l’objet.

9Nous définissons au contraire comme productions indigènes toutes les céramiques dont l’origine locale (Feurs, Forez), régionale (pays ségusiave, nord‑est du Massif central) ou plus largement gauloise (Gaule interne) est assurée ou du moins très probable. Ces productions constituent la quasi‑totalité du corpus présenté ici.

10Nous étudierons donc successivement les céramiques indigènes qui sont très nettement majoritaires, puis les diverses importations dont la représentation est beaucoup plus limitée.

3.1.2. Statistiques générales

11Pour chaque ensemble, des comptages systématiques seront donnés pour les diverses catégories de céramiques afin de mettre en place dès la description les éléments statistiques qui serviront ensuite à son exploitation. Mais compte tenu de la grande disparité dans les quantités de mobilier livrées par les différents ensembles présentés précédemment et de la différence de nature des structures elles‑mêmes, nous ne prendrons en considération dans ces comptages que les fosses proprement dites (à l’exclusion des niveaux d’occupation et des amas de mobilier, tel l’amas no 12 du chantier 3), et parmi ces fosses seulement celles qui ont livré une quantité de mobilier suffisante (le minimum retenu étant fixé à 400 tessons). Pour les autres fosses plus réduites, les niveaux d’occupation et les ensembles hors contexte, nous nous limiterons à une présentation rapide des mobiliers qu’ils ont livré, sans comptage systématique. Le tableau de la fig. 23 donne le décompte total des différentes catégories de mobilier par ensemble. Les chiffres de ce tableau ont été obtenus à partir du comptage des tessons avant collage. Les fragments de très petite taille (< 3 cm) n’ont pas été pris en compte.

Fig. 23 ‑ Répartition par ensemble des différentes catégories de céramiques. NT = non tournée ; T = tournée ½ fine, fine lissée ; P = peinte ; M = micacée ; CVN = campanienne à vernis noir ; PC = pâte claire ; CAT = grise catalane ; AM = amphore ; DIV = importations diverses.

3.1.3. Les céramiques indigènes

3.1.3.1. Méthode d’étude

12La première étape de l’étude des céramiques indigènes est fondée sur la mise en place d’une méthode de classification destinée à organiser la description de l’ensemble du corpus mobilier en fonction de sa nature et des buts poursuivis (cf. § 3.1.1.). Compte tenu de la masse de ces céramiques et du fait qu’aucune étude céramologique suffisamment détaillée n’est actuellement disponible pour cette période, il nous a paru souhaitable de mettre en place une méthode de description et de classement qui permette d’appréhender cet ensemble documentaire. En effet, si quelques études, d’ailleurs fort rares, abordent cette question, aucune ne nous paraît appropriée au corpus concerné et aux buts poursuivis.

13Parmi ces recherches, la plus récente et la plus proche de nos préoccupations par le mobilier étudié et les perspectives développées est sans doute la publication du site de Bâle (Furger‑Gunti 1979). Mais, si l’exploitation est approfondie, elle n’est fondée que sur une approche documentaire limitée de la céramique. La typologie mise en place est de type descriptif mais ne présente pas une réelle cohérence interne : ainsi à l’intérieur des groupes mis en évidence à un premier niveau (les pots à cuire...), les différents types sont distingués avec des critères aussi différents que la forme du col, la morphologie de la panse... Les groupes eux‑mêmes et les termes employés ne sont pas définis de manière explicite.

14Il convient aussi de noter que parmi les différents travaux concernant la céramique gauloise du nord‑est du Massif central, aucun ne permet la prise en compte du corpus de Feurs. La seule publication synthétique en ce domaine est un « essai de typologie » paru récemment (Périchon 1977). Mais malgré la volonté affirmée des auteurs de « présenter une première classification des céramiques domestiques ou communes de la période gauloise et gallo‑romaine », la lecture de cet ouvrage montre très vite que la part consacrée à la définition d’une méthodologie est extrêmement réduite, voire que les principes mêmes du classement proposé ne sont nulle part clairement définis. Le caractère particulièrement sommaire de cette « classification » et le fait que la part la plus large de l’ouvrage concerne les céramiques gallo‑romaines rendent ce travail inutilisable pour notre propos.

15La méthode utilisée ici a été conçue dans le cadre d’une étude systématique des céramiques du Ier s. av. n. è. du site de Roanne (Vaginay, en cours), et vérifiée sur le corpus qui fait l’objet de la présente publication. Nous ne reprendrons donc pas ici les diverses raisons qui nous ont poussé à mettre en œuvre cette méthode ; nous nous bornerons à en exposer les principes et le mode de fonctionnement. L’essentiel des lignes qui suivent sont extraites de ce travail.

16Nous déterminerons tout d’abord l’orientation générale à donner à la description en mettant en place une terminologie fondée sur une série de conventions (analyse descriptive). Afin d’alléger le présent texte nous présenterons ces conventions, d’ailleurs fort courantes dans le domaine de la céramologie, en annexe, avec les fig. 24 à 29. Ces conventions serviront, dans un deuxième temps, à mettre sur pied une classification de l’ensemble des céramiques.

17Cette classification a été conçue essentiellement dans une perspective documentaire, dans le but de mettre en évidence des groupes au sein du corpus par l’organisation hiérarchique des critères observés sur les objets, et de faciliter l’analyse de ceux‑ci.

3.1.3.2. Mode de classification

18L’étude systématique des ensembles mobiliers du site de Roanne (Vaginay, en cours) a montré la nécessité de recourir à une classification qui soit à même de reproduire dans ses grandes lignes les structures de la production des céramiques. Compte tenu des objectifs fixés ici et du corpus disponible, seule une classification hiérarchique fondée uniquement sur des critères technologiques et morphologiques doit permettre une telle approche. Nous distinguerons donc ici quatre niveaux de description successifs, respectant dans leurs grandes lignes les différentes étapes de la chaîne d’élaboration du vase. Nous faisons exception pour les techniques de cuisson qu’il nous a semblé préférable de faire intervenir dès le point de départ de la classification, aussitôt après les techniques de montage, du fait de leur caractère primordial dans la chaîne opératoire. Chacun des niveaux ainsi distingués introduit des subdivisions dans le corpus : techniques de montage, techniques de cuisson, classement morphologique, finition et décoration.

19La classification proposée ci‑dessous a été mise au point à partir des mobiliers du site de Roanne et vérifiée avec l’ensemble des mobiliers disponibles sur les sites régionaux (en particulier les céramiques de Feurs étudiées ici et un ensemble du site de Goincet ; cf. Vaginay 1984). Dans la présentation qui est faite de cette classification nous avons donc inclus la totalité des types de ces différents sites afin de préserver la cohérence de l’ensemble, mais les types absents de Feurs ne feront pas l’objet d’une description ultérieure.

Techniques de montage

20La base de la classification devra être constituée par la distinction entre les différents types de pâtes et les deux types de montage de la céramique décrits en annexe (cf. p. 143). La combinaison des trois types de pâtes et des deux types de montage détermine six catégories théoriques parmi lesquelles seules quatre sont représentées dans le présent corpus :

  • céramique grossière non tournée ;

  • céramique fine non tournée ;

  • céramique demi‑fine tournée ;

  • céramique fine tournée.

Techniques de cuisson

21Elles seront indiquées pour chaque catégorie définie précédemment, suivant les types évoqués en annexe :

  • cuisson réductrice primitive (B’) ;

  • cuisson réductrice oxydante (A) ;

  • cuisson réductrice (B).

Mode de classement morphologique

22L’objectif principal que nous nous sommes fixés pour la mise en place de ce classement est la prise en compte de la part la plus large du corpus, en particulier des formes non complètes. Pour ce faire, le classement doit être établi sur des bases hiérarchiques et relationnelles : l’interdépendance entre les éléments distingués par l’analyse morphologique (panse, col, base, lèvre) doit apparaître le plus clairement possible. Nous avons donc été conduits à élaborer un système à plusieurs niveaux, en partant des éléments morphologiques de base pour aboutir aux détails jugés les moins contraignants. Quatre niveaux ont été distingués :

  • les classes : distinction fondée sur deux rapports typométriques : H/d et d/D ;

  • les groupes : distinction fondée essentiellement sur la morphologie de la panse, complétée le cas échéant par les dimensions relatives de la panse et l’ouverture du col ;

  • les formes : distinction fondée soit sur la morphologie du col complétée par le mode de liaison col/panse, soit sur la morphologie de la base complétée par les éléments additifs sur la panse ;

  • les types : distinction essentiellement fondée sur la morphologie de la lèvre, complétée pour certains groupes par la morphologie de la base et la mention d’additifs sur la panse.

23Une numérotation linéaire a été adoptée à l’intérieur de chacun de ces quatre niveaux de façon à laisser la possibilité d’intégrer de nouveaux numéros dans le classement ; un nombre de quatre chiffres servira donc à caractériser chaque céramique. Le premier chiffre désignera l’appartenance à la classe, le second au groupe, le troisième à la forme, le quatrième au type ; ainsi, le no 1234 sera le type 4 de la forme 3 du groupe 2 de la classe 1. Les techniques de montage et de cuisson permettant de distinguer à un niveau supérieur les catégories de céramiques, le type 1234 par exemple, pourra exister aussi bien dans la catégorie des céramiques grossières non tournées que dans celle des céramiques fines tournées.

Les classes

24Pour les vases de type « usuel », elles sont déterminées par deux rapports typométriques :

  • H/d : forme haute (H/d 1), forme basse (1/3 < H/d < 1), forme plate (H/d 1/3) ;

  • C/D : forme fermée (C/D < 0,9), forme ouverte (C/D > 1).

25Pour la distinction forme ouverte/fermée, un paramètre supplémentaire (la morphologie de la panse et du col) est introduit pour tous les cas où C/D avoisine la valeur limite de 0,9 : la forme est fermée si la partie supérieure de la panse ou du col est convergente (c’est‑à‑dire si son inclinaison par rapport à la verticale est supérieure à 10°). La combinaison des critères précédents permet la distinction des cinq classes suivantes :

  1. vases hauts fermés ;

  2. vases hauts ouverts ;

  3. vases bas fermés ;

  4. vases bas ouverts ;

  5. vases plats ouverts.

26Pour toutes les céramiques n’entrant pas dans la catégorie des « types usuels », trois classes supplémentaires ont été créées :

  1. couvercles ;

  2. faisselles ;

  3. formes particulières.

Les groupes

27Pour la classe 1, trois critères ont été retenus.

28– Morphologie de la panse : panse cylindrique, ouverte, fermée à courbure symétrique, fermée à courbure dissymétrique.

29– Rapport H/D : panse large (H/D 1,5) ; panse fuselée (H / D > 1,5).

30La combinaison de ces deux premiers critères permet de mettre en lumière quatre séries morphologiques utiles : panse ovoïde (fermée à courbure dissymétrique, large) ; panse élancée (fermée à courbure dissymétrique, fuselée) ; panse en « tonnelet » (fermée à courbure symétrique, fuselée) ; panse situliforme (cylindrique ou ouverte, large).

31– Indice d’ouverture : très » large (C/D 0,) ; large (2/3 < CID < 0,) ; resserrée (1/2 < CID 2/3) ; étroite (C/D < 1/2).

32Le croisement de ces quatre séries morphologiques et de l’indice d’ouverture permet la distinction de huit groupes différents.

33Pour les quatre autres classes des vases de type « usuel », seule la morphologie de la panse a été mise en œuvre pour distinguer les groupes : panse fermée à courbure dissymétrique ; panse fermée à courbure symétrique ; panse cylindrique ; panse ouverte.

Les formes

34Pour la classe 1, deux critères sont mis en œuvre : morphologie du col (droit, sans inflexion, absent) ; liaison col/panse (simple, cannelée, à épaulement, avec une baguette). Le croisement de ces deux critères produit neuf formes différentes de cols existant effectivement qui, appliquées à chacun des groupes précédents, permet de distinguer 23 formes.

35Pour la classe 2, la seule morphologie du col suffit à la distinction des formes (3 seulement).

36Pour les classes 3 et 4, à la morphologie du col est ajoutée la morphologie de la base : fond plat, pied en couronne, pied creux élevé, tripode. Neuf formes sont ainsi distinguées dans la classe 3 et six dans la classe 4.

37L’absence systématique de col sur les récipients de la classe 5 conduit à n’utiliser comme critère distinctif que la morphologie de la base. Trois formes sont ainsi distinguées.

Les types

38Ils sont établis à partir de deux critères morphologiques non encore pris en compte dans les trois précédents niveaux (morphologie de la lèvre et additifs sur la panse) et, pour les classes 1 et 2, la morphologie de la base :

  • lèvre : avec ou sans inflexion ; orientation (verticale, évasée, horizontale, pendante, rentrante) ; profil (allongé incurvé/linéaire, en bourrelet, triangulaire) ;

  • base : fond plat, soulevé ou ombiliqué ; pied annulaire, en couronne ou piédestal ; pied plein ;

  • additifs sur la panse : panse lisse/à baguettes ; anse ; bec verseur.

Présentation du classement morphologique

39Nous donnons ci‑dessous la liste de l’ensemble de la classification ainsi obtenue (fig. 30‑36).

1. Vases hauts fermés (fig. 30‑33)

Fig. 30 – Tableau typologique : vases ovoïdes à ouverture large (types 1111 à 1153) (éch. 1/6 env.).

Fig. 31 – Tableau typologique : vases ovoïdes à ouverture très large (types 1211 à 1243) (éch. 1/6 env.).

Fig. 32 – Tableau typologique : vases ovoïdes à ouverture resserrée (types 1311 à 1353) (éch. 1/6 env.).

Fig. 33 – Tableau typologique : vase ovoïde à ouverture étroite (1411) ; vases élancés à ouverture resserrée (1511 à 1521) ; vases élancés à ouverture étroite (1611 à 1621) ; vase tonnelet (1711) ; vases situliformes (1811 et 1812) ; types partiels (1001 à 1006) (éch. 1/6 env.).

401.1. ovoïde à ouverture large

411.1.1. col droit simple

421.1.1.1. lèvre évasée allongée linéaire, fond plat, panse lisse

431.1.1.2. lèvre évasée en bourrelet arrondi, fond plat, panse lisse

441.1.1.3. lèvre évasée triangulaire, fond plat, panse lisse

451.1.1.4. lèvre évasée en bourrelet arrondi, fond plat (7), panse à baguettes

461.1.1.5. lèvre horizontale allongée linéaire, fond plat, panse lisse

471.1.2. col droit cannelé

481.1.2.1. lèvre évasée en bourrelet, fond plat, panse lisse

491.1.3. col droit à baguette

501.1.3.1. lèvre évasée en bourrelet, fond plat, panse à baguettes

511.1.4. col sans inflexion simple

521.1.4.1. lèvre évasée allongée incurvée simple, fond plat, panse lisse

531.1.4.2. lèvre évasée allongée incurvée cannelée, fond plat, panse lisse

541.1.4.3. lèvre évasée en bourrelet cannelée, fond plat, panse lisse

551.1.5. col sans inflexion cannelé

561.1.5.1. lèvre évasée allongée incurvée simple, fond plat, panse lisse

571.1.5.2. lèvre évasée allongée incurvée cannelée, fond plat, panse lisse

581.1.5.3. lèvre évasée allongée linéaire, fond plat, panse lisse

591.1.5.4. lèvre évasée en bourrelet cannelée, fond plat, panse lisse

601.2. ovoïde à ouverture très large

611.2.1. col droit simple

621.2.1.1. lèvre évasée en bourrelet, fond plat, panse lisse

631.2.1.2. lèvre sans inflexion allongée linéaire simple, fond plat, panse lisse

641.2.2. col sans inflexion simple

651.2.2.1. lèvre évasée allongée incurvée simple, fond plat, panse lisse

661.2.2.2. lèvre évasée allongée incurvée cannelée, fond plat, panse lisse

671.2.2.3. lèvre évasée en bourrelet simple, fond plat, panse lisse

681.2.2.4. lèvre évasée en bourrelet cannelé, fond plat, panse lisse

691.2.2.5. lèvre horizontale triangulaire cannelée, fond plat, panse lisse

701.2.3. col sans inflexion cannelé

711.2.3.1. lèvre évasée allongée incurvée simple, fond plat panse lisse

721.2.3.2. lèvre évasée allongée incurvée cannelée, fond plat, panse lisse

731.2.3.3. lèvre évasée allongée linéaire

741.2.3.4. lèvre évasée en bourrelet simple, fond plat, panse lisse

751.2.3.5. lèvre évasée en bourrelet cannelé, fond plat, panse lisse

761.2.3.6. lèvre horizontale triangulaire cannelée, fond plat, panse lisse

771.2.4. sans col

781.2.4.1. lèvre évasée allongée linéaire, fond plat, panse lisse

791.2.4.2. lèvre évasée allongée incurvée cannelée, fond plat, panse lisse

801.2.4.3. lèvre évasée en bourrelet cannelé, fond plat, panse lisse

811.3. ovoïde à ouverture resserrée

821.3.1. col droit simple

831.3.1.1. lèvre évasée en bourrelet simple, fond plat, panse lisse

841.3.2. col droit à épaulement

851.3.2.1. lèvre évasée en bourrelet simple, fond plat, panse lisse.

861.3.3. col sans inflexion simple

871.3.3.1. lèvre évasée allongée linéaire simple, fond plat, panse lisse

881.3.3.2. lèvre évasée allongée linéaire cannelée, fond plat, panse lisse

891.3.4. col sans inflexion cannelé

901.3.4.1. lèvre évasée allongée incurvée simple, fond plat, panse lisse

911.3.4.2. lèvre évasée en bourrelet simple, fond plat, panse lisse

921.3.5. col sans inflexion à baguette

931.3.5.1. lèvre évasée en bourrelet, fond plat, panse lisse

941.3.5.2. lèvre évasée en bourrelet, fond plat, panse à baguettes

951.3.5.3. lèvre évasée en bourrelet, pied annulaire bas, panse à baguettes

961.4. ovoïde à ouverture étroite

971.4.1. col droit simple

981.4.1.1. lèvre évasée en bourrelet, pied annulaire bas, 1 anse

991.5. élancé à ouverture resserrée

1001.5.1. col droit simple

1011.5.1.1. lèvre évasée en bourrelet, fond plat cintré, panse lisse

1021.5.2. sans col

1031.5.2.1. lèvre évasée en bourrelet simple, fond plat cintré, panse lisse

1041.6. élancé à ouverture étroite

1051.6.1. col droit à épaulement

1061.6.1.1. lèvre évasée en bourrelet, pied en couronne, panse lisse

1071.6.1.2. lèvre évasée en bourrelet, pied creux élevé, panse lisse

1081 ; 6.1.3. lèvre évasée en bourrelet, pied creux élevé, anse et bec verseur

1091.6.1.4. lèvre évasée en bourrelet, piédestal, panse lisse

1101.6.2. col droit à baguette

1111.6.2.1. lèvre évasée triangulaire, piédestal, panse à baguettes

1121.7. tonnelet

1131.7.1. sans col

1141.7.1.1. lèvre évasée en bourrelet, pied annulaire bas, panse lisse

1151.8. vase situliforme

1161.8.1. col rentrant

1171.8.1.1. lèvre verticale allongée linéaire, fond plat, panse lisse

1181.8.1.2. lèvre évasée en bourrelet arrondi

2. Vases hauts ouverts (fig. 34) fig. 24

Fig. 34 – Tableau typologique : vases hauts ouverts (2111 à 2221) et bas fermés (3111 à 3311, 3001) (éch. 1/6 env.).

1192.1. panse cylindrique

1202.1.1. sans col

1212.1.1.1. lèvre évasée allongée linéaire simple, pied annulaire bas

1222.1.2. col droit

1232.1.2.1. lèvre évasée en bourrelet, fond plat probable

1242.2. panse ouverte régulière

1252.2.1. col droit

1262.2.1.1. lèvre évasée allongée, fond plat probable

1272.2.2. sans col

1282.2.2.1. lèvre sans inflexion, fond plat probable

3. Vases bas fermés (fig. 34)

1293.1. panse ouverte régulière

1303.1.1. col rentrant et fond plat

1313.1.1.1. lèvre évasée allongée incurvée simple

1323.1.1.2. lèvre évasée allongée incurvée cannelée

1333.1.1.3. lèvre évasée en bourrelet simple

1343.1.1.4. lèvre évasée en bourrelet cannelé

1353.1.2. col rentrant ou droit, fond tripode

1363.1.2.1. lèvre évasée allongée incurvée simple

1373.2. panse fermée à courbure dissymétrique

1383.2.1. col infléchi, fond plat

1393.2.1.1. lèvre évasée allongée incurvée simple, liaison col/panse continue

1403.2.1.2. lèvre évasée allongée incurvée simple, liaison col/panse anguleuse

1413.2.1.3. lèvre évasée allongée incurvée simple, liaison col/panse à baguette

1423.2.2. col infléchi fond soulevé

1433.2.2.1. lèvre évasée en bourrelet arrondi

1443.2.3. col infléchi, pied en couronne

1453.2.3.1. lèvre évasée allongée incurvée simple

1463.2.3.2. lèvre horizontale allongée linéaire

1473.2.4. col sans inflexion, fond plat

1483.2.4.1. lèvre évasée allongée incurvée simple

1493.2.4.2. lèvre évasée en bourrelet arrondi

1503.2.5. col sans inflexion, pied en couronne

1513.2.5.1. lèvre évasée en bourrelet arrondi

1523.2.6. sans col, fond plat

1533.2.6.1. lèvre évasée allongée incurvée simple

1543.2.6.2. lèvre évasée en bourrelet arrondi

1553.2.6.3. lèvre évasée allongée incurvée en gouttière

1563.2.6.4. lèvre sans inflexion

1573.2.7. sans col, pied en couronne

1583.2.7.1. lèvre évasée en bourrelet arrondi

1593.2.7.2. lèvre évasée allongée linéaire simple

1603.3. panse fermée à courbure symétrique

1613.3.1. sans col, fond plat

1623.3.1.1. lèvre sans inflexion en bourrelet arrondi

4. Vases bas ouverts (fig. 35)

Fig. 35 – Tableau typologique : vases bas ouverts (4111 à 4321 ; 4101 à 4109 ; 4001) (éch. 1/6 env.).

1634.1. panse ouverte à courbure régulière

1644.1.1. sans col à fond plat

1654.1.1.1. lèvre rentrante allongée incurvée

1664.1.1.2. lèvre rentrante aplatie

1674.1.1.3. lèvre rentrante décorée

1684.1.1.4. lèvre sans inflexion allongée incurvée

1694.1.1.5. lèvre sans inflexion aplatie

1704.1.1.6. lèvre sans inflexion décorée

1714.1.2. col infléchi, fond plat

1724.1.2.1. lèvre évasée allongée incurvée simple

1734.1.2.2. lèvre évasée en bourrelet arrondi

1744.1.3. sans col, pied en couronne

1754.1.3.1. lèvre sans inflexion, panse lisse

1764.1.3.2. lèvre évasée en bourrelet arrondi, panse à baguettes

1774.1.3.3. lèvre sans inflexion, panse cannelée

1784.1.4. sans col, pied creux élevé

1794.1.4.1. lèvre rentrante en bourrelet arrondi

1804.2. panse cylindrique

1814.2.1. col droit, fond plat

1824.2.1.1. lèvre évasée allongée incurvée

1834.3. panse ouverte à courbure dissymétrique

1844.3.1. sans col, fond plat

1854.3.1.1. lèvre triangulaire sans inflexion

1864.3.2. sans col, pied en couronne

1874.3.2.1. lèvre horizontale allongée linéaire simple

5. Vases plats (fig. 36)

Fig. 36 – Tableau typologique : vases plats (5111 à 5211) ; couvercles (611 à 623) ; vase‑support et tirelire (éch. 1/6 env.).

1885.1. panse ouverte à courbure régulière

1895.1.1. fond plat

1905.1.1.1. lèvre rentrante allongée incurvée

1915.1.1.2. lèvre rentrante en bourrelet arrondi

1925.1.1.3. lèvre verticale allongée incurvée

1935.1.1.4. lèvre sans inflexion

1945.1.1.5. lèvre sans inflexion triangulaire

1955.1.2. pied en couronne

1965.1.2.1. lèvre horizontale allongée linéaire

1975.1.2.2. lèvre sans inflexion

1985.1.2.3. lèvre rentrante

1995.1.2.4. lèvre évasée ou verticale allongée linéaire simple

2005.1.2.5. lèvre moulurée

2015.2. panse ouverte à courbure dissymétrique

2025.2.1. pied en couronne

2035.2.1.1. lèvre horizontale ou pendante allongée incurvée

6. Couvercles (fig. 36)

204Compte tenu de la très faible représentation de cette classe sur l’ensemble du corpus et de la simplicité morphologique des formes de couvercles, nous avons, à la suite du numéro de la classe, simplement distingué deux niveaux de classification.

2056.1. paroi horizontale

2066.1.1. lèvre sans inflexion arrondie

2076.2. paroi inclinée

2086.2.1. lèvre sans inflexion arrondie

2096.2.2. lèvre sans inflexion cannelée

2106.2.3. lèvre infléchie

7. Faisselles

211Leur grande rareté et leur caractère fragmentaire nous dispensent de toute classification à l’intérieur même de cette catégorie.

8. Formes particulières (fig. 36)

212Elles sont elles aussi très peu fréquentes. Nous nous bornerons à les décrire dans le cadre de la terminologie mise en place précédemment en proposant les identifications les plus vraisemblables.

Finition et décoration

213Pour chacun des types mis en place précédemment, seront ensuite indiqués les modes de finition et de décoration, en fonction des termes de l’analyse descriptive exposés plus haut (fig. 37) :

  • finition : grattage ; peignage ; égalisation ; lissage ; enduit ;

  • décor : incision ponctuelle simple ; incision ponctuelle multiple ; incision linéaire simple ; incision linéaire peignée ; impression digitée ; estampage ; molette ; ·plastique ; lissé ; peint.

Fig. 37 – Les différents types de décors sur céramique indigène. –1. Décor incisé ponctuel –2. Décor incisé ponctuel complexe –3. Décor incisé linéaire (ondé) –4. Décor impressionné –5. Décor estampé –6. Décor à la molette –7. Décor plastique –8. Décor lissé –9. Décor peint.

3.1.3.3. Description du corpus

214Les céramiques sont décrites en suivant les données de l’analyse et de la classification présentées précédemment. Afin de conserver un accès aisé à chaque ensemble mobilier étudié, il nous a semblé judicieux de procéder à une présentation en deux temps :

  • dans le texte, données générales concernant chaque catégorie de céramique, regroupées pour tous les ensembles, avec renvoi aux illustrations ; c’est à ce niveau que sont donnés les principaux éléments qui serviront à l’analyse statistique ; la représentation absolue de chaque type de céramique est fournie sous forme de tableaux de répartition par ensemble étudié ; les comptages ont été effectués à partir du nombre d’exemplaires identifiables après collage maximum, d’après les lèvres ; une pondération a été éventuellement faite pour tous les fragments autres que ceux de lèvres dont l’identification est assurée ;

  • en illustrations, présentation des mobiliers céramiques par ensemble dans l’ordre des descriptions typologiques données dans le texte ; une légende complète chaque dessin ; un certain nombre de conventions ont été employées pour la représentation des céramiques ; pour les traitements de surfaces et les décors, des trames symboliques ont été employées dans plusieurs cas ; un tableau en tête des planches d’illustration des céramiques résume ces conventions (fig. 75) ; tous les vases étudiés ne sont pas présentés en illustration ; pour chaque type n’ont été retenus que les formes archéologiquement complètes et les exemplaires offrant des variantes morphologiques ainsi que les fragments témoignant de la variété des décors ; la grande masse de mobilier céramique (plus de 1 000 vases identifiés) nous a contraints à ce choix.

Céramiques grossières non tournées (cuisson B’)

215Elles sont caractérisées par une pâte plus ou moins grossière suivant les groupes de production. Elles représentent en moyenne sur l’ensemble du site près de 50 % du nombre total de fragments de céramique, exception faite des amphores. Elles sont présentes dans les six classes isolées par la classification morphologique.

Vases hauts fermés (classe 1)
Répartition et morphologie

216Sur l’ensemble du site de Feurs, 19 types différents sont représentés par 105 exemplaires identifiables, auxquels il faut ajouter 12 exemplaires dont l’appartenance à la classe 1 ne fait pas de doute, mais dont le type est impossible à déterminer du fait de leur état très fragmentaire. Les décomptes par type et par ensemble (fig. 38) montrent que les différents types ne sont pas tous également représentés.

Fig. 38 – Répartition des types de vases non tournés, classe 1.

217Cinq types (1141, 1151, 1221, 1231, 1331) représentent les deux tiers des vases de la classe. Les 14 autres types se partagent le tiers restant, à raison de deux à trois exemplaires en moyenne pour chacun. Seuls trois types ne sont présents qu’à un seul exemplaire : 1233, 1242, 1341 (fig. 77, no 8 ; 90, no 7 ; 117, no 2).

218Un examen d’ensemble de ces différents types permet de mettre en lumière plusieurs faits : sur les quatre groupes morphologiques présents, les trois groupes de vases à panse ovoïde constituent un quasi‑monopole (seuls cinq exemplaires identifiables ne s’y rattachent pas) : l’un est nettement majoritaire (vases à ouverture très large 43,4 %), deux viennent ensuite assez près l’un de l’autre (vases à ouverture large 30,2 % ; vases à ouverture resserrée 20,7 %) ; le dernier groupe, celui des vases situliformes, n’est présent que par cinq exemplaires, dans trois ensembles (fig. 78, nos 78, nos 1‑3 ; 92, no 16).

219Pour ce qui est des trois groupes de vases ovoïdes, l’étude de la répartition des diamètres d’ouverture à la lèvre permet de mettre en lumière certaines constantes, malgré un échantillonnage assez limité (3 ex. mesurables). Si l’on considère en particulier les cinq types les mieux représentés, la moyenne (M) des diamètres d’ouverture (fig. 39) pour chacun suggère que l’indice d’ouverture (CID) est inversement proportionnel à la taille des vases (estimée à partir du diamètre à l’ouverture). D’autre part, pour les deux premiers groupes, deux diamètres privilégiés peuvent être mis en lumière : pour les types 1141, 1151, 1221, 1231, 1 exemplaires sont compris entre 15 et 17 cm et 12 exemplaires entre 21 et 22 cm (soit en tout près des deux tiers de l’ensemble des exemplaires mesurables pour ces types). Pour le type 1331, par contre, un seul ensemble de diamètres, situés entre 21 et 23 cm, est bien représenté (6 ex. sur 12).

Fig. 39 – Dispersion des diamètres d’ouverture des cinq types de vases ovoïdes non tournés les plus fréquents (59 ex. sur 83 vases mesurables 71,1 %). Mise en valeur de deux séries de diamètres privilégiés (en noir 15‑17 cm ; hachuré 21‑23 cm).

220En ce qui concerne les divers autres types de vases ovoïdes, bien que leur représentation soit très faible (1 à 4 ex. par type), elle ne modifie pas sensiblement le profil d’ensemble dégagé ci‑dessus : tout au plus doit‑on remarquer que le type 1153 est plus grand que les autres types du groupe (M 25,5 cm), et qu’il en va de même des types 1235 (M 26,6 cm), 1233 (1 ex. 34 cm) et 1342 (M = 35 cm) ; inversement, le type 1341 est nettement au‑dessous de la moyenne de son groupe (1 ex. 1 cm).

221Les cinq exemplaires de vases situliformes sont de faible taille : leur diamètre à l’ouverture est respectivement de 10, 11 et 16 cm (3 ex.).

222Quant aux vases de type non identifiable, ils suivent d’assez près la dispersion des vases ovoïdes et leur quasi‑totalité est vraisemblablement à ranger dans les différents groupes de vases ovoïdes : pour 18 exemplaires mesurables la dispersion des diamètres va de 14 à 40 cm ; M = 23,6 cm (contre M = 22,6 cm pour les 3 vases identifiés).

223Malgré ces tendances générales, il convient de noter que la dispersion assez large des diamètres d’ouverture autour de la moyenne suggère avant tout une production très artisanale sans réelle normalisation. Et bien que les diverses fosses étudiées ne soient pas contemporaines (cf. § 3.1.3.4.), la répartition des diamètres pour chaque ensemble ne change rien au schéma obtenu pour l’ensemble des fosses.

224Du strict point de vue morphologique, certaines lignes directrices se dégagent nettement de l’ensemble de la série. Sur les 17 types de vases ovoïdes, seulement trois ont un col droit (types 1111, 1121, 1212) et sont de surcroît minoritaires (6 ex. en tout). La quasi‑totalité des vases ovoïdes présente en effet un col sans inflexion, simple ou cannelé. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que dans les deux groupes à ouverture large et très large, on retrouve avec une fréquence proche la même association des types à col simple et de ceux à col cannelé. De plus, sur les cinq types les mieux représentés, quatre comportent le type de lèvre le plus simple : lèvre allongée incurvée simple. Ainsi, le type 1331 se distingue de l’ensemble des vases ovoïdes mentionnés précédemment par sa taille et sa morphologie : taille plus grande en moyenne, ouverture resserrée, lèvre allongée linéaire. Si la lèvre de type évasé allongé incurvé simple est nettement prépondérante (54 ex. en tout pour les 4 types cités ci‑dessus, mais aussi le type 1341), le type qui lui est le plus proche (lèvre évasée en bourrelet simple) est aussi bien représenté : quatorze exemplaires pour les vases de types 1121, 1224, 1234, 1342. Les variantes à cannelures de ces deux types de lèvre sont peu fréquentes : cinq exemplaires dans les fosses 4 et 6, pour les types 1152, 1235, 1242. Le dernier type de lèvre (allongée linéaire) est surtout représenté par le type 1331 ; il se retrouve aussi sur des types minoritaires : 1111, 1153, 1212, 1233. Les différentes lèvres de vases non attribuables à des types précis se classent de la même façon que celles des vases identifiables.

225Pour ce qui est des proportions d’ensemble des vases ovoïdes, les quelques exemplaires complets suggèrent que quel que soit le type ou la taille du vase, elles restent assez voisines : H/D compris entre 1 et 1,2 pour six exemplaires.

226A ces différents vases, tous caractérisés par une pâte plus ou moins grossière mais d’aspect assez homogène, il convient d’ajouter un fragment de bord (fosse 1, fig. 77, no 14) qui se distingue par une pâte grossière contenant un abondant dégraissant feldspathique de grosse taille et par la présence d’un enduit de mica sur le col. Ce type de pâte allié au type de lèvre (moulurée) permet de ranger ce fragment dans la catégorie des céramiques du type « Besançon ». Sous cette appellation donnée récemment (Ferdière 1972) sont en effet regroupées des céramiques, la plupart du temps des vases ovoïdes, contenant toujours ce dégraissant particulier et dont le bord et le col sont enduits de fines paillettes de mica doré. Ce type de céramique n’est représenté à Feurs que par le fragment décrit ici alors qu’il est présent sur la plupart des sites de La Tène finale de la région roannaise (Bessou 1976). Hors du cadre régional on le retrouve en abondance en pays éduen (vallée de la Saône en particulier : Barthélemy 1985) et jusqu’à Bâle en Suisse (Furger‑Gunti 1979).

227Enfin, deux fragments de bords provenant de la fosse 4 (fig. 92, nos 13 et 14) sont vraisemblablement attribuables à des dolia. La pâte est grossière et peu homogène. Ces bords présentent un large bourrelet aplati éversé. Le fragment mesurable présente un diamètre à l’ouverture de 32 cm. Ce sont les seuls fragments identifiables à ce type de récipient repérés sur le site.

Finition

228Les vases hauts fermés sont caractérisés par une finition le plus souvent en trois parties : intérieur du vase, extérieur du col, extérieur de la panse. Quatre types de finition peuvent être employés : grattage, peignage, égalisation, lissage. Pour les 76 fragments identifiables, la répartition est la suivante : le col est pratiquement toujours lissé (88 %) ou beaucoup plus rarement égalisé (12 %). Pour l’intérieur de la panse, trois modes de finition sont utilisés : lissage (3 %), égalisation (3 %), peignage (22 %) ; pour l’extérieur de la panse c’est le peignage qui est le plus fréquent (42 %), puis l’égalisation (26 %), le grattage (21 %) et enfin le lissage, très rare (3 %), % n’étant pas identifiables. Ces différents chiffres montrent donc nettement, pour l’ensemble des types de vases de la classe 1, des modes de finition privilégiés variant avec la partie du vase : une finition soignée donnant un aspect lisse à la surface est de règle pour le col (lissage/égalisation) ; elle est aussi très fréquente pour l’intérieur du vase (lissage + égalisation 76 %). Et il n’est sans doute pas sans signification de remarquer que le peignage de l’intérieur du vase semble plus particulièrement réservé à certains types (types 1151 et 1331) ; d’ailleurs dans ces deux cas, la finition interne par lissage est très nettement minoritaire (8 % pour le type 1151) voire absente (type 1331). Ces faits suggèrent vraisemblablement une corrélation assez nette entre le mode de finition interne et la fonction des récipients : pour le type 1331 en particulier, le fait que, parmi les 5 types les mieux représentés, il est celui dont la taille est en moyenne la plus grande, semble confirmer cette hypothèse. La finition de l’extérieur de la panse semble par contre beaucoup plus « libre » et, de fait, elle est plus variée.

Décoration

229Les décors sont la règle générale sur les différents types de vases de la classe 1 : moins de 6 % des vases comptés ne présentent aucun décor. Ces décors sont tous pratiqués avant cuisson et peuvent être disposés de deux manières sur le vase : le plus fréquemment à la liaison du col et de la panse (178 des 201 fragments décorés) ou beaucoup plus rarement sur l’ensemble de la panse (20 ex.). Tous les décors consistent en la répétition d’un motif de base obtenu soit par incision, soit par impression, soit par lissage ; plus rarement deux motifs sont combinés.

230Incision ponctuelle simple : c’est le décor le plus fréquent (99 ex.) ; l’outil utilisé produit le plus souvent un motif dont l’aspect se rapproche de celui d’un « grain de café ; ce décor se limite à une ligne horizontale de ces incisions à la liaison du col et de la panse. » est présent dans tous les ensembles étudiés, sur quatorze types de vases ovoïdes, à l’exception des types 1233, 1341, 1342 et sur les deux vases situliformes 1812 ; de plus, pour quatre types, il est le seul décor présent : 1152, 1234,1235, 1242. Dans un cas, le décor a été obtenu simplement avec la pointe de l’ongle, produisant une fine incision (fosse 1, fig. 77, no 11). Il est associé dans deux cas à un motif incisé ondé (types 1153, 1331 : fosses 1 et 4, fig. 76, no 4 ; 91, no 5). Sa représentation est très variable : pour les fosses les plus riches en mobilier, elle varie en moyenne de plus de 60 % (fosses 1 et 2) à 35 % environ (fosses 4, 5, 6).

231Incision ponctuelle au peigne : le décor consiste en une ligne d’incisions pratiquées sur la liaison col/panse à l’aide d’un outil (peigne) à quatre ou cinq dents en général, tenu perpendiculairement à la paroi du vase. Présent sur huit fragments seulement, il n’est représenté que dans quatre ensembles (fosses 1, 3, 4, 5 : fig. 76, no 3 ; 88, no 4 ; 90, no 4), alors qu’il est très répandu sur le site de Roanne (Bessou 1976 : pl. 38, no 36...).

232Incision linéaire en arcatures : au lieu que le peigne soit simplement appliqué de place en place sur le vase, il est ici traîné sur la pâte fraîche en lui imprimant un mouvement tel que le dessin obtenu est une série d’arcatures dont le sommet est tourné vers le haut ou vers le bas. Ce motif est le plus souvent complété par une série de lignes droites horizontales vraisemblablement tracées avec le même outil. Il est toujours situé sur le haut de la panse. Ce décor est présent sur 27 fragments, dans six ensembles différents (fosses 1S, 4, 5, 6, 8, 9 : fig. 77, no 9 ; 3, no 1) ; il concerne les types 1151, 1231, 1331, 1341 et 1342 ; dans deux cas, il est associé à un décor de même type mais ondé (cf. ci‑dessous) : fosse 4, type 1331 (fig. 90, no 9) ; fosse 9, type 1342 (fig. 114, no 1).

233Incision linéaire ondée : le principe est exactement le même que pour le décor précédent, mais dans ce cas, le mouvement donné à l’outil produit une ondulation. » est toujours situé à la liaison col/panse. Quinze fragments portent ce décor présent dans la plupart des ensembles (fig. 89, nos 5 et 7 ; 91, nos 1 et 4) ; mais c’est uniquement dans la fosse 1 qu’il est relativement bien représenté (5 ex.) ; il concerne les types 1141, 1151, 1153, 1221, 1223, 1231, 1233, 1331, 1342. Dans deux cas, il est associé au décor incisé ponctuel « en grains de café » (fosse 1 type 1153 ; fosse 4 type 1331) et dans deux autres cas au décor incisé en arcatures (cf. ci‑dessus). Dans un cas, la composition du décor est plus complexe : sur la ligne horizontale ondée classique sont greffées, en biais, des ébauches de lignes ondées (fosse 1, type 1233 : fig. 77, no 8).

234Impression digitée : le décor consiste en une ligne horizontale d’impressions réalisées au doigt sur la liaison col/panse. » est peu fréquent : seulement cinq exemplaires dans les fosses 1, 3 et 4, sur un seul type identifiable (fosse 1 type 1212 : fig. 76, no 7). Le même motif est aussi utilisé dans un cas sur l’ensemble de la panse d’un vase de forme non identifiable (fosse 1 sup. : fig. 83, no 2).

235Décor estampé : il consiste en l’impression dans la pâte, à la liaison col/panse, d’un motif de forme précise : soit un arc de cercle (aspect d’une lunule), soit l’empreinte du dos d’un peigne à quatre dents. Le décor estampé n’est connu qu’en sept exemplaires dans six ensembles différents : le décor d’arcs de cercle existe dans les fosses 1 (2 ex. : fig. 77, no 13), 3 (1 ex. : fig.88, no 2), 4 (1 ex. : fig. 90, no 11), 8 (1 ex. : fig. 113, no 1) sur les types 1111 et 1221. Un décor mixte associant une ligne incisée ondée et des arcs de cercle figure sur un vase de type 1151 (fig. 118, no 2). L’empreinte de peigne n’est connue que par un exemplaire dans la fosse 1 sur un vase de type 1151 (fig. 76, no 3).

236Incisions ponctuelles sur la panse : suivant l’outil utilisé (pointe rectangulaire ou « en grains de café ») et la disposition du motif, on peut distinguer deux variantes pour ce décor qui couvre l’ensemble de la panse des vases. Le motif de forme rectangulaire est généralement disposé de manière organisée sur la surface du vase (lignes horizontales et verticales imbriquées). Neuf fragments appartenant à des types de vases non identifiables portent ce décor et sont disséminés dans quatre ensembles : fosses 1 (4 ex. : fig. 78, nos 6 et 7), 3 (1ex. : fig. 88, no 7), 6 (1 ex. : fig.108, no 14), 7 (2 ex. : fig. 112, no 16) et div. ch. 3 (1ex.). Lorsque le motif est « en grains de café » il est disposé de manière beaucoup plus irrégulière (lignes plus ou moins droites). Treize exemplaires sont présents dans cinq ensembles : fosses 1 (1 ex. : fig. 78, no 9), 2 (1 ex. : fig. 85, no 2), 4 (9 ex. : fig. 92, no 8), 7 (1 ex. : fig. 112, no 17), 8 (1 ex. : fig. 113, no 4). Dans deux cas, ce motif est associé à un décor de ligne incisée ondée (fosse 4 : fig. 92, no 4).

237Décor plastique : il est lui aussi disposé sur la totalité de la panse du vase ; il n’est présent qu’à trois exemplaires dans deux ensembles (fosses 1 et 4) ; le seul type de vase identifiable portant ce décor est le vase situliforme 1812 (fosse 1 : fig. 78, no 2).

238Décor lissé : sur les vases de la classe 1, il est tout à fait marginal, ne concernant que deux fragments. L’un consiste en une ligne en zigzag sur l’épaule d’un vase non identifiable (fosse 7 : fig. 112, no 18) ; l’autre est une série de lignes verticales ondées couvrant la panse (fosse 6 : fig. 108, no 13) ; les deux fragments ne sont pas identifiables.

239La description des divers types précédents doit être complétée par la mention d’un tesson dont le type précis n’a pu être identifié (type 1001 : fig. 77, no 10) du fait de son état très fragmentaire, mais qui, de toute évidence n’appartient à aucun des types décrits. Il s’agit d’un fragment de bord provenant de la fosse 1. Sa morphologie est très proche de celle des fragments provenant des ensembles antérieurs à La Tène finale, étudiés dans le chapitre précédent. Tous sont caractérisés par leur taille assez grande (d 29 cm en moyenne pour 4 ex. mesurables), une panse apparemment assez globuleuse, un col droit à légèrement rentrant, une lèvre peu évasée aplatie. Les surfaces sont grossièrement lissées à l’intérieur et soigneusement lustrées à l’extérieur. lls ont tous en commun un bourrelet nettement marqué à la liaison col/ panse (fig. 6, nos 10‑13).

Vases hauts ouverts (classe 2)

240Cette classe est très faiblement représentée sur l’ensemble du site de Feurs, puisque seuls trois exemplaires, disséminés dans trois ensembles, lui appartiennent. Deux types différents sont présents : type 2121 (fosses 4 et 6) ; type 2211 (fosse 1).

241Le type 2121 n’est représenté que par deux fragments ; le premier comporte une finition assez soignée : col et paroi interne lissés, panse peignée à l’extérieur ; décor d’incisions ponctuelles « en grains de café » à la liaison col/panse. Ce vase est monté dans une pâte grossière mais très homogène, alors que la cuisson est très médiocre (pâte friable) (fig. 92, no 15). Le deuxième exemplaire du type 2121 est beaucoup plus fruste : parois entièrement égalisées, absence de décor, pâte plus grossière (fig. 108, no 15).

242Le type 2211 est d’un aspect assez proche du vase décrit ci‑dessus : parois égalisées, absence de décor. Le fond est caractérisé par un léger redan à la jonction avec la panse (fig. 78, no 10).

243Les trois vases de cette classe sont de taille assez petite : le diamètre d’ouverture est respectivement de 14 et 15 cm (type 2121) et 12 cm (type 2212).

Vases bas fermés (classe 3)

244Bien qu’un peu plus fréquente que la classe précédente, la classe 3 reste peu représentée sur l’ensemble du site : en tout six types pour quinze exemplaires (fig. 40).

Fig. 40 – Répartition des types de vases non tournés, classe 3.

245Les types 3111 à 3114 dérivent tous de la même forme mais se distinguent par une lèvre de forme différente. Seul le premier est relativement bien représenté (5 ex.). Par ailleurs, il convient de noter quelques variantes dans l’orientation du col qui est plus ou moins rentrant suivant les exemplaires (fig. 92, nos 17 à 20 ; 105, nos7 et 8 ; 108, no 16 à 20). Ces types dont l’allure générale est très proche de ce qui, à l’époque romaine, sera appelé marmite, sont caractérisés par un fond très large. La taille de ces récipients est très diverse : le diamètre à l’ouverture va de 11 cm pour l’exemplaire le plus petit à 27 cm pour le plus grand, la moyenne se situant vers 1 cm. La finition de ces récipients est assez homogène : le col est toujours lissé, de même que l’intérieur du vase à une exception près où il est peigné (fosse 4 type 3112). L’extérieur de la panse est soit lissé (1 ex.), soit égalisé (2 ex.), soit peigné (2 ex.) ou bien il comporte un décor qui a oblitéré la finition (2 ex.). Les décors sont très divers, mais reprennent les motifs utilisés pour les vases de la classe 1 : décor ponctuel incisé « en grains de café » en 1 rang (3 ex.) ou 3 rangs (1 ex.) sur l’épaule, ou associé à des lignes horizontales ondées au peigne (1 ex.), ou couvrant l’ensemble de la panse (1 ex.). Deux exemplaires comportent un décor d’incisions linéaires soit verticales (1 ex.), soit en composition (série de lignes verticales reliées par des lignes obliques) (1 ex.). Un exemplaire porte un décor d’incisions ponctuelles au peigne et d’incisions en arcatures (fosse 5). Enfin, un exemplaire n’a pas de décor.

246Le type 3121 ne diffère du type 3111 que par la présence, au lieu d’un fond plat, de trois pieds. De plus, ce type n’est connu que par un seul exemplaire (fosse 6 : fig. 108, no 23). Sa finition est aussi la même : lissage de l’intérieur et du col, extérieur de la panse décoré : incisions ponctuelles « en grains de café » couvrant l’ensemble de la panse. Les trois pieds sont fixés à la périphérie du fond. Cette forme est très proche des marmites tripodes bien connues à l’époque romaine.

247La présence de dépôts noirâtres sur plusieurs récipients des types 3112 à 3115 et 3121 pourrait confirmer cette fonction de marmite suggérée par les rapprochements avec la vaisselle d’époque romaine.

248Le type 3261 n’est représenté que par trois exemplaires dans la seule fosse 1 (fig. 78, nos 11 et 12). Sa forme générale ne peut être appréhendée que par une restitution à partir de fragments. Il s’agit d’une forme très globulaire et fermée, de taille moyenne (d 17 cm pour le seul ex. mesurable). Ces récipients sont montés dans une pâte grossière assez homogène et sont entièrement lissés ; ils ne comportent aucun décor.

Vases bas ouverts (classe 4)

249Deux formes essentiellement relèvent de cette classe : l’écuelle (forme 411) dont les différents types se distinguent par la forme et l’inclinaison de la lèvre, et un petit vase pratiquement cylindrique (forme 421). Plusieurs fragments de type non identifiable appartiennent aussi à cette classe. La forme 411 est représentée assez largement sur l’ensemble du site par 113 fragments partagés entre six types différents (4111 à 4116) ; la répartition par fosse est résumée par la fig. 41.

Fig. 41 – Répartition des types d’écuelles non tournées, classe 4.

250Deux grandes catégories peuvent être distinguées sur l’ensemble des fragments, d’après l’orientation de la lèvre : les trois premiers types (4111‑4113) sont caractérisés par une lèvre rentrante, alors que pour les trois autres types (4114‑4116), la lèvre est sans inflexion. Leur répartition sur l’ensemble des fosses est pratiquement équivalente : 55 % du nombre total pour les premiers et 45 % pour les seconds ; la répartition par ensemble pour les fosses livrant un échantillonnage suffisant (plus de 10 ex. de forme 411) révèle une dispersion assez limitée autour de ces moyennes : ainsi pour les types 4111 à 4113, les chiffres sont les suivants : fosse 1 (41,5 %) ; fosse 2 (60 %) ; fosse 4 (60 %) ; fosse 6 (55,5 %) ; ens. 10 (5 %). Tout au plus peut‑on remarquer que la représentation de ces trois types est sensiblement inférieure dans la fosse 1, en particulier avec l’absence du type 4113.

251Par ailleurs, si quatre des types sont globalement assez bien représentés, deux n’apparaissent que de manière assez marginale : type 4114 (7 ex. dans 4 ensembles) ; type 4115 (8 ex. dans 6 ensembles). Enfin, si l’on considère la forme de l’extrémité de la lèvre, ce sont les deux types à lèvre décorée qui sont majoritaires, représentant à eux seuls 46 % du nombre total d’exemplaires pour la forme 411 ; les deux autres séries (lèvre arrondie : types 4111 et 4114 ; lèvre aplatie : types 4112 et 4115) se répartissent ensuite de manière équivalente : 26 % et 2 %. D’une manière générale, trois des quatre types bien représentés (4112, 4113, 4116) semblent beaucoup plus fréquents dans les ensembles 4 à 9 que dans les précédents ; seul le type 4111 est réparti assez régulièrement. La description par type apporte quelques précisions.

252Le type 4111 comporte trois variantes d’après des détails de forme de la lèvre. A côté du type de base (lèvre arrondie simple) qui est le plus fréquent (17 ex.) existent deux variantes : l’une à lèvre présentant des cannelures sur la face externe (3 ex. fosses 1 et 4 : fig. 78, no 16 ; 93, no 2), l’autre dont la lèvre s’épaissit par un bourrelet externe (2 ex. fosse 6, ch. 3 div. : fig.109, no  3). Pour ce type, les proportions d’ensemble restent assez difficiles à apprécier puisque seules deux formes complètes sont présentes, et encore s’agit‑il des deux variantes mentionnées précédemment : d’après les rapports H/d de ces deux exemplaires il s’agit d’écuelles dont la hauteur se situe aux environs d’un tiers du diamètre d’ouverture. La dispersion des diamètres d’ouverture pour les 19 exemplaires mesurables montre par ailleurs que ces récipients sont de taille assez grande : dispersion de 25 à 41 cm ; moyenne = 31 cm ; une taille privilégiée semble se situer vers 27‑ 28 cm (7 ex.). La finition est généralement obtenue par lissage assez grossier des parois ; dans un seul cas (fosse 4, fig. 93, no 2), l’extérieur de la panse est peigné, l’intérieur restant lissé. Le décor est absent, sauf pour le récipient mentionné ci‑dessus qui comporte à l’intérieur un décor de lignes droites rayonnantes lissées au brunissoir.

253Le type 4112 comporte trois variantes : deux à lèvre aplatie simple biseautée ou horizontale, la troisième à lèvre aplatie comportant des cannelures. La plus fréquente est la variante à lèvre cannelée (14 ex. : fosses 1, 1 sup., 4, 6, 9, ch. 3div.) ; vient ensuite celle à lèvre biseautée (8 ex. : fosses 1, 6, 8, 9, ch. 3 fossé no 2). La troisième, à lèvre aplatie simple, n’est connue que par deux fragments (fosse 2 : fig. 85, no 3). Aucun exemplaire n’étant complet, il reste difficile d’apprécier précisément les proportions d’ensemble de ce type ; l’allure générale des fragments conservés suggère cependant un profil très proche de celui du type précédent. La répartition des diamètres d’ouverture à partir des 16 exemplaires mesurables suggère des récipients de grande taille (dispersion de 23 à 45 cm ; moyenne = 35 cm). La finition est moins homogène que pour le type précédent ; la paroi interne est pratiquement toujours lissée (15 ex.) ou égalisée (7 ex.), un seul fragment étant peigné (fosse 6 : fig. 109, no 5) ; la surface extérieure comporte des finitions très variées, bien que le lissage soit aussi dominant (15 ex.) : égalisé (5 ex.) ; gratté (1 ex.) ; peigné (2 ex.). Le décor est rarissime : deux exemplaires (fosse 2 : fig. 85, no 3 ; ch. 3 fossé no 2 : fig. 115, no 13) comportent un décorde lignes droites et ondées rayonnantes tracées au brunissoir à l’intérieur du récipient ; un fragment (fosse 4 : fig. 93, no 4) est orné d’une ligne ondée incisée au peigne sur le haut de la paroi externe.

254Le type 4113 caractérisé par la présence d’un décor sur le sommet de la lèvre comporte plusieurs variantes suivant le type de ce décor : une variante comporte un décor ondé incisé au peigne : fosse 4 (1 ex. : fig. 93, no 11) ; fosse 6 (2 ex.) ; une autre, un décor incisé « en grains de café » : fosse 4 (4 ex. : fig. 93, nos 7 à 10) ; fosse 5 (1 ex. : fig. 105, no 11) ; fosse (2 ex. : fig. 113, nos 5 et 6) ; une troisième comporte une combinaison des deux décors précédents : fosse 6 (1 ex. : fig. 109, no 9) ; ch. 3 div. (1 ex.). Le dernier type de décor consiste en impressions digitées : fosse 2 (2 ex. : fig. 85, nos 6 et 7) ; ch.3 div. (1 ex.) ; ch. 1 div. (1 ex.). Deux exemplaires complets permettent de constater que les proportions d’ensemble sont voisines de celles du type 4111 : H/d voisin d’un tiers. La dispersion des diamètres à l’ouverture des treize exemplaires mesurables suggère aussi qu’il s’agit en général de récipients de grande taille : dispersion de 29 à 4 cm ; moyenne = 36 cm. La finition est le plus souvent très sommaire et assez variée : la paroi interne est peignée (5 ex.), égalisée (8ex.) ou lissée (3 ex.) ; la paroi externe est peignée (6 ex.), égalisée (7 ex.), lissée (2 ex.) ou grattée (1 ex.). Le décor sur les parois est absent.

255Le type 4114, peu fréquent, ne comporte pas de variante de détail ; il est uniquement représenté par des fragments (fig. 78, nos 17 et 18... ; 85, no 5) et seuls les diamètres d’ouverture peuvent être appréciés : sur quatre exemplaires mesurables, la dispersion va de 23 à 35 cm ; moyenne = 2 cm. La finition est homogène : soit lissage (4 ex.) ou égalisation complète (1 ex.), soit lissage interne et égalisation externe (2 ex.). Aucun décor n’a été relevé.

256Le type 4115 comporte trois variantes suivant la forme de l’extrémité de la lèvre : lèvre biseautée (2 ex.) (fosse 4 : fig. 93, no 12 ; fosse 7) ; horizontale (3 ex.) (fosse 2 : fig. 85, no 8 ; ch. 3 div.) ; horizontale cannelée (3 ex.) (fosse 1 : fig. 78, no 13). Aucune forme n’est complète ; seuls deux diamètres d’ouverture sont connus : 30 et 32 cm. Les finitions sont homogènes : l’intérieur est lissé (5 ex.) ou égalisé (3 ex.) ; la surface externe est lissée (3 ex.), égalisée (4 ex.) ou grattée (1 ex.). Aucun exemplaire n’est décoré.

257Le type 4116, comme le type 4113, se subdivise en plusieurs variantes suivant le décor de la lèvre : la plus fréquente comporte un décor d’impressions digitées (32 ex.) (fig. 93, no 1) ; les deux autres variantes sont très marginales : incision « en grains de café » (2 ex.) (fosse 1 : fig. 78, no 23 ; ch. 1 div.) ; incision ponctuelle au peigne (1 ex.) (fosse 6 : fig.109, no 15) ; incision ondée au peigne (1 ex. : fosse 6). L’exemplaire complet (fosse 4) suggère des proportions d’ensemble proches de celles des types précédents (H/d 1/3) ; la dispersion des diamètres d’ouverture pour les douze exemplaires mesurables est assez large : 33 à 50 cm. La moyenne (43 cm) suggère des récipients de très grande taille. Les finitions sont généralement assez médiocres : l’intérieur est soit égalisé (24 ex.), soit peigné (9 ex.), soit plus rarement grossièrement lissé (2 ex.). La surface extérieure est soit égalisée (1 ex. dont 15 en association avec l’intérieur égalisé), soit peignée (9 ex. dont associés à l’intérieur peigné), soit grattée (5 ex. associés à l’intérieur égalisé), soit très rarement lissée (3 ex. dont 2 associés à l’intérieur lissé). Un seul fragment comporte un décor sur les parois : il s’agit d’un décor d’incisions « en grains de café » sur la paroi externe (fosse 9 : fig.114, no 5).

258Pour l’ensemble de ces six types d’écuelles, il convient donc de souligner un certain nombre de points communs à la fois dans les modes de finition (assez médiocres en général) et dans les tailles des récipients : la moyenne générale pour le diamètre à l’ouverture se situe vers 34,5 cm, suggérant malgré une dispersion très large de 23 à 50 cm (fig. 42), que nous sommes en présence de récipients de grande taille. Ces deux éléments (finition et taille) nous autorisent par ailleurs à penser que les usages de ces écuelles ne sont pas les mêmes que ceux réservés aux écuelles de type 5111 étudiées plus bas, dont les proportions d’ensemble sont sensiblement différentes (récipients plus bas). Plusieurs exemplaires de ces écuelles de forme 411 comportent au sommet de la panse deux séries de deux trous percés après cuisson, suggérant que ces récipients étaient vraisemblablement utilisés suspendus, comme un chaudron.

Fig. 42 – Dispersion des diamètres d’ouverture des différents types d’écuelles non tournées, classe 4 (tous ensembles confondus : 66 ex. mesurés).

259La forme 421 n’est représentée que par le type 4211, lui‑même présent à un seul exemplaire (fosse 1 sup. : fig. 83, no 9). Il s’agit d’un petit vase modelé dans une argile grossière mais assez homogène ; sa forme générale s’inscrit pratiquement dans un carré. Ses parois, vers la base en particulier, sont très épaisses. Sa taille est très petite : H 7,5 cm ; d cm. Ses surfaces sont égalisées.

260Par ailleurs, trois fragments attribuables à la classe 4, groupe 1 (panse à une courbure divergente) ne peuvent être rangés dans une forme ou un type précis, du fait de leur fragmentation et de leur caractère unique. Tous proviennent de la fosse 6 :

  • type 4101 : il s’agit d’un récipient de grande taille (d 39 cm) (fig. 109, no 16) ; la paroi incurvée se termine par un col droit assez court surmonté d’une lèvre nettement évasée, allongée, à extrémité arrondie ; la pâte est grossière mais assez homogène ; les surfaces sont égalisées ; un décor de lignes horizontales ondées et droites lissées est présent sur les parois interne et externe ;

  • type 4102 : la paroi très incurvée se termine par un col droit surmonté d’une lèvre évasée allongée incurvée (fig. 109, no 17) ; le diamètre à l’ouverture est de 28 cm ; la paroi interne et le col sont lissés ; la surface externe est ornée d’impressions digitées ;

  • type 4001 : il s’agit d’un rebord de récipient de grande taille (d = 37 cm) (fig. 109, no 18) ; la paroi très redressée se termine par une lèvre très rentrante allongée à extrémité arrondie ; la présence d’une légère courbure sur le sommet de la lèvre semble indiquer l’existence d’une anse horizontale « en panier » prenant naissance sur la lèvre ; la forme générale du fragment et l’existence possible d’une anse de ce type suggèrent qu’il pourrait s’agir ici d’un fragment d’une jatte d’un type bien connu sur les sites d’Auvergne et baptisée « jatte d’Aulnat » (Périchon 1983) ; le caractère très fragmentaire de notre exemplaire nous incite cependant à n’émettre cette attribution qu’à titre d’hypothèse ; les surfaces sont grossièrement égalisées.

