Version classiqueVersion mobile

Les fours de tuiliers gallo-romains

 | 
Françoise Le Ny

2. Les fours de tuiliers

Texte intégral

2.1. La terminologie

2.1.1. La nécessité d’une mise au point

1Les difficultés rencontrées lors des contacts avec les archéologues ont montré la nécessité d’une mise au point sur le vocabulaire désignant les différentes parties du four pour en mieux définir le fonctionnement. Cette terminologie a posé un certain nombre de problèmes.

2Le vocabulaire employé pour décrire les fours de tuiliers était en effet souvent celui utilisé pour décrire les fours de potiers, or les structures de ces derniers sont parfois ou différentes ou moins élaborées que celles des fours de tuiliers. Pour pouvoir décrire précisément nos fours, nous avons créé certains termes (murets de soutènements, conduits de chaleur) plutôt que de nous servir des définitions imprécises, parce que trop générales, des dictionnaires. Ceux‑ci, même techniques, n’étaient pas assez spécialisés pour apporter suffisamment de renseignements, surtout sur les fours anciens.

3Dans cette recherche l’article « céramique » du catalogue de l’exposition « Gallo‑Romains en Ile‑de‑France » (Bourgeau 1984) nous a été d’une aide précieuse. L’auteur a dressé, dans ce catalogue, un lexique des termes concernant les fours de céramique. Un certain nombre de nos définitions s’appuie sur ce lexique.

2.1.2. La structure d’un four gallo‑romain (fig. 5)

● Fig. 5 – Les différentes parties d’un four de tuilier gallo‑romain,

2.1.2.1. Le foyer

4Le foyer se compose de différentes parties : la gueule, l’alandier et la chambre de chauffe.

■ La gueule

5Celle‑ci, appelée également gueulard ou bouche, est l’ouverture basse du four située à l’extrémité de l’alandier et dans laquelle se trouve l’emplacement du feu de départ.

■ L’alandier

6Ce conduit (fig. 6a) canalise le flux de chaleur dégagé par le feu, de la gueule à la chambre de chauffe. Il éloigne le feu du chargement à cuire qu’il protège des irrégularités de flammes et de chaleur. Le sol de l’alandier peut remonter légèrement vers cette dernière, peut‑être en raison du sens ascendant du flux de chaleur, ou pour faciliter le curage des parties basses du four. Cet alandier est souvent enduit d’un mortier d’argile qui le protège de l’action du feu et l’imperméabilise.

● Fig. 6a – Atelier de Vrigny (Loiret), Chatillon. Four no 1 : alandier délimité par des parois de tegulae

photo A. Ferdière.

■ La chambre de chauffe

7C’est la partie basse du four où débouche le flux de chaleur à la sortie de l’alandier. Cette chambre est caractérisée par deux impératifs : la nécessité de posséder des éléments porteurs de la sole et d’aménager des espaces conducteurs de chaleur. Les éléments porteurs peuvent être de différentes natures : piliers centraux, banquettes périphériques ; mais, dans la majorité des cas, il s’agit de murets.

■ Les murets de soutènement

8Ces murets (fig. 6b), édifiés en tuiles ou en briques, parfois même en pierres, sont destinés à supporter la sole quand la portée de cette dernière est trop importante. Ceux‑ci sont reliés entre eux par des arcs de voûte qui délimitent un couloir central de chauffe permettant l’étalement du feu et la circulation de l’air chaud. Ils sont très souvent recouverts d’un enduit d’argile protecteur.

● Fig. 6b – Atelier de Couladère (Haute‑Garonne), Les Tambourets. Four no 1 : murets de soutènement édifiés en briques, reliés par un arc de voûte, qui soutiennent la sole. L’espace formé entre deux murets forme le conduit de chaleur.

photo G. Manière

■ Les conduits de chaleur

9Entre ces murets sont préservés des espaces latéraux qui vont distribuer la chaleur sur les côtés pour que celle‑ci soit répartie de manière plus homogène sous la sole. Ces conduits de chaleur sont aménagés de différentes façons, ce qui nous a amenée à établir une typologie (cf. § 3.1.3.).

■ Le drain

10Celui‑ci (fig. 7a) est creusé dans le sol du foyer afin de recueillir à l’intérieur du four les eaux d’infiltration et de ruissellement dues pour les unes à l’encavement de la chambre de chauffe, pour les autres aux intempéries durant la période de non‑activité. Le four est ainsi protégé des dégradations naturelles.

● Fig. 7a – Atelier de Guignen (Ille‑et‑Vilaine), Le Biffoué, Drain situé sous le dallage du foyer et débouchant hors de l’alandier.

photo J.‑P. Bardel

2.1.2.2. La sole

11C’est une plate‑forme (fig. 7b) qui sépare la chambre basse de la partie haute du four. Cette sole peut être constituée de différentes manières. Il peut s’agir d’une plaque d’argile cuite d’une seule pièce, « suspendue », c’est‑à‑dire reposant uniquement sur les bords de la chambre basse, ou s’appuyant sur des soutiens (murets de soutènement, piliers). On peut également trouver des plaquettes évidées en demi‑cercle sur les milieux des côtés, qui, assemblées, forment une plate‑forme percée de trous. Plus simplement, cette sole peut être constituée d’un lit de tegulae disposées de façon à préserver des espaces vides entre elles. D’autres dispositions peuvent encore être découvertes. Il s’agit en fait de posséder une surface de soutien pour le chargement, dans laquelle sont ménagés des orifices pour la circulation de l’air chaud. Cette sole est généralement au niveau du sol antique.

● Fig. 7b – Atelier de Mauressargues (Gard), Lédignan. Vue de dessus de la sole percée de carneaux circulaires.

photo V. Lassalle

■ Les carneaux

12C’est le nom réservé aux conduits, percés (souvent à l’aide d’un bâton), à travers la sole, qui permettent la circulation des gaz chauds allant de la chambre de chauffe (le foyer) vers la chambre de cuisson (le laboratoire). Ils sont souvent enduits d’argile.

■ Les évents

13Dans certains grands fours on trouve parfois des conduits plus larges que les carneaux. Ils sont disposés aux extrémités de la sole contre les parois du laboratoire. Ils sont placés là pour accentuer la distribution de chaleur dans les parties périphériques qui connaissent une déperdition de chaleur. Les fours de Fousseret (Midi‑Pyrénées, no 122) possèdent de tels aménagements.

2.1.2.3. Le laboratoire

14C’est la partie haute du four dans laquelle est disposée la charge à cuire, briques ou tuiles ou autres matériaux de construction. Le laboratoire a été dessiné en pointillé sur notre schéma car il n’a jamais été retrouvé entièrement intact. Les fouilles archéologiques ont montré qu’il devait exister pour les fours de tuiliers deux sortes de laboratoires : des laboratoires maçonnés permanents et des laboratoires non permanents détruits après chaque cuisson. Nous reviendrons sur cette question ainsi que sur celle de la disposition du chargement à l’intérieur du four.

