Version classiqueVersion mobile

Les ateliers médiévaux de poterie grise en Uzège et dans le Bas-Rhône

 | 
Jacques Thiriot

Introduction

Texte intégral

1De 1972 à 1982, l’ensemble des recherches archéologiques entreprises sur les ateliers de potiers médiévaux en Uzége et dons le Bas‑Rhône a permis de situer le phénomène. Les découvertes qui font ici l’objet d’une analyse détaillée concernent surtout deux sites principaux : Bollène (Vaucluse) et Saint‑Victor‑des‑Oules (Gard). Les recherches comparatives réalisées sur les sites de Bollène ‑ Jonqueirolle, Saint‑Gilles‑du‑Gard et Saint‑Quentin‑la‑Poterie ne sont évoquées que partiellement, étant publiées par ailleurs.

2Cette étude a été possible grâce à la volonté, au soutien, à l’aide et aux conseils répétés de très nombreuses personnes sans lesquelles elle n’aurait pu aboutir ni même être entreprise. Qu’il me soit permis de mentionner leur concours :

3Laboratoires du C.N.R.S. ou des Universités : Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne d’Aix‑en‑Provence (U.R.A. 6 du CR.A., C.N.R.S.) : Melle G. Démians d’Archimbaud qui a dirigé mes recherches et les membres du laboratoire auquel je suis attaché, en particulier Mme L. Vallauri pour les graphes relatifs à la typologie céramique ; Laboratoire de Céramologie de Lyon (U.R.A. 3 du C.R.A., C.N.R.S.) : M. Picon ; Centre de Recherches Archéologiques Médiévales de Caen (U.R.A. 2 du C.R.A., C.N.R.S.) : M. le doyen de Boüard, M. J. Decaens ; Laboratoire de Géomagnétisme de Saint‑Maur‑des‑Fossés : M. le professeur Thellier, MMmes O, Thellier et I. Bucur ; Centre d’Études Nucléaires de Grenoble (LETI‑GAMCIS) : M. et Mme Lemercier et leurs collaborateurs ; Centre Technique du Bois de Paris: MM. Y. Trenard et A. Villière ; M. R. Scheib de l’institut de Physique du Globe de Paris ; M. A. Hesse du Centre de Recherches Géophysiques de Garchy (C.N.R.S.) ; Laboratoire de Radiocarbone de Lyon: M. J. Evin ; Centre des Faibles Radioactivités de Gif/Yvette (C.E.A./C.N.R.S.) : G. et H. Valladas.

4Le Conseil Supérieur de la Recherche Archéologique, la Sous‑Direction des Fouilles et les Directions des Antiquités Historiques de Languedoc‑Roussillon et de Provence‑Alpes‑Côte d’Azur (MM. G. Barruol, A. Nickels, F. Salviat puis M. Gauthier et leurs collaborateurs dont Ch. Hussy et J. Prodhomme qui ont réalisé tous les travaux de réduction de l’illustration et la composition des planches).

5Le Conseil Général de Vaucluse : M. le président J. Garcin ; les Municipalités d’Avignon (prêt d’un local de travail), de Bollène (Dr. Aubaud puis M. Sabatier), de Saint‑Gilles‑du‑Gard. de Saint‑Quentin‑la‑Poterie (MM. F. Jean et R. Campredon puis Mme N. Bouyala), de Saint‑Victor‑des‑Oules, d’Uzès (MM. Rancel et Vincent) et le personnel de ces mairies. L’Office de Tourisme de Bollène (M. J. Pradal).

6Les musées d’Avignon (MM. S. Gagnière, L. Germand, J. Granier et G. de Loye, MMmes E. Mognetti et M. Faure), de Nîmes (M. et Mme Lassalle) et d’Uzès (M. G. Borias et l’Association des Amis du Musée), la Société des Amis du Palais des Papes. La Bibliothèque Calvet d’Avignon et son personnel.

7Les propriétaires des terrains où les recherches ont été effectuées : MM. B. et G. Peyron, Établissements de Gaillard, MM. A. Pujolas, Roure, P. Thibaud, F. Convertini, MMmes Courbet et Raffin, la S.E.P.R. (M. Goyet). De très nombreux habitants des villages concernés.

8Les très nombreux fouilleurs bénévoles et plusieurs stagiaires de l’A.F.A.N. qui se sont relayés chaque année dans des conditions parfois difficiles, véritables artisans des découvertes de terrain.