Vases plats (classe 5)

261Dans cette catégorie des céramiques grossières non tournées, la classe 5 n’est représentée que par deux types d’écuelles (5111, 5113) qui se distinguent essentiellement par l’orientation de la lèvre (rentrante ou sans inflexion). Les diverses variantes dans le profil de la panse (rectiligne à légèrement convexe ou en S) sont en effet trop minimes pour permettre la distinction de plusieurs types. De même, le fond est toujours plat à légèrement soulevé. La forme générale de ces récipients se rapproche de celle des vases de forme 411 décrits précédemment. Ils s’en distinguent cependant nettement par un rapport H/d très différent : pour les écuelles de forme 411, le rapport est toujours supérieur à un tiers alors que pour celles de forme 511, il est voisin de un quart et n’atteint jamais un tiers.

262Le tableau de répartition des deux types par ensemble montre que le type 5111 est de loin le plus fréquent sur le site avec 161 fragments identifiés (fig. 43). Deux catégories sont présentes en fonction de la pâte. Une part importante des exemplaires de la fosse 1 (15ex.) (fig. 79, nos 1 à 4) et trois de la fosse 1 sup. sont en effet montés à partir d’une argile beaucoup mieux épurée que la moyenne des céramiques non tournées. Il s’agit d’un groupe de production apparemment très homogène. L’ensemble des autres fragments du site présente une pâte grossière mais beaucoup plus homogène que celle des écuelles de forme 411. La mesure de l’ouverture rapportée à la hauteur montre une grande homogénéité de proportion pour tous les exemplaires complets des différents ensembles du site. Pour les seize exemplaires mesurés, le rapport H/d se situe en moyenne vers un quart, la dispersion allant de 0,20 à 0, 35, deux seuls exemplaires dépassant 0,30.

Fig. 43 – Répartition des types d’écuelles non tournées, classe 5.

263L’étude de la dispersion des diamètres d’ouverture apporte un certain nombre de renseignements supplémentaires (fig. 44). La moyenne calculée pour la totalité des exemplaires mesurables se situe à 28,5 cm et coïncide pratiquement avec le diamètre le mieux représenté (les diamètres 29 et 30 cm constituent à eux seuls 50 % de l’ensemble). Par ailleurs, un calcul de la moyenne pour chacune des fosses dont l’échantillonnage est suffisant (minimum 15 ex.) montre que celle‑ci ne varie que très peu d’un ensemble à l’autre : fosse 1 : 28,1 cm ; fosse 2 : 28,5 cm ; fosse 4 : 29 cm.

Fig. 44 – Dispersion des diamètres d’ouverture des écuelles non tournées, classe 5 (tous ensembles confondus : 119 ex. mesurés).

264Ces différentes observations suggèrent donc à la fois une production homogène pour chaque fosse, mais aussi une certaine constante pour l’ensemble de la période d’occupation du site et, partant, la nette volonté des potiers de produire des récipients d’un module déterminé, même si la dispersion autour de la valeur moyenne est relativement large. En ce qui concerne la finition des écuelles de type 5111, elle est aussi très homogène : à de très rares exceptions près (4 ex. simplement égalisés), le lissage des parois est de règle ; parfois même il est exécuté avec grand soin, donnant au récipient un aspect lustré. Le décor est assez fréquent et consiste exclusivement en lignes droites ou ondées lissées, disposées de manière rayonnante sur la paroi interne du récipient : sur 5 exemplaires d’une taille suffisante pour permettre d’identifier le décor, trente fragments présentent un décor lissé. Un fond de la fosse 1 sup. présente un décor lissé plus complexe composé de zigzags (fig. 83, no 5).

265Le type 5113 est beaucoup moins fréquent que le précédent (30 fragments sur l’ensemble du site, à raison de 2 à 3 par fosse). Il est caractérisé par une lèvre sans inflexion. Ses proportions d’ensemble sont proches de celles du type 5111 de même que les tailles. La répartition des diamètres d’ouverture est la suivante : dispersion de 16 à32 cm, moyenne = 26,4cm (pour 13 ex. mesurables). Les surfaces sont lissées, les décors sont absents.

Couvercles (classe 6)

266Seuls trente‑quatre fragments sur l’ensemble du site appartiennent à des couvercles ; aucune forme n’est complète. L’ensemble de ces couvercles est monté dans une pâte proche de celle des vases ovoïdes de la classe 1. Tous appartiennent aux types 621 et 622. Leur répartition par fosse est traduite dans le tableau de la fig. 45.

Fig. 45 – Répartition des couvercles non tournés.

267Le type le plus fréquent est le type 621, puisqu’à lui seul il est représenté par trente‑trois fragments, dans la quasi‑totalité des ensembles ; bien qu’aucune forme ne soit complète, la présence de plusieurs fonds à pied en couronne d’un diamètre très réduit (5 à cm) ne pouvant appartenir à aucune autre forme suggère que ces fonds constituent le moyen de préhension de ces couvercles. Bien que l’échantillonnage soit réduit, la dispersion des diamètres à l’ouverture indique certaines parentés avec les vases de la classe 1 : comme pour plusieurs groupes de vases hauts fermés, deux séries de diamètres privilégiés semblent apparaître : 15 à 17 cm (6 ex.) ; 20 à 22 cm (5 ex.) (fig. 46). La finition est très homogène pour la paroi interne (2 ex. lissés ; 3 ex. égalisés ; 2 ex. peignés) ; celle de la paroi externe par contre, est plus variée (23 ex. lissés ; 6 ex. peignés ; 2 ex. égalisés ; 2 ex. grattés). Par ailleurs vingt et un exemplaires sont entièrement lissés. Les décors sont très peu fréquents : seul un fragment (fosse 4 : fig. 94, no 10) comporte un décor de lignes droites et ondées sur la face externe.

Fig. 46 – Dispersion des diamètres (d) des couvercles non tournés, type 621 (15 ex. mesurés).

268Le type 622 n’est connu que par un fragment (fosse : fig. 113, no 7). Son diamètre d’ouverture est de 25 cm. Ses parois sont lissée à l’extérieur et égalisée à l’intérieur.

Faisselles

269Cette classe n’est représentée en céramique non tournée que par un fragment identifiable, bien que de très petite taille. Il est fabriqué dans une pâte grossière assez homogène, très proche de celle des écuelles de la classe 5 (types 5111, 5112). Ce fragment est caractérisé par la présence d’une série de petites perforations cylindriques pratiquées dans la paroi avant cuisson, depuis l’intérieur du récipient (fig. 118, no 6).

Formes non identifiées

270Une série de fragments de récipients en céramique grossière non tournée ne peut être incorporée à l’une des classes précédentes du fait de leur fragmentation. Six fragments de bords et un fragment de fond sont ainsi concernés. Il s’agit exclusivement de formes ouvertes, hautes ou basses (classe 2 ou 4) :

  • un fragment (ch. 1 div.) est un récipient de petite taille (d = 11 cm) à panse en une partie divergente, col droit, lèvre arrondie évasée ; les surfaces sont lissées ; un décor d’incisions « en grains de café » orne la liaison col/panse, comme sur les vases de la classe 1 ;

  • un fragment de la fosse 1 lui est morphologiquement proche, bien que le col soit ici très court ; les surfaces sont lissées (fig. 79, no 18) ;

  • deux fragments (fosse 5 : fig. 105, no 15 ; ch. 1 div.) pourraient appartenir à la classe 2 ; mais seul le col assez élevé et cannelé étant conservé, leur attribution reste hypothétique ; ils sont caractérisés par une lèvre massive aplatie. Les surfaces sont lissées ; le diamètre d’ouverture de l’un d’eux (fosse 5) est de 17 cm ;

  • un fragment de bord (fosse 2, fig. 85, no 2) appartient aux types 1812 ou 3111 ; la forme incomplète empêche de trancher ; il est orné d’un décor d’incisions ponctuelles au peigne sur la panse ; le col et la paroi interne sont lissés ;

  • les deux derniers fragments appartiennent de toute évidence au même type de récipient, sans doute de la classe 2 : panse en une partie pratiquement cylindrique, col court cannelé, lèvre évasée biseautée ; les deux fragments sont de tailles voisines (d = 25 et 27 cm), comportent la même finition (intérieur et col lissés, panse peignée à l’extérieur) et le même décor : incision en arcatures au peigne au sommet de la panse (fosses 4 et 6 : fig. 92, no 22 ; 109, no 26) ;

  • à ces fragments de bords il convient d’ajouter un tesson qui correspond à la partie inférieure d’un petit récipient modelé à fond haut plein (fosse 3 : fig. 88, no 9).

Céramique demi‑fine tournée (cuisson A)

271Il s’agit là d’un groupe de production très typé, tant du point de vue technique que morphologique. Une seule classe et quelques types seulement sont concernés par ce groupe.

Vases hauts fermés (classe 1)

272Quatre types englobent la totalité des 137 fragments de vases différents isolés sur le site pour cette classe (fig. 47).

Fig. 47 – Répartition des types de vases ovoïdes tournés demi‑fins.

273Le type 1112 est de loin le plus fréquent (39 ex.) ; le type 1211, bien que moins abondant (13 ex.), est aussi réparti assez régulièrement. Les types 1113 et 1311 semblent par contre répondre à une distribution beaucoup plus sélective : représentés respectivement par dix et neuf exemplaires, ils ne sont présents que dans les fosses 4, 6 et 9 ; cette répartition a vraisemblablement des origines chronologiques (cf. § 3.1.3.4.). Si le type de pâte permet de rassembler ces différents types de vases dans une même catégorie de production, de nombreux autres éléments concourent à confirmer l’homogénéité de ce groupe. D’un point de vue technique, la majorité des exemplaires (les deux tiers environ) a subi une oxydation totale en fin de cuisson ; les surfaces sont pratiquement toujours brunes à brun noir, sauf dans la fosse 1 où elles sont toutes noires à l’extérieur et brunes à l’intérieur.

274Du point de vue morphologique, le type 1112 ne diffère de 1113 que par la forme de la lèvre ; ces deux premiers ne se distinguent des deux autres que par l’indice d’ouverture. Les proportions d’ensemble de tous ces vases sont en effet très voisines : le rapport de la hauteur sur le diamètre maximum de la panse (H/D) est constant et se situe vers 1/1,2. Le col plus ou moins élevé est toujours pratiquement droit ; le fond est plat à légèrement soulevé ; la base est dans le prolongement de la panse, légèrement cintrée. Les différences morphologiques se situent donc essentiellement dans le profil de la panse : très haute et très peu renflée pour le type 1211 ; haute et légèrement renflée pour les types 1112 et 1113 ; moyenne et globuleuse pour le type 1311.

275Le diagramme de répartition des diamètres à l’ouverture pour les 94 fragments de vases à lèvre arrondie (fig. 48), confirme cette homogénéité : l’ensemble des exemplaires de chaque type se répartit régulièrement autour de la moyenne (= 15 cm) en une série de diamètres privilégiés (13 à 17 cm) ; les lèvres qui n’avaient pu être attribuées à l’un des trois types du fait de leur petite taille se situent nettement dans ce même groupe.

Fig. 48 – Dispersion des diamètres d’ouverture des différents types de vases ovoïdes à lèvre arrondie tournés demi‑fins (tous ensembles confondus : 94 ex. mesurés).

276Les vases à lèvre aplatie (type 1113 et non identifiés), bien que beaucoup moins nombreux (20 fragments mesurables), semblent avoir une taille très proche de celle des précédents : dispersion des diamètres à l’ouverture de 11 à 22 cm, moyenne 15,5 cm. A leur propos, il convient aussi de remarquer deux variantes de détail dans la morphologie de la lèvre : soit lèvre aplatie simple, soit présence de fines stries sur le replat (par exemple fosse 4 : fig. 96, no 1).

277Enfin, l’étude de la répartition des diamètres des différents fonds mesurables (formes complètes ou fragments) confirme encore l’homogénéité du groupe : pour 26 exemplaires mesurables, dispersion de 6 à 12 cm, moyenne 9,5 cm.

278La finition de ces différents types de vases est aussi toujours la même : la paroi interne est laissée brute de tournage (stries fortement marquées, surtout vers le fond) ; la paroi extérieure est traitée en deux parties : le col et souvent la partie supérieure de la panse sont lissés au brunissoir et une ligne horizontale incisée ou fortement imprimée dans la pâte au brunissoir sert de limite au lissage ; le reste de la panse est égalisé. Dans certains cas, le lissage envahit une partie importante de la panse (ch.3 amas no 12, fig.117, no 8 ; fosse 4, fig. 95, no 11) ; dans d’autres cas, de fines lignes au brunissoir ornent la panse (fosse 9, fig.114, no 8).

279Sur les quatre types le décor est exceptionnel : un seul fragment appartenant au type 1112 (fosse 4) comporte un décor mixte sur la partie supérieure de la panse : arcatures estampées groupées par deux ou trois, encadrées respectivement par une ligne droite incisée simple et une ligne incisée ondée doublée de deux lignes droites.

Céramique fine tournée lissée

280La majorité des céramiques indigènes non encore décrites jusqu’ici se trouve regroupée sous cette rubrique, à l’exclusion des céramiques peinte et micacée. Compte tenu du caractère très homogène de chacun de ces ensembles composant la catégorie des céramiques fines tournées, il nous a paru judicieux d’en mener la description de manière indépendante, plutôt que de suivre l’ordre habituel privilégiant la morphologie à la finition et à la décoration.

281La céramique fine tournée lissée constitue l’ensemble le plus abondant parmi les céramiques fines tournées, à la fois par la variété des formes et le nombre d’exemplaires de chacune d’elles. Elle est caractérisée en premier lieu par la finition des surfaces : l’extérieur du récipient est toujours soigneusement lissé (exception faite parfois des zones décorées), de même que l’intérieur pour les formes ouvertes basses et plates. La coloration des parois (uniformément brunes ou noires) est aussi soigneusement contrôlée. Pour les formes hautes, l’intérieur est laissé brut de tournage. Toutes les classes morphologiques sont représentées.

Vases hauts fermés (classe 1)
Morphologie et répartition

282Pour cette classe, 106 exemplaires ont été répertoriés (fig. 49). Seuls quatre types ont pu être nettement identifiés. Quatre autres ont été isolés mais n’étant représentés que par des fragments peu conséquents, leur appartenance à des formes précises n’a pu être mise en évidence. Enfin, une masse importante de fragments de bords n’a pu être rangée dans aucun groupe du fait aussi de leur petite taille. La fig. 49 montre que les quatre types identifiés sont présents uniquement à partir de la fosse 4 et essentiellement dans celle‑ci, alors que les types incomplets, exception faite de 1002 et 1003, se trouvent exclusivement dans la fosse 1.

Fig. 49 – Répartition des types de vases tournés fins lissés, classe 1.

283C’est le groupe des vases à panse ovoïde qui est le mieux représenté avec trois types différents qui rassemblent à eux seuls 26 des 33 fragments identifiables. Deux de ces types (1114 et 1131) ont en commun une ouverture large, un col droit et un fond plat à légèrement soulevé, ainsi que des baguettes en relief sur la panse (fig. 96, nos 5, 8). Le type 1131 se distingue par la présence d’une baguette en relief à la liaison col/panse. Le troisième type (1321) est caractérisé par une ouverture resserrée et un ressaut à la liaison col/panse (fig.106, no 1). Les tailles de ces trois types semblent assez homogènes : les 19 exemplaires des types 1114 et 1131 se situent entre 13 et 17 cm à l’ouverture, la moyenne étant de 15 cm. Le type 1321, qui n’est connu que par quatre exemplaires mesurables, se situe entre 14 et 1 cm (moyenne = 16,2 cm). Ces trois types comportent le plus souvent un décor (lissé, incisé, estampé ou peigné) sur l’extérieur de la panse. Les surfaces sont généralement d’une teinte mixte allant du brun au noir.

284Le type 1521 est beaucoup plus rare à Feurs puisqu’il n’est représenté que dans deux ensembles (fosses 4 et 8) et seulement par cinq exemplaires, dont un complet (fig. 97, nos 11 et 14). Le diamètre à l’ouverture se situe entre 9 et 12 cm pour les trois exemplaires mesurables. Les surfaces sont noires ; l’extérieur est entièrement lissé. Cette forme semble par ailleurs tout à fait marginale en pays ségusiave puisqu’elle n’apparaît à Roanne que par de très rares fragments, et qu’elle est absente du site de Goincet.

285Les quatre types fragmentaires sont eux aussi très rares. Le type 1002 n’est présent que dans les fosses 1 et 4 (fig. 80, nos 7 et 9 ; 97, no 15) ; il trouve par contre des parallèles très proches avec des fragments du site de Goincet (Vaginay 1984 : pl. 10, nos 2 et 3) ; ce type appartient au groupe des vases à col droit court et ouverture resserrée. Les exemplaires connus sont de petite taille : les diamètres à l’ouverture pour les quatre fragments de Feurs sont : 5,7 (2 ex.) et 13 cm. Les surfaces sont noires ; l’extérieur est lissé.

286Le type 1003 n’est connu que par un fragment provenant de la fosse 4 (fig. 98, no 1). Il s’agit vrai semblablement d’un vase à panse ovoïde. L’ouverture est large, le col élevé est légèrement évasé. Un ressaut marque la liaison col/panse et une baguette en relief souligne le diamètre maximum de la panse. Le diamètre à l’ouverture est de 16 cm. Les surfaces sont de couleur brune ; l’extérieur est lissé.

287Le type 1004 n’est représenté que par deux fragments dans la fosse 1 (fig. 80, no 8) ; il s’agit de vases à col droit élevé et à ouverture étroite. Ces fragments appartiennent vraisemblablement à des récipients dont un exemplaire, bien qu’incomplet, a été découvert sur le site de Goincet (Vaginay 1984 : fig. 9, na 1). Cette forme semble peu fréquente en pays ségusiave. Le diamètre à l’ouverture des deux fragments est de 9 cm. Les surfaces sont noires ; l’extérieur est lissé.

288Le type 1006 n’est connu en céramique lissée que par un fragment (fosse 1, fig. 80, no 12). Avec sa panse vraisemblablement élancée, l’absence de col, il évoque assez précisément plusieurs exemplaires, eux aussi incomplets, du site de Goincet (Vaginay 1984 : fig. 1 et 2). Le diamètre à l’ouverture est de 9 cm. Les surfaces sont noires ; l’extérieur est lissé. Ce type est connu en céramique peinte.

289Les nombreux fragments appartenant à des types non identifiables (5 bords) ont tous un col droit et une lèvre évasée arrondie. Sur 2 exemplaires mesurables, la dispersion des diamètres à l’ouverture s’étend de 9 à 23 cm et la moyenne est de 15,6 cm. Un groupe de diamètres est privilégié : 23 exemplaires sont situés entre 12 et 1 cm. Ces chiffres montrent que la répartition des diamètres et la moyenne sont sensiblement les mêmes que pour l’ensemble des types décrits précédemment, auxquels ils ont toute chance d’appartenir. A ces fragments de bords, il convient d’ajouter une panse d’un grand vase fuselé (fosse 2, fig. 86, no 8) dont la forme n’est pas identifiable du fait de l’absence de la partie supérieure et de la base. L’allure générale rappelle le type 1521 ou le type 1511 qui n’est cependant connu qu’en céramique peinte.

290La description morphologique des vases de la classe 1 doit être complétée par l’examen des formes de fonds. Tous les types identifiables comportent un fond plat à légèrement soulevé. Seule l’inclinaison de l’amorce de la panse permet de distinguer deux formes différentes, correspondant à deux groupes de vases : les fonds à base cintrée droite (inclinaison < 900) et les fonds à base inclinée (inclinaison> 900). Les premiers se retrouvent essentiellement sur le type 1521 alors que les seconds sont la règle pour tous les vases ovoïdes. La quasi‑totalité des fragments de fonds de vases hauts fermés du site entrent dans ces deux catégories (fig. 80, no 13 ; 98, nos 5 et 6...). Seuls quelques rares fragments peuvent être rangés dans une troisième catégorie : les fonds à piédestal large ; ces derniers (fig. 80, nos 15 à 17) ne sont connus sur aucun type identifié, sauf un exemplaire provenant des niveaux anciens et correspondant à notre type 1612. Leur répartition par ensemble (fig. 50) montre clairement que la représentation des fonds de types 1 et 2 correspondant respectivement aux vases ovoïdes et au vase élancé coïncide assez précisément avec la répartition de ces types mêmes de vases : fonds de type 1 6 % du nombre total de fonds ; vases ovoïdes (1114 ; 1131 ; 1321) 67 % du nombre total de vases identifiables ; fonds de type 2 = 20 % ; vases de type 1521 = 13 %.

Fig. 50 – Répartition des types de fonds de vases tournés fins lissés, classe 1. Dans les colonnes figurent les fosses et dans les lignes, les types de bases : 1 = flancs sans inflexion ; 2 = flancs cintrés ; 3 = flancs resserrés (piédestal).

291L’étude de la dispersion des diamètres pour les 3 exemplaires mesurables renforce nettement cette impression d’homogénéité typologique : fonds de type 1 situés entre 5 et 13 cm (moyenne 9,2 cm) ; fonds de type 2 tous situés à 9 cm ; fonds de type 3 situés entre et 12 cm.

Décoration

292La décoration de l’ensemble des céramiques fines tournées lissées de la classe 1 (types précédents et fragments non identifiés) est très homogène : quatre types de décors sont représentés : lissage au brunissoir, incisions ponctuelles, incisions linéaires rectilignes, incisions ondées simples ou au peigne, estampage.

293Le lissage est le décor le plus fréquent. Il est apposé sur l’extérieur de la panse, généralement sur sa partie médiane (fosse 2, fig. 86, no 8 ; fosse 5, fig.106, no 1). Trois compositions différentes ont pu être isolées :

  • ligne horizontale ondée entre deux lignes droites ; ce décor se retrouve sur 21 fragments répartis dans les différents ensembles, avec une prédominance dans les fosses 4 et 5 (fig. 106, no 1) ; il semble caractéristique du type 1321 dans la mesure où tous les fragments de forme identifiable portant ce décor appartiennent à ce type ;

  • frise de panneaux carrés comportant leurs deux diagonales, bordée au‑dessus et au‑dessous par une ligne ondée et une ligne droite ; ce motif ne se retrouve qu’en un exemplaire dans la fosse 2 sur un vase fuselé de forme non identifiable (fig.86, no 8) ; dans le cas d’une variante de ce motif, les traits des diagonales sont doublés et les panneaux sont séparés par une ligne verticale ondée (1 ex. fosse 4, sans doute aussi sur un vase à panse fuselée : fig. 98, no 10) ;

  • quadrillage ; un seul exemplaire est connu dans la fosse 6 sur un fragment de panse (fig. 110, no 17).

294Le décor lissé sur vases hauts fermés est particulièrement fréquent sur les sites régionaux, et les compositions décoratives sont très variées (Bessou 1976 : pl. 29, no 1 ; pl. 45, nos 3‑ 6 ; Vaginay 1984 : pl. 9 et 10, fig.8).

295Le décor estampé est aussi bien représenté (14 ex.) ; les poinçons utilisés sont exclusivement une arcature pointillée et un cercle simple ou double. Les motifs sont tantôt une ligne d’arcatures placées horizontalement, sommet ’ (ers le haut (2 ex. fosse 4, fig. 96, nos 5 et 7) ou vers le bas (1 ex. fosse 2 ; 2 ex. fosse 4, fig. 96, no  6 ; 1 ex. fosse 6) ; dans le premier cas, des cercles simples ou doubles sont disposés aux extrémités de chaque arcature (cercle simple : 2 ex. fosse 4, fig. 97, nos1 et 2 ; 1 ex. ch. 1 div. ; cercle double : 2 ex. fosse 1 sup., fig. 83, nos 7 et 8). Les arcatures peuvent aussi être disposées verticalement (1 ex. fosse 4, fig. 97, no 3 ; 1 ex. fosse 5). Sur un fragment de la fosse 4, les arcatures horizontales associées à des cercles simples sont combinées avec une ligne horizontale ondée incisée (fig. 97, no 2). Tous les fragments à décor estampé dont la forme est identifiable, appartiennent au type 1114 ; de plus, la quasi‑totalité des fragments de panse décorés d’estampage comportent des baguettes horizontales., suggérant qu’ils appartiennent vraisemblablement au type 11140u 1131.

296Si le décor estampé est bien connu sur les sites ségusiaves sur des récipients de forme basse, son association à des vases hauts fermés n’avait guère été remarquée jusqu’à ce jour. Dans la région, seul le site de Goincet avait livré des vases hauts fermés à décor estampé, et encore s’agissait‑il de céramiques à surface micacée de formes très particulières (Vaginay 1984 : pl. 17, no 1).

297Le décor incisé ondé au peigne est présent sur de nombreux fragments mais essentiellement dans la fosse 4 (25 ex.) (fig. 97, nos 5 à 7). Hors de cette fosse, il n’apparaît que rarement (1 ex. fosse S, fig. 106, no 6 ; 1 ex. fosse 9 ; 1 ex. ch. 3 div. ; 1 ex. ch. 1 div.). Le décor consiste en une série de lignes horizontales tracées assez profondément à l’aide d’un peigne à dents fines d’une largeur de 12 à 22 mm en général. La partie décorée est simplement égalisée. Ce type de décor semble être exclusif des types de vases ovoïdes à baguettes (1114 ; 1131). Bien qu’aucun fragment comportant ce décor ne soit nettement identifiable, il convient de remarquer que tous les fragments décorés comportent des baguettes qui servent à limiter le décor.

298Cette technique décorative est particulièrement bien représentée sur les divers sites du pays ségusiave. On la retrouve abondamment en particulier à Roanne, pratiquement toujours associée à des vases à baguettes sur la panse (Bessou 1976 : pl. 49, no 1).

299Le décor incisé linéaire est beaucoup moins fréquent que les précédents. Il ne se retrouve que sur cinq fragments : quatre dans la fosse 4 (fig. 96, nos 8 et 10), un dans la fosse 6. Il s’agit toujours d’une combinaison entre des lignes ondées et des lignes droites finement tracées à la pointe dans la pâte fraîche. Dans trois cas (fosse 4), sur des vases de type 1131 ont été tracées horizontalement une ou deux lignes ondées encadrées de deux lignes droites. Dans un cas (fosse 4), la ligne ondée est combinée avec une série de fines incisions ponctuelles « en grains de café » (fig. 97, no 9). Enfin, le dernier fragment (fosse 6, fig. 110, no 21) comporte des lignes obliques et verticales.

300Le décor incisé ponctuel, en dehors de l’association au décor incisé linéaire mentionné précédemment, n’est connu lui aussi que dans les fosses 4 (5 ex. : fig. 98, no 11) et 6 (2 ex.). Il s’agit de lignes de chevrons horizontales fortement incisées dans la pâte sur la panse de vases de forme non identifiable.

Vases bas fermés (classe 3)

301Cette classe n’est représentée que par deux types différents (3212 et 3213) regroupant en tout 24 exemplaires identifiables (fig. 51). Nous les rangeons dans la catégorie des récipients généralement appelés cc jattes carénées » ou « jattes à profil en S ».

Fig. 51 – Répartition des types de jattes carénées tournées fines lissées, classe 3.

302Le type 3212 est le plus fréquent. Il est présent dans la plupart des ensembles (1 ex.). La forme la plus fréquente est caractérisée par une carène arrondie assez refermée (fig. 80, no 18). Seuls deux exemplaires s’écartent de cette forme de base : un fragment de la fosse 3 présente une carène très courte et anguleuse (fig. 88, no 11) ; la jatte complète de la fosse 5 (fig. 106, no 9) présente par contre une carène arrondie très évasée et semble beaucoup plus profonde que la moyenne des précédentes ; bien qu’aucun autre exemplaire ne soit complet, une jatte tout à fait comparable du site de Goincet (Vaginay 1984 : pl. 12, no 9) permet d’apprécier les proportions d’ensemble de ce type. La répartition des diamètres d’ouverture pour les 15 fragments mesurables montre une dispersion de 14 à 28 cm avec une moyenne vers 19,5 cm ; sur cet ensemble, huit exemplaires se situent entre 17 et 19 cm. Pour la plupart des exemplaires, les surfaces sont noires (sauf la jatte profonde de la fosse 5). La surface externe est soigneusement lissée et l’intérieur est laissé brut de tournage. Seul le fragment de la fosse 3 à carène anguleuse comporte une série de bandes lissées concentriques sur la paroi interne. Ce type est bien connu sur tous les sites ségusiaves de la fin du second âge du Fer (par exemple Bessou 1976 : pl. 29, nos 4 à 7).

303Le type 3213 est beaucoup plus rare que le précédent, dont il ne se distingue en fait que par la présence d’une baguette en relief à la base du col. Seuls deux fragments sont identifiés dans la fosse 1 et un dans la fosse 4 (fig. 80, no 20 ; 98, no 12). Deux exemplaires mesurent 16 cm à l’ouverture et le troisième 19 cm. Les surfaces sont noires, l’extérieur est lissé. Ce type se retrouve, pratiquement dans les mêmes proportions par rapport au type précédent, sur le site de Goincet (Vaginay 1984 : pl. 13, nos 2 à 4) mais ne semble pas connu sur les autres sites régionaux de la fin de l’âge du Fer.

Vases bas ouverts (classe 4)

304Cette classe n’est représentée que par deux types identifiables (4131 et 4132) ainsi que par une série de fragments de formes incomplètes (fig. 52).

Fig. 52 – Répartition des types de vases tournés fins lissés, classe 4.

305Parmi les différents types de la classe, seul le type 4131 est vraiment bien représenté avec trente exemplaires et une nette concentration dans les fosses 2 et 4. Le seul exemplaire complet du site (fosse 9, fig. 115, no 4) permet d’apprécier la forme générale de ce bol : paroi évasée à légère courbure, lèvre arrondie sans inflexion, fond à pied en couronne. Cette forme imite très nettement un bol en céramique italique à vernis noir (campanienne A, Lamboglia type 31 et Morel espèces 2950 et 2970 surtout) (Morel 1981). Deux variantes peuvent être distinguées d’après l’inclinaison par rapport à la verticale de la partie supérieure de la paroi : pour un groupe comprenant tous les exemplaires des fosses 1 sup., 2, 6, 9 l’inclinaison se situe entre 60° et 75° par rapport à l’horizontale, alors que pour l’autre groupe (fosses 4 et 5) l’inclinaison se situe entre 80o et 85o L’étude des diamètres à l’ouverture de l’ensemble des fragments mesurables (23 ex.) indique une dispersion de 12 à 26 cm, la moyenne se situant à 17 cm et la moitié des exemplaires mesurés étant compris entre 15 et 17 cm. La première variante serait donc proche de l’espèce 2970 de Morel (en particulier séries 2973 et 2977) et la deuxième, de l’espèce 2950 (en particulier séries 2951 à 2954). Mais certains exemplaires de notre type 4131 sont aussi très proches des types Morel 2615e1 (présence d’un fond ombiliqué) et 2616a1, provenant respectivement de Châteaumeillant et de la nécropole d’Aléria en Corse (Morel 1981 : 192).

306Pour tous les exemplaires identifiés, les surfaces sont brunes à noires et entièrement lissées. La face interne du fond du bol complet de la fosse 9 présente un décor de cercles concentriques finement incisés. Plusieurs fonds à pied en couronne sans décor ou ornés d’un décor estampé pourraient appartenir à ce type. Cette forme de bol est en effet bien connue sur les sites ségusiaves au ier s. av. n. è. A Roanne en particulier, elle est très bien représentée, souvent même avec un décor estampé sur le fond (Bessou 1976 : pl. 31, nos 1 à 6). Elle existe aussi en céramique peinte à Feurs.

307Le type 4132 est beaucoup moins fréquent. Il n’est connu à Feurs que par onze exemplaires dont neuf proviennent de la seule fosse 4 (fig. 98, nos 17‑20). Aucun n’est complet, mais la présence à Roanne d’exemplaires entiers de forme tout à fait semblable permet d’identifier les fragments de Feurs (Bessou 1976 : pl. 31, no 7). Ce type diffère du précédent essentiellement par une lèvre infléchie et la présence d’une ou plusieurs baguettes en relief sur la panse. Bessou suggérait que cette forme pourrait avoir son origine dans des récipients en bois. La plupart des exemplaires de Feurs comportent au moins trois baguettes. Seul un fragment (fosse 4, fig. 9, no 19) semble n’en comporter qu’une. Certains des fonds à pied en couronne mentionnés précédemment pourraient appartenir aussi à ce type. La dispersion des diamètres à l’ouverture pour les onze fragments se situe entre 16 et 26 cm (moyenne 20 cm) ; aucun diamètre privilégié n’apparaît. Comme pour le type précédent, les surfaces sont le plus souvent noires et entièrement lissées.

308Tous les autres types de cette classe sont incomplets et ne sont connus à chaque fois que par un fragment ou, pour le type 4109, par deux fragments. Ils proviennent essentiellement des fosses 4 et 6. Ils appartiennent tous au groupe des vases à panse ouverte.

309Les types 4103 à 4108 (fig. 98, nos 22 et 23 ; 110, nos 24, 25 et 26 ; 113, no 12) pourraient être considérés comme des variantes du type 4132, du moins d’après la morphologie de la partie supérieure de la panse : lèvre infléchie arrondie ou allongée, panse lisse, cannelée ou à baguettes. Les diamètres d’ouverture vont de 1 à 25 cm. Les surfaces sont noires et lissées. Le type 4107 présente un décor de fines incisions ondées entre deux lignes droites sur la paroi interne. Ces divers types ne connaissent aucune comparaison sur les sites régionaux.

310Le type 4109 semble être de morphologie assez différente (fig. 110, no 25). La lèvre sans inflexion est soulignée par un cordon triangulaire et la partie supérieure de la panse est rigoureusement rectiligne. Une baguette en relief semble marquer le point où la panse s’infléchit en direction du fond. Les diamètres sont inconnus. Les surfaces sont noires et lissées. Les deux fragments connus (fosse 6, fig. 110, no 25 et ch. 1 div., fig.118, no 7) présentent un même décor constitué d’arcatures estampées disposées horizontalement au sommet de la panse.

Vases plats (classe 5)

311Ils sont bien représentés par plusieurs types sur l’ensemble du site (fig. 53).

Fig. 53 – Répartition des types de vases tournés fins lissés, classe 5.

312Les types 5111, 5112 et 5113 appartiennent tous à la même forme ‑l’écuelle‑ particulièrement fréquente sur les habitats régionaux de la fin du second âge du Fer. Les trois types ne diffèrent que par la forme de la lèvre : rentrante arrondie pour 5111, rentrante retournée pour 5112, droite arrondie pour 5113. Les deux premiers types sont abondamment représentés à Feurs mais avec de fortes variations d’une fosse à l’autre : 5111 n’est très abondant que dans les fosses 1 (11 ex. sur 41 identifiés), 2 et 4 (fig. 81, nos 1 à 3), alors que pour 5112 c’est dans la fosse 4 qu’il est le mieux représenté (27 ex. sur 65 identifiés) (fig. 99, nos 3 et 4). Le type 5113 par contre est beaucoup moins fréquent (14 ex. sur tout le site) et sans aucune dominante (fig. 81, no 6). Il convient aussi de noter que l’absence totale de l’un des trois types dans la fosse 9 doit être pondérée par la présence d’un fragment de fond appartenant manifestement à une écuelle.

313L’étude des proportions d’ensemble des treize exemplaires complets montre une grande homogénéité des trois types sur l’ensemble des fosses : le rapport de la hauteur sur le diamètre à l’ouverture (H/d) est toujours très proche d’un quart (dispersion de 0,22 à 0, 34 cm ; M = 0,27 cm). L’étude de la répartition des diamètres à l’ouverture (fig. 54) confirme l’homogénéité de ce groupe pour toutes les fosses : la répartition par ensemble ne s’éloigne guère de la répartition globale et le diamètre privilégié coïncide avec la moyenne arithmétique (sur 100 ex. mesurables, dispersion de 16 à 33 cm ; M = 23,5 cm ; un tiers des exemplaires situés entre 22 et 24 cm ; un exemplaire « miniature » (fig. 83, no 14) n’a pas été pris en compte dans ces comptages).

Fig. 54 – Dispersion des diamètres d’ouverture des écuelles tournées fines lissées, classe 5 ; seules les deux fosses les plus riches ont été isolées (100 ex. mesurés).

314La comparaison avec les écuelles de même type en céramique non tournée montre à la fois le caractère très voisin du profil d’ensemble des deux diagrammes de dispersion des diamètres à l’ouverture (répartition relativement symétrique des écarts autour de la moyenne et présence d’un seul maximum correspondant sensiblement à cette moyenne) et l’existence de modules propres à chacune des deux catégories : globalement les écuelles en céramique fine tournée sont plus petites (M = 23,5 cm) que leurs homologues en céramique grossière non tournée (M = 28,5 cm). La superposition des deux diagrammes de dispersion des diamètres d’ouverture met en évidence le très faible recouvrement des deux ensembles, en particulier autour des valeurs moyennes de chacun des groupes : 10 % seulement d’écuelles non tournées sont comprises dans l’intervalle 22‑24 cm qui correspond aux tailles les plus fréquentes pour les écuelles tournées ; inversement 13 % d’écuelles tournées sont situées entre 2 et 30 cm qui correspondent aux tailles les plus fréquentes des écuelles non tournées.

315Pour les trois types d’écuelles tournées, les modes de fabrication sont les mêmes : l’oxydation de la pâte est le plus souvent partielle (0 % du nombre total sur l’ensemble du site) et les surfaces sont généralement noires. Il convient cependant de remarquer que la proportion de surfaces noires est nettement supérieure dans la fosse 1 (77 %) que dans la fosse 4 (35 %), pour ne prendre que les deux ensembles les plus riches. La finition est très homogène : la surface extérieure est presque toujours lissée, à une exception près (fosse 1, fig. 81, no 2) où l’exemplaire est égalisé et comporte une série de lignes horizontales lissées. La surface interne est simplement égalisée (à 2 exceptions près entièrement lissées : fosse 4 et ch. 3 fosse 14).

316Un décor sur la paroi interne est aussi pratiquement systématique : il consiste en lignes horizontales concentriques tracées au brunissoir, le plus souvent droites, ou plus rarement ondées (fosse 4, fig. 99, no 4 ; fosse 6 ; ch. 1 div.).

317Le type 5114 n’est connu que par cinq exemplaires, dont une forme complète, dans la seule fosse 1 (fig. 81, nos 8 à 10). Il est caractérisé par des parois très évasées légèrement convexes à courbure régulière ; la lèvre est arrondie sans inflexion ; le fond est plat. Les diamètres d’ouverture sont 16, 17, 25 cm (2 ex.) et 27 cm. Les surfaces sont soigneusement lissées et noires à brunes. L’exemplaire complet (fig. 81, no 8) présente un décor estampé sur la face interne du fond : il est constitué de deux motifs placés entre deux lignes incisées : le premier motif consiste en une série de carrés imbriqués encadrant un motif en relief en forme de roue dentée. Le second poinçon est un rectangle quadrillé. La forme ne connaît aucune comparaison sur les sites régionaux, sauf éventuellement des fragments de coupes très évasées du site de Goincet dont le fond manque (Vaginay 1984 : pl. 13, no 8). Et si le décor estampé est fréquent sur les céramiques ségusiaves, le premier motif, particulièrement élaboré, était inconnu et le deuxième connu par un seul exemplaire provenant du site de Goincet et semblant être issu du même poinçon (Vaginay 1984 : pl. 13, no 10).

318Le type 5121, comme le bol type 4131, imite une forme du répertoire des céramiques campaniennes à vernis noir (campanienne A surtout, Lamboglia type 36 et Morel, essentiellement espèce 1310). Cette forme de coupe à pied est bien représentée sur le site de Feurs par 41 exemplaires identifiables répartis dans la plupart des ensembles. Plusieurs formes complètes (fig. 86, nos 14 et 15 ; 99, nos 16 et 17) permettent d’apprécier les proportions de ces récipients qui paraissent très homogènes : le rapport H/d est toujours situé vers un quart (0,22 à 0,28). Ce type est caractérisé avant tout par une lèvre horizontale formant un marli souvent très large à l’extérieur et débordant parfois à l’intérieur du récipient. La seule exception est constituée par deux fragments de la fosse 1 (fig. 81, nos 11 et 12) où le marli est court, comme dans la fosse de Goincet (Vaginay 1984). Le fond peut être de deux types : dans le prolongement de la panse ou à ombilic (fosse 4, fig. 98, nos 20 à 34). La dispersion des diamètres d’ouverture (fig. 55) est assez large (14 à 27 cm pour 36 ex. mesurables) mais fait apparaître deux diamètres très fréquents (1 et 19 cm) coïncidant avec la moyenne (19,5 cm).

Fig. 55 – Dispersion des diamètres d’ouverture des coupes tournées fines lissées, type 5121 ; seules les deux fosses les plus riches ont été isolées (36 ex. mesurés).

319La finition est toujours très soignée : lissage systématique des surfaces. Ces dernières sont toujours brunes à noires et la cuisson le plus souvent à oxydation partielle. Les cinq exemplaires complets comportent en outre un décor estampé sur la face interne du fond, le plus souvent composé d’arcatures. Plusieurs fonds à pied en couronne ornés ou non d’un décor estampé de même type (déjà mentionnés à propos des types 4131 et 4132) pourraient appartenir à ce type de récipient. Cette forme de coupe est bien connue sur les sites ségusiaves du ier s. av. n. è. A Roanne par exemple, elle est abondante et présente les mêmes caractéristiques morphologiques et décoratives (Bessou 1976 : pl. 32, nos 2 et 3 et pl. 33).

320Le type 5122 est beaucoup moins fréquent que le précédent : il n’est représenté que par huit exemplaires identifiables, dans les fosses 1, 4 et 5, dont une seule forme complète (fig. 106, no 16). Ce type imite vraisemblablement une forme du répertoire des céramiques italiques à vernis noir (campanienne A, Lamboglia type 27c, Morel espèce 2825) bien que la filiation soit beaucoup moins nette que pour les types 4131 et 5121. Il s’agit d’une coupe à pied à parois très évasées, se redressant dans la partie supérieure ; cette dernière est parfois complétée par une cannelure ou une baguette en relief. Les diamètres à l’ouverture sont compris entre 15 et 22 cm pour les six exemplaires mesurables, quatre étant situés entre 20 et 22 cm. Les surfaces sont soigneusement lissées, brunes à noires. L’exemplaire complet (fosse 5) est orné d’un décor estampé d’arcatures sur la paroi interne du fond comme pour le type 5121. Cette forme ne semble guère connue en céramique indigène en dehors du site de Feurs.

Fonds et décors des classes 4 et 5

321Au cours des descriptions des vases des deux classes précédentes, nous avons mentionné à plusieurs reprises l’existence de fragments de fonds pouvant se rattacher à trois types différents : 4131, 5121, 5122. Outre leur appartenance au répertoire italique, ces trois types ont en effet en commun un fond à pied en couronne dont la morphologie générale ne varie guère d’un type à l’autre, même si des variantes (fond simple ou ombiliqué) ont pu être mises en évidence. Par ailleurs, à Feurs comme sur les autres sites de la région, les fonds de ces trois types de récipients sont le plus souvent ornés d’un décor estampé sur leur face interne.

322Il convient donc, en complément de l’étude globale de chacun de ces types, d’analyser de façon détaillée ces fonds et les décors qu’ils comportent. Nous reprendrons aussi dans cette analyse les fonds appartenant à des formes complètes déjà mentionnées précédemment.

Les fonds

323D’un point de vue strictement morphologique, tous les fonds se regroupent dans la catégorie des pieds annulaires de hauteur moyenne. Sur les 42 fonds de ce type répertoriés sur le site, trois variantes peuvent cependant être distinguées suivant le profil du fond lui‑même (fig. 56) :

  • dans la plupart des cas (33 ex.), le fond est dans le prolongement de la panse du récipient : un appartient à un bol type 4131 (fig. 115, no 14) ; quatre à des coupes type 5121 (fig. 99, no 17...) ; un à une coupe type 5122 (fig. 106, no 16) ; les autres exemplaires sont isolés et peuvent appartenir aux divers types à pied en couronne des classes 4 et 5 ;

  • beaucoup plus rarement (3 ex.), le fond peut présenter un ombilic se raccordant de manière continue à la face externe du fond (fig. 7, no 3 ; 86, no 19 ; 99, no 31) ;

  • l’ombilic peut aussi être beaucoup plus marqué, se raccordant à la face externe du fond par un angle vif. Cette dernière variante n’est représentée que par un exemplaire isolé provenant de la fosse 1 sup. (fig. 83, no 18) et par cinq exemplaires de la fosse 4, sur une coupe type 5121 (fig. 99, no 16) et par quatre autres fragments isolés (fig. 99, nos 32‑34).

Fig. 56 – Répartition des types de fonds à pied annulaire des vases tournés fins lissés, classes 4 et 5. Les chiffres entre parenthèses indiquent les exemplaires comportant un décor.

324Il convient aussi de remarquer que si la quasi‑totalité des fonds précédents ont un pied de taille relativement réduite et un profil général assez homogène, l’un des deux exemplaires de la fosse 1 (fig. 81, no 13) est beaucoup plus élevé et ressemble de très près à l’un des deux fonds à pied annulaire de la fosse de Goincet (Vaginay 1984 : pl. 13, no 11).

Les décors

325Les décors sont particulièrement fréquents sur les divers fonds étudiés ci‑dessus (fig. 56). Sur les 42 exemplaires mentionnés précédemment, seuls onze fragments ne comportent aucune trace de décor. Le décor est toujours soit incisé à la pointe avant cuisson, soit estampé ; il est situé sur la face interne des fonds, en bandes concentriques.

326Deux types d’outils ont été utilisés pour réaliser ces décors. La pointe sèche sert à tracer des cercles concentriques qui délimitent presque toujours le décor, ou beaucoup plus rarement à tracer des lignes ondées et des petits cercles à main levée. Des poinçons servent à imprimer en creux des motifs de différentes formes : onze types de poinçons différents ont pu être répertoriés sur l’ensemble des décors estampés sur formes basses ouvertes et plates (y compris les motifs présents sur le type 5114). Les fig. 57 et 58 illustrent ces divers poinçons et leur répartition par ensemble.

Fig. 57 – Les différents poinçons utilisés pour l’estampage de décors sur les fonds de vases, classes 4 et 5 (éch. : 1/1).

Fig. 58 – Répartition des différents types de poinçons d’estampage.

327Ces différents motifs estampés et ceux réalisés à la pointe sèche sont associés en une série de compositions dont la liste peut être assez aisément dressée. Cinq principaux modes d’agencement des décors ont été recensés (fig. 59) :

  • le plus fréquent (A) est fondé sur des arcatures pointillées accolées dont le sommet est toujours orienté vers le centre du récipient ; trois variantes toujours disposées en couronne peuvent exister, suivant la complexité du décor : le plus simple (Aa) (fig. 86, nos 17 à 19) est composé d’arcatures seules (17 ex. répartis dans la plupart des fosses) ; dans le deuxième cas (Ab) (fig. 99, nos 21, 24, 25) les pointes des arcatures sont ornées d’un cercle ou d’une rouelle (13 ex. connus) ; la troisième variante (Ac) présente un décor composite alliant les deux types précédents de manière concentrique : arcatures et cercles, entourées d’arcatures seules (1 seul ex. : fig. 99, no 32) ;

  • la deuxième composition (B) est aussi en couronne et fondée sur des arcatures, mais disposées de manière rayonnante entre deux cercles incisés ; deux exemplaires sont connus (fig. 111, no 30) ;

  • le troisième décor (C) est de type rayonnant : d’un petit cercle tracé à la pointe au centre du récipient part une série de lignes ondées aussi incisées, terminées par un cercle strié (1 seul ex. connu, fosse 1 ; fig. 81, no 17) ; le fragment qui porte ce décor offre par ailleurs la particularité, unique sur le site de Feurs, d’être recouvert de peinture rouge sur sa face interne et blanche sur sa face externe ;

  • le quatrième décor (0) repose sur une disposition linéaire concentrique : une ligne ondée encadrée de deux lignes droites incisées (2 ex. connus) (fig. 81, no 16) ; une variante (Db) comporte des cercles tracés à la pointe, superposés à la ligne ondée (1 ex., fig. 83, no 19) ;

  • la dernière composition (E) est fondée sur une disposition ponctuelle concentrique : trois cercles concentriques incisés délimitent deux couronnes qui sont ornées de deux séries de poinçons différents (types 1 et 2). Ce décor n’est connu que par un exemplaire sur le type 5114 (fig. 81, no 8).

Fig. 59 – Différents motifs estampés sur fonds de vases, classes 4 et 5 (clichés éch : 1).

328La répartition de ces cinq compositions et de leurs variantes, formant en tout huit types de décors, (fig. 60) confirme la présence de trois groupes :

  • un seul type est présent dans tous les ensembles (arcatures simples divergentes) et encore n’est‑il bien représenté que dans les fosses 2 et 4 ;

  • le groupe des fosses 4 et 6 : deux types leur sont exclusifs (arcatures divergentes associées à des cercles ; arcatures rayonnantes) ; un n’apparaît que dans la fosse 4 (décor composite d’arcatures divergentes) ;

  • le groupe des fosses 1, 1 sup. et 2 : deux types ne se trouvent que dans la fosse 1 (décor rayonnant et décor concentrique ponctuel), un n’existe que dans les fosses 1 et 2 (décor linéaire concentrique), un n’existe que dans la fosse 1 sup. (variante du décor linéaire concentrique).

Fig. 60 – Répartition des différents types de décors estampés sur vases, classes 4 et 5.

329Enfin, en ce qui concerne les associations des poinçons et des compositions, deux remarques peuvent être faites : le cercle et la rouelle (poinçons 6 à 10) semblent toujours liés à un décor d’arcatures divergentes et être exclusifs des fosses 4 et 6. Par ailleurs, les motifs plus élaborés (poinçons 1 à 3) sont liés aux compositions Cet E et sont exclusifs de la fosse 1. Les poinçons 4 et 5 étant isolés et connus uniquement par d’infimes fragments, il est impossible d’en déduire quoi que ce soit.

330La comparaison de l’ensemble de ces décors estampés du site de Feurs avec les autres découvertes régionales montre une assez grande homogénéité dans le répertoire décoratif. A Roanne en particulier, plusieurs décors repérés à Feurs se retrouvent sur le site de l’Institution Saint‑Joseph : Bessou note que le décor en arcatures divergentes (notre type A) est « le plus ancien et le plus fréquent » (Bessou 1976 : 39). Les décors de type Ab, B, 0 se retrouvent aussi à Roanne (Bessou 1976 : pl. 34, nos 3, et 16). Le poinçon en rouelle (fig. 57, no 10) Y est aussi présent (Bessou 1976 : pl. 34, no 1). Par contre les motifs et poinçons de la fosse 1, qui sont aussi les plus élaborés, ne trouvent aucun élément de comparaison régionale. Seule une fosse du site de Goincet a livré une série d’estampages sur fonds de formes basses ou plates dont un élément est identique au poinçon no 2 de Feurs (Vaginay 1984 : pl. 13, no 10). En dehors du cadre strictement ségusiave, des comparaisons peuvent être faites avec le site d’Aulnat près de Clermont‑Ferrand où le décor estampé est aussi bien représenté, en particulier avec les motifs de palmettes (Périchon 1975 : fig. 4, no 4).

Les couvercles (classe 6)

331En céramique fine tournée comme en céramique grossière non tournée, les couvercles sont rares à Feurs. Trois fragments seulement ont été identifiés en céramique fine lissée : deux appartiennent à la fosse 6, un provient du chantier 3 (fossé no 1’).

332Un fragment (fosse 6, fig. 111, no 51) peut être identifié au type 621 (paroi inclinée, lèvre sans inflexion). Les surfaces sont lissées. Le diamètre à l’ouverture est de 13 cm. Les deux autres fragments appartiennent au type 623 (paroi inclinée et lèvre infléchie). Les surfaces sont entièrement lissées. Les diamètres à l’ouverture sont de 20 et 22 cm. Le fragment de la fosse 6 (fig. 111, no 33) comporte un décor estampé sur la face externe : il s’agit de segments de lignes droites pointillées disposées en zigzag sur tout le pourtour du couvercle. Ce motif est obtenu avec un outil semblable à celui qui servait à imprimer les décors en arcatures sur les fonds de formes basses et plates, mais il a ici la forme d’un V. Des lignes droites concentriques finement incisées limitent ce décor. Des vestiges d’un décor estampé non identifiable, accompagné de lignes incisées, sont aussi présents sur la face interne de ce couvercle.

333La rareté des couvercles en céramique tournée sur le site de Feurs ne semble pas constituer une exception, du moins pour les habitats régionaux de la fin du second âge du Fer : ils sont aussi très peu fréquents à Roanne et un seul exemplaire (pour 275 récipients identifiés) est présent dans la fosse de Goincet (Vaginay 1984).

Les faisselles

334Comme en céramique grossière, un seul fragment de faisselle en céramique fine tournée a pu être identifié. Il provient de la fosse 6 (fig. 111, no 32). Il se limite à un fragment de panse d’un récipient dont l’aspect est très proche de celui des écuelles (types 5111‑5113) ; la partie centrale de la panse est percée d’une série de petits trous pratiqués avant cuisson.

Les vases de types particuliers

335Nous regroupons sous cette rubrique des céramiques caractérisées par une morphologie ne répondant pas aux critères définis pour les classes précédentes et qui sont peu fréquents sur le site de Feurs.

Vases‑supports

336Nous avons ainsi dénommé une céramique dont la caractéristique morphologique est d’être composée d’un cylindre ouvert sur ses deux faces. Seuls trois exemplaires ont pu être identifiés avec certitude. Un exemplaire complet provenant de la fosse 4 (fig. 100, no 1) permet d’apprécier la forme de cette céramique : les parois sont pratiquement cylindriques, légèrement évasées aux deux extrémités ; les lèvres sont symétriques, largement évasées et leur extrémité est arrondie. La partie centrale de la paroi est occupée par un fort ressaut. Deux autres fragments proviennent respectivement de la fosse 2 et du chantier1 divers (fig. 86, no 6 ; 118, no 8). Les diamètres aux ouvertures de l’exemplaire complet sont de 16 et 17 cm. Les diamètres des deux autres fragments sont de 1 et 21 cm. La surface externe est lissée, l’intérieur laissé brut de tournage. Les deux exemplaires les mieux conservés comportent sur la paroi externe un décor estampé composé d’arcatures pointillées.

337De telles céramiques trouvent des éléments de comparaison sur divers autres sites. A Roanne en particulier, deux fragments identifiés comme des « cols de vases qui pourraient être des imitations de cratères » (Bessou 1976 : 40), du fait de leur caractère fragmentaire, semblent bien en fait appartenir à ce type de céramique. L’un d’eux comporte d’ailleurs un décor estampé sur un ressaut de la paroi comme sur l’exemplaire de la fosse 4 de Feurs. En dehors du cadre régional, un site champenois daté de La Tène finale a livré deux fragments d’allure très proche (Bulard 1981 : fig. 8, nos 18 et 19).

338L’appellation de « vase‑support » que nous proposons reste cependant tout à fait hypothétique dans la mesure où cette fonction n’est nullement assurée. En effet, si la présence de tels supports se conçoit aisément dans le cas de cultures dont l’usage est de fabriquer des récipients à fond bombé nécessitant l’usage de supports (culture chasséenne par exemple), les récipients à fond bombé semblent totalement absents des répertoires mobiliers céramiques du second âge du Fer. Faut‑il envisager l’existence de tels récipients en matière périssable (bois) ou un tout autre usage pour ces cylindres d’argile cuite, apparemment toujours soigneusement finis et décorés ?

Tirelire

339Nous avons ainsi dénommé, par analogie, un fragment d’une céramique de forme pratiquement sphérique dont la partie inférieure manque (fig. 117, no 9). La partie supérieure, soigneusement lissée et ornée d’un décor estampé, comporte comme seule ouverture une entaille allongée pratiquée avant cuisson : sa longueur est de 22 mm et sa largeur de 3 à 4 mm. Le diamètre maximum de la panse est de 15 cm. La partie centrale de cette dernière est soulignée par une ligne ondée lissée au brunissoir. La partie inférieure de la panse est simplement égalisée.

340Si de tels récipients à vocation de tirelire sont bien connus dans les répertoires mobiliers gallo‑romains (Lasfargues 1984 : no 849), quoique rarement mentionnés dans les publications, nous n’en avons trouvé aucune trace dans la littérature concernant l’âge du Fer. Le présent exemplaire, découvert au fond d’une petite fosse du chantier 3 (fosse no 14) et accompagné seulement d’un fragment de vase ovoïde en céramique grossière, appartient pourtant bien au second âge du Fer, à la fois d’après le contexte stratigraphique et d’après ses caractéristiques techniques : même type de pâte, de cuisson, de finition et de décor que les céramiques fines tournées étudiées précédemment.

Céramique fine tournée peinte

Représentation

341La céramique peinte est systématiquement présente dans les divers ensembles du site de Feurs étudiés ici. Le décompte du nombre de tessons par ensemble donné en tête du chapitre sur la céramique montre nettement l’importance numérique de la céramique peinte sur le site. Le pourcentage établi à partir du nombre de vases peints identifiables rapporté à l’ensemble des céramiques indigènes confirme cette importance : 6, 5 % en moyenne (et 5,2 % du nombre total de tessons avant collage). Ces chiffres élevés doivent être comparés à la forte représentation de la céramique peinte déjà indiquée à Roanne (Bessou 1976) ou aux résultats obtenus récemment sur le site de Goincet (Vaginay 1984) : % du nombre de vases, 11 % du nombre total de tessons dans une fosse datée de la deuxième moitié du iie s. av. n. è.

342Rares sont les régions de la Gaule où de tels chiffres sont atteints. En se limitant aux régions périphériques, le seul site que l’on puisse citer sans risque d’erreur est Bâle où des taux de 25 % sont atteints dans les niveaux anciens de la colline de la Cathédrale (Furger-Gunti 1979). Pour les autres sites, on se heurte à l’absence de toute étude rigoureuse ; de ce fait, hormis l’absence de données quantitatives, le risque est grand de comparer entre elles des séries mal classées chronologiquement. Si l’on en croit des publications préliminaires (Périchon 1976 ; Collis 1980), le site d’Aulnat dans le Puy‑de‑Dôme, doit présenter une situation analogue à celle du Forez. Les sites de la vallée de la Saône et du pays éduen livrent régulièrement des céramiques peintes (Périchon 1985a) ; mais en l’absence d’étude céramologique précise, il est impossible de savoir pour l’instant si cette région a connu le même engouement pour la céramique peinte que le Forez et l’Auvergne. Dans le sud du Bassin parisien, la céramique peinte reste exceptionnelle (Bouyer 1983). Dans la vallée du Rhône et en Provence la céramique peinte « gauloise » n’apparaît que de manière sporadique (Arcelin 1981), ainsi vraisemblablement que dans le sud du Massif central et le Languedoc (Maier 1970).

Techniques de fabrication et de décoration

343L’argile utilisée est toujours fine et homogène ; le dégraissant est généralement assez régulièrement broyé. Le tournage des vases est systématique. La surface portant le décor est soigneusement lissée. La cuisson réductrice‑oxydante (mode A) est contrôlée de telle façon que les surfaces acquièrent uniformément une coloration chamois caractéristique de ce type de céramique. La pâte des céramiques peintes de Feurs se distingue nettement des productions roannaises des phases 2 et 3 de Bessou, dont l’argile est plus épurée, le dégraissant invisible et la post‑cuisson souvent oxydante totale, même si les surfaces gardent la même teinte.

344Les trois teintes utilisées pour le décor sont le blanc et le rouge pour le fond, le brun pour les motifs. Ces couleurs peuvent présenter des nuances qui doivent être mises au compte de plusieurs facteurs : passage au feu accidentel ou mauvais état de conservation dû au terrain qui peut entraîner la disparition totale du décor, en particulier du pigment foncé d’origine organique. L’utilisation de substances ou de techniques de préparation différentes peut aussi intervenir : alors qu’à Feurs le pigment rouge présente plutôt des nuances orangées, celui utilisé pour des formes de jattes plus tardives (type 3221 par exemple) est souvent violacé ; ensuite le pigment rouge des bols de type Roanne (type 3311) reprend une teinte proche de celle des vases les plus anciens. L’ornementation est constituée d’un décor brun sur un fond pouvant présenter quatre variantes :

  • uniformément rouge ;

  • uniformément blanc (1 seul cas) ;

  • blanc encadré de deux bandes rouges (type le plus fréquent) ;

  • rouge avec superposition de fines lignes blanches horizontales (peu fréquent).