■ La couverture du laboratoire

15De même, cette couverture n’a jamais été retrouvée située en place, recouvrant le dessus du laboratoire. Elle devait exister dans le cas d’un laboratoire permanent et consister en une couverture plate provisoire recouvrant le chargement. Cette couverture était formée de mottes d’argile ou de tegulae posées à plat les unes à côté des autres, mais séparées par des interstices, ou bien encore de ratés de cuisson recouverts d’argile dans laquelle étaient percées des ouvertures. Elle pouvait également consister en une calotte d’argile moulée.

■ La cheminée

16Une cheminée peut être aménagée dans cette couverture pour l’évacuation de la fumée et de l’air chaud. La présence d’une cheminée, débutant dès la chambre de chauffe, n’est connue que pour un seul four, celui de Fontes (Languedoc‑Roussillon, no 104), mais s’agit‑il bien d’une cheminée ?

2.1.3. Les structures annexes du four

17Le four est complété par certains aménagements dans sa périphérie proche.

2.1.3.1. L’aire de chauffe

18L’espace situé devant le four, face à la bouche de l’alandier, se nomme « aire de chauffe ». C’est sur celle‑ci que se tient l’ouvrier, appelé chauffeur, qui alimente le four et règle le tirage. Elle est généralement accompagnée d’un escalier ou d’une rampe d’accès, car, le foyer étant enterré, elle se situe au‑dessous du niveau du sol. Cette aire ainsi que l’alandier sont quelquefois protégés de la pluie par un appentis en bois : on a trouvé ainsi à Vieux (Basse‑Normandie, no 85) des trous de poteaux délimitant cet abri. Parfois, c’est un muret en pierre, formant une petite pièce, comme le four no 2 de Saintes (Poitou‑Charentes, no 131), qui empêche les nuisances des courants d’air inopportuns.

2.1.3.2. Le drainage

19L’entourage du four doit souvent être drainé. L’humidité est d’autant plus aspirée par le sol que celui‑ci connaît une importante dessiccation due à la chaleur excessive émise par le four. Ce drainage évite de graves déprédations que pourrait provoquer le ruissellement des eaux, accentué par la pente de la colline ou du talus contre lesquels la plupart des fours sont adossés. Cette raison explique les longs canaux de drainage de l’atelier de Mittelbronn (Lorraine, no 118).

2.1.3.3. Les aires d’enfournement et de défournement

20On peut découvrir également des aires destinées à faciliter l’enfournement du matériel à cuire, comme les zones de dallages, situées à l’arrière du four no 1 de Heilingenberg‑Dinsheim (Alsace, no 80). Enfin des aires de défournement jouxtent certains fours. Sur celles‑ci seront disposés les matériaux de construction pour qu’ils finissent de refroidir.

2.2. Le fonctionnement

2.2.1. L’aide bibliographique

21Pour pouvoir rédiger cette partie, nous avons consulté de nombreux ouvrages ; beaucoup se sont révélés incomplets, se limitant à des informations trop générales. Nous nous sommes donc appuyée sur un nombre restreint de publications (Rhodes 1968 ; Duhamel 1974 ; Hofmann 1975 ; Brongniard 1977 ; Bourgeau 1984) desquelles nous avons retiré les divers éléments qui ont servi de base à cette mise au point.

2.2.2. Les procédés techniques

2.2.2.1. Les principes de tirage

22Le fonctionnement du four de tuilier, comme celui du four de potier, est basé à l’époque gallo‑romaine sur le principe du tirage vertical (fig. 8), lui‑même fondé sur la convection des gaz chauffés qui, circulant à l’intérieur des deux chambres, vont permettre la cuisson du matériel argileux déposé dans le four.

● Fig. 8 – Le principe du tirage vertical (V. = vents dominants).

23Un feu, allumé dans la gueule du four, produit des braises qui vont être poussées jusqu’au fond de la chambre de chauffe. Elles dégagent des flux de chaleur que les conduits vont répartir de façon homogène sous la sole. Cette dernière régularise les gaz chauds et les débarrasse des particules imbrûlées qui se déposent dans l’alandier et dans la chambre de chauffe. Les « coups de feu » et zonage différentiel de chaleur dus à la combustion à l’intérieur même du foyer ne sont pas ainsi générateurs d’accidents pour le chargement.

24Après cette purification, les flux de chaleur vont pouvoir cuire le chargement du laboratoire puis être évacués par une cheminée, si celle‑ci a été prévue, ou par les ouvertures ménagées à cet effet dans la couverture du laboratoire. En jouant sur l’obstruction plus ou moins complète de la cheminée ou des orifices d’évacuation de la couverture, le tuilier peut contrôler le tirage et moduler la température ainsi que les atmosphères de cuisson, plus ou moins enrichies en oxygène par cette action (en particulier durant la phase de refroidissement). En dehors d’une intervention humaine, l’air chaud plus léger s’évacue de lui‑même dans un mouvement ascendant.

25Le four à tirage vertical s’est répandu en Europe à partir de la Tène finale où il remplace des modes de cuisson extrêmement simples, employés encore dans certaines sociétés traditionnelles, comme la cuisson « en meule » où la charge à cuire est mêlée au combustible, ou bien la cuisson « en fosse » où le matériel repose sur un lit de braises.

26Ce type de four, constitué de deux chambres maçonnées et favorisant l’appel d’air vertical des gaz chauds, présente plusieurs avantages : il permet le contrôle du déroulement de toute la cuisson, du « petit feu » de début de cuisson au « feu violent » et bien plus chaud en fin de cuisson, jusqu’au refroidissement progressif dans le laboratoire. Il limite de plus les effets des « coups de feu », répartit et diffuse beaucoup mieux la chaleur que les murs du four gardent et font rayonner, même après l’extinction du feu. Ces améliorations thermiques permettent un produit de meilleure qualité et un temps de cuisson réduit.

27Le tirage vertical différencie les fours gallo‑romains des fours médiévaux, tout au moins en ce qui concerne ceux du nord de la Loire, qui sont eux basés sur le principe du tirage oblique (fig. 9).

● Fig. 9 – Le principe du tirage oblique (V. = vents dominants).

28Leur gueule est placée face au vent afin que soient facilités l’engouffrement et la circulation de l’air chaud à l’intérieur du laboratoire. Celui‑ci, séparé de la chambre de chauffe par une grille, est en forme de tunnel incliné vers le haut ; les gaz chauds, à leur sortie, sont repris par le vent qui les éloigne du « chauffeur ». Ces fours n’ont donc pas besoin d’être très élevés, et la sole, fragile, est supprimée.

2.2.2.2. Les règles de construction (fig. 10)

29Les matériaux utilisés pour la construction des fours doivent être isolants pour conserver la chaleur et réfractaires pour la supporter, ce qui explique le choix des tuiles ou des briques pour leur construction plutôt que la pierre. Celle‑ci peut intervenir, mais on la remarquera surtout à l’extérieur comme renforcement de la structure, ou, plus rarement, à l’intérieur dans certaines parties des membres porteurs. Sa présence dépend également du contexte géologique.

