Version classiqueVersion mobile

La civilisation des Champs d’Urnes

 | 
Patrice Brun

Étude historico‑culturelle

Texte intégral

1On a subdivisé la période durant laquelle certains auteurs reconnaissent l’existence d’une entité culturelle nommée « Champs d’Urnes » en trois étapes. Chacune de ces étapes est définie sur un matériel archéologique dont la dispersion, à l’intérieur du Bassin parisien, montre des différences significatives. Aussi s’agit‑il maintenant de comprendre et de caractériser ces différences, sachant qu’une incertitude pèse lourdement : dans la moitié occidentale de la région étudiée, il s’avère difficile de savoir si l’absence de vestiges céramiques résulte seulement d’un sous‑développement archéologique, ou si, à ces carences, s’ajoute une incapacité à classer une poterie dénuée de ressemblance avec des ensembles aujourd’hui bien répertoriés. Quelques indices conduisent à choisir la deuxième proposition. La répartition géographique des produits métalliques de la zone atlantique témoigne en faveur d’une entité culturelle probable, encore mal connue; dans les pays voisins, la Grande‑Bretagne et les Pays‑Bas, où la documentation est beaucoup plus fournie, la céramique possède des formes et des décors très simples, donc peu caractéristiques, et il paraît symptomatique que l’on éprouve de grandes difficultés pour périodiser des types tels que « Deverel‑Rimbury » ou « Drakenstein‑Laren » ; enfin, symétriquement, la céramique de tradition orientale est trop bien connue pour ne pas avoir été repérée au hasard des quelques fouilles restreintes auxquelles on a procédé. Un ultime argument plaide pour cette hypothèse : le matériel du site de hauteur de Sorel‑Moussel « Le Fort‑Harrouard » (Eure‑et‑Loir) se révèle, au moins pour la céramique publiée, assez différent de ce que l’on connaît du faciès oriental (Philippe 1937 ; Sandars 1957).

Répartition spatiale et groupes typologiques

2Au fil des études comparatives menées plus haut, on a remarqué certaines affinités de nature spatiale. Il importe maintenant d’en effectuer la synthèse, afin de localiser d’éventuels groupes à l’intérieur du Bassin parisien et de mettre en lumière les relations qu’ils entretiennent avec les groupes connus à l’extérieur.

◼ Pendant l’étape 1

3La cartographie des sites qui se classent dans cette étape (fig. 37) témoigne d’une répartition spatiale qui se limite à la partie sud‑est du Bassin parisien. Les comparaisons extra‑régionales offrent de fortes analogies avec l’est de la France, surtout l’Alsace, mais aussi avec la Franche‑Comté dont nombre de grottes ont livré un mobilier comparable. Plus loin, on trouve des affinités avec une entité culturelle centrée sur le cours supérieur du Rhin. Cette dernière, placée par les auteurs allemands et suisses au Bronze D et au Hallstatt Al, est souvent appelée « culture précoce et ancienne des Champs d’Urnes » (frühe und ältéré Urnenfelderkultur).

● 37. Sites ayant livré de la céramique de l’étape 1. Cercles pleins : sépultures, a : moins de 5 tombes. b : de 5 à 19 tombes. c : plus de 20 tombes. d : autres. e : limite théorique du groupe de Marolles‑sur‑Seine.

4Une récente étude lui a été consacrée (Beck 1980) ; à partir des cartes de répartition des objets caractéristiques, on peut mettre nettement en lumière son emprise géographique (fig. 38).

● 38. Carte de répartition d’objets de l’étape 1. : plus de 20 objets ; b : 1 objet.

5Figurent sur cette carte les objets suivants : les épingles à collerettes, celles du type de Clans, du type de Vernaison, du type de Vers, du type de Crémieu par exemple; les épingles à tête évasée et à tige cannelée fortement représentées dans la zone Yonne‑Seine ; les épingles à tête de pavot et à tête pyramidale ; les épingles du type de Binningen ; les bracelets du type d’Allen‑dorf, du type de Pfullingen, du type de Reventin‑La Poype, du type de Canegrate, du type de Publy et du type de Binzen ; et les couteaux à manche massif et à anneau terminal, ceux à manche massif à petits ailerons, enfin ceux à languette et à un ou deux trous de rivets.

6On observe que la partie sud‑est du Bassin parisien occupe une position extrême‑occidentale dans cette entité culturelle. Certains types y sont plus particulièrement représentés : les épingles à tête évasée et à tige cannelée, parfois renflée, auxquelles il convient d’ajouter la céramique à cannelures légères, bien attestée aussi en Franche‑Comté (Mordant 1976).

7Ainsi, typologiquement, on distingue l’existence d’un groupe occidental de cette entité culturelle nord‑alpine. Il paraît justifié de le nommer « groupe de Marolles‑sur‑Seine ».

8Sur cette commune, la nécropole des « Gours‑aux‑Lions », avec plus de vingt sépultures, constitue le noyau essentiel de la périodisation et a fait l’objet d’une très utile monographie (Mordant 1970). Elle possède de plus l’avantage de réunir des tombes qui, selon le système chronologique de J.‑J. Hatt, se répartissent sur un laps de temps couvrant le Bronze final I et le Bronze final IIa en ce qui concerne la phase 1 isolée dans le présent travail. Non seulement, comme on l’a vu, elle fournit un ensemble qui éclaire sur les étroites relations entretenues avec le Bronze moyen des Tumulus orientaux, mais aussi elle permet des observations sur la stratigraphie horizontale puisque deux tombes s’inscrivent dans la phase suivante. Enfin, elle confère la possibilité d’une analyse de type sociologique (voir plus loin).

9Il est apparu clairement que le groupe de Marolles‑sur‑Seine se situe dans la continuité typologique du Bronze moyen du type de Haguenau : la dispersion géographique de ce dernier, malgré la faiblesse quantitative des traces répertoriées, correspond très précisément à celle du premier, avec les sites de Marolles‑sur‑Seine « Les Taupes » (Brézillon 1973), Misy‑sur‑Yonne « Les Refuges » (Mordant, Bontillot, Paris 1977) en Seine‑et‑Marne, celui de Maillot (Coudray, Parruzot 1947) dans l’Yonne, et plus à l’ouest, ceux de Montigny‑sur‑Loing « Marion‑des‑Roches » (Bailloud 1961) en Seine‑et‑Marne, et de Videlles « Les Roches » dans l’Essonne (Bailloud 1956 ; Bailloud, Coiffard 1967). Il convient de rester prudent à propos de Sorel‑Moussel « Le Fort‑Harrouard » (Philippe 1937) dont le matériel est publié de façon trop fragmentaire pour qu’un diagnostic soit pertinent ; on y note simplement la présence de poteries excisées.

10En raison des lacunes de la recherche dans le nord‑ouest du Bassin parisien, tout le mobilier qui caractérise l’étape 1 définit aussi le groupe de Marolles‑sur‑Seine.

11Comme on l’a souligné, les indices se multiplient pour caler l’horizon des dépôts du type de Cannes‑Ecluse à la charnière : étape 1/étape 2. La majorité des objets appartiennent à la vaste culture nord‑alpine et donc au groupe de Marolles‑sur‑Seine. On tend généralement à voir dans de tels horizons de dépôts les signes d’une période de troubles socio‑économiques. On constate que c’est précisément dans les dépôts de cet horizon qu’apparaissent certains objets nouveaux, d’origine occidentale, absents du groupe de Rosnoën, comme des haches à ailerons sub‑terminaux, des épées pistilliformes « atlantiques » ou des pointes de lance à douille courte, ce qui indique une meilleure adéquation du système proposé ici pour la périodisation des groupes atlantiques également.