345L’examen de la céramique de Feurs, abondante et bien conservée, montre que la présence d’un décor brun devait être systématique. La couleur était appliquée à l’aide de divers « pinceaux » que l’artisan utilisait concurremment pour la réalisation des motifs : pinceau fin (< 2 mm) réservé aux contours de certains décors zoomorphes ; pinceaux fins groupés pour former un peigne, utilisés pour des remplissages de surfaces : lignes parallèles rectilignes ou ondées, treillis de lignes entrecroisées ; pinceau de plus grande largeur (jusqu’à 1 cm) pour la mise en place de décors zoomorphes, de lignes maîtresses de décors géométriques, de bandes horizontales sur le col et le bas de la panse de vases hauts.

Analyse des formes

346La fig. 61 extraite de la classification exposée précédemment, présente les formes de céramique peinte connues dans la Loire dans des contextes antérieurs à la fin du règne d’Auguste. Compte tenu du nombre de documents acquis ces dernières années, il s’est avéré difficile d’utiliser la typologie des céramiques peintes proposée il y a quelques années (Périchon 1974a). Cette dernière avait en effet été établie pour la période gauloise uniquement à partir des découvertes de l’Institution Saint‑Joseph de Roanne ou d’une documentation extérieure à la région très réduite et parfois erronée. Ses lacunes sont en effet nombreuses, surtout en ce qui concerne les formes hautes : la forme 1 a pour prototype un vase du tumulus de Celles (Cantal) qui en fait n’est pas peint ; la forme 1A est sans doute issue du mauvais remontage de tessons provenant de vases différents car elle s’éloigne notablement des profils des exemplaires complets trouvés depuis lors (notre type 1311) ; la forme 3 résulte d’une reconstitution hypothétique et erronée d’un profil incomplet (il s’agit en fait de la partie supérieure d’un vase de type 1614) ; la forme 3A (incomplète) semble parfaitement identique à la forme 3...

Fig. 61 – Tableau typologique des céramiques peintes du pays ségusiave. En grisé les types représentés à Feurs.

347Compte tenu de ce fait et de notre souci d’assurer une cohérence à la description de l’ensemble des céramiques indigènes du site de Feurs, il nous a semblé préférable d’incorporer la céramique peinte à notre système de classification. Nous nous bornerons donc à rappeler pour chaque type quel élément de la typologie de Périchon s’en rapproche le plus. Nous mentionnerons par ailleurs pour chaque type les rapprochements éventuels avec des types de vases non peints, même si d’une manière générale le répertoire des formes de céramique peinte est assez spécifique. Les descriptions ci‑dessous ne prennent en compte que les types reconnus dans le corpus de l’habitat de Feurs qui fait l’objet de la présente étude ; les autres types proviennent des travaux menés sur les sites de Roanne (Bessou 1976) et Goincet (Vaginay 1984). La fig. 62 résume la répartition de chaque type par ensemble.

Fig. 62 – Répartition des types de céramique peinte.

Vases hauts fermés

348Ce sont les plus abondants sur l’ensemble du site. Ils sont représentés par quatre types différents (1311, 1321, 1511, 1711) dont deux constituent à eux seuls les trois quarts des vases peints de forme identifiable.

349Le type 1311 (type Périchon 1A 7) est l’une des formes les plus fréquentes en céramique peinte à Feurs (fig. 100, nos 2 à 5 et 7...). On le retrouve à Roanne aux périodes 1 et 2 (Bessou 1976) et à Goincet (Vaginay 1984 : pl. 15, no 4).11 est apparemment absent des contextes plus récents de Roanne. Ce type existe aussi en céramique demi‑fine et en céramique fine lissée.

350Le type 1321 se distingue du précédent par un ressaut à la liaison col/panse. C’est une forme rare (un seul ex. complet dans la fosse 4, fig. 101, no 1). Il existe aussi en céramique fine lissée. Il convient de signaler ici 4 fragments de la fosse 4 appartenant à l’un des deux types précédents, sans qu’il soit possible de trancher dans la mesure où seuls le fond et le bas de la panse sont conservés (fig. 101, nos 3‑5, 15).

351Le type 1511 est le plus fréquent à Feurs ; on le retrouve à Goincet (Vaginay 1984) et à Roanne (Bessou 1976 : pl. 26, no 3 ; 27, nos 1 et 4) ; il est spécifique de la céramique peinte et se rencontre peu en dehors du Massif central. Il est souvent associé à un décor zoomorphe (fig. 82, nos 6, 7, 8 ; 117, no 12 ; 118, no 11).

352L’étude de la répartition des diamètres à l’ouverture des lèvres et des diamètres des fonds des exemplaires attribuables aux types précédents montre une assez nette homogénéité des productions : deux diamètres privilégiés pour les lèvres (11 et 14 cm) et pour les fonds (6 et 9 cm) correspondant respectivement aux types 1511 et 1311‑1321. De même l’étude des décors montre que les types 1311 et 1321 sont toujours ornés de motifs géométriques alors que le décor zoomorphe est le plus fréquent pour le type 1511. Il convient cependant de signaler la présence, dans la fosse 1, d’un fragment appartenant à l’un de ces types et entièrement peint en blanc, cas unique à Feurs (fig. 82, no 1). De même dans la fosse 2, se trouve un fond de vase de type 1511 entièrement peint en blanc, y compris le dessous du fond (fig. 87, no 4). Ce fragment est aussi unique à Feurs mais est très proche d’un exemplaire trouvé à Roanne dans la nécropole (inédit).

353Le type 1711, toujours peint, est rare en Forez : deux exemplaires à Roanne sur l’habitat (Bessou 1976 ; pl. 26, nos 4 et 37, no 6) et un dans la nécropole (fouilles de 1976, inédit). Un fragment provenant de la fosse 4 (fig. 101, no 22) pourrait, d’après son profil général, être assimilé à ce type malgré certaines différences morphologiques (panse plus globuleuse).

Vases bas ouverts

354Deux types seulement sont attribuables à cette classe : 4113 et 4141. Le type 4113, fréquent en céramique fine lissée, est nettement inspiré d’un prototype en céramique campanienne à vernis noir (Morel espèces 2950 et 2970). Deux variantes existent en céramique peinte suivant que les parois sont redressées et le fond dans le prolongement de la panse ou que les parois sont obliques et le fond ombiliqué. La première variante n’est représentée à Roanne que par un exemplaire simplement peint en rouge à l’extérieur (Bessou 1976 : pl. 50, no 1). Le site de Miolan (Pontcharra‑sur‑Turdine, Rhône) a livré un exemplaire identique, mais peint aussi en rouge à l’intérieur (Chambost 1974 : pl. 4, no 1). La deuxième variante est connue aussi à Roanne (Bessou 1976 : pl. 32, no 1 ; le fond simple est issu d’une reconstitution abusive), Goincet (inédit ; ex. complet) et aussi dans la vallée de la Saône (Périchon 1985a : fig. 2). Les fragments découverts à Feurs (fosse 6, fig. 111, nos 45 et 46), bien que de petite taille peuvent être rattachés à cette dernière variante du fait d’une particularité du décor qui semble lui être propre : à l’extérieur, frise de rinceaux en réserve sur fond rouge et à l’intérieur, frise de quadrupèdes stylisés peints aussi en réserve sur fond rouge.

355Le type 4114 n’est connu actuellement que par un exemplaire complet sur le site de Goincet (Vaginay 1984 : pl. 16, no 1) ; un petit fragment de Feurs (fosse 1S, fig. 83, no 28) semble bien appartenir à une forme proche de ce type.

Types incomplets

356Plusieurs fragments de céramique peinte appartiennent à des vases dont la forme n’est pas déterminable dans la mesure où ils ne sont connus que par des fragments très réduits.

357Le type 1005 est très rare. Un seul fragment de Goincet (Vaginay 1984 : pl. 16, no 6) pourrait s’y rapporter. Deux fragments de Feurs (fosse 1 et ch. 3 div.) lui sont attribuables. La forme générale du fragment le plus important (fig. 82, no 16) suggère un vase haut fermé (amphore ou cratère 7).

358Le type 1006 appartient peut‑être à un vase haut fermé dont on connaît plusieurs exemplaires à Goincet (d’ailleurs incomplets aussi) en céramique fine lissée ou en céramique peinte en blanc (Vaginay 1984 : pl. 11, nos 1 et 2 ; pl. 16, nos 4 et 5). La fosse 1 et 1S de Feurs a livré trois fragments de ce type également peints en blanc, caractérisés par une lèvre à fort bourrelet interne, comme celui de Goincet. Aucun ne comporte de traces de décor (fig. 82, nos 14 et 15 ; 83, no 26).

Formes non identifiables

359Il convient aussi de mentionner quelques fragments de taille trop réduite pour permettre toute identification. Un fragment de la fosse 1S (fig. 83, no 27) pourrait appartenir à un vase‑support dont la forme est connue en céramique fine lissée. Un bord de la fosse 3 ainsi que plusieurs autres de la fosse 1 et 1 S (9 fragments), appartiennent sans doute à des vases hauts fermés. Un bord de la fosse 4 (fig.101, no 21) suggère une écuelle. Un bord de la fosse 5 (fig.107, no 1) appartient sans doute à un vase de type 1311 ou 1511. Deux bords de la fosse 6 (fig. 111, nos 47 et 48) appartiennent sans doute respectivement à une forme haute fermée et à une coupe basse (type 4113 ?). Deux tessons de panse décorés de la fosse 9 sont sans doute des fragments de vases hauts fermés (fig. 115, nos 5 et 6). Enfin, un fragment de bord (ch. 3 fossé no 1’) semble appartenir à une jatte proche du type 3213 ; la surface externe est recouverte d’une peinture épaisse rouge foncé (fig. 117, no 13).

Analyse des décors

360Un comptage des vases décorés met grossièrement en évidence le rapport entre les deux grandes catégories de décors : les deux tiers des vases présentent un décor géométrique, le tiers restant comportant un décor zoomorphe. Cette répartition est cependant toute relative dans la mesure où un nombre non négligeable de tessons a perdu toute trace de décor. Chaque type de décor est associé à des formes de vases précises : le décor zoomorphe ne se retrouve que sur les types 1511 et 4131, comme sur les sites de Roanne (Bessou 1976) et Goincet (Vaginay 1984) ; en revanche le décor géométrique se retrouve surtout sur le type 1311, mais existe aussi sur les types 1511 et 1321.

361La fig. 63 établit la synthèse des différents décors présents sur le site de Feurs, complétés le cas échéant par des découvertes étrangères au site. Les profils utilisés sont conventionnels et simplement destinés à évoquer la forme à laquelle chaque décor est habituellement associé et l’emplacement du décor sur le vase. L’observation des nombreux fragments de céramique peinte disponibles sur les divers sites du pays ségusiave montre que le décor est toujours composé en deux parties : un décor principal (motifs géométriques ou zoomorphes) encadré par divers éléments que nous considérons comme secondaires.

Fig. 63 – Tableau typologique des décors peints en association avec les types de vases. – 0. Décors secondaires – 1 à 8. Types de décors géométriques – 9. Types de décors zoomorphes.

Décors secondaires

362Ils sont constitués de deux bandeaux horizontaux encadrant le décor principal sur le col et à la base de la panse du vase ; ces bandeaux sont le plus souvent peints en rouge et peuvent comporter divers décors ; il s’agit le plus souvent de stries brunes horizontales (0‑1 : 15 cas), mais aussi plus rarement d’un motif d’échelle horizontale (0‑2 : 1 cas) ou encore d’un damier sur le col (0‑3 : 6 cas) associé à d’épaisses hachures verticales sur le fond. Ce dernier type de composition est toujours associé aux types 1311 ou 1511. Le décor du ressaut du type 1321 peut aussi être considéré comme un ornement secondaire, d’autant plus qu’il suit toujours le même schéma. Le motif utilisé dérive de la frise de poste (variante ‑a absente à Feurs mais présente sur le site de la Celle‑Saint‑Martin ; cf. Sanial1979) et se présente le plus souvent comme une série de virgules (variante ‑b) ou parfois sous une forme plus complexe (variantes ‑c et ‑d).

Décors géométriques

363Nous les avons regroupés en fonction des lignes maîtresses de leur composition plutôt que suivant leurs motifs qui sont peu nombreux et moins discriminants puisque mis en place après ces lignes, en guise de remplissage. Le classement est fonction de la complexité croissante de la composition : lignes horizontales (type 1), verticales (type 2), obliques (type 3) ; damier (type 4) ; lignes obliques sécantes déterminant des losanges (type 5) ou opposées délimitant des triangles (type 6) ; frise de parallélépipèdes inclinés (type 7).

364Ces décors forment une série remarquable par la richesse des solutions adoptées. A Manching (Maier 1970), les décors sont toujours construits suivant des lignes horizontales ou verticales, ou des damiers. A Bâle (Furger‑Gunti 1979 ; 1980), les décors purement géométriques sont parfois organisés suivant des triangles ou des losanges, mais jamais suivant le type 7 de Feurs. L’abondance de ces décors sur le site, qui ne se retrouve pour l’instant sur aucun autre site régional (même pas à Roanne) suggère qu’il s’agit en majeure partie d’une production locale.

365Afin de montrer un panorama plus complet des solutions décoratives attestées dans le département de la Loire, sur les sites contemporains de Feurs, nous avons rajouté à la fig. 63 un type de décor (no 8) connu à un seul exemplaire à Roanne (Bessou 1976). Il s’agit d’un décor ponctué exécuté en réserve sur fond blanc, et qui trouve des correspondances exactes à Bâle (Furger‑Gunti 1980 : pl. 113, no 1926).

366Les motifs eux‑mêmes sont peu nombreux et se retrouvent tels quels à Bâle par exemple, pour ne mentionner qu’un site. Outre les remplissages exécutés au peigne (quadrillages, lignes ondées) (fig. 64, no 1) des motifs plus particuliers comme le chevron (cf. 1‑5) ou le croissant de luney ont leur pendant (Furger‑Gunti 1980 : pl. 132 et 148), ou encore le triangle à côtés crénelés (Furger‑Gunti 1979 : pl. 4, no 40). Toutefois à Feurs sont absents les décors curvilignes de Bâle (Furger‑Gunti 1980 : pl. 102, 104, 127 ; Furger‑Gunti 1979 : pl. 4, no 40) qui forment un groupe homogène, utilisant le même procédé de construction.

Fig. 64 – Décors géométriques et zoomorphes sur céramique peinte. – 1. Fosse 4 : vase type 1311 à décor géométrique type 6‑1 (cf. fig. 100, no 2) (éch. 1/3 env.) – 2. Ch. 3 fosse 7 : vase type 1511 à décor zoomorphe type 9‑2 (cf. fig. 117, no 12) (éch. 2/3 env.) – 3. Ch. 1 div. : vase type 1511 à décor zoomorphe type 9‑4 (cf. fig. 118, no 11) (éch. 1/1).

367Une mention particulière doit être faite pour le décor de type 7‑3 qui préfigure d’une certaine manière l’ornementation des bols de type Roanne, même si sur ces derniers le répertoire est augmenté de motifs nouveaux, parfois d’origine méditerranéenne (feuille de lierre...) comme l’a montré F. Maier (Maier 1970), alors que les motifs plus anciens (au peigne...) disparaissent pour la plupart.

Décors zoomorphes

368Deux études complémentaires devant aborder ce sujet dans le cadre plus large du département de la Loire –l’une portant sur l’analyse chimique des pâtes et la recherche d’éventuels groupes de production (Guichard, à paraître), l’autre consacrée à une analyse stylistique de ces décors et leur intégration parmi les autres témoignages de représentations figurées de la fin du second âge du Fer (Guichard 1987)–, nous nous bornerons ici à de brèves remarques d’ensemble.

369La fouille des divers secteurs de l’habitat gaulois de Feurs enrichit notablement la série de céramique peinte à décor zoomorphe du département de la Loire. Toujours exécutés selon la technique particulière du décor réservé ‑laissant apparaître le motif principal en négatif sur le fond plus sombre ‑les vases peints à décor figuré peuvent être classés en quatre groupes stylistiques, ne laissant isolés que quelques rares fragments (tesson no de la fosse 1 et Bessou 1976 : pl. 27, no 2).

3709‑1 : groupe caractérisé par un décor de frise continue utilisant un remplissage quadrillé sur fond blanc ou rouge, connu à Goincet (Vaginay 1984 : pl. 14, no 1) et à Roanne (Périchon 1970). Il est apparemment toujours associé au vase de type 1511 et à un décor secondaire de type 0‑1. Il n’est représenté à Feurs que par un petit fragment (fosse 6, fig. 111, no 44).

3719‑2 : décor, sur fond blanc ou rouge, en métopes limitées par un motif d’échelle verticale, représentant dans la partie supérieure un motif de lyre sur fond brun en aplat. Ce type de décor est le plus fréquent (fig. 64, no 2). On le retrouve à Goincet (Vaginay 1984 : pl. 14, no 2 ; et un fragment inédit), à Roanne (Bessou 1976 : pl. 26, no 3) et à Feurs en plusieurs exemplaires (fosse 1, fig. 82, no 8 ; fosse 2, fig. 87, nos 7 et 9 ; fosse 3, fig. 88, no 24 ; fosse 6, fig. 111, no 34 ; ch.3 fosse 7, fig. 117, no 12). Les fragments inédits de Goincet montrent que la lyre (qui apparaît nettement sur l’épaule du vase de la fosse 7 du chantier 3 de Feurs) peut représenter la ramure très disproportionnée du quadrupède qu’elle surmonte. Pour le vase de Roanne cependant, le bas du décor paraît plus stylisé. Ce type de décor est toujours associé au type 1511 et à un décor secondaire de type 0‑3.

3729‑3 : ce décor est caractérisé autant par le motif que par son support (type 4131, variante à ombilic), Une frise de petits quadrupèdes, tête à droite très stylisée, occupe la paroi interne de la coupe alors que la paroi externe présente une frise de rinceaux, eux aussi peints en réserve, le tout sur fond rouge, Le décor –intérieur et extérieur– est bordé de deux bandes de hachures verticales analogues à celles du décor secondaire 0‑ 3, Le seul exemplaire complet provient de Goincet (inédit), Son ombilic est peint en rouge à l’intérieur et devait aussi comporter un décor, Ce type est aussi connu à Roanne (Bessou 1976 : pl. 32, no 1) et à Feurs par quelques fragments seulement (fosse 6, fig. 111, nos 45 et 46),

3739‑4 : ce décor est sans conteste le plus élaboré, le plus surchargé et celui qui suppose le plus d’habileté de la part de l’artiste, Bien qu’aucun vase ne soit complet, l’étude des divers fragments connus (fosse 4, fig. 101, no 2 ; fosse 5, fig. 107, no 3 ; ch. 1 div., fig. 118, no 11) permet de proposer une reconstitution d’une partie importante du décor, totalement exécuté en réserve sur fond blanc : la partie centrale de ce décor. est constituée d’une frise de quadrupèdes tournés à droite, à la queue tombante et ourlée, au cou rejeté vers l’arrière ; ils devaient être au nombre de quatre ou cinq sur le pourtour du vase, Les flancs des animaux, laissés blancs, sont occupés par une volute prolongée par une ligne cillée, Entre les pattes, se développe un motif vraisemblablement d’inspiration animale, difficile à interpréter ; l’amorce d’un troisième motif animal (deux paires de pattes sont discernables) est visible au‑dessus de la croupe des quadrupèdes (fig. 64, no 3), Ce décor n’est connu que sur les sites de Feurs (vase de type 1511 et décor secondaire 0‑3) et de la Celle‑Saint‑Martin (inédit ; forme de vase inconnue, décor secondaire 0‑3), Sur Ge dernier site le vase semble être d’assez grande taille et le décor présente quelques différences de détail dans la composition,

374En dehors du département de la Loire les éléments de comparaison pour ces décors zoomorphes sont peu nombreux, Les rares exemplaires étudiés, très dispersés géographiquement, s’apparentent plutôt à notre type 9‑1. Il s’agit des vases d’Aulnat (Périchon 1975), de Bétheny (Demaison 1912), de Cernay‑les‑Reims (Bosteaux 1883) et des fragments de Genève (Paunier 1981), Toutefois, un fragment récemment découvert sur le mont Beuvray (rens. oral. J.‑P, Guillaumet) montre indubitablement un décor proche de ceux de style 9‑2, Dans tous les cas, les motifs peints témoignent de l’amalgame de sujets d’inspiration naturaliste (équidés, cervidés...) et d’ornements curvilignes (lyres...) dont la fonction est sûrement symbolique, De telles représentations animales ambiguës se retrouvent sur d’autres objets de la fin du second âge du Fer, notamment les monnaies,

Céramique fine tournée micacée

375Elle n’est que très faiblement représentée sur l’ensemble du site : seuls quatre céramiques ont pu être repérées, Trois d’entre elles sont d’un type difficilement indentifiable compte tenu de leur fragmentation,

  • Un fragment de lèvre de la fosse 1 se e bien appartenir à une forme ouverte (fosse 1, non dessiné),

  • Un fond provenant de la fosse 1 sup., à pied annulaire moyen, ressemble d’assez près aux fonds des formes basses ouvertes et plates, Les surfaces sont entièrement lissées et enduites de mica doré (muscovite) (non dessiné).

  • Un fragment plus conséquent provenant de la fosse 6 appartient vraisemblablement à la classe 2 : parois cylindriques, lèvre évasée arrondie, présence d’une baguette sur la panse, Seul l’extérieur est lissé et enduit de mica (fig. 111, no 52), L’intérieur est brut de tournage, Le diamètre à l’ouverture est de 14 cm, Des formes très proches existent en céramique peinte (notre type 2111) à Roanne dans la première période (Bessou 1976), Mais la forme générale du fragment rappelle aussi les vases‑supports en céramique fine lissée présentés précédemment.

  • Le seul type nettement identifiable provient de la fosse 4 : il s’agit d’un fragment de couvercle de type 623 à lèvre infléchie (fig. 101, n23), Le diamètre à l’ouverture est de 16 cm, Les surfaces sont lissées et micacées. Trois séries de deux stries concentriques ornent la face interne de ce couvercle,

376Les céramiques fines tournées à surface micacée ne semblent guère courantes sur les sites du second âge du Fer, A Roanne, elles sont pratiquement inexistantes, à quelques infimes fragments près, Seule la fosse de Goincet déjà mentionnée a livré une série de céramiques à parois enduites de fines paillettes de mica doré, Les formes semblent tout à fait étrangères au répertoire habituel du second âge du Fer régional : en particulier une œnochoé à bec tubulaire et une coupe carénée plate qui rappellent de très près les récipients de services à vin funéraires des tombes princières de la vallée du Rhin, tout en étant datées de façon évidemment très différente, L’enduit de mica semble bien, du moins dans ce cas, chercher à donner à la céramique l’aspect du bronze, Cette technique sera souvent reprise à l’époque romaine où des récipients imitant des formes métalliques (cruches en particulier) sont enduits de mica doré. Mais ce fait n’avait, à notre connaissance, encore jamais été constaté pour le second âge du Fer.

Jetons

377En complément de l’étude de l’ensemble de ces céramiques, il convient d’aborder la question des nombreuses rondelles taillées dans des fragments des diverses céramiques étudiées précédemment. La fréquence de ces rondelles est très variable d’un ensemble à l’autre, Sur l’ensemble du site de Feurs, la répartition par ensemble est la suivante : fosse 1 : 27 ex, ; 1 S : 13 ex, ; 2 : 6 ex, ; 4 : 2 ex, ; 7 : 12 ex, ; 9 : 4 ex, Par ailleurs, l’ensemble des niveaux d’occupation en a livré une quinzaine en tout.

378Ces rondelles sont taillées dans tous les types de céramiques indigènes : sur un total de 157 rondelles, 1 sont en céramique non tournée et 76 en céramique tournée, Leur découpe est souvent assez grossière et elles sont rarement parfaitement circulaires ; leur taille est variable, allant de 1 cm à 5 cm environ de diamètre moyen, La majorité d’entre elles (134 ex, sur 157) se situe entre 2,2 et 3,8 cm, avec une moyenne de exemplaires pour chaque intervalle de 1 mm, sauf pour la taille de 2,6 cm qui rassemble à elle seule 16 exemplaires,

379La présence à Feurs de jetons ainsi taillés dans des fragments de vases n’est pas une exception dans le cadre régional : la fosse de Goincet étudiée récemment en avait livré un nombre important ; les fosses du site de Roanne en livrent toujours quelques‑unes, Plus largement, ces jetons sont fréquents sur de nombreux sites du second âge du Fer : Bâle... Quant à leur répartition sur le site, leur concentration importante dans certaines fosses (no 4 par ex.) ou leur absence dans d’autres (fosses 5 et 6) reste difficile à expliquer. Il en va de même de leur fonction : s’agit‑il de pions à jouer ou de jetons pour des comptages ou des calculs, comme cela a souvent été suggéré ?

3.1.3.4. Conclusion

La chronologie relative

380Le nombre important de céramiques indigènes (environ 1 000 vases identifiables dans les 10 ensembles clos) autorise un certain nombre de réflexions d’ordres chronologique, culturel et économique, que ne permettent guère les autres catégories de mobilier du fait de leur faible représentation.

381En premier lieu, c’est dans le domaine de la chronologie relative que l’examen de ces céramiques doit apporter des éléments intéressants puisque leur nombre et leur variété permettent de tenter une étude statistique. C’est en partie dans cette perspective que nous avons mis en place la méthode d’analyse descriptive et de classification présentée précédemment. En effet, comme nous l’avons vu dans le chapitre consacré à la description des structures, les relations stratigraphiques sont le plus souvent inexistantes, du moins pour les ensembles les plus riches. Les seules indications que nous possédons sont les suivantes :

  • la fosse 1S doit contenir du mobilier plus récent que la fosse 1 puisqu’il s’agit de deux remplissages successifs ;

  • la fosse 9 est plus ancienne que le fossé n o l’ du chantier 3 puisque ce dernier a recoupé son remplissage ;

  • la fosse 7 du chantier 3 est plus ancienne que le fossé no 2 du même chantier, puisqu’elle est recoupée par lui ;

  • le fossé no 2 du chantier 3 contient deux remplissages successifs.

382Mais le caractère très inégal de l’échantillonnage mobilier livré par ces structures rend ces recoupements stratigraphiques peu utilisables : le fossé no 1’, le fossé no 2 et la fosse 7 du chantier 3 contiennent si peu de mobilier qu’ils n’ont pas été étudiés isolément comme ensembles clos. La seule indication stratigraphique qui soit réellement opérante pour les trois chantiers est l’antériorité de tous les ensembles étudiés (ensembles 1 à 9) par rapport au niveau d’occupation qui les recouvre (niveau dont le mobilier le plus caractéristique a été présenté dans le premier chapitre, ainsi que sur la fig. 119 pour les importations).

383A cause de cette carence, il est nécessaire de chercher à reconnaître la succession des ensembles étudiés d’après les objets qu’ils contiennent, après avoir déduit des quelques indications stratigraphiques que ces ensembles ne sont pas tous contemporains. Toutes les classifications chronologiques proposées pour le second âge du Fer depuis un siècle reposent sur ce principe. Mais les méthodes et techniques employées sont très diverses.

384Le système le plus classique et le plus ancien est celui des fossiles directeurs. Il pose de nombreux problèmes, en particulier pour la fin du second âge du Fer. Le métal et les importations ont été le plus souvent utilisés. Mais ils sont généralement trop peu abondants sur les sites pour être réellement significatifs à eux seuls. Quant à la céramique indigène, elle est encore bien mal connue et son abondance rend son dépouillement fastidieux et complexe, de sorte qu’elle n’a été que très rarement étudiée dans cette perspective. D’autre part, les fossiles directeurs sont le plus souvent établis de manière très englobante, sans réellement tenir compte de la notion de faciès régional ni des aléas commerciaux. Enfin, ces recherches n’ont concerné que très peu de sites d’habitats, si bien qu’il n’existe aujourd’hui aucune étude de céramique indigène d’habitat qui puisse servir de référence pour Feurs. Les faciès culturels sont à ce point éloignés (la céramique de Bâle ou de Manching, par exemple, est très différente de celle de Feurs) que les comparaisons sont pratiquement impossibles. Comme la stratigraphie, les fossiles directeurs ne peuvent donc intervenir que comme moyen de vérification à posteriori.

385L’autre système le plus employé est celui des phases ou « horizons » caractérisées par la présence simultanée d’un certain nombre d’objets spécifiques. Mais si cette technique a l’avantage de fournir des points de repères commodes, elle aboutit vite aussi à la constitution d’un cadre rigide où les phases sont conçues comme des ensembles fermés et où le déroulement continu de l’histoire est perdu de vue. Ce fait est particulièrement évident au ier s. av. n. è. avec le problème de la conquête césarienne et « l’obsession » quasi constante de l’ancrage historique de chaque site par rapport à l’événement. Nous ne manquerons cependant pas de faire référence chaque fois que cela sera possible aux études menées dans ce sens, lorsque les mobiliers seront comparables : en particulier le travail de Bessou à Roanne sera largement utilisé, malgré certaines imprécisions que nous relèverons (Bessou 1976).

386La troisième technique, qui n’a été appliquée que récemment en archéologie, est celle de la sériation. Ses contraintes sont nombreuses et comme les précédentes, elle possède ses limites, mais elle offre des possibilités intéressantes. L’idée de base de la sériation repose en effet sur la double hypothèse suivante : « un type d’objet n’apparaît que durant une période continue dans le temps et le nombre d’exemplaires recensés de son apparition à sa disparition suit alors une courbe en forme de cloche » (Leredde 1980 : 60). Le propos de la sériation va donc être de tenter « de mettre en évidence des enchaînements chronologiques en s’appuyant sur des variations dans les décomptes des objets ou en observant simplement leur présence et leur absence » (Leredde 1980 : 80). La première contrainte inhérente à la sériation est de ne permettre d’ordonner que des ensembles dont la population est statistiquement valable, puisque le principe est de mettre en évidence des éléments caractéristiques de la culture matérielle, que le point de vue choisi soit chronologique ou culturel. Par là même se trouvent définies les autres conditions : les ensembles doivent être de la même sorte (on ne peut sérier ensemble des mobiliers d’habitat et de nécropole) et être issus d’une même tradition culturelle et d’une même aire géographique, si l’on cherche d’abord à cerner les problèmes de chronologie.

387Parmi les différentes techniques de sériation utilisées en archéologie pour la détermination des phénomènes évolutifs, l’analyse factorielle des correspondances semble particulièrement bien adaptée. Le point de départ est fourni par un tableau d’incidence ; dans notre cas il s’agit d’un tableau de présence/absence de divers critères dans chaque ensemble qui constitue un individu. L’analyse vise à rassembler sur un graphe la plus grande partie possible de l’information contenue dans le tableau, en s’attachant aux correspondances entre les caractères. L’étude du nuage de points obtenu par cette analyse permet l’interprétation du graphe : la proximité de deux points, celle d’un axe et d’un point, ont en effet une signification précise et permettent de visualiser le degré de proximité des différents individus et caractères étudiés. La forme du nuage de points a aussi de l’importance. Lorsque la forme générale est celle d’un croissant s’enroulant autour du centre de gravité (point de croisement des axes) c’est l’indice d’un phénomène sériel : des deux axes, l’un oppose les extrêmes alors que l’autre oppose les individus moyens aux deux extrêmes.

388Cette technique a été appliquée avec succès à l’étude du mobilier de nécropoles (Münsingen en est l’exemple le plus célèbre pour le second âge du Fer), mais elle n’a encore guère été utilisée pour classer des séries provenant d’habitats, du moins pour la période qui nous intéresse. Elle nous semble toutefois être la plus apte à mettre en évidence une évolution chronologique au sein de l’ensemble des céramiques indigènes de Feurs, dans la mesure où le corpus répond aux conditions imposées par la méthode et où seule une technique de réduction des données et de classification automatique permet de traiter le grand nombre de caractères en présence. » convient en outre de mentionner que cette technique n’a pas été expérimentée pour le seul site de Feurs. Elle a d’abord été mise en place pour confirmer et affiner la chronologie relative des mobiliers céramiques roannais, élaborée de manière empirique (Vaginay – en cours). Les résultats tout à fait encourageants et cohérents obtenus à cette occasion nous ont incités à en renouveler l’expérimentation sur le site de Feurs. Ce dernier est en effet situé dans le même contexte chronologique et culturel que le site de Roanne, et comme lui il s’agit d’un habitat. C’est pour ces raisons que nous n’insisterons pas ici sur le problème du choix de cette technique et des critères retenus, que nous avons largement débattus dans le cadre du travail sur Roanne.

389La céramique indigène étant la seule catégorie de mobilier dont l’échantillonnage soit suffisamment large sur l’ensemble du site, nous avons choisi de limiter à elle l’étude statistique destinée à mettre en évidence une chronologie relative. Les autres catégories de mobilier serviront ensuite, au même titre que la stratigraphie, à vérifier la validité de la chronologie ainsi obtenue.

L’analyse par sériation

390La première question à résoudre pour la mise en œuvre de la sériation est celle de la sélection des critères à retenir. Notre classement des céramiques ayant été élaboré en partie afin de permettre une exploitation statistique orientée vers la mise en évidence d’une chronologie, c’est avant tout sur l’ensemble des types identifiés que portera l’analyse. Le principe même de l’analyse factorielle étant de réduire les données de départ, il serait en effet vain de vouloir procéder à une première réduction qui serait nécessairement fondée sur des à priori non vérifiés concernant la valeur chronologique des critères. D’autre part, contrairement à certaines idées développées récemment (Rozoy 1981), le fait qu’un caractère ne figure que dans un seul ensemble ne nous paraît pas être un motif suffisant pour le rejeter : la présence dans un ensemble d’une série de caractères absents de tous les autres ensembles a au moins autant de signification dans le cadre de l’analyse factorielle que sa présence dans plusieurs ensembles.

391Par contre, le choix de caractères homogènes nous paraît beaucoup plus important. Dans cette perspective, la méthode de classement des céramiques retenue ici nous semble garantir cette homogénéité : les critères sont tous morphologiques et exclusifs. Quelques rares catégories seulement seront éliminées :

  • les vases de types non identifiables en céramique non tournée et tournée fine lissée, dans la mesure où ils ne constituent pas des types clairement identifiés et où ils sont présents dans tous les ensembles ;

  • les faisselles qui ne sont représentées que par deux fragments infimes et les vases‑supports (2 ex.) dans la mesure où ils constituent des mobiliers très marginaux au sein du corpus et plus largement dans les mobiliers du second âge du Fer ;

  • enfin, les céramiques micacées fines tournées ont été regroupées en une seule variable (types non identifiés et couvercles).

392A la liste de tous les types recensés sur le site de Feurs (nos 1 à 5), exceptés ceux mentionnés ci‑dessus, nous avons ajouté les principaux types de décors sur céramique fine tournée. Ces derniers sont en effet souvent utilisés comme critères chronologiques et de ce fait il nous a semblé important de les situer par rapport aux types de vases eux‑mêmes. Par contre les décors sur céramique non tournée n’ont pas été pris en compte car l’étude de leur répartition dans les divers ensembles montre à l’évidence qu’elle répond pour l’essentiel à des phénomènes autres que purement chronologiques (modes de production...) ; de plus, rares sont les travaux qui tirent un parti chronologique des décors sur céramiques grossières non tournées. Pour ce qui est du problème de l’homogénéité de ces critères avec les précédents et de leur risque de fausser l’analyse, on doit noter que dans les deux cas il s’agit de critères purement morphologiques ; d’autre part deux essais successifs d’analyse factorielle, l’un avec uniquement les 5 types de vases, l’autre en y adjoignant les décors, ont abouti à des résultats comparables, nous montrant ainsi la compatibilité des deux séries de critères.

393Pour l’identification des numéros des critères nous renvoyons à la fig. 66 (tableau ordonné) qui établit la correspondance avec les types de vases, et à la liste suivante pour les quinze types de décors retenus :

  • no 86 : décor ondé au peigne sur céramique tournée

  • no 87 : estampage type Aa (vases classes 4 et 5)

  • no 88 : estampage type Ab (vases classes 4 et 5)

  • no 89 : estampage type Ac (vases classes 4 et 5)

  • no 90 : estampage type B (vases classes 4 et 5)

  • no 91 : estampage type C (vases classes 4 et 5)

  • no 92 : estampage type Da (vases classes 4 et 5)

  • no 93 : estampage type Db (vases classes 4 et 5)

  • no 94 : estampage type E (vases classes 4 et 5)

  • no 95 : décor peint zoomorphe type 9‑1

  • no 96 : décor peint zoomorphe type 9‑2

  • no 97 : décor peint zoomorphe type 9‑3

  • no 98 : décor peint zoomorphe type 9‑4

  • no 99 : estampage sur vases tournés (classe 1)

  • no 100 : décor lissé sur vases tournés (classe 1)

394L’ensemble des 100 critères ainsi déterminés (5 types de vases et 15 types de décors) est traité dans un tableau d’incidence où les colonnes représentent les ensembles étudiés, et les lignes ces 100 critères. Ce tableau fait ensuite l’objet d’un traitement informatique par le biais d’un logiciel d’analyse de données fonctionnant sur micro‑ordinateur Apple 2. Ce logiciel permet l’analyse statistique de tableaux rectangulaires de données, par analyse factorielle des correspondances et classification ascendante hiérarchique.

395Le graphe de la fig. 65 contient les résultats de cette analyse factorielle, qu’il convient de commenter et d’interpréter. Ce graphe livre tout d’abord la position des différents ensembles sur les deux premiers axes factoriels déterminés par l’ensemble des variables actives : bien que leur répartition ne soit pas parfaitement parabolique (le nombre d’ensembles est insuffisant et l’échantillonnage qu’ils contiennent n’est pas quantitativement homogène), il est clair qu’un cheminement se dessine depuis la fosse 1 jusqu’à la fosse 6, suggérant ainsi un ordre chronologique. Sans doute n’est‑il pas possible à partir de ces seules observations de déterminer si le point de départ (fosse la plus ancienne) se situe à la fosse 1 ou la fosse 6. A un premier niveau cependant, le retour à l’observation de la stratigraphie suggère l’hypothèse que c’est la fosse 1 qui est la plus ancienne dans la mesure où la fosse suivante est la fosse 1S qui constitue son deuxième remplissage. Mais c’est la confrontation avec la position des critères sur le graphe, ainsi que l’ancrage chronologique des critères par référence à d’autres sites, qui devront apporter confirmation. Tout au plus doit‑on se borner ici aux remarques suivantes :

  • les fosses 1 et 6 sont les plus éloignées ;

  • la fosse 1 S est la plus proche de la fosse 1, mais se rattache surtout à un groupe de quatre autres fosses : nos 2,3,7,8 ;

  • les fosses 9, 5, 4 constituent un autre groupe pas très éloigné du précédent mais tendant nettement vers la fosse 6.

Fig. 65 – Graphique de l’analyse factorielle des correspondances. Position des critères sur les deux premiers axes factoriels ; ronds noirs les critères ; carrés blancs les fosses.

396La position des critères sur le même graphe traduit d’une autre manière ces observations. En haut à gauche se trouvent les 12 critères spécifiques de la fosse 1 et en bas à gauche les 13 de la fosse 6. Au centre de la courbe, avoisinant le point de croisement des axes, ·se trouvent les critères les moins discriminants car présents dans un grand nombre d’ensembles ou dans des ensembles éloignés (le no 50 par exemple est présent à la fois dans les fosses 4 et 8).

397Le tableau de la fig. 66, qui est le produit de l’ordonnancement des fosses (colonnes) et des critères (lignes) sur les deux premiers axes de l’analyse factorielle précédente, montre clairement la répartition des critères entre les ensembles. Les groupes de fosses mis en évidence apparaissent nettement ici :

  • fosse 1 : 12 critères exclusifs ;

  • fosses 1S, 2, 3, 7, 8 : 5 critères exclusifs ; 7 critères ne sont en liaison qu’avec la fosse 1 ; 10 critères ne sont en liaison qu’avec le groupe suivant ; 22 critères sont en liaison avec les deux autres groupes ;

  • fosses 9, 5, 4, 6 : 39 critères exclusifs de ces quatre fosses, dont 11 propres à la fosse 4 et 13 propres à la fosse 6.

Fig. 66 – Présentation des critères et des ensembles dans l’ordre de l’analyse factorielle. Chaque no est précédé du type correspondant : N = non tournée ; D = demi‑fine tournée ; F = fine tournée ; P = peinte ; M = micacée.

398La classification ascendante hiérarchique effectuée sur les deux premiers facteurs de l’analyse factorielle précédente traduit de manière plus explicite ce découpage en trois groupes de fosses (fig. 67), tout en mettant en évidence le caractère assez marginal de la fosse 6. Cette fosse possède en effet 13 caractères propres mais également beaucoup de traits caractéristiques du groupe 3. Nous avions déjà noté la nature particulière du remplissage de cette fosse (mobilier très fragmenté, remplissage supérieur contenant du mobilier plus récent). La marginalité de cet ensemble traduit donc vraisemblablement une hétérogénéité du remplissage : à côté d’un mobilier, classable dans son ensemble, dans le groupe 3, apparaissent certains types nouveaux vraisemblablement plus récents. Plutôt que de définir un autre groupe avec cette seule fosse 6 (la plupart des critères qui lui sont propres correspondent à des types incomplets peu représentés), nous avons préféré la rattacher au groupe des fosses 4, 5 et 9, avec les réserves qui viennent d’être faites. De même pour les fosses 1S, 3, 7, 8, 9, leur attribution au groupe 2 ou 3 doit être considérée avec prudence, du fait du nombre limité de critères qu’elles contiennent et de leur répartition : ils sont en majorité présents dans les trois groupes. Tout au plus peut‑on noter les très faibles affinités des cinq fosses avec le groupe 1 ; par ailleurs, pour les quatre premières fosses, un ou deux critères au maximum ne sont en liaison qu’avec le groupe 3, alors qu’il y en a quatre pour la fosse 9.

Fig. 67 – Mise en évidence des groupes de fosses par classification ascendante hiérarchique après projection sur le plan défini par les deux premiers axes de l’analyse factorielle.

399Mais si l’analyse de ces divers graphes et tableaux met en lumière des groupes de fosses et des ensembles de critères qui leur sont associés, si le classement obtenu par l’analyse factorielle semble bien suggérer une évolution chronologique, il convient maintenant de vérifier la validité de ces interprétations. Comme nous l’avons vu précédemment, la stratigraphie nous permet simplement d’établir l’antériorité de la fosse 1 sur la fosse 1S. Seule une étude statistique complémentaire (variation du pourcentage des critères les mieux représentés sur l’ensemble du site) et la comparaison avec d’autres sites, nous permettront de cerner la valeur chronologique des critères employés et de confirmer la chronologie relative ainsi suggérée.

400La variation de la représentation d’un critère sur une série d’ensembles est une méthode couramment employée pour mettre en évidence la chronologie relative d’un site : à Roanne par exemple, Bessou tire argument de la diminution du pourcentage des céramiques non tournées au profit des céramiques tournées pour suggérer une évolution chronologique (Bessou 1976). Et même si cette démarche mérite quelques nuances, elle est couramment admise dans ses grandes lignes (Furger‑Gunti 1980 : 74). Nous avons donc d’emblée retenu ce critère, ainsi qu’un certain nombre d’autres, dont la valeur chronologique est nettement attestée, soit au niveau régional, soit plus largement pour les habitats de la fin du second âge du Fer.

401L’étude de la variation des paramètres quantitatifs nécessite de prendre en compte des ensembles suffisamment conséquents. C’est pourquoi nous avons choisi de ne retenir ici que les ensembles les plus riches : les fosses 1, 2, 4, 6 qui regroupent la plus large part du corpus céramique (près de 75 % des vases indigènes du site de Feurs). Pour les mêmes raisons nous avons également rassemblé certains critères en catégories plus larges. Le tableau de la fig. 68 donne pour ces quatre fosses les pourcentages calculés par rapport au nombre total de vases indigènes identifiés sur le site. Huit critères ont donc été retenus : quatre concernent les catégories de céramiques (non tournée, tournée demi‑fine, tournée fine lissée, peinte) et quatre sont morphologiques, regroupant environ 50 % des vases identifiables.

Fig. 68 – Evolution de la représentation (en %) de huit catégories de céramiques dans les quatre principales fosses. Catégories : 1 = céramique non tournée ; 2 = demi‑fine tournée ; 3 = fine tournée lissée ; 4 = peinte ; 5 = types 4111‑4116 non tournés ; 6 = type 5111 non tourné ; 7 = types 5111‑5113 tournés fins lissés ; types 4131 et 5121 tournés fins lissés.

402Les chiffres de la fig. 68 vont dans le même sens que les analyses précédentes :

  • la fosse 1 se détache nettement par les critères 1, 3, 6, : fort pourcentage de céramique non tournée ; peu d’écuelles profondes non tournées (types 4111‑6) ; fort pourcentage d’écuelles non tournées type 5111 ; absence quasi totale d’imitations de céramique campanienne (types 4131 et 5121) ;

  • la fosse 2 se rattache à la fosse 1 par les critères 2 et 6 : très peu de céramique demi‑fine et beaucoup d’écuelles non tournées type 5111 ; ces dernières sont cependant moins abondantes que dans la fosse 1 ; cette fosse 2 se rattache aussi aux fosses 4 et 6 par les critères 1, 3, 5, 7, : mais si dans trois cas les chiffres sont fort voisins (cér. fine lissée, écuelles profondes types 4111‑6 et écuelles tournées types 5111‑3), dans les deux autres cas un écart est sensible : plus de céramique grossière et d’imitations de campanienne ;

  • les fosses 4 et 6 semblent très proches l’une de l’autre : même pourcentage de céramique demi‑fine ; proportions voisines pour la céramique grossière, la céramique fine lissée et les écuelles tournées types 5111‑3 ; pourcentages assez proches pour les écuelles profondes types
    4111‑6, les écuelles non tournées type 5111 et les imitations de campanienne.

403Nous avons évoqué plus haut la question de l’évolution de la proportion de céramiques grossières non tournées : selon ce point de vue, la fosse 1 se détache très nettement des trois autres et leur est antérieure puisqu’elle en comporte le plus fort pourcentage (71 %). Par contre ce critère n’est pas suffisant pour distinguer une évolution des fosses 2 à 4 puisque les chiffres y sont très voisins (42 à 4 %). Découlant de la valeur chronologique de ce premier critère, celle des deux suivants va de soi. Ces critères n’ont à intervenir qu’à titre de contrôle : les pourcentages de la fosse 1 sont effectivement très inférieurs à ceux des autres fosses ; mais la céramique demi‑fine apporte un élément supplémentaire : elle met en relief la proximité des fosses 1 et 2 par rapport aux fosses 4 et 6, et du même coup l’antériorité de la fosse 2 sur celles‑ci. Enfin ces trois critères mettent en lumière la proximité des fosses 4 et 6. Le seul critère technique retenu qui ne soit pas significatif est donc la céramique peinte puisque les pourcentages sont très voisins dans les quatre ensembles : entre 5 et %. Compte tenu de l’utilisation fréquente de la variation de la représentation de cette catégorie de céramique comme argument chronologique (à Bâle par exemple : Furger‑Gunti 1979), il nous a semblé utile de montrer que dans le cas de Feurs ce critère est totalement inopérant pour distinguer les différentes phases de l’occupation.

404L’étude de la variation des quatre ensembles de types céramiques confirme pleinement les observations faites à partir des catégories techniques. Ces quatre critères ont été choisis pour trois motifs essentiels : ils sont présents dans la majorité des fosses du site ; leur représentation offre de fortes variations d’un ensemble à l’autre ; enfin, ils ont déjà été par ailleurs reconnus comme de bons « indicateurs » chronologiques pour la fin de l’âge du Fer. Ainsi à Bâle, les écuelles (Näpfe) sont plus abondantes à l’Usine à Gaz que sur la colline (Furger‑Gunti 1979 : fig. 45). Plus précisément, à Roanne les écuelles fines tournées (nos types 5111‑3) sont peu abondantes dans la première période, deviennent fréquentes dans la seconde et disparaissent à la troisième (Bessou 1976 : 47). Pour ce qui est des imitations de campanienne, une étude récente effectuée essentiellement à partir des découvertes roannaises, complétée par les premiers éléments de Feurs, a montré une nette évolution dans la représentation de ces formes de céramique durant toute La Tène finale (Vaginay 1983) : les types 4131 et 5121 en particulier sont bien représentés durant la période 1 de Bessou mais décroissent régulièrement pour disparaître à la période 3. Par ailleurs, l’étude récente d’un ensemble de Goincet a montré qu’antérieurement à la période 1 de Roanne, ces céramiques n’étaient que très faiblement représentées : le type 4131 est absent et le type 5121 n’est présent qu’à un seul exemplaire dans une fosse contenant 275 vases identifiés (Vaginay 1984).

405La combinaison des indications livrées par ces huit critères confirme donc pleinement la présence et le sens de l’évolution pressentie à partir des analyses statistiques précédentes :

  • la fosse 1 est la plus ancienne et se situe nettement à part ;

  • la fosse 2 a des parentés avec la fosse 1 et avec les fosses 4 et 6 ; elle se situe entre ces deux groupes ;

  • les fosses 4 et 6 forment un seul groupe qu’il n’est guère possible de subdiviser, et sont plus récentes que les deux précédentes.

406La confrontation de ces conclusions avec les indications chronologiques que peut fournir l’ensemble du mobilier de Feurs par comparaison avec les autres ensembles régionaux déjà cités (Roanne et Goincet) permet de préciser cette chronologie relative et de la situer par rapport aux chronologies déjà établies.

407Dans l’étude de la fosse de Goincet, nous avions souligné le fait que cet ensemble ne trouvait que peu de comparaisons avec le faciès régional du Ier s. av. n. è. tel qu’il est défini à partir des découvertes de Roanne (Bessou 1976), et qu’il lui était nécessairement antérieur. Et même s’il convient aujourd’hui de revenir en partie sur la valeur chronologique de certains arguments avancés (en particulier la forte proportion de céramique fine tournée qui semble bien en définitive devoir être mise au compte d’une sélection volontaire du mobilier de la fosse), cette attribution nous paraît tout à fait justifiée (Vaginay 1984). Or, les principaux points de comparaison pour le mobilier de l’ensemble 1 de Feurs se trouvent dans la fosse de Goincet et nulle part ailleurs (cf. les descriptions § 3.1.3.3. : en particulier pour les types 3213, 5114, certains motifs estampés) : ce fait nous incite donc à situer la fosse 1 de Feurs très près de la fosse de Goincet et avant la période 1 de Roanne.

408La fosse 2, au contraire, trouve de nombreux points de comparaison avec les mobiliers les plus caractéristiques de la période 1 de Roanne : fort pourcentage d’imitations de campanienne, d’écuelles non tournées type 5111 ; le plus fort pourcentage de vases peints de type 1511 se trouve aussi dans cette fosse ; des formes de vases et des types de décors typiques de la période 2 de Roanne sont absents de la fosse 2 de Feurs alors qu’ils sont présents ensuite (vase type 1114, décor ondé au peigne sur céramique fine lissée).

409Les fosses 4 et 6 trouvent des points de comparaison avec les périodes 1 et 2 de Roanne : avec la période 1, elles ont en particulier en commun les imitations de campanienne (types 4131 et 5121), bien que dans des proportions moindres que dans l’ensemble 2 ; elles se rattachent surtout à la période 2 de Roanne par les éléments mentionnés précédemment et qui sont absents jusqu’ici : type 1114 et décor ondé au peigne.

410Enfin, il convient de noter que les éléments caractéristiques des niveaux supérieurs de Feurs (cf. chapitre 1) sont absents des trois groupes de fosses précédents, alors qu’ils se retrouvent à partir de la fin de la période 2 de Roanne et surtout durant la période 3.

411L’analyse statistique de base effectuée sur les dix ensembles de Feurs, complétée par l’argumentation précédente sur les quatre ensembles les plus riches du site, nous conduit donc à adopter le principe d’une évolution chronologique à Feurs et l’ordre ainsi suggéré, que l’on peut résumer en quatre phases successives :

  • phase 1 : fosse 1 = fosse de Goincet (Vaginay 1984) ;

  • phase 2 : fosses 1S, 2, 3, 7, 8 = Roanne période 1 (Bessou 1976) ;

  • phase 3 : fosses 4, 5, 6, 9 transition Roanne 1/2 (Bessou 1976) ;

  • phase 4 : niv. sup. fin Roanne 2 et Roanne 3 (Bessou 1976).

412Il convient cependant de souligner que, si l’ordre ainsi proposé est indéniable pour les quatre fosses les plus importantes (fosses 1, 2, 4, 6), la répartition des autres fosses entre les phases 2 et 3 doit être prise avec une certaine prudence dans la mesure où la faiblesse de leur échantillonnage mobilier risque de fausser un peu leur faciès. Il n’en reste pas moins qu’elles se situent de manière tout à fait cohérente sur la représentation obtenue par l’analyse factorielle. D’autre part, les analyses de même type menées à Roanne sur des ensembles dont l’échantillonnage est aussi varié, aboutissent aussi à des résultats homogènes (Vaginay, thèse en cours).

Les céramiques indigènes de Feurs dans leur contexte régional

413La chronologie relative ainsi mise en place autorise un certain nombre d’observations d’ordre économique et culturel à partir de cet ensemble mobilier, ainsi que quelques comparaisons avec d’autres sites d’habitat de la fin de l’âge du Fer. Nous examinerons donc successivement ici sous cet angle les différentes catégories de céramique, dans l’ordre où elles ont été décrites : céramique non tournée, puis tournée demi‑fine, fine lissée, fine peinte et micacée.

La céramique non tournée

414D’une manière générale, l’ensemble des céramiques indigènes non tournées de Feurs se présente comme un groupe très homogène, tant par les pâtes que par les techniques de montage et de cuisson. Seul un fragment provenant de la fosse 1 offre une pâte nettement différente (urne type Besançon). Aucune évolution technique n’est discernable d’une phase à l’autre. Les seuls changements perceptibles concernent la représentation globale de cette catégorie (qui va de 71 % dans la phase 1 à 45 % environ dans les deux autres phases), la présence ou l’absence et la fréquence des divers types, ainsi que de certains décors.

415Les vases de la classe 1 sont pratiquement tous ovoïdes ; et si de nombreux types ont pu être individualisés, des regroupements peuvent être faits, montrant l’utilisation préférentielle de certaines formes durant certaines phases. Ainsi, alors que les vases à ouverture large sont répartis assez également, les vases à ouverture très large sont présents surtout dans la phase 1 (types 1212‑1234) et les vases à ouverture resserrée (types 1331‑1342) semblent plus typiques de la phase 3. Mais en dehors de son intérêt strictement chronologique, cette observation permet de déboucher sur la question des fonctions propres à ces vases à panse ovoïde. Tous les types 1111 à 1342 sont généralement appelés cc vases à cuire » ou « vases à provision », suivant leur taille. En fait, les différences morphologiques assez importantes entre ces types (tant du point de vue de la forme que de la finition) et l’évolution chronologique qui vient d’être soulignée, suggèrent que le problème est sans doute plus complexe. A Bâle déjà, les auteurs soulignaient la différenciation des fonctions des récipients en céramique à La Tène finale. Compte tenu de ces observations il nous semble donc impossible de réduire l’ensemble des types de vases ovoïdes de Feurs aux deux seules fonctions évoquées plus haut. Sans doute ces fonctions sont‑elles prépondérantes, du moins pour la première, car la taille de la plupart des vases est généralement inférieure à celle des vases communément appelés cc vases à provision ». Mais il faut aussi considérer que ces vases, même de taille modeste, ont pu servir au transport et à la commercialisation de diverses denrées dont il est aujourd’hui bien difficile d’apprécier la nature : la présence d’un quartier de porc en salaison dans un vase de cc type Besançon » à Bâle autorise à émettre de telles hypothèses. Pour ce qui concerne ces vases appelés cc urnes de Besançon » en effet, Feurs n’en a livré qu’un fragment. Or, ce type de récipient est bien représenté à Roanne dans des ensembles contemporains de ceux de Feurs. Si l’on admet l’hypothèse que ces récipients témoignent de la commercialisation de certains produits (salaisons 7) il ne semble pas aberrant de considérer que certains des vases de la classe 1 du site de Feurs ont pu avoir cette fonction.

416Touchant aussi au problème de stockage, il est intéressant de constater l’absence quasi totale de dolia nettement caractérisés : deux seuls fragments ont été individualisés sur le site et proviennent de la fosse 4 ; d’après la forme de la lèvre il s’agit de récipients tels qu’on les retrouve plus fréquemment ensuite à l’époque augustéenne. Cette même absence a été signalée aussi à Roanne où Bessou réserve le terme de dolium aux récipients de ce type qui apparaissent à l’époque gallo‑romaine (Bessou 1976 : 44).

417Hormis ces vases de « type Besançon » et les dolia, l’ensemble des récipients ovoïdes de Feurs se retrouve sur les autres sites régionaux, avec les mêmes caractères morphologiques. La fréquence des décors remarquée à Feurs s’y retrouve aussi. Les techniques employées sont les mêmes, bien que certaines variantes dans les décors soient discernables d’un site à l’autre, témoignant de l’aspect très local des productions. Le décor ponctuel incisé au peigne, par exemple, est très peu fréquent à Feurs alors qu’il est très répandu à Roanne ; inversement le décor incisé linéaire en arcatures est rare à Roanne. Aucune distinction chronologique nette ne peut être faite pour les types de décors, si ce n’est pour le décor plastique sur panse qui semble appartenir essentiellement à la phase 1. L’un des deux vases portant ce décor est d’ailleurs d’une forme particulière (type 1812) qui est absente des autres sites de la région : cette forme trouve par contre des comparaisons, avec le même mode de décor, dans des contextes plus anciens de l’âge du Fer en Picardie (Tène moyenne : Ferdière 1973). Faut‑il voir dans cette forme et ce décor une survivance d’un répertoire plus ancien ?

418Contrairement à la classe 1, les vases hauts ouverts (classe 2) sont très peu représentés à Feurs : seulement trois exemplaires pour deux types. Ce fait n’est pas propre au site puisque ces formes sont pratiquement absentes de tous les autres ensembles régionaux. Le faible échantillonnage de cette classe interdit par ailleurs de tirer toute conclusion concernant les attributions chronologiques.

419La classe 3 est aussi marginale puisqu’elle ne renferme que quinze vases répartis en six types identifiés. Les quatre premiers types évoquent des marmites, par comparaison avec des formes gallo‑romaines ; cette fonction semble confirmée par la présence de noir de fumée sur plusieurs fragments. Un exemplaire de forme très proche (type 3121) comporte d’ailleurs trois pieds, comme pour les marmites bien connues de l’époque romaine. Il convient de noter à ce propos que ce dernier type constitue une exception dans le répertoire céramique régional de la fin de l’âge du Fer : c’est le seul récipient à pieds excentrés de la région, qui soit antérieur à l’époque augustéenne. Cette forme n’est d’ailleurs guère plus courante sur les autres sites de Gaule interne : à Bâle par exemple, seuls quelques fragments apparaissent dans les niveaux augustéens de la Colline. Les quatre types à fond plat, par contre, sont bien connus sur les autres sites régionaux : Roanne en particulier a livré plusieurs exemplaires complets (Bessou 1976 : pl. 40, nos 3 à 7). Chronologiquement, l’ensemble de ces types de marmites semble très bien délimité à Feurs : ils ne sont présents que durant la phase 3. A Roanne par contre Bessou les fait apparaître dès la période 1. Mais ce léger décalage pourrait provenir de l’attribution erronée à ces types de deux fragments de vases provenant d’une fosse de la période 1 (Bessou 1976 : pl. 40, nos 1 et 2). Le dernier type de la classe 3 (3251) constitue une exception : il n’est présent à Feurs que dans la fosse 1 et est absent de tous les autres sites régionaux.

420La classe 4 est représentée essentiellement par des écuelles. Leur répartition chronologique semble assez uniforme, sauf pour deux types, d’ailleurs faiblement représentés : le type 4113 est absent de la phase 1 et le type 4114 ne se trouve que dans les phases 1 et 2. L’ensemble de ces divers types qui ne se distinguent d’ailleurs que par des variations morphologiques assez minimes, se retrouvent fréquemment sur les autres sites régionaux. A Goincet, plusieurs exemplaires sont très proches (Vaginay 1984 : fig. 6, nos 10 à 16). A Roanne, ces types sont abondants dès la première période (Bessou 1976 : pl. 41). La morphologie d’ensemble de ces écuelles est proche de celle des écuelles de la classe 5. Cependant, en dehors de leur profondeur qui les a fait ranger dans la classe 4, elles présentent deux autres différences notoires avec leurs homologues de la classe 5 : elles sont en moyenne d’une taille nettement supérieure et leur montage est beaucoup plus fruste : pâte généralement très grossière et finition médiocre (extérieur de la panse volontairement laissé rugueux). Ces éléments semblent donc indiquer que les fonctions de ces récipients sont différentes de celles des écuelles de la classe 5 : il pourrait s’agir de récipients destinés à aller au feu, comme le suggère la présence de deux paires de trous de suspension sous la lèvre de plusieurs exemplaires.