● Fig. 10 – Reconstitution de l’allure générale d’un four de tuilier gallo‑romain. – a. Aspect extérieur (extrait de Rhodes 1968). – b. Aspect intérieur (extrait de Adam 1984).

30Un revêtement argileux est souvent apporté, qui protège les parois internes de l’action du feu et de la condensation de l’eau dégagée par le chargement au début de la cuisson. Ce revêtement porte souvent des traces de scorification et de vitrification qui témoignent des hautes températures atteintes.

31Extérieurement, on tasse de la terre tout autour du four sur toute la hauteur pour le consolider et mieux l’isoler. Les fours sont souvent construits contre une colline ou un talus. Dès lors le four devient une construction fixe et stable, capable de supporter de nombreuses cuissons.

32Le foyer (aire de chauffe, alandier et chambre de chauffe) est enterré, ce qui lui donne une meilleure isolation thermique ainsi qu’une meilleure stabilité pour supporter le laboratoire s’élevant au‑dessus de lui.

2.2.2.3. Le facteur climatique

■ Le rôle de l’orientation

33En sachant que le bon fonctionnement d’un four est fortement lié à la régularité de circulation intérieure de l’air chaud, on peut penser que le vent et les différents climats constituaient des facteurs importants. Aussi l’orientation des fours a pu jouer, dans les régions où soufflent des vents dominants et réguliers, un rôle déterminant pour leur fonctionnement. Nous avons donc tenté de voir si, dans certaines régions, les fours possédaient une orientation préférentielle. Il était nécessaire pour cela de connaître la climatologie de la France qui présente une grande diversité de climats qu’accompagne une grande variété de vents. Nous avons donc regroupé nos différentes régions en fonction de leur situation dans les grands ensembles climatiques français, de manière à savoir si les fours subissant les mêmes vents régionaux sont orientés dans la même direction et, si tel est le cas, quelle est cette direction.

34L’ouest et le nord‑ouest de la France appartiennent au climat océanique. Ils connaissent un temps changeant, beaucoup d’intempéries et sont régulièrement soumis à des vents d’ouest.

35Les régions Est et Centre‑Est sont semi‑continentales. Cet ensemble connaît des températures hivernales très basses. Des vents du nord‑est et d’est, venant d’Europe centrale, y sont très fréquents. Les saisons intermédiaires subissent de violents orages.

36Les grandes zones montagneuses constituent un domaine à part. Ces régions ont pour caractères communs le froid et l’abondance des précipitations, et connaissent des vents du nord qui s’engouffrent en particulier dans le couloir rhodanien et des flux d’ouest pour le Massif central.

37Le sud de la France se divise en deux zones, le Sud‑Ouest et le Sud‑Est qui appartiennent à des climats différents. Le Sud‑Ouest bénéficie d’un climat atténué semi‑océanique ; la zone côtière connaît des vents d’ouest, tandis que la partie intérieure est soumise à des vents violents comme la tramontane qui souffle ouest/ nord‑ouest ou l’autan qui souffle en rafales du sud‑est. Le Midi possède un climat méditerranéen. Dans cet amphithéâtre montagneux déferlent des vents de nord‑ouest et du nord. Les régions côtières connaissent des vents marins du sud. Malheureusement ces grands ensembles climatiques ne prennent pas en compte les phénomènes locaux.

38L’étude des orientations de la gueule de nos fours (fig. 11) montre que ceux‑ci semblent, dans leur majorité, orientés selon la direction des vents, de façon à ce que la gueule soit placée contre les différents vents régionaux. Mais certains fours échappent pourtant à la règle. Ainsi le four de Mackwiller (Alsace, n° 81 ) est situé sous les vents du nord‑est, mais il se peut que ce ne soit pas un four de tuilier. De même les deux fours orientés au nord, pour le Midi, sont localisés en basse Provence. Ils sont peut‑être situés contre les vents marins du sud (ainsi que les fours situés à l’ouest et au nord‑ouest). On remarquera enfin l’orientation des fours du Midi‑Pyrénées qui peuvent être placés pour éviter à la fois les flux de nord‑ouest et de sud‑est.

● Fig. 11 – Carte des orientations de la gueule des fours, selon les grands ensembles climatiques français. Les flèches représentent la direction dans laquelle soufflent les vents dominants (f = fours).

39Cette orientation contre les vents s’explique sans doute par la difficulté que constitue le réglage du tirage pour de grands fours lourdement chargés. Les tuiliers auraient préféré placer la gueule du four à l’abri des vents violents qui entraînent de brusques apports d’oxygène nuisibles à la cuisson, ou au contraire qui gênent la mise à feu. Le vent, passant au‑dessus du laboratoire et créant ainsi l’appel d’air nécessaire, emporte à l’extérieur les fumées et les gaz chauds.

40Les problèmes de tirage des fours de tuiliers peuvent expliquer également la position différente des fours à l’intérieur de certains ateliers où les grands et les petits fours ne sont pas orientés de la même façon. Ce serait le cas dans l’atelier de Carjac (Midi‑Pyrénées, no 119) par exemple, ou dans l’atelier de Vrigny (Centre, no 94). L’atelier de Carjac, qui possède quatre fours, produit à la fois de la poterie et des matériaux de construction. Les deux grands fours, l’un rectangulaire, l’autre ovalaire, semblent orientés contre les vents, alors que les deux fours circulaires, plus petits, qui servent à la cuisson de la poterie, sont orientés sous le vent d’ouest ; il en serait de même à Vrigny où se trouve là aussi un atelier de production mixte. Les fours rectangulaires destinés à la cuisson des matériaux de construction sont tous placés contre le vent, tandis que les fours circulaires sont au contraire orientés sous le vent d’ouest.

41Malgré ces impératifs climatiques, le tuilier tente parfois de faciliter sa tâche en regroupant, comme à Montbouy (Centre, no 92), ses fours de façon très rapprochée, afin qu’ils protègent par eux‑mêmes une même aire de chauffe.

■ Les structures de protection contre la pluie

42Il semble que dans certaines régions, les fours aient eu besoin d’être protégés des intempéries. Ainsi à l’atelier d’Offemont (Franche‑Comté, no 100), des aménagements autour du four tendent à prouver que ce four était abrité par une toiture ; des aménagements semblables ont été retrouvés à Trouhaut (Bourgogne, no 88). R. Ratel l’archéologue responsable de la fouille de cet atelier, décrit ainsi cette structure : « […] aux quatre angles extérieurs du four se trouvaient quatre pierres, posées à plat, dont l’épaisseur et la dimension permettent de supposer qu’elles étaient destinées à supporter quelque chose, et l’on pense aussitôt à quatre poteaux de bois soutenant la charpente d’une toiture dont les tuiles avaient été fabriquées sur place, deuxièmement contre deux de ces pierres ont été recueillis des clous en fer, qui auraient pu appartenir à cette charpente. Signalons, en outre, que l’on a remarqué, au centre de ces pierres […] un léger évidement qui aurait pu servir d’assise au poteau qu’elle supportait. Le climat […] de Bourgogne […] justifie l’existence d’une toiture, sans laquelle les pluies auraient endommagé le dôme [...] » (Ratel 1964 : 113).

