Version classiqueVersion mobile

Les maisons gallo-romaines d’Ambrussum (Villetelle-Hérault)

 | 
Jean-luc Fiches

Appendice. Étude de la faune du secteur IV

Philippe Columeau

Texte intégral

  • 1 Les mesures pratiquées sont celles préconisées par A. von den Driesch : DRIESCH (A. von den). — A G (...)

1L’étude de la faune du secteur IV d’Ambrussum a porté à la fois sur les restes correspondant à l’occupation de la maison du ier s. de n. è. explorée dans ce secteur et sur ceux des niveaux plus anciens découverts à l’occasion des sondages pratiqués dans certaines pièces de cette maison. L’étude distinguera donc ces deux ensembles, en tenant compte pour le second des périodes d’occupation du quartier telles qu’elles ont été définies par ailleurs (chapitre 1)1

2L’ensemble représente un matériel important : 1 853 ossements et 637 coquillages ont pu être déterminés comme appartenant aux espèces suivantes.

3● Invertébrés

4Coquillages : cardium, pecten jacobeus, mytillus gallo provincialis, tapes ostrea edulis, spisula solida

5● Vertébrés

6Poissons : il s’agit de poissons herbivores

7Oiseaux : oiseaux galliformes et passereaux

8Mammifères :

9 — Carnivores : Chien ═ Canus familiaris L ; Renard ═ Vulpes vulpes L ; Chat sauvage  ═ Felis Sylvetris ; Loutre ? ═ Luira ; Belette = Mustela nivalis ;

10— Ongulés suidés : Porc ═ Sus domesticus L ; Sanglier ═ Sus scrofa L ;

11— Équidés : Ane ═ Equum asinum L ; Cheval ═ Equum caballum ; Bœuf ═ Bos taurus L ; Mouton ═ Ovis aries L ; Chèvre ═ Capra hircus L ; Cerf ═ Cervus elaphus L ;

12— Rongeurs : Lapin de garenne ═ Oryctolagus cuniculus ; Lièvre ═ Lepus capensis (meridiei Hilz ?).

13Les périodes concernées par ce travail sont principalement le Néolithique final et la fin de l’âge du Fer.

14La lecture des mesures ostéométriques qui ont pu être prises nous renseigne jusqu’à un certain point sur l’aspect des animaux élevés à Ambrussum au cours de ces deux périodes.

15Le bœuf semble avoir un peu grandi entre le Néolithique final et la fin de l’âge du Fer à Ambrussum. L’absence de documents archéologiques doit nous rendre prudents, mais des différences sensibles de dimensions se retrouvent au niveau des dents et des phalanges notamment.

16Il n’en va pas de même pour le mouton. Les mesures prises sur diverses parties du squelette ne laissent pas apparaître de différences notables entre le mouton du Néolithique final et celui du ier s, av. J.‑C. à Ambrussum. De même, il ne semble pas y avoir eu de modification sensible de cette espèce au cours de la fin de l’âge du Fer, et ce, malgré les césures que les occupations, les réaménagements et les abandons des structures d’habitat y ont effectuées. On peut faire les mêmes constatations pour le bœuf.

  • 2 JOURDAN (L.). — La Faune du site... op. cit.

17Les dimensions de dents de porcs entrent dans le domaine de variance de celles, beaucoup plus nombreuses, que L. Jourdan2 a pu observer sur les porcs gallo‑romains et paléochrétiens de la Bourse à Marseille.

18Les dents ne peuvent à elles seules justifier pleinement des différences que l’animal vivant pouvait présenter. Il n’en demeure pas moins que, devant la quasi‑absence de données concernant cet aspect de l’élevage, ces quelques renseignements nous éclairent un peu sur la stabilité remarquable de certaines espèces, visible tout au long de périodes parfois très étendues.

19Ces remarques doivent être néanmoins très nuancées par le petit nombre de comparaisons possibles, qui, en fait, ne permet pas de distinguer les différences sexuelles des changements de formes et rend toute affirmation dangereuse.

20L’évolution de la faune d’Ambrussum apparaît surtout au niveau de la fluctuation de la répartition des espèces. Mais là encore, la hiérarchie des unes par rapport aux autres est à peu près respectée tout au long des périodes étudiées, à deux exceptions près. La viande fournie par les bovins reste de loin la plus abondante, que ce soit au cours du Néolithique final ou des périodes basses.