9Aide ponctuelle mais non négligeable dans les différentes étapes de la recherche : MM. les professeurs L. Golvin et A. Raymond et l’équipe des missions de Meskene (Syrie du Nord) et de Fustat (Le Caire, Égypte). MM. F. d’Angelo, G. Bérard, G. Rancoule et le professeur M. Riu pour les informations concernant leurs découvertes. MM. J. Brante, M. Colardelle, J.‑L. Paillet ; F. Philibert (et plusieurs personnes pour le traitement du matériel), Prat et Lamy, Melle R. Jéolas et l’Association d’Histoire et d’Archéologie de Saint‑Gilles, J. Soyer, l’Aéroclub d’Uzès (M. Pupil et plusieurs membres).

10Enfin et surtout Mme M. Thiriot pour son aide et son soutien tout au long de cette recherche sans oublier l’organisation des stages de fouille chaque été.

Genèse de cette recherche et orientation technique

  • 1 (Dumas 1876 : 435‑436), C’est ce « monticule couvert de débris de vases » que H. Griolet de Saint‑V (...)
  • 2 Cabosse (Var) : découverte inédite de M. G. Bérard en 1965 (Démians d’Archimbaud 1981 : 572) ; Limo (...)
  • 3 Il s’agit de Jonqueirolle à Bollène, Mornas pour le Vaucluse dont la découverte revient à M. V. Gab (...)
  • 4 (Vallauri 1980, Thiriot b et Gagnière). Les zones bâties n’ont pas été prospectées. À part une déco (...)
  • 5 Goult, Saint‑Blaise‑de‑Bauzon à Bollène et Piolenc pour le Vaucluse ; Saint‑Victor‑des‑Oules pour l (...)

11En 1972, les prospections étendues à une partie du terroir proche de l’actuel Saint‑Victor‑des‑Oules (près d’Uzès et de Saint‑Quentin‑la‑Poterie dans le Gard) ont initialement permis la découverte d’un vaste site, signalé par E. Dumas1, étendu sur environ 10 ha (fig. 16 a et b). Quel meilleur prétexte pour entreprendre des recherches de terrain sur les ateliers producteurs de poteries grises médiévales avec tous les moyens techniques disponibles au moment où la céramologie médiévale en Provence cherchait, entre autres, à définir les classifications et la typologie de base à partir d’un matériel fort abondant sur des sites utilisateurs privilégiés tel qu’Avignon. Le manque d’étude systématique des lieux de production, mis à part quelques découvertes fortuites anciennes2 ou plus récentes3 très largement dispersées dans le temps et l’espace, justifiait aussi cet effort que les prospections de S. Gagnière et L. Germand dans la proche région avignonnaise n’avaient fait qu’effleurer. Ces derniers, recherchant, vainement comme nous‑même4, les ateliers ayant produit au cours du xive s. des céramiques à décor vert et brun (Thiriot 1972 et Démians d’Archimbaud 1980c) et les célèbres carreaux de pavement du Palais des Papes d’Avignon (Schäfer 1911 et Gagnière 1974), ont localisé plusieurs sites plus anciens5. Suivant leurs traces, les sites producteurs de Saint‑Victor‑des‑Oules (activité reconnue pour l’instant aux xiie et xiiie s.) et de Bollène (essentiellement xiiie s,), sur des gisements exceptionnellement riches d’une argile de bonne qualité propice à la confection d’ustensiles réfractaires, constituent l’objet essentiel des investigations.

  • 6 (Dossiers Chobaut 5907, fol. 295 et 299). Pour 1492, Chobaut note : « Les oliers de Bedoin décident (...)
  • 7 Les poteries — emballage de denrées plus précieuses ou objet domestique — ont dû être transportées (...)

12Même si, à cette époque, les ateliers étaient ruraux à cause de la proximité des matières premières, leur rayonnement, pour certains, fut important à l’échelle régionale, et même au‑delà, grâce sans doute à une organisation commerciale que l’on commence à entrevoir dans les textes (Amouric). Les produits étaient diffusés surtout vers les grandes villes proches (Nîmes, Montpellier, Avignon), mais aussi largement en Languedoc et Provence occidentale. L’essor urbain dès le xiiie s. a dû avoir une répercussion importante sur les potiers des grands centres producteurs. Les métiers s’organisaient dans les villes. Les potiers dans leur campagne ont‑ils pris part à ce mouvement qu’ H. Chobaut a noté bien plus tard à Bédoin en 14936? La situation privilégiée d’Avignon au début du xive s. favorisait les échanges aussi bien par la voie rhodanienne que par les grandes voies terrestres ou les voies intérieures plus modestes mais malgré tout très fréquentées. Les besoins en céramique des grands centres urbains devaient y avoir développé un très large courant commercial qui n’a fait que s’accentuer avec la prospérité des marchés7. Dans cette économie, les grands centres producteurs situés sur les meilleurs gisements d’argile jouissaient d’une renommée à l’image de leurs productions.