2.2.3. La cuisson

2.2.3.1. Le déroulement d’une cuisson

43Durant les premiers temps de la cuisson, la température est élevée progressivement de façon à éliminer, sans risque d’accident, l’eau de mélange restant de la fabrication des matériaux, ce qui s’accompagne d’un léger retrait. Vers 350° C, l’eau de constitution de l’argile commence à partir, ce qui entraîne le durcissement irréversible. Cette période est appelée le dégourdissage. A ce stade, le tuilier qui surveille constamment la cuisson grâce à des regards aménagés dans le four ferme l’alandier avec l’aide d’une brique ou d’une dalle de pierre. Le tuilier gallo‑romain n’a pas besoin de thermomètre pour suivre l’évolution de la cuisson. Il lui suffit de constater les différences de couleur pour savoir quelle température le chargement a atteint. La fermeture est nécessaire car la convection des gaz chauds est perturbée par la libération de vapeur d’eau, ce qui peut entraîner des retours de flamme.

44Vers 500° C, l’argile est totalement déshydratée et les dangers dus à la présence d’eau n’existent plus. L’alandier est donc réouvert, pour que l’on puisse charger le four en combustible de façon à produire le maximum de chaleur pendant le temps nécessaire à l’obtention du degré de cuisson désiré. La structure de l’argile, de plus en plus cuite, se modifie. Les matériaux en argile présentent un aspect de plus en plus « serré », plus dense, plus sonore. Ce pallier de cuisson s’obtient vers 900° C et 1 100° C et est appelé le frittage. Il est imprudent d’aller au‑delà de 1 200° C car, à cette température, apparaissent des phénomènes de grésage qui peuvent être suivis, vers 1 250° C, d’un début de fusion, voire d’une vitrification superficielle liée à la présence de quartz par exemple.

45Une fois le feu éteint, on ferme l’alandier pour que le refroidissement se fasse lentement, de manière à éviter les chocs thermiques générateurs d’accidents : fractures et fêlures. Dans la chaleur confinée, des réactions chimiques de combustion continuent à avoir lieu : on parle de post‑cuisson.

46Périodiquement, le four est réparé après une cuisson. La sole est aplanie, ses soutiens sont « rechargés », la cohésion de toute la structure est vérifiée et assurée par un lustrage des fissures et des joints.

■ Les combustibles

47Le choix du combustible joue un rôle important dans l’intensité et l’augmentation de la chaleur. Les végétaux à ignition vive, tels les buissons desséchés, les roseaux, ajoncs et bruyères sèches, les écorces ou les pommes de pin étaient souvent employés ; la tourbe a dû également servir ainsi que, peut‑être, le charbon en Angleterre. C’est du moins le combustible que l’on suppose avoir été utilisé pour l’atelier de Gellygaer en Angleterre (McWhirr 1979 : 187). Il semble enfin que la paille ait été très utilisée par les tuiliers romains (Cuomo di Caprio 1979 : 91). Ces divers végétaux permettent d’obtenir une flamme vive et très chaude qui accélère la montée en température. Ces végétaux ajoutés au « petit feu » de départ vont alimenter le « feu moyen », transition vers le « grand feu » qui constitue le niveau de pleine cuisson. Le feu de pleine cuisson est généralement alimenté avec du bois. Brongniart (1977) conseille soit l’utilisation de bois tendre comme le sapin, le pin, le tremble et le bouleau, soit le bois dur comme le chêne. Les essences tendres doivent être réduites en bûchettes « d’autant plus fines que la température qu’on veut obtenir doit être plus forte et le coup de feu plus vif ».

48Le chêne, plus compact, est utilisé de préférence sous forme de fagots. Le chêne présente l’avantage de fournir beaucoup de chaleur et de posséder une flamme courte qui ne viendra pas lécher le chargement. Les fouilles de Sallèles‑d’Aude (Laubenheimer 1978 : 115) ont permis la découverte, dans la chambre de chauffe, de charbons de bois appartenant à du chêne vert, du sapin et du philaria.

49Quel que soit le combustible utilisé, la règle d’or est d’utiliser un matériau très sec, de façon à produire le moins de vapeur possible, ce qui ralentirait la montée en température à l’intérieur de la chambre de chauffe.

50L’utilisation du bois, sous forme de fagots de ramassage ou de bûchettes, a été confirmée par l’observation des charbons de bois retrouvés sur certains sites. Ceux‑ci sont de petit diamètre. Cette pratique explique pourquoi les alandiers des fours gallo‑romains sont de petite taille, ce qui leur évite les déperditions de chaleur. De plus, des fagots ou des bûchettes permettent la régulation de la cuisson, petites quantités par petites quantités.

■ Les quantités

51Les quantités de bois nécessaires à la cuisson sont impressionnantes. Au dire d’un tuilier contemporain (établissement Cailleau aux Rairies, Maine‑et‑Loire), il faut ajouter, au moment du grand feu (qui dure trois jours et deux nuits), un fagot toutes les dix minutes. Cela donne, pour cette période de cuisson, un total de 360 fagots brûlés. Ce nombre est théorique car il varie en fonction de l’essence de bois utilisée puisque, selon sa nature, le bois brûle plus ou moins vite. Ainsi O. Chapelot (1979) indique qu’en Saintonge, pour une cuisson de 6 000 pièces, un tuilier utilisait près de 1 000 fagots de bruyère et d’ajoncs. Les recherches menées par A. Vernhet (1981) pour l’atelier de La Graufesenque confirment encore ce point. Les professionnels consultés par ce dernier avancent un minimum de 6 tonnes de bois pour chauffer les 60 m3 du laboratoire. A. Vernhet met d’ailleurs au compte de l’activité artisanale très importante de La Graufesenque une bonne part de la disparition actuelle de la forêt des Causses.

2.2.3.2. Durées, atmosphères et accidents de cuisson

52La durée de la cuisson est variable, elle dépend des dimensions des différents fours et de la densité du chargement. Contrairement à une idée parfois répandue, un allongement de la durée de chauffe ne compense pas une température trop basse. Ainsi, une cuisson arrêtée à 800° C livre un matériel poreux car, à cette température, le « frittage » est à peine amorcé.

53Si nous nous fions à l’expérience d’artisans tuiliers contemporains, et pour des volumes de laboratoire comparables, un cycle de cuisson type pourrait être le suivant : montée en température (petit feu) durant environ deux jours, palliers de cuisson (grand feu) maintenu pendant trois jours et demi, enfin, refroidissement lent s’étalant sur une semaine, soit une durée de cuisson complète d’à peu près deux semaines.