421Comme la classe 4, la classe 5 n’est représentée que par des écuelles. Les deux types de cette classe sont parmi les formes les plus fréquentes sur le site de Feurs, comme sur de nombreux autres habitats de la fin de l’âge du Fer. Comme l’a montré l’étude statistique, l’évolution de la fréquence du type 5111 constitue un bon indicateur chronologique. L’ensemble des écuelles de la classe 5 de Feurs a, par ailleurs, en commun avec les autres découvertes régionales, la présence quasi systématique d’un décor lissé sur la paroi interne. L’étude de la répartition des diamètres à l’ouverture a montré une grande homogénéité de la production durant toute l’occupation du site, suggérant du même coup des fonctions sans doute nettement délimitées pour ces deux types d’écuelles (types 5111 et 5113). Leur finition soignée, leur taille moyenne (intermédiaire entre les écuelles de la classe 4 et celles tournées de la classe 5) suggèrent qu’il s’agit vraisemblablement de « vaisselle de table », plutôt destinées au service. Mais leur profusion indique aussi, du moins pour les phases où elles sont les plus abondantes, que cette fonction n’était sans doute pas unique.

422Les couvercles (classe 6) sont dans l’ensemble peu fréquents à Feurs puisqu’en tout 34 exemplaires ont été répertoriés en céramique non tournée (et 3 ex. en céramique fine tournée). Leur répartition n’indique aucune évolution chronologique. Les deux types représentés sont tout à fait semblables à ceux livrés par les autres sites régionaux. Il convient cependant de noter que si les couvercles sont en petit nombre, cela ne signifie pas nécessairement que l’usage du couvercle, tant dans la cuisson des aliments que dans la protection des denrées stockées, n’était pas répandu : de nombreux autres modes de couverture ont pu être utilisés, depuis le chiffon tendu sur l’ouverture du vase et retenu par un lien sur le col, jusqu’au simple fragment de céramique réutilisé.

La céramique tournée

423Comme pour la céramique non tournée, aucune évolution n’est nettement perceptible dans les techniques de fabrication durant les trois premières phases de Feurs. Le seul changement se produit en effet avec l’apparition durant la phase 4 (niveaux supérieurs) d’un nouveau mode de cuisson (cuisson réductrice) ; plusieurs fragments de céramique des niveaux supérieurs présentent en effet une cuisson de ce type alors qu’elle est totalement absente auparavant. Cette même évolution a déjà été constatée à Roanne où les céramiques à cuisson réductrice ne se répandent que durant la période 3 (Vaginay 1983).

La céramique demi‑fine

424Il s’agit là d’un groupe de production très bien caractérisé, à la fois par le type de pâte et par le fait qu’une seule classe est concernée. Tous les récipients de cette catégorie sont des vases ovoïdes (types 1112, 1113, 1211, 1311). L’évolution de la représentation de la catégorie est confirmée par l’absence de deux types sur les quatre dans les phases 1 et 2. Les fonctions propres à ces récipients restent difficiles à apprécier : Au niveau régional, ce groupe de production ne semble guère dépasser le cadre strictement forézien : en effet si ces vases sont bien représentés à Goincet (Vaginay 1984 : fig. 7 et 8) ils sont pratiquement absents à Roanne. Seuls quelques rares exemplaires sont présentés par Bessou (Bessou 1976 : pl. 28, nos 4 et 5).

La céramique fine lissée

425C’est la catégorie la mieux représentée sur l’ensemble du site après la céramique non tournée puisqu’elle varie de 20 à 34 %.

426La classe 1 ne regroupe dans l’ensemble qu’un nombre limité de récipients : 39 vases de type identifiable, et 61 fragments de type indéterminé, soit au total moitié moins que de vases non tournés pour la même classe. Cette disproportion semble venir en partie de la faible représentation des vases hauts fermés en céramique fine dans les phases 1 et 2 : ils sont absents de la phase 2 à une exception près (fragment de type 1321) et ne sont présents dans la phase 1 que par quatre types partiels, d’ailleurs faiblement représentés (7 ex. pour 4 types). Tous les types nettement identifiables sont en effet concentrés dans la phase 3, et comme pour les céramiques non tournées et tournées demi‑fines, il s’agit en majorité de vases à panse ovoïde.

427Les types 1114 et 1131 sont très voisins et sont les plus fréquents ; en dehors de leur morphologie, ils se caractérisent par la présence quasi systématique d’un décor sur la panse : décor estampé pour le type 1114 et décor incisé simple ou ondé au peigne pour le type 1131. Si le premier n’est guère connu en dehors du site de Feurs, le deuxième au contraire, associé à ce décor ondé au peigne, est fréquent à Roanne à partir de la deuxième période (Bessou 1976). Ce type de décor persiste à la troisième période sur des formes proches ; on le retrouve d’ailleurs à Feurs dans les niveaux supérieurs (phase 4).

428Le type 1321 est lui aussi associé à un décor spécifique : le décor lissé composé de lignes horizontales droites ou ondées ; cette forme ne trouve pas d’équivalent sur les autres sites régionaux. Elle existe par contre en céramique peinte à Feurs.

429Le type 1521 est la seule forme de vase à panse élancée en dehors de la céramique peinte. Il n’est d’ailleurs représenté que dans une fosse ; cette forme, par ailleurs bien connue dans des régions plus septentrionales de la Gaule interne (Levroux par exemple : Buchsenschutz 1981) semble totalement étrangère au répertoire régional ; l’aspect de la pâte et l’allure générale de cette céramique (finition...) ne paraissent cependant pas indiquer qu’il s’agit là d’importations.

430Parmi les cinq types partiels, trois ne sont présents que dans la fosse 1 ; bien qu’ils soient très faiblement représentés, la comparaison avec les autres ensembles régionaux suggère que cette répartition n’est pas fortuite, du moins pour trois d’entre eux. En effet, les types 1004 et 1006 ne se retrouvent que dans la fosse de Goincet considérée comme pratiquement contemporaine de la phase 1 de Feurs (Vaginay 1984 : fig. 10, nos 2 à 4 ; fig. 11, nos 1 et 2). Le type 1005 par contre ne trouve guère de parallèle, si ce n’est sur le site même de Feurs, en céramique peinte. Il en va de même pour le type 1003 connu par un seul fragment de la fosse 4.

431La classe 3 est représentée uniquement par deux types de jattes carénées (3212 et 3213). Le premier type semble assez régulièrement réparti sur l’ensemble des fosses, bien qu’il apparaisse un peu plus fréquemment dans les phases 1 et 2. Ce fait n’est pas en contradiction avec les autres découvertes régionales puisqu’à Roanne en particulier, Bessou note que la jatte carénée est surtout caractéristique de la période 1 (Bessou 1976). Le deuxième type, bien que très peu représenté, est présent dans les seules phases 1 et 2 ; ce fait n’est sans doute pas fortuit puisque les seuls éléments de comparaison se situent dans la fosse de Goincet (Vaginay 1984 : fig. 13, nos 2‑4). Il convient cependant de remarquer que si ces formes de jattes carénées sont bien attestées à Feurs et plus largement, pour le premier type, sur l’ensemble des sites régionaux de la fin de l’âge du Fer, leur représentation semble en moyenne beaucoup plus faible que sur de nombreux autres sites celtiques : à Levroux par exemple elle atteint près de 20 % de l’ensemble de la céramique indigène (Buchsenschutz 1981) ; de même à Manching elle dépasse 30 % (pingel 1971). A Feurs les deux types ne constituent globalement que 2,5 % de l’ensemble des céramiques indigènes.

432La classe 4 est représentée par deux types nettement identifiés et par toute une série de types partiels dont l’allure générale n’est sans doute pas très éloignée de celle des deux types précédents.

433Le bol de type 4131 ainsi que les deux types de coupes de la classe 5 (5121 et 5122) forment un groupe de production homogène. Outre des motifs décoratifs semblables, ils ont en commun de ne pas appartenir au répertoire des formes celtiques traditionnelles : il s’agit de formes directement inspirées de la vaisselle italique. Cette appartenance a déjà été clairement mise et lumière et n’est pas propre au site de Feurs. Ce type de production semble en effet particulièrement fréquent en pays ségusiave et plus largement dans le nord‑est du Massif central. A Feurs comme à Roanne l’ensemble des imitations de vaisselle italique représente en moyenne 10 % des céramiques indigènes et le répertoire des formes évolue jusqu’à l’époque augustéenne (Vaginay 1983).

434Mais si l’étude des ensembles roannais avait déjà permis de mettre en évidence l’évolution chronologique des différents types et d’aborder la question de la relation de ces imitations aux modèles italiques (Vaginay 1983), le site de Feurs complété par la fosse de Goincet apporte quelques éléments nouveaux. En effet si dans notre étude précédente (Vaginay 1983) nous avions pris en compte les découvertes de Feurs, celles‑ci n’étaient alors pas totalement dépouillées et bien que les perspectives d’ensemble restent aujourd’hui valables, certains détails (en particulier dans les répartitions des types par ensemble) se trouvent modifiés par l’analyse exhaustive des mobiliers. L’élément le plus intéressant apporté par la confrontation des trouvailles roannaises et foréziennes est la possibilité de cerner la période d’apparition de ces formes dans le répertoire indigène.

435Si l’on exclut le type 5122 dont la représentation est très faible (7 ex. sur tout le site), la répartition des deux autres types dans les trois phases d’occupation montre leur absence quasi totale dans la phase 1 : le type 4131 est absent et le type 5121 n’est représenté que par deux fragments. La comparaison avec la fosse de Goincet, contemporaine de cette phase 1 de Feurs, conduit aux mêmes remarques : le type 4131 est absent et le type 5121 n’est présent que par un fragment. Pour la fosse de Goincet, il convient en effet d’être prudent sur l’identification à des formes du répertoire italique des fragments de coupes très évasées que nous avions considérés comme des imitations des types 2911 et 2914 de la typologie de Morel (Morel 1981). En effet, le site de Feurs a livré un exemplaire complet dont l’allure générale (du moins pour la paroi et la lèvre) est très proche de celle des fragments de Goincet, mais dont le fond est plat, interdisant ainsi toute comparaison immédiate avec ces formes italiques. Si l’on s’en tient donc aux deux types nettement identifiés, l’absence de la forme de bol et la rareté de la forme de coupe dans des contextes antérieurs à la phase 2 de Feurs et leur présence massive dans cette dernière suggéreraient que leur apparition est vraisemblablement à situer dans le courant de la phase 1. Il est d’ailleurs frappant de constater que les premiers fragments de ces imitations, livrés par les ensembles de la phase 1, offrent une morphologie assez éloignée de celle des modèles italiques, par ailleurs copiés de manière assez fidèle dès la phase 2.

436Pour les décors, il reste à ce jour difficile de cerner les courants d’influence qui ont présidé à la diffusion des différents motifs estampés qui ornent la plupart des fonds de ces imitations. Ces influences sont vraisemblablement très diverses (vaisselle métallique, céramique campanienne...). Quoi qu’il en soit, le tableau général publié il y a quelques années et tentant d’esquisser un schéma d’évolution des décors estampés du centre de la France en proposant une filiation depuis La Tène ancienne (Périchon 1974b) nous semble difficile à soutenir au vu des découvertes récentes. Les découvertes foréziennes en particulier (Feurs et Goincet) montrent que le décor estampé sur extérieur de vases de forme haute est bien aussi ancien que les motifs sur intérieur de coupes, alors que R. Périchon les situe uniquement à l’époque « gallo‑romaine précoce » (Périchon 1974b : pl. 7). Seule une étude globale qui prendrait en compte la répartition géographique et chronologique de ces types de décors peut laisser espérer quelque lumière sur ce problème. Tout au plus peut‑on remarquer pour l’instant sur l’ensemble du pays ségusiave, une évolution qui va vers une uniformisation et une simplification des motifs : présence de motifs élaborés (« soleil » encadré, palmettes, rectangle quadrillé) dans la phase 1 de Feurs, remplacés dès la phase 2 par des arcatures simplement agrémentées de cercles ou de rouelles estampées. Les exemplaires les plus récents ne comportent d’ailleurs plus de décor ou simplement de fines lignes incisées ou lissées au brunissoir (Vaginay 1983).

437Le type 4132 offre des parentés morphologiques évidentes avec les imitations de campaniennes précédentes : en particulier la présence d’un pied en couronne qui semble peu fréquent dans le répertoire céramique indigène. Cependant ce type s’éloigne assez notablement des modèles italiques (lèvre évasée, baguettes en relief sur la panse) et suggère une autre source d’inspiration. Bessou pensait pour les exemplaires roannais qu’il pouvait s’agir de la copie de récipients en bois (Bessou 1976). L’absence d’éléments de comparaison convaincants nous empêche de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse. Tout au plus doit‑on se borner à remarquer qu’il s’agit là d’une forme assez marginale qui n’est représentée que par un nombre d’exemplaires limité, tant à Roanne qu’à Feurs. Chronologiquement, Bessou semble indiquer la présence de ce type durant les périodes 1 et 2 (Bessou 1976 : 49) alors qu’à Feurs, il n’apparaît que durant la troisième phase. Ce léger décalage peut s’expliquer par le fait que Bessou inclut à ce type une forme sensiblement différente (notre type 4133) qui est présente dans la période 1 de Roanne.

438La classe 5 est représentée essentiellement par trois types d’écuelles (5111‑3). L’écuelle est parmi les rares types que l’on retrouve avec les mêmes caractéristiques morphologiques en céramique non tournée et tournée. Comme nous l’avions déjà remarqué pour les types non tournés, les écuelles tournées sont globalement les types les plus fréquents sur le site : écuelles tournées et non tournées de la classe 5 représentent à elles seules le quart de la céramique indigène. Ce fait n’est pas exceptionnel si on le compare aux proportions signalées sur de nombreux autres sites celtiques : à Levroux elles atteignent près de 50 % (Buchsenschutz 1981), à Manching plus de 20 % de la céramique fine (Pingel 1971). L’écuelle est une des formes de base du répertoire indigène celtique. Mais si la morphologie d’ensemble de ces récipients apparente les divers types, leur étude détaillée montre des différences évidentes vraisemblablement liées à des fonctions différenciées : nous avons vu que les écuelles non tournées des classes 4 et 5 offraient une grande homogénéité dans la taille : très grande pour les premières (diamètre d’ouverture moyen à 34,5 cm), moyenne pour les secondes (diamètre moyen vers 2 cm). De même la taille des écuelles tournées de la classe 5 présente une homogénéité certaine. Mais si les écuelles de la classe 5 non tournées avaient pu être considérées comme des récipients liés au service de la table, leurs homologues en céramique tournée sont de taille plus petite (diamètre moyen 23 cm), suggérant qu’il peut s’agir de récipients à usage individuel.

439D’un point de vue chronologique, outre l’augmentation du nombre d’écuelles tournées durant les phases 2 et 3, il est intéressant de constater à l’inverse la diminution sensible de la représentation globale des écuelles de la classe 5 (non tournées et tournées) : durant les phases 1 et 2, elles atteignent ensemble environ 34 % de l’ensemble des céramiques alors que durant la phase 3, elles ne dépassent guère 20 % : la forte diminution du nombre d’écuelles non tournées n’est pas compensée par l’augmentation de celui des écuelles tournées : ce fait signifie‑t‑il plus que la simple diversification du répertoire mobilier ? Quoi qu’il en soit, il est intéressant de remarquer à ce propos que la période suivante (Feurs phase 4), bien représentée à Roanne, verra la disparition progressive de l’écuelle remplacée par un nouveau type de récipient issu du répertoire italique : l’assiette à pied imitant le type Lamboglia 5/7 en campanienne B ou C (Vaginay 1983).

440Les couvercles tournés (classe 6) sont encore moins fréquents à Feurs qu’en céramique non tournée : seuls trois fragments ont été repérés, témoignant de la relative préférence, pour ce type d’usage, des céramiques grossières non tournées.

La céramique peinte

441La première remarque qui s’impose concernant la céramique peinte forézienne est son abondance et la variété de son répertoire décoratif. L’autre remarque est d’ordre chronologique : la mise en place de la chronologie relative présentée précédemment a nettement montré que la céramique peinte était représentée de manière très homogène durant les trois phases de l’occupation du site de Feurs (environ % de l’ensemble des céramiques indigènes) ; ce pourcentage est d’ailleurs tout à fait cohérent avec celui fourni par la fosse de Goincet, contemporaine de la phase 1 de Feurs : % du nombre total de vases de la fosse. Cette observation confirme les remarques déjà faites à Bâle où la diminution du pourcentage de céramique peinte par rapport à la céramique lissée est faible jusqu’à l’époque augustéenne (Furger‑Gunti 1979 : 76). L’évolution du répertoire morphologique semble peu sensible sur le site de Feurs (si ce n’est la forme incomplète de « gobelet », type 1006, de la fosse 1) ; et comme la plupart des décors proviennent d’ensembles de la phase 3 (fosse 4 surtout), il est également difficile de discerner une évolution.

442L’importance de la série de céramiques peintes découvertes à Feurs, après celles de Roanne et Goincet, permet par ailleurs de remettre en question certains problèmes abordés voici une quinzaine d’années dans une étude qui reste aujourd’hui la seule synthèse sur la céramique peinte de la fin de la civilisation celtique continentale (Maier 1970). F. Maier s’est attaché en particulier à la recherche de points communs entre des objets dispersés dans toute l’aire celtique afin d’essayer d’expliquer la genèse de cet artisanat et ses sources d’inspiration. Il a rassemblé sous le terme de « groupe d’Ensérune » toutes les productions antérieures à l’installation romaine, considérant comme hypothèse la plus plausible le mûrissement de cet artisanat à partir de l’imitation de modèles méditerranéens (céramique pseudo‑ionienne et ibérique). II s’est fondé pour cela sur l’existence de quelques vases peints de type « gaulois » à Ensérune, imprécisément datés des iiieis. av. n. è. et sur quelques autres spécimens du Midi de la France. Il convient cependant de noter que ces derniers vases paraissent bien dispersés comparativement aux séries livrées par des sites celtiques parfois fort éloignés de la Méditerranée, et que leur antériorité n’est guère assurée. L’influence méditerranéenne ne se traduirait d’ailleurs ni par l’acquisition de nouvelles techniques (déjà connues à La Tène ancienne), ni par celle d’un nouveau répertoire ornemental. En effet, ni les décors –beaucoup plus sommaires sur les sites du Midi que sur les sites de la Celtique interne– ni les formes de récipients ne sont imités. On connaît pourtant des exemples de copies parfois fort proches de céramiques italiques (campaniennes en particulier). P. Arcelin est d’ailleurs porté à considérer les quelques rares tessons de céramique peinte celtique de Provence comme des importations (Arcelin 1981). C’est ce que suggère également M. Py pour Nages et les sites du Languedoc oriental (Py 1978). La situation du Languedoc occidental est cependant moins claire, l’influence celtique dans cette région semblant plus marquée. Toutefois on constatera la faible importance numérique de la céramique peinte de « style laténien » dans ces régions et sa spécificité vis‑à‑vis des autres types de céramiques (répertoire de formes différent).

443Il est vrai que l’on ne peut pas rattacher de façon certaine la céramique peinte de la fin du second âge du Fer à des productions celtiques plus anciennes, par manque de séries bien datées du début de La Tène moyenne. Le vase du tumulus de Celles dans le Cantal –publié comme vase peint (Pagès‑Allary 1903)– qui pourrait être le seul se rapportant à cette période, porte en fait un décor lissé au brunissoir. Mais de tels décors lissés assez complexes n’ont‑ils pas pu servir de point de départ à la céramique peinte plus tardive ? Il convient cependant de souligner que les céramiques peintes de La Tène ancienne en Champagne utilisent précisément la technique très particulière du décor réservé.

444En tout état de cause, il semble pour l’instant bien difficile de prendre position définitivement pour l’une ou l’autre des deux hypothèses. Elles ne s’excluent d’ailleurs pas forcément ‑à des traditions techniques celtiques ont pu s’ajouter de nouvelles sources d’inspiration ‑même si l’hypothèse d’un rattachement à une tradition purement celtique semble aujourd’hui la plus plausible. De toute façon, les productions peintes de la fin de l’âge du Fer présentent une forte originalité, surtout affirmée dans les décors zoomorphes, issue d’un mûrissement à l’intérieur de la civilisation celtique et qui ne peut être mise au seul compte d’influences étrangères.

445L’étude de l’ensemble des découvertes foréziennes permet enfin de suggérer une réponse à un autre problème souvent soulevé à propos de la céramique peinte celtique : celui de sa commercialisation. L’étude comparative de quelques sites éloignés ayant livré un échantillonnage assez large (Bâle, Manching, Feurs...) montre que les répertoires de formes et de décors ont très peu d’éléments communs et qu’au contraire, les vases peints de chaque site présentent une homogénéité remarquable. Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner la série de vases à décor géométrique de Feurs, qui même sur un site aussi proche que celui de Roanne, ne trouve guère d’équivalents. De telles différences sont à rapprocher de la forte disparité que l’on constate dans la répartition géographique de la céramique peinte, pour autant que l’on puisse en juger à partir du hasard des découvertes. Ces divers éléments semblent indiquer que la production de la céramique peinte est à mettre en relation avec des particularités régionales et que la diffusion des ateliers (si l’on admet l’existence d’ateliers spécialisés) devait rester essentiellement régionale, voire locale. L’analyse comparative des constituants élémentaires des argiles utilisées pour la fabrication des vases peints découverts dans des régions différentes devrait également pouvoir fournir des indications précieuses sur la localisation des zones de production et des aires de diffusion. Les premiers résultats d’un programme d’analyses en cours lancé en collaboration avec le laboratoire de céramologie de Lyon (M. Picon ‑ U.R.A. 3 du CNRS) (Guichard, à paraître) pour les céramiques du département de la Loire semblent confirmer l’existence de multiples productions locales peu diffusées.

446A l’opposé, le transport d’objets à grande distance n’a encore jamais été démontré. On ne peut avoir de présomptions que dans quelques cas, comme pour le Midi de la Gaule ou des sites comme Levroux où la céramique peinte n’est représentée que par quelques rares tessons.

La céramique micacée

447Il s’agit là d’un groupe de production tout à fait marginal sur le site de Feurs puisqu’il ne concerne en tout que quatre récipients. Cette rareté n’est pas particulière à Feurs, puisqu’à Roanne la céramique fine micacée est absente. Les seules comparaisons possibles concernent la fosse de Goincet, pour laquelle nous avions déjà signalé le caractère exceptionnel de l’échantillonnage de céramiques micacées qu’elle contenait, tant du point de vue de l’abondance, que des formes de vases et des décors (Vaginay 1984). Des analyses chimiques des pâtes faites sur les vases de Goincet suggèrent qu’il s’agit vraisemblablement de productions originaires des mêmes ateliers que les céramiques peintes et les autres céramiques fines tournées livrées par la fosse (productions locales probables). Il n’en reste pas moins que ces productions ne sont guère habituelles dans le répertoire indigène classique de la fin de l’âge du Fer.

448D’une manière globale, il ressort du rapide survol de l’ensemble des céramiques indigènes de Feurs que le répertoire est dans son ensemble très proche de celui livré par les autres sites régionaux, confirmant ainsi l’homogénéité de la culture matérielle dans cette région du nord‑est du Massif central. Mais du même coup, en dehors de ce cadre régional qu’il serait sans doute possible d’étendre à une large part du Massif central (région de Clermont‑Ferrand en particulier) si des ensembles importants de mobiliers en contexte étaient publiés, il semble très difficile de vouloir comparer très précisément les mobiliers de sites étrangers à ce cadre. Même si une koinè se dessine à l’évidence sur une vaste aire géographique, chaque région possède ses caractéristiques bien marquées. Il apparaît donc clairement que seuls des travaux menés dans cette perspective de définir des ensembles régionaux et de rechercher le schéma de leur genèse et de leur évolution interne, permettront d’aboutir à des résultats satisfaisants, tant du point de vue chronologique qu’économique et culturel. C’est ce que nous avons voulu tenter en mettant en place pour l’étude de la céramique indigène une méthode d’analyse descriptive et de classification qui permette d’englober l’ensemble des découvertes régionales (le pays ségusiave) dans une même grille d’étude, et autorise ainsi toutes les comparaisons nécessaires d’un site à l’autre.

449Enfin, si la classification et les schémas d’évolution que nous avons proposés ici paraissent à priori complexes, la synthèse précédente montre que dans l’ensemble du répertoire certaines lignes directrices se dégagent nettement. Si l’on se place d’un point de vue général, légitimé par le fait qu’aucune rupture dans la culture matérielle n’est sensible sur l’ensemble des trois phases de l’occupation du site, à travers une assez grande diversité de formes de vases se dessine clairement un ensemble plus restreint qui regroupe la plupart des types courants. En effet, si l’on considère chaque catégorie de céramique (non tournée, demi‑fine tournée, fine lissée, peinte, micacée) représentant au moins 3 % de l’ensemble des vases et si l’on en extrait tous les types constituant au moins 1,5 % de l’ensemble des céramiques indigènes, le corpus initial de 5 types de vases se trouve réduit à 17 types, alors que sont pris en compte les deux tiers des vases. La fig. 69 illustre cette observation en donnant pour chaque type de chaque catégorie sa représentation par rapport à l’ensemble.

Fig. 69 – Principaux types de vases en céramique indigène sur l’ensemble du site, – Grossière : type 1221 1,6 % ; type 1131 2 % ; type 4111 2,3 % ; type 4112 2,5 % ; type 4113 1,6 % ; type 4116 3,7 % ; type 5111 16,7 % ; type 5113 3,1 % ; type 621 2,9 %, – Mi‑fine tournée : type 1112 4 %, – Fine tournée : type 1131 1,5 % ; type 1511 2,3 % ; type 3212 1,8 % ; type 4131 3 % ; type 5111 4 % ; type 5112 6,2 % ; type 5121 4,4 %.

450Cette réduction aux formes les plus fréquentes permet deux constatations principales. Tout d’abord il convient de souligner une variété dans le répertoire rendue évidente par comparaison avec de nombreux autres sites celtiques : à Levroux par exemple, la quasi‑totalité de la céramique indigène se trouve comprise dans quatre types (Buchsenschutz 1981). Même si ce fait doit être tempéré dans la mesure où la typologie élaborée à Levroux ne prend en compte que les grandes classes de vases (écuelle, vase à cuire, vase élancé et jatte carénée...) sans faire intervenir les problèmes technologiques (tournage...), il n’en reste pas moins que le répertoire forézien ne peut être réduit à ces quatre classes. D’autre part la répartition entre les différentes classes de vases fait apparaître un net déficit des vases hauts fermés au profit des formes basses ou plates ouvertes : parmi les 17 types mentionnés plus haut, seuls cinq appartiennent à la classe des vases hauts fermés ; de plus ils ne représentent que 11,4 % de l’ensemble des céramiques indigènes. Même si l’on prend en compte tous les types du corpus, la classe 1 ne dépasse guère un tiers de l’ensemble.

451D’autre part cette même figure met en relief la prépondérance écrasante de l’écuelle qui avec huit types différents totalise plus de 40 % de l’ensemble. Les raisons de cette disproportion tiennent vraisemblablement aux fonctions spécifiques des différentes catégories de vases, mais celles‑ci restent difficiles à cerner. Ce fait n’est d’ailleurs pas propre à Feurs, puisqu’à Levroux par exemple, en contexte d’habitat, les formes hautes fermées ne représentent globalement qu’un tiers de l’ensemble des céramiques. Un dernier fait mérite d’être mentionné : il s’agit de la spécificité des techniques de fabrication pour chaque type de vase, justifiant ainsi pleinement notre choix de les considérer comme déterminantes dans le cadre de notre classement typologique. Rares sont les types produits simultanément ou successivement dans les différentes catégories : les jattes carénées sont toujours en céramique fine tournée, les vases de type 1511 sont toujours peints... Les écuelles de la classe 5 constituent pratiquement la seule exception, bien que là aussi des différences importantes soient perceptibles d’une catégorie à l’autre, en particulier dans la taille.

452Enfin, si l’on se place d’un point de vue chronologique, il convient de mentionner que la réduction du corpus présentée précédemment constitue une situation moyenne qui ne traduit pas la stricte réalité de chacune des phases d’occupation. En effet, une très nette diversification du répertoire peut être mise en évidence d’une phase à l’autre. Si l’on extrait de chacune des trois fosses les plus importantes de chaque phase (fosses 1, 2, 4) tous les types atteignant au moins 2,5 % dans chaque catégorie représentant au moins 5 % de l’ensemble des céramiques de la fosse, on arrive au schéma illustré par la fig. 70. Ce tableau montre nettement la diversification des types d’une phase à l’autre : seulement trois types prépondérants dans la phase 1, puis cinq dans la phase 2 et enfin neuf dans la phase 3.

Fig. 70 – Représentation des principaux types de vases dans les principales fosses de chaque phase d’occupation du site.

3.1.4. Les céramiques importées

453Nous n’englobons dans cette catégorie que les céramiques dont l’origine étrangère est nettement attestée : nous présenterons donc successivement les amphores, puis la céramique campanienne et les importations diverses telles que céramique grise ampuritaine et céramique fine à pâte claire.

3.1.4.1. Les amphores (C. Aulas)

Typologie

454La totalité des fragments d’amphores recueillis dans les différents ensembles des trois chantiers de Feurs appartient exclusivement au type Dressel 1 ou encore Républicaine III selon la typologie élaborée par F. Benoit (Benoit 1957), à l’exception d’une lèvre provenant des niveaux supérieurs du chantier 2 et attribuable au type Dressel 7/11 (fig. 11, n32). Nous retiendrons ici le terme de Dressel 1, plus couramment utilisé que le second. Ce type d’amphore italique, destinée au transport des vins italiens, a connu une très large diffusion durant les deux derniers siècles avant notre ère. Son évolution morphologique a été mise en évidence par les travaux de Lamboglia et Benoit, qui distinguent trois groupes différents : A, B, C (Lamboglia 1955 ; Benoit 1957). Tout récemment A. Tchernia a précisé ces distinctions (Tchernia 19 6).

455Sur le site de Feurs l’ensemble des amphores est très fragmenté ; aucun profil complet n’a pu être reconstitué. C’est donc à partir de la cinquantaine de lèvres recueillies, qui sont les seuls éléments suffisamment significatifs, que l’étude a pu être conduite. Seuls seront pris en compte les ensembles ayant livré plus d’une lèvre. Dans le tableau de la fig. 71, la dernière ligne indique le nombre minimum d’amphores représentées à partir du comptage des lèvres, éventuellement pondéré par la présence d’une autre partie caractéristique. Les ensembles qui n’ont livré que des fragments de panses n’ont fait l’objet d’aucune tentative d’estimation du nombre d’amphores représentées.

Fig. 71 – Répartition des fragments d’amphores en fonction de leur forme. 1 à 9 fosses = 1 à 9 ; 10 = chantier 3 fossé no 2 ; 11 = chantier 3 structures diverses et niveau d’occupation ; 12 = chantier  2 niv. d’occupation ; 13 =  chantier 1 niv. sup. ; 14 = chantier 1 structures diverses et niv. d’occupation.

456L’une des principales difficultés dans l’étude des amphores provenant des sites terrestres réside dans leur fragmentation. En effet, les typologies mises en place en ce domaine sont en général fondées avant tout sur des récipients entiers, avec comme critères distinctifs essentiels la hauteur du récipient et sa capacité. De plus, la démonstration du fait que la typologie de Lamboglia, reprise par Benoit « ne permet pas de classer la totalité des Dressel 1 » (Tchernia 19 6 : 312) n’est plus à faire. Malgré l’évidence de ce constat, la situation est loin d’être totalement claire aujourd’hui, et aucune recherche récente n’a encore entraîné un consensus général. En effet, si plusieurs chercheurs ont tenté de parvenir à un classement des amphores Dressel 1 à partir de l’analyse morphologique des lèvres, ce type de recherche est largement contesté. Ainsi, A. Tchernia note à propos du récent travail de W. Stockli sur Manching, que « son étude a le défaut de prendre comme horizon l’idée certainement erronée d’une évolution linéaire et continue qui aurait conduit des amphores gréco‑italiques aux Dr. 1B en passant par les 1A » (Tchernia 1986 : 313). Mais la classification proposée par A. Tchernia ne facilite guère la prise en compte d’objets fragmentaires qui sont pourtant le lot commun sur la plupart des sites terrestres : selon lui en effet, « seuls deux regroupements s’imposent au sein des Dr. 1 avec une compréhension et une extension suffisantes. Le premier est celui des Dr. 1 B au sens strict, selon la définition de F. Benoit et W. Stbckli : hauteur supérieure à 1,1 m ; angle vif à la liaison haut de panse/bas de panse, hauteur du pied supérieure à 15 cm. Toutes les amphores dont la lèvre fait plus de 5,5 cm appartiennent à cette forme (ou à des Dr. 1C), mais des amphores à lèvre plus courte peuvent aussi y être rangées. [...] Le second groupe est celui des Dr. 1C [...] » (Tchernia 1986 : 319). Il ressort clairement de cette définition que, pour les Dressel 1B, les critères déterminants sont la hauteur totale, le profil de l’épaule et la taille du pied. Or ces derniers sont pratiquement inutilisables pour l’étude de mobiliers fragmentaires, où seule la lèvre rassemble suffisamment de caractères distinctifs pour permettre d’isoler les différents individus représentés. Du même coup, la définition « par élimination » des Dr. 1A proposée par A. Tchernia (appeler Dr. 1A toutes les amphores qui ne sont ni des 1 ni des 1C au sens strict) est difficilement applicable à des mobiliers fragmentaires.

457Partant de ces différents constats, et de la valeur chronologique reconnue de la distinction entre Dressel 1A et Dressel 1B (A. Tchernia reconnaît en effet que « les Dressel 1 semblent apparaître plus tard que les Dressel 1A » ; 1986 : 320), il nous a semblé important de mettre en œuvre une méthode qui permette de classer l’ensemble des fragments de lèvres disponibles. Nous reprendrons donc ici un schéma d’analyse morphologique élaboré précédemment pour l’étude des amphores du site de Roanne (Aulas 1983) et utilisé pour celles du site d’Amplepuis (Aulas 1985). La constitution de quatre groupes morphologiques à partir de la hauteur de la lèvre (H) et de son degré d’inclinaison (I) avait en effet permis de mettre en évidence une évolution cohérente avec la chronologie relative suggérée par l’analyse des autres catégories de mobiliers et confirmée par la stratigraphie. Nous rappelons rapidement ici les critères retenus pour chacun de ces groupes de lèvres :

  • er type : H 34 mm ; 49o < 1 < 70°

  • 2e type : 35 < H < 45 mm ; 55o < 1 < 0°

  • 3e type : 40 < H < 55 mm ; 1 > 0°

  • 4e type : H > 55 mm ; 1 > 0°

458Dans les quelques cas où les valeurs s’écartent légèrement des limites admises pour chaque groupe, c’est le trait le plus caractéristique (H ou 1) qui reste déterminant.

459Globalement, sur l’ensemble du site de Feurs, la répartition des quarante lèvres mesurables (sur un total de 51 lèvres) suivant ces groupes est la suivante :

  • types 1 et 2 (26 ex.) 65 % (lèvre caractéristique de la Dressel 1A) ; malgré leur faible inclinaison, deux lèvres (fig. 72, nos 1 et 2) ont été incluses à ce groupe du fait de leur très faible hauteur ;

  • type 3 (13 ex.) 32,5 % ; lèvres de hauteur modeste (jusqu’à 52 mm) pouvant se rattacher en majorité à la Dressel 1A ; seules trois lèvres, dont deux d’inclinaison légèrement inférieure à 0o mais incluses dans ce groupe du fait de leur hauteur (54‑55 mm), et une en limite de groupe (H = 55 mm et 1 = 9°) appartiennent vraisemblablement à des Dressel 1B (fig. 72, nos 3 et 4) ;

  • type 4 (1 ex.) = 2,5 % (lèvre caractéristique de la Dressel 1).

Fig. 72 – Mise en évidence des quatre groupes de lèvres d’amphores à partir de leurs mensurations (hauteur et inclinaison).  = groupe 1 ;  = groupe 2 ; O = groupe 3 ; Ø = groupe 4. Les nos 1 à 4 sont des lèvres situées en limite de classe : nos 1 et 2 incorporées au groupe 2 : nos 3 et 4 au groupe 3.

460Ainsi, quelle que soit la signification (géographique, chronologique... 7) de ces différences morphologiques, la division en quatre groupes semble bien correspondre à une réalité : la plupart des lèvres s’intègrent sans équivoque dans chacun de ces groupes. Cette analyse permet du moins d’affirmer dans un premier temps que seule la variante typologique Dressel 1A. correspondant à une amphore de taille modeste à lèvre courte inclinée, est bien représentée (au moins 36 lèvres sur 40 = 90 %). Un examen rapide des fragments d’épaules et de fonds confirme ce fait. La quasi‑totalité des épaules présente une arête adoucie (fig. 84, nos 1 et 2 ; 103, nos 8 à 10 ; 104, nos 1 et 2) ou un léger ressaut extérieur (fig. 103, no 7 ; 107, no 14 ; 115, no 18), caractéristiques de la Dressel 1A. De même la plupart des fonds offrent une partie pleine de hauteur modeste (7 à 11 cm) (fig. 84, no 4 ; 1 04, nos 3 et 4 ; 1 07, no 1 5 ; 11 2, n os 1 et 2 ; 113, no 14 ; 119, no 10), et sont ainsi attribuables à la Dressel 1A.

461Quant aux quatre lèvres restantes, soit 10 % du total, (3 du type 3 et 1 du type 4) attribuables à la Dressel 1 du fait de leur hauteur (54‑55 mm) elles proviennent exclusivement des niveaux supérieurs du chantier 1. Une remarque comparable avait déjà été faite pour les sites de Roanne et Amplepuis où la Dressel 1 n’apparaît que dans les contextes les plus récents (Aulas 1983 et 1985).

462Pour les diamètres d’ouverture, la répartition des 33 exemplaires mesurables en fonction de chaque type de lèvre ne laisse apparaître aucune différence notable (fig. 73) ; tout au plus peut‑on noter que les lèvres de type 3 ont en moyenne une ouverture un peu plus grande que celles des types 1 et 2 ; mais la différence reste peu nette. Quoi qu’il en soit, la valeur limite de 17 cm de diamètre à l’ouverture considérée comme significative par W. Stockli pour la distinction entre Dressel 1A et 1B ne semble pas pouvoir être retenue (Tchernia 1986 : 310).

Fig. 73 – Dispersion des diamètres d’ouverture des amphores en fonction des types de lèvres.

Épigraphie

463Un certain nombre de fragments d’amphores porte des inscriptions, malheureusement le plus souvent incomplètes ; il s’agit de graffites, d’inscriptions peintes ou d’estampilles.

Graffites

464Les graffites réalisés avant cuisson servaient probablement à l’identification du contenu des amphores, de même que les inscriptions peintes. Ils sont au nombre de cinq dont quatre sur panse. Tous étant incomplets il est impossible de tirer de ces données quelque information intéressante (fig. 84, nos 5 et 6 ; 104, no 6 ; 115, no 9 ; 119, no 3).

Inscriptions peintes

465Les inscriptions peintes sont au nombre de trois dont une presque entièrement effacée est illisible :

  • fosse 4 (fig. 104, no 5) : inscription incomplète : ? T ; rouge foncé ; sur panse ;

  • fosse 4 (fig. 102, no 6) : inscription incomplète : ? FAUSTI (?) lecture très incertaine ; rouge foncé ; sur col entre les deux anses ; Callender (1957 : 7) mentionne une inscription peinte sur Dressel 1 : F(alernum) Faus(tianum) (vinum) ou Faus(tianum) (vinum), montrant qu’une des variétés du vinum Falernum était transportée dans ce type d’amphore. Si la lecture de la marque de Feurs est exacte, il est intéressant de connaître désormais un point d’arrivée en Gaule interne de ce grand cru italien dont la naissance semble remonter à la fin du iie s. av. n. è. (Tchernia 1986 : 62).

Estampilles

466Les estampilles, marques du potier ou du propriétaire de l’atelier de fabrication, sont au nombre de cinq. Comme cela a déjà été remarqué sur d’autres sites, en particulier à Roanne (Aulas 1983 : 231), les estampilles se retrouvent essentiellement dans les contextes les plus récents : à Feurs quatre sur cinq proviennent des niveaux supérieurs. En l’absence d’examen, voire d’analyse des pâtes, que nous espérons pouvoir réaliser ultérieurement, nous ne pourrons mettre en évidence des groupes comme cela avait été fait à Roanne (Aulas 1981). Nous donnons ci‑dessous la description de ces estampilles en indiquant successivement la provenance, la lecture, la taille du cartouche, la position, le type d’amphore et les références à l’ouvrage de Callender (Callender 1965).

  • Fosse 1S (fig. 84, no 1) : estampille mal imprimée ; lecture incertaine : P 7 (une seule lettre) ; cartouche rectangulaire (15 x 17 mm) ; sur départ inférieur d’anse ; Dressel lA Callender : 199, no 1271 : Weimouth, Momarzo, Trion : P.

  • Ch. 1 niv. sup. (fig. 119, no 2) : estampille mal imprimée, répétée deux fois ; lecture : BA A (7) ; cartouche rectangulaire (16 x 24 mm) ; sur lèvre éversée de type 3 (H = 40 mm : 1 = 95o ; diamètre d’ouverture 10 mm) ; Dressel lA 7.
    Callender : 79, no 16 (incertain) ; mont Beuvray : BA ; autre référence possible no 169 : Vindonissa : BAA 7 O.

  • Ch. 1 niv. sup. (fig. 119, no 6) : estampille fortement imprimée ; lecture : NON ; cartouche rectangulaire (16 x 40 mm) ; lèvre verticale de type 3 (H = 55 mm ; 1 = 95o ; diamètre d’ouverture 190 mm) ; Dressel 1B B ;
    Callender : 196, no 1231 : Montedero, mont Beuvray : NON.

  • Ch. 1 niv. sup. (fig. 119, no 7) : estampille incomplète ; lecture : A.//// ; cartouche rectangulaire (7 x 17 mm) ; lèvre verticale de type 4 (H = 55 mm ; 1 = 90o ; diamètre d’ouverture = 160 mm ?) ; Dressel lB.
    Callender : 68, no 77 : Warrington : AN ; mont Beuvray : AN (liées) ; autres références possibles p. 63‑79.

  • Ch.1 niv. sup. (fig. 119, no 9) : estampille incomplète mal imprimée ; lecture incertaine : L (?). S IIIII ; cartouche rectangulaire (7 x 20 mm) ; sur départ supérieur d’anse ; Dressel lB ?
    Callender : 165, no 935 (incertain) : Charbonnières, Goincet‑Charmillange, Châtillon‑sur‑Seine : L. SEX ; autres références possibles : p. 165‑167.

Répartition par ensemble

467La quantité de fragments d’amphores recueillis ainsi que le nombre d’exemplaires représentés pour chaque ensemble sont assez variables (fig. 71). Si l’absence quasi totale d’amphore dans les ensembles attribués aux phases 1 et 2 est sans doute à mettre en relation avec la chronologie, la variation entre les ensembles de la phase 3 est vraisemblablement plutôt à mettre au compte de la nature même du remplissage des fosses. D’autre part, compte tenu de la forte disparité dans la quantité de vestiges contenus dans les divers ensembles, il convient de comparer non pas les données brutes (nombre de fragments d’amphores ou d’exemplaires) mais leur représentation par rapport à tous les vestiges recueillis. Ainsi, si l’on examine le rapport entre le nombre de vases en céramique indigène et le nombre d’amphores dans les dix ensembles étudiés (calcul à partir des lèvres, éventuellement pondéré par d’autres parties du récipient nettement identifiables), le pourcentage moyen sur l’ensemble du site est de 4,4 %, la répartition par fosse étant la suivante : fosses 6 et 8 : 2,5 % ; fosse 9 : 4,5 % ; fosses 1S et 4 : 6,3 % ; fosse 5 : 20,5 %. La seule fosse qui se détache donc nettement de la moyenne est la fosse 5 où l’amphore est très fortement représentée ; l’étude des autres catégories de mobiliers ne fait cependant pas apparaître de différence chronologique significative avec les fosses 4 et 6 ; cette disproportion semble donc plutôt devoir être mise au compte d’une sélection particulière du mobilier de cette fosse. Par ailleurs, l’étude de la représentation des amphores à partir du comptage des tessons suggère une nette évolution durant les quatre phases de l’occupation : dans la fosse de la phase 1, l’amphore est à peu près absente (3 tessons) ; durant la phase 2 elle n’atteint que 1,5 % de l’ensemble de la céramique ; durant la phase 3 elle parvient à plus de 5 % pour dépasser 15 % durant la phase 4 (niveaux supérieurs).

468Cette évolution est aussi clairement illustrée par la répartition des quatre groupes morphologiques de lèvres qui permet de saisir de notables différences d’une phase à l’autre. Quatre ensembles nettement distincts apparaissent.

4691 ‑ Fosses 4 et 5 caractérisées par :

  • un assez fort pourcentage de lèvres de type 1 (19 % dans la fosse 4 et 20 % dans la fosse 5 : fig. 102, nos 1 à 3 ; 107, nos 4 et 5) ; ce sont des lèvres courtes (H ≤33 mm) mais les valeurs les plus faibles (H < 27 mm) sont absentes contrairement à d’autres sites régionaux comme Amplepuis (Aulas 1985) ; l’inclinaison peut être assez prononcée (1 < 50°) ; il est difficile pour ce type de lèvres courtes et inclinées d’établir la limite entre Dressel 1BA et gréco‑italique ; néanmoins l’absence d’éléments de panse ou de fond significatifs permet de supposer que ce dernier type est absent de Feurs ;

  • une forte majorité de lèvres de type 2 (63 % dans la fosse 4 et 50 % dans la fosse 5) (fig. 102, nos 4 à 10 ; 103, nos 1 à 4 ; 107, nos 6 à 10) ; des hauteurs variant de 35 à 44 mm correspondent à une lèvre légèrement plus massive mais en général moins inclinée et attribuable de façon certaine à la Dressel 1A ;

  • l’apparition encore timide des lèvres de type 3 (12,5 % dans la fosse 4, mais 30 % dans la fosse 5) (fig. 103, nos 5 et 6 ; 107, nos 1 à 3) ; de hauteur intermédiaire (40 à 51 mm) ces lèvres sont peu inclinées (80o à 90°) et semblent encore appartenir pour la plupart à la Dressel 1A ;

  • l’absence totale de lèvres de type 4 dont la signification chronologique a déjà été soulignée précédemment.

4702 ‑ Niveaux supérieurs du chantier 1 : les huit lèvres mesurables livrées par ces niveaux (dont 4 estampillées) présentent un aspect tout différent :

  • absence totale de lèvres de types 1 et 2 ;

  • forte majorité de lèvres de type 3, faible inclinaison et H de 44 à 55 mm (fig.119, nos 1 à 6) ;

  • apparition de la lèvre de type 4, bien qu’en faible proportion : lèvre haute et verticale caractéristique de la Dressel 1B (fig. 119, na 7),

471La majorité des lèvres de ces niveaux (plus de 60 %) peut être attribuée à la Dressel 1B, ce que confirme la présence d’une épaule à arête vive (fig.119, no 8) et d’un pied massif (fig.119, no 12).

4723 ‑ Fosses 1S et 9 : seule la lèvre de type 2 est représentée (fig. 83, nos 29 et 30 ; 115, nos 7 et 8), Mais l’échantillonnage beaucoup trop réduit (4 lèvres pour ces deux fosses) ne permet pas de considérer que le faciès ainsi établi traduit la réalité. Il faut néanmoins remarquer qu’à l’intérieur même de ce groupe, les lèvres de la fosse 9 sont plus courtes et plus inclinées que celles de la fosse 1S, se rapprochant ainsi des limites admises pour le type 1, Dans le cas d’un échantillonnage plus large cette remarque aurait pu permettre d’affiner l’appréciation portée sur les deux composantes de ce groupe, et surtout de mieux situer ce dernier par rapport aux trois autres groupes,

4734 ‑ Chantier 3, fossé no 2 : sur les deux lèvres représentées, l’une appartient au type 2, l’autre au type 3 (non dessinées), Là encore l’échantillonnage beaucoup trop restreint débouche sur un faciès de toute évidence incomplet qu’il est difficile d’interpréter,

Chronologie relative

474Bien que les datations absolues fassent encore cruellement défaut pour situer précisément l’évolution des amphores gréco‑italiques et Dressel 1B, le cadre très large établi par Lamboglia et Benoit (Lamboglia 1955 ; Benoit 1957) s’est tout de même peu à peu resserré avec les recherches récentes : A. Tchernia situe le passage de la gréco‑italique à la Dressel 1 peu après le milieu du iie s. av, n, è, (Tchernia 1986 : 42) ; il confirme aussi la succession chronologique de la Dressel 1A et de la Dressel 1B : « la plus ancienne (Dressel 1 B) bien datée est de 97 avant notre ère. Dans les dix dernières années de la première moitié du Ier siècle avant notre ère, la proportion des fragments des deux types s’inverse dans les fouilles, et les Dr, 1B deviennent nettement plus nombreuses que les Dr. 1A » (Tchernia 19 6 : 320),

475Malgré tout, les amphores républicaines restent encore peu étudiées sur les sites terrestres, C’est pourquoi le but de notre travail entrepris sur le nord‑est du Massif central est de tenter d’affiner le plus possible l’évolution morphologique des amphores afin d’en préciser la chronologie, Cet objectif nécessite d’utiliser pour les différents sites étudiés le même schéma de travail (analyse des types de lèvres selon les mêmes critères). Les premiers résultats encourageants déjà obtenus nous incitent en effet à poursuivre dans ce sens afin de vérifier et de compléter nos observations sur le corpus le plus large possible, Seule en effet une méthode d’analyse homogène nous permettra dans un deuxième temps de comparer les différents sites étudiés. Le schéma d’évolution morphologique de la Dressel 1 que nous proposons ne pourra être validé que si nous l’appliquons à une série de sites voisins au contexte nettement défini.

476Les résultats obtenus à ce jour sont exposés dans la fig. 74 où nous avons tenté de mettre en relation avec les données du site de Feurs, celles des sites de Roanne et Amplepuis. Pour Roanne en effet (site de Gilbertès), la chronologie relative d’un ensemble important de fosses a pu être mise en évidence par la confrontation de la stratigraphie avec les données de l’analyse des mobiliers qu’elles contenaient (céramique indigène principalement : Vaginay 1983). L’étude des amphores livrées par ces fosses montre la parfaite cohérence entre l’évolution morphologique que nous proposons et cette chronologie relative (Aulas 1983). Ce schéma a pu être vérifié aussi par l’étude des mobiliers des trois sites d’Amplepuis (Aulas 1985 ; Périchon 1985b).

Fig. 74 – Evolution de la représentation des quatre types de lèvres d’amphore dans les ensembles d’Amplepuis, Roanne et Feurs. En abscisse, les différents ensembles : 1 = Amplepuis, site Rousson ; 2 = Roanne période 1 ; 3 = Amplepuis, le Terrail ; 4 = Feurs, phase 3 ; 5 = Roanne période 2 ; 6 = Roanne période 3 ; 7 = Amplepuis, site Ravit ; 8 = Feurs, phase 4,

477Pour Feurs, seuls les ensembles contenant des lèvres ont été pris en compte. Par ailleurs, eu égard au très faible échantillonnage d’amphores livré par les fosses 1S et 9 et par le fossé du chantier 3, et au faciès tout à fait atypique qui en résulte, il nous a semblé préférable de ne pas les inclure au présent schéma. Nous retiendrons donc uniquement les fosses 4 et 5 ainsi que les niveaux supérieurs du chantier 1 qui ont livré en tout 34 des 40 lèvres mesurables de l’ensemble du site. Le graphique ainsi réalisé (fig. 74), présente la répartition des quatre types de lèvres dans les huit ensembles des sites de Roanne, Amplepuis et Feurs. Pour Roanne il s’agit de trois groupes de fosses caractéristiques des trois périodes isolées sur le site ; pour Amplepuis il s’agit de trois points de découvertes différents (Aulas 1985) et pour Feurs il s’agit de deux fosses de la phase 3 (fosses 4 et 5) et de la phase 4 (niveaux supérieurs du chantier 1). L’évolution (croissante ou décroissante) de chacun des quatre types de lèvres permet d’ordonner les huit ensembles cités précédemment et suggère ainsi une série de remarques.

478Tout d’abord le faciès des phases 3 et 4 de Feurs semble tout à fait cohérent avec ce qui a pu être établi à partir des deux autres sites. La phase 3 dont les deux ensembles (fosses 4 et 5) sont proches de la phase 2 de Roanne et du site du Terrail à Amplepuis, semble s’intercaler entre ces deux groupes. La légère différence dans la représentation des différents types de lèvres entre les fosses 4 et 5 pourrait même suggérer un décalage chronologique : type 2 moins abondant dans la fosse 5 (50 % contre 63 % dans la fosse 4), type 3 plus abondant dans cette même fosse (30 % contre 1 % dans la fosse 4). Mais même pour ces deux ensembles, l’échantillonnage restant relativement restreint il est difficile de fonder avec certitude des évolutions à partir de variations de pourcentages aussi limitées, hormis pour le type 3 où la différence est plus sensible. Cette phase 3 de Feurs est donc caractérisée essentiellement par un fort pourcentage de lèvres de type 2 et une présence assez limitée des lèvres de types 1 et 3. La phase 4 de Feurs est très proche du site Ravit d’Amplepuis et de la période 3 de Roanne. Cependant, le très faible pourcentage de lèvres de type 4 apporte une nuance qui suggère peut‑être un léger décalage avec le site Ravit d’Amplepuis, à moins qu’il ne s’agisse là encore d’un problème d’échantillonnage trop limité.

479Par ailleurs, pour les phases 1 et 2 de Feurs établies à partir de l’analyse de la céramique indigène, l’étude des amphores n’apporte guère d’éléments complémentaires. Il convient simplement de remarquer l’absence quasi totale d’amphores dans ces phases. Les fosses 1 et 2 n’ont en effet livré que quelques fragments de panse non identifiables. Seule la fosse 1S contenait un pourcentage non négligeable d’amphores, mais sa position en chronologie relative doit être considérée avec prudence puisque rien ne permet de la situer avec certitude du fait de son échantillonnage mobilier assez limité.

480Quoi qu’il en soit, si l’on adopte globalement pour les amphores la chronologie relative élaborée à partir de la céramique commune, aucune incohérence ne semble apparaître ni par rapport à l’évolution morphologique des lèves mise en évidence à partir du site de Roanne, ni par rapport à l’évolution de la représentation des amphores sur le même site. Bien au contraire l’absence d’amphore dans la phase 1 (comme d’ailleurs dans la fosse de Goincet qui semble lui être contemporaine) et sa grande rareté dans la phase 2 de Feurs, tendraient à confirmer l’antériorité de ces deux phases à la période 1 de Roanne. A Roanne en effet, il a été clairement mis en évidence que, durant la période 1, les amphores bien qu’assez peu nombreuses sont déjà présentes, et que leur représentation ne cesse de croître ensuite (Aulas 1983 : fig. 1). Mais malgré la cohérence certaine de ces résultats, il convient de les considérer avec une certaine prudence compte tenu du caractère assez limité de l’échantillonnage de mobilier amphorique sur les trois sites considérés : pour les trois périodes de Roanne, 76 lèvres ont été prises en compte, pour les trois sites d’Amplepuis leur nombre ne dépasse pas 61 exemplaires et pour Feurs il se limite à 40.

481Le dernier point à souligner pour le site de Feurs est l’absence totale d’amphores de type gréco‑italique, contrairement aux sites de Roanne et Amplepuis. Faut‑il voir là une indication chronologique pour les ensembles de Feurs ou simplement un indice pouvant suggérer l’existence de circuits commerciaux différents entre le Forez et les secteurs du pays ségusiave situés plus au nord ? Nous reviendrons sur cette question dans le chapitre de synthèse.

3.1.4.2. Céramiques à vernis noir (J.‑P. Morel)

482Nous regroupons sous ce vocable non seulement des productions à vernis vraiment noir (si tant est que ce mot ait un sens dans le domaine des « campaniennes »), mais aussi des céramiques à vernis rougeâtre qui gravitent autour des premières et peuvent leur être assimilées. Si la très grande majorité de ces fragments provient des rives de la Méditerranée, quelques‑uns peuvent être attribués à des ateliers locaux qui s’inspirent de modèles importés.

Campanienne A

483C’est de loin la classe la plus abondamment représentée : 77 tessons (peut‑être 79) sur 107 fragments à vernis noir ou assimilés. Il est parfaitement superfétatoire de décrire pour chacun d’entre eux des caractéristiques techniques désormais bien connues, sauf lorsqu’un trait particulier mérite d’être signalé. Les formes mentionnées font référence à notre typologie (Morel 1981 : nombres parfois précédés de F pour les formes proprement dites, de P pour les profils de pieds), et éventuellement à celle de

484N. Lamboglia (Lamboglia 1952).

485Patère à bord bombé 1310 (forme Lamb.36)

4861 – 5 fragments (dont 4 recollés) d’une patère à inflexion moyennement marquée de la série 1315 (fosse 6, fig. 112, no 6).

4872 – 2 fragments de bord d’une patère de la série 1310 (fosse 6, fig.112, no 8).

488– Fragment de bord ; pâte gris‑rose ; il est possible que ce tesson soit brûlé (ch. 1 niv. sup. ; non dessiné).

4894 – Fragment de paroi, au raccord de la vasque et du bord. On peut penser soit à l’espèce 1310 (voir par exemple F 1314 a), soit à la série 1443, c’est‑à‑dire à la forme Lamb. 6 (voir par exemple F 1443 j 1) (fosse 6, fig. 112, no 9).

4905 – Fragment de paroi infléchie à proximité du bord. L’appartenance à l’espèce 1310 est possible, mais on peut aussi y voir éventuellement un bol F 2825 (ch. 1 div. ; non dessiné).

4916 – Fragment de paroi, au raccord de la vasque et du bord (fosse 1 ; non dessiné).

4927 – Même description que le no 6 (ch. 1 div. ; non dessiné).

493Patère à bord ondulé 1443 (forme Lamb. 6) Cf. supra no 4.

494Patère à paroi tendue et bord légèrement relevé 2234 (forme Lamb. 55). Cf. infra no 19

495Patère à bord relevé 2250 (forme Lamb. 5)

4968 – Petit fragment de bord comportant à 1,5 cm sous la lèvre, à l’intérieur, un début d’inflexion ; il peut appartenir aux séries F 2252 ou F 2255 (Lamb. 5), ou éventuellement, à la série F 2825 (Lamb. 27c) (fosse 6, fig. 11, no 7). Cf. aussi infra no 20.

497Bol à paroi incurvée 2784 (forme Lamb. 27b)

4989 – Fragment de bord, appartenant probablement à la série 2784. Il rappelle notamment le type 2784 d, quoique avec une lèvre un peu plus épaisse et plus biseautée (fosse 2, fig. 87, no 10).

499Bol à paroi légèrement carénée 2825 (Lamb. 27c)

50010 – Fragment de bord d’un grand bol ; vernis très usé à l’extérieur. Par sa lèvre un peu épaissie et aplatie au sommet, et par un épaississement au niveau de la carène, il s’apparente notamment à F 2825 e 1 ; cet exemplaire de l’épave de Punta Scaletta à Giannutri, datable vers 140‑130, est appelé par N. Lamboglia « forme 27 b de grand format » (Lamboglia 1964) (fosse 3, fig.88, no 27).

50111 – Petit fragment de bord attribuable à un type plutôt profond de la série 2825 (cf. par exemple F 2825 d 1) (fosse 1S, fig. 84, no 8).

50212 – Petit fragment de bord, avec une légère inflexion (plutôt qu’une carène) sous le bord externe. L’appartenance à la série 2825, dans une variété profonde telle que 2825 d, est probable (fosse 1S, fig. 84, no 9).

503L’attribution d’autres fragments à cette série est un peu moins sûre, tout en restant une hypothèse vraisemblable, ou possible.

50413 – Petit fragment de bord. On peut penser soit à une patère, soit plutôt à un bol 2825. Vernis métallique à reflets cuivrés, surtout à l’extérieur (fosse 6, fig. 112, no 14).

50514 – Fragment de paroi. Il peut être attribué à l’espèce 2 20 et plus précisément, semble‑t‑il, à la série 2825. Mais il n’est pas exclu non plus que ce tesson appartienne au même vase que le no 19 (cf. infra) (fosse 1, non dessiné).

50615 – Petit fragment de bord ; il appartient aux séries 2825 ou 2983 (ch. 1 niv. sup., fig. 119, no 19).

50716 – Très petit fragment de bord. Il appartient aux séries 2825 ou 2983 comme le précédent (fosse 5, fig.107, no 24).

50817 – Fragment d’une paroi légèrement carénée, peut‑être attribuable à la série 2825. Très mal façonné, il présente sur la paroi externe un trou survenu pendant le tournage et qui n’a pas été rectifié (cf. no 40) ; vernis à reflets cuivrés (ch. 1 niv. sup. ; non dessiné). Cf. aussi les nos 5, 8, 18, 23, 38.

509Bol à large paroi infléchie dans sa partie supérieure 2843

51018 – Fragment de bord. Cette forme est aussi appelée « forme 27 b de grand format » par N. Lamboglia (Lamboglia 1964 ; cf. supra no 10). Elle figure également dans l’épave de Giannutri ; vers 140‑130). On pourrait penser aussi éventuellement à la série 2825 (ch. 1 div., fig. 119, no 20).

