Version classiqueVersion mobile

La terre sigillée gallo-romaine

 | 
Colette Bémont
, 
Jean-Paul Jacob

Les ateliers du sud de la France

Le déclin

Thierry Martin

Texte intégral

1On sait comment, à l’extrême fin de la République et au tout début de l’Empire, les centres potiers de Bram et de Narbonne puis ceux de Montans et de La Graufesenque, à l’instar des ateliers lyonnais, de ceux de Saint‑Romain‑en‑Gal et de certaines officines du Centre, ont participé à l’essaimage technologique en Gaule des ateliers italiques. On sait aussi que certaines de ces expériences méridionales ont rapidement avorté (Bram, Narbonne), alors que d’autres allaient connaître un essor fulgurant. Ce serait en particulier le cas des officines rutènes de Montans et surtout celles de La Graufesenque qui, pendant plus d’un demi‑siècle, devaient réussir l’exploit de monopoliser la quasi‑totalité de la production de la sigillée et de sa diffusion à travers toutes les provinces de l’Empire romain. On sait, enfin, qu’à leur apogée ces deux grands centres céramiques ont à leur tour essaimé en donnant naissance à des filiales aux fortunes diverses. Certaines, au caractère éphémère, se contenteront essentiellement de servir d’unités de production d’appoint (Crambade, Valéry, Le Rozier, Aspiran ?). D’autres, au contraire, profitant du relatif éloignement et, probablement aussi, d’un certain laxisme de leur maison mère, auront à cœur de jouer un premier rôle et connaîtront assez rapidement auprès de leur clientèle bien plus qu’un simple succès d’estime (Banassac, Galane, Carrade ?).

2Quoi qu’il en soit, ni la planification de leur système de production, ni l’ingéniosité parfois hardie de certains procédés de fabrication développés ici ou là (cf. par exemple l’utilisation à La Graufesenque de fours permettant la cuisson de plus de 30 000 vases), ni leur renommée, ne parviendront à empêcher que s’amorce dès le règne de Domitien et s’amplifie par la suite le déclin des ateliers sud‑gaulois.

3Paradoxalement, c’est l’ampleur de leur réussite industrielle et commerciale qui sera à l’origine de leur récession. L’accroissement de la demande en sigillée à partir de l’époque flavienne aura en effet deux conséquences qui, en l’espace d’un quart de siècle, porteront irrémédiablement préjudice aux grandes officines méridionales et en tout premier lieu à celles de La Graufesenque. La première sera d’obliger leurs potiers à produire toujours davantage. Cette surproduction se soldera en quelques années par une diminution de la qualité et par la mise sur le marché de pièces moins bien finies et au décor moins travaillé que par le passé. D’où une certaine désaffection d’une partie de leur clientèle à l’égard de leurs productions. La seconde, plus néfaste encore, sera de favoriser l’éclosion puis le développement d’ateliers concurrents, tant sur le sol de la Gaule (Centre, Est), que dans d’autres parties du monde romain occidental (Germanie, péninsule Ibérique, Afrique du Nord). Sinon mieux implantées géographiquement que les centres potiers sud‑gaulois, du moins plus proches des grands marchés consommateurs du moment, ces nouvelles officines auront tôt fait d’imposer leurs productions — au demeurant, le plus souvent, de très belle qualité et bien adaptées aux goûts de l’époque — en s’attachant une bonne partie de la clientèle traditionnelle des ateliers rutènes et gabales. Du fait de l’étendue de leur empire commercial, les potiers de La Graufesenque seront les premiers à pâtir de cette concurrence. Ils verront assez rapidement leur échapper nombre de marchés lointains qui auparavant leur étaient acquis (Provinces du Nord de la Gaule, Bretagne, Belgique, Germanie, pourtour du Bassin méditerranéen occidental).