54On sait aujourd’hui que l’adjonction de « fondants » (minéraux particulièrement fusibles, présents parfois en petites quantités dans l’argile) à la pâte peut permettre d’abaisser la température de cuisson requise, mais, jusqu’à présent, nous n’avons pas acquis la preuve qu’une telle technique ait été sciemment utilisée par les tuiliers gallo‑romains. Par contre, nous avons de multiples exemples d’emplois de dégraissants de différentes sortes (quartz concassé, sable, cendres, etc.) dont la granulométrie est extraordinairement variée.

■ La coloration

55De la température dépend également l’atmosphère de cuisson. Celle‑ci est définie par la quantité d’oxygène qu’elle contient. La combustion qui se produit dans le foyer associe du carbone et de l’oxygène. Lorsque dans la combustion, la quantité d’oxygène est supérieure à celle du carbone, celle‑ci est dite oxydante et entraîne un produit de couleur rouge. Si au contraire la quantité d’oxygène est insuffisante, l’atmosphère est dite réductrice et entraîne un produit gris (il existe des stades intermédiaires). Une atmosphère réductrice favorise les réactions chimiques de la post‑cuisson.

56D’autres éléments rentrent en jeu dans la coloration. La plus grande partie des argiles contiennent des oxydes de fer et d’autres impuretés minéralogiques. A l’état naturel, elles peuvent varier de couleur, mais après avoir été cuites, les différentes argiles ont tendance à se colorer en rouge. L’éventail peut, en fait, aller du rose au brun foncé. C’est le cas des argiles de sédimentation qui contiennent ordinairement des quantités considérables d’impuretés. A l’inverse, les argiles résiduelles sont pures et donnent à la cuisson des teintes pâles allant du blanc au jaune clair. Il faut de plus compter avec l’essence des arbres. Ainsi, la combustion du peuplier conduit à des teintes peu soutenues, dans les tons beiges, alors que celle du sapin conduit à des teintes plus foncées, dans les rouges brique.

57Ces phénomènes dus à la cuisson ont pu apparaître pour les Gallo‑Romains comme des imperfections. Une découverte archéologique faite à Amiens, par D. Bayard et J.‑L. Massy (1985) nous éclaire sur certaines pratiques. Or, il semble que la couleur rouge ait été très appréciée par les Gallo‑Romains de la ville d’Ambianorum (Amiens), car ils ont enduit les tuiles qui étaient de couleur jaune d’un badigeon rouge afin d’uniformiser la couleur des toitures.

■ Les accidents de cuisson

58Aux différents stades de la cuisson, des accidents peuvent survenir. Ils se traduisent par des ratés de cuisson invendables que l’on retrouve dans les dépotoirs des ateliers.

59L’évacuation différentielle ou trop rapide de l’eau, en début de cuisson, peut entraîner des bulles, des fentes ou même l’éclatement de l’argile. Les mêmes phénomènes se produisent quand des bulles d’air sont encore présentes dans l’argile. L’oxydation de matières organiques peut également entraîner des incidents. Si la montée en température est trop rapide ou si, à cause d’un mauvais réglage, il n’y a pas d’air dans le four, un peu de carbone peut rester dans l’argile (alors qu’habituellement il disparaît progressivement au cours de la cuisson) et causer un noircissement et des boursouflures. Quelquefois, quand l’enfournement est trop serré, l’oxydation (c’est‑à‑dire la décomposition de tous les éléments de l’argile qui ne sont pas déjà à l’état d’oxyde) est incomplète et provoque ainsi une décoloration. Le comportement à la chaleur de certains dégraissants peut même laisser des traces, par exemple, en cas de vaporisation génératrice de bulles. Ainsi les particules calcaires se transforment en chaux et libèrent du gaz carbonique qui gonfle le matériel.

60Une cuisson trop forte soit liée à une température excessive due, par exemple, à un changement du régime des vents (« coup de feu »), soit provoquée par la présence accidentelle de « fondants » dans la pâte (abaissement du point de fusion) peut amener une vitrification partielle ou complète du matériel. Ceci entraîne, nous l’avons vu, une déformation plastique, un aspect scorifié et parfois la fusion de piles entières de tuiles ou de briques, qui restent soudées ; c’est ce qu’on appelle des « moutons ». Nous en possédons un excellent exemple (fig. 12) pour la prospection de l’atelier de Villes‑sur‑Auzon (Provence‑Alpes‑Côte d’Azur, no 77).

● Fig. 12 – Atelier de Villes‑sur‑Auzon (Vaucluse), Malpertuis. « Mouton » caractéristique d’imbrices : ratés de cuisson déformés et collés entre eux par une trop forte chaleur.

photo P. Fayot

2.3. La charge à cuire

2.3.1. Les différents types de laboratoire

61Le laboratoire ou chambre de chauffe, partie du four où le chargement est mis à cuire, pose un problème aux archéologues. La partie supérieure du four n’a jamais été en effet retrouvée en place ; il est même extrêmement rare de la découvrir effondrée et cela pour deux raisons, soit qu’elle n’ait pas constitué un élément permanent de l’installation, soit qu’elle ait été arasée après l’abandon du four. Alors qu’au contraire, bénéficiant du fait d’être enterrée, la partie inférieure est généralement bien conservée.

2.3.1.1. Le laboratoire permanent

62Le laboratoire permanent (fig. 13a) est une structure maçonnée qui s’élève verticalement au‑dessus de la chambre de chauffe. Ce type de laboratoire est agencé de deux manières : il peut être d’abord constitué d’un dôme fermé possédant comme seules ouvertures une porte d’accès sur le côté et au sommet une cheminée permettant l’évacuation des fumées. Ce genre de laboratoire a été rarement découvert en France et en Angleterre ; il semble qu’il s’agisse pourtant d’un tel type pour le four de Trouhaut (Bourgogne, no 88) où le départ du mur du fond a conservé l’emplacement dallé d’un passage étroit de 0,65 m. L’étroitesse de ce passage, pour un accès de chargement, ne doit pas surprendre, car il ne faut pas oublier que cette ouverture devra être soigneusement rebouchée lors de chaque cuisson afin d’éviter de trop grosses pertes de chaleur juste au niveau de la sole. C’est sans doute à cause de ce risque de mauvaise circulation de l’air chaud que ce genre de laboratoire a été peu utilisé.

● Fig. 13 – Reconstitution des différents types de laboratoires. – a. Laboratoire permanent. – b. Laboratoire non permanent, cuisson dite « à la volée ». En pointillé sombre : les structures permanentes.

63L’autre forme de laboratoire est elle aussi maçonnée, mais ne possède pas d’ouverture sur le côté, ni de cheminée (fig. 14a). Généralement adossé à une colline ou à un talus, ce qui facilite un enfournement par le haut, ce laboratoire est à cet effet une pièce à ciel ouvert. Une fois le chargement déposé, on recouvre celui‑ci d’une couverture de protection.