  • 8 Cette expérience de prospection magnétique réalisée en 1972 pour la première fois dans la région a (...)
  • 9 Missions à Meskene (Syrie du Nord) en 1973 et 1974 dirigées par M. Golvin et A. Raymond, professeur (...)
  • 10 Peu de recherches à ce jour ont permis la découverte de bâtiments artisanaux où la marque de l’acti (...)

13Cette recherche sur les ateliers, intéressante intrinsèquement pour préciser l’étude jusqu’ici sporadique des fours, devait permettre la mise au point d’une méthodologie et l’acquisition d’une connaissance exceptionnelle des structures de production de l’une des plus grandes officines médiévales du Sud‑Est (depuis l’extraction de l’argile de carrière jusqu’à la cuisson, des techniques et de l’organisation du travail, la définition et la commercialisation des poteries). La réalisation d’un tel objectif, nouveau à l’époque pour la région, supposait l’emploi de prospections géophysiques8. Après interprétation des cartes magnétiques, une méthode de fouille adaptée aux structures à découvrir était à mettre au point afin d’obtenir, à priori, un maximum de renseignements concernant la conception, la construction, l’utilisation et la réparation des structures de cuisson. Un effort particulier a été apporté à l’enregistrement des découvertes. Le manque d’étude similaire rendait l’interprétation des structures et surtout des stratigraphies assez difficile (Thiriot 1980a). Parallèlement, il était indispensable de rechercher toutes les installations constituant l’atelier pour en saisir toute l’organisation. L’expérience acquise au Proche‑Orient a été très bénéfique et, elle seule, a rendu possible la découverte de « l’atelier du xiie s. » à Saint‑Victor‑des‑Oules9. Ce volet de l’étude était d’autant plus important qu’assez peu de travaux ont été réalisés dans ce sens pour la période médiévale10,

  • 11 L’enquête réalisée en 1983 dans le cadre du G.I.S. d’Aix‑en‑Provence doit être complétée prochainem (...)

14L’activité des potiers à Saint‑Quentin‑la‑Poterie a également été abordée sur la longue durée (enquête et fouilles) pour permettre d’utiles comparaisons (Thiriot 1985b et La terre 1985). La démarche ethno‑archéologique appliquée au Proche‑Orient sur les ateliers traditionnels du Caire (Golvin 1982) ou plus récemment sur les ateliers à poteries noires d’Espagne du Nord11 a largement contribué à une meilleure interprétation des vestiges de l’activité potière médiévale en Uzège et Bas‑Rhône.

  • 12 La connaissance assez bonne de cette poterie grise dans les lieux d’utilisation semble difficilemen (...)

15La datation des vestiges qui ne semblait pas au départ très problématique s’est vite révélée très difficile et les méthodes scientifiques ont dû être employées pour pallier le manque de datation archéologique classique12.

  • 13 (Démians d’Archimbaud 1980 b) « Sites consommateurs, acheteurs de produits diversifiés en fonction (...)
  • 14 Des essais de reconstitution ont été tentés et ont donné des résultats positifs. Toutefois, la lent (...)

16L’étude assez avancée des céramiques dans les centres utilisateurs, depuis de nombreuses années, aussi bien en Languedoc qu’en Provence rendait utile la connaissance des poteries sur les lieux même de leur fabrication. Cette dernière pouvait apporter des éléments nouveaux pour une typologie peut‑être plus localisée dans le temps mais couvrant mieux tous les types de produits13. La fouille s’est vite heurtée à la masse considérable de tessons recueillis (plus de 10 tonnes !). Le traitement classique de ce matériel ne pouvant être réalisé, un choix a dû être effectué afin de présenter les aspects essentiels des productions. La comparaison des résultats obtenus pour deux fours de Saint‑Victor‑des‑Oules, choisis arbitrairement pour cet essai, permet d’entrevoir une certaine évolution dans les productions locales14.

  • 15 Le présent texte est issu de la thèse de 3e cycle (largement remaniée, censurée et parfois augmenté (...)
  • 16 Recherches en cours d’H. Amouric et J.‑L. Vayssettes (Amouric 1985 ; La Terre 1985).

17Ces options « scientifiques » ou plus exactement techniques et technologiques ont monopolisé la plus grande partie de cette recherche en permettant d’obtenir des résultats précis15. Cette orientation s’est faite au détriment des recherches plus historiques et archivistiques indispensables16. Ces travaux en cours dans les fonds languedociens et provençaux portent sur la longue durée et apporteront un éclairage nouveau très prometteur dans leur complémentarité avec les nouvelles investigations de terrain.