21Un changement est nettement apparent en ce qui concerne le rapport entre la viande fournie par les porcs et celle provenant des ovicapridés : alors que ces derniers représentent plus du tiers de la viande au Néolithique final, leur participation tombe à 14 % du poids de viande consommable dès le iiie s. av. J.‑C. La proportion de viande porcine augmente quelque peu et devient le double de celle des ovicapridés au cours de ce même siècle.

  • 3 COLUMEAU (P.). — La Faune de la Vaunage pendant l’Âge du Fer. R.A.N., 1978, pp. 228‑229.

22Cette disposition des espèces se retrouve également à l’oppidum de Nages (Gard) au cours de la période correspondante3. Durant la première moitié du iiie s. av. J.‑C., les ovicapridés et les porcs sont à peu près équivalents, les porcs ne fournissant que 1,5 % de viande de plus que les ovicapridés, ce qui est négligeable. La viande de bœuf compte pour plus de la moitié du total, tandis que les cerfs sont au même niveau que les ovicapridés. En somme, l’approvisionnement en viande est alors fondé pour moitié sur le bœuf, le reste étant à peu près également réparti entre les trois autres espèces.

23La faune de la seconde moitié du iiie s. av. J.‑C. à Nages est plus semblable à celle déterminée à Ambrussum : les ovicapridés comptent pour 10 % de la viande, les suidés y constituent un pourcentage très proche du porc d’Ambrussum. Le bœuf ne fournit qu’un peu plus du tiers de la viande, alors qu’il se rapproche de la moitié à Ambrussum ; mais si l’on ajoute les proportions de viande fournie par le bœuf et les équidés (pour obtenir la participation du gros bétail), il apparaît que la différence qui existe entre Nages et Ambrussum est comblée à Nages par le cerf : si ce dernier est un animal sauvage, il est le plus grand gibier présent sur ces sites, en l’absence de restes d’aurochs. La distribution des espèces du iiie s. av. J.‑C. à Ambrussum est de même nature que celle de Nages. L’expérience de l’élevage semblerait même un peu mieux réussie à Ambrussum dans la mesure où l’approvisionnement en viande n’opère ses prélèvements que chez les animaux domestiques, il se trouve ainsi dégagé des aléas de la chasse. Les habitants de Nages, à l’inverse, doivent continuer à compter sur la forêt pour une partie de leur approvisionnement en viande de grands animaux, selon une coutume ancienne.

24Il semblerait de plus, au vu de ces chiffres, que les habitants de cette époque considéraient qu’il existait deux catégories de viande : celle provenant des grands animaux (bovins, équidés et cerfs) et celle obtenue par l’élevage d’un bétail de taille moyenne (porcs, moutons et chèvres) ainsi que par la chasse — rare — au sanglier et au chevreuil. Cette « réussite » de l’élevage à Ambrussum se retrouve au cours des années 210‑150 av. J.‑C., malgré la présence du cerf. La participation de ce grand gibier à l’alimentation carnée reste faible (environ 9 %) ; la proportion de 2,5 % de la colonne D du tableau 26 (vue 19) correspond au début de la chute de la proportion de cerfs, qui se confirmera par la suite, au cours de la plupart des périodes. La répartition des espèces est du même ordre que celle du siècle précédent.

25La période suivante, correspondant aux années 110 à 50 environ av. J.‑C., a laissé une faune à peu près identique à celle observée depuis le début du iiie s. av. J.‑C, : les mêmes espèces sont disposées dans le même ordre de participation. Seule cette dernière change. Les proportions de viande d’ovicapridés et de porcs augmentent, alors que celles du gros bétail diminuent. Le porc représente près de 50 % de plus que le mouton et la chèvre, alors que ces deux dernières espèces ont augmenté de moitié leur fréquence depuis le début du iie s. av. J.‑C.

26Cette nouvelle participation de chaque espèce continue au cours de la deuxième moitié du siècle, mais les ovicapridés, pour la première fois depuis le Néolithique Final, fournissent plus de viande que les porcs: alors que par rapport au demi‑siècle précédent, les porcs ont perdu 6% de leur poids de viande, le mouton et la chèvre ont poursuivi l’accroissement de leur fréquence en gagnant encore neuf points. Le rendement en viande des bovins reste identique.