● Fig. 14a – Atelier de Vrigny (Loiret), Chatillon. Four no 3 : laboratoire permanent conservé sur une certaine hauteur.

photo A. Ferdière

2.3.1.2. Le laboratoire non permanent

64Le laboratoire non permanent (fig. 13b) consiste quant à lui en une coque d’argile temporaire fabriquée pour chaque cuisson et qui repose, recouvrant le chargement, sur la sole (fig. 14b). F. Laubenheimer a semble‑t‑il découvert cette structure pour un des fours de l’atelier de Sallèles‑d’Aude (Languedoc‑Rousillon, no 107). Elle en donne la description suivante : « [...] La couverture du laboratoire est encore conservée en place sur une trentaine de centimètres de hauteur entre l’aire de circulation ménagée autour du four et de la sole, en contrebas : paroi d’argile mêlée d’herbe, de 3 à 4 cm d’épaisseur, appliquée à la main, contre une épaisseur de briques sur le chant. La partie supérieure était également constituée d’une carapace d’argile refaite à chaque cuisson, prenant appui sur des liteaux de bois cloués et sur le chargement. Nous avons retrouvé quelques clous et de nombreux morceaux d’argile portant l’empreinte de branchages et de vases. Six morceaux de bois carbonisés découverts dans les décombres appartiennent à du sapin (4 échantillons), du phitania (1 échantillon) et du chêne à feuillage caduc. Du sapin, on pouvait tirer des liteaux longs et souples qui se prêtent bien à l’édification en forme de voûte. Il ne poussait pas sur place, et il fallait le faire venir de plusieurs dizaines de kilomètres [...] » (Laubenheimer 1978 : 115).

Fig. 14b – Mauressargues (Gard), Lédignan. Il n’y a pas de murs externes entourant la sole qui puissent constituer un laboratoire permanent.

photo V. Lasalle

65Cette carapace d’argile était percée d’orifices afin de permettre l’évacuation de l’air chaud.

2.3.1.3. Le problème d’attribution

66Si chacun s’accorde à reconnaître l’existence de différentes sortes de laboratoire des fours de tuiliers gallo‑romains, il n’en va pas de même quant à l’attribution de ces différents types aux diverses formes des fours eux‑mêmes. Ainsi certains chercheurs (Hofmann 1975 : 120) affirment que les grands fours ne possédaient pas de laboratoire permanent ; alors que d’autres (Duhamel 1974 : 66) avancent que les grands fours de tuiliers rectangulaires devaient en recevoir un et que seuls les petits fours circulaires permettaient des cuissons dites « à la volée », c’est‑à‑dire sous coque d’argile.

67Les réponses concernant ce problème sont donc contradictoires. Il semblerait, à l’étude de ce sujet, que l’approche doive être plus nuancée et que la question du laboratoire ne dépende pas des dimensions ou des formes générales des fours mais plutôt de l’aménagement de la chambre de chauffe. Il n’est possible de savoir si un laboratoire a été permanent que si la chambre de chauffe donne les preuves qu’elle a été prévue pour recevoir ce laboratoire, si elle possède des murs extérieurs solides, capables de servir de fondations, si elle s’adosse à une colline, ou mieux encore, si cette chambre de chauffe conserve la trace de contreforts. Une réponse ne peut être apportée qu’après une observation attentive de la typologie des chambres de chauffe. Nous reviendrons sur cette question dans la partie concernant la typologie.

2.3.2. Le chargement

2.3.2.1. La disposition du matériel

68Le chargement du matériel à cuire, à l’intérieur du laboratoire, répond à certaines règles. De la bonne disposition de ce chargement dépend en effet une circulation meilleure et plus homogène des flux de chaleur. Les matériaux doivent être empilés sur la sole de façon à laisser entre eux des espaces suffisants pour que l’air chaud soit aspiré vers l’ouverture sommitale du four.

69Le deuxième facteur important est celui de la stabilité du chargement. Celui‑ci doit être monté de telle façon que les différents éléments ne glissent pas, ou ne supportent pas de trop lourdes charges qui entraîneraient leur déformation ou leur écrasement. Ces risques conduisent à rejeter la position à plat qui empêche la libre circulation de l’air et provoque l’écrasement des premiers éléments sur lesquels repose tout le poids des autres. Il reste donc le choix entre le positionnement debout ou de chant.

70La question du positionnement à l’intérieur d’un laboratoire a été résolue par les résultats obtenus en archéomagnétisme (Goulpeau, Langouët 1985). Cette méthode, qui étudie les matériaux de construction en argile cuite afin d’en donner une datation, a montré qu’il existait un positionnement préférentiel dans les fours gallo‑romains. Si la direction de l’aimantation magnétique des matériaux de construction, figée lors de la cuisson, peut être retrouvée, elle donne en effet la position de ces matériaux à l’intérieur du laboratoire. Or, une étude extensive de plusieurs ensembles de tuiles a donné comme position majoritaire, la position debout, c’est‑à‑dire les tuiles dressées sur leur petit côté lors de la cuisson, et cela pour 90 à 95 % des tuiles d’une fournée.

71Les données scientifiques sont confortées par les faits archéologiques. Ainsi a‑t‑on découvert à Schuines (fig. 15) un four dont la sole porte la trace d’un chargement. Celle‑ci, constituée d’une plaque d’argile, a été cuite en place lors de la première cuisson du matériel. Elle a ainsi conservé l’empreinte de son chargement de tegulae qui étaient posées debout dans le laboratoire, en lots de huit, dressées sur les petits côtés (l’empreinte des rebords est visible) transversalement à l’un ou l’autre des murs, de façon à former un damier bien stabilisé. Cette disposition en damier n’est pas la seule et l’on peut trouver d’autres arrangements, mais tous respectent la position debout. Quelques‑unes de ces dispositions sont présentées dans notre schéma sur les dispositions de matériel (fig. 16).

● Fig. 15 – Atelier de Schuines (Eure‑et‑Loire), Le Champ Rigny. Détail de la sole ayant conservé l’empreinte de son premier chargement de tegulae.

photo G. Fessard

● Fig. 16 – Dispositions possibles d’un chargement à l’intérieur du laboratoire. – a. Disposition d’un chargement de tegulae à l’intérieur d’un laboratoire circulaire,– b. Disposition d’un chargement de tegulae à l’intérieur d’un laboratoire rectangulaire (extrait de Goulpeau, Langouët 1982).

2.3.2.2. La forme du four

72La question du chargement nous amène à considérer l’idée courante qui veut que la forme du four soit adaptée à la forme du matériel à cuire. Ainsi, un four rectangulaire ne pourrait recevoir qu’un matériel de même forme comme les matériaux de construction, alors qu’un four circulaire ne pourrait cuire que de la poterie aux formes rondes.

