Version classiqueVersion mobile

L’habitat gaulois de Feurs (Loire)

 | 
Michel Vaginay
, 
Vincent Guichard

Avant‑propos

Michel Vaginay et Vincent Guichard

Texte intégral

1La présente publication est l’aboutissement d’un long travail d’équipe. La fouille et l’étude de l’habitat gaulois de Feurs ont été conçues dès le départ comme une œuvre collective à laquelle ont été associés de nombreux fouilleurs bénévoles au cours des trois campagnes de sauvetage successives effectuées de 1978 à 1981.

2Les premières lignes de cet ouvrage doivent donc être naturellement consacrées à citer, parmi toutes les personnes qui ont contribué à sa réalisation, celles qui en ont été la cheville ouvrière. En premier vient Paul Valette qui a assumé la direction de la fouille des deux premiers chantiers dans des conditions particulièrement difficiles. Il a aussi assuré une part importante du dépouillement des vestiges issus de ces deux fouilles. De même Sophie Hettiger, Jean‑François Juliaa et Pascale Richard ont pris en charge avec Paul Valette et nous‑mêmes, l’essentiel de la réalisation matérielle de ce travail : dessin et étude des mobiliers céramiques, mise au net des illustrations... Sans eux cette publication n’aurait pu voir le jour. Qu’ils trouvent ici l’expression de nos plus sincères remerciements.

3Par ailleurs ce travail s’intègre à un programme de recherches pluriannuel lancé en 1984 dans le cadre de l’appel d’offres « Archéologie métropolitaine » et titré « l’âge du Fer en pays ségusiave ». Ce programme a largement contribué à l’aboutissement de l’étude de la grande masse de mobiliers mise au jour au cours des trois fouilles successives sur l’habitat gaulois de Feurs, en apportant une source de financement pour le dépouillement de la documentation ainsi que pour le dessin des mobiliers.

4L’objectif de la présente publication est de mettre à la disposition des archéologues un catalogue raisonné des découvertes effectuées sur l’habitat gaulois de Feurs. Elle s’inscrit donc dans la voie qu’avait tracée Marius Bessou il y a une dizaine d’années en publiant une monographie sur les vestiges gaulois de Roanne (Bessou 1976). Elle tente par ailleurs de préciser les résultats qu’il avait pu obtenir sur la chronologie et les modalités du peuplement du territoire ségusiave à la fin de l’âge du Fer.

5Nous sommes bien conscients des imperfections de cette monographie. Elles sont dues d’abord à la nature de la documentation dépouillée ‑issue de fouilles de sauvetage qui n’ont pas toujours été conduites dans les meilleures conditions ni avec toute la minutie nécessaire ‑mais surtout à l’inexpérience de ceux qui l’ont conçue et rédigée. Cette dernière remarque ne s’applique évidemment pas à C. Aulas, G. Gentric, J.P. Morel et E. Vila qui ont eu l’obligeance de prendre en charge l’étude de la part de mobilier dont ils sont spécialistes.

6La part des différents signataires à la rédaction du présent ouvrage a été indiquée dans le sommaire en tête de chaque chapitre (les chapitres non signés ayant été rédigés en collaboration par nous‑mêmes). C. Aulas a effectué l’étude et les dessins des amphores. G. Gentric a étudié les monnaies. V. Guichard s’est chargé de l’étude des céramiques peintes et de l’ensemble des mobiliers métalliques. J.‑P. Morel a effectué l’étude des importations méditerranéennes (céramique campanienne, à reliefs et grise catalane). M. Vaginay a réalisé l’étude de l’ensemble des céramiques indigènes, à l’exception des céramiques peintes. E. Vila s’est chargée de l’étude de la faune. Il convient aussi de noter que le chapitre 4 (Conclusions) est le fruit des contributions de chacune des personnes mentionnées ci‑dessus.

7Enfin, l’ensemble de l’équipe tient à exprimer ses remerciements à toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce travail : en particulier il convient de citer J.‑P. Guillaumet pour sa collaboration à l’étude du mobilier métallique, B. Fischer pour l’identification de certaines monnaies, D. Helmer, O. Bicart‑See et S. Krausz pour leur aide dans la réalisation de l’étude de la faune.

8Lyon, le 25 août 19 6

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search