27La participation des espèces domestiques à l’approvisionnement en viande apparaît modifié entre les colonnes C, D et E du tableau 26 (vue 19) pas fondamentalement, puisque, comme nous l’avions remarqué plus haut, la hiérarchie dans la distribution des espèces n’est pas modifiée. Il se trouve cependant quelques différences ; les ovicapridés doublent leur fréquence, les porcs augmentent aussi considérablement. Le bétail de taille moyenne acquiert une place plus importante dans l’alimentation, au détriment des animaux plus gros (bœuf, cheval et âne).

28Il est naturellement difficile de trouver les liens qui pourraient unir ces modifications des coutumes alimentaires avec des bouleversements affectant le reste du mobilier archéologique : il convient au moins de remarquer que les fréquences du bétail de grande taille et celles des ovicapridés et du porc sont perturbées au moment où la fouille a pu mettre en évidence une transformation importante de l’urbanisme. Il y a eu en effet au début du ier s. av. J.‑C. l’aménagement de terrasses. Le quartier s’en est trouvé bouleversé, profondément changé. Bien que l’analyse de la faune ne puisse rien démontrer, il apparaît au moins que des changements profonds de ces structures d’habitat sont accompagnés de modifications dans le dépôt des déchets de cuisine et, sans doute, de l’élevage. Les destructions et les réoccupations sont accompagnées d’améliorations d’une conception de l’élevage qui, jusque‑là, demeurait très traditionnelle. Il y a eu, au début du ier s. av. J.‑C. la possibilité d’accroître la part du bétail de taille moyenne, qui, en raison du grand nombre de têtes et la relative modicité de ses exigences, se trouvait être mieux adapté à des conditions d’élevage peut‑être plus rigoureuses. En effet, si la baisse de la fréquence de la viande bovine était liée à une carence des bovins (épizootie, rapt…) il a été remarqué, à propos de l’oppidum de Nages, que la population avait alors tendance à la combler au moyen de viande de cerf. Or cette espèce se trouve, à ce moment‑là, à un niveau bas.

29Le rééquilibrage des données alimentaires se confirme au cours de la deuxième moitié du siècle, où le mouton et la chèvre parviennent même à dépasser la participation des porcs. La faune prélevée dans des couches datées très largement du ier s. av. J.‑C. (colonnes K et L du tableau 26) (vue 19) peuvent toutefois nuancer ces remarques : les ovicapridés et les porcs, ajoutés, ne représentent qu’un cinquième de la viande, alors que la viande de bœuf compte pour plus de 70 % du total ; les fluctuations des fréquences du bétail de taille moyenne, au niveau des colonnes E et F, seraient alors liées à un lieu précis du site, et n’auraient d’autres causes que conjoncturelles.

30L’examen de la faune trouvée dans une demeure construite et abandonnée au ier s. de n. è. infirmerait aisément ces réserves. La distribution des espèces au cours de l’occupation — et de l’abandon — de la maison est très différente de celle des colonnes E et F du tableau 26 (vue 19) : les ovicapridés ne représentent plus que trois fois moins que les porcs. Les bovins ont à nouveau une écrasante prééminence au sein de l’approvisionnement en viande, puisqu’ils comptent pour plus de la moitié de l’alimentation carnée. Le tableau est à peu près le même à la fin du siècle, moment de la destruction de la maison.

31Il semblerait donc que la faune prélevée dans les couches contenant du mobilier des iers s. av. et ap. J.‑C. soit très proche, dans sa distribution, de celle trouvée lors de la fouille de la demeure. La répartition des espèces a changé au cours du 1er s. ap. J.‑C., avec une phase transitoire mise en évidence lors de la fouille de couches antérieures à la construction de la demeure : la distribution des espèces de la colonne G du tableau 26 (vue 19) indique en effet une baisse du mouton et de la chèvre, liée à une augmentation des fréquences du porc et du bœuf.