73Cette proposition est rationnelle mais elle ne recouvre pas totalement la réalité. Comme on le remarquera dans notre schéma, la forme rectangulaire de la tuile n’est en rien incompatible avec celle circulaire du four. Il s’agit juste d’un problème de positionnement. On comprendra mieux ainsi l’existence de fours circulaires, utilisés comme seuls fours de tuiliers et non pas comme on aurait pu le prétendre comme four de production mixte, servant ponctuellement à la cuisson de matériaux de construction.

74De même pour ces derniers, les découvertes archéologiques démentent nos hypothèses trop hâtives. Ainsi les fouilles de l’atelier de production mixte de Sallèles‑d’Aude (Laubenheimer 1978 : 115‑118) ont permis de découvrir un chargement en place qui vient éclairer de façon nouvelle nos connaissances. On y a trouvé en effet plusieurs éléments des diverses productions de l’atelier, alors qu’on aurait pu croire que les quatre fours, de formes différentes, étaient destinés chacun à une production particulière et donc à des chargements unitaires. Cela n’étant pas le cas, nous sommes confortée dans l’idée que la forme du four ne joue pas un rôle déterminant dans l’attribution de ce dernier à une certaine production et qu’elle ne peut donc pas constituer un critère de reconnaissance. Néanmoins, on doit remarquer que dans l’atelier de Sallèles‑d’Aude, un des fours rectangulaires (four no 4) semble avoir été réservé à la cuisson des matériaux de construction.

75L’étude de ce chargement, découvert en place et presque intact, nous apporte également des renseignements sur la disposition d’un chargement mixte et sur les systèmes de calage. Les vases, recouverts avant cuisson d’une couche d’argile mêlée d’herbe, sont empilés les uns sur les autres à même la sole. Ils sont tantôt posés sur le fond, tantôt sur la lèvre ou même de biais, contre des pesons par exemple. Ceux‑ci, de même que les tuiles, ne sont pas enduits d’argile comme les vases, mais calés par des mottes d’argile. Les imbrices sont, elles aussi, déposées sur la sole, soit debout les unes contre les autres, soit empilées horizontalement, ou calées de chant contre les parois, mais par petits lots. Certains pesons sont regroupés sur un angle de la sole, d’autres sont placés plus haut dans le chargement. Plusieurs cales portent leur empreinte. Les tegulae reposent au‑dessus des vases. certaines gardent les traces des vases sur lesquels elles avaient été déposées. Enfin des urnes rangées en piles serrées sont calées de place en place jusqu’à la paroi par des mottes d’argile sur lesquelles s’est imprimée leur forme.

2.3.2.3. Le volume de la production

76Le laboratoire et sa charge à cuire posent un dernier problème qui n’est pas de moindre importance : quel pouvait être le volume de chargement d’un four ? Cette question n’a pas reçu pour l’instant de réponse précise ; le volume d’un chargement est lié aux dimensions du laboratoire, et notamment à sa hauteur; or celle‑ci n’est jamais connue puisqu’aucun laboratoire n’a été trouvé intact.

77Le volume de chargement doit dépendre de la forme, permanente ou non, du laboratoire. Il paraît probable qu’il ait été moins important pour un four possédant un laboratoire non permanent, en raison des impératifs de construction d’une bonne couverture, branchages solides mais souples, lustrage d’argile à la main et recouvrement de ratés de cuisson qui devaient prendre beaucoup de temps.

78Une limite n’est pas plus facile à fournir pour les types de laboratoire permanent car un laboratoire maçonné bien stabilisé peut s’élever très haut. Ici les facteurs limitatifs à prendre en compte sont d’ordre un peu différent. Une réponse est sans doute à trouver dans le calcul de la charge maximale que peut supporter une sole sans s’effondrer. En effet, celle‑ci porte un poids considérable. Nous avons tenté, pour donner un élément de réflexion, de mesurer le poids théorique d’un chargement, à partir des dimensions et du poids réel d’une tuile entière découverte dans un chantier gallo‑romain. Ce poids de charge d’une sole a été calculé pour un laboratoire mesurant 1 m2 de surface et 2 m de hauteur.

79La tuile choisie possède une longueur de 0,43 m, une largeur de 0,32 m, un rebord de 0,045 m et un poids de 8 kg. Nous avons disposé nos tuiles debout, selon la règle, mais ne s’emboîtant pas, reposant au contraire les unes contre les autres dans le même sens. On obtient ainsi un total de 66 tuiles rangées dans 1 m2, ce qui donne un ensemble pesant 528 kg. Un laboratoire de 2 m de hauteur contiendrait ainsi 264 tuiles, entraînant une charge pour la sole de 2 112 kg/m2. Le facteur pondéral est donc très important. Il faudrait, pour mieux connaître le poids maximal du chargement d’un four, calculer les limites de charge des structures porteuses de la chambre de chauffe.

80Un deuxième facteur vient limiter la hauteur du laboratoire : il s’agit de la déperdition de chaleur. Il faudrait là aussi effectuer des calculs, en expériences réelles, en fonction du volume du laboratoire et de sa hauteur qui doivent être sans doute proportionnels. Enfin, certaines difficultés de chargement pourraient également jouer un rôle dans la limitation du laboratoire, mais celles‑ci diffèrent pour chaque four.

81L’impossibilité immédiate de répondre à la question du volume de chargement nous prive d’un paramètre important dans la tentative de calcul, à un niveau plus général, du volume de production d’un four.

2.3.3. Les matériaux produits

82L’abondance et la facilité d’extraction de l’argile permettent à la production de matériaux de construction d’être peu coûteuse. A cela, il faut ajouter la qualité plastique de l’argile, qui rend possible l’obtention de multiples formes, ainsi que ses qualités, une fois cuite, d’isothermie.

2.3.3.1. Les éléments de toiture

83Il est apparu au cours de notre inventaire que la production la plus importante a été celle concernant les éléments de toiture : c’est‑à‑dire de grandes tuiles plates et rectangulaires, à rebords, appellées tegulae. et des tuiles demi‑cylindriques appelées imbrices.

84Les toitures de tui les sont constituées par l’assemblage de tegulae qui assurent la couverture proprement dite et d’imbrices qui assurent l’étanchéité en recouvrant les rebords jointifs des tuiles plates. Des joints de mortier servent de liaison entre les tegulae et les imbrices (fig. 17). Les tegulae possèdent aux quatre angles des encoches qui leur permettent de s’emboîter les unes dans les autres.

● Fig. 17 – Matériaux de construction : éléments de toiture (extrait de Hofmann 1975). – aTegula. – bImbrex (en pointillé : mortier de chaux‑sable servant à imperméabiliser). – c. Antéfixe.

85D’autres éléments de toiture peuvent intervenir, mais on les trouve beaucoup plus rarement en Gaule. Ainsi l’antéfixe limite en bord de toiture les rangées d’imbrices empêchant l’infiltration d’eau. Ce n’est qu’une variété d’imbrex : leur corps est identique, mais une plaque verticale ornée d’un relief y est collée. Un atelier produisant des antéfixes aurait été découvert à Cahors (Midi‑Pyrénées, no 53). On peut citer encore les tuiles faîtières qui sont destinées à recouvrir l’angle formé par les deux pentes du toit, mais celles‑ci sont rares, car on leur préfère souvent de simples imbrices.