◼ Pendant l’étape 2

12Les sites de cette étape, bien que répartis sur une partie plus vaste du Bassin parisien, se trouvent absents d’une large zone parallèle à la Manche (fig. 39). L’étude comparative met en évidence, là aussi, la forte homogénéité de ces sites entre eux. A nouveau, les plus grandes analogies se découvrent à l’est et plus particulièrement dans le groupe Rhin‑Suisse (Kimmig 1940). On constate fréquemment une quasi‑identité entre des récipients céramiques de l’est du Bassin parisien et des exemplaires issus des palafittes suisses par exemple. Il ne semble pas possible, actuellement, de distinguer des différences suffisamment nettes pour former des groupes à l’intérieur du Bassin parisien. On a certes relevé quelques éléments affiliés au groupe Main inférieur‑Souabe de W. Kimmig dans la zone des marais de Saint‑Gond, et cette mixité avec le groupe Rhin‑Suisse se présente surtout au nord de ce dernier, entre Haguenau et Cologne. Toutefois, la documentation ne permet guère d’aller au‑delà d’une impression ; on espère un réveil de la recherche protohistorique en Lorraine ; au nord de la Marne, la connaissance demeure trop ponctuelle et la masse documentaire importante issue de la zone des marais de Saint‑Gond ne se situe qu’à une centaine de kilomètres de cet autre pôle que représente le confluent Yonne‑Seine.

● 39. Sites ayant livré de la céramique de l’étape 2. Cercles pleins : sépultures, a : moins de 5 tombes. b : de 5 à 19 tombes. c : plus de 20 tombes. d : autres. e : limite théorique du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale.

13Ainsi, durant l’étape 2, la moitié est du Bassin parisien participe directement au groupe Rhin‑Suisse dont la zone d’occupation surprenait par son aspect trop étiré le long du Rhin ; et l’on suit plus volontiers la récente proposition de W. Kimmig (1982) pour nommer cet ensemble « groupe Rhin‑Suisse‑France orientale ».

14On remarque la superposition, dans le sud‑est de la région étudiée, de ce groupe et de celui de Marolles‑sur‑Seine qui le précède immédiatement. Au nord de cette zone surtout, on observe une emprise du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale beaucoup plus étendue qui ne s’interrompt que dans le sud de la Belgique ; les sites de Han‑sur‑Lesse « Grotte de Han », d’Eprave « Le Trou de l’Ambre » et de Sinsin « Le Trou del Heuve » ont fourni un mobilier qui range cette région de La Famenne dans ce groupe (Mariën 1973).

15Vers le nord‑ouest, ce dernier ne dépasse guère la vallée de l’Oise avec les sites de hauteur de « Saint‑Pierre‑en‑Chastres » à Le Vieux‑Moulin (Kimmig 1951‑1952‑1954 ; Blanchet 1976) et de Catenoy (Blanchet 1984). Au sud‑ouest enfin, on a constaté à Saint‑Hilaire‑Saint‑Florent (Maine‑et‑Loire) (L’Helgouach 1979) la présence d’objets analogues à ceux de ce groupe, mais, semble‑t‑il, mélangés avec des éléments plus locaux et il convient d’attendre une publication plus complète pour avancer une interprétation.

16Dans le sud du Bassin parisien, on note une concordance quasi absolue de ce groupe avec le précédent, tandis que vers le nord il se révèle beaucoup plus étendu. Là encore, les critères typologiques qui caractérisent l’étape 2 revêtent une valeur spatiale. Les phases C.Y.S. 2 et M.S.G. 1, qui se synchronisent, correspondent très précisément à un faciès culturel : le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale.

◼ Pendant l’étape 3

17De nouveau durant cette étape, un important déséquilibre de la connaissance apparaît sur la carte de répartition (fig. 40). La même large frange côtière que pour l’étape 2 reste vide de documentation céramique datable. Seuls les sites funéraires figurent sur cette carte parce que les habitats n’apportent pas d’informations supplémentaires du point de vue spatial.

● 40. Sépultures de l’étape 3. Cercles pleins : tombes à inhumation. Cercles barrés : sépultures à incinération. a : sépultures isolées. b : nécropoles. c : sépultures isolées . d : nécropoles.

18Lors de l’étude comparative, on a aperçu une hétérogénéité certaine à l’intérieur du Bassin parisien. Celle‑ci n’est pas suffisante pour interdire l’établissement d’un synchronisme global ; toutefois, dans cette moitié est de la région étudiée qui se trouve en superposition presque absolue avec l’aire occupée antérieurement par le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale, des différences nettes montrent une corrélation étroite avec leurs situations géographiques respectives.

19Tout d’abord apparaît, à cause de la symbolisation utilisée, une bipartition en fonction des pratiques funéraires. On constate la présence de nombreuses inhumations, dans une zone sud‑est, tandis que partout ailleurs règne sans partage le rite de l’incinération des défunts. Le mobilier permet d’affiner cette bipolarisation régionale. La céramique, dans la zone sud‑est qui, on le remarque au passage, correspond, bien que de façon plus rétractée, à l’aire du groupe de Marolles‑sur‑Seine, se compare étroitement avec celle de la zone nord‑alpine. Il convient de souligner la permanence frappante du fait que le sud‑est du Bassin parisien évolue constamment en liaison avec cette zone depuis le Bronze moyen des Tumulus orientaux.

20Pendant l’étape 3 cependant, la partie nord‑occidentale de l’aire occupée précédemment par le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale fait preuve d’une évolution différente. Les sites de la vallée de l’Aisne montrent de fortes analogies avec la documentation du sud de la Belgique et plus particulièrement avec le groupe de Belgique centrale et méridionale (Desittere 1968) que S. J. De Laet subdivise au début du Hallstatt C en un groupe du sud‑Namurois et un groupe du Luxembourg méridional.

21On a mis en évidence les liens qui unissent les sites de Nanteuil‑sur‑Aisne « L’Entrée‑des‑Ecouaires » (Lambot 1977) et de Saulces‑Champenoises « Le Fond‑de‑Bernois » (Flouest, Stead 1979) avec celui de Court‑Saint‑Etienne en Namurois (Mariën 1958). On a insisté sur les rapports qui s’établissent avec le site argonnais de Vienne‑la‑Ville « Haulzy » (Marne) (Goury 1911), depuis longtemps comparé, non seulement aux nécropoles voisines de la Croix‑de‑Pierre « Bois de Neuvilly » (Meuse), de Verrières‑en‑Hesse « Bois de Récicourt » (Meuse), et de Montzeville « Lambéchamp » (Meuse) (Chenet 1929), mais aussi à celle de Saint‑Vincent en Belgique (Mariën 1964). Le savant belge localise très justement des parallèles à Gedinne, à Louette‑Saint‑Pierre et à Havré (Mariën 1964).

22A cet ensemble il faut ajouter des sépultures tumulaires luxembourgeoises de Lorentzweiler‑Blaschette « Jonge Bandels » (Haffner 1973).

