Version classiqueVersion mobile

La terre sigillée gallo-romaine

 | 
Colette Bémont
, 
Jean-Paul Jacob

Quelques problèmes généraux

Bonnes et mauvaises rencontres du céramologue au pays de la micro‑informatique

Henri Leredde et Jean‑Paul Jacob

Texte intégral

1Entre 1970 et 1980, l’apparition des premiers micro‑ordinateurs rendit l’informatique plus aisément accessible aux chercheurs en « sciences humaines ». De fait, face à ces nouvelles machines, les mentalités évoluèrent rapidement au point de passer en quelques années d’une position d’indifférence ou de rejet à un engouement assez généralisé.

Éclatement du pouvoir informatique

2Cependant, dans un tout premier stade de la diffusion de ces matériels, il n’était guère possible de travailler sans recourir à l’écriture de programmes et la seule différence majeure par rapport à une informatique plus traditionnelle résidait essentiellement dans la facilité de l’accès à une machine ; il s’agissait déjà d’un point très important. La puissance limitée de ces premiers micro‑ordinateurs a également restreint en fait l’ampleur des applications que l’on tenta de réaliser. Fort légitimement on vit fleurir des projets de développement de logiciels spécialisés, par exemple pour le traitement de données ou la conduite de fouilles en archéologie. Et certains de se découvrir alors des talents d’informaticiens chevronnés sans bien connaître ou pressentir ce que serait l’évolution très rapide de ce secteur; entre écrire un programme informatique à usage relativement restreint pour une application déterminée et développer un produit logiciel, limité certes à un domaine précis mais utilisable par un grand nombre de personnes, il y a une somme de travail, de moyens à mettre en œuvre et de temps à y consacrer sans commune mesure, de même d’ailleurs qu’entre réaliser un prototype de recherche ou de développement et fournir un logiciel fini largement diffusable.

  • 1 Les micro‑ordinateurs sont bâtis autour de micro‑processeurs. Les générations de machines se différ (...)

3Or, très rapidement on vit apparaître sur le marché des produits non directement destinés aux chercheurs en sciences humaines ou en archéologie, mais dont les possibilités de manipulation et de traitement des données pouvaient largement satisfaire la plupart des besoins exprimés par ces chercheurs. De tels produits, s’ils ne comblent peut‑être pas totalement l’attente de chaque chercheur, ont cependant plusieurs avantages incontestables: faible coût de revient, sûreté de fonctionnement, large diffusion facilitant les échanges de données, relative indépendance vis‑à‑vis des machines, documentation généralement précise et abondante et plus encore évolution régulière accompagnée de mises à jour périodiques, avec le plus souvent une compatibilité ascendante d’une version d’un produit à l’autre. C’est surtout avec l’arrivée, voilà quatre ou cinq ans, des micro‑ordinateurs de seconde génération1 que ces produits, généralement qualifiés de « bureautiques », prirent une extension considérable au point qu’écrire un programme particulier est devenu aujourd’hui chose rare, contrairement au cas de la grosse informatique pour laquelle c’est encore traditionnellement le lot quotidien.

  • 2 Un ordinateur de table de qualité « professionnelle » et d’une puissance raisonnable pour un travai (...)

4Prix peu élevés, souplesse d’utilisation grâce aux logiciels bureautiques, faible encombrement et facilité de déplacement sont autant de facteurs qui ont largement contribué au succès des ordinateurs de table2. Cette véritable révolution dans l’univers de l’informatique qu’a été leur apparition se traduit aujourd’hui, bien sûr, par une grande quantité de machines utilisées, mais plus encore par la dispersion des moyens informatiques qu’implique la présence de ces nouveaux matériels. Cette dispersion s’est produite de deux façons : d’une part, la juxtaposition ou concurrence directe avec les centres de calcul traditionnels, et d’autre part, l’apparition de l’outil informatique dans de très nombreux secteurs où il n’avait pas encore pénétré. De fait, dans les sciences humaines et simplement en archéologie, il est devenu impossible de recenser toutes les utilisations de l’informatique tant l’éventail des applications est vaste depuis la simple frappe d’un mémoire jusqu’aux traitements statistiques ou graphiques fort complexes, voire le recours à l’intelligence artificielle, en passant par tous les types d’informations qui ont pu être saisies sous forme de simples fichiers ou de bases de données; dans le seul domaine des études céramologiques cette tentative de recensement semble assez difficile. De plus l’intérêt de tels inventaires nous paraît bien faible... sinon nul.