511Bol large à paroi incurvée 291 0

51219 – 3 fragments de bords (2 recollés). Leur attribution pose un problème : le petit bourrelet à l’intérieur de la lèvre rappelle les patères 2234 ; mais on penserait plutôt (sans aucune certitude) à une variante de F 2911 a, qui serait pourvue d’un bourrelet ; cf. aussi supra no 14 (fosse 1 ; fig. 82, no 17).

51320 – 2 fragments (recollés) de bord d’une patère profonde (comparable à F 2255 f ?) ou plutôt d’un bol très évasé proche de la série 2911. C’est une campanienne A assez tardive, négligemment tournée, mal lissée, et dont le vernis présente des reflets un peu cuivrés (fosse 6, fig. 112, no 10).

51421 – Fragment de bord ; paroi assez mince ; l’appartenance à la série 2912 est possible (ch. 1 div. ; fig. 119, no 21).

515Bol profond à paroi assez évasée et tendue 2950 (cf. notamment Lamb. 31‑33)

51622 ‑ Petit fragment de bord comparable à la lèvre de F 2952 a 1 de l’épave de la Isla Pedrosa à l’Estartit, datable de 150‑140. L’appartenance de ce fragment à la campanienne A est hautement probable, mais pas absolument sûre. Si la plupart des caractéristiques de la pâte et du vernis sont celles de la A. la couleur de la pâte est gris moyen. Il s’agit assez vraisemblablement d’un fragment brûlé (ch. 2 div., fig.119, no 22).

51723 – Minuscule fragment de bord ; on peut penser à l’espèce 2950, ou peut‑être à la série 2825 (ch. 2 div. ; non dessiné).

51824 – Fragment de bord attribuable probablement à la série 2952 ou 2954. Sous la lèvre interne, vestiges d’un décor incisé et surpeint en blanc, figurant un rinceau schématique encadré de deux filets blancs. 1/ reste le filet supérieur, une partie d’une feuille peinte et de la tige incisée après vernissage. Ce fragment serait datable du 2e ou du début du 3e quart du iie s. ? (Morel 1982) (fosse 3, fig. 88, no 26).

51925 – Très petit fragment de bord d’un bol profond, des espèces 2950 ou 2970 (ch. 1 niv. sup. ; non dessiné).

520Bollarge et très ouvert à paroi incurvée 2960

52126 – Gros fragment de bord d’assez bonne qualité. Sous la lèvre externe un outil a brouté, provoquant des guillochures ; attribuable à la série 2965 (ch. 1 div. ; fig. 119, no 24).

522Bol profond à paroi très évasée et tendue 2970 (forme Lamb. 33)

52327 – Fragment de paroi, à proximité du pied. L’épaisseur atteint jusqu’à 1,2 cm. On pourrait penser à un gros bol 2974 ou 2977 (ch. 2 div. ; non dessiné). Cf. aussi no 25.

524Bol à tendance hémisphérique 2980

52528 – Fragment de bord de bonne qualité. Il appartient probablement à la série 2983, plutôt que 2984 ; (fosse 5 ; fig. 107, no 23).

52629 – Petit fragment de bord ; probablement type 2983 a ou h (fosse 6 ; fig. 112, no 11).

52730 – Petit fragment de bord ; probablement de la série 2984, plutôt que 2983 (ch. 1 div. ; fig. 119, no 23).

528Forme inédite

52931 – Fragment de bord d’une forme tout à fait insolite. Vase profond, pourvu à l’extérieur d’une petite collerette horizontale. Au niveau de cette dernière, à l’intérieur, arrachement horizontal de la surface du vase. On pourrait éventuellement considérer le fragment, renversé, comme le pied d’un vase ; mais cette solution est rendue peu probable par les détails du profil, l’aspect du vernis et le diamètre de l’ouverture (12 cm environ), De toute façon, le fragment n’en serait pas moins insolite, On penserait plutôt à un cratérisque proche de la série 3510, pourvu sous le bord externe, comme les vases de cette série, d’un bourrelet anguleux quasi horizontal (ch. 3 div, : fig. 117, no 14),

530Le problème est que cette série 3510 n’est absolument pas attestée à ce jour en campanienne A. On peut se demander aussi si le fragment no 31 appartient bien à cette classe de céramique, Le doute demeure, certes, mais les caractéristiques techniques sont absolument, à l’œil nu, celles de la A : pâte « rouge » (rouge‑marron) grenue, vernis noir cuivré par places, mat‑luisant, parcouru de fines stries horizontales de tournassage,

531Nous sommes peut‑être ici en présence d’une de ces formes aberrantes que l’on rencontre exceptionnellement dans la campanienne A : si « industrialisée » que soit en effet la production de cette dernière, elle n’échappe pas parfois à la tentation de la pièce unique, rare ou hors norme, Il est vrai que ces essais, ces fantaisies, concernent presque exclusivement les premiers temps de la campanienne A, à la fin du iiie s, et au début du iie s, Mais précisément, les cratérisques étrusques F 3510 sont datables vers 250 ± 30 av, n. è. Aurions‑nous par conséquent ici un fragment particulièrement ancien, reflet d’une tentative d’imitation en campanienne A d’une forme qui a joui au 111o s, d’un grand succès dans l’Italie centro‑septentrionale ? Il est difficile de trancher, et le problème que pose ce fragment doit demeurer ouvert,

Fragments décorés

532La notion de décor est, ici, aussi relative qu’elle peut l’être pour la campanienne A : elle englobe aussi bien un véritable décor imprimé, incisé ou peint, si modeste soit‑il, que des sillons concentriques tracés avant vernissage au fond des vases,

53332 ‑ Petit fragment de paroi, probablement près du bord, Deux filets horizontaux très fins et très rapprochés sont surpeints en blanc, On pourrait penser peut‑être à un bol F 2952 (ch, 3 div, : non dessiné),

53433 ‑ Fragment de pied et de fond appartenant probablement à un bol. Mauvaise qualité : le vernis du fond interne est usé, Il reste une partie d’un décor estampillé : une feuille schématique, imprimée, non pas radialement, mais perpendiculairement au rayon du vase, ce qui est absolument exceptionnel. On s’attendrait à trouver, autour d’un décor de feuilles sur campanienne A (très probablement quatre feuilles), une zone de guillochures, Celle‑ci n’est pas visible en l’occurrence, mais un sillon circulaire court autour du décor imprimé, Cela aussi est exceptionnel, à moins d’envisager la possibilité que l’outil destiné à dessiner les guillochures n’ait pas « brouté », traçant ainsi un simple sillon. Il est probable en tout cas que nous ayons ici un exemplaire très tardif de décor imprimé (troisième, voire dernier quart du iie s, ?) (Morel 197) (ch. 1 div., fig. 119, no 25).

53534 – Fragment de fond, L’extérieur est mal lissé, Vestiges d’une zone de guillochures, impliquant la présence originelle d’un décor imprimé : datable probablement dans les trois premiers quarts du iie s, (ch. 1 div, : fig.119, no 26),

53635 – Fragment de fond d’une grande patère : le vase a peut‑être été brûlé, et la pâte en est grise, Sur le fond interne, guillochures qui entouraient originellement un décor imprimé (cf. no 34) (fosse 3 ; fig. 88, no 29),

53736 – Fragment de fond de patère, Vestiges de guillochures à l’intérieur (cf, no 34) (fosse 4 : non dessiné),

53837 – Fragment du pied et du fond d’une patère, dont le centre manque ; le pied est proche de P 211 b 3, que nous serions enclins à dater vers 100 ± 20, Le fond externe n’est pas entièrement vernissé, ce qui est exceptionnel dans la campanienne A : vernis à reflets métalliques cuivrés, Au niveau de la paroi interne du pied, sur le fond interne, est partiellement conservé un sillon peu profond, mais large, L’ensemble paraît relativement tardif, et remonte probablement au plus tôt à la fin du iie s, (fosse 1S, fig. 84, no 10). Cf. aussi no 24,

Fragments divers

53932 autres fragments de campanienne A ont été trouvés dans les trois chantiers de Feurs, Ils ne peuvent être rattachés à aucune forme précise, On peut tout au plus identifier parmi eux cinq fragments de parois de patères et deux fragments de parois de bols (dont un bol profond), outre les tessons suivants qui appellent de brèves remarques,

54038 – Deux fragments jointifs du pied et du fond d’un bol. Il pourrait s’agir d’un bol F 2825, Le pied est proche de P 235 (quoique moins anguleux, plus arrondi), et orienterait donc plutôt vers le iie s, (fosse 3 : fig. 88, no 28),

54139 – 3 fragments de paroi à reflets nettement cuivrés (ch. 1 div, : non dessinés),

54240 ‑ Fragment de paroi : l’extérieur est extrêmement mal fini : grosses stries horizontales, dérapage d’un outil ayant creusé un sillon presque vertical, gros trou en surface, sur lequel a été passé le vernis (cf. supra no 17) (ch. 1 niv, sup, : non dessiné),

543Enfin, l’appartenance d’un dernier fragment à la campanienne A est problématique,

54441 – Fragment du fond d’une patère plate, Pâte gris moyen, grenue : vernis d’un noir un peu pâle, formant une pellicule un peu écaillée et qui tend à se détacher de la pâte, Il n’est pas exclu, sans plus, qu’il s’agisse de campanienne A brûlée,

Cercle de la campanienne B

545Les fragments 42 à 51 appartiennent soit peut‑être, pour certains d’entre eux, à la campanienne B, soit en tout cas au « cercle de la campanienne » (Morel 1981 : 76), expression par laquelle nous désignons une nébuleuse de productions caractérisées fondamentalement par une pâte claire et par un répertoire de formes particulier, Ces productions sont issues de suggestions techniques et typologiques fournies par la campanienne d’Etrurie,

546Comme on sait, il est souvent difficile, pour une époque tardive, de distinguer visuellement les productions de ces divers ateliers, par exemple ceux d’Etrurie (campanienne du ier s.) et de Calès (variété particulière de campanienne ‑oïde), Nous n’hésitons donc pas à laisser le cas échéant la question pendante, dans l’attente d’éventuelles analyses de laboratoire, et estimons utile de donner une description des caractéristiques techniques susceptibles de permettre dans l’avenir une attribution plus précise (le degré de dureté de la pâte n’est mentionné que lorsqu’il est nettement inférieur à la moyenne),

547Pyxide large à pied distinct 1220 (forme Lamb. 2) ; Cf. peut‑être infra no 48

548Patère à bord relevé 2250 (forme Lamb. 5)

54942 – Fragment de bord de campanienne B’ ou B‑oïde, Pâte chamois, épurée, finement grenue : à l’intérieur, vernis noir à reflets un peu mordorés, solide, un peu luisant, satiné ; à l’extérieur, vernis noir pâle à taches brunes, terne, irrégulier, usé, Ce fragment peut être attribué à la série 2255, dont il présente le profil de lèvre caractéristique (ch. 1 div. ; fig.119, no 27),

55043 – Fragment de bord en campanienne B ou plutôt B‑oïde, Pâte chamois épurée, homogène, pas très dure : vernis noir et solide à l’intérieur, noir pâle et terne à l’extérieur, usé, assez solide, mat. A l’intérieur de l’espèce 2250 on pensera plutôt à la série 2257 (ch. 1 div, : fig.119, no 28),

551Bol large et peu profond à fond plat, à bord redressé, à base très large, 2300 (forme Lamb, 1)

55244 – Fragment de bord et de paroi, jusqu’au raccord avec le pied, Campanienne B ou plutôt B‑oïde, Pâte gris clair, épurée, homogène : vernis franchement noir, mat, finement rugueux, solide : le tesson a peut‑être brûlé, Sous le bord externe, deux cannelures horizontales. Ce fragment appartient à une série caractérisée par les deux cannelures externes, et par l’absence de méplat autour du pied : F 2321,2323 ou 2352 (ch. 1 div. ; fig. 119, nos 29).

55345 – Fragment de fond et de pied. Campanienne B ou B‑oïde. Pâte gris assez clair, épurée, finement grenue ; vernis franchement noir, presque mat, un peu rugueux ; la partie conservée est entièrement vernissée, y compris le fond externe. Deux sillons concentriques peu marqués sur la zone conservée du fond. Ce fragment appartient à l’une des séries caractérisées par l’absence de ressaut à l’extérieur du fond externe ; on pense en particulier à F 2323 (ch. 1 niv. sup. ; fig. 119, no  30).

55446 – Fragment de paroi, juste au‑dessus de l’attache du pied. Campanienne B ou B‑oïde. Pâte chamois à nuances grises et roses, épurée, homogène. Vernis noir très légèrement bleuté, lisse, assez mat, à peine satiné. Série probable : comme no 44 (pas de méplat autour du pied) (ch. 1 niv. sup. ; non dessiné).

55547 – Fragment de paroi et de bord (mais la lèvre n’est pas entièrement conservée). Campanienne B‑oïde. Pâte chamois clair, épurée, homogène ; vernis noir à reflets gris métallique, un peu craquelé, écaillé, plutôt rugueux. Sous le bord, à l’extérieur, deux cannelures horizontales énergiquement tracées. Appartient à une des séries de F 2300 caractérisées par la présence de ces cannelures (ch. 1 niv. sup. ; fig. 119, no 31).

556Pyxide profonde à base large 7500 (forme Lamb. 3)

55748 – 2 fragments de bords, peut‑être jointifs. Cercle de la campanienne B, voire campanienne B un peu brûlée. Pâte gris‑chamois clair, épurée, homogène ; vernis très noir, assez mat, finement rugueux, présentant à l’extérieur des stries de tournassage. Ces fragments appartiennent à une pyxide F 7550 ou, moins probablement, F 1220 (Lamb. 2) (fosse 6 ; fig. 112, no 13).

55849 – Petit fragment de bord. Pâte gris‑chamois clair, épurée, finement grenue ; vernis noir pâle à terne, plus ou moins mat, usé. Il s’agit probablement d’un bord de pyxide F 7500 de petites dimensions (le diamètre du bord est ici de 5 cm environ), à comparer à F 7552 a 1, trouvé précisément à Roanne. Campanienne B‑oïde locale ou régionale ? (ch. 1 div. ; fig. 119, no 32).

559Cf. aussi no J 50 et 51.

56050 – Fragment de fond et de paroi. Pâte gris‑chamois clair, épurée, très homogène ; vernis noir mat, plus strié que satiné ; vase entièrement vernissé. On peut penser à une pyxide Lamb. 3 pourvue d’une gorge anguleuse autour du fond externe, telle que F 7541,7551 ou plutôt 7552, vu la petite taille du vase (4 cm pour le diamètre du fond externe). Or cette dernière série est représentée notamment par l’exemplaire F 7552 a 1, trouvé à Roanne (cf. nos 49 et 51). Campanienne B‑oïde locale ou régionale ? (ch. 1 div. ; fig. 119, n33).

56151 – Petit fragment de fond et de paroi ; pâte gris‑chamois, épurée, homogène ; vernis noir, assez mat, avec des stries de tournassage. L’interprétation de ce fragment pose un problème, dans la mesure où il est irrégulièrement tourné. Il pourrait appartenir à la même pyxide que le no 50, en supposant que ce vase ait été mal fini intérieurement. Le bas de la paroi interne, surplombant, fait penser à l’exemplaire F 7552 a 1, trouvé à Roanne. Cf. nos 49 et 50 pour l’attribution (ch. 1 div. ; fig. 119, no 34).

Productions diverses à vernis noir

562Ces fragments appartiennent à des classes de céramique « non identifiables », c’est‑à‑dire qu’ils ne peuvent être rattachés à aucune des grandes classes de campanienne, A, B et B‑oïde (sauf peut‑être no 52), ou C.

56352 – Fragment du fond d’une patère plate. Pâte variant du chamois‑rosé au gris, avec des inclusions noires, un peu grenue ; vernis noir à petites taches grises, très mat, criblé de trous très fins. Il ne s’agit assurément pas de campanienne A ; peut-être campanienne B‑oïde ? (ch. 1 div. ; non dessiné).

56453 – Petit fragment de paroi, cassé longitudinalement (une seule face est conservée). Pâte gris clair, épurée, finement grenue, dure ; vernis franchement noir, mat, solide, avec de très fines stries de tournassage (ch. 1 niv. sup. ; non dessiné).

56554 – Petit fragment de bord dont la lèvre s’épaissit vers le haut. Pâte variant du beige‑gris au chamois clair, épurée, homogène ; vernis franchement noir, assez mat, satiné, mais plutôt lisse au toucher, un peu usé et troué. Ce fragment énigmatique paraît à première vue plus ancien que les autres, et pour tout dire plus « grec ». Sa classe et sa forme nous échappent. Le profil du bord rappelle, mais sans plus, le type 2625 c, et on pourrait penser, effectivement, à une production du iiie s. (fosse 6 ; fig. 112, no 12).

56655 – Fond, probablement d’un bol. Pâte ocre, épurée, finement grenue, dure ; le fragment est entièrement vernissé. Le pied est particulièrement petit (mince et surbaissé). Au centre, un décor rappelant les « pseudo‑ombilics » de la campanienne B ancienne : petite cavité à minuscule téton central, entourée de deux fins sillons concentriques. Nous ne savons comment classer ce vase étrange pour lequel nous ne connaissons aucun parallèle. La pâte et le vernis rappellent assez la campanienne A, mais il ne peut s’agir en l’occurrence de cette production (ch. 1 div. ; fig. 119, no 35).

56756 – Fragment de bord d’une grande patère à bord relevé (diamètre 40 cm environ). Pâte gris moyen à fines et rares inclusions blanches, un peu grenue, dure ; vernis gris foncé, mat, terne, très usé. La forme rappelle la série 22 4, et notamment le type 22 4 d, y compris dans le détail du profil de la lèvre. Cette série est donnée comme « caractéristique des productions "périphériques" (Sicile, Afrique, Gaule, Italie septentrionale) » (Morel 1981). Il ne s’agit pas, en tout cas, de campanienne C (ch. 1 niv. sup. ; fig. 119, no 36).

Céramiques à vernis rougeâtre (en marge de la céramique à vernis noir)

568Les fragments suivants (à l’exception sans doute du no 57) appartiennent à des productions dont le vernis présente diverses nuances de rouge, jusqu’au rouge noirâtre, et qui se situent « dans la mouvance » de la campanienne à vernis noir.

56957 – Fragment de bord d’un bol ? Pâte gris clair, épurée, grenue ; à l’extérieur et sur le dessus de la lèvre, vernis marron‑rouge presque mat, mince mais solide, lisse ; à l’extérieur, sous le bord, une cannelure horizontale (ch. 3 niv. sup. ; fig. 119, no 37).

57058 – Fragment de bord d’un bol évasé. Pâte ocre clair, épurée, homogène, tendre ; paroi assez mince ; à l’intérieur vernis noir‑marron, assez mat, mince, très lissé ; à l’extérieur le vernis présente les mêmes caractéristiques, mais est rouge foncé. Ce fragment appartient probablement au même vase que le no 59. En ce cas on doit penser à un bol anguleux proche de la série 2 60 : voir notamment F 2 65 a 1, trouvé à Roanne, qui présente un vernis brun foncé (il s’agit d’une production locale ou régionale, vraisemblablement du Ier s. (Morel 1981) (ch. 1 niv. sup. ; fig. 119, no 38).

57159 – Fragment de fond avec l’arrachement de la paroi intérieure du pied. Pâte ocre clair, épurée, homogène, tendre ; à l’intérieur, vernis noir‑marron assez mat, lisse ; à l’extérieur, le vernis est rouge foncé, mince, moins lisse. Sur le fond interne, un sillon assez large, mais peu prononcé. Ce fragment appartient presque certainement au même bol que le numéro précédent (ch. 1 niv. sup. ; fig. 119, no 39).

57260 – Fragment de bord analogue à no 5 quant au profil. Pâte ocre, épurée, homogène, dure ; vernis rouge‑carmin, mat, plutôt mince, rugueux, assez fragile (ch. 1 niv. sup. ; fig. 119, no 40).

57361 – Petit fragment de paroi légèrement incurvé. Pâte rose, épurée, homogène, peu dure ; vernis mat, mince, d’un rouge moyen à foncé. On peut penser à un fragment d’un bol 2865 (cf. les précédents fragments) (ch. 1 niv. sup. ; non dessiné).

57462 – Petit fragment de paroi ; pâte ocre, épurée, dure ; paroi mince ; vernis rouge‑carmin, mat, mince, un peu usé. Cf. nos 5 à 61 (ch. 1 niv. sup. ; non dessiné).

Observations sur la céramique à vernis noir

Considérations chronologiques

575La chronologie des céramiques à vernis noir, et notamment des campaniennes A et B, n’est pas si finement établie qu’il soit sans intérêt de confronter les datations jusqu’ici adoptées pour la campanienne aux données de la séquence stratigraphique de Feurs. Nous le ferons ici en retenant, parmi les fragments à vernis noir (ou assimilé) de ce site, ceux qui présentent au moins une des caractéristiques suivantes :

  • forme identifiable de façon peu ou pas douteuse ;

  • présence d’un décor ;

  • appartenance à une autre classe que la campanienne A ;

  • caractéristiques techniques particulières (qualité spécialement médiocre, par exemple).

576Les datations mentionnées ici pour la campanienne à vernis noir, et citées entre guillemets si elles sont textuellement reproduites, sont celles que nous avions adoptées dans notre typologie de cette céramique (Morel 1981), sans faire, on s’en doute, aucune référence au site de Feurs. Nous établissons la confrontation en présentant les fragments datables, dans l’ordre des différentes phases d’occupation, définies à partir de l’analyse des autres catégories de mobilier et indépendamment de la céramique à vernis noir. Pour plus de clarté dans la présentation, nous indiquons entre parenthèses, en regard de chaque phase, les datations proposées, bien que l’argumentation les concernant ne soit développée qu’en fin de ce volume (chapitre de synthèse).

577Phase 1 (160/1407 – 140/1207)

578La seule campanienne attestée dans cette phase est la A. Deux fragments sont plus ou moins identifiables :
– 14 : F 2825 (forme dont l’apogée paraît se situer vers le milieu ou le troisième quart du iie s.). ‑ 19 : F 2234 (les exemplaires en campanienne A de notre typologie sont attribués au deuxième ou troisième quart du iie s. ; en particulier, un exemplaire de l’épave de Giannutri daté de 140/
– 19 : F 2911, variante (en campanienne A, cette série est datée « probablement vers le dernier quart du iie s. »).

579Phase 2 (140/1207‑120/100)

580Ici encore, on observe uniquement de la campanienne A, avec notamment plusieurs fragments de la série 2825 (cf. ci‑dessus les nos 10, 11, 12). A noter aussi des fragments des formes suivantes :
– 9 : F 2824 d, « vers 110 ± 20 ? » ;
– 24 : F 2952, présente notamment dans l’épave de L’Estartit (vers 150/140), ou F 2954 (présente notamment dans l’épave de Giannutri, vers 140/130) ; le no 24 porte en outre un décor incisé et surpeint qui ne peut guère être postérieur au milieu du iie s. (Morel 1982) ;
– 22 : F 2952 a, présente dans la même épave de L’Estartit ;
– 37 : P 211 b « vers 10 0 ± 20 (7) » ; ce fragment est décoré d’un sillon, décor qui se développe après le milieu du iie s. (Morel 1978 et 1982).

581Phase 3 (120/100 ‑ 0/70)

582La campanienne A prédomine encore nettement, mais elle n’a plus l’exclusivité. Les formes repérables en campanienne A sont les suivantes :
– 1, 2 : F 1310, diverses variantes (peut‑être aussi no 4) ; en campanienne A, nous datons cette forme pour l’essentiel du iie s., souvent dans la deuxième moitié du siècle, et en certains cas « vers la fin du iie s. » (cf. F 1312 g 1) ou « vers 120/100 » (cf. F 1312 j 1) ;
– 4 ? : F 1443 ; en campanienne A, l’apogée de cette forme nous paraît se situer dans la deuxième moitié du iie s. ;
– 13 ? : F 2825 ; cf. ci‑dessus ; cette forme peut arriver « jusque vers 130 ± 20 » (cf. F 2825 d 1) ;
– 20 : F 2911 a ; « probablement vers le dernier quart du iie s. » ;
– 29 : F 2983 a ou b ; « autour du premier tiers du ier s. » ;
– 28: ce fragment peut appartenir soit à la série 2983 ((autour du premier tiers du iie s. », ou « vers 100 ± 20 »), soit à la série 2984 (voir F 2984 a 1, « vers 100 ± 30 ? »). Mais d’autres classes de céramiques sont présentes durant cette phase :
– 48 : cercle de la campanienne B, avec la forme 1220, que nous datons, en campanienne B ou B‑oïde, des iieier s. et notamment autour de 100 (cf. F 1222 b 1, c 1, e 1, f 1, g 1 ; F 1225 a 1), ou parfois un peu plus tard (voir F 1222 d 1, « première moitié du ier s. » ; F 1225 b 1, « vers 75/65 ») ;
– 41 : peut‑être une campanienne à pâte grise ;
– 54 : fragment énigmatique.

583Phase 4 (80/70‑vers‑20)

584La campanienne A est battue en brèche par d’autres classes à vernis noir, ou assimilables. Pour la campanienne A sont identifiées les formes suivantes :
– 3 : F 1310 ;
– 15 et 17 ? : F 2825. Pour ces deux formes il peut s’agir de vestiges plus anciens, mais sans doute peut‑on aussi s’interroger sur la nécessité de prolonger leur chronologie jusqu’au ier s. : c’est le cas probablement pour l’espèce 1310 (Arcelin 1980).
– 15 ? : F 2983 ; F 2983 a 1 et b 1 (« autour du premier tiers du ier s. ») et F 2983 c 1 (« vers 110 ± 20 »).

585On remarque aussi au cours de cette phase une présence assez marquée de la campanienne A à vernis cuivré (no 40 –3 fragments–, no 17 et 2 autres fragments) ou tournée avec la plus grande négligence (voir no 17, ainsi que divers autres fragments nettement médiocres).

586Les productions du cercle de la B sont représentées par trois fragments (nos 45, 46, 47) appartenant à l’espèce 2300, que nous datons essentiellement du ier s., qu’il s’agisse de la première moitié, du milieu, voire de la deuxième moitié du siècle.

587On note aussi deux fragments à pâte grise (nos 53 et 56) : le curieux fragment no 56, que nous hésiterions du reste beaucoup, en fin de compte, à assimiler à la céramique campanienne, et surtout, cinq fragments dont le vernis varie du rouge au noirâtre (nos 57‑61) et qui représentent une céramique de transition du vernis noir vers la sigillée. Quatre d’entre eux semblent appartenir au type 2 65 a « probablement ier s. » (voir aussi F 2865 b 1, « ier s., plutôt milieu ou deuxième moitié du siècle »).

Niveaux mêlés

588Enfin, il n’est pas sans intérêt d’examiner sous l’angle de la chronologie des tessons provenant de niveaux mêlés ou d’ensembles mal situés en chronologie relative du fait de leur faible quantité de mobilier, et qui peuvent se rapporter à l’une ou l’autre des phases précédentes. On peut s’attendre à trouver parmi eux aussi bien des fragments datant de la phase 1 que des fragments datant de la phase 4, avec peut‑être une prédominance de ces derniers, qui correspondent à la dernière en date des phases d’occupation. C’est effectivement ce que nous constatons.

589On trouve en effet, d’une part des fragments de campanienne A relativement ancienne, du iie s., tels les nos 33 et 34 avec leur décor imprimé, et d’autre part une certaine abondance de campanienne du cercle de la B, avec pas moins de sept fragments (nos 42 à 44, 49 à 52). On notera en particulier une forme 2300 (no 44, cf. ci‑dessus nos indications chronologiques sur cette forme), et trois fragments rappelant de très près le type 7752 a, du « troisième quart du ier s. ».

590La présence dans ce lot de l’étrange fragment no 55 ne nous éclaire malheureusement pas sur la datation de celui‑ci. Notons, à tout hasard, son vernis un peu cuivré.

591Ainsi, les datations supposées de la céramique campanienne corroborent‑elles la chronologie relative et les datations établies à partir d’autres indices très divers, et réciproquement. On en tirera, au choix, l’une des deux déductions suivantes : ou bien l’une et l’autre chronologies sont à peu près justes, ou bien l’une et l’autre sont faussées, dans le même sens et avec les mêmes marges d’erreur...

Le faciès de la campanienne de Feurs

592Le faciès des céramiques à vernis noir de Feurs se dégage partiellement des remarques qui précèdent. Nous dirons même qu’il s’en dégage pour l’essentiel, car une vision diachronique est nécessaire en ce domaine. Toutefois, cet ensemble de céramiques appelle quelques observations plus générales.

593L’échantillonnage de Feurs se caractérise, parmi ceux que l’on connaît en Gaule interne, par une certaine ampleur et une certaine amplitude.

594Ampleur numérique, toute relative, certes : une centaine de tessons (95 fragments de céramique à vernis noir auxquels s’ajoutent 6 fragments à vernis rouge dont 5 en « quasi campanienne »). Ce n’est pas beaucoup en chiffres absolus, sans doute, mais ces fouilles, malgré tout ponctuelles et de courte durée, n’ont pas fourni beaucoup moins de tessons que les fouilles centenaires de Délos, où nous en avons relevé quelque 150 fragments (Morel 19 6) (pour comparer deux sites très marginaux où la campanienne ne risquait guère, en toute hypothèse, de parvenir en grandes quantités). Les 0,45 % que représente en moyenne la céramique à vernis noir sur l’ensemble de la céramique de Feurs ‑amphores comprises ‑confirment cette impression d’une présence qui n’est ni tout à fait infime, ni, moins encore, imposante.

595Amplitude chronologique, puisque ce matériel s’échelonne du milieu du iie s. (sinon avant) jusqu’au troisième quart du ier s.

596Amplitude enfin, des fabriques représentées, qui vont de la A aux diverses classes du cercle de la B, des céramiques à pâte grise (à défaut de la C, en tout état de cause extrêmement rare en Gaule interne), à celles à vernis plus ou moins rouge. Mais bien entendu, ces productions sont très inégalement présentes à Feurs. Si l’on exclut les cinq ou six tessons à vernis plutôt rouge, les chiffres respectifs sont les suivants :

Camp. A sûre :

77 frgts

1,05 %

Camp. A possible :

2 frgts

2,11 %

Cercle de la B :

11 frgts

11,5 %

Pâte grise :

2 frgts

2,11 %

Autres :

3 frgts

3,15 %

597En revanche, l’échantillonnage des formes attestées à Feurs est restreint. Toute glose sur ce sujet serait prématurée, car des comparaisons avec d’autres sites seraient nécessaires. Mais il est certain que les répertoires des campaniennes A et B, pour la période considérée, ne sont que très partiellement représentés : question d’offre, de demande ?

598Nous avons parlé d’étalement dans le temps, de diversité des fabriques : ces traits rappellent assez ce que l’on observe à Roanne, où le répertoire des céramiques importées frappe par son extraordinaire (quoique toute relative) variété (Morel 1985). Il est certain que le Forez bénéficie à cet égard d’une irrigation commerciale peu commune en Gaule interne.

599A notre connaissance, c’est la campanienne B qui prédomine à Roanne (Morel 1985). Il en va tout autrement dans les niveaux fouillés à Feurs. On peut donc supposer que ceux‑ci sont relativement anciens dans l’ensemble, comme le confirme, du reste, la datation proposée par ailleurs (cf. § 4.1.). Deux observations confirment cette impression :

  • la présence de quelques fragments qui peuvent difficilement descendre très au‑dessous du milieu, ou au plus tard, du troisième quart du iie s., le plus typique étant le no 24 ; une fois de plus, nous observons que la campanienne du iie s. est assez bien attestée en Gaule interne (Morel 1985) ;

  • en sens inverse, l’absence presque totale des décors sur campanienne A formés uniquement de cercles incisés (un seul ex., no 37) ; le contraste ne saurait être plus total à cet égard avec un site riche en campanienne A tardive, comme l’oppidum de La Cloche près de Marseille (Arcelin 1980).

600La campanienne B et ses variantes ont pu relayer la A dans une certaine mesure. C’est apparemment dans le courant de la première moitié du ier s. que la campanienne du cercle de la 8 apparaît à Feurs. Il est difficile d’en déterminer les raisons, qui peuvent être multiples : affaiblissement du dynamisme commercial de la A, naissance de nouvelles officines de B‑oïde, changement de. goût..., mais aussi, peut‑être, éviction progressive en Gaule interne d’un commerce grec, massaliète, par un commerce romain (Morel 1985). Que des commerçants massaliètes aient été présents en Forez pourrait être (soyons prudents) confirmé par le graffite EUKRITOUL[...] en caractères grecs sur campanienne A, trouvé à Roanne, et dans lequel, contrairement à M. Lejeune, je verrais volontiers un anthroponyme grec (Lejeune 1985 ; Morel 1985).

601Enfin, il est intéressant de relever, à Feurs comme à Roanne, des indices possibles en faveur d’une fabrication locale ou régionale de vases à vernis noir, avec des formes empruntées à la campanienne B (nos49 à 51), mais aussi des produits caractérisés par un vernis tirant sur le rougeâtre et par ces formes nouvelles qui annoncent, un peu partout dans le monde romain, le passage à la céramique sigillée (nos 58 à 62).

602Tous ces éléments concourent à faire du faciès « campanien » de Feurs, inconnu voici peu, un des plus complets et des plus intéressants de la Gaule interne.

Céramique à reliefs (J.‑P. Morel)

603Un seul fragment entre dans cette catégorie : fragment de bord d’un bol ; paroi assez épaisse, verticale, s’amincissant vers la lèvre. Pâte ocre, épurée, finement grenue, dure ; vernis rouge avec des taches plus noirâtres à l’extérieur, mat, rugueux, solide ; stries de tournage à l’intérieur ; sous un mince listel horizontal, vestiges d’un décor en relief non interprétable (ch. 1 div., fig. 119, no 41).

604Ce fragment rappelle de très près, aussi bien par ses caractéristiques techniques que par son profil, des bols à reliefs trouvés à Olbia de Provence, en association avec de la campanienne A et B et de la céramique grise ampuritaine, et qui s’échelonnent entre la première moitié du iie s. et le milieu du ier s. (Bats 1979 : voir notamment le no 3 pour le vernis et le no 6 pour le profil). En ce sens on pourrait y voir un autre témoin du commerce massaliète vers l’intérieur de la Gaule.

605Les bols à reliefs sont extrêmement rares en Gaule interne. Les deux seuls sites où nous en connaissions sont Vieille‑Toulouse et, précisément, Roanne (Bessou 1976 : pl. 53, no 9 ; Morel 1985).

Céramique grise ampuritaine (J.‑P. Morel)

606Un nombre non négligeable de fragments de céramique grise ampuritaine a été trouvé à Feurs. Ils sont caractérisés par une pâte grise, très épurée, homogène, dure, parfois recouverte par un engobe de teinte plus foncée (indépendamment de la tonalité plus sombre par rapport au cœur de la paroi que la surface peut prendre sous l’effet d’un lustrage). Le répertoire des formes, monotone, consiste essentiellement en cruches à bouche ronde de forme grosso modo bitronconique, les jarritas. Nous présentons ces fragments dans l’ordre des phases de la chronologie relative du site établie à partir des autres catégories de mobilier.

Phase 1

6071 – 11 fragments de parois : pâte gris moyen avec de légères variations plus ou moins claires ou foncées ; traces d’un engobe gris foncé sur deux fragments ; sur un fragment le ressaut du raccord panse/col et un listel sont visibles ; sur un autre fragment apparaît un gros listel entre deux sillons horizontaux ; sur un troisième, un listel (fosse 1 ; non dessinés).

Phase 2

6082 – 1 fragment de bord et 10 fragments de panses ; le bord comporte une lèvre épaissie à profil typique ; pâte gris moyen ; engobe gris foncé à l’intérieur et à l’extérieur ; aucun listel n’est visible sur les 3, cm de paroi conservés sous la lèvre (fosse 2 ; fig. 87, no 11) ; par contre un fragment de panse à engobe, comme le bord ci‑dessus, comporte le ressaut caractéristique à la liaison col/panse et un listel (fig. 87, no 11). ur les 9 autres fragments de panse, 4 comportent aussi un engobe gris foncé.
3 – 25 fragments : 3 appartiennent à un fond, les 22 autres à des panses. Le fond présente une pâte grise assez foncée ; traces d’engobe gris foncé à l’intérieur comme à l’extérieur du vase. La forme de la base est insolite. Il ne s’agit peut‑être pas d’une jarrita. Aucun pied de ce genre ne figure en tout cas dans la typologie de ces petites cruches récemment élaborée par C. Aranegui (Aranegui, à paraître). On pourrait éventuellement penser, sans aucune certitude, à une cruche à col cylindrique (Almagro 1953 : l, p. 394, no 13) (fosse 1 ; fig. 84, no 11). Parmi les 22 fragments de panse, tous à pâte gris moyen ou gris foncé, il convient de noter : deux fragments présentant le ressaut caractéristique (fosse 1 ; non dessinés), un départ inférieur d’anse (fosse 1 ; non dessiné) et l’absence de tout listel nettement identifiable.

Phase 3

6094 – 1 fragment de paroi (au raccord de la panse et du col) avec partie inférieure d’une anse. Pâte gris moyen ; un « lissage » à l’estèque énergique et désordonné a créé des entailles superficielles en tous sens (fosse 4 ; fig.104, no 17).

Divers

6105 – Petit fragment de paroi (au raccord de la panse et du col) et partie inférieure d’une anse ; pâte gris moyen ; présence probable d’un engobe gris foncé (ch. 1 div. ; fig. 119, no 42).

6116 – Fragment de bord de profil inhabituel ; pâte gris assez clair, sans engobe. Malgré une forme insolite, les caractéristiques de la pâte et de la surface conseillent de classer ce fragment dans la céramique grise ampuritaine (ch. 3, fossé no 2. ; fig. 115, no 22).

612La présence de céramique grise ampuritaine à Feurs peut paraître naturelle, puisque cette céramique était déjà connue à Roanne (Bessou 1976 : pl. 55, no 5 ; Vaginay 1985 : fig. 28) ainsi qu’à Aulnat et, plus au sud, au Pègue et à Vieille‑Toulouse (Morel 1985). Ce qui frappe plutôt, c’est son abondance relative : une cinquantaine de fragments à Feurs. A titre de comparaison, signalons qu’à Carthage des milliers de mètres cubes de déblais puniques antérieurs à 146 av. n. è., fouillés pendant une quinzaine d’années, n’en ont livré qu’une quantité à peu près quatre fois supérieure.

613Chronologiquement, la céramique grise ampuritaine est attestée à Feurs presque uniquement durant les deux premières phases : 11 tessons dans la phase 1, 36 dans la phase 2. La phase 3 n’en a livré qu’un tesson et seulement deux tessons proviennent des niveaux non datés. Il faut bien entendu manier ces chiffres avec toute la prudence nécessaire : certains de ces fragments (ceux de parois en tout cas) peuvent appartenir au même récipient ; mais l’ensemble de ces tessons paraît correspondre à une demi‑douzaine d’exemplaires au moins.

Céramique à pâte claire

614Cette céramique, assez bien représentée à Feurs (4 fragments), se caractérise par une pâte chamois clair, chamois‑beige, beige‑rosé ou beige‑jaunâtre, tantôt compacte, tantôt franchement poreuse, dont la surface est parfois soigneusement lissée et porte, exceptionnellement, un engobe rose. Les formes reconnaissables sont des cruches à panse ovoïde ou sphérique, col cylindrique, lèvre épaissie en amande, pied annulaire, et des pelves Nous présentons ces fragments dans l’ordre de la chronologie relative du site, comme pour la céramique grise ampuritaine.

Phase 1

6151 – Fragment de bord évasé (cruche ?) ; lèvre épaissie et légèrement infléchie vers l’extérieur (fosse 1 ; fig. 82, no 18).

Phase 2

6162 – Fragment de panse de cruche (fosse 2 ; non dessiné).
3 – Fragment de bec verseur de pelvis ; pâte finement micacée (fosse 3 ; fig. 88, no 30).
4 – 5 fragments (dont 2 collés) ; fragments de parois de cruches : un bord avec col pratiquement cylindrique et une lèvre en amande légèrement incurvée à l’intérieur, fragment de col cylindrique avec l’amorce de la panse (fosse 7 ; fig. 112, no 30).
5 – 5 fragments de parois : l’un d’eux présente des traces d’un engobe rose et semble appartenir à un plat à marli ; les autres appartiennent à des cruches (fosse ; non dessinés).

Phase 3

6176 – 10 fragments de cruches, dont un fond ; le fond est pourvu d’un pied à parois parallèles qui s’élargit légèrement vers le bas (fosse 6 ; fig. 112, no 5) ; les 9 autres fragments appartiennent à des panses (non dessinés).
7 – 5 fragments de cruches : un bord à lèvre épaissie en amande et amorce de col cylindrique (fosse 4 ; fig. 104, no 18) ; un fond à pied, proche du no 6 (fosse 4 ; fig. 104, no 19) ; les 3 autres fragments appartiennent à des panses de cruches.
8 – 3 fragments de panses de cruches (fosse 5 ; non dessinés).
9 – 5 fragments de panses de cruches ; sur un fragment l’arrachement du raccord de la panse et du pied est visible ; engobe rose pâle à l’extérieur ; sur un fragment de col, trou de réparation de 3 mm de diamètre près d’une cassure (fosse 9 ; non dessinés).

Phase 4

61810 – 3 fragments de panses de cruches (ch. 1 niv. sup. ; non dessinés).
11 – 1 fragment de panse à surface très corrodée (peut‑être un pelvis 7) (ch. 3 niv. sup. ; non dessiné).
12 – Fragment de bord de pelvis à lèvre évasée et épaissie parcourue par une gorge près de son raccord avec la vasque ; cette lèvre est traversée par un trou d’1 cm de diamètre environ, percé avant cuisson (ch. 2 niv. sup. ; fig. 11, no 31).

Hors ensemble

61913 – Fragment de pied de cruche (idem no 6) (ch. 3 amas no 12 ; non dessiné).
14 – Fragment de pied de cruche, (idem no 6) (ch. 1 div. ; fig. 119, no 43).
15 – Fragment de panse de cruche avec arrachement du pied, (idem no 6) (ch. 1 div. ; non dessiné).
16 – Fragment de panse de cruche (ch. 3 div. ; non dessiné).
17 – Fragment de pied de cruche (ch. 1 div. ; fig. 119, nos 44).
18 – Fragment de bord de pelvis à lèvre triangulaire très épaissie (ch. 2 div. ; fig. 119, no 45).

620Ces divers fragments de cruches ne sont pas sans évoquer, tant par l’aspect de la pâte que par la forme des récipients, des productions italiques ou sud‑gauloises bien connues en Gaule méditerranéenne à partir du iie s. (voir par exemple pour le Languedoc oriental, Dedet 1976 : pl. 20, nos 8 et 24, no 4). Ces productions avaient déjà été repérées dans une fosse du site de Goincet datée du courant du iie s. (Vaginay 1984). A Roanne, par contre, elles sont rarissimes. Leur présence à Feurs dans toutes les phases d’occupation, avec une prédominance pour les phases 2 (11 fragments) et 3 (23 fragments) suggérerait qu’elles parviennent en Gaule interne à peu près en même temps qu’elles se répandent dans le Midi.

621Pour ce qui concerne les pelves, il convient de remarquer tout d’abord qu’ils sont fort rares (1 fragment dans la phase 2, 1 dans la phase 4 et 1 indatable). Par ailleurs, leur fragmentation rend difficile leur identification. Le fragment no 15 n’est pas sans évoquer un fragment recueilli dans la fosse de Goincet mentionnée ci‑dessus (Vaginay 1984). Par contre pour le bord no 12, il est difficile de trouver des comparaisons.

622N.B. : tous les dessins de céramiques ci‑après sont à. l’échelle 1/3, exception faite de deux panses d’amphores (fig. 4, no 1 et 104, no 3) représentées au 1/6 vue leur taille. Par ailleurs, pour les importations de campanienne, céramiques grise ampuritaine et à pâte claire, les nos indiqués en légende renvoient aux inventaires respectifs du texte.

Fig. 75 – Mode de représentation des finitions et décors de céramiques. Les finitions ne sont indiquées sur le dessin que lorsqu’elles ne couvrent qu’une partie de la surface externe ou interne ; sinon elles sont simplement indiquées dans la légende. Pour l’égalisation ou le grattage (pour les céramiques non tournées), la surface du vase est laissée blanche. Lorsqu’une finition n’est pas indiquée dans la légende, c’est donc soit qu’elle figure sur le dessin, soit qu’il s’agit de l’une des deux finitions précédentes.

Fig. 76 – Fosse 1,vases non tournés, classe1 – no 1 : type 1111 ; no 2 : type 1151,int.peigné ; no 3 : type 1151,ext.gratté ; no 4 : type 1153 ; no 5 type 1212,ext.gratté.int.lissé ; nos 6 et 7 : type 1212, int.lissé

Fig. 77 – Fosse 1, vases non tournés, classe 1 – no 1 : type 1221 ; no 2 : type 1221, int. lissé ; no 3 : type 1221, ext. gratté, int. lissé ; no 4 : type 1231, ext. gratté, int. lissé ; nos 5‑7 : type 1234, int. lissé ; no 8 : type 1233 ; no 9 : type 1342 ; no 10 : bord type indéterminé, lissé ; no 11 à 13 : panses décorées ; no 14 : bord d’urne de type » Besançon ».

Fig. 78 – Fosse 1, vases non tournés, classes 1 à 4 – nos 1 et 2 : type 1812, intérieur lissé (no 2 à décor plastique extérieur) ; no 3 : type 1812, ext. gratté, int. lissé ; nos 4 et 5 : fonds classe 1 ; nos 6 et 7 : décors d’incisions ponctuelles sur panse de vases de la classe 1 ; nos 8 et 9 : fragments de vases à décor d’impressions digitées ; no 10 : type 2211, int. Et ext. lissés ; nos 11 et 12 : type 3261, ext. Et int. lissés ; nos 13 et 16 : type 4111 ; nos 14 et 15 : type 4112 ; nos 17 et 18: type 4114 ; no 19 : type 4115 ; nos 20 à 23 : type 4116.

Fig. 79 – Fosse 1, vases non tournés, classes 5 et 6 et indéterminés – nos 1 à 10 : type 5111 à décor lissé intérieur ; nos 11 à 14 : type 5111 ; nos 15 et 16 : couvercles type 621 ; no : 17 et 18 : formes indéterminées.

Fig. 80 – Fosse 1, vases tournés demi‑fins et fins lissés, classes 1 à 3 – nos 1 et 2 : vases demi‑fins type 1112 ; nos 3 à 5 : vases demi‑OB fins type 1211 ; no 6 : fond de vase ovoïde demi‑fin ; no 7 et 9 : vases fins lissés type 1002 ; no 8 : vase fin lissé type 1004 ; no 10 : panse de vase fin lissé à décor lissé, classe 1 ; no 11 : vase fin lissé de type indéterminé ; no 12 : vase fin lissé type 1006 ; no 13 : fond de vase fin lissé, classe 1 ; nos 14 à 17 : fragments de piédestaux de vases fins tournés (classe 1 probable) ; no 18 : jatte fine lissée type 3212 ; no 19 et 20 : jattes fines lissées type 3213.

Fig. 81 – Fosse 1, vases tournés fins lissés, classe 5 – nos 1 à 4 : écuelles type 5111 à décor lissé ; nos 5 et 7 : écuelles type 5112 à décor lissé ; no 6 écuelle type 5113 à décor lissé ; nos 8 et 10 : type 5114 à décor estampé (no 8) ; no 9 : type 5122 ; nos 11 et 12 : coupes de type 5121 ; nos 13 à 17 : fonds de vases des classes 4 ou 5 (nos 15 à 17 à décores tampé ou incisé ; le no 17 est en plus recouvert d’une peinture ocre foncé).

Fig. 82 – Fosse 1, vases peints et importations –nos 1 à 16 : céramique peinte ; no 1, bord de vase type 1511 ; no 2, bord de vase type 1511 à décor géométrique brun sur fond blanc ; nos 3 à 5, fonds de vases type 1511 probable ; no 6, vase type 1511, décor sur fond blanc effacé ; nos 7 et 8, panses de vase type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 9, panse de vase classe 1 à décor géométrique brun sur fond rouge ; nos 10 à 13, panses de vases classe 1 à décor géométrique brun sur fond blanc ; nos  14 et 15, bords de vases type 1006 à peinture blanche ; no 16, bord de vase type 1005 à décor de bandes blanche et rouge ; no 17 : bord de campanienne A no 19 ; no 18 : bord de cruche (?) en pâte claire no 1,

Fig. 83 – Fosse 1 sup., céramique indigène et amphores – nos 1 à 5 et no 9 : vases non tournés ; no 1, type 1151 ; nos 2 et 3, panses de vases de la classe 1 ; no 4, écuelle type 4111 ; no 5, fond d’écuelle, classe 4 ou 5 à décor lissé ; no 9, vase type 4211 à surfaces lissées ; nos 6 à 19 : vases tournés fins lissés ; no 6, vase classe 1 type indéterminé ; nos 7 et 8, panses de vases (classe 1) à décor estampé ; nos 10 et 11, jattes type 3212 ; no 12, bol imitation campanienne type 4131 ; nos 13 et 14, écuelles type 5113 ; nos 15 et 16, coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 17 à 19, fonds de vases des classes 4 ou 5 ; nos 20 à 28 : céramique peinte ; no 20, type 1521 ; no 21, fond de vase type indéterminé ; no 22, panse à décor zoomorphe (lyre) ; nos 23 à 25, panses de vases (classe 1) à décor géométrique ; no 26, bord type 1006 ; no 27, fragment de piédestal ? ; no 28, fragment de coupe type 4141 (?) ; nos 29 et 30 : lèvres d’amphores (type 2), Dr. 1A.

Fig. 84 – Fosse 1 sup., amphores et autres importations – no 1 : panse d’amphore Dr. 1A, estampille à la base de l’anse ; no 2 : épaule d’amphore Dr. 1A ; no 3 : épaule d’amphore Dr. 1 ; no 4 : fond d’amphore type Dr. 1A ; nos 5 et 6 : graffiti avant cuisson sur panse d’amphore Dr. 1 ; no 7 : section d’anse d’amphore Dr. 1 ; nos 8 et 9 : bords de campanienne A ; no 11 et no 12 ; no 10 : pied de campanienne A no 37 ; no 11 : fond de pichet gris ampuritain no 3.

Fig. 85 – Fosse 2, céramique non tournée – no 1 : vase type 1221, int. égalisé ; no 2 : type 18120u 3111 (?), int.lissé ; no 3 : écuelle type 4112 à décor lissé ; no 4 : écuelle type 4111 ; no 5 : écuelle type 4114 ; nos 6 et 7 : écuelles type 4113 ; no 8 : écuelle type 4115 ; no 9 : écuelle type 4116 ; nos 10 à 12 : écuelles type 5111 ; no 13 : couvercle type 621 ; no 14 : bouton de couvercle (?).

Fig. 86 – Fosse 2, vases tournés demi‑fins et fins lissés – nos 1 et 3 : vases ovoïdes demi‑fins type 1112 ; nos 2, 4 et 5 : vases fins lissés classe 1 ; no 6 : fragment de vase‑support ; no 7 : panse vase fin classe 1 à décor estampé ; no 8 : vase fin fuselé classe 1 à décor lissé ; nos 9 à 12 : bols imitation campanienne type 4131 ; no 13 : écuelle fine type 5112 ; nos 14 à 16 : coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 17 à 19 : fonds vases fins classe 4 ou 5.

Fig. 87 – Fosse 2, vases peints et importations –nos 1 et 2 : vases peints type 1311 à décor géométrique brun sur fond blanc et rouge ; no 3 : bord de vase peint type 1511 ; nos 4 et 5 : fonds de vases peints type 1511 ; no 6 : panse de vase peint à décor géométrique brun sur fond blanc ; no 7 : panse de vase peint à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 8 : panse de vase type 1511 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 9 : panse de vase type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 10 : bord de campanienne A no 9 ; no 11 : pichet gris ampuritain no 2.

Fig. 88 – Fosse 3, céramique indigène et importations – nos 1 à 15 : céramique non tournée : no 1, vase type 1221, ext. gratté ; no 2, vase type 1221 ; no 3, vase type 1141, int. égalisé ; nos 4 à 6, panses de vases ovoïdes classe 1 à décor sur l’épaule ; nos 7 et 8, panses de vases classe 1 à décor sur la panse ; no 9, fond de petit vase de forme indéterminée ; nos 10 à 13, écuelles type 4116 ; no 14, écuelle type 5111 ; no 15, écuelle type 5113 ; nos 16 à 20 : céramique tournée demi‑fine (no 17) et fine lissée (nos 16, 1 à 20) ; no 16, jatte carénée type 3212 ; no 17, bord de vase ovoïde type 1112 ; no 18, bol imitation campanienne type 4131 ; nos 19 et 20, écuelles type 5113 ; nos 21 à 25 : vases peints ; no 21, vase ovoïde type 1311 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 22, vase peint type 1511 à décor géométrique brun sur fond blanc ; no 23, bord de vase classe 1 ; no 24, panse de vase classe 1 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 25, bord de vase peint ; nos 26 à 30 : importations ; no 26, bord de campanienne A à décor peint blanc intérieur no 24 ; no 27, bord de campanienne A no 10 ; no 28, fond de campanienne A, no 38 ; no 29, fragment de campanienne A no 35 ; no 30, fragment de bec verseur de pelvis en pâte claire.

Fig. 89 – Fosse 4, vases non tournés, classe 1 – no 1 : type 1112, int. lissé ; no 2 : type 1112 ; no 3 : type 1141 ; no 4 : type 1141, int. lissé ; no 5 : type 1151 ; no 6 : type 1151 ; no 7 : type 1151, int. lissé.

Fig. 90 – Fosse 4, vases non tournés, classe 1 – no 1 : type 1223 ; no 2 : type 1221 ; no 3 : type 1223 ext. lissé ext. lissé ext. lissé ; no 4 : type 1231 ; no 5 : type 1231, int. lissé ; no 6 : indéterminé ; no 7 : type 1242 ; no 8 : type 1235, ext. gratté ; nos 9 à 12 : panses décorées.

Fig. 91 – Fosse 4, vases non tournés, classe 1 – no 1 : type 1331 ; nos 2 à 5 : type 1331 ; nos 6 à 9 : fonds de vases non tournés, classe 1 ; no 10 : fond percé au centre après cuisson.

Fig. 92 – Fosse 4, vases non tournés, classes 1 à 3 – nos 1 à 11 : fragments de vases de type indéterminé (classe 1, 2 ou 3) à décor d’incisions ou d’impressions ; no 12 : panse à décor plastique ; no 13 et 14 : fragments de dolia ; nos 15 : vase type 2121, int. lissé ; no 16 : vase type 1812 ; no 17 : marmite type 3111 ; no 18 : marmite type 3111, int. lissé ; no 19 : marmite type 3113 ; no 20 : marmite type 3112, int. lissé ; no 21 : fragment de marmite ? ; no 22 : fragment de type non identifié (classe 2 ?).

Fig. 93 – Fosse 4, vases non tournés, classe 4 – no 1 : écuelle type 4116 ; no 2 : écuelle type 4111 ; nos 3 à 6 : écuelles type 4112 ; nos 7 à 11 : écuelles type 4113 ; no 12 : écuelle type 4115 ; no 13 : écuelle type 4116.

Fig. 94 – Fosse 4, vases non tournés, classes 5 et 6 – nos 1 à 7 : écuelles type 5111 ; nos 8 et 9 : écuelles type 5113 ; nos 10 à 13 : couvercles type 621 ; nos 14 et 15 : boutons de couvercles.

Fig. 95 – Fosse 4, vasestoumésdemi‑fins, classe 1 – nos 1, 3, 9 : vases ovoïdes type 1112 ; nos 2, 4 à 8, 10, 11 : vases ovoïdes type 1311.

Fig. 96 – Fosse 4, vases tournés demi‑fins et fins lissés, classe 1 – nos 1 à 4 : vases demi‑fins ovoïdes type 1113 ; nos 5 à 7 et 10 : vases fins ovoïdes type 1114 à décor estampé ou incisé (no 10) ; nos 8 à 9 : vases fins ovoïdes type 1131 (no 8 à décor incisé).

Fig. 97 – Fosse 4, vases tournés fins lissés, classe 1 – nos 1 à 4 : panses de vases ovoïdes à décor estampé (type 1114 probable) ; nos 5 à 7 : panses de vases ovoïdes à décor incisé ondé au peigne (type 1311 probable) ; nos 8 et 9 : panses de vases ovoïdes à décor incisé ; no 10 : fond de vases ovoïde ; nos 11 et 14 : vase élancé type 1521 ; nos 12 et 13 : vases ovoïdes type 1321 ; no 15 : vase type 1002 (nos 11,13,14,15 : ext lissé).

Fig. 98 – Fosse 4, vases tournés fins lissés, classes 1 à 4 – no 1 : vase type 1003 ; nos 2 à 4 : bords de vases classe 1 ; nos 5 et 6 : fonds de vases classe 1 ; nos 7 à 10 : panses de vases classe 1 à décor lissé ; no 11 : panse de vase classe 1 à décor incisé (ou estampé ?) ; no 12 : jatte type 3213 ; nos 13 à 16 : bols imitation campanienne type 4131 ; nos 17 à 21 : Cols type 4132 ; no 22 : bol type 41 06 ; no 23 : bol type 4104.

Fig. 99 – Fosse 4, vases tournés fins lissés, classe 5 – nos 1, 2, 5, 10 : écuelles type 5111 ; nos 3, 4, 6 à 9, 11 : écuelles type 5112 ; no 12 : écuelle type 5113 ; nos 13 à 15 : types 5122 ; nos 16 à 19 : coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 20 à 28, 31, 32 : fonds de vases classe 4 ou 5 à décor estampé ; nos 29, 30, 33, 34 : fonds de vases classe 4 ou 5.

Fig. 100 – Fosse 4, vases tournés fins lissés et peints – no 1 : vase‑support fin lissé à décor estampé ; nos 2 à 5 et 7 : vases peints type 1311 à décor géométrique brun sur fond blanc et rouge ; no 6 : vase peint type 1311 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 8 : vase peint type 1321 à fond rouge, avec épaulement peint en blanc.

Fig.101 – Fosse 4, vases peints et micacés – no 1 : vase type 1321 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 2 : vase type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; nos 3 à 5 : fonds de vases type 1311 ou 1321 à décor géométrique brun sur fond blanc ; no 6 : fond de vase type 1511 ? ; no 7 : fond de vase de type indéterminé ; no 8 : panse de vase type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; nos 9, 10 et 15 : panses de vases peints classe 1 à décor géométrique brun sur fond blanc ; nos 11 à 14 et 16 à 20 : panses de vases classe 1 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 21 : bord d’écuelle de type indéterminé ; no 22 : vase tonnelet type 1711 à peinture blanche et décor brun ; no 23 : couvercle type 623 en céramique à surfaces micacées.

Fig. 102 – Fosse 4, amphores – nos 1 à 3 : lèvres de type 1 ; nos 4 à 10 : lèvres de type 2 ; sur le no 6, fragment d’inscription peinte : ? FAUSTI ?

Fig. 103 – Fosse 4, amphores – nos 1 à 4 : lèvres de type 2 ; nos 5 et 6 : lèvres de type 3 ; no 7 : épaule de Dr. 1A ; nos 8 à 10 : épaules de Dr. 1.

Fig. 104 – Fosse 4, amphores et autres importations – nos 1 et 2 : épaules d’amphores Dr. 1 ; nos 3 et 4 : fonds d’amphores Dr. 1A ; no 5 : panse d’amphore à inscription peinte : ? T ? ; no 6 : graffite sur panse d’amphore ; nos 7 à 16 : sections d’anses d’amphores Dr. 1 ; no 17 : anse de pichet gris ampuritain no 4 ; no 18 : bord d’olpé en pâte claire no 7 ; no 19 : fond d’olpé en pâte claire no 7.

Fig. 105 – Fosse 5, vases non tournés et tournés demi‑fins – nos 1 à 15 : vases non tournés ; nos 1 et 2, vases type 1221 ; no 3, vase type 1331 ; nos 4 et 5, panses de vases classe 1 ; no 6, fond de vase classe 1 ; no 7, marmite type 3111, ext. lissé ; no 8, marmite type 3114, int. lissé ; nos 9 et 10, écuelles type 4111 ; no 11, écuelle type 4113 ; nos 12 et 13, écuelles type 5113 ; no 14, couvercle type 621 ; no 15, bord de type indéterminé (classe 2 ?) ; nos 16 à 18 : vases tournés demi‑fins type 1112.

Fig. 106 – Fosse 5, vases tournés fins lissés – no 1 : vase ovoïde type 1321 à décor lissé ; nos 2 à 4 : bords de vases classe 1 indéterminés : no 5 : panse de vase ovoïde à décor lissé ; no 6 : panse de vase ovoïde à décor incisé ondé au peigne (type 1311 ?) ; no 7 : fond de vase ovoïde ; no 8 : panse de vase ovoïde à décor estampé (type 1114 ?) ; no 9 : jatte type 3212 ; no 10 : bol imitation campanienne type 4131 ; nos 11 et 12 : écuelles types 5111 ; nos 13 et 14 : écuelles types 5112 ; no 15 : fond d’écuelle classe 5 ; nos 16 et 17 : coupes types 5122 ; nos 18 et 19, 21 et 22 : coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 20 et 23 : fonds de vases classe 4 ou 5.