23Ainsi se révèle une entité culturelle centrée sur le Massif ordonnais, qui flanque à l’ouest le groupe de Laufeld. Il semble logique de le nommer « groupe des Ardennes ». Celui‑ci doit s’intégrer dans une culture dont les contours et les éléments structuraux demeurent flous dans l’état actuel des connaissances.

24On a noté dans la zone des marais de Saint‑Gond des caractéristiques fréquemment attestées en Allemagne autour de la vallée du Rhin, entre Karlsruhe et le bassin de Neuwied. Aussi est‑il possible qu’un groupe particulier s’intercale entre le faciès de Gündlingen‑Ossingen‑Singen et le groupe des Ardennes, mais des relais nécessaires font encore défaut en Lorraine. Quoi qu’il en soit, la Champagne constitue une zone intermédiaire culturellement, ce que renforce la persistance de l’exclusivité du rite de l’incinération.

25En ce qui concerne le sud‑est du Bassin parisien, on a reconnu un horizon lié au faciès du Gündlingen‑Ossingen‑Singen qui s’étend vers l’ouest, comme en témoignent les sépultures d’Ensisheim (Haut‑Rhin) (Zumstein 1964‑1965 ; Gerhart, Voegtlin 1975‑1976), de Vix « Mont‑Lassois » (Côte‑d’Or) (Joffroy 1960), ou de Soucy « Mocque‑Bouteille » (Yonne) (Gaj 1982) par exemple pour les plus significatives. Il s’avère délicat de mettre une étiquette sur ce faciès, non seulement parce que les ensembles clos dont on connaît la céramique demeurent rares (la majorité des sépultures ont fait l’objet de fouilles anciennes et le plus souvent de mauvaise qualité) mais aussi à cause du concept de « culture des Champs d’Urnes » qui tend à occulter la reconnaissance de groupes régionaux. C’est pourquoi l’on s’en tient à l’appellation vague d’horizon ou faciès de Gündlingen‑Ossingen‑Singen, sites sur lesquels la plupart des éléments caractéristiques se trouvent réunis.

26Plus à l’ouest, l’information se restreint davantage encore. Au sud, le petit tumulus de Sublaines « Les Danges » ou « Les Buttes » (Indre‑et‑Loire) avec son urne ornée d’une frise anthropomorphe et une sépulture de Villement « Saint‑Aoustrille » (Indre) (Willaume 1978) avecun récipient portant un décor analogue suggèrent l’existence d’un groupe local auquel se rattache le site d’Aslonnes « Le Camp Allaric » (Vienne) (Pautreau 1977 et 1979), lié à une influence du sud de la France qui, peut‑être, contourne le Massif central par l’ouest.

Des résultats typo‑chronologiques à la structure sociale

27On sait que de grandes incertitudes pèsent sur la compréhension de l’organisation sociale des communautés protohistoriques. Pour la période traitée ici, le rite dominant de l’incinération des individus rend souvent impossible les déterminations du sexe ou de l’âge. De plus, on constate la trop grande rareté des études anthropologiques, même lorsqu’il s’agit d’inhumés. On va tenter de réunir toute l’information disponible pour dépasser cette méconnaissance. Il importe de conserver à l’esprit qu’échappent totalement à l’analyse sociologique les tombes sans mobilier ; l’absence de ces éventuelles sépultures indatables provoque, à l’évidence, un décalage des moyennes vers les ensembles les plus fournis.

◼ Pendant l’étape 1

28Dans le Bassin parisien, on ne connaît durant cette étape que le groupe de Marolles‑sur‑Seine. On dispose d’une centaine de sépultures, ce qui semble très favorable pour se livrer à une analyse pertinente. Cependant, nombre d’entre elles n’ont fait l’objet que de descriptions hâtives et incomplètes. On sait le peu d’intérêt que la poterie suscitait chez des amateurs d’antiquités dont l’activité s’apparentait davantage au pillage qu’à une recherche, même maladroite.

29On observe que les tombes de ce groupe renferment fréquemment des perles en bronze, en ambre ou même en pâte de verre que leur taille et leur aspect ont probablement tenues cachées. La présence de fossés circulaires n’est détectée que depuis une date récente. Enfin, on constate que certaines déterminations anthropologiques reposent plus sur la composition du mobilier que sur la morphologie des squelettes, autrement dit, sur des a priori.

30Malgré toutes ces inconnues, le groupe de Marolles‑sur‑Seine est celui qui se prête le mieux à une étude sociologique : les inhumations constituent une proportion importante de l’ensemble et le mobilier se révèle relativement abondant et diversifié. Le fait que les inhumations de Marolles‑sur‑Seine ont subi des prélèvements (pillage, rite ?), probablement d’objets métalliques, brouille certes notre information mais n’interdit pas une exploitation des documents disponibles ; il n’aboutit qu’à tirer les résultats vers les valeurs basses, suggérant des écarts encore plus marqués.

31On choisit d’analyser le corpus de sépultures à l’aide d’une matrice de co‑occurrence des catégories d’objets. Seules les perles sont distinguées en fonction de leur type, car on peut penser qu’elles proviennent d’éléments de parures ou de vêtements possédant une valeur discriminante, sexuellement ou socialement par exemple.

  • 1 : poinçon
    2 : rasoir
    3 : épée
    4 : couteau
    5 : poignard
    6 : cylindres en tôle de bronze
    7 : virole
    8 : jambière
    9 : épingle
    10: bracelet
    11 : rivets
    12 : perles spiralées en bronze
    13 : perles en ambre
    14 : collier
    15 : monture en bronze de défense de sanglier
    16 : éléments de ceinture

32Cette matrice permet d’obtenir une image claire et précise des associations préférentielles de catégories d’objets et, ainsi, de vérifier les exclusions absolues et relatives. On rajoute à celle‑là les informations qui ont trait au sexe (H : homme ; F : femme) pour les quelques cas où des déterminations ont été effectuées, au rite (+ : inhumation ; — : incinération), et enfin on intègre une catégorie M : monument (fig. 41). Cette dernière prend en compte la présence d’un tumulus ou d’un fossé circulaire, monuments qui réclament la production d’un travail important qui, par hypothèse, reflète un statut social privilégié.

● 41. Matrice de co‑occurrence des catégories d’objets pour le groupe de Marolles‑sur‑Seine. H : homme ; F : femme; M : monument ; signe + : inhumation ; signe  : incinération.

33Deux groupes d’objets s’excluent totalement. L’un se compose des catégories : poinçon (1), rasoir (2), épée (3) et couteau (4) ; l’autre, des catégories : collier en bronze (14), monture en bronze de défense de sanglier (15) et éléments de ceinture (agrafes) (16). Le premier n’est attesté que pour des hommes, et le second pour des femmes. Un groupe de parures montre des associations avec ces deux groupes : cylindres en tôle de bronze (6), viroles (7), épingle (9), bracelet (10), rivets (11) et les déterminations anthropologiques confirment cette mixité. Mixtes aussi, certaines catégories se trouvent plus particulièrement liées à l’un ou l’autre des groupes masculin et féminin. C’est le cas du poignard que l’on trouve deux fois dans des tombes d’hommes. Il s’associe trois fois au rasoir et deux fois à l’épée ; c’est pourquoi on l’interprète comme un objet plutôt masculin, car il n’appartient qu’une seule fois à une tombe renfermant des perles spiralées en bronze, plus spécialement liées aux tombes féminines. Celles‑ci, comme leurs homologues en ambre et les jambières, sont considérées comme plutôt féminines, malgré la présence de la catégorie des perles en ambre avec un squelette d’homme dans l’inhumation 4 de Marolles‑sur‑Seine « Les Gours‑aux‑Lions » (Seine‑et‑Marne) (Poulain 1970).