Des logiciels qui intéressent les chercheurs

5Essayons donc de voir à travers les possibilités qu’offre le seul monde micro‑informatique avec ses nombreux produits logiciels, quel peut être l’intérêt des archéologues et plus particulièrement des céramologues.

6En matière de bureautique, on distingue aujourd’hui essentiellement cinq fonctions : gestion de fichier/base de données ; tableur ou feuille de calcul électronique ; graphiques/aide à la décision ; traitement de texte ; communications.

  • 3 En effet, les bases de données sur gros systèmes sont bien souvent taillées pour des interrogations (...)

7Gestion de fichier/base de données : dans le monde de la micro‑informatique, cette fonction est le plus souvent réalisée par des produits assurant une gestion de fichiers très perfectionnée avec des langages d’interrogation souples et puissants et qui tendent pour la plupart vers des systèmes de bases de données relationnelles ; dans l’ensemble ces produits ne sont guère comparables à ceux qu’on manipule en grosse informatique, du moins pour l’instant3. La puissance de ces logiciels devient réellement importante, pour peu que l’on possède des supports magnétiques « disques durs » en plus des traditionnelles disquettes.

8Fonction de tableur ou feuille de calcul électronique : il n’existait rien de véritablement comparable dans le monde de la grosse informatique avant l’apparition des logiciels tableurs; cette fonction consiste au départ à concevoir l’écran d’un micro‑ordinateur comme une feuille comptable, mais à la différence près qu’il est possible de créer des liens de dépendance entre des chiffres (en particulier par le biais de formules de calcul ; par exemple: prix total = prix à l’unité x quantité commandée) et qu’une simple mise à jour d’un chiffre se répercutera automatiquement sur tous les chiffres qui peuvent en dépendre; il est bien sûr possible de déplacer, d’insérer, d’effacer des blocs entiers de chiffres (colonnes, lignes,...); des rubriques en texte clair peuvent être introduites en regard de ces chiffres. Les tableurs sont avant tout des logiciels de gestion comptable d’une puissance incomparable mais aussi, bien souvent, des outils permettant de réaliser des statistiques élémentaires.

9Graphiques/aide à la décision : cette fonction complémentaire permet généralement de traduire, sous forme de graphiques élémentaires faciles à obtenir, la plupart des calculs ou traitements statistiques simples que l’on peut effectuer à partir des données gérées par les deux types d’outils précédents; pour certains logiciels, ces affichages graphiques sont complétés par la possibilité de réaliser des calculs statistiques plus complexes (tests statistiques, statistique descriptive bidimensionnelle,...).

10Traitement de texte : cette fonction très spectaculaire pourrait justifier à elle seule l’utilisation systématique de la micro‑informatique et surtout l’abandon définitif de la machine à écrire traditionnelle ; à partir du jour où l’on a saisi un texte dépassant une simple feuille dactylographiée à l’aide d’un tel produit, il devient véritablement impossible de s’en passer tant les possibilités et la vitesse de correction, de réorganisation et de mise en page sont impressionnantes.

11Communications : la fonction de communication permet d’échanger des données entre systèmes informatiques ; ces échanges sont chose difficile dans la pratique compte tenu de la diversité des systèmes : échanges micro/micro, réseaux de micro, micro/gros système, gros système/micro, etc. ; une partie de ces échanges est encore largement limitée par les vitesses et les coûts de transfert sur les lignes téléphoniques.

  • 4 En effet, les produits logiciels de première génération n’utilisent généralement que 128K à 256K de (...)