32La distribution des espèces est, au cours de l’occupation de la maison, proche de celle observée au cours de la période s’étendant de la deuxième moitié du iiie à la fin du iie s. av. J.‑C. : les habitants sont des consommateurs de viande de bœuf, pour plus de la moitié de leur alimentation carnée. Vient ensuite la viande de porc, pour un quart. Le reste est réparti entre le mouton et la chèvre d’une part et le cheval d’autre part. Le caractère insolite de la faune du ier s. av. J.‑C. est rendu plus apparent par ces données. Bien que ces modifications n’aient aucun caractère fondamental, elles laissent supposer une atteinte aux coutumes du site suffisamment profonde pour que l’alimentation des habitants soit quelque peu changée. Ces écarts ne peuvent être qualifiés de conjoncturels, puisqu’ils ont duré à peu près un siècle. Il est donc difficile d’avancer des explications faisant appel à des causes violentes (faits de guerre, maladies). La durée de ce phénomène, liée aux bouleversements de l’urbanisme qui ont eu lieu au cours du début du ier s. av. J.‑C. fait plutôt pencher en faveur de faits humains plus profonds dans leurs conséquences. Une certaine partie de la population d’Ambrussum qui se nourrissait plutôt de moutons et de porcs, aurait‑elle augmenté, aux dépends d’une couche sociale plus attachée aux mœurs ancestrales ?

33La faune de la fouille de la demeure, qui reste une construction rurale par ses matériaux et la destination de ses structures, peut être un témoignage de ces tensions ou de ces déséquilibres: la distribution des espèces de la demeure est plus proche de la situation des iiie et iie s. av. J.‑C. que de celle du ier s. av. J.‑C., comme si cette période et les bouleversements qui l’accompagnent, n’avaient été qu’une parenthèse, une étape dont on tente de ne pas tenir compte, ou à laquelle les habitants de la demeure n’ont pas pris part.

34La faune de secteurs du gisement proches de celui étudié ici pourra aider à répondre à ce qui ne peut rester, pour l’instant, qu’une interrogation.

35L’étude de la faune du secteur IV d’Ambrussum a permis de mettre en évidence plusieurs points importants de l’histoire de l’élevage, de la chasse et de l’alimentation carnée en Narbonnaise, d’un peu avant la conquête romaine jusqu’à l’Empire. Trois phases principales se sont dégagées de l’analyse :

  • A : la distribution des espèces évolue du iiie s. jusqu’à la fin du iie s. av. J.‑C., vers un rééquilibrage de la participation du gros et du moyen bétail à l’approvisionnement en viande ;

  • B : la phase d’équilibre relatif entre les deux catégories de bétail est assez brève et correspond à peu près au ier s. av. J.‑C ;

  • C : les espèces de la faune de la demeure sont réparties à nouveau différemment, avec un accroissement de la consommation de viande de bœuf et de porc.

36L’étude de la faune de cet article ne comportant pas les conversions en poids de viande, nous les présentons ci‑après :

37NAGES I 25 individus (300‑250 av. J.‑C.)

ESPÈCES

% PV

O/C

14,3

PORC

15,8

BŒUF

56,4

CERF

13,1

LAPIN

0,2

38NAGES II Ancien 456 individus (250‑175 av. J.‑C.)

ESPÈCES

% PV

O/C

10,79

SUIDÉS

19,8

BŒUF

36,39

CHEVAL

20,39

CHIEN

0,5

CERF

11,8

LAPIN

0,12

RENARD

0,01

LOUP

0,04

OISEAU GALL.

0,03

39MICROFICHE (cf. 3e de couverture) :

40Vues 1 à 11 : la faune des niveaux antérieurs à la construction de la maison A.

41Vues 12 à 13: la faune découverte dans la maison.

42Vues 14 à 19 : évolution de la faune du secteur IV.

Notes

1 Les mesures pratiquées sont celles préconisées par A. von den Driesch : DRIESCH (A. von den). — A Guide to the Mesurement of Animal Bones from Archaeological Sites. Peabody Museum Bulletin, 1, Harvard University, 1976. Lorsque cela était plus simple, les mesures sont celles utilisées par L. Jourdan : JOURDAN (L.). — La Faune du site gallo‑romain et paléochrétien de la Bourse à Marseille. CNRS, Paris, 1976.

2 JOURDAN (L.). — La Faune du site... op. cit.

3 COLUMEAU (P.). — La Faune de la Vaunage pendant l’Âge du Fer. R.A.N., 1978, pp. 228‑229.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search