34Globalement, les armes appartiennent plutôt à des hommes et les parures, hormis les épingles, aux femmes. On constate, de plus que les monuments funéraires s’associent préférentiellement à un mobilier masculin. Dans les deux cas qui s’opposent à l’exclusivité, il s’agit de tumulus pour lesquels on n’a pas signalé l’existence d’un fossé périphérique. On observe que le rite ne correspond pas à une discrimination sexuelle.

35On peut tenter d’approcher l’organisation sociale des communautés de ce groupe culturel par l’examen des différences de richesse entre les tombes. Il n’est pas possible de préjuger de la valeur spécifique qu’une catégorie d’objets pouvait revêtir, aussi se limite‑t‑on au décompte du nombre des composants du mobilier funéraire (considérer la quantité du mobilier comme le reflet de la richesse est une hypothèse forte; il importe d’en garder conscience).

36Toutefois, il semble préférable de pondérer les totaux en n’effectuant pas la somme de petits objets tels que les perles et les cylindres en tôle de bronze; ces éléments de parure ou de costume composaient, très vraisemblablement, une pièce unique et, de plus, nombre d’entre eux ont probablement échappé aux fouilleurs sans méthode. C’est pourquoi ils sont pris en compte par catégorie, de la même façon que pour l’élaboration de la matrice de co‑occurrence. Bien entendu, les récipients céramiques aussi sont considérés.

37A partir de ces données, on obtient un histogramme (fig. 42) qui témoigne d’une répartition bimodale, de part et d’autre de la valeur 5. Environ 78% des sépultures contiennent moins de cinq objets. La catégorie la plus riche atteint seize objets, dans la sépulture 101 de Champlay « La Colombine » (Yonne) (Lacroix 1957). Il apparaît ainsi des différences de richesse très marquées à l’intérieur de ce corpus.

● 42. 1. Histogramme du nombre des objets composant le mobilier des tombes du groupe de Marolles‑sur‑Seine ; a : homme ; b : femme; c : indéterminé. 2. Histogramme du nombre des objets composant le mobilier des tombes du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale ; : tombes contenant du métal ; b : tombes à mobilier exclusivement céramique. 3. Histogramme du nombre des objets composant le mobilier des sépultures argonnaises du groupe des Ardennes ; : sépultures contenant une épée ou un rasoir ; b : sépultures contenant du métal; c : sépultures sans métal.

38En s’appuyant sur les tendances décelées précédemment pour ce qui concerne la bipartition sexuelle (fig 41), on peut observer que la richesse n’est pas réservée à un sexe plutôt qu’à l’autre. On vient d’évoquer la sépulture à inhumation no 101 de Champlay ; immédiatement après, avec douze objets, se classe l’incinération 5 de Marolles‑sur‑Seine « Les Gours‑aux‑Lions » (Seine‑et‑Marne) (Mordant 1970), interprétée comme masculine (fig. 42 : 1).

39Les tombes cernées d’un fossé circulaire tendent à contredire l’hypothèse selon laquelle un monument constitue l’indice d’un statut social privilégié. On n’est pas surpris de voir de telles structures associées à des tombes riches: l’incinération 5 de Marolles‑sur‑Seine « Les Goursaux‑Lions » (Mordant 1970), celle de Pont‑sur‑Yonne « Beaujeu » (Yonne) (Prampart 1982) ou l’inhumation découverte en 1871 à Barbuise‑Courtavant « Les Grèvesde‑Bouligny » (Aube) (Anonyme 1965), par exemple; on constate cependant leur occurrence avec des sépultures ne recèlent qu’un seul objet à Gravon (Seine‑et‑Marne), enclos C et E (Mordant 1966), ou deux objets : l’incinération 4 de Villeneuve‑la‑Guyard « Les Terres‑de‑Prépoux » (Yonnel (Mordant, Coudray, Parruzot 1979). On peut penser qu’à l’intérieur de tels monuments, certaines sépultures faiblement creusées ont perdu une partie de leur mobilier au cours de l’arasement, ou bien que, facilement repérables, elles ont subi un pillage de leurs objets métalliques ; mais aucune preuve ne vient étayer pareille hypothèse. Ces monuments possèdent peut‑être, au contraire, une signification qui nous échappe parce qu’elle ne correspond pas à un privilège économique.

40Ce privilège social semble héréditaire. A Villeneuve‑la‑Guyard « Les Terres‑de‑Prépoux », l’inhumation 14 (Mordant, Coudray, Parruzot 1979), qui renferme un abondant mobilier, est celle d’un enfant. De surcroît, il convient de souligner la présence dans cette sépulture d’un couteau. On a vu que les armes sont plus particulièrement l’apanage des hommes. Ainsi, cet enfant reposait avec les signes de son futur statut, à la fois privilégié économiquement et masculin. On constate l’absence de corrélation entre la présence d’armes et la richesse.

41On interprète les communautés humaines du groupe de Marolles‑sur‑Seine comme des sociétés économiquement hiérarchisées où les privilèges sont réservés à des familles plutôt qu’à des individus ; hommes et femmes emportent dans la tombe les signes de leur richesse et leurs enfants semblent hériter ces privilèges. Les attributs guerriers ne sont pas réservés à ces favorisés, mais plutôt aux hommes, quelle que soit leur aisance matérielle.

◼ Pendant l’étape 2

42Soixante‑quinze sépultures de cette étape témoignent de l’exclusivité du rite de l’incinération. Cela nuit aux déterminations anthropologiques. De surcroît, pour la plupart des restes découverts dans le Bassin parisien, rien n’a été fait pour les tenter. Ainsi, on ignore totalement si l’on a affaire à des individus de sexe masculin ou féminin. Seule une distinction entre adultes et enfants a été reconnue dans la zone du confluent Yonne‑Seine pour quelques tombes.

43De profondes différences typologiques entre l’étape 1 et l’étape 2 ont été mises en évidence ; on constate qu’en moyenne, les sépultures du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale se distinguent nettement de celles du groupe de Marolles‑sur‑Seine par l’organisation et la composition du dépôt funéraire. Ces tombes tranchent essentiellement sur celles du groupe antérieur par leur sobriété. Parmi le mobilier, les objets métalliques sont plus rares et surtout moins abondants ; la céramique domine toujours nettement. Ainsi, peut‑être plus que pour l’étape précédente, on peut penser que de nombreuses découvertes ont été passées sous silence par les « archéologues » qui, souvent, méprisaient les pots, cassés ou non ; la sobriété qui caractérise ces sépultures ne permet pas une analyse analogue à celle menée pour le groupe de Marolles‑sur‑Seine. Aussi doit‑on se contenter de raisonner sur un histogramme du nombre d’objets renfermés dans chaque tombe (fig. 42 : 2).

44On n’obtient pas une courbe de distribution « normale » ; la moitié des sépultures ne recèlent qu’un ou deux objets, tandis qu’un second mode apparaît à partir d’une quantité de six objets. Un groupe plus riche semble ainsi se détacher. La prise en compte des objets métalliques renforce cette impression ; pour le groupe des treize tombes dans lesquelles on compte plus de cinq objets, deux seulement sont dépourvues de métal.