12Comment se présentent actuellement les logiciels bureautiques disponibles ? Nous distinguons deux générations. Au départ associés aux micro‑ordinateurs de première génération, puis, très rapidement, surtout à ceux de seconde génération, les produits de première génération sont caractérisés par le fait qu’un de ces produits ne permet de mettre en jeu qu’une seule des cinq fonctions bureautiques. Donc, si l’on veut effectuer à la fois des opérations sur bases de données, sur tableur ou sur traitement de texte, il nous faut disposer de plusieurs logiciels et les échanges de données entre ces divers traitements ne sont pas toujours aisés. En revanche chacun de ces produits présente souvent l’avantage de très bien remplir l’unique fonction à laquelle il correspond en offrant de vastes possibilités. Les produits de seconde génération, généralement plus gourmands en ressources4, ne sont disponibles que sur micro‑ordinateurs de seconde génération. Contrairement à la première génération, un produit est capable de s’acquitter de plusieurs fonctions bureautiques, voire des cinq, d’où leur dénomination de produits intégrés ; c’est là un gros avantage car il est alors possible d’échanger sans problème des données entre tableur, bases de données, traitement de texte et graphique. Malheureusement, si l’on examine en détail les possibilités offertes pour une fonction donnée par chacun de ces produits intégrés, on s’aperçoit qu’aucun ne parvient à réunir autant de possibilités qu’un produit de première génération spécialisé dans la même fonction. Cette situation peut néanmoins évoluer assez rapidement avec de nouvelles versions de logiciels intégrés. Un attrait indéniable de tous ces logiciels bureautiques réside dans leur très grande facilité d’utilisation. Sans aucune connaissance préalable en informatique, il est parfaitement possible, après trois à cinq jours de formation et deux à trois semaines de pratique, de dominer parfaitement la plupart de ces outils.

Quelques évolutions à court terme

  • 5 Sans parler de troisième génération micro, une nouvelle catégorie de matériel apparaît autour d’un (...)
  • 6 La capacité des disques durs dont l’utilisation s’est généralisée avec le standard PC, s’échelonne (...)

13Quelle évolution peut‑on pressentir aujourd’hui à l’intérieur de ce monde de la micro‑informatique ? Pour le matériel, trois axes principaux se dessinent: premièrement, sans pour autant déjà parler d’une nouvelle génération, nous voyons apparaître depuis un an environ de nouvelles machines qui utilisent des micro‑processeurs nettement plus rapides et plus puissants fournissant ainsi des capacités d’accès mémoire beaucoup plus élevées5 ; deuxièmement, nous constatons parallèlement une augmentation très rapide de la capacité des supports magnétiques « disques durs»6 ; troisièmement, vont apparaître très prochainement sur le marché des micro‑ordinateurs véritablement portables (4 à 5 kg) à faible consommation électrique qui conserveront néanmoins des puissances de traitement comparables aux autres micros; nous pouvons également ajouter, d’une part, que les imprimantes laser pour micros, déjà disponibles aujourd’hui, vont certainement connaître une grande diffusion, et, d’autre part, que les écrans utilisés de façon courante avec les micros vont présenter des définitions de plus en plus fines qui permettront un développement important des applications graphiques voire du traitement d’images. Enfin les possibilités de transferts des données et de partages des ressources entre systèmes informatiques hétérogènes vont également prendre de l’ampleur ; ce progrès concerne à la fois une évolution matérielle et logicielle.

14Dans le domaine des logiciels nous assistons pour l’instant à une certaine pause dans l’apparition de produits entièrement nouveaux. Le marché est à ce jour dominé par environ une dizaine de produits de première et de seconde générations et qui sont généralement considérés comme des « standards» de référence: tableur MULTIPLAN (avec une version 2), base de données DBASE‑2, traitement de texte WORDSTAR, traitement de texte (français) TEXTOR, base de données DBASE‑3 (avec prochainement une nouvelle version), produit intégré LOTUS‑123 (avec une version 2), produit intégré KNOW LEDGEMAN (avec une version 2), produit intégré OPEN‑ACCESS, produit intégré FRAMEWORK (avec une version 2).

15Les nouveautés résident plutôt dans l’apparition de nouvelles versions des logiciels déjà existants avec un renforcement sensible de leur puissance et une « convivialité » dans l’utilisation plus grande encore. Pour l’année écoulée et les deux ou trois ans à venir, deux types d’évolution notables doivent retenir l’attention des archéologues. En premier lieu, la plupart des grands logiciels statistiques disponibles uniquement en grosse informatique « descendent » maintenant sur micros, aussi bien les produits américains d’analyse statistique que les produits français nettement plus orientés vers l’analyse de données (analyse factorielle, classification automatique...). En second lieu, il faut s’attendre à l’apparition de logiciels de traitement de texte beaucoup plus puissants que ceux qu’on utilise actuellement avec, en particulier, l’exploitation systématique d’imprimantes laser aux possibilités typographiques et graphiques quasi illimitées.

