Version classiqueVersion mobile

La terre sigillée gallo-romaine

 | 
Colette Bémont
, 
Jean-Paul Jacob

Les ateliers du centre de la France

Groupe des ateliers rhodaniens

Hugues Vertet, Armand Desbat et Hugues Savay‑Guerraz

Texte intégral

1Des ateliers de potiers avaient déjà été signalés dans la ville de Lyon. Des trouvailles fortuites en 1966‑1967 ont attiré de nouveau l’attention sur les productions céramiques de la cité. Par ailleurs des fouilles toutes récentes (1984) dans la vallée du Rhône ont fait découvrir de nouvelles fabriques, telle celle de Saint‑Romain‑en‑Gal. La liste de ces dernières n’est pas close : les analyses du laboratoire de céramologie de Lyon révèlent en effet l’existence de produits allogènes, donc d’ateliers inconnus. Nous sommes encore loin de mesurer l’importance réelle de l’axe rhodanien non seulement dans la diffusion, mais également dans la fabrication des vaisselles céramiques gallo‑romaines, et de démêler la complexité historique des activités dont il paraît avoir été le lieu géographique.

2Deux des centres connus au moins sont concernés par notre enquête : Lyon et Saint‑Romain‑en‑Gal. Les ateliers actuellement découverts — Loyasse et La Muette à Lyon, La Plaine à Saint‑Romain — semblent couvrir tout le règne d’Auguste, les produits de Loyasse et de La Plaine paraissant légèrement antérieurs à ceux du troisième site. Toutefois, des sondages ont montré que les fouilles à Lyon n’avaient touché qu’une faible partie des installations antiques du bord de la Saône, des analyses, que l’atelier local du potier Ateius restait à découvrir.

3En revanche, nous ne possédons pour cette région comme témoin possible d’une production gallo‑romaine de sigillée classique que de menus fragments de moule Drag. 37, trouvés à Andancette (Drôme) et dont le contexte reste à déterminer. Cependant des découvertes et analyses récentes donnent maintenant la preuve de la production dans cette région aux iiie et ive s. de vaisselles de substitution — à engobe non grésé et cuisson mixte —, telles qu’on en fit à Millau ou à Montans après la période de fabrication des sigillées: l’atelier de Portou, sur le lac de Chambéry, semble avoir eu une grande importance régionale (vaisselle identifiée à Nice); par ailleurs, les célèbres vases à médaillons d’applique proviennent d’un ou plusieurs ateliers régionaux encore inconnus et, d’après les analyses, situés hors de Lyon ; mais les découvertes faites à Vienne sont des surmoulages tardifs.

Centre de production de Lyon

4À Lyon (Rhône), deux ateliers de sigillée ont été découverts durant les dernières décennies et ont fait l’objet de fouilles partielles : celui de La Muette — sur le quai de Sérin au bord de la Saône — entre 1966 et 1975 ; celui de La Sarra‑Loyasse — dans la partie est de la colline de Fourvière — en 1967 et 1968.

■ Bibliographie

5LASFARGUES (J.). — Les Ateliers de potiers lyonnais, étude topographique. R.A.E., XXIV, 1973, pp. 525‑537.

6LASFARGUES (J.), PICON (M.), AUDIN (A.). — Ateliers artisanaux de la Sarra. R.A.E., XXI, 1970, pp. 219‑220.

7LASFARGUES (J. et A.), VERTET (H.). — L’Atelier de potiers augustéen à Lyon : la fouille de sauvetage de 1966. In: Notes d’épigraphie et d’archéologie lyonnaises. Lyon, 1976, pp. 61‑80. PICON (M.). — À propos de la vérification du catalogue des marques de l’atelier de La Muette : réflexion sur la valeur des preuves. Figlina, 1, 1976, pp. 89‑96.

8PICON (M.), GARMIER (J.). — Un Atelier d’Ateius à Lyon. R.A.E., XXV, 1974, pp. 71‑76.

9PICON (M.), LASFARGUES (J.). — Transfert de moules entre les ateliers d’Arezzo et ceux de Lyon. R.A.E., XXV, 1974, pp. 60‑69.

10PICON (M.), VICHY (M.). — Recherches sur les compositions des céramiques de Lyon. R.A.E., XXV, 1974, pp. 37‑59.

11PICON (M.), VICHY (M.), MEILLE (E.). — Composition of Lezoux, Lyon and Arezzo Samian Ware. Archaeometry, 13, 1971, pp. 191‑208.

12PICON (M.), WIDEMANN (F.), ASARO (F.), MICHEL (H.V.), PERLMAN (I.). — A Lyons Branch of the Pottery‑Making Firm of Ateius. Archaeometry, 17, 1975, pp. 45‑59.

13SCHNURBEIN (S.V.). — Die unverzierte Terra Sigillata aus Haltern, Bodenaltertümer Westfalens, 19, Aschendorff, 1982, 2 vol. (mit einem Beitrage von LASFARGUES (J.) et PICON (M.).

14VERTET (H.). — Remarques sur les rapports entre les ateliers céramiques de Lezoux, de la vallée de l’Allier, de La Graufesenque et ceux de Lyon. In : 96e Congrès des sociétés savantes. Toulouse, 1971, t. I, pp. 191‑210.

■ Responsable actuel du site

15Directeur des fouilles : J. Lasfargues.

16Le Directeur des Antiquités historiques de la région Rhône‑Alpes.

Saint‑Romain‑en‑Gal

17L’existence d’un atelier de céramique sigillée sur le site de Saint‑Romain, département du Rhône, canton d’Ampuis, au lieu‑dit La Plaine (altitude 153 m), supposée dès les années 1970 s’est confirmée en 1984 grâce à un sondage qui a livré un dépotoir de ratés de cuisson.