45Malgré des différences peu marquées, on observe des catégories sociales distinctes qui se traduisent par des écarts de richesse. Toutefois, il convient de noter des éléments contradictoires :

46— la présence d’un couteau — objet qui se rencontre le plus souvent dans le groupe des tombes de plus de cinq objets — dans une tombe qui ne possède qu’un autre objet, un récipient céramique ;

47— les monuments, indices logiques d’un statut social privilégié, attestés seulement pour des sépultures dont le mobilier n’excède pas quatre objets.

48Une autre critique peut être avancée à l’encontre de ce schéma : l’augmentation du nombre des objets contenus dans les tombes peut s’expliquer par un écart, non pas social, mais chronologique. La tombe B de Champagne‑sur‑Seine « Les Basses Godernes » (Seine‑et‑Marne) (G.A.R.F. 1971), la plus riche avec seize objets, possède des critères typologiques sur sa céramique dans lesquels certains reconnaissent le Bronze final IIIa ou Hallstatt B 1. Qu’elle reflète des caractères évolués qui pourraient la situer tardivement dans l’étape 2 — ce qui n’est pas prouvé — ne suffit pas pour infirmer une explication de caractère sociologique, car d’autres tombes, riches de dix objets ou plus, ne diffèrent en aucune manière de l’ensemble du corpus sélectionné.

49Une tombe au mobilier abondant, celle de Châtenay‑sur‑Seine « Les Gobillons » (no 21), est celle d’un jeune adulte, et fournit ainsi un indice d’hérédité sociale (Bontillot, Mordant, Paris 1975).

50En conclusion, malgré une relative sobriété et une cruelle pauvreté documentaire, les sépultures du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale témoignent de communautés parmi lesquelles existe une hiérarchisation, au moins économique, probablement transmissible à l’intérieur de la famille ; et, de la sorte, contredisent toute interprétation en termes d’égalitarisme.

◼ Pendant l’étape 3

51La documentation actuellement disponible ne permet pas une analyse quantitative pertinente. Durant cette étape on assiste à un émiettement culturel tel que l’on ne retrouve plus, à l’intérieur de chaque groupe, un nombre suffisant de sépultures. De plus, si des zones, surtout la Côte‑d’Or, ont livré plusieurs dizaines de tombes, celles‑là ont, pour la plupart, fait l’objet de fouilles anciennes et de médiocre qualité. L’image donnée par le corpus global des sépultures de l’étape 3 se révèle très contrastée et surtout semble défier les interprétations simplistes.

52L’ensemble du sud du Bassin parisien, lié au faciès de Gündlingen‑Ossingen‑Singen, est connu principalement par ses tumulus. Les sépultures non tumulaires restent extrêmement rares. Il s’avère très probable qu’une part très importante de ces populations demeure ignorée. Si l’on raisonne sur la documentation actuelle, on est frappé par le nombre élevé des sépultures qui contiennent une épée. Un présupposé courant consiste à plaquer le modèle féodal sur les sociétés protohistoriques qui révèlent des aspects guerriers. Les ensembles mobilisables plaident pour un modèle différent ; il n’y a pas de corrélation stricte entre la richesse différentielle et la présence d’une arme. Autrement dit, l’épée ne constituerait pas un signe aristocratique, mais accompagnerait plutôt la plupart des hommes dans la tombe.

53Autant que l’on puisse en juger, malgré les incertitudes qui affectent la composition du mobilier — la céramique, par exemple, est largement sous‑estimée — le nombre des objets, indice de richesse, montre que les tombes dont on peut faire l’hypothèse qu’elles sont celles de femmes se répartissent sur tout l’éventail, des plus pauvres aux plus riches (Henry 1933 ; Wamser 1975). On obtient ainsi l’esquisse d’une organisation sociale qui rappelle celle du groupe de Marolles‑sur‑Seine. Ce modèle demeure très hypothétique ; il se dégage de la lecture des inventaires publiés qu’une révision rigoureuse du mobilier serait nécessaire pour quantifier sérieusement l’abondant mobilier inédit.

54Dans la zone des marais de Saint‑Gond, où l’on a observé des traits particuliers, distincts du groupe plus méridional, on constate une totale absence d’armes dans les sépultures. Comme pour le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale, la composition du mobilier apparaît assez peu variée et l’écart quantitatif faible. La présence d’un fossé périphérique n’est attestée que pour des tombes qui renferment moins de quatre objets et, dans cinq cas sur sept, un unique récipient a été découvert. Des sépultures à incinération partielle sans mobilier ont été signalées dans la nécropole d’Aulnay‑aux‑Planches « Au‑dessus‑du‑Chemin‑des‑Bretons » (Brisson, Hatt 1953) ; celles‑ci se situent dans le groupe B qui renferme, en majorité, des tombes de l’étape 3.

55On a tenté, dans un chapitre précédent, de déceler les critères typologiques d’une éventuelle évolution interne ; on a conclu que quelques caractères de la céramique peuvent indiquer un tel phénomène, sans toutefois être suffisamment nets et synchrones pour servir à une bipartition de l’étape 3. On constate que la céramique des tombes les plus riches est dépourvue de ces critères plutôt récents. C’est pourquoi on émet l’hypothèse selon laquelle les éventuels signes de hiérarchisation sociale changent peu à peu de nature au cours de cette étape.

56Tout se passerait comme si la construction d’un monument se substituait à l’abondance du mobilier pour marquer ces distinctions. La découverte d’ossements humains, dans le fossé du tumulus D par exemple, renforcerait cette idée si l’on pouvait les dater précisément ; il est évident que si la majeure partie des individus de ces communautés était confiée à la terre sans mobilier, et surtout après un passage sur le bûcher, on éprouvera longtemps des difficultés pour en acquérir la preuve.

57En ce qui concerne le groupe des Ardennes, les découvertes de sépultures remontent à une date ancienne, comme la plupart de celles dont le tumulus était resté visible. C’est le cas, tant en Belgique à Court‑Saint‑Etienne (Mariën 1958) ou à Saint‑Vincent (Mariën 1964), par exemple, qu’à Vienne‑la‑Ville « Haulzy » (Goury 1911). Plus récente, la fouille d’une tombe à incinération cernée d’un fossé circulaire a révélé un intéressant ensemble composé de quatre récipients céramiques, d’une épée hallstattienne en fer et de pièces de harnachement équestre (Flouest, Stead 1979).

58Hormis les sépultures à harnachement, le comptage du mobilier atteint des sommes extrêmement faibles. Une analyse quantitative des tombes d’Argonne, Vienne‑la‑Ville « Haulzy », La Croix‑de‑Pierre « Bois de Neuvilly » (Meuse) (Chenet 1929) et Verrière‑en‑Hesse « Bois de Récicourt » (Meuse) (Chenet 1929), illustre amplement cette sobriété déjà constatée plus au sud.

59Aucune de ces tombes ne renferme plus de quatre objets (fig. 42 : 3). Plus des trois quarts de la série des sépultures qui contiennent du mobilier ne livrent qu’un ou deux objets. Le métal existe surtout dans les tombes riches, et plus particulièrement les épées et les rasoirs que l’on regroupe ici, en raison de la fréquence généralisée de leur association réciproque.