Fig. 107 – Fosse 5, vases peints et importations – no 1 : bord de vase peint classe 1 ; no 2 : panse de vase peint à décor brun sur fond rouge ; no 3 : panse de vase peint type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; nos 4 et 5 : lèvres d’amphores type 1 ; nos 6 à 10 : lèvres d’amphores type 2 ; nos 11 à 13 : lèvres d’amphores type 3 ; no 14 : épaule d’amphore Dr. 1 A ; no 15 : fond d’amphore Dr. 1 A ; no 16 : fond d’amphore Dr. 1 B ; nos 17 à 22 : sections d’anses d’amphores Dr. 1 ; no 23 : bord de bol en camparienne A no 2 ; no 24 : bord de campanienne A no 16.

Fig. 108 – Fosse 6, vases non tournés, classes 1 à 3 – no 1 : vase type 1141 ; nos 2 et 4 : vases type 1141 ; nos : 3 et 7 : vases type 1152 ; nos 5 et 6 : vases type 1331 ; nos 8 et 9 : bords de vases classe 1 ; nos 10 à 14 : décors sur panses de vases classe 1 ; no 15 : vase type 2121 égalisé int. ext. ; nos 16 et 17 : marmites type 3113 ; no 18 : marmite type 3111 ; no 19 : marmite type 3112 ; nos 20 à 22 : fragments de marmites classe 3 ; no 23 : marmite tripode type 3121.

Fig. 109 – Fosse 6, vases non tournés, classes 4 à 6 et indéterminés – nos 1 à 3 : écuelles type 4111 ; nos 4 à 9 : écuelles type 4112 ; no 10 : écuelle type 4113 ; nos 11 à 15 et 23 : écuelles type 4116 ; no 16 : vase type 4101 ; no 17 : vase type 4102 ; no 18 : vase type 4001 (jatte d’Aulnat ?) ; nos 19 à 21 : écuelles type 5111 ; no 22 : écuelle type 5113 ; nos 24 et 25 : couvercles type 621 ; no 26 : vase de type non identifié (classe 2 ?).

Fig. 110 – Fosse 6, vases tournés demi‑fins et fins lissés, classes 1 à 4 – nos 1 à 3 : vases demi‑fins type 1112 ; nos 4 à 7 : vases demi‑fins type 1113 ; nos 8 à 13 : fonds de vases fins lissés ; no 14 : fragment de piédestal ; nos 15 à 17 : décors lissés sur panse de vases lissés, classe 1 ; nos 18 et 19 : décors incisés sur panses de vases fins lissés, classe 1 ; no 20 : décor estampé sur vase fin lissé, classe 1 ; no 21 : décor incisé (ou estampé ?) sur panse de vase fin, classe 1 ; nos 22 et 23 : bols imitation campanienne type 4131 ; no 24 : bord de bol type 4103 ; no 25 : bol type 4109 ; no 26 : bol type 4107 ; no 27 : bol type 4105 ; no 28 : bol type 4132.

Fig. 111 – Fosse 6, vases tournés fins lissés, peints et micacés – nos 1 à 33 : céramique fine lissée ; nos 1 à 3, écuelles type 5111 ; no 4, écuelle type 5112 ; no 5, écuelle type 5113 ; nos 6 à 9, fonds d’écuelles classe 5 ; no 10, coupe type 5122 ; nos 11 à 24, coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 25 à 31, fonds de vases classe 4 ou 5 ; no 32, fragment de faisselle ; no 33, couvercle type 623 à décor estampé. – nos 34 à 50 : céramique peinte ; no 34, vase à décor zoomorphe type 1511 ; nos 35 et 36, bords de vases type 1511 ; no 37, fond de vase type 1511 ; no 38, fond de vase classe 1 ; nos 39 à 42, panses de vases à décor géométrique classe 1 (vases ovoïdes) ; no 44, panse à décor zoomorphe sur fond rouge, classe 1 ; nos 43, 45 et 46, coupes à décor zoomorphe type 4113 ; no 47, bord de type indéterminé : no 48, bord de bol type 4131 ; no 49, pied de forme indéterminée ; no 50, fond de type indéterminé – nos 51 et 52 : céramique micacée ; no 51, couvercle type 621 ; no 52, gobelet type 2111 (?).

Fig. 112 – Fosses 6 (nos 1 à 14) et 7 (nos 15 à 30) : céramique indigène et importations. – nos 1 et 2 : fonds d’amphores Dr. 1 A ; nos 3 et 4 : sections d’anses d’amphores Dr. 1 ; no 5 : fond d’olpé en pâte claire no 6 ; nos 6 à 11 : bords de coupe campanienne A ; nos 6, 8, 2, 4, 20 et 29 ; no 12 : bord de campanienne no 54 ; no 13 : bord de campanienne no 48 ; no 14 : bord de campanienne A no 13. nos 15 à 23 : vases non tournés ; no 15, bord de classe 1 ; nos 16 à 18, panses de vases classe 1 ; no 19, écuelle type 4111 ; no 20, écuelle type 4112 ; no 21, écuelle type 5113 ; no 22, écuelle type 4116 ; no 23, écuelle type 5111 ; no 24 : vase tourné demi‑fin type 1211 ; nos 25 à 28 : vases tournés fins lissés ; no 25, jatte type 3212 ; no 26, écuelle type 5113 ; no 27, coupe imitation campanienne type 5211 ; no 28, fond de vase classe 4 ou 5 ; no 29 : panse de vase peint type  1511 ; no 30 : bord d’olpé en pâte claire no 4.

Fig. 113 – Fosse céramique indigène et importations – nos 1 à 7 : vases non tournés ; no 1, vase type 1111 ; no 2, vase type 1151 ; nos 3 et 4, panses de vases classe 1 ; no 5, écuelle type 4113 ; no 6, écuelle type 4111 ; no 7, couvercle type 622 ; no 8 : vase tourné demi‑fin type 1211 ; nos 9 à 12 : vases tournés fins lissés ; no 9, vase type 1321 ; no 10, coupe imitation campanienne type 5121 ; no 11, panse de coupe ou bol à décor estampé ; no 12, bord de coupe type 4108; no 13 : bord de vase peint en rouge classe 1 ; nos 14 et 15 : fond et anse d’amphore Dr. 1.

Fig. 114 – Fosse 9 vases non tournés (nos 1 à 7) et tournés demi‑fins (nos 8 et 9) – no 1 : vase type 1342 ; no 2 : vase type 1231 ; no 3 : vase type 1151 ext. gratté, int, égalisé ; no 4 : écuelle type 4112 ; no 5 : écuelle type 4116 ; no 6 : fragment de vase non tourné perforé après cuisson ; no 7 : couvercle type 621 ; no 8 : vase type 1311 ; no 9 : vase type 1113.

Fig. 115 – Fosse 9 (nos 1 à 9) et ch. 3 fossé no 2 (nos 10 à 22), céramique indigène et importations – nos 1 à 4 : céramique tournée fine lissée; no 1, type 1321 ; nos 2 et 3, jattes carénées type 3212 ; no 4, bol imitation campanienne type 4131 ; nos 5 et 6 : céramique peinte, panses à décor géométrique sur fond blanc ; nos 7 et 8 : lèvres d’amphores type 2 ; no 9 : fragment de panse d’amphore avec graffite ; no 10 : panse de vase non tourné classe 1 ; nos 11 et 12 : bords de vases non tournés de type indéterminé (type 3121 ?) ; no 13 : écuelle non tournée type 4112 ; no 14 : vase tourné demi‑fin type 1211 ; no 15 : bord de céramique tournée grise fine (céramique grise ampuritaine ? cf. no 16 de cette catégorie) ; no 16 : écuelle tournée fine lissée type 5112 ; no 17 : lèvre d’amphore type 3; no 18 : épaule d’amphore Dr. 1 A ; ; nos 19 à 21 : sections d’anses d’amphores Dr. 1.

Fig. 116 – Ch. 3, amas no 12, vases non tournés, classe 1 – no 1 : vase type 1141 ; no 2 : vase type 1151 ; no 3 : vase type 1153.

Fig. 117 – Ch. 3, amas no 12 (nos 1 à 8) et divers, céramique indigène et importations – nos 1 à 6 : céramique non tournée ; no 1, vase type 1231 ; no 2, vase type 1341 ; no 3, vase classe 1 ; no 4, écuelle type 5111 ; no 5, écuelle type 5113 ; no 6, écuelle type 4116 ; no 7 : écuelle tournée fine lissée type 5112 ; no 8 : vase tourné demi‑fin, forme 111 ; no 9 : tirelire en céramique tournée fine lissée à décor estampé et lissé (hors ensemble) ; no 10 : écuelle non tournée type 5111 (hors ensemble) ; no 11 : écuelle tournée fine lissée type 5111 (hors ensemble) ; no 12 : panse de vase peint type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc (ch. 3 fosse 7) ; no 13 : fragment de jatte peinte en rouge (type 3213 ?) (ch. 3 fossé no 1) ; no 14 : fragment de campanienne A (?) no 31 (ch. 3, div.).

Fig. 118 – Ch. 1 divers et niveaux d’occupation, céramiques indigènes – nos 1 à 6 : céramique non tournée ; no 1, vase type 1231 ; no 2, vase type 1151 ; no 3, vase de type non identifiable (classe 3 ?) ; no 4, écuelle type 5111 ; no 5, bec verseur de vase de forme non identifiée ; no 6, fragment de faisselle ; nos 7 à 9 : céramique tournée fine lissée ; no 7, fragment de bol type 4109 ; no 8, fragment de vase‑support ; no 9, fond de bol ou coupe (cl. 4 ou 5) à décor estampé ; nos 10 et 11 : vases peints ; no 10, col et fond de vases peints cl. 1 à décor géométrique brun sur fond blanc ; no 11, panse de vase peint type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 11’, reconstitution du décor précédent, complété avec les fragments de la fosse 5.

Fig. 119 – Ch. 1 à 3 divers et niveaux supérieurs, importations – nos 1 à 18 : amphore ; nos 1 à 6, lèvres de type 3 ; no 7, lèvre de type 4 ; no 8, épaule d’amphore Dr. 1 B ; no 10, pied d’amphore Dr. 1 A ; nos 11 et 12, pieds d’amphores Dr. 1 B ; nos 13 à 18, sections d’anses ; nos 19 à 40 : céramique à vernis noir et assimilé ; nos 19 à 24, bords de campanienne A nos 15, 18, 21, 22, 30, 26 ; no 25, paroi de campanienne A à décor estampillé no 33 ; no 26, paroi de campanienne A no 34 ; no 27, bord de campanienne B ou B‑oïde no 42 ; nos 28 à 30, bords et fond de campanienne B ou B‑oïde nos 43, 44, 45 ; nos 31 et 32, bords de campanienne B‑oïde nos 47 et 49 ; nos 33 et 34, fragments de campanienne B ou B‑oïde nos 50 et 51 ; nos 35 et 36, fonds de campanienne nos 55 et 56 ; no 37, bord à vernis rougeâtre no 57 ; no 38, bord à vernis rouge no 58 ; no 39, fragment à vernis rouge no 59 ; no 40, bord à vernis rouge no 60 ; no 41 : bord de bol à relief ; no 42 : anse de pichet gris ampuritain no 5 ; nos 43 et 44 : fonds d’olpé en pâte claire nos 14 et 17 ; no 45 : lèvre de mortier en pâte blanche no 1 (nos 1 à 18, 25, 27, 28, 32,37 à 39, 43 à 44 : niv. sup. ch.1 ; no 22 : niv. sup. ch. 3 ; nos 19 à 21, 23, 24, 26, 29 à 31,33 à 36, 40 : ch. 1 div. ; nos 41 et 45 : ch. 2 div.).

Annexe I

623Dans l'ensemble des caractéristiques propres à chaque céramique seuls les caractères intrinsèques sont retenus à ce niveau de l'étude (à l'exclusion de toute considération stratigraphique, fonctionnelle...) ; deux aspects principaux sont donc privilégiés : la morphologie de la céramique et ses techniques de fabrication. La morphologie est étudiée en trois étapes successives : distinction entre les types courants et les types particuliers, analyse du corps du vase et des éléments additionnels, dimensions des vases. Les caractéristiques techniques comprennent à la fois l'étude des techniques de montage, de finition, de décoration et les modes de cuisson. La description de ces deux catégories de critères nécessite l'élaboration d'un certain nombre de conventions destinées à assurer l'uniformité et la clarté du langage employé. Les conventions que nous avons mises en place dans ce but sont largement inspirées du code rédigé par Gardin (Gardin 1976) que nous avons adapté à la fois à notre corpus et aux buts visés.

Morphologie

Types courants, types particuliers

624Tout d'abord, est introduite la distinction entre les vases de type « usuel » dont la description nécessite le recours à l'ensemble de la grille analytique, et les vases de type « particulier » que l'on peut décrire de manière plus sommaire du fait de leur spécificité. Comme le souligne en effet Gardin, « il n'est pas utile de décrire avec la même finesse des types de vases dont les uns se comptent par milliers et les autres par dizaines, voire à l'unité » (Gardin 1976 : 18). De plus, cette distinction est fondée sur des critères morphologiques :

625– types « usuels » : vase à panse simple, de symétrie de révolution autour d'un axe vertical ; s'agissant exclusivement de récipients, ils comportent au moins tous les éléments constitutifs de base suivants : une panse, un fond, une ouverture (col ou lèvre) ;

626– types cc particuliers » : vases à profil plus complexe que ‑ ceux du groupe précédent (figuratifs...) ou objets définis par une fonction spéciale nettement discernable et différente de celle de récipient (lampe, couvercle...) ; nous ajoutons à ce groupe les vases pour lesquels une ou plusieurs des parties fondamentales d’un vase de type cc courant » sont absentes (fond ou ouverture le plus souvent) ; du fait de la rareté des céramiques attribuables à cette catégorie, nous ne prévoyons pas de grille particulière de description.

Analyse morphologique du corps du vase (types usuels)

627Il s’agit de la description de la section méridienne du vase dont l’axe de symétrie est toujours vertical. Le profil est découpé en quatre parties : base, panse, lèvre, col. Pour la distinction entre chacune de ces parties, il ne nous a pas semblé nécessaire de recourir à des règles complexes faisant intervenir des séries de mensurations ; il nous a paru suffisant de suivre l’usage le plus courant. A l’expérience en effet, et compte tenu du corpus étudié, il nous est apparu que ces distinctions ne posaient pas de réel problème.

628En ce qui concerne l’analyse de chaque partie, elle est faite de la manière suivante.

629La panse : deux jeux de critères servent à la décrire (fig. 24) :

  • sa courbure : cinq types sont distingués : panse droite, évasée simple, évasée discontinue, refermée régulière, refermée dissymétrique ;

  • ses proportions : deux rapports dimensionnels servent à préciser la morphologie de la panse : rapport de la hauteur totale du vase (H) sur le diamètre maximum de la panse (0) ; deux classes sont ainsi distinguées : H/D ≤ 1,5 = panse large, H/D > 1,5 = panse fuselée ; rapport de hauteur de la partie supérieure de la panse(s) sur la hauteur de la partie inférieure du vase (h) ; trois classes sont distinguées : s/h ≤ 1/3 = panse élevée ; 1/3 < s/h < 2/3 = panse moyenne ; s/h ≥ 2/3 panse surbaissée ; ces deux rapports ne s’appliquent que pour les vases pour lesquels H > 0 ; dans les autres cas, les valeurs sont trop réduites pour traduire des réalités significatives.

Fig. 24 – Morphologie de la panse.

630La base : sa description se fait en trois parties : face inférieure, flancs, raccord entre ces deux parties (fig. 25).

631La face inférieure : sa morphologie permet de distinguer 3 types de bases :

  • fond : lorsque le vase repose directement sur sa face inférieure ; dans notre corpus le fond déterminant toujours une surface plane, trois types de fonds seulement ont été distingués : fond plat (le vase repose sur la totalité de sa face inférieure) ; fond soulevé (la partie inférieure du vase se soulève régulièrement de la périphérie vers le centre) ; fond ombiliqué (seule la partie centrale du fond est soulevée en formant un ombilic) ;

  • pied : lorsque la surface de pose du vase est constituée par un support centré sur le vase ; la morphologie du pied permet de distinguer trois types : annulaire, creux (en couronne ou piédestal), plein ; un rapport dimensionnel (hauteur du pied p par rapport à son diamètre dp) permet de compléter la description en distinguant trois classes : bas (p/dp < 1/10) ; moyen (1/10 < p/dp < 1/4) ; élevé (p/dp < 1/4) ;

  • supports excentrés (polypodes) : compte tenu de leur extrême rareté sur l’ensemble du corpus nous nous limitons à mentionner leur nombre (3 en l’occurrence), leur point d’attache, leur morphologie d’ensemble.

Fig. 25 – Morphologie de la base.

632Les flancs :

  • morphologie : base sans inflexion (dans le prolongement de la panse) ; base cintrée (légère courbure concave) ; base resserrée (étranglement à la liaison fond/ panse) ;

  • inclinaison : flancs inclinés (angle par rapport à l’horizontale > 90°) ; flancs droits (angle ≤ 90°).

633Le col : sa présence n’étant pas systématique, il convient de noter sa présence ou son absence ; on décrira ensuite l’inclinaison de ses parois, son orientation par rapport à la panse et son degré d’ouverture (fig. 26) :

  • orientation : col évasé ; col droit (parois verticales à 10o près) ; col rentrant ;

  • raccord avec la panse : col à inflexion ; col sans inflexion (dans l’axe de la partie supérieure de la panse) ;

  • ouverture : elle est donnée par un rapport dimensionnel : diamètre minimum du col (C) sur diamètre maximum de la panse (0) ; trois classes sont distinguées : C/D < 1/2 : col resserré ; 1/2 ≤ C/D ≤2/3 : col large ; C/D > 2/3 : col très large.

Fig. 26 – Morphologie du col.

634La lèvre : on analyse successivement son inflexion, son profil, son inclinaison, la forme de son extrémité (fig. 27) ;

  • inflexion : sans inflexion lorsque l’axe général de la lèvre est pratiquement dans le prolongement du col ou de la panse et que l’épaisseur de la lèvre ne dépasse pas deux fois celle de la paroi du col ou du haut de la panse ; avec inflexion dans les autres cas ;

  • profil : 5 types sont distingués : allongé linéaire ; allongé incurvé ; en bourrelet externe ; en bourrelet interne ; triangulaire ;

  • inclinaison : la mesure de l’angle formé par la déviation de l’axe de la lèvre par rapport à la verticale permet d’établir cinq classes : verticale (à 10° près) ; éversée (10°à 80°) ; horizontale (90° ± 10°) ; pendante (100° à 180°) ; rentrante (280° à 350°) ;

  • forme de l’extrémité : 6 types sont distingués : extrémité arrondie ; aplatie horizontale ; aplatie oblique ; pointue ; concave ; décorée.

Fig. 27 – Morphologie de la lèvre.

635N.B. : l’ajout d’une variable supplémentaire permet de prendre en compte le détail de la forme de l’extrémité de la lèvre : simple, rainurée, cannelée. D’autre part, bien que ne participant pas directement d’une optique morphologique, le dernier type de lèvre (décorée), nous paraît justifié dans la mesure où la présence d’un décor modifie systématiquement la forme de l’extrémité de la lèvre, jusqu’à la rendre illisible.

636Il convient enfin d’ajouter la description du mode de liaison entre les différentes parties mentionnées précédemment (lèvre/col ; col/panse ; panse/fond) ; cinq modes de liaison ont été distingués : continue ; anguleuse ; à baguette ; moulurée ; à épaulement (fig. 28).

Fig. 28 – Mode de liaison col/panse.

Éléments additionnels

637Au corps du vase, s’ajoutent divers éléments morphologiques ou fonctionnels que l’on peut répartir en trois groupes :

  • éléments morphologiques simples : ce sont toujours des éléments linéaires apposés horizontalement sur le vase ; ils sont le produit d’une opération effectuée en fin de montage ; il s’agit des éléments suivants : rainure (fine ligne incisée dans la pâte) ; cannelure (gorge peu à fortement marquée dans la pâte) ; baguette (moulure en relief) ;

  • éléments de préhension : le caractère rarissime de ce type d’élément au sein du corpus nous a incité à ne pas chercher à affiner la description ; un seul type d’élément de préhension est présent : l’anse ; nous nous limiterons donc à noter successivement : le nombre d’anses, les points d’attaches, la position (verticale/horizontale), la forme générale de la section ;

  • éléments d’écoulement : aussi rares que les précédents, nous distinguons simplement deux types : le bec, les perforations sur le fond.

638Nous noterons ensuite leur nombre, leur point d’attache ou leur situation, leur forme générale.

639Dans la catégorie « autres éléments » sera placée la description de tout autre élément non pris en compte dans les rubriques précédentes : trous isolés de toutes formes, boutons... Pour chaque élément, sa morphologie et sa situation sur le vase seront notées.

Dimensions des vases

640Dans les lignes précédentes, diverses dimensions ont été prises en compte. Disséminées au fil des descriptions de chaque partie du vase, nous les regroupons toutes ici en y ajoutant certains paramètres non encore utilisés, mais qui seront mis en œuvre dans la suite de l’étude (fig. 29).

Fig. 29 – Dénomination des mensurations utilisées. = hauteur du vase ; D = diamètre maximum ; dp = diamètre du fond ; C = diamètre du col ; s = hauteur de la partie supérieure de la panse ; h = hauteur de la partie inférieure de la panse ; p = hauteur du pied ; d = diamètre d’ouverture au sommet de la lèvre.

641Pour chaque type de vase, une étude statistique permettra de mesurer le degré d’étalement des tailles des récipients et de mettre en évidence d’éventuelles valeurs privilégiées. La variable que nous avons retenue pour ce faire est le diamètre d’ouverture au sommet de la lèvre, puisque c’est sans doute cette valeur qui traduit le mieux la taille d’un récipient et permet de prendre en compte un très large échantillonnage de mobilier.

642Il nous a semblé peu important de considérer l’épaisseur des parois dans les descriptions, dans la mesure où elle n’apporte que peu d’informations. Nous nous limiterons à mentionner les cas d’exception de parois anormalement épaisses ou fines par rapport à la moyenne. Nous réserverons par ailleurs le terme de « parois fines » aux productions importées généralement dénommées ainsi (Mayet 1975).

Caractéristiques techniques

643En plus de l’analyse de la forme proprement dite des céramiques, il convient de décrire leurs caractéristiques techniques : techniques de montage, de finition, de décoration et de cuisson.

Techniques de montage

644Par ce terme nous entendons à la fois les matériaux employés et les procédés de fabrication proprement dits (façonnage, tournage).

Matériau

645En l’absence d’étude pétrographique ou physicochimique systématique des céramiques, nous nous bornerons dans ce domaine à une distinction sommaire entre les principaux groupes d’argile reconnus à partir d’un simple examen visuel. Notre observation portera avant tout sur la texture de la pâte (présence/absence de dégraissant visible à l’œil nu, taille moyenne et densité). Compte tenu du caractère relativement subjectif de nos observations, nous distinguerons simplement 3 grands groupes :

  • pâte fine : dégraissant minéral fin « 1 mm) ; partie argileuse homogène et fine ;

  • pâte mi‑fine : dégraissant minéral moyen bien calibré (1 à 2 mm) et peu dense ; partie argileuse fine à moyenne ;

  • pâte grossière : éléments minéraux nettement visibles, plus ou moins denses et souvent mal calibrés (jusqu’à près de 1c m) ; texture de la pâte assez compacte à peu homogène, partie argileuse moyenne à grossière.

Façonnage

646Notre propos n’est pas de mener une étude approfondie des techniques de façonnage des céramiques qui nécessiterait une recherche spécifique et la mise en œuvre de moyens d’investigation appropriés. Le façonnage se faisant soit à partir d’une masse d’argile, soit par habillage d’un moule, soit par assemblage d’éléments, avec ou sans l’aide d’un mouvement tournant, nous tenterons à partir de l’examen visuel des céramiques, de reconnaître ces différents modes de fabrication. La distinction entre le façonnage à partir d’une masse et le façonnage à partir d’éléments assemblés (colombins en général) étant le plus souvent difficile, nous n’en tiendrons pas compte dans la présente étude. Notre observation portera essentiellement sur la distinction entre céramique non tournée et céramique tournée. Quelques critères permettent d’établir cette distinction :

  • céramique tournée : stries de tournage horizontales ; régularité de l’épaisseur des parois pour un même niveau de la céramique ; symétrie axiale parfaite ;

  • céramique non tournée : absence des critères énoncés précédemment ; traces d’outil (spatule) utilisé verticalement ou en biais sur les parois.

647Certaines céramiques peuvent présenter sur différentes parties des traces pouvant laisser supposer un montage mixte : façonnage à la main, puis probablement tournage partiel. Il s’agit en fait de céramiques non tournées, reprises ensuite pour finition sur une tournette. Nous entendons ce terme dans l’acception qu’en a proposée H. Balfet : « on appelle tournette tout dispositif pivotant utilisé à une vitesse insuffisante pour façonner l’argile par la force centrifuge : usage annexe dans le façonnage, pour égaliser une forme façonnée par un autre procédé » (Balfet 1983 : 63). Nous rangeons donc ces céramiques dans les productions non tournées. Dans tous les autres cas, du moins sur les sites du pays ségusiave, la distinction entre céramique tournée et non tournée est aisée.

Finitions

648La finition consiste, à l’issue du façonnage, à aménager la surface de la céramique dans un but fonctionnel ou décoratif. Bien que cette notion de finition englobe à la fois le simple aménagement de la surface du vase et la mise en place des décors, il nous a semblé plus commode et plus proche de la réalité de distinguer ces deux étapes de l’achèvement du vase.

649Nous distinguons trois grandes catégories de finition, toujours exécutées avant la cuisson de la céramique : le grattage et le peignage qui concourent à modifier en profondeur la paroi de la poterie, l’égalisation et le lissage qui sont un simple aménagement de la surface de la pâte et l’application d’un enduit.

650Le grattage : il rend rugueuse en la grattant une partie de la surface du vase ; généralement exécuté sur des céramiques à gros dégraissant, cet aspect est produit par ces grains traînés sur la pâte.

651Le peignage : il consiste à couvrir une partie de la surface du vase d’un réseau de lignes incisées à l’aide d’un peigne ; cette finition se reconnaît à la fois au tracé toujours linéaire des stries, à une ligne d’attaque du peigne souvent très nette et à des chevauchements systématiques. Les lignes sont le plus souvent orientées de manière homogène pour chaque partie du vase.

652L’égalisation : elle se traduit par la présence de stries très fines et superficielles, produisant une surface pratiquement unie et mate ; finition sans doute faite à la main mouillée ou au chiffon ; elle est parfois appelée lissage.

653Le lissage : il se traduit par une surface d’aspect satiné à brillant, par la présence fréquente de facettes et une légère dépression de la surface par rapport aux zones non lissées ; l’effet de brillance est produit par le frottement répété de l’outil qui tasse et oriente les particules les plus fines de l’argile en surface. Les facettes sont les traces de l’outil généralement peu large (3 à 5 mm) et dont la pointe devait être à la fois dure et mousse. Il est parfois appelé polissage lorsque l’égalisation est appelée lissage.

654L’enduit : c’est une pratique peu courante à l’âge du Fer, du moins dans les contextes que nous étudions. Si nous excluons la peinture qui relève plus spécifiquement des techniques de décoration, seules quelques rares céramiques ont reçu un enduit : en général micaçage de la surface à l’aide de fines paillettes de mica doré (muscovite). Ce travail pourrait aussi être considéré comme une décoration, mais dans la mesure où il affecte de manière uniforme la surface des vases (comme le lissage par exemple), il nous a semblé préférable de le classer parmi les types de finition.

Décoration

655Nous nous limitons ici strictement à l’analyse des techniques de décoration, nous réservant d’aborder ultérieurement l’étude stylistique. Quatre grandes techniques décoratives, toujours exécutées avant cuisson, peuvent être distinguées.

656Incision et impression : réalisées avec divers outils (doigt, poinçon, molette), elles ont pour but d’imprimer un motif décoratif dans la pâte. L’incision est une entaille à profil en V faite dans la pâte ; l’impression est un décor qui résulte de la pression perpendiculaire ou oblique d’un outil quelconque sur la surface de l’argile. Suivant les outils employés et la manière de les utiliser, nous avons pu distinguer les types de décors suivants :

  • incision ponctuelle simple : pâte entaillée ponctuellement avec l’extrémité d’un objet dur plus ou moins tranchant sans forme précise (pointe de bois, lame métallique, ongle...) ;

  • incision ponctuelle multiple : même principe que précédemment mais avec un outil à plusieurs pointes (dents d’un peigne le plus souvent) ;

  • incision linéaire simple : une pointe entaille la pâte de manière linéaire sur tout le pourtour du vase (ligne droite, ondée, en arcature) ;

  • incision linéaire peignée : même principe que précédemment, mais avec un outil à plusieurs pointes (dents d’un peigne) ;

  • impression digitée : impression large réalisée avec la pointe du doigt (empreinte de l’ongle caractéristique) ;

  • estampage : nous réservons ce terme à toute impression faite avec une matrice gravée ou sculptée d’un décor en creux ou en relief ;

  • molette : utilisation d’une matrice comme précédemment ; mais au lieu d’impressions ponctuelles, l’outil constitué d’une molette (cylindre) est roulé sur la pâte ; le décor se présente alors comme une bande continue de la largeur de l’outil.

657Décor plastique : nous rangeons dans cette catégorie les décors formant un relief sur le vase et obtenus par application d’éléments modelés ou par étirement de la pâte de la céramique.

658Décor lissé : le procédé est le même que pour la finition par lissage ; la pointe mousse est cependant utilisée de manière à tracer des motifs le plus souvent linéaires sur la surface généralement non lissée du vase (égalisée).

659Décor peint : il est toujours exécuté en deux temps : d’abord une couleur (blanc ou rouge) est passée uniformément sur une partie ou la totalité de la surface du vase. Dans un deuxième temps les motifs sont dessinés sur ce fond ; deux procédés peuvent être mis en œuvre : soit le décor est constitué par les motifs tracés en brun sur le fond ; soit le décor est « réservé » : sur un fond blanc ou rouge se détachent les motifs dont les limites sont entourées d’une peinture brune à noire. Lorsque le vase présente simplement une peinture uniformément blanche ou rouge, on pourrait assimiler ce traitement à une finition par enduit. En fait, il nous a paru préférable de considérer comme un décor toute peinture passée sur un vase, faute de quoi des céramiques dont le décor brun aurait disparu (phénomène fréquent vraisemblablement dû à la fragilité des pigments employés) seraient considérées comme non décorées. Nous signalerons donc, le cas échéant, d’ailleurs fort rare, les vases peints uniformément n’ayant apparemment jamais comporté de décor. Par ailleurs, la technique employée pour la fixation des pigments reste très controversée ; nous reviendrons sur cette question dans les lignes plus spécialement consacrées à la description des céramiques peintes.

Modes de cuisson

660Le meilleur indice révélateur du mode de cuisson des céramiques est la couleur prise par la poterie cuite, dans la mesure où elle traduit en général le type d’atmosphère qui l’a entourée pendant la cuisson. C’est aussi cette atmosphère qui permet de reconnaître dans ses grandes lignes le degré de technicité atteint par les potiers en ce domaine, en indiquant le type d’installation employé.

661Nous reprenons ici les principes énoncés par M. Picon pour les techniques de cuisson dans l’antiquité : à partir des deux types d’atmosphères possibles (oxydante et réductrice) et du type d’installation (qui permet un contrôle plus ou moins efficace de la cuisson), on peut distinguer trois modes de cuisson : réductrice/oxydante (A) ; réductrice (B) ; oxydante (C). Le dernier n’apparaissant en Gaule qu’avec la fabrication de la sigillée, nous n’en tiendrons pas compte ici ; par contre nous introduisons un type de cuisson supplémentaire (B’), non pris en compte par M. Picon (Picon 1973) :

662A ‑cuisson réductrice/oxydante ; elle est caractérisée par une paroi totalement oxydée ou à âme restée grise ; les surfaces sont soit oxydées soit grises à noires ; dans ce dernier cas, une manipulation en fin de cuisson a amené dans le four une atmosphère réductrice ;

663B ‑cuisson réductrice ; elle est caractérisée par une paroi et des surfaces uniformes allant du gris au noir ; comme pour le mode précédent, les surfaces noires peuvent témoigner d’une volonté de coloration obtenue par le même procédé ;

664B’ ‑cuisson réductrice primitive ; elle est caractérisée par une paroi et des surfaces de couleur très irrégulière, allant du noir à l’ocre en passant par tous les intermédiaires ; contrairement aux vases cuits en mode A où le zonage interne de la pâte est net lorsque l’oxydation n’a été que partielle, et contrairement aux vases cuits en mode B où les surfaces sont uniformément grises à noires, tout un groupe de céramique se distingue par une irrégularité de couleur systématique qui touche à la fois la pâte en profondeur et les surfaces ; cette irrégularité peut cependant être partiellement due à l’usage du récipient (coups de feu).

665La distinction de ce troisième mode de cuisson nous a semblé nécessaire dans le contexte présent, dans la mesure où elle traduit très probablement l’usage d’une installation de cuisson plus sommaire et, partant, l’impossibilité d’une conduite efficace de la cuisson. Ce mode de cuisson s’apparentant de très près au mode B (première phase de la cuisson réductrice), il nous a paru préférable d’en faire une variante de ce même mode.

3.2. Objets métalliques et autres mobiliers

666Sous cette rubrique sont regroupés l’ensemble du mobilier métallique, les objets de parure en verre et pierre (bracelets, perles), l’os travaillé, les meules et divers objets en terre cuite (pesons, fusaïoles...). Leur examen se déroulera suivant un classement fonctionnel. L’étude des objets de parure permettra d’aborder d’emblée le problème de l’insertion de la chronologie relative du site de Feurs dans celle du second âge du Fer.

3.2.1 Répartition par ensemble (Fig. 120)

667Compte tenu de la forte corrosion du métal sur l’ensemble des trois fouilles, la totalité des objets en fer non immédiatement identifiables a subi un nettoyage minimum. Celui‑ci a été poussé plus avant pour certaines catégories d’objets (fibules par exemple). Les profils dessinés ont donc été reconstitués à partir de ces nettoyages partiels destinés à fournir les dimensions et sections précises des objets. Cette méthode de travail a permis de rendre exploitables environ 50 % des vestiges métalliques du site ‑le reste étant constitué de fragments informes totalement inclassables.

Fig. 120 – Répartition des différentes catégories de mobilier divers. Dans la première colonne, les chiffres entre parenthèses indiquent les mobiliers provenant indifféremment de la fosse 1 ou 1 sup., les autres mobiliers provenant de la fosse 1.

668La répartition des objets métalliques correspond grossièrement à l’importance relative des divers ensembles, mesurée à partir du nombre de fragments de céramiques qu’ils contenaient. Le pourcentage moyen du nombre d’objets métalliques par rapport au nombre de tessons de céramique se situe aux environs de 2,5 %. Il convient cependant de relever que, si la plupart des ensembles ne s’éloignent guère de cette moyenne (1,3 % à 3 % pour sept des neuf fosses), deux d’entre elles comportent une proportion d’objets métalliques plus importante : fosse 4 (6,3 %) et fosse 6 (4 %). Sans doute dans le cas de la fosse 4 l’explication peut être en partie donnée par la présence, en un point du remplissage, d’un véritable dépôt d’objets en fer (30 clous environ et diverses pièces de quincaillerie) (fig. 128, nos 13, 14, 16, 17 ; 129, nos 8, 11, 18). Mais, même exception faite de ce dépôt, le pourcentage d’objets métalliques dans cette fosse reste élevé et est très proche de celui de la fosse 6. S’agit‑il d’un problème de destination de la fosse ou de chronologie ? Nous reviendrons plus loin sur cette question.

3.2.2. Armement

669Il est presque totalement absent sur le site. Le seul objet nettement identifiable est un fragment de gouttière de bouterolle de fourreau à échelles (fosse 4, fig. 128, no 1). De la fosse 2 provient également une bouterolle en bronze de fourreau de petit poignard, avec gouttière en fer, dont la forme a été totalement oblitérée par la corrosion (fig. 127, no 6).

670Il est par ailleurs hasar deux d’identifier à des talons de lances les deux douilles en fer de la fosse 4 (fig. 128, nos 8 et 9).

3.2.3. Outillage

3.2.3.1. Outillage domestique

671Les couteaux à soie plate munie de rivets (fosse 4, fig. 128, no 3 ; ch. 3 fossé no 1’, fig. 132, no 10) sont d’un type répandu dans la basse vallée du Rhône au ier s. av. n. è. (Arcelin 1979) ou en Languedoc oriental (à Nages, Py 197), alors qu’à l’intérieur de la Celtique, les couteaux à anneau sont les plus fréquents. A Vienne sur le site de Sainte‑Blandine on trouve trois couteaux à anneau contre deux à soie plate (Chapotat 1970) ; à Manching, seul le couteau à anneau est présent (Jacobi 1974).

672Une pierre à aiguiser de forme parallélépipédique en grès à grain très fin provient de la fosse 1 (fig. 126, no 16).

673La fourchette à douille, à une seule pique (chantier 3 div., fig. 132, no 22) est d’un type peu répandu. J. Déchelette ne mentionne qu’un seul cas de fourchette de ce type (Déchelette 1914 : 1423). Par ailleurs, les fourchettes à manche en fer torsadé et les crocs à manche entièrement en bois semblent les plus fréquents à l’intérieur de l’Europe celtique (aucune fourchette à douille à Manching). A Sainte‑Blandine les trois types de manches coexistent, alors que dans le Midi de la Gaule le manche à douille semble être de règle (Arcelin 1979).

674Le dernier objet identifiable est un fragment de tisonnier en fer (fosse 1, fig.126, no 9), brisé au départ du manche.

3.2.3.2. Outillage agricole

675Un seul objet métallique peut être rangé dans cette catégorie : il s’agit de l’extrémité d’une lame de faucille en fer (fosse 4, fig. 128, no 5).

676Par contre plusieurs meules en pierre ont été retrouvées sur le site : elles sont toutes tirées d’une lave volcanique bulleuse très dure et assez dense, que l’on retrouve ensuite fréquemment à l’époque romaine en Forez. Des éclats de cette roche sont présents dans la plupart des ensembles fouillés à Feurs. Mais seules les fosses 1 et 4 ont livré des fragments de meules importants. Il s’agit de meules rotatives qui sont apparemment plus massives que celles de l’époque romaine (fosse 1, fig. 126, no 17 ; fosse 4, fig. 130, nos 3, 4, 6). Le catillus est parfois muni d’un rebord (fosse 4, fig. 140, no 5). Dans un cas l’emplacement du levier de manœuvre est conservé, avec le logement de sa clavette de fixation (fosse 1, fig. 126, no 17). Un fragment peut avoir appartenu au catillus d’une meule moins massive (fosse 4, fig. 130, no 5).

677Le seul site qui ait, à notre connaissance, livré des indications précises sur la date d’apparition de ces objets en Gaule est Nages où les meules rotatives remplacent au début du iie s. av. n. è. un type à va‑et‑vient rectangulaire. Dès l’origine coexistent des meules massives et d’autres, moins hautes, similaires à celles de l’époque romaine. Le matériau communément utilisé semble le même que celui des meules de Feurs. L’identification des carrières d’extraction de cette roche qui paraît systématiquement employée dans le sud de la France pour la fabrication de ces meules serait du plus grand intérêt du fait du caractère industriel très net de cette production, déjà largement développée bien avant la conquête césarienne. Avec la datation que nous proposons pour les ensembles de Feurs (cf. § 4.1.), l’apparition des meules rotatives dans la région de Feurs a toutes les chances d’être à peu près contemporaine de leur mise en se Nice sur le littoral méditerranéen.

678Deux objets fragmentaires en matériau volcanique ‑ le même que celui des meules dans un cas (fosse 4, fig. 130, no 7), et une lave plus tendre et moins dense dans l’autre (fosse 7, fig. 132, no 2) ‑, semblent pouvoir être attribués à des mortiers ou des meules à va‑et‑vient circulaires. Plusieurs objets de ce type sont mentionnés à Sainte‑Blandine sous l’appellation de mortiers (Chapotat 1970 : pl. 54, nos 2 à 4).

3.2.4. Témoins l’artisanat

3.2.4.1. Le tissage

679Une seule fosse a livré des pesons de métier à tisser (fosse 4, 5 ex., dont fig. 129, nos 23 et 24) Une partie de ces pesons avait été marqués d’une croix à leur sommet avant cuisson.

680Le seul autre vestige tangible de cette activité est une fusaïole en terre cuite (fosse 6, fig. 131, no 28).

3.2.4.2. La métallurgie

681Les traces d’artisanat du métal sont présentes dans tous les ensembles fouillés sur le site, le plus souvent sous la forme de scories de fer. Certaines zones ont cependant livré des vestiges plus spécifiques. Ainsi, un amas de cendres, mêlé à de nombreux déchets de bronze, était posé sur le sol dans le secteur 1 du chantier 1, à proximité de deux structures en argile crue, peut‑être liées à cette activité. Parmi ces déchets des fragments de tôle de bronze découpée sont identifiables (fig. 133, no 10), ainsi qu’une ébauche de pied de fibule brisé en cours de martelage au départ de l’arc (fig. 133, no 9). Ce pied de fibule, de par sa forme trapézoïdale, doit être rapporté à une fibule de Nauheim ou à tête couvrante (cf. § 3.2.7.2., type 2 ou 3 a).

682D’autre part la fosse 9, malheureusement fouillée partiellement et hâtivement, présentait des parois rubéfiées alors que le sol alentour était jonché d’infimes fragments de bronze ; parmi eux se trouvait aussi un fragment plus massif (4 x 4 x 2 cm environ) ainsi qu’un objet en fer parfaitement identique aux tas encore utilisés par les artisans d’aujourd’hui (ch. 3 div., fig. 133, no 21) : maintenu dans un logement sur la face supérieure de l’enclume il permet l’exécution des travaux de martelage de précision. C’est à notre connaissance le premier objet de ce type identifié sur un site de l’âge du Fer. Ces divers indices permettent sans aucun doute de localiser dans le secteur de la fosse 9 un atelier de métallurgie.

3.2.5. PIÈCES DE CONTRUCTION ET D’AMÉNAGEMENT

683Nous incluons tout d’abord dans cette rubrique tous les éléments en fer ayant pu servir à l’assemblage de pièces de bois.

684Les clous forment évidemment la catégorie la plus largement représentée. La fig. 121 indique, pour la fosse où ils sont les plus nombreux (fosse no 4), leur répartition en fonction de leur longueur ; seuls ont été pris en compte les clous complets. Deux tailles préférentielles peuvent être discernées, l’une vers 3/4 cm (clous de mobilier ?), l’autre vers 9 cm (clous de charpente ?).

Fig. 121 – Répartition des clous en fer de la fosse 4 d’après leur longueur (63 ex. mesurés).

685Un certain nombre d’objets, provenant de la fosse 4 surtout, témoigne de la diversité des solutions adoptées pour la fixation et l’assemblage des pièces de bois. Les schémas de la fig. 122 illustrent les huit possibilités mises en évidence. Pour ce type de mobilier, le site de Manching fournit une bonne documentation de référence : les crampons y sont fréquents mais les cornières inconnues.

Fig.122 – Reconstitution des différents modes d’assemblage des pièces de bois d’après les pièces en fer identifiées : –1. Clou –2. Rivet –3. Crampon –4. Crampon d’angle –5. Cerclage –6. Plaquette et rivets –7. Charnière avec rivets –8. Ferrure avec clous.

686Provenant aussi de la fosse 4, un certain nombre d’objets en fer peut avoir appartenu à un même ensemble de menuiserie démembré : il s’agit de quatre cornières en L (fig. 128, nos 17 et 18 ; 129, nos 1 et 2), d’un cavalier (fig. 128, no 10), d’une pièce cylindrique (fig. 128, no 14), d’une plaque de serrure (fig128, no 13). Tout porte à croire que nous avons affaire ici aux ferrures d’une porte, dont certaines pièces (fig. 128, nos 14 et 16) pourraient bien être des éléments de gonds. La fosse a également livré une plaque d’entrée de serrure, dont le contour de l’ouverture centrale n’est toutefois pas clairement discernable (fosse 8, fig. 132, no 7). Les crochets en fer à tête enroulée (fosse 6, fig. 131, no 23 ; ch.3 div., fig. 132, no 8) sont d’un type bien connu sur les oppida (Manching, Bibracte, par exemple). Nous omettons de décrire ici un certain nombre d’objets en fer représentés sur les planches de dessins, auxquels il n’est pas possible d’assigner une fonction précise.

687Sous l’appellation d’éléments de construction doivent être également rangés les matériaux de construction eux‑mêmes. Il s’agit en fait exclusivement de fragments de clayonnage disséminés sur l’ensemble du site. Dans un cas, mêlés à de très abondants charbons de bois, ils comblaient un petit fossé à profil en U qui peut être considéré de ce fait comme la tranchée de fondation d’un mur en torchis (ch. 3 fossé no 4). Des vestiges d’argile cuite de forme plus spécifique proviennent de la fosse 4 : fragment de sole perforée (fig. 130, no 9), et divers éléments pouvant avoir appartenu à un même four (fig. 130, nos 10 à 14). Parmi eux un fragment de paroi rainurée (fig. 130, no 11) évoque le four démontable de Sévrier (Bocquet 1976). Un fragment d’argile cuite portant un décor digité (fosse 4, fig. 130, no 15) doit être considéré comme un élément de plaque de foyer. De la même fosse provient une tête de bélier en argile modelée, très érodée, ayant appartenu à un chenêt (fig.130, no 8).

3.2.6. Objets en os

688Les fragments d’os travaillé ne sont qu’au nombre de quatre sur le site :

  • une petite « spatule » (fosse1sup., fig. 126, no 14) ; une gorge aménagée à une extrémité a pu servir à maintenir une cordelette de fixation ; la facette longitudinale la plus large est polie ; il peut s’agir d’un brunissoir de potier ;

  • une extrémité d’aiguille (fosse 4, fig. 129, no 22) ;

  • un poinçon (ch. 1 div., fig. 133, no 12) ;

  • un fragment d’omoplate percé de deux trous (ch. 1 div., fig. 133, no 13).

3.2.7 Objets de parure

3.2.7.1. Bracelets, perles, objets divers

689Suivant le matériau employé on peut distinguer quatre catégories de bracelets :

  • bracelets en schiste ou sapropélite de section circulaire ou oblongue (fosse 1, fig. 126, no 15 ; fosse 8, fig. 132, no 5 ; ch. 1 div., fig. 133, nos 1 et 2 ; ch. 3 div., fig. 133no 16) ; dans un cas les facettes de taille sont encore visibles (fosse 8, fig. 132, no 5) ;

  • bracelets en verre : cinq types différents ont été repérés ; deux fragments sont moulurés ; l’un (ch. 2 div., fig. 133, no 14) de couleur bleu cobalt se rattache au groupe a de Haevernick (Haevernick 1960) ; l’autre (ch. 3 div., fig. 133, no 17), bleu aussi, est orné de filets jaunes rapportés (Haevernick groupe 7c ?) ; le troisième (fosse 1, fig. 126, no 6) est de section en D très aplatie et grêle, de couleur verte à inclusion de filets jaunes ; trois fragments sont lisses : l’un de section en D, de couleur bleu cobalt, appartient au groupe 3a de Haevernick ; les deux autres, de section triangulaire, sont respectivement brun (fosse 4, fig. 127, no 19) et pourpre (fosse 4, fig. 127, no 20) (Haevernick, groupe 2) ;

  • bracelets en bronze : deux types ont été identifiés ; plusieurs fragments appartiennent à des bracelets tubulaires parfois décorés d’incisions (fosse 4, fig. 127, nos 22 et 23 ; fosse 5, fig. 131, no 3 ; fosse 6, fig.131, no 16) ; deux fragments proviennent de bracelets pleins (fosse 4, fig. 127, no 4 ; ch. 3 div., fig. 133, no 20) ;

  • bracelets en fer : deux fragments pourraient appartenir à un bracelet ouvert (fosse 4, fig. 127, no 25) et à un bracelet à section en gouttière (fosse 6, fig. 131, no 17).

690On a montré dans un cas au moins que les bracelets en lignite disparaissaient à la fin de La Tène C1 (Stockli 1974). Les bracelets en verre décorés sont également des types de La Tène moyenne. A Nages par exemple, les bracelets moulurés (en particulier les groupes 7 et de Haevernick) sont caractéristiques de l’horizon II, alors que les bracelets lisses à section triangulaire n’apparaissent pas avant l’horizon III. Les bracelets tubulaires en bronze sont eux aussi caractéristiques de La Tène finale (par exemple : Polenz 1971).

691Il convient aussi de signaler quelques fragments de perles en verre (fosse 1, fig. 126, no 7 ; fosse 4, fig. 127, no 21 ; ch. 1 div., fig. 133, no 5) et en ambre (fosse 6, fig. 133, no 1). La perle en verre de la fosse 4 est typique de La Tène finale (grosse perle en verre sombre agrémentée de filets jaune opaque).

692Parmi les éléments de ceinture figurent surtout une petite agrafe en fer (fosse 4, fig. 128, no 11), un passant en fer (ch. 1 div., fig. 133, no 8), une agrafe en bronze à bouton orné de trois doubles traits incisés en triangle (ch. 1 div., fig. 133, no 7). Il faut aussi mentionner une pendeloque en forme de balustre (ch.1 div., fig. 133, no 6) ayant sans doute servi à décorer une ceinture, d’un type en vogue à La Tène moyenne (par exemple, Hodson 196 : tombe 212).

693Au rang des ustensiles de toilette le seul objet notable est une pince à épiler en bronze, assez étroite, décorée de deux filets longitudinaux (fosse 4, fig. 128, no 2). Elle est d’un type qui s’éloigne nettement de celles de forme triangulaire connues à La Tène moyenne (Bantelmann 1972), dont un exemplaire a été découvert sur le site de Goincet (Vaginay 1984 : fig. 19, no 2).

3.2.7.2. Fibules

Typologie

694Les différents types de fibules découvertes à Feurs et leurs variantes sont illustrés par la fig. 123.

Fig. 123 – Typologie des fibules de Feurs ‑Type 1, « Tène moyenne » : a : à ressort long ; b : à arc courbé, ressort de largeur moyenne et pied triangulaire ; c : à arc coudé, à ressort court et pied trapézoïdal. Type 2, « à tête couvrante ». Type 3, « Tène finale » : a : fibule de Nauheim ; b : fibule à arc filiforme tendu ; c : fibule à arc filiforme coudé. Type 4, « à charnière ».

Type 1 « Tène moyenne »

695Fibule filiforme à pied constitué par le prolongement du fil qui forme l’arc et rattaché à celui‑ci par un anneau (toujours solidaire du pied) ; ce type a toujours un ressort à corde externe et est en fer. Des détails morphologiques conduisent à distinguer trois variantes :

  1. ressort de faible diamètre à nombreuses spires (plus de 6) enroulées sur un axe en fer (fragmentaire) ;

  2. arc à courbure régulière et pied triangulaire ; ressort de largeur moyenne (6 spires au plus) ;

  3. arc présentant deux coudes marqués, pied trapézoïdal ; ressort court (3 ou 4 spires).

Type 2 « à tête couvrante »

696Fibule (Feugère 7a) à arc triangulaire rectiligne dont la base est formée d’une partie triangulaire rabattue vers l’avant et dont le sommet constitue le départ du ressort ; le pied trapézoïdal, obtenu par martelage est ajouré ; le ressort à corde externe logée contre la base de l’arc est à 4 ou 6 spires. Ce type est représenté en fer et en bronze ; il est parfois décoré.

Type 3 « Tène finale »

697Il est caractérisé par un arc très tendu, prolongé par un pied ajouré obtenu par martelage. Le ressort est toujours court (3 ou 4 spires) et à corde interne. Trois variantes doivent être distinguées :

  1. fibule de Nauheim (Feugère Sa ; Guillaumet 3) : type classique caractérisé par un arc triangulaire très tendu et un pied trapézoïdal : ce type existe en bronze et en fer ; il est parfois décoré :

  2. fibule à arc filiforme (Feugère Sb : Guillaumet 2) ; le profil général est le même que celui de la variante a : fibule en fer ou en bronze, parfois décorée :

  3. fibule à arc filiforme coudé (Feugère 4 c 1...) : l’arc présente un coude marqué au‑dessus du ressort : l’arc et l’ardillon sont convergents, et non plus parallèles comme pour les deux variantes précédentes, de sorte que le pied devient triangulaire : ce type n’est représenté que par un exemplaire en fer.

Type 4 « à charnière »

698Type à arc en demi‑cercle, de section aplatie (Feugère 22 ou 4d : Guillaumet 14) ; il n’est représenté que par un exemplaire, fragmentaire, en fer.

Répartition, évolution typologique

699Tous les ensembles importants du site ont livré une ou plusieurs fibules. Leur répartition est résumée dans la fig. 124. La répartition obtenue n’est pas aléatoire ; elle suit très exactement la chronologie relative des ensembles obtenue par sériation des mobiliers céramiques, du moins pour les plus importants. Chacune des phases de l’occupation du site mise en évidence par l’examen des ensembles mobiliers est étroitement associée à certains types de fibules :

Fig. 124 –Répartition des types de fibules : entre parenthèses, variante incertaine (fragment) ; sup. niveau supérieur.

  • phase 1 (fosse 1) : types 1a et 1b ;

  • phase 2 (fosses 2, 3) : type 1b ;

  • phase 3 (fosses 4, 5, 6, 8, 9) : types 1c, 2, 3 ;

  • phase 4 (ch. 1 et 3 niv. sup.) : type 4.

700Les phases 1 et 2 correspondent à un horizon antérieur à l’apparition des types 2 et 3 qui traduisent un progrès technique. On doit rattacher à la phase 1 la fosse du site de Goincet (Vaginay 1984) qui contenait des fragments d’une fibule de type 1a et de 3 fibules de type 1b. Parmi ces deux variantes, la première (1a) disparaît plus tôt puisqu’elle est absente des fosses 2 et 3 dans lesquelles la variante 1b est largement représentée (6 ex.). La variante 1c paraît exactement contemporaine de la fibule de Nauheim (3a). Sa forme générale (arc à partie médiane horizontale, pied trapézoïdal, ressort court) peut avoir subi l’influence de ce dernier type de fibule.

701La fibule de Nauheim (type 3a) est associée à d’autres types (2 et 3b). Le type 2 est toujours associé aux types 3 ou 1c et n’est isolé que dans un cas. Cette situation ne permet pas d’affirmer l’antériorité d’un des types (2 ou 3) sur l’autre, bien que selon Feugère la fibule à tête couvrante ait précédé la fibule de Nauheim en Languedoc (Feugère 1985). Quoi qu’il en soit, les découvertes de Feurs confirment l’importance numérique de la fibule à tête couvrante (type 2) en pays ségusiave, déjà remarquée sur le site de Roanne (Bessou 1976). Cette fibule a en effet à ce jour une aire de diffusion très restreinte : Languedoc, vallée du Rhône, Forez (Feugère 1985). Sans doute cette répartition souffre des aléas de la recherche ; il faudrait en particulier rajouter à la carte de Feugère une fibule du site de Levroux mentionnée comme une « fibule de Nauheim à corde externe » (Bouyer 1983 ; Fauduet 1983 : pl. 1, no 1). Elle indique cependant clairement des rapports privilégiés entre le Forez et le Midi, dont la nature exacte reste à préciser. La variété et le nombre des exemplaires foréziens plaident en tout cas pour une production locale.

702La fibule de type 3c semble bien être une variante plus récente que les types 3a et b : le profil général de l’arc rappelle en effet celui des fibules à ailette naissante (type Feugère 8a). Cependant, dans la mesure où elle est présente en un seul exemplaire dans un ensemble au mobilier peu abondant, il nous semble hasardeux de définir avec elle une phase supplémentaire qui serait intermédiaire entre les phases 3 et 4.

703Les deux fragments de fibules à charnière (type 4) proviennent exclusivement des niveaux supérieurs des chantiers 1 et 3 (fig. 12, no 2 ; 132, no 9). Ils montrent une technologie résolument différente, dont l’apparition est généralement située au début du règne d’Auguste (Feugère 1985 : type 4d ou 22).

Chronologie relative

704La phase 3 avec laquelle apparaît la fibule de Nauheim pourrait également se caractériser par l’apparition des premières monnaies de potin sur le site (cf. § 3.3.). Le début de cette phase coïnciderait donc avec celui de La Tène D1 si l’on s’en tient stricto sensu à la définition donnée par Krämer (Krämer 1962) et précisée ensuite par de nombreux auteurs de langue allemande (parmi eux : Polenz 1971 ; Haffner 1969 et 1974), notamment pour les régions rhénanes. Selon les mêmes auteurs, le début de La Tène 02 (horizon 5 de Haffner) est marqué par l’apparition de nombreux types de fibules : fibule à coquille (Schusselfibel : Feugère 7c et d) ; fibule à arc cambré (geschweifte Fibel : Feugère 4c et 9a ; proche de notre type 3c) ; fibule Almgren 65 (Feugère 8).

705Les fouilles de la colline de la Cathédrale à Bâle ont livré une stratigraphie cohérente offrant cette chronologie relative (Furger‑Gunti 1979), quoique la faible quantité de mobilier laisse douter de la représentativité de l’échantillonnage obtenu pour chaque horizon. La répartition des fibules dans les horizons antérieurs au règne d’Auguste est la suivante :

  • horizon 1 : 2 f. de Nauheim ;

  • horizon 2 : 2 f. de Nauheim, 1 f. à coquille, 1 f. Almgren 65, 1 Kragenfibel ;

  • horizon 3 inf. : 1 f. Almgren 65, 1 geschweifte Fibel.

706Ces résultats sont à mettre en parallèle avec la chronologie proposée par Haffner à partir de l’étude de nécropoles de la région de Trêves :

  • horizon 4 : Nauheim, filiformes Tène finale ; absence de f. Tène moyenne ;

  • horizon 5 : f. à coquille, geschweifte Fibel de type ancien, Kragenfibeln ;

  • horizon romain ancien : f. à ressort protégé associées à de la céramique à paroi fine, des assiettes à enduit rouge interne, de la sigillée.

707Pour la Gaule non méditerranéenne, aucun autre site n’a actuellement livré une chronologie relative complète pour l’ensemble de la fin du second âge du Fer et l’on en est réduit à prendre en compte des séries non classées.

708A Levroux (fouille des Arènes) les seuls types de fibules Tène finale sont : quatre fibules de Nauheim, une fibule à tête couvrante, une fibule filiforme avec un décor original. Mais les fibules caractéristiques de La Tène D2 sont absentes. Ce fait montre donc que pour le centre de la France, il est possible de définir un horizon correspondant à La Tène D1 et caractérisé par la fibule de Nauheim.

709Au mont Beuvray (Guillaumet 1985), les fibules de Nauheim sont peu nombreuses (1 ex.) par rapport aux fibules filiformes en fer, dont aucune ne semble s’apparenter à notre variante 3b (pour la plupart l’arc s’emmanche à la verticale sur le ressort et se prolonge par un coude à angle droit ; le ressort est soi.t externe [24 ex.], soit interne [11 ex.]). Les fibules à coquille et Almgren 65 sont aussi peu nombreuses : respectivement un et cinq exemplaires. Il est vrai que la plupart des fibules du site appartiennent à des types plus récents.

710Le site d’Aulnat (P.‑de.‑D.) a livré un élément tout à fait intéressant constitué par une coupe en céramique indigène tournée imitant la forme Lamboglia 27 en céramique campanienne, qui portait gravé à la pointe sèche le dessin d’une série de fibules : il s’agit de quatre fibules à ressort long et pied trapézoïdal (très proches de notre type 1a) (Périchon 1987 : 693).

711L’ensemble de Vienne (Sainte‑Blandine) est délicat à manier puisqu’à côté de nombreuses fibules de Nauheim on trouve des fibules « pseudo‑Tène » Il qui n’apparaissent pas avant le règne d’Auguste (Feugère 1985). Bien que cet ensemble ne soit donc sans doute pas totalement homogène, les fibules de La Tène D2 restent encore très peu nombreuses (une fibule à coquille, deux fibules à ailette naissante).

712Les travaux de Bessou à Roanne (Bessou 1976) sont aussi de peu d’utilité puisqu’on ne connaît pas précisément la correspondance entre les fibules et les horizons chronologiques. De plus, ses conclusions chronologiques, si elles sont globalement cohérentes avec celles auxquelles nous aboutissons aujourd’hui –du moins pour la chronologie relative– nous semblent devoir être considérées avec circonspection. Le schéma d’évolution du mobilier qu’il propose n’est en effet pas fondé sur une étude d’ensembles clos, de sorte que certaines confusions apparaissent à la lecture de l’ouvrage : plusieurs fibules sont situées successivement dans des horizons différents, certaines céramiques découvertes dans des fosses anciennes ont été classées par erreur dans une phase récente... Selon ses dires les fibules de schéma Tène finale (tête couvrante, filiforme) existent dès la période 1, les fibules à ailette naissante et les fibules à coquille (type évolué Feugère 7b) apparaissent à la période 2, la Kragenfibel à la période 3. Il arrête sa période 3 à l’apparition de la sigillée, mais intègre à cette phase des céramiques ardoisées qui sont des imitations manifestes de sigillée (Bessou 1976 : pl. 56, nos 9 et 10). De plus, sa période 3 ne contiendrait pas d’as de Nîmes, nombreux à Roanne dans la phase immédiatement postérieure. De ce fait, et malgré les réserves qui viennent d’être faites, cette période 3 pourrait être mise en regard de l’horizon 3 inf. de Bâle –colline de la Cathédrale. Plutôt que la datation imprécise –« pendant le long règne d’Auguste »– qu’il propose pour cette période (Bessou 19876 : 65‑66), il faudrait donc situer son achèvement vers ‑20.