2.3.3.2. Les éléments de construction (fig. 18)

86La deuxième production est celle des éléments de construction : les briques appelées lateres. Extrêmement répandues dans le bassin méditerranéen depuis la haute antiquité, il semblerait qu’elles aient été moins prisées en Gaule. Dans la construction des murs, elles interviennent surtout dans l’opus incertum sous forme de chaînages de briques entre les assises de pierres mais on les retrouve très couramment dans d’autres structures sous différentes formes.

● Fig. 18 – Matériaux de construction : éléments de construction, – a. Briques rectangulaires de différentes formes (dont certaines sont modernes) (extrait de Rhodes 1968). – b. Briques ronde, demi‑ronde et quart‑de‑ronde. – c. Voussoir simple et voussoir à encoches (édification de certains arcs) (extrait de Hofmann 1975).

b : dessin de F. Le Ny

87On peut noter au passage l’emploi de briques et de tuiles concassées pour l’obtention de l’opus signinum : le mortier de tuileau.

88Il existe par ailleurs des briques très spécifiques destinées à certains éléments architecturaux, comme les « voussures », briques destinées à la formation d’arcs de voûte. Celles‑ci, apposées les unes contre les autres et liées parfois entre elles par une barre de plomb qui passe en leur centre, forment un arc de plein cintre. Les colonnes peuvent être également édifiées en briques de formes rondes, demi‑rondes ou quart de ronde.

89Les pavages et les dallages sont eux aussi constitués de briques, soit à partir de « carreaux », briques carrées, soit à partir de dalles plates rectangulaires ou parfois même de losanges comme le montre la production de Saintes (Poitou‑Charentes, no 131).

2.3.3.3. Les éléments d’hypocauste (fig. 19)

90Une troisième production, elle aussi importante, est celle des éléments d’hypocauste. Dans ces installations de chauffage par le sol, l’air chaud venant d’un foyer circule entre le premier sol et un deuxième surélevé par des pilettes, formées de « carreaux ». Sur ces pilettes reposent de grandes dalles d’argile formant la base du deuxième sol : la suspensura. Des doubles parois le long des murs permettent la circulation de l’air chaud, par l’emploi de briques creuses de forme parallélépipédique, les tubuli. ou de tuiles fixées parallèlement à la paroi par des tenons ou une bobine, les tegulae mammatae. Les canalisations peuvent être également formées d’éléments en argile. La production des matériaux de construction ne s’arrête pas à ces seuls exemples car, par la nature même de l’argile, cette production peut être extrêmement diversifiée.

● Fig. 19 – Matériaux de construction : éléments d’hypocauste (extrait de Hofmann 1975). – a. Tubuli. – bTegulaemammatae. – cTegula à bobine mobile. – d. Tegula à entretoise. – e. Carreau de pilette.

Table des illustrations

Légende ● Fig. 5 – Les différentes parties d’un four de tuilier gallo‑romain,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende ● Fig. 6a – Atelier de Vrigny (Loiret), Chatillon. Four no 1 : alandier délimité par des parois de tegulae
Crédits photo A. Ferdière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende ● Fig. 6b – Atelier de Couladère (Haute‑Garonne), Les Tambourets. Four no 1 : murets de soutènement édifiés en briques, reliés par un arc de voûte, qui soutiennent la sole. L’espace formé entre deux murets forme le conduit de chaleur.
Crédits photo G. Manière
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende ● Fig. 7a – Atelier de Guignen (Ille‑et‑Vilaine), Le Biffoué, Drain situé sous le dallage du foyer et débouchant hors de l’alandier.
Crédits photo J.‑P. Bardel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende ● Fig. 7b – Atelier de Mauressargues (Gard), Lédignan. Vue de dessus de la sole percée de carneaux circulaires.
Crédits photo V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende ● Fig. 8 – Le principe du tirage vertical (V. = vents dominants).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende ● Fig. 9 – Le principe du tirage oblique (V. = vents dominants).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende ● Fig. 10 – Reconstitution de l’allure générale d’un four de tuilier gallo‑romain. – a. Aspect extérieur (extrait de Rhodes 1968). – b. Aspect intérieur (extrait de Adam 1984).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende ● Fig. 11 – Carte des orientations de la gueule des fours, selon les grands ensembles climatiques français. Les flèches représentent la direction dans laquelle soufflent les vents dominants (f = fours).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende ● Fig. 12 – Atelier de Villes‑sur‑Auzon (Vaucluse), Malpertuis. « Mouton » caractéristique d’imbrices : ratés de cuisson déformés et collés entre eux par une trop forte chaleur.
Crédits photo P. Fayot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende ● Fig. 13 – Reconstitution des différents types de laboratoires. – a. Laboratoire permanent. – b. Laboratoire non permanent, cuisson dite « à la volée ». En pointillé sombre : les structures permanentes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende ● Fig. 14a – Atelier de Vrigny (Loiret), Chatillon. Four no 3 : laboratoire permanent conservé sur une certaine hauteur.
Crédits photo A. Ferdière
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 14b – Mauressargues (Gard), Lédignan. Il n’y a pas de murs externes entourant la sole qui puissent constituer un laboratoire permanent.
Crédits photo V. Lasalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende ● Fig. 15 – Atelier de Schuines (Eure‑et‑Loire), Le Champ Rigny. Détail de la sole ayant conservé l’empreinte de son premier chargement de tegulae.
Crédits photo G. Fessard
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende ● Fig. 16 – Dispositions possibles d’un chargement à l’intérieur du laboratoire. – a. Disposition d’un chargement de tegulae à l’intérieur d’un laboratoire circulaire,– b. Disposition d’un chargement de tegulae à l’intérieur d’un laboratoire rectangulaire (extrait de Goulpeau, Langouët 1982).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende ● Fig. 17 – Matériaux de construction : éléments de toiture (extrait de Hofmann 1975). – aTegula. – bImbrex (en pointillé : mortier de chaux‑sable servant à imperméabiliser). – c. Antéfixe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende ● Fig. 18 – Matériaux de construction : éléments de construction, – a. Briques rectangulaires de différentes formes (dont certaines sont modernes) (extrait de Rhodes 1968). – b. Briques ronde, demi‑ronde et quart‑de‑ronde. – c. Voussoir simple et voussoir à encoches (édification de certains arcs) (extrait de Hofmann 1975).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende ● Fig. 19 – Matériaux de construction : éléments d’hypocauste (extrait de Hofmann 1975). – a. Tubuli. – bTegulaemammatae. – cTegula à bobine mobile. – d. Tegula à entretoise. – e. Carreau de pilette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/33348/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search