60Ainsi se dessine là une organisation sociale différente de celle que l’on observe en Bourgogne. L’armement, emporté dans la tombe, semble plutôt être dans ce groupe l’apanage des hommes riches.

Interprétations historico‑culturelles

61Au fil des chapitres qui précèdent, on a élaboré un système chronologique et culturel ; chaque groupe culturel a été étudié d’un point de vue sociologique. Il s’agit maintenant d’effectuer la synthèse des divers éléments évoqués et d’élargir le questionnaire afin d’obtenir une image à la fois plus complexe et dynamique des phénomènes qui affectent le Bassin parisien pendant la portion de temps durant laquelle certains reconnaissent l’existence d’une entité dite des « Champs d’Urnes ». Dans un premier temps, on va tenter de définir les structures des groupes reconnus et de caractériser les ruptures que la typologie permet de localiser. Ensuite, on va étudier la validité d’hypothèses qui pourraient expliquer cette évolution. Enfin, il sera possible de confronter ces résultats avec le modèle des « Champs d’Urnes ».

◼ Évolution structurale

62On a opéré un découpage en trois étapes qui repose exclusivement sur les objets. Or, pour le problème traité dans cette étude, on sait que certaines pratiques funéraires tiennent un rôle primordial dans les modèles historico‑culturels proposés. Il est commode de distinguer quatre catégories de pratiques décelables par l’archéologie :

  • les pratiques préparatoires précédant la mise en terre;

  • les pratiques sépulcrales (orientation, répartition, forme, aménagement des tombes et position du corps) ;

  • les pratiques de dépôt (offrandes alimentaires, récipients, armes, outils...) ;

  • les pratiques d’habillement (costumes, parures portés) ; (Démoulé 1982).

63Il est certain que l’incinération des défunts appauvrit considérablement le questionnaire auquel on peut soumettre le corpus analysé ici. C’est pourquoi on se contente des trois premières catégories. Les informations qui entrent dans la troisième catégorie ont été analysées plus haut ; pour celle des pratiques préparatoires, on insiste sur l’opposition inhumation‑incinération, et sur la présence ou l’absence d’un monument pour les pratiques sépulcrales.

64Si l’on représente graphiquement pour chaque étape le rite préparatoire pratiqué (fig. 43), on met en lumière que l’incinération est exclusive seulement durant l’étape 2. Ce particularisme du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale se renforce lorsqu’on fait figurer la présence d’un monument. Ce dernier n’est attesté que de façon extrêmement résiduelle pour le même groupe, tandis qu’il est bien représenté dans l’étape 1 et dans l’étape 3. On constate dans celles‑ci une absence de concordance entre les pratiques préparatoires et sépulcrales ; les monuments sont affectés indifféremment à des tombes à incinération et à inhumation. Ces éléments confirment pleinement le changement profond que suggère l’analyse du mobilier et surtout de la céramique. La rupture entre l’étape 1 et l’étape 2 se caractérise par une transformation des formes et des décors de la céramique, et, dans une moindre mesure, des productions métalliques. Les décors incisés, très souvent peignés, ornent des formes anguleuses. Ces caractères sont totalement nouveaux et, sauf exceptions, ne se trouvent jamais associés en ensembles clos avec des récipients rappelant l’étape antérieure.

● 43. Représentation graphique des pratiques funéraires ; I, II, III : étapes (ne figurent ici que les sépultures de l’étape 3 classées au Bronze final selon J.‑J. Hatt) ; a : inhumation ; b : incinération ; c : monument ; d : sans monument.

65Ces conclusions rejoignent les résultats d’une étude de la céramique de plusieurs sites d’habitat de Franche‑Comté : « […] la coupure B. F. IIa/IIb en Franche‑Comté est évidente et pourrait même laisser supposer un renouvellement partiel de la population (et le seul pendant le Bronze final) intervenant rapidement » (Pétrequin, Richard 1983).

66On a vu que les sépultures du groupe de Marolles‑sur‑Seine sont globalement riches en objets métalliques, incinérations comprises. Là aussi, le contraste se révèle important avec la sobriété funéraire généralisée du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale. Cette rupture de l’évolution apparaît, en quelque sorte, ponctuée par un horizon de dépôts de bronzes, Marolles‑sur‑Seine (Gaucher 1974), Cannes‑Ecluse (Gaucher, Robert 1967), Villethierry (Mordant, Prampart, Bourhis, Briard, Mohen 1976), qui rassemblent une majorité d’objets ayant connu une longue vogue durant l’étape 1, et quelques autres qui s’observent encore durant l’étape 2. Le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale recouvre la totalité de l’aire occupée auparavant par le groupe de Marolles‑sur‑Seine, mais occupe aussi une vaste zone septentrionale pour laquelle l’ignorance reste grande : tout le nord‑est du Bassin parisien et même une portion de la Belgique. Ce groupe tranche ainsi radicalement avec tout ce qui le précède. Il se surimpose, avec une rare homogénéité, à des groupes culturels différents, l’un d’influence orientale, l’autre probablement de tradition occidentale comme le montrent les produits métalliques et comme le suggèrent quelques indices céramiques trop rares encore.

67La coupure décelée entre l’étape 2 et l’étape 3 se montre d’une toute autre nature. La matrice « diagonalisée » de la zone des marais de Saint‑Gond produit une tombe recèlent des objets appartenant à l’une et à l’autre de ces étapes. La stratigraphie horizontale de la nécropole d’Aulnay‑aux‑Planches « Au‑dessus‑du‑Chemin‑des‑Bretons » (fig. 25) indique que, sur une bande limitrophe aux deux séries, sépultures anciennes et récentes se mêlent. D’une étape à l’autre, on n’observe pas un renouvellement radical de la céramique ; nombre de thèmes décoratifs survivent. Les formes changent, elles s’arrondissent ; les récipients du type B deviennent très fréquents. L’usage de la peinture ou du graphite se développe. Les monuments réapparaissent.

68Un changement très important se révèle en total contraste avec l’étape 2 : l’émergence de groupes culturels qui fragmentent l’homogénéité antérieure. Dans le sud‑est du Bassin parisien, on inhume à nouveau certains individus. Au nord comme au sud, l’épée fait sa réapparition dans les sépultures. La poterie donne tous les signes d’une évolution divergente, à partir du fond commun Rhin‑Suisse‑France orientale. Avec l’étape 3, on retrouve des dépôts de composition très abondante et variée où se mêlent produits « orientaux » et « occidentaux ». Dans ces dépôts métalliques, les éléments de harnachement équestre sont courants.

69Toutes les caractéristiques du Hallstatt ancien sont présentes dans le Bronze final IIIb, ce qui confirme les résultats de l’étude typologique développée plus haut. Il ne s’agit pas de prémices ni de prototypes ponctuels, mais bien d’un phénomène généralisé pour tous les groupes culturels régionaux. On verra plus loin que le changement métallurgique qui, bien entendu, fonde la coupure entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer s’inscrit parfaitement dans le même cadre chronologique, à l’échelle de l’Europe entière.

70Ainsi, trois étapes principales, typologiques et structurales se délimitent clairement. Curieusement, durant l’étape 2, le groupe Rhin‑Suisse‑Fronce orientale constitue, à tous points de vue, une rupture nette de l’évolution. Il résiste aux explications de type linéaire. Pour caricaturer un peu, les éléments structuraux et nombre de traits typologiques du mobilier de l’étape 3 se situeraient davantage dans le prolongement du groupe de Marolles‑sur‑Seine que dans celui du groupe intermédiaire. Il est certain que des événements peu ordinaires peuvent seuls expliquer de tels bouleversements.