4Il y a encore une quinzaine d’années, reprenant les conclusions de Déchelette, d’Oswald et d’Hermet, on considérait que cela avait précipité la fermeture des ateliers de Gaule méridionale et notamment celle des grands centres potiers rutènes. Ainsi on avait pris l’habitude de fixer la fin de Montans autour des années 90/100 tandis que l’on plaçait l’extinction des derniers fours de La Graufesenque au terme du règne de Trajan. L’atelier de Banassac bénéficiait pour sa part d’un léger sursis ; on faisait en effet se prolonger son activité jusqu’au règne d’Antonin le Pieux. Cette vision d’un arrêt assez brutal, dès les premières années du iie s., de la production des potiers rutènes, suivi, quelque temps après, de la disparition des artisans gabales, doit être définitivement abandonnée. S’il est vrai qu’à partir de cette date les potiers du sud de la Gaule ont été en règle générale confrontés à des carnets de commande bien moins remplis que par le passé, ce n’est pas pour autant qu’ils choisirent de mettre fin aussi rapidement à leur activité. Tout au contraire. On a maintenant la certitude que, face à la mévente alors endémique de leurs vases, face au succès évident d’ateliers concurrents, face à une crise économique dont ils n’avaient pas su interpréter les prémices mais qui, désormais, les touchait de plein fouet, ceux‑ci ont essayé par tous les moyens de retarder la fermeture de leurs officines. Cette dernière interviendra en fait quelque deux siècles plus tard, au terme d’une longue et très lente agonie entrecoupée de courtes phases de rémission qui resteront sans lendemain. En effet, malgré tous leurs efforts, les grands centres potiers de Gaule méridionale ne parviendront jamais à retrouver, même pour un temps, le lustre qu’ils avaient connu au ier s. Grâce aux recherches entreprises sur ces officines, lors de la dernière décennie, on sait, sinon dans le détail du moins dans les grandes lignes, quelle a été leur évolution au cours de cette période assez noire de leur histoire qui les a vues très lentement s’étioler pour finalement disparaître aux portes du ive s.

5Dès le début du iie s., on assiste d’abord à La Graufesenque puis un peu plus tard, semble‑t‑il, à Montans et à Banassac, à une réorganisation progressive du système de production de la sigillée. D’industriel, celui‑ci va passer insensiblement à un stade à nouveau artisanal. Les grands fours de Millau qui naguère encore autorisaient la cuisson de plusieurs dizaines de milliers de pièces ne seront plus rallumés. On les abandonne pour d’autres aux dimensions bien plus modestes. Révolue aussi l’époque où l’on voyait s’associer temporairement le personnel de plusieurs fabriques pour honorer une commande importante. L’individualisme, oublié pour un temps au profit du travail en commun et de l’essor collectif, a tôt fait de reprendre ses droits. L’activité du potier connaît également de profondes mutations durant cette première moitié du siècle. Délaissant peu à peu le statut d’ouvrier spécialisé qui était encore le sien quelques années auparavant, celui‑ci renoue avec la tradition. Il prépare la terre, décore les moules, tourne les vases, construit et répare le four, surveille la cuisson des fournées. Il est probable qu’il négocie aussi lui‑même la vente de sa production auprès de marchands qui se font désormais de plus en plus rares aux portes des fabriques.

6Loin de favoriser le renouveau des ateliers de Gaule méridionale, ce retour à une conception traditionnelle, pour ne pas dire archaïque, de l’art céramique, va leur faire encore plus de tort. La disparition de cette communauté d’esprit et de moyens, l’un des atouts majeurs de leur réussite passée, et l’absence alors de décorateurs de génie contribueront à accélérer la dégradation de leur production. Une vingtaine d’années à peine, de la mort de Trajan à la prise des rênes du pouvoir par Antonin, suffiront en effet pour que l’on assiste à une chute vertigineuse — l’expression n’est pas trop forte — de la qualité des sigillées sud‑gauloises.