713Quoi qu’il en soit, le site de Feurs confirme, avec la phase 3, l’existence en Gaule centrale d’un horizon de La Tène finale caractérisé par la fibule de Nauheim (et la fibule à tête couvrante) et que l’on doit mettre en correspondance avec La Tène D1 de la Suisse et des régions rhénanes.

714Plusieurs auteurs allemands (notamment Bantelmann 1972 ; Polenz 1971) ont déterminé, à partir de l’abondant mobilier des nécropoles rhénanes, un horizon « ancien » de La Tène finale. Situé avant La Tène D1 il est caractérisé par de petites fibules en fer type Tène moyenne à pied triangulaire (Kostrzewski var. A, analogue à notre type 1b), pouvant posséder un ressort long (comme notre type 1a). Une phase analogue a été définie en Champagne, mais avec moins d’arguments et à partir d’un mobilier moins abondant (Hatt 1977). Un des ensembles les plus caractéristiques de cette période pour la Champagne est la tombe 27 d’Hauviné (la Poterie) qui a livré, entre autres, 5 fibules de schéma Tène Il, dont 4 à long ressort (Roualet 1977).

715Cette phase semble absente des sites d’Europe centrale où La Tène C2 (immédiatement antérieure à La Tène D1) est caractérisée par une fibule Tène moyenne à arc massif très tendu et pied long, connue sous le nom de fibule de « Mötschwil » (cf. par exemple : Méduna 1970). Cette phase est repérable dans la vallée du Danube et jusqu’en Suisse occidentale où elle caractérise l’horizon V de Münsingen (Hodson 196 ; Suter 1984).

716L’impossibilité de définir un horizon Tène C2 en Gaule (et dans les régions rhénanes) tient à l’absence de ce type de fibule qui est cantonné dans la Celtique orientale (cf. l’inventaire des lieux de découverte par Meduna 1970 : notes 5 et 71). Polenz conserve cependant la terminologie de Tène C2 pour cet horizon, bien qu’il reconnaisse lui‑même que la définition de Méduna à laquelle il se réfère ne peut s’appliquer précisément à la région qu’il étudie. L’horizon défini pour les régions rhénanes doit donc être forcément situé chronologiquement pendant la phase C de Reinecke, et pouvoir au moins partiellement se superposer à l’horizon C2. De nombreux arguments nous incitent à envisager l’application des conclusions de Bantelmann à toute une partie de la Gaule non méditerranéenne. Il convient tout d’abord de remarquer que les fibules typiques des phases 1 et 2 de Feurs trouvent des correspondances exactes non seulement dans les régions rhénanes, mais encore dans les régions où existe une phase C2 « typique » : les fibules à ressort long coexistent à Münsingen avec les fibules de Mötschwil. A Manching les petites fibules en fer à pied triangulaire sont les plus répandues pour la phase Tène C2 (Stöckli 1974). Dans le Tessin les fibules à ressort en arbalète apparaissent à la même période (Stöckli 1975).

717Cette hypothèse permettrait de régler un problème que posent la plupart des sites de plaine de la fin de La Tène en Gaule non méditerranéenne. Plusieurs de ces sites présentent en effet un hiatus à la fin de La Tène moyenne, entre les fibules attribuables à La Tène ancienne et au début de La Tène moyenne, et les fibules de Nauheim :

  • Breisach Hochstetten (Stork 1981) : 3 fibules Tène ancienne ; 1 fibule Tène C1 ; 40 fibules Tène C « tardive » ;
    25 fibules de Nauheim ; 3 fibules de Lauterach ; fibules filiformes Tène D...

  • Levroux ; Les Arènes (Bouyer 1983) : 3 fibules Tène II à perle sur le pied (type a) ; 9 fibules Tène II de petite taille, ressort long, sans perle sur le pied (type b) ; 7 fibules Tène II, ressort court, corde externe (type c) ; 5 fibules de Nauheim ; 1 fibule à tête couvrante.

718Il ne fait guère de doute que les fibules Tène II de type b de Levroux correspondent à notre type 1a, et le type c à nos types 1 b et 1c. Les plans de répartition des fibules sur l’ensemble de la fouille des Arènes, publiés dans le même article (Bouyer 1983) permettent d’ailleurs de mettre en évidence certaines associations :

  • les types Tène II a et b sont associés à des bracelets en lignite ou en verre, mais jamais à des fibules Tène III ou des potins ;

  • le type Tène II c est associé dans deux cas à des potins, dans un cas à des potins et des fibules Tène III.

719Les bracelets en lignite sont parfois associés à des fibules Tène ou des potins (3 cas) et leur attribution à La Tène moyenne semble peu évidente à partir des découvertes de ce seul site.

720A Roanne de nombreuses fibules en fer de type Tène II sont vraisemblablement attribuables à une phase antérieure à l’apparition de la fibule de Nauheim. Pour le site de l’Institution Saint‑Joseph (Bessou 1976) la représentation approximative des différents types de fibules est la suivante : 5 fibules Tène II à pied triangulaire (et nombreux fragments incertains) ; 5 fibules à tête couvrante (Feurs, type 2) ; 9 fibules de Nauheim (Feurs, type 3a) ; 6 fibules filiformes Tène III (Feurs, types 3 b et c) ; 2 fibules à coquille ; 2 fibules à ailettes naissantes ; 2 Kragenfibeln.

721Les données de ces quelques sites, auxquelles on devrait ajouter celles de Bâle, Usine à Gaz (Furger‑Gunti 1980), tendent donc toutes à indiquer une occupation dès le début de cette phase « Tène finale ancienne » au plus tard. Deux raisons majeures nous incitent à conserver cette terminologie plutôt que d’utiliser brutalement le terme « Tène C2 ». D’une part il n’est pas certain que ces deux phases aient les mêmes limites chronologiques (au moins pour ce qui est de leur mise en place). D’autre part l’ensemble des mobiliers se rattache nettement à l’horizon culturel de La Tène finale. Tous les décors en vogue à La Tène finale, par exemple, y semblent déjà présents : la céramique peinte en est, pour le pays ségusiave, une illustration significative. L’apparition de la céramique peinte à La Tène C2 paraît en effet être un fait général, déjà noté en Bavière (Stöckli 1974) et au Tessin (Stöckli 1975). Pour ce qui est du rattachement culturel de La Tène C2 à La Tène finale, l’opinion de J. Meduna (Meduna 1970) est qu’il s’agit plutôt d’une phase de transition, ce que semblerait confirmer la nécropole de Münsingen où il paraît exister une coupure brutale entre les tombes de l’horizon U (Tène C1) et celles de l’horizon V (Tène C2).

722Afin de conserver une terminologie cohérente, il paraît donc utile de préciser la chronologie relative de La Tène finale en Gaule par la distinction de trois phases, dont les deux dernières peuvent être identifiées aux horizons Tène D1 et D2 des auteurs de langue allemande. La fig. 125 résume les correspondances entre ces phases mises en évidence à partir du site de Feurs et les principales chronologies obtenues dans d’autres régions.

Fig. 125 – Correspondance entre la chronologie relative de la fin de La Tène en pays ségusiave et celle de quelques autres régions de l’aire celtique.

Fig. 126 – Fosses 1 et 1S (nos 12 et 14) (éch. 1/2 sauf no 17 éch. 1/4) – nos 1 et 2 : ressorts de fibules en fer à axe métallique, type 1a ; no 3 : fibule en fer type 1a ; no 4 : ressort de fibule en fer à 4 spires et corde externe, type 1b ; no 5 : fragment de bracelet en lignite ; no 6 : fragment de bracelet en verre bleu translucide à inclusions de filets jaunes ; no 7 : perle en verre opaque ; no 8 : crochet en fer ; no 9 : extrémité de tisonnier en fer ; no 10 : rivet en fer à tête creuse ; nos 11 et 12 : rivets en fer à tête plate ; no 13 : aiguille (?) en fer de section circulaire ; no 14 : objet en os ; no 15 : aiguille en bronze à tête enroulée ; no 16 : affûtoir en grès fin ; no 17 : fragment de catillus de meule en lave bulleuse dure avec logements pour le levier de manœuvre et sa clavette de fixation.

Fig. 127 – Fosses 2 (nos 1 à 7), 3 (no 8), 4 (nos 9 à 25) (éch. 1/2) – nos 1 à 5 : fibules en fer type 1b ; no 6 : bouterolle de poignard : gouttières en fer et extrémité en bronze très corrodée ; no 7 : crampon droit en fer ; no 8 : fibule en fer type 1b ; no 9 : fibule en fer type 1 c ; no 10 : fibule en fer type 2 ; no 11 : fibule en bronze type 2 à décor « a tremolo » ; nos 12 et 13 : fragments de ressorts de fibules en fer à corde externe ; nos 14 et 15 : fibules de Nauheim (type 3a) en bronze ; no 16 : fragment de fibule de Nauheim (type 3a) en fer ; no 17 : fragment de fibule en bronze type 3b ; no 18 : fragment de fibule en fer type 3b ; no 19 : fragment de bracelet en verre brun, de section triangulaire ; no 20 : fragment de bracelet en verre grenat, de section triangulaire ; no 21 : fragment de perle en verre bleu, à inclusions de filets jaune laiteux ; no 22 : fragment de bracelet tubulaire en bronze à décor gravé de chevrons et d’échelle ; no 23 : fragment de bracelet tubulaire en bronze ; no 24 : fragment de tige pleine en bronze (bracelet ?) ; no 25 : fragment de tige aplatie en fer (bracelet ouvert ?).

Fig. 128 – Fosse 4 : mobilier en bronze (no 2) et fer (nos 1, 3 à 18) (éch. 1/2) – no 1 : fragment de gouttière de bouterolle de fourreau à échelle en fer ; no 2 : pince à épiler en bronze, décorée de deux filets longitudinaux ; no 3 : couteau en fer à soie plate traversée par trois rivets maintenant deux plaquettes en bois ; nos 4 à 6 : fragments de lames en fer ; no 7 : fragment d’outil (?) en fer ; nos 8 et 9 : douilles en fer de manche d’outils ou de bâton ferré ; no 10 : œillet en fer ; no 11 : agrafe de ceinture en fer ; no 12 : plaque carrée en fer percée de deux trous ; no 13 : plaque d’entrée de serrure en fer, à ouverture en L ; no 14 : objet cylindrique en fer (élément de gond de porte ?) ; no 15 : deux plaquettes en fer maintenues par deux rivets ; no 16 : ruban en tôle de fer recourbé maintenue par un rivet (gond de porte ?) ; nos 17 et 18 : cornières en L en fer.

Fig. 129 – Fosse 4 : mobilier en fer (nos 1 à 19), bronze (nos 20 et 21), os (no 22) et terre cuite (nos 23 et 24) (éch. 1/2) – nos 1 et 2 : cornières en L ; nos 3 à 6 : crampons droits ; no 7 : crampon d’angle ; no 8 : crampon rectangulaire ; nos 9 à 12 : rivets à tête creuse ; no 13 : rivet à tête plate ; no 14 : rivet en fer à tige coudée et tête en gouttière ; no 15 : clavette (?) à tête massive cubique ; no 16 : crampon ; no 17 : goupille d’assemblage (?) ; no 18 : ruban en tôle percée de trous ; no 19 : anneau ; no 20 : cabochon de rivet ; no 21 : cabochons (?) ; no 22 : fragment d’aiguille ; nos 23 et 24 : pesons de métier à tisser, marqués d’une croix avant cuisson sur la face supérieure.

Fig. 130 – Fosse 4, mobilier en terre cuite (nos 1, 2, à 15) et en pierre (nos 3 à  7) (nos 1, 2, 8 : éch : 1/2 ; nos 3 à 7, 9 à 15 : éch : 1/4) – nos 1 et 2 : pesons de métier à tisser ; nos 3 à 5 : fragments de catillus de meules en lave bulleuse dense ; no 6 : fragment de meta de meule en lave bulleuse dense ; no 7 : fragment de mortier ou de meule dormante en lave bulleuse dense ; no 8 : fragment d’extrémité de chenet à tête de bélier ; no 9 : fragment de sole de four en terre cuite ; nos 10 à 14 : fragments de terre cuite (éléments de fours ?) ; no 15 : fragment de terre cuite à décor digité (plaque de foyer ?).

Fig. 131 – Fosses 5 (nos 1 à 4) et 6 (nos 5 à 2) (éch. 1/2) – no 1 : fibule en fer type 1c ; no 2 : fragment de fibule en fer type 2 ; no 3 : fragment de bracelet tubulaire en bronze ; no 4 : rivet en fer à tête plate ; no 5 : fibule en fer type 1 ; no 6 : fibule en fer type 1a ou b ; no 7 : fibule en fer type 1c (?) ; no 8 : fibule en bronze type 2 ornée d’un filet gravé ; nos 9 et 10 : fibules en fer type 2 ; no 11 : arc de fibule en fer type 2 ; no 12 : fibule en bronze type 3b avec décor incisé transversal et anneau de suspension en fer ; no 13 : fibule en bronze type 3b ; no 14 : fibule en fer type 3b ; no 15 : fragment de fibule en bronze à corde interne ; no 16 : bracelet en tôle de bronze ; no 17 : tige en fer courbée à section en gouttière ; no 18 : perle en ambre ; nos 19 à 21 : anneaux en bronze, à fixation en fer pour le no 21 ; no 22 : anneau en fer ; no 23 : crochet en fer ; no 24 : plaque en fer à bord abattu ; no 25 : crampon droit en fer ; no 26 : objet en bronze ; no 27 : plaquette en fer à deux rivets ; no 28 : fusaïole en terre cuite.

Fig. 132 – Ch. 3, fosses 7, 8, 9 et div., petit mobilier (éch. 1/2 sauf no 2 éch : 1/4) – nos 1 et 2 (fosse 7) : no 1, plaque en tôle de fer percée d’un trou ; no 2, fragment de mortier ou de meule dormante en lave bulleuse peu dense ; no 3 (fosse 9) : fibule en fer type 3c ; nos 4 à 7 (fosse 8) : no 4, fibule en fer type 2 ; no 5, bracelet en lignite ; no 6, goupille en fer ; no 7, plaque d’entrée de serrure en fer ; no 8 (amas no 13) : crochet en fer ; no 9 (niv. sup. fossé no 4) : fibule en fer type 4 ; no 10 (fossé no 1) : fragment de couteau en fer à lame large et soie plate.

Fig. 133 – Chantiers 1 (nos 1 à 13), 2 (no 14) et 3 (nos 15 à 22), niveaux d’occupation (éch. 1/2) – nos 1 et 2 : fragments de bracelets en lignite ; no 3 : fragment de bracelet tubulaire en bronze ; no 4 : fragment de bracelet en verre bleu ; no 5 : fragment de perle en verre noir avec filets jaunes ; no 6 : pendeloque de ceinture en bronze en forme de balustre ; no 7 : crochet de ceinture en bronze à bouton orné d’un triangle gravé ; no 8 : petit passant en fer ; no 9 : pied de fibule en bronze en cours de fabrication, brisé au départ de l’arc ; no 10 : ruban plat en bronze (déchet de fabrication) ; no 11 : fragment d’objet en tôle de fer à rebord courbe rabattu et trou de fixation ; no 12 : poinçon en os ; no 13 : fragment d’omoplate percé de deux trous ; no 14 : fragment de bracelet en verre bleu foncé à décor de moulures ; no 15 : fibule en fer type 1b ; no 16 : fragment de bracelet en lignite ; no 17 : fragment de bracelet en verre bleu à filet jaune et décor mouluré ; nos 18 et 19 : fragments de bracelets en verre bleu ; no 20 : fragment de bracelet en bronze ; no 21 : tas de forgeron en fer ; no 22 : fourchette à douille en fer.

3.3. Les monnaies

723Les monnaies étudiées dans le présent chapitre proviennent des trois chantiers et ont été découvertes soit dans des ensembles clos (les fosses) soit dans les niveaux d’occupation.

724Ces monnaies ont été regroupées ici en cinq grands ensembles (statères, oboles, bronzes frappés, potins, monnaies frustes) à l’intérieur desquels chaque type est présenté avec la description du droit et du revers et l’indication des références les plus importantes ou les plus récentes. Chaque monnaie est ensuite cataloguée : métal (or, argent [arg.], bronze [br.], potin [pot.]), métrologie (poids en g, module et épaisseur en mm, direction des coins en termes de cadran horaire). Parfois quelques précisions typologiques particulières, le lieu de trouvaille avec la position stratigraphique, le numéro d’inventaire et éventuellement la référence à une publication antérieure complètent ce catalogue. Il convient de noter ici que pour deux monnaies la position stratigraphique n’est pas totalement assurée : le statère no 2 semble pouvoir être rattaché à la fosse 1 sans que son attribution au niveau supérieur de la fosse (1 S) soit totalement exclue, compte tenu de sa position dans le sommet du remplissage ancien de cette fosse. De même le potin no 46 provient d’une vidange rapide d’un secteur de la fosse 2 ; en l’absence d’indication de provenance plus précise (niveau de surface ou remplissage de la fosse ?) nous avons préféré exclure cette monnaie de cet ensemble.

3.3.1. Catalogue

3.3.1.1. Les statères

725D. : tête à droite à courtes boucles parallèles, traits obliques sous le cou, fleuron devant la bouche.
R. : cheval à droite mené par un aurige‑oiseau, timon devant le poitrail.
Fischer 1982.

7261 : or pâle ; 5,77 g ; 16,5‑17,5 mm ; 3,6 mm ; 10 h ; scyphate ; ch. 3 niv. gallo‑romain ; inv. 13 ; Fischer 1982 : 102, fig. 3 et 105.

727Cette monnaie appartient au groupe des statères éduens du trésor de Chenôves étudiés par B. Fischer ; d’après l’auteur, ces statères sont les ultimes imitations en bas or du statère de Philippe de Macédoine et ont dû être émis peu de temps avant la Guerre des Gaules.

728D. : usé par abrasion.
R. : cheval à gauche à crinière bouletée avec au‑dessus des traces de l’aurige, et au‑dessous un motif qui pourrait être un triscèle.
Fischer 1982.

7292 : or très pâle ; 1,34 g ; 11,6‑11,7 mm ; 1,7 mm ; ch. 1, fosse 1 ; inv. 39.

730Ce quart de statère pourrait appartenir également au groupe des statères éduens de Chenôves. Cette identification a été faite avec beaucoup de réserves par B. Fischer ; les réserves s’expliquent par l’état d’usure important de cette monnaie que B. Fischer n’a pu étudier qu’à travers une photographie et un moulage.

3.3.1.2. Les oboles

731D. : tête d’Apollon à gauche.
R. : roue à quatre rayons, pointée ou non au centre avec des lettres ou d’autres motifs dans certains des cantons.
Rolland 1961 ; Brenot et Sias 1981.

7323 : arg. ; tête à gauche / roue pointée, MA finement bouletées ; 0,53 g ; 9,7‑11,5 mm ; 1,2 mm ; 12 h ; ch. 1, niv. oc. ; inv. 14.

7334 : arg. ; tête à gauche, petite corne sur le front / roue pointée, MA peu visibles ; 0,16 g ; 9,9 mm ; 0,9 mm ; 1 h ; ch. 3, niv. oc. ; inv. 4. 5 : arg. ; tête à gauche / revers usé légèrement scyphate ; 0,32 g ; 10,1‑11,7 mm ; 1,1 mm ; ch. 3, niv. oc. ; inv. 3.

7346 : arg. ; tête à gauche / revers usé légèrement scyphate, roue pointée peu visible ; 0,27 g ; 10‑10,6 mm ; 1,1 mm ; ch. 3, niv. oc. ; inv.6.

7357 : arg. ; cassée ; tête à gauche / roue pointée, légende inversée AM bouletées dans les deux cantons inférieurs, gamma (?) peu visible dans le canton supérieur gauche ; 0,31 g ; 8,8 mm ; 1,3 mm ; 2 h ; ch. 3, niv. oc. ; inv. 1.

7368 arg. : droit illisible / roue au moyeu peu visible, AM non bouletées maladroitement gravées, globule dans le canton supérieur gauche ; 0,32 g ; 9‑10,3 mm ; 1,5 mm ; ch. 1, fosse 1 niv. sup. ; inv. 40.

7379 : arg. ; droit usé avec trois mèches hérissées et un élément circulaire qui pourrait être un cache‑ nuque / roue non pointée avec dans un des cantons une lettre qui pourrait être un A sans barre, un V ou un lambda ; 0,25 g ; 11,1‑12,5 mm ; 0,9 mm ; ch. 1, niv. oc. ; inv. 17.

73810 : arg. f. ; droit usé / roue non pointée avec dans les deux cantons inférieurs deux motifs peu visibles, un A sans barre, V ou lambda dans l’un, un motif triangulaire évoquant un grand A ou un delta dans l’autre ; 0,2 g ; 10,3‑10,6 mm ; 1 mm ; ch. 1, niv. oc. ; inv. 15.

73911 : arg. ; tête à gauche de type celtique, cheveux hérissés, grande oreille, S couché derrière la nuque / roue pointée, motifs ou lettres dans les quatre cantons, A et 0 se faisant face seuls lisibles ; 0,11 g ; ‑9 mm ; 0,6 mm ; ch. 2, fosse 3 ; inv. 45.

74012 : br. ; droit usé, tête ou rameau (?) 1 roue pointée avec un globule dans chacun des cantons ; 0,0 g ; 7,6‑, 3 mm ; 0,5 mm ; ch. 3, fosse ; inv. 2.

74113 : br. ; droit usé identique au précédent roue pointée décentrée vers le haut, seul un globule est nettement visible ; 0,09 g ; 7,9 mm ; 04 mm ; ch. 3, fossé E‑O. ; inv. 5.

74214 : arg. ; cassée ; tête à gauche revers usé ; 0,0 g ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 29.

74315 : arg. ; illisible / roue peu visible avec un motif qui pourrait être un A dans un des cantons ; 0,16 g ; 8,8 ‑10 mm ; 0,8 mm ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 2.

744Ces treize monnaies ont en commun le type de revers « à la roue » qui caractérise les oboles massaliètes. En fait, seule l’obole no 3 apparaît comme une obole massaliète classique ; par son type et son poids, elle appartient aux séries émises du ive au iie s. et dont le poids théorique est de 0,62 g. Malgré la faiblesse de leur poids due à une forte usure, il est probable que les trois monnaies suivantes (nos 4 à 6) appartiennent au même groupe ; on peut cependant remarquer la petite corne au droit du no 5, ce qui pourrait être le signe d’une plus grande ancienneté d’après la typologie élaborée par Brenot et Sias (Brenot 1981 : 22). Les oboles 7 et ont la particularité commune d’avoir la légende habituelle MA inversée, ce qui n’est pas exceptionnel ; elles comportent aussi un différent dans le canton supérieur gauche (un amma pour le no 7, un globule pour le no 8), ce qui n’est pas typique du monnayage massaliète et pourrait révéler une imitation.

745Les cinq monnaies suivantes (nos 9 à 13) sont indubitablement des imitations d’oboles massaliètes. On peut noter la qualité de gravure de l’obole no 11 et le signe en S du droit très fréquent dans le monnayage celtique. A. Blanchet note d’ailleurs que les oboles massaliètes ont été abondamment imitées et publie (Blanchet 1905 : fig. 99) un dessin d’une de ces imitations non classées géographiquement et assez semblable à notre obole no 9, avec au droit une grande oreille et au revers une sorte de A avec en face un 0 ou globule accompagnés dans les deux autres cantons d’un S et d’un M non lisibles sur notre exemplaire.

746Les deux oboles nos 12 et 13 sont des espèces très légères en bronze (cf. supra à propos du no 8) dans un état de conservation très semblable, avec un droit usé évoquant plus un rameau qu’une tête et un revers dont les globules dans les cantons de la roue inciteraient à chercher le prototype du côté des monnaies « à la croix » autant que dans le monnayage massaliète (pour la typologie des monnaies à la croix, cf. par exemple Richard 1972 et Depeyrot 1985 : étude de J.‑C. Richard).

747Les deux dernières monnaies (nos 14 et 15) sont dans un trop mauvais état de conservation pour qu’on puisse en dire quelque chose.

748A ces treize oboles il convient cependant d’ajouter six exemplaires supplémentaires en bronze provenant des niveaux supérieurs du chantier 3 et classés ici parmi les monnaies frustes (cf. infra nos 33 à 3). Ces six monnaies sont en effet collées ensemble et seul le revers de deux d’entre elles laisse apparaître la croix caractéristique de ce monnayage.

3.3.1.3. Les bronzes frappés

749D. : tête laurée à gauche.
R. : on distingue sur le bord à côté du grènetis une sorte de grand A accosté d’un globule ; le flan est barré de deux stries parallèles certainement postérieures à la frappe.

75016 : br. ; 5,77 g ; 18,5‑20,5 mm ; 4 mm ; ch. 1, niv. oc. ; inv. 20.

751Cette monnaie n’a pas été identifiée.

3.3.1.4. Les potins

752D. : tête usée.
R. : aigle debout sur un globule, une aile largement déployée, tenant dans ses serres un serpent peu visible.
BN 6160‑6168 ; Scheers 1975 : 183 ; Scheers 1978 : 87, no 337.

75317 : pot. ; 3,02 g ; 18 mm ; 2,8 mm ; ch. 3, niv. oc. ; inv. 8.

754D’après S. Scheers ce potin pourrait être attribué sans certitude aux Carnutes ou à un peuple belge.

755D. : tête casquée à gauche avec un globule sur la partie arrière du casque et un couvre‑nuque triangulaire.
R. : animal à gauche peu visible.

75618 : pot. ; 2,52 g ; 17,1 mm ; 2,6 mm ; ch. 3, niv. oc. ; inv. 10.

757Le mauvais état du revers ne permet pas d’identifier cette monnaie en toute certitude ; il peut s’agir du potin BN 5527 (LT XVI ; Colbert de Beaulieu 1967 : 62‑70) où l’animal du revers est entouré d’annelets, ou du potin BN 5611 (LT XVI, Colbert de Beaulieu 1967 : 76‑ 2), à légende /TOC. Dans les deux cas ces monnaies sont attribuées aux Séquanes.

Potins à la grosse tête

758D. : tête à gauche occupant tout le flan, profil grossièrement esquissé, œil en creux, double ou triple bandeau.
R. : taureau cornupète simplifié à gauche, queue relevée au‑dessus du dos, patte postérieure liée au trait d’exergue.
BN 536 ‑ 53 5 ; LT XVI ; Blanchet 1905 : 246, fig. 102 ; Colbert de Beaulieu 1967 : 24 et 25, nos 43 à 50 ; Dayet 1964 : 254 et 275.

75919 : pot. ; triple bandeau/ ; 5,09 g ; 18,2‑19,5 mm ; 3,9 mm ; 3 h ; ch. 1, fosse 1 HS ; inv. 43.

76020 : pot. ; triple bandeau / illisible ; 3,52 g ; 19,3 mm ; 3,1 mm ; ch. 3, fosse 9 ; inv. 12.

76121 : pot. ; double bandeau/ ; 3,98 g ; 18,5‑19,7 mm ; 3,3 mm ; 3 h ; ch. 3, niv. oc. ; inv. 19.

76222 : pot. ; double bandeau/; 3,99 g ; 19,1 mm ; 3,3 mm ; 3 h ; ch. 3, fosse 9 ; inv. 9.

76323 : pot. ; double bandeau / ; 4, 7 g ; 18,5‑19,7 g ; 4 mm ; 2/3 h ; ch. 1, fosse 4 HS. ; inv. 25.

76424 : pot. cassé ; double bandeau/; 3,17 g ; 19,4 mm ; 9 h ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 30.

76525 : pot. cassé ; double bandeau / fruste ; 2,57 g ; 3,4 mm ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 35.

76626 : pot. ; une seule bande visible/fruste ; 4,12 g ; 18‑19,7 mm ; 5 mm ; ch. 1, fosse 4 HS. ; inv. 32.

76727 : pot. ; fruste I 3,25 g ; 18,8 ‑19,3 mm ; 3,6 mm ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 31.

76828 : pot. ; fruste/ ; 4,76 g ; 19,3‑19,8 mm ; 4,2 mm ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 33.

769Ces potins à l’aire de circulation très étendue sont traditionnellement attribués aux Séquanes ou aux Eduens ; mais faciles à reproduire ils ont probablement été largement imités et il en existe plusieurs variétés (Colbert de Beaulieu 1967 : 25). Dans le département de la Loire, chez ces clients des Eduens que sont les Ségusiaves, les potins « à la grosse tête » ont au droit un double ou triple bandeau, mais présentent tous au revers un animal chargeant tête baissée, le corps horizontal dans une position qui évoque bien le taureau cornupète des petits bronzes massaliètes, prototype probable. Ils se distinguent en cela d’une autre variété où l’animal redressé évoque plutôt un cheval caracolant comme sur certains potins séquanes : voir les exemplaires provenant des médailliers de Besançon (Colbert de Beaulieu 1967 : nos 43 à 50) au revers très proche des monnaies suivantes (nos 51 à 58) à légende Q.SAM ou DOCI au droit (BN 5390 et 5393).

770Ces potins « à la grosse tête » sont coulés dans des moules en chapelet de telle manière que le tenon de coulée soit dans le prolongement du bandeau au droit et dans le prolongement du corps de l’animal au revers, ce qui explique le décalage constant d’un quart de cercle entre l’orientation du droit et celle du revers (revers à 3 h ou 9 h).

Potins au long cou

771D. : tête globuleuse à gauche
R. : quadrupède à gauche au long cou sans tête, sur ligne de terre ; les pattes simplifiées en un seul tracé antérieur et postérieur sont repliées sous le corps, la queue est relevée en S au‑dessus du dos ; sur certains exemplaires deux globules sont placés dans le champ sous le cou.
Gentric 1981 : 39‑45 ; Nash 1978: 231, type 5‑C.

77229 : pot. ; illisible / deux globules probables mais non certains ; 3,53 g ; 16,6‑17,3 mm ; 3,7 mm ; ch. 1, niv. oc. ; inv. 18.

77330 : pot. cassé ; classe D / 2 globules ; 2,02 g ; 16,6 mm ; 2,3 mm ; h ; ch. 1, fosse 6 ; inv. 27.

774Ces potins bien différents des précédents par le type et les dimensions nettement plus réduites sont très fréquents sur les sites de la basse vallée du Rhône où ils constituent la variété de potin la plus habituelle, ce qui plaide en faveur d’une origine méridionale (Gentric 1981). Mais on les rencontre également dans le centre de la Gaule associés à d’autres variétés : ainsi sur 65 potins identifiables trouvés à Roanne, le type « à la grosse tête » est largement majoritaire (56 ex.), mais on note également cinq potins « au long cou » (Gentric 1985 : nos 107 à 111). D. Nash publie par ailleurs quelques potins « au long cou » provenant du musée de Bourges et les considère comme bituriges (Nash 1978 : type 5‑C ; pl. 24, nos 594 à 596).

3.3.1.5. Monnaies frustes

77531 : arg. ; 0,23 9 ; 9,2‑10,2 mm ; 0,7 mm ; ch. 2, fosse 2 ; inv. 46.

77632 : arg. ; 0,53g ; 8,3‑9,4 mm ; 1,3 mm ; ch. 3, niv. oc. ; inv. 7.

77733‑38 : br. ; 6 oboles collées ; ch. 3, niv. oc. ; sur 2 ex.la croix est visible.

77839 : br. ; 0,08 g ; 7,7‑9,8 mm ; 1 mm ; ch. 2, fosse 3 ; inv. 47.

77940 : br. ; 0,10 g ; 7,4‑9 mm ; 1 mm ; ch. 1, HS ; inv. 23.

78041 : br. ; 0,15 g ; 11‑12 mm ; 0,9 mm ; ch. 1, fosse 1 ; inv. 42.

78142 : br. ; 0,19 g ; 8,9‑10 mm ; 1,3 mm ; ch. 1, niv. oc. ; inv. 16.

78243 : br. ; 0,31 g ; 8, 4‑9 mm ; 1 mm ; ch. 2, fosse 2 ; inv. 48.

78344 : br. ; 0, 55 g ; 9,8‑11,6 mm ; 2,4 mm ; ch. 1, fosse 1 sup. ; inv. 41.

78445 : br. 0,72 g ; 12‑13, 5 mm ; 3 mm ; ch. 1, fosse 6 ; inv. 24.

78546 : pot. cassé ; 1,46 g ; 13,2‑18,2 mm ; 4,3 mm ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 34.

78647 : 1/2 pot. ; 2,05 g ; 19,2 mm ; 3,7 mm ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 38.

78748 : pot. ; 3,23 g ; 17,5‑17,6 mm ; 4,2 mm ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 37.

78849 : pot. ; 3,72 g ; 17,9 mm ; 3,6 mm ; ch. 3, niv. oc. ; inv. 11.

78950 : pot. ; 3,83 g ; 17,5‑19,5 mm ; 5,7 mm ; ch. 1, fosse 6 ; inv. 26.

79051 : pot. ; 3,9 g ; 19‑19,8 mm ; 4 mm ; ch. 1, fosse 4 ; inv. 36.

79152 : pot. ; 4,35 g ; 19‑19,6 mm ; 5,7 mm ; ch. 2, fosse 2 ou niv. sup. (?) ; inv. 49.

79253 : pot. ; 4,76 g ; 19, ‑21 mm ; 6,5 mm ; ch. 1, niv. oc. ; inv. 21.

79354 : pot. ; 5,5 g ; 20,4‑21,7 mm ; 7,8 mm ; ch. 1, fosse 1 HS ; inv. 44.

79455 : pot. ; 5,73 g ; 19,9‑20,5 mm ; ch. 1 HS ; inv. 22.

3.3.2. Conclusion

795Comme dans toutes les récoltes de site d’habitat, formées en général de monnaies perdues et non retrouvées par leurs détenteurs, les monnaies de faible valeur sont majoritaires. Sans doute ne les cherchait‑on pas avec toute l’ardeur nécessaire Sur 55 monnaies, on ne trouve à Feurs que deux statères en bas or, treize monnaies d’argent qui sont des oboles de faible dimension (donc faciles à perdre !) et une majorité de monnaies de bronze (40 ex.) frappées (16 ex. dont 14 de faible poids assimilables à des oboles) et surtout coulées (24 ex.).

796Sur vingt monnaies sûrement identifiées, treize sont originaires du centre de la Gaule : il s’agit des deux statères (nos 1 et 2), du potin séquane (no 18) et des dix potins « à la grosse tête » (nos 19 à 28). A l’exception du potin carnute ou belge (no 17), les monnaies « étrangères » proviennent de Gaule méridionale, avec les quatre oboles indubitablement massaliètes (nos 3 à 6) et sans doute les deux potins « au long cou » (nos 29 et 30). Un certain nombre de monnaies n’ont pas été identifiées et il faut signaler les neuf oboles dont deux en bronze, imitant par le type et la métrologie l’obole massaliète ou ses divisions, mais dont l’origine, locale ou étrangère, n’a pu être précisée (auxquelles il faut ajouter six monnaies frustes qui sont vraisemblablement aussi des oboles et les six oboles collées ensemble).

797Un certain nombre de ces monnaies a été trouvé dans des ensembles clos –14 ex. identifiés proviennent des fosses (fig. 134)–, permettant quelques observations sur la chronologie. Afin de respecter la cohérence de l’ensemble du volume, nous nous bornerons ici à examiner le problème de la chronologie relative. Les questions de datation seront abordées dans le chapitre correspondant (cf. § 4.1.).

Fig. 134 – Répartition des différents types de monnaies dans chaque phase d’occupation. Statère = nos 1 et 2 ; obole = nos 3 à 15 ; br. frappé = no 16 ; potin 1 = no 17 ; potin 2 = no 18 ; potin 3 = no 19 à 28 ; potin = no 29 à 30 ; ob. trust = nos 31 à 38 ; br. fruste = nos 39 à 45 ; pot. fruste = nos 46 à 55. C1 et C3 = niveaux d’occupation des chantiers 1 et 3.

798L’intégration des monnaies dans l’ordre des ensembles établi à partir de l’analyse des autres catégories de mobiliers et partiellement confirmé par la stratigraphie, ne permet pas de tirer de conclusions péremptoires en raison de la faiblesse de l’échantillonnage monétaire. Tout au plus peut‑on noter que le statère no 2 est dans la fosse la plus ancienne, que les oboles sont surtout dans deux fosses de la phase 2, mais aussi dans une fosse de la phase 3 et que tous les potins proviennent de fosses de la phase 3. La fosse 4 de la phase 3 en particulier contient à elle seule huit potins, alors que la fosse 1 de la phase 1 dont l’échantillonnage mobilier est comparable et tout aussi abondant, n’en contient aucun.

Fig. 135 – Monnaies –1 et 2. Statères. –3 à 15. Oboles. –16. Bronze frappé. –17 et 18. Potins divers.

Fig. 136 – Monnaies –19 à 28. Potins à la grosse tête. –29 et 30. Potins au long cou. –31 à 38. Monnaies d’argent frustes.

Fig. 137 – Monnaies –39 à 45. Monnaies de bronze frustes –46 à 55. Potins frustes.

3.4. La faune

799La faune étudiée ici provient de cinq des fosses étudiées dans les chapitres précédents. En effet, sur l’ensemble des structures fouillées sur les trois sites de la place de la Boaterie, du Centre ménager et de l’Ilot de l’hôpital, seules les fosses des deux premiers de ces sites ont livré des ossements en nombre suffisant pour autoriser une étude de la faune. » s’agit des fosses 1, 2, 4, 5, 6. » convient par ailleurs de signaler que compte tenu des conditions de fouille, pour la fosse 5 la distinction entre la faune découverte dans la fosse elle‑même et celle découverte dans le niveau de sol dans lequel elle était creusée (d’ailleurs très peu abondante) n’a pu être faite : le tout a été traité comme un seul ensemble.

800Nous avons vu précédemment que d’après les données de l’analyse du mobilier, une chronologie relative a pu être établie entre ces cinq fosses : la fosse 1 est la plus ancienne, suivie de la fosse 2, puis des fosses 4, 5, 6 ; ces trois dernières ne pouvant être plus précisément situées l’une par rapport à l’autre.

801Cette étude de faune ne portant que sur cinq ensembles et ne regroupant en tout que 542 fragments, il est bien évident qu’elle n’autorise pas la formulation d’hypothèses sur l’identification de ces structures. C’est donc essentiellement dans une perspective archéozoologique que le présent travail doit être envisagé. Compte tenu de l’échelonnement dans le temps de ces cinq fosses qui appartiennent aux trois périodes d’occupation du site, la faune qu’elles contiennent peut témoigner d’une évolution particulière de l’élevage ou de la représentation des diverses espèces animales sur le site de Feurs à une époque de transition : La Tène finale.

802Il conviendra aussi de replacer cette recherche dans le contexte de l’ensemble des études de faune déjà réalisées pour la même période. Malheureusement, les sources de comparaison sont encore rares. De plus, elles correspondent à des sites très éloignés de Feurs et l’échantillonnage qu’ils ont livré est en général beaucoup plus large. En l’absence de tout élément de référence régional, et bien que les conditions et le milieu de vie ne soient sans doute pas les mêmes, ces comparaisons seront cependant utilisées : elles constitueront une première approche pour cette région nord‑est du Massif central. Elles permettront du moins de situer Feurs par rapport à l’image générale qui commence à se dégager pour l’élevage et l’évolution des espèces animales à La Tène finale en Europe occidentale.

3.4.1. Inventaire

3.4.1.1. Description par fosse

803Le tamisage n’a pu être employé lors de la fouille. Les ossements se révèlent par ailleurs très fragmentés. Très peu de recollages ont été possibles et très peu d’os nous sont parvenus entiers. Pour ce qui est de leur conservation, les ossements de la fosse 6 sont très concrétionnés alors que ceux des quatre autres fosses offrent un aspect compact, non poreux, non corrodé et sans trace de vermiculure.

804La présente étude porte sur 8 542 pièces parmi lesquelles 2 657 seulement ont pu être déterminées. La fragmentation du matériel explique le faible pourcentage de pièces identifiées (31 %). La détermination et les opérations qui s’y rapportent n’ont pas pris en compte les côtes et les vertèbres (mis à part les axis et les atlas).

805Dans les inventaires qui suivent, sont donnés le nombre de restes (NR) et le nombre minimum d’individus (NMI), ainsi que les pourcentages correspondants. Dans le cas des ovicaprinés (moutons/chèvres), le NMI est calculé sur l’ensemble de la catégorie. L’estimation du NMI (NMI de fréquence) a été effectuée sur la base de la catégorie anatomique la mieux représentée (Poplin 1976).

Fosse 1

‑ nombre total de restes :

1896

‑ restes déterminés :

461

24 %

‑ restes non déterminés :

1435

76 %

‑ nombre total d’individus :

24

NR

%

NMI

%

Bœuf (Bos taurus)

51

11,1

2

8,3

Ovicaprinés

91

19,7

5

20,3 

‑ Mouton (Ovis aries)

7

1,5

/

/

‑ Chèvre (Capra hircus)

10

2,2

/

/

Porc (Sus scrofa)

255

54,4

11

45,9

Equidés

8

1,7

1

4,2

Chien (Canis familiaris)

48

10,4

4

16,6

Oiseaux

8

1,7

4,2

Fosse 2

‑ nombre total de restes :

1828

‑ restes déterminés :

548

30 %

‑ restes non déterminés :

1280

70 %

‑ nombre total d’individus :

33

NR

%

NMI

%

Grands ruminants 

121

22,0

8

21,2

‑ Bœuf (Bos taurus) 

86

15,7

/

/

‑ Cerf (Cervus elaphus)

1

0,1

/

/

Ovicaprinés 

46

8,4

4

12,2 

‑ Mouton (Ovis aries)

5

0,9

/

/

‑ Chèvre (Capra hireus) 9

9

1,6

/

/

Porc (Sus sera fa)

346

63,2

16

48,5

Equidés 

9

1,6

1

3,0

Chien (Canis familiaris)

23

4,2

3

9,1

Oiseaux 

3

0,6

1

3,0

Fosse 6

‑ nombre total de restes :

2845

‑ restes déterminés :

805

28,3 %

‑ restes non déterminés :

2040

71,7 %

‑ nombre total d’individus :

35

NR

%

NMI

%

Bœuf (Bos taurus)

142

17,6 

4

11,5

Ovicaprinés

122

15,2 

9

25,8

‑ Mouton (Ovis aries)

18

2,3

?

/

‑ Chèvre (Capra hireus)

3

0,4 ?

?

/

Porc (Sus serofa)

491

61,0 

12

34,4

Sanglier (Sus serofa ferus)

1

0,1

1

2,8

Equidés

7

0,9

1

2,8

Chiens (Canis familiaris)

33

4,2

3

8,7

Renard (Vulpes vulpes) 1

0,1

1,

2,8

Lièvre (Lepus capensis)

2

0,2

1

2,8

Crapaud (Bufo bufo ?)

2

0,2

1

2,8

Oiseaux

3

0,4

1

2,8

Homme

1

0,1

1

2,8

Fosse 5

nombre total de restes :

802

restes déterminés :

247

30, %

restes non déterminés :

555

69,2 %

nombre total d’individus :

17

NR

%

NMI

%

Bœuf (Bos taurus)

59

23,9 

3

17,6

Ovicaprinés

2

11,3 

3

17,6

‑ Mouton (Ovis aries)

4

1,6 /

/

/

‑ Chèvre (Capra hircus)

1

0,4

/

/

Porc (Sus serofa)

145

58,5

7

41,2

Equidés

4

1,6

1

5,9

Chien (Canis familiaris)

10

4,1

2

11,

Lièvre (Lepus capensis)

1

0,4

1

5,9

Fosse 4

‑ nombre total de restes :

1171

‑ restes déterminés :

596

50,9 %

‑ restes non déterminés :

575

49,1 %

nombre total d’individus :

29

NR

%

NMI

%

Bœuf (Bos taurus)

92

15,4 

3

10,4

Ovicaprinés

1

31,5

11

37,9

‑ Mouton (Ovis aries)

5

0,8

/

/

‑ Chèvre (Capra hireus)

10

1,7 /

/

/

Porc (Sus serofa)

279

46, 8

9

31,1

Equidés

6

1,0 

1

3,4

Chien (Canis familiaris)

25

4,2 

2

7,0

Lièvre (Lepus capensis)

1

0,2 

1

3,4

Oiseaux

4

0,7 

1

3,4

Homme

1

0,2 

1

3,4

3.4.1.2. Variation entre les fosses

806La représentation sur graphique des pourcentages NR et NMI des cinq espèces numériquement les mieux représentées (fig. 138 et 139) montre qu’il existe des variations d’une fosse à l’autre, correspondant peut-être à une évolution du cheptel domestique.

Fig. 138 – Pourcentage par fosse du nombre de restes osseux (NR) pour les cinq espèces les mieux représentées.

Fig. 139 – Pourcentage par fosse du nombre minimum d’individus (NMI) pour les cinq espèces les mieux représentées.

807En effet de la fosse 1 à la fosse 4, les petits ruminants domestiques (moutons et chèvres) prennent une place plus importante, en même temps que décroît le nombre des suidés. Cette évolution est particulièrement sensible sur le grahique NMI.

808En ce qui concerne les bovins et les canidés, les variations entre les fosses ne semblent pas traduire une évolution particulière : ils conservent pratiquement les mêmes proportions dans le cheptel. Il en va de même du pourcentage des équidés qui reste constant dans toutes les fosses, pour autant que l’on puisse en juger d’après le petit nombre d’individus.

809Si l’on considère par ailleurs le cas des fosses 1, 2, 6, 4, deux observations suggèrent qu’il existe une véritable interdépendance entre la proportion des petits ruminants et celle des bovins : d’une part pour chacune de ces fosses le total des pourcentages NR de ces deux espèces reste constant, comme le montre le tableau de la fig. 140.

NR

%

Fosse 18141

142

30,

Fosse 2

167

30,6

Fosse 6

264

32,

Fosse 4

2 0

46,9

Fig. 140 – Représentation cumulée des petits ruminants et des bovins.

810D’autre part, les différences entre les pourcentages NR d’une fosse à l’autre sont toujours très proches et reflètent une évolution proportionnelle d’une espèce par rapport à l’autre, comme le montre la fig. 141.

Fig. 141 – Calcul de la différence de pourcentage (NR) entre fosses des ovicaprins et des bovins.

811Cette interdépendance mise en évidence dans les deux premières fosses disparaît à partir de la fosse 6 puisque la brusque augmentation du pourcentage des ovicaprins ne s’accompagne pas d’une diminution importante des bovins dans les fosses 6, 5 et 4. Dès lors, les petits ruminants prennent une place beaucoup plus large par rapport aux autres espèces.

3.4.2. Analyse des espèces

812Comme le montrent les tableaux de détermination, la faune de Feurs est presque exclusivement domestique. La faune sauvage n’est représentée que par de très rares éléments : un fragment appartient à un cerf (phalange distale), un autre à un sanglier (phalange), un au renard (métapode), quatre au lièvre (métapodes).

3.4.2.1. Les suidés

813Les restes de suidés sont de loin les mieux représentés ; dans l’ensemble, ils proviennent de porcs domestiques. Les mensurations des molaires 3 (Helmer a) prises pour pallier l’insuffisance des mesures des os très fragmentés ou appartenant à de trop jeunes animaux (non épiphysés), confirme la rareté du sanglier dans les fosses, qui n’est présent que par une phalange Il (fig. 142).

Fig. 142 – Diagramme de dispersion des suidés d’après la biométrie de la phalange Il : longueur totale (LT) et diamètre transverse mésial (DTM).

Âge et sexe

814L’estimation des âges d’abattage par l’évaluation de l’usure des dents (Ducos 196) a été faite pour les fosses 1 (47 dents), 2 (60 dents), 6 (65 dents). Les fosses 5 et 4 n’offrant pas un échantillonnage suffisant ont été simplement comprises dans une estimation globale (214 dents). L’âge moyen d’abattage (vers 1 an et demi, dès qu’ils sont adultes) reste constant pour chaque fosse, comme le montre nettement le graphique (fig. 143) établi à partir de la méthode mise en place par Ducos (196) : les classes d’âges n’étant pas égales, un coefficient de correction est apporté aux classes d’une longueur supérieure à 0,5 an ; soit : coefficient de 0,5 pour la classe 1‑2 ans ; 0,17 pour la classe 2‑5 ans et 0,1 pour la classe> 5 ans.

Fig. 143 – Courbe d’abattage des porcs.

815La distribution des porcs par sexe montre que les femellessontmoins nombreuses que les mâles (fig. 144). Ces distributions ont été établies essentiellement à partir de canines isolées (143 canines). Les mandibules comportant des canines sont peu nombreuses, de même que les remontages des canines sur les mandibules. La répartition des sexes pour chaque classe d’âge n’a pu être faite.

Fig. 144 – Répartition des porcs par sexe.

Taille au garrot

816L’échantillon biométrique utilisé pour estimer la taille au garrot des porcs (d’après les coefficients de Teichert 1975) repose uniquement sur les calcanéums (n = 2) et les talus (n = 20). Les autres types d’os n’ont pu être exploités. La hauteur moyenne est de 66,6 cm avec une dispersion de 60,2 à 71,9 cm, les deux calcanéums fournissant respectivement des hauteurs de 61,6 et 64,5 cm. Ces tailles sont données ici uniquement à titre indicatif. L’échantillon est en effet très réduit. De plus, le talus ne possédant pas plusieurs points d’ossification, il n’est pas possible de distinguer sûrement adultes et jeunes animaux, comme on le fait avec d’autres ossements par l’observation de la fusion des épiphyses à la diaphyse. Ainsi, même si la courbe d’abattage montre que la majeure partie des porcs est abattue lorsqu’ils sont adultes (elle se fonde sur les dents seulement, et il n’est pas certain qu’ossements et dents correspondent aux mêmes individus), il n’est pas possible dans l’état actuel des données, d’en déduire si la taille des porcs de Feurs est inférieure ou non à celles qui sont données pour divers autres sites de l’âge du Fer (fig. 145).

Site

Moy.

Dispersion

Auteur

France

Beauvais (60)

69,7

60,7 ‑ 7,1

Méniel1984

Variscourt (02)

70,1

55,1 ‑ 79,0

Méniel1984

Levroux (36) *

73,

60,0‑ 1,0

Krausz 1985

Levroux (36) **

71,5

/

Krausz 1985

Angleterre

Skeleton Green

68,8

67,3 ‑ 69,6

Ashdown 1981

Allemagne

Manching

69,6

58,0 ‑ 80,0

Boessneck 1971

Fig. 145 – Données de comparaison sur la taille au garrot des porcs à l’âge du Fer (d’après MénieI1984). * sans talus ; ** avec talus.

3.4.2.2. Les bovinés

817Les restes de bovinés ne sont pas assez nombreux ni assez bien conservés pour que des attributions sexuelles puissent être envisagées ; pour les mêmes raisons il n’a pas été possible de calculer la hauteur au garrot. Cependant, la confrontation avec les mensurations de talus et de phalanges proximales de bœufs des sites de Picardie –Gournay‑sur‑Aronde et Beauvais (Méniel 1984)– et de l’Indre –Levroux (Krausz 1985)– datés de la fin de La Tène, ne fait apparaître aucune différence fondamentale dans la biométrie de ces os (fig. 146 et 147). Ils appartiennent à la forme de petite taille qui existe à la même période en Picardie et à Levroux.

Fig. 146 – Diagramme de dispersion des bœufs de Feurs, Beauvais et Gournay‑sur‑Aronde, d’après la biométrie du talus : diamètre transverse distal (DTD) et longueur totale (LT).

Fig. 147 – Diagramme de dispersion des bœufs de Feurs, Beauvais et Gournay‑sur‑Aronde d’après la biométrie de la phalange : longueur totale (LT) et diamètre transverse proximal (DTP).

Âge des bovinés

818Seule une estimation globale de l’âge moyen d’abattage a été faite (30 dents pour l’ensemble des fosses), chaque fosse ne recelant pas un échantillonnage suffisamment large pour autoriser un calcul individuel et des interprétations pour chaque fosse. L’âge moyen d’abattage se situe entre 6,5 et 9 ans (fig. 148). Comme pour les suidés, la courbe d’abattage a été réalisée à partir de la méthode de Ducos (196) ; les classes d’âges supérieures à 2 ans ont été affectées d’un coefficient de correction de 0,8 pour les classes de 2,5 ans et de 0,25 pour la classe> 11,5 ans.

Fig. 148 – Courbe d’abattage des bœufs pour l’ensemble des fosses.

3.4.2.3. Les moutons et les chèvres

819La différenciation mouton/chèvre (Boessneck 1969) a été délicate en raison de la fragmentation importante des os et de l’insuffisance de vestiges caractéristiques. Il n’a pas été possible de déterminer de manière assurée un échantillon suffisamment large d’individus de chaque espèce pour pouvoir analyser ici leurs proportions respectives dans chaque fosse, ni même pour l’ensemble des fosses. Néanmoins en se référant aux quelques individus présents, ces proportions semblent s’équilibrer sur le total des fosses : le nombre de restes de moutons est égal à 39, celui de chèvres à 36. Il ne faut cependant pas éliminer la possibilité de variations propres à chaque fosse.

Taille au garrot

820Le calcul de la hauteur au garrot (Teichert 1975) ne repose que sur un nombre très limité de mesures : deux métatarses de chèvres, un métatarse et deux talus de moutons. La hauteur moyenne au garrot à laquelle nous sommes parvenus est de 75,8 cm pour la chèvre avec une dispersion de 75,3 à 76,4 cm ; pour le mouton elle est de 63,1 cm avec une dispersion de 62,2 à 64,8 cm. Ces estimations ne peuvent donner qu’une idée très approximative de la taille de ces animaux, compte tenu du caractère très limité de l’échantillonnage. Pourtant, en les comparant avec les données d’autres sites de la même période en Europe occidentale (Méniel 1984), il apparaît que la taille du mouton de Feurs correspond aux moyennes fournies par ces sites, tandis que la chèvre a une taille beaucoup plus élevée (fig. 149). L’écart avec la plus grande chèvre des données de comparaison (Beauvais) est de 8,5 cm. Nous ne pouvons pas pour l’instant interpréter ce fait. Peut‑être s’agit‑il d’un dimorphisme sexuel ou bien d’une particularité locale ou encore des premiers symptômes de l’apparition de nouvelles races en provenance du monde méditerranéen. Les rapports commerciaux entre Feurs et la Méditerranée occidentale sont en effet importants, comme le montrent les céramiques importées. Cette hypothèse devrait pouvoir être vérifiée par l’étude de séries plus récentes, d’ores et déjà disponibles dans cette région (site de Roanne en particulier).

Fig. 149 – Données de comparaison sur la hauteur au garrot des moutons et des chèvres en Europe de l’Ouest à la fin de l’âge du Fer.

Âge

821Les courbes d’estimation de l’âge d’abattage (Ducos 196) ont été faites pour les fosses qui offraient un échantillon assez large de dents, ainsi que pour l’ensemble des fosses (fig. 150). En moyenne, les moutons et les chèvres sont abattus entre deux et trois ans. Les courbes d’abattage obtenues à partir des fosses 6 (31 dents) et 4 (46 dents) suivent la courbe moyenne de l’ensemble des fosses (12 dents) :

  • abattage avant 2 ans : F6 = 45 % ; F4 = 52 %

  • abattage avant 3 ans : F6 = 7 % ; F4 = 9 %

Fig. 150 – Courbe d’abattage des ovicaprinés.

822Seule la fosse 1 donne une image différente, les jeunes animaux y étant peu nombreux ; il semble que dans ce cas la consommation des animaux se soit faite plus tard et selon une classe d’âge plus large :

  • abattage avant 2 ans : 22,6 %

  • abattage avant 3 ans : 74,2 %

3.4.2.4. Les équidés

823Les restes d’équidés sont très peu nombreux dans les fosses de Feurs : 34 pièces sur l’ensemble, dont 55 % de dents. Dans la fosse 1 un crâne de poulain a pu être reconstitué ; la même fosse contenait un bassin non symphysaire appartenant sans doute au même individu.

824Les différents types d’équidés sont difficiles à différencier, particulièrement au second âge du Fer. L’absence de matériel mesurable et le mauvais état des 19 dents ont empêché toute étude biométrique. Cependant la morphologie de quelques dents (jugales inférieures) présente des caractères asiniens : en particulier le sillon lingual interne est anguleux. Certaines dents jugales supérieures de forte taille n’excluent pas la présence du cheval, mais il est impossible de le confirmer.

3.4.2.5. Les canidés

825Le chien est présent dans les cinq fosses de Feurs, et plus particulièrement dans la fosse 1. Les animaux semblent tous adultes, comme le suggère la soudure systématique des épiphyses à la diaphyse. Cependant, dans l’état actuel des données, aucune étude biométrique n’a pu être faite. La fourchette de mensurations donnée par les mandibules indique que nous sommes en présence d’animaux de taille très variée :

826Longueur : P1‑M3 = 7,07 à 4,71 cm (moy. = 6,55 cm)
Hauteur : P1‑P3 = 1,1 à 2,04 cm (moy. = 1,73 cm)
M1‑M2 = 1,9 à 2,70 cm (moy. = 2,02 cm)

827Mais aucun des ossements nécessaires au calcul de la hauteur au garrot n’étant entier, il n’a pas été possible de tirer des conclusions plus précises sur la taille des chiens de Feurs.

3.4.2.6. Autres espèces

Avifaune

828L’étude de l’avifaune a été confiée à Joelle Pichon. 1 fragments osseux ont été recensés, parmi lesquels 16 ont pu être identifiés. Quatre espèces sont représentées :

  • Gallus domesticus : 13 fragments osseux appartiennent au coq domestique ; le nombre minimum d’individus est égal à quatre, dont un mâle et un poulet (NR : Fi = 6 ; F2 3 ; F6 2 ; F4 2) ;

  • Columba sp. : un fragment appartient à un pigeon (Fi) ;

  • Anas platyrhynchos : un fragment appartient à un canard colvert (Fi) ; la taille correspond sans doute à une femelle ;

  • Anser sp. (Anser anser ou A. anser domesticus) : un fragment appartient à une oie (F6) ; il est impossible de dire si l’individu présent est déjà domestiqué ou s’il est encore sauvage (oie cendrée).

829Sur aucun des os n’existe une trace de découpe bouchère nette. En revanche, quatre os (coq et oie) ont un aspect noir ou brun qui fait supposer un contact avec des cendres ou du feu : cuisson ?

830La faune sauvage (canard et pigeon) n’est pas très bien représentée.

Restes humains

831Des restes humains, toujours en très petite quantité, ont été fréquemment découverts sur les sites d’habitat gaulois dans des contextes détritiques. S. Krausz suggère que cette présence « est due à des apports de terre extérieure ou à des perturbations de sépultures antérieures, et ne doit être considérée qu’à titre indicatif » (Krausz 1985). Bien qu’il soit impossible de déterminer l’origine des restes humains découverts sur l’habitat de Feurs, il convient de noter la présence de deux fragments dans les fosses 4 et 6 : il s’agit respectivement d’un fragment de péroné (diaphyse) et d’un fragment de scapula.

3.4.2.7. Composition du troupeau

832La composition du troupeau telle qu’elle se dégage de l’analyse précédente semble assez homogène. Parmi les trois espèces principales (bœuf, mouton/chèvre, porc), la dernière est la mieux représentée dans toutes les fosses. Les proportions (en NR) de chacune des espèces restent relativement stables : entre 47 et 63 % pour le porc, entre 11 et 24 % pour le bœuf, entre 11 et 31 % pour les mouton/chèvre. Le chien et les équidés sont aussi toujours présents mais dans des proportions bien moindres : le chien se situe entre 4 et 11 % et les équidés entre 1 et 2 %. La chasse est quasi inexistante.

833Cela correspond bien à la composition du troupeau que l’on observe de manière générale en Gaule sur les sites de la fin de l’âge du Fer où la chasse a un rôle infime, tandis que l’élevage du porc et des mouton/chèvre est en général bien développé et a fréquemment plus d’importance que celui du bœuf (fig. 151). Ainsi à Levroux (Indre), les proportions des animaux sont très semblables à celles de Feurs. L’exploitation des animaux semble obéir aux mêmes règles. Pour la Gaule méditerranéenne par contre la situation paraît être assez différente. A Nages en particulier (Columeau 1978) l’élevage ne constitue que 72 à 76 % de l’ensemble de la faune, la chasse représentant 24 à 2 % des individus.

Site

Bœuf

Porc

Chèvre ‑Mouton

Levroux (36)

10 ‑ 25 %

40 ‑ 70 %

10 ‑ 25 %

Gournay‑sur‑Aronde (60)

20,5 %

25,7 %

46,1 %

Beauvais (60)

30,5 %

47,3 %

12,1 %

Variscourt (02)

18,3 %

55,9 %

17,1 %

Varennes‑Lès‑Mâcon (71)

46,6 %

30,2 %

17,5 %

Nages (30)

‑ 15 %

1 ‑ 22 %

39 ‑ 44 %

Fig. 151 – Données de comparaison suries proportions respectives de bœuf, porc et mouton/chèvre sur divers sites gaulois du second âge du Fer (en % du nombre de restes).