◼ Hypothèses historico‑culturelles

71Pendant l’étape 1, le groupe de Marolles‑sur‑Seine couvre une zone où sont attestées des occupations du Bronze moyen du type de Haguenau. De nombreux objets permettent de relier ces deux entités. Certains types d’épingles, de jambières, de perles, de même que des formes et des décors de la céramique indiquent une évolution sans heurts depuis le Bronze moyen des Tumulus orientaux jusqu’au Bronze final IIa. Un changement important s’est produit dans le Bassin parisien pendant le Bronze moyen : l’extension d’une influence orientale qui a remplacé, dans la zone sud‑est, un faciès culturel d’affinité occidentale. La composition des dépôts prouve l’existence de contacts, au moins pour l’échange de biens métalliques, que ces deux ensembles entretiennent.

72Pour ce groupe occidental d’une vaste culture nord‑alpine, les modifications s’expliquent entièrement par des facteurs endogènes. Il n’entrait pas dans la présente problématique d’effectuer une analyse chronologique fine. Il convient cependant de noter que, si les indices d’une évolution interne se discernent, les subdivisions correspondent à des changements typologiques partiels et ainsi demanderaient plutôt des études quantitatives pour être mises en évidence. Dans l’état actuel des connaissances, trois subdivisions marquées par le système de J.‑J. Hatt semblent posséder une certaine pertinence et, dans l’attente d’une analyse très détaillée, on peut formuler l’hypothèse d’une tripartition de l’étape 1 pour le groupe de Marolles‑sur‑Seine ; la première subdivision correspondant à ce que l’on classe actuellement à la fin du Bronze moyen, la seconde au Bronze final I et la troisième au Bronze final IIa. Il ne s’agit pas seulement de changer la terminologie et, de ce fait, de nourrir la complexité déjà grande des systèmes chronologiques mais de transformer la hiérarchisation des termes afin de mieux exprimer l’évolution historico‑culturelle.

73Il est intéressant de constater que le système proposé rend assez bien compte de l’évolution parallèle des groupes occidentaux. Pour ces derniers, la coupure entre le Bronze moyen et le Bronze final apparaît aussi artificielle, divisant des groupes de dépôts qui renferment des objets semblables, des épées à languette trapézoïdale par exemple. Ainsi serait‑il logique de regrouper l’horizon Villers‑sur‑Authie/Taunton‑Union Workhouse et celui de Saint‑Just‑en‑Chaussée/Rosnoën, bien synchronisé avec celui de Rixheim/Stockheim. Il semble bien, malgré une certaine incertitude, qu’il faille attendre une phase évoluée du Bronze final II, soit l’étape 2, pour voir apparaître un nouvel horizon métallurgique homogène, notamment avec les épées pistilliformes, celui de Caix/Saint‑Brieuc‑des‑Iffs/Wilburton.

74L’homogénéité, la densité des productions du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale suggèrent une mise en place rapide. La rareté dans les ensemble clos d’associations avec des types de l’étape antérieure évoque le déclenchement d’un phénomène ample et puissant. Il est tentant, devant une telle situation, de recourir à l’explication diffusionniste classique : une population nouvelle immigre massivement avec ses traditions propres. Toutefois, si, au Néolithique, la colonisation « danubienne » ne fait aucun doute en raison de la radicale transformation du mode de vie qu’elle introduit en même temps qu’un mobilier et un type de maison d’une extraordinaire standardisation depuis l’Europe centrale jusqu’au Bassin parisien, il se révèle beaucoup plus délicat de prouver un mouvement de population à une époque où les sociétés possèdent déjà une organisation complexe et surtout entretiennent des relations d’échanges de toutes natures. En ce qui concerne le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale, on peut écarter une explication de type commercial :

75— la quantité de la céramique est trop élevée ;

76— certaines sépultures renferment, dans quelques cas, des récipients quasi identiques, sortant manifestement des mêmes mains et dont les caractéristiques fines ne se retrouvent pas dans le reste de la nécropole : la tombe Z 2 d’Aulnay‑aux‑Planches (Chertier 1976 : p. 122, 3‑5), l’incinération O de Châtenay‑sur‑Seine « Les Gobillons » (Bontillot, Mordant, Paris 1975 : fig. 8, 8‑9) et l’incinération 1 de Marolles‑sur‑Seine « Les Gours‑aux‑Lions » (Mordant 1970 : fig. 33, 2 et 4).

77Ceci implique une fabrication locale et peut‑être familiale. Ainsi deux hypothèses restent :

78— il s’agit bien d’une population nouvelle qui envahit la moitié orientale du Bassin parisien ;

79— les autochtones se sont brutalement convertis à des rites funéraires et des goûts esthétiques nouveaux.

80Une revue générale des informations dont dispose l’archéologue permet de constater que les arguments susceptibles d’appuyer l’une ou l’autre de ces hypothèses ne se révèlent jamais décisifs. La répartition spatiale du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale montre que le phénomène touche des cultures différentes, notamment au nord du Bassin parisien ; cette vaste zone témoigne d’une homogénéité globale du mobilier, quelles que soient les traditions antérieures. Cela peut laisser penser à une colonisation par des communautés humaines nombreuses ; pourtant, le centre de gravité de ce groupe culturel situe l’origine probable du phénomène à l’intérieur de la zone occupée antérieurement par la culture à laquelle appartient le groupe de Marolles‑sur‑Seine.

81La sobriété des sépultures, qui tranche sur la relative richesse des précédentes, peut être interprétée soit comme le signe de communautés en mouvement pour lesquelles les risques encourus favorisent une redistribution des privilèges, un décloisonnement social en même temps qu’un allègement du mobilier ou une certaine réticence à gaspiller le métal, soit comme l’expression de valeurs différentes, religieuses ou sociales.

82Au crédit de la conversion, on peut mettre le nombre extrêmement restreint des armes déposées dans les tombes, hormis les couteaux dont la fonction demeure incertaine. On remarque, à cet égard, que les quelques sépultures à épée, datées du Hallstatt A2 ou du Bronze final IIb présentent souvent un mobilier dont beaucoup de caractères évoquent l’étape antérieure ; c’est le cas, par exemple, à Mimbach (Kolling 1970), à Eschborn, tombe 2 (Richter 1970 : pl. 86) ou à Eguisheim « Colline de Buhl » (Zumstein 1964‑1965 : fig. 35, 187‑190), ce que ne contredit pas la position chronologique de l’épée du type de Hemigkofen (Cowen 1956 ; Schauer 1971). Toutefois, la pérennité de certaines représentations symboliques, et notamment d’oiseaux en bronze ou en céramique, durant une période qui s’étend au moins du Hallstatt Al jusqu’au Hallstatt C, laisse douter de l’idée d’une conversion (Kossack 1954). Les arguments disponibles ne permettent pas de choisir entre ces deux éventualités.

● 44. Histogramme du nombre des objets en fer en Europe pendant le Bronze final (en partie d’après Kimmig 1964). a : objets peu travaillés. b : objets élaborés. c : découvertes d’Istrie et de Vénétie.