7Même si les vases montanais ou millavois de l’époque de Trajan supportent difficilement la comparaison avec ceux produits soixante ans plus tôt dans ces deux ateliers rutènes, ils n’en conservent pas moins quelques attraits esthétiques. Malgré une allure souvent empruntée, voire figée, leur décoration témoigne encore de cette fantaisie imaginative qui a tant contribué au renom de la vaisselle sud‑gauloise ornée du ier s. Avec la sigillée sud‑gauloise du milieu du iie s., on entre de plain‑pied dans la médiocrité et le mauvais goût. Les formes se sont alors considérablement alourdies. Il n’est pas rare de voir à cette époque des coupes hémisphériques Drag. 37 présentant des parois de plus de deux centimètres d’épaisseur. Par ailleurs la plupart de ces pièces reproduisent des décors hâtivement moulés, aux motifs empâtés et souvent difficilement identifiables. Ces derniers se limitent d’ordinaire à de simples silhouettes grossièrement détourées qui se répartissent de façon assez désordonnée sur le flanc des vases. Parfois transparaît un timide souci d’organisation du décor. Mais l’on est rapidement à court d’imagination ; alors on se souvient. À Montans, par exemple, certains décorateurs de cette période (Senilis, Secundus II) s’attachent à reproduire des compositions apparues cinquante ans plus tôt dans le sud de la Gaule. Pour se mettre au goût du jour, il arrive aussi que l’on s’inspire de ce qui se fait ailleurs. C’est en particulier le cas des potiers de Banassac qui n’hésitent pas, un temps, à imiter les productions arvernes.

8Parallèlement, on fait des coupes claires dans le répertoire des formes lisses. Nombre de profils hérités du ier s. sont alors définitivement abandonnés (Drag. 18/31, Drag. 27, Drag. 35/36). L’heure n’étant plus à la fantaisie ni à la variété, on limite volontairement la production de la sigillée unie à quelques pièces très fonctionnelles (services Curle 15 et Drag. 46, bols carénés Drag. 44, coupes à marli extérieur retombant Drag. 38, etc.). De temps à autre pourtant, on assiste à des initiatives individuelles pour promouvoir la fabrication de modèles plus originaux. Ici un potier copie des formes en verre, là un autre s’inspire de récipients métalliques. La plupart de ces tentatives échouent et restent généralement au stade de l’expérimentation. Seule une infime minorité parvient à franchir celui de la commercialisation. D’autant plus qu’à l’époque d’Antonin la sigillée de Gaule méridionale s’adresse essentiellement à une clientèle régionale ou parfois même simplement locale. Il y a cependant des exceptions. C’est notamment le cas de quelques potiers montanais qui, malgré une production de très mauvaise qualité, conservent encore à cette époque plusieurs de leurs marchés éloignés d’antan. Leurs vases continuent ainsi à assez bien se vendre dans une grande partie de l’Aquitaine, en particulier dans la région bordelaise et en pays santon. Il en est même qui vont jusqu’à être exportés en direction des îles Britanniques (cf. par exemple, la découverte de vases montanais dans les niveaux d’occupation des forts jalonnant le Mur d’Antonin). On observe un phénomène identique, bien que moins prononcé, à Banassac d’où partent encore quelques pièces vers la vallée du Rhône.

9Alors qu’à la fin du ier s. la sigillée représentait à elle seule plus de 90 % de la production des grandes officines méridionales, dès les premières années du siècle suivant, ce pourcentage tend régulièrement à décroître. Cela s’accompagne de la reprise puis de l’intensification de la fabrication, jusque‑là délaissée, de pièces en poterie commune (cruches, plats, écuelles, vases culinaires). D’autres produits céramiques connaissent également au cours de cette période un exceptionnel floruit (cf. la fabrication à Montans de vases à engobe blanc, de lampes, de figurines en terre cuite et d’amphores à fond plat). Tant et si bien qu’au milieu du iie s., la sigillée représente à peine 60 % de la céramique réalisée par l’atelier tarnais et que, pour la même époque, l’on obtient un chiffre encore plus bas à La Graufesenque, celui‑ci ne franchissant pas, semble‑t‑il, la barre des 50 %. Dès lors, la baisse de ces pourcentages connaît une accélération très rapide. Désormais, les potiers sud‑gaulois vont laisser s’éteindre les derniers fours à sigillée les uns après les autres pour ne plus les rallumer. À la mort d’Antonin, on ne fabrique déjà plus de sigillée à Millau. À Montans, cette décision sera prise un peu plus tard, probablement à la fin du règne de Marc‑Aurèle ou au tout début de celui de Commode. Quant aux potiers de Banassac, ils ne tarderont pas à suivre l’exemple de leurs collègues rutènes.

10Cet arrêt de la production de la sigillée classique, peu avant 160 à La Graufesenque et une vingtaine d’années plus tard à Montans et à Banassac, ne marque pas pour autant la fin de l’activité de ces officines.