■ Contexte historico‑géographique

18Quartier de la colonie de Vienne en Narbonnaise, le site qui occupe la rive droite du Rhône est propriété du Conseil général ; il est classé Monument historique depuis 1983 et fait l’objet d’une fouille programmée depuis 1981.

19La ville de Vienne occupe un site de pont, au carrefour de l’axe routier et fluvial constitué par la vallée du Rhône et la voie est‑ouest venant d’Italie par le col du Petit‑Saint‑Bernard.

20La période de fonctionnement de l’atelier se situe entre les années 20 av. J.‑C. et les années 20 ap. J.‑C. ; cette datation est obtenue par la position stratigraphique du dépotoir mais surtout par référence aux contextes des habitats voisins ; elle est fondée sur la chronologie des monnaies, des céramiques sigillées (italiques, de Lyon et du sud de la Gaule) et des amphores.

21Comme à Lyon, il est probable que les potiers utilisèrent les argiles fluviatiles calcaires de la vallée du Rhône.

■ Activité céramique

22Sur une superficie de plusieurs hectares, diverses productions céramiques sont attestées à Saint‑Romain‑en‑Gal ; les plus anciennes comprennent des « imitations » de céramique sigillée, des gobelets d’Aco et d’autres types de parois fines, des céramiques de tradition celtique (céramique commune et céramique peinte). Cette activité se maintient dans le courant du ier s. ap. J.‑C. avec la fabrication de céramiques communes à pâte claire (cf. bibliographie : Canal, Tourrenc).

23L’atelier qui produit des formes de sigillée anciennes constitue peut‑être un jalon entre l’Italie et Lyon, comme le suggère l’antériorité probable des gobelets d’Aco de Saint‑Romain par rapport à ceux de La Muette. La présence, comme à l’atelier de Loyasse, de gobelets à glaçure plombifère absents à La Muette est un argument dans ce sens. Il faut noter également l’utilisation des mêmes moules à Saint‑Romain et à La Muette, ce qui traduit en tout cas des contacts entre ces deux ateliers.

24Les analyses en cours au laboratoire de céramologie de l’URA 3 du CRA (Directeur M. Picon) confirment l’existence d’une production locale de gobelets d’Aco.

■ Définition archéologique des matériels sigillé et moulé (Fig. 1)

25Les pâtes présentent des teintes claires caractéristiques des pâtes calcaires ; les vernis argileux sont non grésés (cuits en mode A) et varient du rouge orangé au brun‑noir. Seules les formes lisses sont actuellement attestées : il s’agit de formes précoces en particulier de bols et assiettes à parois obliques Goudineau 1 et 2, ainsi que de bols et d’assiettes appartenant aux services I et II de Haltern.

• 1. Saint‑Romain‑en‑Gal. En haut : répertoire des formes ; en bas : tableau des estampilles (éch. 1:1).

26La grande majorité de la production n’est pas signée ; les estampilles épigraphiques sont peu nombreuses et plusieurs marques sont impossibles à déchiffrer. On relève les noms suivants : AM (andus ?)/FEC(it); ARGE(ntilus) F(ecif) ; IVLIV(s) ; SEX(tus) VAL(erius)/NIGER ; CELA ? ; AMANVS/POMPONI ou AMAN(d)VS ?. Seule la marque de Sex. Valerius Niger s’inscrit dans un cartouche carré, toutes les autres marques présentent un cartouche rectangulaire. Aucun fragment de sigillée décorée n’est connu à l’heure actuelle en dépit de la découverte d’un fragment de moule. En revanche, la production de gobelets d’Aco révélée par la découverte d’une fosse contenant plus de 130 vases comprend des formes hautes classiques et quelques formes basses. Les décors très variés recouvrent presque l’ensemble des décors de La Muette.

27On relève les noms de cinq potiers producteurs dont un est inédit : Aco, seul ou associé à Hilarus; Hilares seul ou associé à Aco; Chrysippus; Fidelis associé à Chrysippus ; Venust(us) associé à Chrysippus.

■ La fabrication

28Peu d’outils ont été découverts ; on signalera seulement des cales d’enfournement rectangulaires associées aux imitations de sigillée, ainsi que deux fragments de moules : un moule de type sigillé, un moule de gobelet d’Aco signé HILARVS ACO.

■ Bibliographie

29CANAL (A.), TOURRENC (S.). — Les Ateliers de potiers trouvés à Saint‑Romain‑en‑Gal. Figlina, 4, 1979, pp. 85‑94.

30DESBAT (A.). — L’Atelier de gobelets d’Aco de Saint‑Romain‑en‑Gal (Rhône). Actes du colloque de la SFECAG de Reims, 1985.

31DESBAT (A.), BAUDRAND (M.‑N.), GRATALOUP (C.). ‑ Un Atelier de gobelets d’Aco à Saint‑Romain‑en‑Gal (Rhône), en préparation.

32DESBAT (A.), SAVAY‑GUERRAZ (H.). — Note préliminaire sur les productions céramiques du site de Saint‑Romain‑en‑Gal. Figlina (à paraître).

■ Collection principale et lieu de conservation

33Dépôt de fouille de Saint‑Romain‑en‑Gal

■ Responsables actuels du site

34Directeur de la fouille : A. Desbat.

35Le Directeur des Antiquités historiques de la région Rhône‑Alpes.

Table des illustrations

Légende • 1. Saint‑Romain‑en‑Gal. En haut : répertoire des formes ; en bas : tableau des estampilles (éch. 1:1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/32423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search