Dans la perspective d’une bonne démarche du céramologue

16Dans quels domaines l’informatique peut‑elle constituer un apport dans les études céramologiques ? Pour des questions de coût des matériels et de facilité d’accès aux machines, nous limiterons en partie notre approche à l’univers micro‑informatique. Si nous tentons de percevoir, à travers un schéma fonctionnel, ce qu’est le travail d’un céramologue, nous discernons trois formes d’interventions: fouille d’un atelier, étude céramologique en vue de résoudre un problème précis ou d’élaborer une synthèse sur un type de poterie déterminé, utilisation des apports céramologiques dans un autre domaine archéologique ou historique (datation, détermination, diffusion, commerce, économie, sociologie, technique...) (fig. 1 ) ; le céramologue s’occupe principalement des deux premiers domaines.

• 1. Ressources de l’informatique pour les études céramologiques.

17Nous pouvons également résumer sur un autre tableau les points d’application de l’informatique selon les étapes de ce schéma fonctionnel (fig. 2). Si nous mettons de côté les études de laboratoire qui ne relèvent pas directement des seuls céramologues, nous constatons qu’une étape donnée n’utilise pas beaucoup de fonctions informatiques, mais qu’en revanche, l’ensemble des étapes fait appel à toutes les fonctions. Il est clair que les trois outils les plus indispensables sont les bases de données (pour des collections de données de petite taille), le traitement de texte (avec ouverture sur des possibilités d’édition) et les traitements statistiques (statistique descriptive, analyse factorielle, classification automatique...). Bien sûr les échanges entre fonctions informatiques doivent être aisés car très fréquents (fig. 3). Cette exigence détermine donc un choix pour les archéologues : le rejet systématique de tout produit, intégré ou non, qui n’offrirait pas la possibilité d’échanger des données (entrée et sortie) sous forme de fichiers codés en clair ; ces échanges doivent se faire aussi bien à partir de la fonction tableur que de la fonction base de données, mais aussi avec le traitement de texte, du moins en entrée.

• 2. Schéma fonctionnel des applications de l’informatique à la céramologie.

• 3. Schéma des échanges nécessaires entre les fonctions informatiques dans le cas d’applications archéologiques.

18Gestion de fichier/base de données constitue à coup sûr la fonction la plus indispensable : tout recueil de données en matière d’étude céramique passe par la constitution de fichiers qui peuvent éventuellement être structurés en bases de données. Bien évidemment il ne s’agit pas d’élaborer de grosses bases de données à vocation très générale, mais au contraire de créer des bases de données limitées au travail de quelques chercheurs sinon d’un seul dans le cadre d’une étude ou d’une recherche bien précise. Saisie et manipulation sur micro, éventuellement avec disque dur, sont tout à fait suffisantes. L’intérêt des logiciels micros tient à leur souplesse d’interrogation sélective et surtout d’extraction de sous‑fichiers susceptibles d’autres traitements.

19Le traitement de texte est indispensable pour la saisie de tout texte, en particulier en vue de publications. De plus il est souhaitable qu’il puisse incorporer des données venant d’autres fichiers texte, de bases de données ou de tableurs ; certains commencent à accepter également l’intégration de graphiques ou d’images, mais nous en sommes aux toutes premières tentatives. L’intérêt du traitement de texte, comme nous l’avons déjà signalé, va aller grandissant dans la mesure où il ne servira plus seulement pour de simples saisies/corrections mais où il permettra de plus en plus l’élaboration d’une véritable mise en page et même réalisera l’édition proprement dite. Aujourd’hui déjà, avec un simple traitement de texte, il est possible de saisir des textes sur micros et de les transmettre à des éditeurs sous forme de disquettes, qu’ils peuvent alors utiliser avec leurs systèmes automatiques de composition.