11Le temps est désormais venu où il faut se reconvertir si l’on veut survivre. Les potiers de Millau sont les premiers à le comprendre. L’avènement de Marc‑Aurèle voit apparaître un nouveau produit à La Graufesenque. Il s’agit de céramiques à pâte tendre, de coloration beige clair, recouverte d’un vernis assez fragile parfois métallescent, dont la teinte varie du brun noir au rouge orangé. Ces productions, cuites à une température de l’ordre de 750 à 800 degrés dans des fours sans tubulures (mode A de M. Picon, réducteur/oxydant), s’apparentent beaucoup aux sigillées claires « B » de la vallée du Rhône qui sont leurs contemporaines. Ces analogies sont particulièrement visibles au niveau de la typologie des formes lisses, dont le répertoire regroupe une vingtaine de profils (des coupes hémisphériques ou tronconiques, de petits bols à bords droits ou légèrement incurvés, des assiettes à marli retombant dérivées de la forme gauloise Drag. 35/36, de petits couvercles à bouton de préhension, des urnes ovoïdes ou biconiques à une ou deux anses). Il existe également une production de vases moulés représentée principalement par des coupes Drag. 37 à lèvre souvent en amande et à bandeau supérieur lisse très développé. Ces pièces sont ornées de motifs très empâtés (arcatures, colonnettes, chiens courants, oiseaux, etc.). Il est possible là encore d’établir de nombreux rapprochements stylistiques avec les décors de certains vases en sigillée claire B issus des ateliers rhodaniens. Cette production, bien que de médiocre qualité, apte seulement à satisfaire les besoins d’une clientèle locale, de surcroît peu exigeante, se maintiendra tant bien que mal durant près d’un siècle au moins. Les plus récents exemplaires que l’on connaisse à La Graufesenque ont en effet été trouvés associés à des monnaies de Gordien III, frappées entre 241 et 243. Le milieu du iiie s. verra les potiers quitter définitivement la plaine de La Graufesenque. Ils iront s’installer dans les faubourgs de Millau. Là, ils s’efforceront d’exercer leur activité pendant quelques années encore comme l’attestent les découvertes faites au quartier du Roc en 1965 (petit four circulaire et vases moulés très grossiers datés du règne de Tétricus).

12Dans le courant de la seconde moitié du iie s., on observe à Montans un processus analogue. À la fabrication de la sigillée à vernis grésé se substitue la production en série de vases à pâte claire et couverte orangée qui rappellent par bien des côtés les céramiques de type claire B des ateliers rhodaniens (même cuisson réductrice/ oxydante). Assez rapidement — en fait, dès la fin du iie s. —, les potiers montanais abandonnent la technique du moulage pour ne plus fabriquer que des formes lisses au profil très sobre. Ils limitent leur répertoire à une dizaine de types (jattes à pied annulaire, bols avec ou sans colerette, mortiers, coupes Drag. 37 à panse guillochée). Cette production ne va plus toucher désormais qu’une clientèle locale, ce qui ne l’empêchera pas pour autant de connaître une longévité relativement exceptionnelle. Celle‑ci se poursuivra en effet bien au‑delà du milieu du iiie s. C’est ainsi que plusieurs exemplaires tardifs ont été trouvés à Rabastens, dans le Tarn, associés à de la sigillée claire C africaine de même qu’à des monnaies de Gallien et de Claude II. Parallèlement à la production de cette vaisselle de table à couverte orangée, les potiers montanais maintiendront la fabrication de pièces en poteries commune.

13On connaît très mal la période qui a suivi l’arrêt de la production de la sigillée classique à Banassac. Il est permis de supposer qu’à l’instar des artisans rutènes les potiers gabales ont cherché à poursuivre un temps leurs activités passées. Si tel fut le cas, on ignore tout du contenu de cette reconversion.

14Ainsi après avoir essayé, pendant un temps, de résister aux dures lois de la concurrence imposée non seulement par les autres ateliers gaulois mais aussi par les ateliers en pleine expansion d’Espagne et d’Afrique du Nord, les vieilles officines méridionales se sont très lentement acheminées vers leur fermeture et ont dû se résigner à éteindre définitivement leurs derniers fours peu avant le début du ive s. Une fin, somme toute, très peu glorieuse que ne laissaient nullement présager leur prestige et leur renommée du ier s.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search