3.4.3. L’activité humaine

834Le contenu des fosses de Feurs suggère qu’elles ont servi en dernier lieu de dépotoirs. Les ossements en particulier n’y apparaissent visiblement que sous forme de rejets de l’activité humaine. Plusieurs caractères extrinsèques résultant d’opérations d’origine humaine ou autre (Poplin 1973), permettent d’identifier sur les ossements animaux diverses actions telles que l’abattage, la découpe, la dislocation. Nous nous bornerons ici à une analyse rapide des interventions humaines observées sur les ossements de Feurs.

3.4.3.1. Les cassures

835Il faut rappeler que seulement 30 % des vestiges ont pu être identifiés dans les fosses 1,2 et 6 et 51 % dans la fosse 4, du fait de la fragmentation des os. Cette différence mise en évidence pour la fosse 4 provient peut‑être d’un changement dans la manière de débiter les animaux abattus. Sauf exception, les fractures sont d’origine et ne sont pas dues à des manipulations ultérieures. Les os entiers les plus gros sont les phalanges proximales et les talus de bœuf, et dans la fosse 1 les deux parties du bassin de poulain. Les os les plus longs sont les métapodes d’ovicaprinés et de bœufs. Les remontages ont permis de reconstituer en partie quelques éléments comme la tête osseuse de poulain ou les mandibules de divers animaux, mais jamais d’os long entier. Il est vrai que le plus souvent les parties systématiquement absentes sont les plus fragiles chez les jeunes animaux : extrémité proximale de l’humérus et du fémur chez le porc et les ovicaprinés. Ce phénomène de conservation différentielle des os a été remarqué pour toutes les époques, de la Préhistoire au Moyen Age. Mais il semble qu’avant l’intervention des divers paramètres possibles (climat, temps, corrosion, carnassiers...) sur les parties osseuses les plus menacées, elles avaient déjà été séparées du reste de l’os par fracture.

836En ce qui concerne le bœuf, le porc et les ovicaprinés, qui sont les mieux représentés à Feurs, l’ensemble du squelette est présent. Certains os sont toujours fragmentés, d’autres, tels les os du tarse, du carpe, les phalanges, le sont moins souvent.

3.4.3.2. La découpe

837A Feurs, les traces de découpe témoignent de trois types d’opération habituelles en boucherie (Binford 1981).

838Les traces d’enlèvement de la peau (écorchement) ont été mises en évidence sur les phalanges de bœufs (fig. 152, n1), de chiens, les os du tarse (talus, calcanéum, naviculo‑cuboïde), les extrémités proximales de métapodes de bœufs et d’ovicaprinés, les talus d’équidés (fig. 152, n2).

839Les traces de désarticulation ont été retrouvées sur les extrémités distale de l’humérus et proximale du radius (fig. 152, n3), du tibia (porc) et de l’ulna (fig. 152, nos 4 et 5) (porc et chien), au niveau de l’atlas (fig. 152no 6) (bœuf, porc), et autour de l’acétabulum (porc, bœuf, équidé).

Fig. 152 – Traces de découpes et de dislocation observées sur les ossements de Feurs – 1 et 2. Traces d’enlèvement de la peau sur phalange proximale de bœuf (no 1) et sur talus d’équidé (no 2). – 3 à 6. Traces de désarticulation sur extrémité de radius de porc (no 3), sur ulna de porc et chien (nos 4 et 5), sur atlas de porc (no 6). – 7. Traces de désossage sur mandibule de chien. – 8. Métatarses de chien en connexion.

840Les traces de désossage de la viande s’observent sur les côtes et les scapulas du porc, la diaphyse des os longs (tibia du bœuf), les mandibules (bœuf, chien) (fig. 152, nos 7 a et b).

841Ainsi, ces opérations se retrouvent à Feurs sur tous les squelettes sans exception, y compris sur le chien. Les fosses 1 et 4 ont en effet livré quelques pièces de chien portant des traces de découpe. L’utilisation du chien, non seulement pour les diverses tâches qui lui sont communément confiées (garde, chasse, nettoyage), mais aussi pour sa peau (fourrure) et pour sa viande est déjà attestée pendant la Préhistoire (Helmer b).

3.4.3.3. La dislocation

842Aucun vestige osseux n’a été trouvé en connexion anatomique lors de la fouille, mis à part le bassin de poulain. Cependant quelques connexions ont pu être mises en évidence lors de l’étude du matériel. Elles concernent les ossements suivants :

  • chien : 2 métatarses II et III, 2 métatarses II et III, 4 métatarses II, III, IV, V (fig. 152, no 8) et 2 métacarpes II et III (fosse 1) ; 2 métacarpes II et III (fosse 2) ;

  • porc : 2 métacarpes et IV et 1 phalange 1 (fosse 2) ;

  • ovicaprin : 1 mandibule (fosse 4).

3.4.3.4. Les traces de brûlure

843Très peu d’ossements portent des traces de carbonisation (moins de 1 % de l’ensemble) ; aucune catégorie d’os n’est particulièrement concernée.

3.4.4. Traces d’animaux

844Ces traces (0,5 à 1 % des vestiges) laissées par des rongeurs ou des carnivores sont de deux types :

  • soit de très fines et courtes stries parallèles, particulières aux rongeurs, qui se retrouvent indifféremment sur n’importe quelle partie de la surface d’un os ;

  • soit des traces de rognage, voire des marques de crocs plutôt situées aux extrémités des os longs ou sur les bords spongieux de certains os ; ces traces sont plutôt caractéristiques du chien mais ne mettent pas hors de cause d’autres animaux carnivores ou fouisseurs (blaireau, renard, porc) bien que cela soit moins probable.

3.4.5. Conclusion

845A travers cette étude encore incomplète de la faune de Feurs, plusieurs réflexions s’imposent, concernant d’une part les os comme témoins d’un cheptel vivant, d’autre part les fosses témoins d’une activité humaine et, dans le cas présent, d’un rejet volontaire des restes d’animaux, ou d’une partie de ceux‑ci après leur mort et leur utilisation par les hommes. Les informations dégagées par l’étude de la faune proprement dite ont mis en lumière des différences concernant le remplissage et le contenu des fosses. Il convient cependant de rester prudent, car ces différences peuvent résulter de changements ou de transformations, non seulement dans la structure de l’élevage, mais aussi dans l’attitude de l’homme soumis à un milieu et à des besoins.

846D’après les estimations d’âge d’abattage, le porc, le mouton, la chèvre de Feurs sont principalement élevés pour la viande qu’ils fournissent et pour la reproduction. Cependant, l’accroissement des ovicaprinés dans la fosse 4 rend peut‑être compte d’une priorité ponctuelle de certains besoins que le porc ne peut satisfaire : lait, laine, poils pour le tissage... La fosse 4 est d’ailleurs la seule qui ait livré des poids de métier à tisser. En revanche, le bœuf est certainement utilisé en premier lieu pour sa force de travail, ce qui explique que les animaux soient abattus à un âge avancé. Par ailleurs, l’abattage des ovicaprinés surtout à partir d’un an et demi peut souligner une volonté de conserver la reproduction, de créer une réserve de nourriture en n’abattant les animaux que lorsqu’ils ont atteint leur poids adulte. Ce souci s’atténuerait ensuite puisque dans les fosses plus récentes l’abattage est plus précoce.

847De même, l’interdépendance entre le bœuf et les petits ruminants, mise en évidence précédemment et déjà remarquée sur d’autres sites, indique peut‑être l’intérêt pour une ressource qu’eux seuls procurent : le lait.

848En ce qui concerne les fosses elles‑mêmes, au travers de leur office de dépotoirs suggéré par le mélange des différents vestiges (céramique, faune, voire ossements humains) elles sont les témoins de deux moments de l’activité humaine à Feurs sur les animaux choisis pour être abattus : dans un premier temps il s’agit de l’abattage lui‑même ; dans un deuxième temps, les ossements portant des traces de découpe, de désarticulation ou de fracture témoignent implicitement de la consommation humaine.

849Malgré le petit nombre de comparaisons possibles, l’étude de la faune de Feurs s’intègre bien dans le schéma qui commence à se dessiner pour l’élevage à la fin du second âge du Fer en Gaule tempérée. D’une part la structure du troupeau repose sur trois espèces principales (porc, bœuf, mouton/chèvre). Il convient à ce propos de rappeler qu’à Feurs les proportions de ces trois espèces sont les mêmes qu’à Levroux. D’autre part la taille des animaux (exception faite de la chèvre), correspond à celle relevée sur des sites de même époque en Europe occidentale. L’évolution de la taille des mammifères domestiques, qui diminue progressivement depuis le Néolithique, subit une rupture au moment de la romanisation : à cette période elle s’accroît brusquement. Ce phénomène n’est pas encore bien cerné ni bien daté. Il peut s’agir d’une amélioration des races locales ou de l’introduction de nouvelles races importées de la Méditerranée. L’étude d’ensembles de faunes contemporains et immédiatement postérieurs à ceux de Feurs comme il en existe à Roanne par exemple, apporterait vraisemblablement des éléments de réponse intéressants pour cette question. La chronologie relative assez fine établie pour cette région du Roannais et du Forez à la fin de l’âge du Fer offre en effet la possibilité de suivre les transformations successives qui peuvent s’effectuer sur les animaux et sur la structure du troupeau, suivant de nouvelles orientations socio‑économiques : coexistence de races locales et d’importations, assimilation de ces dernières ou bien début d’une sélection des animaux en vue d’une meilleure rentabilité. Cela permettrait peut‑être aussi de mieux dater l’apparition éventuelle de nouvelles races déjà observée sur d’autres sites, comme celle du bœuf de grande taille qui existe à partir du Ier s. de n. è. dans des contextes romains et est déjà attesté à Levroux dès les années ‑10 (Krausz 1985).

Annexes

Annexe I
Principes de l’analyse descriptive

Dans l’ensemble des caractéristiques propres à chaque céramique seuls les caractères intrinsèques sont retenus à ce niveau de l’étude (à l’exclusion de toute considération stratigraphique, fonctionnelle...) ; deux aspects principaux sont donc privilégiés : la morphologie de la céramique et ses techniques de fabrication. La morphologie est étudiée en trois étapes successives : distinction entre les types courants et les types particuliers, analyse du corps du vase et des éléments additionnels, dimensions des vases. Les caractéristiques techniques comprennent à la fois l’étude des techniques de montage, de finition, de décoration et les modes de cuisson.

La description de ces deux catégories de critères nécessite l’élaboration d’un certain nombre de conventions destinées à assurer l’uniformité et la clarté du langage employé. Les conventions que nous avons mises en place dans ce but sont largement inspirées du code rédigé par Gardin (Gardin 1976) que nous avons adapté à la fois à notre corpus et aux buts visés

Morphologie

Types courants, types particuliers

Tout d’abord, est introduite la distinction entre les vases de type « usuel » dont la description nécessite le recours à l’ensemble de la grille analytique, et les vases de type « particulier » que l’on peut décrire de manière plus sommaire du fait de leur spécificité. Comme le souligne en effet Gardin, « il n’est pas utile de décrire avec la même finesse des types de vases dont les uns se comptent par milliers et les autres par dizaines, voire à l’unité » (Gardin 1976 : 1). De plus, cette distinction est fondée sur des critères morphologiques :

– types « usuels » : vase à panse simple, de symétrie de révolution autour d’un axe vertical ; s’agissant exclusive

Annexe II
Mensuration des os

L T = Longueur Totale ; DTP = Diamètre Transverse Proximal ; DAPP = Diamètre antéro‑Postérieur Proximal ; DTM = Diamètre Transverse Mésial ; DTD = Diamètre Transverse Distal ; DAPD = Diamètre Antéro‑Postérieur Distal.

Les suidés

Les bovinés

Moutons et chèvres

Table des illustrations

Légende Fig. 23 ‑ Répartition par ensemble des différentes catégories de céramiques. NT = non tournée ; T = tournée ½ fine, fine lissée ; P = peinte ; M = micacée ; CVN = campanienne à vernis noir ; PC = pâte claire ; CAT = grise catalane ; AM = amphore ; DIV = importations diverses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 30 – Tableau typologique : vases ovoïdes à ouverture large (types 1111 à 1153) (éch. 1/6 env.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 31 – Tableau typologique : vases ovoïdes à ouverture très large (types 1211 à 1243) (éch. 1/6 env.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 32 – Tableau typologique : vases ovoïdes à ouverture resserrée (types 1311 à 1353) (éch. 1/6 env.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 33 – Tableau typologique : vase ovoïde à ouverture étroite (1411) ; vases élancés à ouverture resserrée (1511 à 1521) ; vases élancés à ouverture étroite (1611 à 1621) ; vase tonnelet (1711) ; vases situliformes (1811 et 1812) ; types partiels (1001 à 1006) (éch. 1/6 env.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 34 – Tableau typologique : vases hauts ouverts (2111 à 2221) et bas fermés (3111 à 3311, 3001) (éch. 1/6 env.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 35 – Tableau typologique : vases bas ouverts (4111 à 4321 ; 4101 à 4109 ; 4001) (éch. 1/6 env.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 36 – Tableau typologique : vases plats (5111 à 5211) ; couvercles (611 à 623) ; vase‑support et tirelire (éch. 1/6 env.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 37 – Les différents types de décors sur céramique indigène. –1. Décor incisé ponctuel –2. Décor incisé ponctuel complexe –3. Décor incisé linéaire (ondé) –4. Décor impressionné –5. Décor estampé –6. Décor à la molette –7. Décor plastique –8. Décor lissé –9. Décor peint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 38 – Répartition des types de vases non tournés, classe 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 39 – Dispersion des diamètres d’ouverture des cinq types de vases ovoïdes non tournés les plus fréquents (59 ex. sur 83 vases mesurables 71,1 %). Mise en valeur de deux séries de diamètres privilégiés (en noir 15‑17 cm ; hachuré 21‑23 cm).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 40 – Répartition des types de vases non tournés, classe 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 41 – Répartition des types d’écuelles non tournées, classe 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 42 – Dispersion des diamètres d’ouverture des différents types d’écuelles non tournées, classe 4 (tous ensembles confondus : 66 ex. mesurés).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 43 – Répartition des types d’écuelles non tournées, classe 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 44 – Dispersion des diamètres d’ouverture des écuelles non tournées, classe 5 (tous ensembles confondus : 119 ex. mesurés).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 45 – Répartition des couvercles non tournés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 46 – Dispersion des diamètres (d) des couvercles non tournés, type 621 (15 ex. mesurés).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende Fig. 47 – Répartition des types de vases ovoïdes tournés demi‑fins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 48 – Dispersion des diamètres d’ouverture des différents types de vases ovoïdes à lèvre arrondie tournés demi‑fins (tous ensembles confondus : 94 ex. mesurés).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 49 – Répartition des types de vases tournés fins lissés, classe 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 50 – Répartition des types de fonds de vases tournés fins lissés, classe 1. Dans les colonnes figurent les fosses et dans les lignes, les types de bases : 1 = flancs sans inflexion ; 2 = flancs cintrés ; 3 = flancs resserrés (piédestal).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 51 – Répartition des types de jattes carénées tournées fines lissées, classe 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Fig. 52 – Répartition des types de vases tournés fins lissés, classe 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 53 – Répartition des types de vases tournés fins lissés, classe 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 54 – Dispersion des diamètres d’ouverture des écuelles tournées fines lissées, classe 5 ; seules les deux fosses les plus riches ont été isolées (100 ex. mesurés).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 55 – Dispersion des diamètres d’ouverture des coupes tournées fines lissées, type 5121 ; seules les deux fosses les plus riches ont été isolées (36 ex. mesurés).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 56 – Répartition des types de fonds à pied annulaire des vases tournés fins lissés, classes 4 et 5. Les chiffres entre parenthèses indiquent les exemplaires comportant un décor.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 57 – Les différents poinçons utilisés pour l’estampage de décors sur les fonds de vases, classes 4 et 5 (éch. : 1/1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 58 – Répartition des différents types de poinçons d’estampage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 59 – Différents motifs estampés sur fonds de vases, classes 4 et 5 (clichés éch : 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 60 – Répartition des différents types de décors estampés sur vases, classes 4 et 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 61 – Tableau typologique des céramiques peintes du pays ségusiave. En grisé les types représentés à Feurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 62 – Répartition des types de céramique peinte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 63 – Tableau typologique des décors peints en association avec les types de vases. – 0. Décors secondaires – 1 à 8. Types de décors géométriques – 9. Types de décors zoomorphes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 64 – Décors géométriques et zoomorphes sur céramique peinte. – 1. Fosse 4 : vase type 1311 à décor géométrique type 6‑1 (cf. fig. 100, no 2) (éch. 1/3 env.) – 2. Ch. 3 fosse 7 : vase type 1511 à décor zoomorphe type 9‑2 (cf. fig. 117, no 12) (éch. 2/3 env.) – 3. Ch. 1 div. : vase type 1511 à décor zoomorphe type 9‑4 (cf. fig. 118, no 11) (éch. 1/1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Fig. 65 – Graphique de l’analyse factorielle des correspondances. Position des critères sur les deux premiers axes factoriels ; ronds noirs les critères ; carrés blancs les fosses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 66 – Présentation des critères et des ensembles dans l’ordre de l’analyse factorielle. Chaque no est précédé du type correspondant : N = non tournée ; D = demi‑fine tournée ; F = fine tournée ; P = peinte ; M = micacée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 67 – Mise en évidence des groupes de fosses par classification ascendante hiérarchique après projection sur le plan défini par les deux premiers axes de l’analyse factorielle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 68 – Evolution de la représentation (en %) de huit catégories de céramiques dans les quatre principales fosses. Catégories : 1 = céramique non tournée ; 2 = demi‑fine tournée ; 3 = fine tournée lissée ; 4 = peinte ; 5 = types 4111‑4116 non tournés ; 6 = type 5111 non tourné ; 7 = types 5111‑5113 tournés fins lissés ; types 4131 et 5121 tournés fins lissés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 69 – Principaux types de vases en céramique indigène sur l’ensemble du site, – Grossière : type 1221 1,6 % ; type 1131 2 % ; type 4111 2,3 % ; type 4112 2,5 % ; type 4113 1,6 % ; type 4116 3,7 % ; type 5111 16,7 % ; type 5113 3,1 % ; type 621 2,9 %, – Mi‑fine tournée : type 1112 4 %, – Fine tournée : type 1131 1,5 % ; type 1511 2,3 % ; type 3212 1,8 % ; type 4131 3 % ; type 5111 4 % ; type 5112 6,2 % ; type 5121 4,4 %.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 70 – Représentation des principaux types de vases dans les principales fosses de chaque phase d’occupation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 71 – Répartition des fragments d’amphores en fonction de leur forme. 1 à 9 fosses = 1 à 9 ; 10 = chantier 3 fossé no 2 ; 11 = chantier 3 structures diverses et niveau d’occupation ; 12 = chantier  2 niv. d’occupation ; 13 =  chantier 1 niv. sup. ; 14 = chantier 1 structures diverses et niv. d’occupation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 72 – Mise en évidence des quatre groupes de lèvres d’amphores à partir de leurs mensurations (hauteur et inclinaison).  = groupe 1 ;  = groupe 2 ; O = groupe 3 ; Ø = groupe 4. Les nos 1 à 4 sont des lèvres situées en limite de classe : nos 1 et 2 incorporées au groupe 2 : nos 3 et 4 au groupe 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 73 – Dispersion des diamètres d’ouverture des amphores en fonction des types de lèvres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 74 – Evolution de la représentation des quatre types de lèvres d’amphore dans les ensembles d’Amplepuis, Roanne et Feurs. En abscisse, les différents ensembles : 1 = Amplepuis, site Rousson ; 2 = Roanne période 1 ; 3 = Amplepuis, le Terrail ; 4 = Feurs, phase 3 ; 5 = Roanne période 2 ; 6 = Roanne période 3 ; 7 = Amplepuis, site Ravit ; 8 = Feurs, phase 4,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 75 – Mode de représentation des finitions et décors de céramiques. Les finitions ne sont indiquées sur le dessin que lorsqu’elles ne couvrent qu’une partie de la surface externe ou interne ; sinon elles sont simplement indiquées dans la légende. Pour l’égalisation ou le grattage (pour les céramiques non tournées), la surface du vase est laissée blanche. Lorsqu’une finition n’est pas indiquée dans la légende, c’est donc soit qu’elle figure sur le dessin, soit qu’il s’agit de l’une des deux finitions précédentes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 76 – Fosse 1,vases non tournés, classe1 – no 1 : type 1111 ; no 2 : type 1151,int.peigné ; no 3 : type 1151,ext.gratté ; no 4 : type 1153 ; no 5 type 1212,ext.gratté.int.lissé ; nos 6 et 7 : type 1212, int.lissé
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 77 – Fosse 1, vases non tournés, classe 1 – no 1 : type 1221 ; no 2 : type 1221, int. lissé ; no 3 : type 1221, ext. gratté, int. lissé ; no 4 : type 1231, ext. gratté, int. lissé ; nos 5‑7 : type 1234, int. lissé ; no 8 : type 1233 ; no 9 : type 1342 ; no 10 : bord type indéterminé, lissé ; no 11 à 13 : panses décorées ; no 14 : bord d’urne de type » Besançon ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 78 – Fosse 1, vases non tournés, classes 1 à 4 – nos 1 et 2 : type 1812, intérieur lissé (no 2 à décor plastique extérieur) ; no 3 : type 1812, ext. gratté, int. lissé ; nos 4 et 5 : fonds classe 1 ; nos 6 et 7 : décors d’incisions ponctuelles sur panse de vases de la classe 1 ; nos 8 et 9 : fragments de vases à décor d’impressions digitées ; no 10 : type 2211, int. Et ext. lissés ; nos 11 et 12 : type 3261, ext. Et int. lissés ; nos 13 et 16 : type 4111 ; nos 14 et 15 : type 4112 ; nos 17 et 18: type 4114 ; no 19 : type 4115 ; nos 20 à 23 : type 4116.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 79 – Fosse 1, vases non tournés, classes 5 et 6 et indéterminés – nos 1 à 10 : type 5111 à décor lissé intérieur ; nos 11 à 14 : type 5111 ; nos 15 et 16 : couvercles type 621 ; no : 17 et 18 : formes indéterminées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 80 – Fosse 1, vases tournés demi‑fins et fins lissés, classes 1 à 3 – nos 1 et 2 : vases demi‑fins type 1112 ; nos 3 à 5 : vases demi‑OB fins type 1211 ; no 6 : fond de vase ovoïde demi‑fin ; no 7 et 9 : vases fins lissés type 1002 ; no 8 : vase fin lissé type 1004 ; no 10 : panse de vase fin lissé à décor lissé, classe 1 ; no 11 : vase fin lissé de type indéterminé ; no 12 : vase fin lissé type 1006 ; no 13 : fond de vase fin lissé, classe 1 ; nos 14 à 17 : fragments de piédestaux de vases fins tournés (classe 1 probable) ; no 18 : jatte fine lissée type 3212 ; no 19 et 20 : jattes fines lissées type 3213.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 81 – Fosse 1, vases tournés fins lissés, classe 5 – nos 1 à 4 : écuelles type 5111 à décor lissé ; nos 5 et 7 : écuelles type 5112 à décor lissé ; no 6 écuelle type 5113 à décor lissé ; nos 8 et 10 : type 5114 à décor estampé (no 8) ; no 9 : type 5122 ; nos 11 et 12 : coupes de type 5121 ; nos 13 à 17 : fonds de vases des classes 4 ou 5 (nos 15 à 17 à décores tampé ou incisé ; le no 17 est en plus recouvert d’une peinture ocre foncé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 82 – Fosse 1, vases peints et importations –nos 1 à 16 : céramique peinte ; no 1, bord de vase type 1511 ; no 2, bord de vase type 1511 à décor géométrique brun sur fond blanc ; nos 3 à 5, fonds de vases type 1511 probable ; no 6, vase type 1511, décor sur fond blanc effacé ; nos 7 et 8, panses de vase type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 9, panse de vase classe 1 à décor géométrique brun sur fond rouge ; nos 10 à 13, panses de vases classe 1 à décor géométrique brun sur fond blanc ; nos  14 et 15, bords de vases type 1006 à peinture blanche ; no 16, bord de vase type 1005 à décor de bandes blanche et rouge ; no 17 : bord de campanienne A no 19 ; no 18 : bord de cruche (?) en pâte claire no 1,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 83 – Fosse 1 sup., céramique indigène et amphores – nos 1 à 5 et no 9 : vases non tournés ; no 1, type 1151 ; nos 2 et 3, panses de vases de la classe 1 ; no 4, écuelle type 4111 ; no 5, fond d’écuelle, classe 4 ou 5 à décor lissé ; no 9, vase type 4211 à surfaces lissées ; nos 6 à 19 : vases tournés fins lissés ; no 6, vase classe 1 type indéterminé ; nos 7 et 8, panses de vases (classe 1) à décor estampé ; nos 10 et 11, jattes type 3212 ; no 12, bol imitation campanienne type 4131 ; nos 13 et 14, écuelles type 5113 ; nos 15 et 16, coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 17 à 19, fonds de vases des classes 4 ou 5 ; nos 20 à 28 : céramique peinte ; no 20, type 1521 ; no 21, fond de vase type indéterminé ; no 22, panse à décor zoomorphe (lyre) ; nos 23 à 25, panses de vases (classe 1) à décor géométrique ; no 26, bord type 1006 ; no 27, fragment de piédestal ? ; no 28, fragment de coupe type 4141 (?) ; nos 29 et 30 : lèvres d’amphores (type 2), Dr. 1A.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 84 – Fosse 1 sup., amphores et autres importations – no 1 : panse d’amphore Dr. 1A, estampille à la base de l’anse ; no 2 : épaule d’amphore Dr. 1A ; no 3 : épaule d’amphore Dr. 1 ; no 4 : fond d’amphore type Dr. 1A ; nos 5 et 6 : graffiti avant cuisson sur panse d’amphore Dr. 1 ; no 7 : section d’anse d’amphore Dr. 1 ; nos 8 et 9 : bords de campanienne A ; no 11 et no 12 ; no 10 : pied de campanienne A no 37 ; no 11 : fond de pichet gris ampuritain no 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 85 – Fosse 2, céramique non tournée – no 1 : vase type 1221, int. égalisé ; no 2 : type 18120u 3111 (?), int.lissé ; no 3 : écuelle type 4112 à décor lissé ; no 4 : écuelle type 4111 ; no 5 : écuelle type 4114 ; nos 6 et 7 : écuelles type 4113 ; no 8 : écuelle type 4115 ; no 9 : écuelle type 4116 ; nos 10 à 12 : écuelles type 5111 ; no 13 : couvercle type 621 ; no 14 : bouton de couvercle (?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 86 – Fosse 2, vases tournés demi‑fins et fins lissés – nos 1 et 3 : vases ovoïdes demi‑fins type 1112 ; nos 2, 4 et 5 : vases fins lissés classe 1 ; no 6 : fragment de vase‑support ; no 7 : panse vase fin classe 1 à décor estampé ; no 8 : vase fin fuselé classe 1 à décor lissé ; nos 9 à 12 : bols imitation campanienne type 4131 ; no 13 : écuelle fine type 5112 ; nos 14 à 16 : coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 17 à 19 : fonds vases fins classe 4 ou 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 87 – Fosse 2, vases peints et importations –nos 1 et 2 : vases peints type 1311 à décor géométrique brun sur fond blanc et rouge ; no 3 : bord de vase peint type 1511 ; nos 4 et 5 : fonds de vases peints type 1511 ; no 6 : panse de vase peint à décor géométrique brun sur fond blanc ; no 7 : panse de vase peint à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 8 : panse de vase type 1511 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 9 : panse de vase type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 10 : bord de campanienne A no 9 ; no 11 : pichet gris ampuritain no 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 88 – Fosse 3, céramique indigène et importations – nos 1 à 15 : céramique non tournée : no 1, vase type 1221, ext. gratté ; no 2, vase type 1221 ; no 3, vase type 1141, int. égalisé ; nos 4 à 6, panses de vases ovoïdes classe 1 à décor sur l’épaule ; nos 7 et 8, panses de vases classe 1 à décor sur la panse ; no 9, fond de petit vase de forme indéterminée ; nos 10 à 13, écuelles type 4116 ; no 14, écuelle type 5111 ; no 15, écuelle type 5113 ; nos 16 à 20 : céramique tournée demi‑fine (no 17) et fine lissée (nos 16, 1 à 20) ; no 16, jatte carénée type 3212 ; no 17, bord de vase ovoïde type 1112 ; no 18, bol imitation campanienne type 4131 ; nos 19 et 20, écuelles type 5113 ; nos 21 à 25 : vases peints ; no 21, vase ovoïde type 1311 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 22, vase peint type 1511 à décor géométrique brun sur fond blanc ; no 23, bord de vase classe 1 ; no 24, panse de vase classe 1 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 25, bord de vase peint ; nos 26 à 30 : importations ; no 26, bord de campanienne A à décor peint blanc intérieur no 24 ; no 27, bord de campanienne A no 10 ; no 28, fond de campanienne A, no 38 ; no 29, fragment de campanienne A no 35 ; no 30, fragment de bec verseur de pelvis en pâte claire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 89 – Fosse 4, vases non tournés, classe 1 – no 1 : type 1112, int. lissé ; no 2 : type 1112 ; no 3 : type 1141 ; no 4 : type 1141, int. lissé ; no 5 : type 1151 ; no 6 : type 1151 ; no 7 : type 1151, int. lissé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 90 – Fosse 4, vases non tournés, classe 1 – no 1 : type 1223 ; no 2 : type 1221 ; no 3 : type 1223 ext. lissé ext. lissé ext. lissé ; no 4 : type 1231 ; no 5 : type 1231, int. lissé ; no 6 : indéterminé ; no 7 : type 1242 ; no 8 : type 1235, ext. gratté ; nos 9 à 12 : panses décorées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 91 – Fosse 4, vases non tournés, classe 1 – no 1 : type 1331 ; nos 2 à 5 : type 1331 ; nos 6 à 9 : fonds de vases non tournés, classe 1 ; no 10 : fond percé au centre après cuisson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 92 – Fosse 4, vases non tournés, classes 1 à 3 – nos 1 à 11 : fragments de vases de type indéterminé (classe 1, 2 ou 3) à décor d’incisions ou d’impressions ; no 12 : panse à décor plastique ; no 13 et 14 : fragments de dolia ; nos 15 : vase type 2121, int. lissé ; no 16 : vase type 1812 ; no 17 : marmite type 3111 ; no 18 : marmite type 3111, int. lissé ; no 19 : marmite type 3113 ; no 20 : marmite type 3112, int. lissé ; no 21 : fragment de marmite ? ; no 22 : fragment de type non identifié (classe 2 ?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 93 – Fosse 4, vases non tournés, classe 4 – no 1 : écuelle type 4116 ; no 2 : écuelle type 4111 ; nos 3 à 6 : écuelles type 4112 ; nos 7 à 11 : écuelles type 4113 ; no 12 : écuelle type 4115 ; no 13 : écuelle type 4116.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 94 – Fosse 4, vases non tournés, classes 5 et 6 – nos 1 à 7 : écuelles type 5111 ; nos 8 et 9 : écuelles type 5113 ; nos 10 à 13 : couvercles type 621 ; nos 14 et 15 : boutons de couvercles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 95 – Fosse 4, vasestoumésdemi‑fins, classe 1 – nos 1, 3, 9 : vases ovoïdes type 1112 ; nos 2, 4 à 8, 10, 11 : vases ovoïdes type 1311.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 96 – Fosse 4, vases tournés demi‑fins et fins lissés, classe 1 – nos 1 à 4 : vases demi‑fins ovoïdes type 1113 ; nos 5 à 7 et 10 : vases fins ovoïdes type 1114 à décor estampé ou incisé (no 10) ; nos 8 à 9 : vases fins ovoïdes type 1131 (no 8 à décor incisé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 97 – Fosse 4, vases tournés fins lissés, classe 1 – nos 1 à 4 : panses de vases ovoïdes à décor estampé (type 1114 probable) ; nos 5 à 7 : panses de vases ovoïdes à décor incisé ondé au peigne (type 1311 probable) ; nos 8 et 9 : panses de vases ovoïdes à décor incisé ; no 10 : fond de vases ovoïde ; nos 11 et 14 : vase élancé type 1521 ; nos 12 et 13 : vases ovoïdes type 1321 ; no 15 : vase type 1002 (nos 11,13,14,15 : ext lissé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 98 – Fosse 4, vases tournés fins lissés, classes 1 à 4 – no 1 : vase type 1003 ; nos 2 à 4 : bords de vases classe 1 ; nos 5 et 6 : fonds de vases classe 1 ; nos 7 à 10 : panses de vases classe 1 à décor lissé ; no 11 : panse de vase classe 1 à décor incisé (ou estampé ?) ; no 12 : jatte type 3213 ; nos 13 à 16 : bols imitation campanienne type 4131 ; nos 17 à 21 : Cols type 4132 ; no 22 : bol type 41 06 ; no 23 : bol type 4104.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 99 – Fosse 4, vases tournés fins lissés, classe 5 – nos 1, 2, 5, 10 : écuelles type 5111 ; nos 3, 4, 6 à 9, 11 : écuelles type 5112 ; no 12 : écuelle type 5113 ; nos 13 à 15 : types 5122 ; nos 16 à 19 : coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 20 à 28, 31, 32 : fonds de vases classe 4 ou 5 à décor estampé ; nos 29, 30, 33, 34 : fonds de vases classe 4 ou 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 100 – Fosse 4, vases tournés fins lissés et peints – no 1 : vase‑support fin lissé à décor estampé ; nos 2 à 5 et 7 : vases peints type 1311 à décor géométrique brun sur fond blanc et rouge ; no 6 : vase peint type 1311 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 8 : vase peint type 1321 à fond rouge, avec épaulement peint en blanc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig.101 – Fosse 4, vases peints et micacés – no 1 : vase type 1321 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 2 : vase type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; nos 3 à 5 : fonds de vases type 1311 ou 1321 à décor géométrique brun sur fond blanc ; no 6 : fond de vase type 1511 ? ; no 7 : fond de vase de type indéterminé ; no 8 : panse de vase type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; nos 9, 10 et 15 : panses de vases peints classe 1 à décor géométrique brun sur fond blanc ; nos 11 à 14 et 16 à 20 : panses de vases classe 1 à décor géométrique brun sur fond rouge ; no 21 : bord d’écuelle de type indéterminé ; no 22 : vase tonnelet type 1711 à peinture blanche et décor brun ; no 23 : couvercle type 623 en céramique à surfaces micacées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 102 – Fosse 4, amphores – nos 1 à 3 : lèvres de type 1 ; nos 4 à 10 : lèvres de type 2 ; sur le no 6, fragment d’inscription peinte : ? FAUSTI ?
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 103 – Fosse 4, amphores – nos 1 à 4 : lèvres de type 2 ; nos 5 et 6 : lèvres de type 3 ; no 7 : épaule de Dr. 1A ; nos 8 à 10 : épaules de Dr. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 104 – Fosse 4, amphores et autres importations – nos 1 et 2 : épaules d’amphores Dr. 1 ; nos 3 et 4 : fonds d’amphores Dr. 1A ; no 5 : panse d’amphore à inscription peinte : ? T ? ; no 6 : graffite sur panse d’amphore ; nos 7 à 16 : sections d’anses d’amphores Dr. 1 ; no 17 : anse de pichet gris ampuritain no 4 ; no 18 : bord d’olpé en pâte claire no 7 ; no 19 : fond d’olpé en pâte claire no 7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 105 – Fosse 5, vases non tournés et tournés demi‑fins – nos 1 à 15 : vases non tournés ; nos 1 et 2, vases type 1221 ; no 3, vase type 1331 ; nos 4 et 5, panses de vases classe 1 ; no 6, fond de vase classe 1 ; no 7, marmite type 3111, ext. lissé ; no 8, marmite type 3114, int. lissé ; nos 9 et 10, écuelles type 4111 ; no 11, écuelle type 4113 ; nos 12 et 13, écuelles type 5113 ; no 14, couvercle type 621 ; no 15, bord de type indéterminé (classe 2 ?) ; nos 16 à 18 : vases tournés demi‑fins type 1112.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 106 – Fosse 5, vases tournés fins lissés – no 1 : vase ovoïde type 1321 à décor lissé ; nos 2 à 4 : bords de vases classe 1 indéterminés : no 5 : panse de vase ovoïde à décor lissé ; no 6 : panse de vase ovoïde à décor incisé ondé au peigne (type 1311 ?) ; no 7 : fond de vase ovoïde ; no 8 : panse de vase ovoïde à décor estampé (type 1114 ?) ; no 9 : jatte type 3212 ; no 10 : bol imitation campanienne type 4131 ; nos 11 et 12 : écuelles types 5111 ; nos 13 et 14 : écuelles types 5112 ; no 15 : fond d’écuelle classe 5 ; nos 16 et 17 : coupes types 5122 ; nos 18 et 19, 21 et 22 : coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 20 et 23 : fonds de vases classe 4 ou 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 107 – Fosse 5, vases peints et importations – no 1 : bord de vase peint classe 1 ; no 2 : panse de vase peint à décor brun sur fond rouge ; no 3 : panse de vase peint type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; nos 4 et 5 : lèvres d’amphores type 1 ; nos 6 à 10 : lèvres d’amphores type 2 ; nos 11 à 13 : lèvres d’amphores type 3 ; no 14 : épaule d’amphore Dr. 1 A ; no 15 : fond d’amphore Dr. 1 A ; no 16 : fond d’amphore Dr. 1 B ; nos 17 à 22 : sections d’anses d’amphores Dr. 1 ; no 23 : bord de bol en camparienne A no 2 ; no 24 : bord de campanienne A no 16.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 108 – Fosse 6, vases non tournés, classes 1 à 3 – no 1 : vase type 1141 ; nos 2 et 4 : vases type 1141 ; nos : 3 et 7 : vases type 1152 ; nos 5 et 6 : vases type 1331 ; nos 8 et 9 : bords de vases classe 1 ; nos 10 à 14 : décors sur panses de vases classe 1 ; no 15 : vase type 2121 égalisé int. ext. ; nos 16 et 17 : marmites type 3113 ; no 18 : marmite type 3111 ; no 19 : marmite type 3112 ; nos 20 à 22 : fragments de marmites classe 3 ; no 23 : marmite tripode type 3121.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 109 – Fosse 6, vases non tournés, classes 4 à 6 et indéterminés – nos 1 à 3 : écuelles type 4111 ; nos 4 à 9 : écuelles type 4112 ; no 10 : écuelle type 4113 ; nos 11 à 15 et 23 : écuelles type 4116 ; no 16 : vase type 4101 ; no 17 : vase type 4102 ; no 18 : vase type 4001 (jatte d’Aulnat ?) ; nos 19 à 21 : écuelles type 5111 ; no 22 : écuelle type 5113 ; nos 24 et 25 : couvercles type 621 ; no 26 : vase de type non identifié (classe 2 ?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 110 – Fosse 6, vases tournés demi‑fins et fins lissés, classes 1 à 4 – nos 1 à 3 : vases demi‑fins type 1112 ; nos 4 à 7 : vases demi‑fins type 1113 ; nos 8 à 13 : fonds de vases fins lissés ; no 14 : fragment de piédestal ; nos 15 à 17 : décors lissés sur panse de vases lissés, classe 1 ; nos 18 et 19 : décors incisés sur panses de vases fins lissés, classe 1 ; no 20 : décor estampé sur vase fin lissé, classe 1 ; no 21 : décor incisé (ou estampé ?) sur panse de vase fin, classe 1 ; nos 22 et 23 : bols imitation campanienne type 4131 ; no 24 : bord de bol type 4103 ; no 25 : bol type 4109 ; no 26 : bol type 4107 ; no 27 : bol type 4105 ; no 28 : bol type 4132.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 111 – Fosse 6, vases tournés fins lissés, peints et micacés – nos 1 à 33 : céramique fine lissée ; nos 1 à 3, écuelles type 5111 ; no 4, écuelle type 5112 ; no 5, écuelle type 5113 ; nos 6 à 9, fonds d’écuelles classe 5 ; no 10, coupe type 5122 ; nos 11 à 24, coupes imitation campanienne type 5121 ; nos 25 à 31, fonds de vases classe 4 ou 5 ; no 32, fragment de faisselle ; no 33, couvercle type 623 à décor estampé. – nos 34 à 50 : céramique peinte ; no 34, vase à décor zoomorphe type 1511 ; nos 35 et 36, bords de vases type 1511 ; no 37, fond de vase type 1511 ; no 38, fond de vase classe 1 ; nos 39 à 42, panses de vases à décor géométrique classe 1 (vases ovoïdes) ; no 44, panse à décor zoomorphe sur fond rouge, classe 1 ; nos 43, 45 et 46, coupes à décor zoomorphe type 4113 ; no 47, bord de type indéterminé : no 48, bord de bol type 4131 ; no 49, pied de forme indéterminée ; no 50, fond de type indéterminé – nos 51 et 52 : céramique micacée ; no 51, couvercle type 621 ; no 52, gobelet type 2111 (?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 112 – Fosses 6 (nos 1 à 14) et 7 (nos 15 à 30) : céramique indigène et importations. – nos 1 et 2 : fonds d’amphores Dr. 1 A ; nos 3 et 4 : sections d’anses d’amphores Dr. 1 ; no 5 : fond d’olpé en pâte claire no 6 ; nos 6 à 11 : bords de coupe campanienne A ; nos 6, 8, 2, 4, 20 et 29 ; no 12 : bord de campanienne no 54 ; no 13 : bord de campanienne no 48 ; no 14 : bord de campanienne A no 13. nos 15 à 23 : vases non tournés ; no 15, bord de classe 1 ; nos 16 à 18, panses de vases classe 1 ; no 19, écuelle type 4111 ; no 20, écuelle type 4112 ; no 21, écuelle type 5113 ; no 22, écuelle type 4116 ; no 23, écuelle type 5111 ; no 24 : vase tourné demi‑fin type 1211 ; nos 25 à 28 : vases tournés fins lissés ; no 25, jatte type 3212 ; no 26, écuelle type 5113 ; no 27, coupe imitation campanienne type 5211 ; no 28, fond de vase classe 4 ou 5 ; no 29 : panse de vase peint type  1511 ; no 30 : bord d’olpé en pâte claire no 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 113 – Fosse céramique indigène et importations – nos 1 à 7 : vases non tournés ; no 1, vase type 1111 ; no 2, vase type 1151 ; nos 3 et 4, panses de vases classe 1 ; no 5, écuelle type 4113 ; no 6, écuelle type 4111 ; no 7, couvercle type 622 ; no 8 : vase tourné demi‑fin type 1211 ; nos 9 à 12 : vases tournés fins lissés ; no 9, vase type 1321 ; no 10, coupe imitation campanienne type 5121 ; no 11, panse de coupe ou bol à décor estampé ; no 12, bord de coupe type 4108; no 13 : bord de vase peint en rouge classe 1 ; nos 14 et 15 : fond et anse d’amphore Dr. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 114 – Fosse 9 vases non tournés (nos 1 à 7) et tournés demi‑fins (nos 8 et 9) – no 1 : vase type 1342 ; no 2 : vase type 1231 ; no 3 : vase type 1151 ext. gratté, int, égalisé ; no 4 : écuelle type 4112 ; no 5 : écuelle type 4116 ; no 6 : fragment de vase non tourné perforé après cuisson ; no 7 : couvercle type 621 ; no 8 : vase type 1311 ; no 9 : vase type 1113.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 115 – Fosse 9 (nos 1 à 9) et ch. 3 fossé no 2 (nos 10 à 22), céramique indigène et importations – nos 1 à 4 : céramique tournée fine lissée; no 1, type 1321 ; nos 2 et 3, jattes carénées type 3212 ; no 4, bol imitation campanienne type 4131 ; nos 5 et 6 : céramique peinte, panses à décor géométrique sur fond blanc ; nos 7 et 8 : lèvres d’amphores type 2 ; no 9 : fragment de panse d’amphore avec graffite ; no 10 : panse de vase non tourné classe 1 ; nos 11 et 12 : bords de vases non tournés de type indéterminé (type 3121 ?) ; no 13 : écuelle non tournée type 4112 ; no 14 : vase tourné demi‑fin type 1211 ; no 15 : bord de céramique tournée grise fine (céramique grise ampuritaine ? cf. no 16 de cette catégorie) ; no 16 : écuelle tournée fine lissée type 5112 ; no 17 : lèvre d’amphore type 3; no 18 : épaule d’amphore Dr. 1 A ; ; nos 19 à 21 : sections d’anses d’amphores Dr. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 116 – Ch. 3, amas no 12, vases non tournés, classe 1 – no 1 : vase type 1141 ; no 2 : vase type 1151 ; no 3 : vase type 1153.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 117 – Ch. 3, amas no 12 (nos 1 à 8) et divers, céramique indigène et importations – nos 1 à 6 : céramique non tournée ; no 1, vase type 1231 ; no 2, vase type 1341 ; no 3, vase classe 1 ; no 4, écuelle type 5111 ; no 5, écuelle type 5113 ; no 6, écuelle type 4116 ; no 7 : écuelle tournée fine lissée type 5112 ; no 8 : vase tourné demi‑fin, forme 111 ; no 9 : tirelire en céramique tournée fine lissée à décor estampé et lissé (hors ensemble) ; no 10 : écuelle non tournée type 5111 (hors ensemble) ; no 11 : écuelle tournée fine lissée type 5111 (hors ensemble) ; no 12 : panse de vase peint type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc (ch. 3 fosse 7) ; no 13 : fragment de jatte peinte en rouge (type 3213 ?) (ch. 3 fossé no 1) ; no 14 : fragment de campanienne A (?) no 31 (ch. 3, div.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 118 – Ch. 1 divers et niveaux d’occupation, céramiques indigènes – nos 1 à 6 : céramique non tournée ; no 1, vase type 1231 ; no 2, vase type 1151 ; no 3, vase de type non identifiable (classe 3 ?) ; no 4, écuelle type 5111 ; no 5, bec verseur de vase de forme non identifiée ; no 6, fragment de faisselle ; nos 7 à 9 : céramique tournée fine lissée ; no 7, fragment de bol type 4109 ; no 8, fragment de vase‑support ; no 9, fond de bol ou coupe (cl. 4 ou 5) à décor estampé ; nos 10 et 11 : vases peints ; no 10, col et fond de vases peints cl. 1 à décor géométrique brun sur fond blanc ; no 11, panse de vase peint type 1511 à décor zoomorphe réservé brun sur fond blanc ; no 11’, reconstitution du décor précédent, complété avec les fragments de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 119 – Ch. 1 à 3 divers et niveaux supérieurs, importations – nos 1 à 18 : amphore ; nos 1 à 6, lèvres de type 3 ; no 7, lèvre de type 4 ; no 8, épaule d’amphore Dr. 1 B ; no 10, pied d’amphore Dr. 1 A ; nos 11 et 12, pieds d’amphores Dr. 1 B ; nos 13 à 18, sections d’anses ; nos 19 à 40 : céramique à vernis noir et assimilé ; nos 19 à 24, bords de campanienne A nos 15, 18, 21, 22, 30, 26 ; no 25, paroi de campanienne A à décor estampillé no 33 ; no 26, paroi de campanienne A no 34 ; no 27, bord de campanienne B ou B‑oïde no 42 ; nos 28 à 30, bords et fond de campanienne B ou B‑oïde nos 43, 44, 45 ; nos 31 et 32, bords de campanienne B‑oïde nos 47 et 49 ; nos 33 et 34, fragments de campanienne B ou B‑oïde nos 50 et 51 ; nos 35 et 36, fonds de campanienne nos 55 et 56 ; no 37, bord à vernis rougeâtre no 57 ; no 38, bord à vernis rouge no 58 ; no 39, fragment à vernis rouge no 59 ; no 40, bord à vernis rouge no 60 ; no 41 : bord de bol à relief ; no 42 : anse de pichet gris ampuritain no 5 ; nos 43 et 44 : fonds d’olpé en pâte claire nos 14 et 17 ; no 45 : lèvre de mortier en pâte blanche no 1 (nos 1 à 18, 25, 27, 28, 32,37 à 39, 43 à 44 : niv. sup. ch.1 ; no 22 : niv. sup. ch. 3 ; nos 19 à 21, 23, 24, 26, 29 à 31,33 à 36, 40 : ch. 1 div. ; nos 41 et 45 : ch. 2 div.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 24 – Morphologie de la panse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 25 – Morphologie de la base.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 26 – Morphologie du col.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 27 – Morphologie de la lèvre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 28 – Mode de liaison col/panse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 29 – Dénomination des mensurations utilisées. = hauteur du vase ; D = diamètre maximum ; dp = diamètre du fond ; C = diamètre du col ; s = hauteur de la partie supérieure de la panse ; h = hauteur de la partie inférieure de la panse ; p = hauteur du pied ; d = diamètre d’ouverture au sommet de la lèvre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 120 – Répartition des différentes catégories de mobilier divers. Dans la première colonne, les chiffres entre parenthèses indiquent les mobiliers provenant indifféremment de la fosse 1 ou 1 sup., les autres mobiliers provenant de la fosse 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 121 – Répartition des clous en fer de la fosse 4 d’après leur longueur (63 ex. mesurés).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig.122 – Reconstitution des différents modes d’assemblage des pièces de bois d’après les pièces en fer identifiées : –1. Clou –2. Rivet –3. Crampon –4. Crampon d’angle –5. Cerclage –6. Plaquette et rivets –7. Charnière avec rivets –8. Ferrure avec clous.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 123 – Typologie des fibules de Feurs ‑Type 1, « Tène moyenne » : a : à ressort long ; b : à arc courbé, ressort de largeur moyenne et pied triangulaire ; c : à arc coudé, à ressort court et pied trapézoïdal. Type 2, « à tête couvrante ». Type 3, « Tène finale » : a : fibule de Nauheim ; b : fibule à arc filiforme tendu ; c : fibule à arc filiforme coudé. Type 4, « à charnière ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 124 –Répartition des types de fibules : entre parenthèses, variante incertaine (fragment) ; sup. niveau supérieur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 125 – Correspondance entre la chronologie relative de la fin de La Tène en pays ségusiave et celle de quelques autres régions de l’aire celtique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 126 – Fosses 1 et 1S (nos 12 et 14) (éch. 1/2 sauf no 17 éch. 1/4) – nos 1 et 2 : ressorts de fibules en fer à axe métallique, type 1a ; no 3 : fibule en fer type 1a ; no 4 : ressort de fibule en fer à 4 spires et corde externe, type 1b ; no 5 : fragment de bracelet en lignite ; no 6 : fragment de bracelet en verre bleu translucide à inclusions de filets jaunes ; no 7 : perle en verre opaque ; no 8 : crochet en fer ; no 9 : extrémité de tisonnier en fer ; no 10 : rivet en fer à tête creuse ; nos 11 et 12 : rivets en fer à tête plate ; no 13 : aiguille (?) en fer de section circulaire ; no 14 : objet en os ; no 15 : aiguille en bronze à tête enroulée ; no 16 : affûtoir en grès fin ; no 17 : fragment de catillus de meule en lave bulleuse dure avec logements pour le levier de manœuvre et sa clavette de fixation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 127 – Fosses 2 (nos 1 à 7), 3 (no 8), 4 (nos 9 à 25) (éch. 1/2) – nos 1 à 5 : fibules en fer type 1b ; no 6 : bouterolle de poignard : gouttières en fer et extrémité en bronze très corrodée ; no 7 : crampon droit en fer ; no 8 : fibule en fer type 1b ; no 9 : fibule en fer type 1 c ; no 10 : fibule en fer type 2 ; no 11 : fibule en bronze type 2 à décor « a tremolo » ; nos 12 et 13 : fragments de ressorts de fibules en fer à corde externe ; nos 14 et 15 : fibules de Nauheim (type 3a) en bronze ; no 16 : fragment de fibule de Nauheim (type 3a) en fer ; no 17 : fragment de fibule en bronze type 3b ; no 18 : fragment de fibule en fer type 3b ; no 19 : fragment de bracelet en verre brun, de section triangulaire ; no 20 : fragment de bracelet en verre grenat, de section triangulaire ; no 21 : fragment de perle en verre bleu, à inclusions de filets jaune laiteux ; no 22 : fragment de bracelet tubulaire en bronze à décor gravé de chevrons et d’échelle ; no 23 : fragment de bracelet tubulaire en bronze ; no 24 : fragment de tige pleine en bronze (bracelet ?) ; no 25 : fragment de tige aplatie en fer (bracelet ouvert ?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 128 – Fosse 4 : mobilier en bronze (no 2) et fer (nos 1, 3 à 18) (éch. 1/2) – no 1 : fragment de gouttière de bouterolle de fourreau à échelle en fer ; no 2 : pince à épiler en bronze, décorée de deux filets longitudinaux ; no 3 : couteau en fer à soie plate traversée par trois rivets maintenant deux plaquettes en bois ; nos 4 à 6 : fragments de lames en fer ; no 7 : fragment d’outil (?) en fer ; nos 8 et 9 : douilles en fer de manche d’outils ou de bâton ferré ; no 10 : œillet en fer ; no 11 : agrafe de ceinture en fer ; no 12 : plaque carrée en fer percée de deux trous ; no 13 : plaque d’entrée de serrure en fer, à ouverture en L ; no 14 : objet cylindrique en fer (élément de gond de porte ?) ; no 15 : deux plaquettes en fer maintenues par deux rivets ; no 16 : ruban en tôle de fer recourbé maintenue par un rivet (gond de porte ?) ; nos 17 et 18 : cornières en L en fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 129 – Fosse 4 : mobilier en fer (nos 1 à 19), bronze (nos 20 et 21), os (no 22) et terre cuite (nos 23 et 24) (éch. 1/2) – nos 1 et 2 : cornières en L ; nos 3 à 6 : crampons droits ; no 7 : crampon d’angle ; no 8 : crampon rectangulaire ; nos 9 à 12 : rivets à tête creuse ; no 13 : rivet à tête plate ; no 14 : rivet en fer à tige coudée et tête en gouttière ; no 15 : clavette (?) à tête massive cubique ; no 16 : crampon ; no 17 : goupille d’assemblage (?) ; no 18 : ruban en tôle percée de trous ; no 19 : anneau ; no 20 : cabochon de rivet ; no 21 : cabochons (?) ; no 22 : fragment d’aiguille ; nos 23 et 24 : pesons de métier à tisser, marqués d’une croix avant cuisson sur la face supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 130 – Fosse 4, mobilier en terre cuite (nos 1, 2, à 15) et en pierre (nos 3 à  7) (nos 1, 2, 8 : éch : 1/2 ; nos 3 à 7, 9 à 15 : éch : 1/4) – nos 1 et 2 : pesons de métier à tisser ; nos 3 à 5 : fragments de catillus de meules en lave bulleuse dense ; no 6 : fragment de meta de meule en lave bulleuse dense ; no 7 : fragment de mortier ou de meule dormante en lave bulleuse dense ; no 8 : fragment d’extrémité de chenet à tête de bélier ; no 9 : fragment de sole de four en terre cuite ; nos 10 à 14 : fragments de terre cuite (éléments de fours ?) ; no 15 : fragment de terre cuite à décor digité (plaque de foyer ?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 131 – Fosses 5 (nos 1 à 4) et 6 (nos 5 à 2) (éch. 1/2) – no 1 : fibule en fer type 1c ; no 2 : fragment de fibule en fer type 2 ; no 3 : fragment de bracelet tubulaire en bronze ; no 4 : rivet en fer à tête plate ; no 5 : fibule en fer type 1 ; no 6 : fibule en fer type 1a ou b ; no 7 : fibule en fer type 1c (?) ; no 8 : fibule en bronze type 2 ornée d’un filet gravé ; nos 9 et 10 : fibules en fer type 2 ; no 11 : arc de fibule en fer type 2 ; no 12 : fibule en bronze type 3b avec décor incisé transversal et anneau de suspension en fer ; no 13 : fibule en bronze type 3b ; no 14 : fibule en fer type 3b ; no 15 : fragment de fibule en bronze à corde interne ; no 16 : bracelet en tôle de bronze ; no 17 : tige en fer courbée à section en gouttière ; no 18 : perle en ambre ; nos 19 à 21 : anneaux en bronze, à fixation en fer pour le no 21 ; no 22 : anneau en fer ; no 23 : crochet en fer ; no 24 : plaque en fer à bord abattu ; no 25 : crampon droit en fer ; no 26 : objet en bronze ; no 27 : plaquette en fer à deux rivets ; no 28 : fusaïole en terre cuite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 132 – Ch. 3, fosses 7, 8, 9 et div., petit mobilier (éch. 1/2 sauf no 2 éch : 1/4) – nos 1 et 2 (fosse 7) : no 1, plaque en tôle de fer percée d’un trou ; no 2, fragment de mortier ou de meule dormante en lave bulleuse peu dense ; no 3 (fosse 9) : fibule en fer type 3c ; nos 4 à 7 (fosse 8) : no 4, fibule en fer type 2 ; no 5, bracelet en lignite ; no 6, goupille en fer ; no 7, plaque d’entrée de serrure en fer ; no 8 (amas no 13) : crochet en fer ; no 9 (niv. sup. fossé no 4) : fibule en fer type 4 ; no 10 (fossé no 1) : fragment de couteau en fer à lame large et soie plate.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 133 – Chantiers 1 (nos 1 à 13), 2 (no 14) et 3 (nos 15 à 22), niveaux d’occupation (éch. 1/2) – nos 1 et 2 : fragments de bracelets en lignite ; no 3 : fragment de bracelet tubulaire en bronze ; no 4 : fragment de bracelet en verre bleu ; no 5 : fragment de perle en verre noir avec filets jaunes ; no 6 : pendeloque de ceinture en bronze en forme de balustre ; no 7 : crochet de ceinture en bronze à bouton orné d’un triangle gravé ; no 8 : petit passant en fer ; no 9 : pied de fibule en bronze en cours de fabrication, brisé au départ de l’arc ; no 10 : ruban plat en bronze (déchet de fabrication) ; no 11 : fragment d’objet en tôle de fer à rebord courbe rabattu et trou de fixation ; no 12 : poinçon en os ; no 13 : fragment d’omoplate percé de deux trous ; no 14 : fragment de bracelet en verre bleu foncé à décor de moulures ; no 15 : fibule en fer type 1b ; no 16 : fragment de bracelet en lignite ; no 17 : fragment de bracelet en verre bleu à filet jaune et décor mouluré ; nos 18 et 19 : fragments de bracelets en verre bleu ; no 20 : fragment de bracelet en bronze ; no 21 : tas de forgeron en fer ; no 22 : fourchette à douille en fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 134 – Répartition des différents types de monnaies dans chaque phase d’occupation. Statère = nos 1 et 2 ; obole = nos 3 à 15 ; br. frappé = no 16 ; potin 1 = no 17 ; potin 2 = no 18 ; potin 3 = no 19 à 28 ; potin = no 29 à 30 ; ob. trust = nos 31 à 38 ; br. fruste = nos 39 à 45 ; pot. fruste = nos 46 à 55. C1 et C3 = niveaux d’occupation des chantiers 1 et 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 135 – Monnaies –1 et 2. Statères. –3 à 15. Oboles. –16. Bronze frappé. –17 et 18. Potins divers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 136 – Monnaies –19 à 28. Potins à la grosse tête. –29 et 30. Potins au long cou. –31 à 38. Monnaies d’argent frustes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 137 – Monnaies –39 à 45. Monnaies de bronze frustes –46 à 55. Potins frustes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 138 – Pourcentage par fosse du nombre de restes osseux (NR) pour les cinq espèces les mieux représentées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 139 – Pourcentage par fosse du nombre minimum d’individus (NMI) pour les cinq espèces les mieux représentées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 141 – Calcul de la différence de pourcentage (NR) entre fosses des ovicaprins et des bovins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 142 – Diagramme de dispersion des suidés d’après la biométrie de la phalange Il : longueur totale (LT) et diamètre transverse mésial (DTM).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7k
Légende Fig. 143 – Courbe d’abattage des porcs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 144 – Répartition des porcs par sexe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 146 – Diagramme de dispersion des bœufs de Feurs, Beauvais et Gournay‑sur‑Aronde, d’après la biométrie du talus : diamètre transverse distal (DTD) et longueur totale (LT).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 147 – Diagramme de dispersion des bœufs de Feurs, Beauvais et Gournay‑sur‑Aronde d’après la biométrie de la phalange : longueur totale (LT) et diamètre transverse proximal (DTP).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 148 – Courbe d’abattage des bœufs pour l’ensemble des fosses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k
Légende Fig. 149 – Données de comparaison sur la hauteur au garrot des moutons et des chèvres en Europe de l’Ouest à la fin de l’âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 150 – Courbe d’abattage des ovicaprinés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 152 – Traces de découpes et de dislocation observées sur les ossements de Feurs – 1 et 2. Traces d’enlèvement de la peau sur phalange proximale de bœuf (no 1) et sur talus d’équidé (no 2). – 3 à 6. Traces de désarticulation sur extrémité de radius de porc (no 3), sur ulna de porc et chien (nos 4 et 5), sur atlas de porc (no 6). – 7. Traces de désossage sur mandibule de chien. – 8. Métatarses de chien en connexion.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33603/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search