20Tableur, statistiques, graphiques : ces fonctions sont assez intimement mêlées lors des études céramiques dans la mesure où le tableur sert surtout à la constitution de tableaux de chiffres en partant des bases de données. Il s’agit ensuite d’analyser ces tableaux soit à l’aide de simples graphiques, soit avec des calculs statistiques rudimentaires, soit en ayant recours à des logiciels plus spécifiques d’analyse de données (sur gros système ou sur micro). Graphiques et traitements statistiques peuvent aussi se faire en partant directement des bases de données.

21Analyse des données : il ne s’agit pas là d’une fonction bureautique, mais analyses factorielles et classifications automatiques doivent être à la base de beaucoup de typologies céramiques et d’analyses de styles de potiers. Les informations peuvent provenir de bases de données, de tableurs ou d’autres fichiers. Comme nous l’avons déjà signalé, plusieurs logiciels d’analyse de données sont désormais disponibles sur micros.

22En revanche, ce que le céramologue ne doit pas attendre de l’informatique dans un avenir proche, en tout cas à un coût raisonnable, c’est de pouvoir entièrement automatiser le dessin de ses vases ou même plus simplement de stocker dessins et photos sous forme informatique. Il est aujourd’hui possible de numériser des images photos pour les stocker et de les traiter (photographies aériennes en particulier), mais cela ne présente guère d’intérêt pour la céramique: en effet, on pourrait chercher à constituer un catalogue de poteries gallo‑romaines sous forme de disque optique numérique consultable ensuite à l’aide d’une base de données, le tout piloté à partir d’un micro par exemple; cependant, au‑delà du prix, une telle opération ne nous paraît guère intéressante pour l’instant, compte tenu de la définition des images (qualité télévision) qui est nettement insuffisante pour la précision que réclament les céramologues.

23Mais en nous restreignant à la seule sigillée, nous pouvons signaler deux grandes études possibles où l’informatique devient un outil primordial : constitution d’un corpus automatisé des marques de potiers, constitution d’un recueil des motifs sur sigillée. Nous ne discuterons pas ici de la seconde étude, mais seulement de la première qui est l’objet d’un travail en cours. Il s’agit de se servir au mieux de toutes les possibilités offertes par l’informatique (grosse et micro) afin de constituer un nouveau corpus des marques de potiers gallo‑romains sur sigillée qu’il soit aisément possible de réviser, d’éditer et de diffuser pour des prix et dans des délais raisonnables. Le travail de collecte et de saisie se fait sur micro sous forme de base de données (à l’aide de DBASE‑3 principalement) et la mise en forme/édition est réalisée sur gros système avec tirage/édition sur imprimante laser travaillant à très grande vitesse. En réalité ce corpus comprend deux parties : un document texte (entièrement automatisé) renvoyant à un document image (dessins des marques à échelle 1) qui lui, bien sûr, ne peut être que partiellement automatisé. La constitution d’un premier recueil se fait en ce moment à titre d’essai autour de quelques séries limitées. Une diffusion d’une grande partie de l’information constituant le document texte sera également disponible sous forme informatisée, directement sur disquettes. Voilà plusieurs années déjà que nous avons présenté les bases de ce projet, car il nous paraît la seule réponse possible au besoin de disposer désormais de corpus aisément accessibles et faciles à mettre à jour... Et cet exemple devra être et sera repris, s’il ne l’est déjà, dans de nombreux autres domaines de l’archéologie.

24Nous n’avons présenté ici que quelques aspects de l’apport informatique aux « sciences humaines » en tentant d’indiquer, à la lumière de l’évolution prévisible de cette discipline en plein mouvement, quels outils archéologues et céramologues doivent essayer d’utiliser en restant bien persuadés que ce sont de simples outils, mais qui permettent de prolonger la puissance et la portée de leur travail de façon spectaculaire.