18Cet ouvrage, d’abord conçu comme un document, une masse d’informations, fait état de recherches arrêtées, temporairement, en 1979.

Notes

1 (Dumas 1876 : 435‑436), C’est ce « monticule couvert de débris de vases » que H. Griolet de Saint‑Victor‑des‑Oules, qui l’avait déjà indiqué à S. Gagnière, me fit découvrir en juillet 1972.

2 Cabosse (Var) : découverte inédite de M. G. Bérard en 1965 (Démians d’Archimbaud 1981 : 572) ; Limoux (Aude) (Soulères 1973) ; Mimet (Bouches‑du‑Rhône) (Démians d’Archimbaud 1981 : 571 et Cabrens 1942 : 7‑8).

3 Il s’agit de Jonqueirolle à Bollène, Mornas pour le Vaucluse dont la découverte revient à M. V. Gabriel et de Saint‑Gilles‑du‑Gard découvert par Melle R. Jéolas (Thiriot 1975 b).

4 (Vallauri 1980, Thiriot b et Gagnière). Les zones bâties n’ont pas été prospectées. À part une découverte récente, les habitants du village actuel n’ont jamais vu ce type de poterie lors de travaux nécessitant l’excavation du sol.

5 Goult, Saint‑Blaise‑de‑Bauzon à Bollène et Piolenc pour le Vaucluse ; Saint‑Victor‑des‑Oules pour le Gard.

6 (Dossiers Chobaut 5907, fol. 295 et 299). Pour 1492, Chobaut note : « Les oliers de Bedoin décident de reprendre l’antique Confrérie des Olerii sous le titre de Corpus Christi et nomment deux bajuli et procuratores ».

7 Les poteries — emballage de denrées plus précieuses ou objet domestique — ont dû être transportées par charges ou charois entiers vers les villes pour l’usage des habitants. L’existence dans les fouilles récentes d’Avignon de poteries grises dont la plus grande partie provient des ateliers de l’Uzège montre bien qu’un tel commerce existait.

8 Cette expérience de prospection magnétique réalisée en 1972 pour la première fois dans la région a été rendue possible grâce à MM. les Professeurs M. de Boüard et E. Thellier, puis par Mme Lemercier du C.E.A. de Grenoble.

9 Missions à Meskene (Syrie du Nord) en 1973 et 1974 dirigées par M. Golvin et A. Raymond, professeurs à l’Université de Provence et, missions au Caire (Égypte) en 1976 et 1977 dirigées par M. Golvin. L’expérience acquise m’a guidé pour la découverte de l’atelier de Saint‑Victor‑des‑Oules dont la position était à rechercher à proximité immédiate des fours.

10 Peu de recherches à ce jour ont permis la découverte de bâtiments artisanaux où la marque de l’activité des potiers a été manifestement démontrée. La contribution de S. Moorhouse au récent congrès d’archéologie médiévale de Paris en octobre 1985 (à paraître) renouvelle largement cette connaissance réduite.

11 L’enquête réalisée en 1983 dans le cadre du G.I.S. d’Aix‑en‑Provence doit être complétée prochainement avant publication.

12 La connaissance assez bonne de cette poterie grise dans les lieux d’utilisation semble difficilement applicable aux productions des ateliers où la plupart des formes coexistent avec toutefois des différences de proportions dans les fours de datation différente.

13 (Démians d’Archimbaud 1980 b) « Sites consommateurs, acheteurs de produits diversifiés en fonction de besoins successifs ou simultanés » ; « Centres producteurs, à la source d’une documentation précise et abondante mais parfois aussi plus ponctuelle dans sa morphologie et sa durée ».

14 Des essais de reconstitution ont été tentés et ont donné des résultats positifs. Toutefois, la lenteur extrême de tels travaux sur un matériel aussi nombreux nous a fait renoncer à l’étude des formes complètes provenant des fours. Les typologies provisoires présentées ici sont à comparer à celles de Bollène (Thiriot d).

15 Le présent texte est issu de la thèse de 3e cycle (largement remaniée, censurée et parfois augmentée) soutenue à Aix‑en‑Provence en janvier 1980 devant M. le professeur M. de Boüard (Président), Melle G. Démians d’Archimbaud (Rapporteur), MM. G. Barruol et M. Picon.

16 Recherches en cours d’H. Amouric et J.‑L. Vayssettes (Amouric 1985 ; La Terre 1985).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search