Notes

1 Les micro‑ordinateurs sont bâtis autour de micro‑processeurs. Les générations de machines se différencient en fonction des micro‑processeurs qu’elles utilisent. Il existe des micro‑processeurs à architecture 8 bits, 16 bits ou 32 bits (abréviation de binary digit) ; ceci correspond à une quantité d’informations (8, 16 ou 32 positions binaires) qu’un micro‑processeur peut manipuler en un seul cycle élémentaire de traitement (à titre d’exemple 8 bits représente le volume d’informations nécessaire pour manipuler et stocker un caractère de texte). Les micro‑ordinateurs de première génération sont basés sur des micro‑processeurs 8 bits (l’un des tout premiers largement diffusés fut l’Apple‑II qui n’a malheureusement que très peu évolué depuis...). Les micro‑processeurs de seconde génération sont constitués autour de micro‑processeurs 16 bits : le premier apparu est le Victor‑Sirius SI, suivi de près par le célèbre IBM‑PC qui servit à partir de là de modèle de référence à pratiquement tous les autres matériels : les tenants du refus de ce standard imposé avec le PC sont peu nombreux ; il n’est guère que le Macintosh d’Apple pour parvenir à résister un peu. En matière d’équipements pour les sciences humaines ou l’archéologie, notre conseil est très précis : n’acheter du matériel français ou étranger que rigoureusement conforme au standard PC, c’est‑à‑dire hétérogénéité des marques, mais compatibilité totale dans l’utilisation des logiciels et les échanges de données. Ce choix n’est pas justifié par une approbation sans réserve des options techniques et des choix logiciels liés à ce standard, mais uniquement par l’ouverture et le haut degré de compatibilité qui existent entre ces machines.

2 Un ordinateur de table de qualité « professionnelle » et d’une puissance raisonnable pour un travail de laboratoire vaut entre la moitié et le quart du prix d’une voiture neuve de puissance moyenne.

3 En effet, les bases de données sur gros systèmes sont bien souvent taillées pour des interrogations et des mises à jour très diversifiées, mais surtout qui peuvent avoir lieu en grand nombre quasi simultanément. En outre, la structuration des données est souvent de type hiérarchique. Ce problème de simultanéité n’occupe guère le chercheur ; par contre, le besoin d’une structuration hiérarchique de l’information plutôt que seulement relationnelle est parfois fortement ressenti. D’autre part, les bases de données relationnelles commencent à s’organiser autour d’une norme pour le langage d’interrogation (norme SQL Structured Querry Language adoptée par IBM avec sa base de données relationnelle pour gros système DATABASE2 ou DB2) que l’on retrouve dès à présent dans certains produits bases de données micros (KNOWLEDGEMAN, OPEN‑ACCESS) ; cette norme n’est pas adoptée par DBASE‑2, ou DBASE‑3 qui présente cependant une syntaxe peut‑être plus facile à utiliser.

4 En effet, les produits logiciels de première génération n’utilisent généralement que 128K à 256K de mémoire centrale (1K est l’équivalent d’environ 1 000 caractères), alors que les produits de seconde génération sont plutôt dans le créneau 256K/ 512K, voire plus pour être pleinement utilisés.

5 Sans parler de troisième génération micro, une nouvelle catégorie de matériel apparaît autour d’un nouveau standard d’IBM, le PC‑AT. Beaucoup de constructeurs proposent déjà des machines strictement compatibles. Ce second standard PC‑AT correspond à l’utilisation de micro‑processeurs à mi‑chemin entre les 16 bits et les 32 bits qui sont 5 à 10 fois plus rapides que les simples 16 bits et qui permettent également d’adresser en mémoire centrale jusqu’à 4 000K et plus, au lieu des 640K/ 1 024K autorisés par les 16 bits.

6 La capacité des disques durs dont l’utilisation s’est généralisée avec le standard PC, s’échelonne entre 10M (10 millions de caractères) et 75M à 100M. Les capacités les plus répandues sont 10M, 20M et maintenant 40M. En plus de leur capacité (une disquette au standard PC contient 0,36M), ces disques durs permettent des accès aux informations stockées 10 à 15 fois plus rapides que les disquettes. Rapidité d’accès et capacité placent les micro‑ordinateurs tout à fait à égalité avec nombre de mini‑ordinateurs pour l’utilisation des disques.

Table des illustrations

Légende • 1. Ressources de l’informatique pour les études céramologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/32303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende • 2. Schéma fonctionnel des applications de l’informatique à la céramologie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/32303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende • 3. Schéma des échanges nécessaires entre les fonctions informatiques dans le cas d’applications archéologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/32303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search