83Tout cela entraîne logiquement à s’interroger sur l’utilité de l’idée d’une « migration hallstattienne » pour expliquer ces transformations. Selon le modèle courant, ces étrangers se caractérisent principalement par leur grande épée et leur équipement équestre. La présence de mors en bois de cerf dans les palafittes suisses et à Vieux‑Moulin « Saint‑Pierre‑en‑Chastres » (Oise), par exemple pour le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale, prouve l’antériorité du cheval monté ; et surtout, la profusion des pièces de harnachement en bronze dans les dépôts comme à Neuvy‑sur‑Barangeon (Cher) (Goy l’de] 1885) ou plus loin vers l’ouest à Vénat (Coffyn, Gomez, Mohen 1981) démontre un développement généralisé de la technique équestre, en totale indépendance par rapport à une éventuelle migration venue de l’est au Hallstatt ancien.

84Au passage, il n’est pas indifférent de souligner quelques résultats d’une étude sur les mors de chevaux (Gallus, Horvath 1939) : « […] les trouvailles caractérisées par les mors apparaissent à la période B de Hallstatt et forment une série ininterrompue pendant la période C toute entière [p. 52] […]. Si nous comparons ces conclusions typologiques, et chronologiques à celles que nous pouvons tirer du matériel de l’Eurasie septentrionale […], nous pouvons établir que les trouvailles orientales sont plus jeunes que les centre‑européennes » (p. 53‑54). Autrement dit, il semble bien que l’usage du cheval monté se développe synchroniquement en Europe centrale et en Europe occidentale et que certains types de mors soient adoptés de proche en proche en imitant avec des variations les prototypes hongrois.

85En ce qui concerne la grande épée hallstattienne en fer, si aucune conclusion définitive n’a pu être encore arrêtée pour sa genèse, il est sûr que ses prototypes potentiels existent à l’ouest avec le type d’Ewart‑Park, d’où la création d’un type proto‑hallstattien. L’influence orientale s’exercerait principalement en ce qu’une variante fut rapidement produite en fer, tandis que la zone atlantique restait fidèle à ses productions bronzières. La convergence de ce faisceau d’arguments est telle que l’on peut conclure à l’inutilité de l’hypothèse « hallstattienne ».

◼ L’hypothèse des « champs d’urnes »

86Le système chronologique de J.‑J. Hatt entérine l’idée que de profonds bouleversements se déclenchent pendant le Bronze D de P. Reinecke. A la suite de W. Kimmig, il interprète certains groupes d’objets de cette étape comme le mobilier de communautés orientales en déplacement. Cette « phase préliminaire des Champs d’Urnes » correspondrait à un changement suffisamment important pour justifier le passage à un Bronze final. Dans le Bassin parisien, on a constaté que les informations disponibles offrent l’image d’une évolution sans rupture, depuis la fin du Bronze moyen jusqu’au Bronze final IIa inclus. L’hypothèse des « Champs d’Urnes » est, là, inopérante.

87La question se pose plus sérieusement pour le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale. Il reste possible que la mise en place de ce groupe soit la conséquence d’un déplacement de population. On a insisté sur la transformation quasi totale du matériel archéologique et sur l’emprise de ce groupe dans le nord‑est du Bassin parisien où l’influence orientale massive paraît bien constituer un fait nouveau.

88On constate que les nécropoles ne correspondent à la définition de Champs d’Urnes qu’avec l’étape 2. C’est pourquoi des groupes de cette étape sont parfois appelés « Champs d’Urnes classiques ». Il s’agit essentiellement, comme l’ont montré W. Kimmig (Kimmig 1940) et M. E. Mariën (Mariën 1948), des groupes Main inférieur‑Souabe et Rhin‑Suisse. Ces groupes s’intégreraient dans une vaste « culture des Champs d’Urnes » composée de plus de trente groupes et sous‑groupes. Les éléments communs résident surtout dans les pratiques funéraires et dans certains types métalliques ; l’examen de la céramique révèle des différences importantes. Ainsi se trouvent réunis dans cette entité des groupes culturels dont les points communs peuvent s’expliquer par des relations d’échanges à longue distance et par une communauté idéologique dont l’ancienneté remonte au‑delà du Bronze final.

89En Suisse et en Allemagne du sud‑ouest, la genèse de ce groupe reste assez mal définie. W. Kimmig (1940) notait les difficultés qu’il éprouvait à lui appliquer le modèle des « Champs d’Urnes ». Il décelait quelques éléments orientaux sur la céramique mais, comme l’avaient fait G. Kraft et E. Vogt, reconnaissait beaucoup de ressemblances avec le faciès autochtone du « Wallis‑Rhônekreis ». Ce problème n’est pas résolu ; il n’entre pas dans le présent sujet de l’étudier mais on attend avec intérêt des résultats s’ajoutant à ceux obtenus par J. Vital, non publiés mais évoqués dans un article traitant de la rupture Bronze final II a/II b en Franche‑Comté : « Une situation toute différente a été reconnue près du lac de Neuchâtel sur le site de Bavois (VD, Suisse) […], avec des villages successifs à la césure du B. F. II b et pendant un B. F. II b très chargé de réminiscences B. F. II a. Deux interprétations sont soutenables : il s’agit d’une phase ancienne du B. F. II b antérieurement au B. F. II b des stations littorales du lac de Neuchâtel (qui ne présente pas cette tradition II a) ; ou bien il y a coexistence momentanée entre des communautés tardives B. F. II a et des groupes lacustres B. F. II b pur (Pétrequin, Richard 1983). Il semble bien que la clef de ce problème réside en Suisse et en Allemagne du sud et qu’une analyse dénuée du présupposé des « Champs d’Urnes » se révélerait plus féconde.

90En dépit de cette inconnue, l’hypothèse des « Champs d’Urnes » non seulement n’est pas nécessaire pour expliquer le phénomène dont témoigne le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale, mais surtout contribue à entretenir des confusions et ainsi nuit au progrès de la connaissance. De plus, le terme lui‑même est totalement inadéquat en raison de son imprécision ; dans le Bassin parisien par exemple, à l’intérieur du faciès culturel de tradition occidentale auquel se surimpose le groupe Rhin‑Suisse‑France orientale, on incinère les défunts et les cendres sont aussi déposées dans une urne.

Table des illustrations

Légende ● 37. Sites ayant livré de la céramique de l’étape 1. Cercles pleins : sépultures, a : moins de 5 tombes. b : de 5 à 19 tombes. c : plus de 20 tombes. d : autres. e : limite théorique du groupe de Marolles‑sur‑Seine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende ● 38. Carte de répartition d’objets de l’étape 1. : plus de 20 objets ; b : 1 objet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende ● 39. Sites ayant livré de la céramique de l’étape 2. Cercles pleins : sépultures, a : moins de 5 tombes. b : de 5 à 19 tombes. c : plus de 20 tombes. d : autres. e : limite théorique du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende ● 40. Sépultures de l’étape 3. Cercles pleins : tombes à inhumation. Cercles barrés : sépultures à incinération. a : sépultures isolées. b : nécropoles. c : sépultures isolées . d : nécropoles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31990/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende ● 41. Matrice de co‑occurrence des catégories d’objets pour le groupe de Marolles‑sur‑Seine. H : homme ; F : femme; M : monument ; signe + : inhumation ; signe  : incinération.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31990/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende ● 42. 1. Histogramme du nombre des objets composant le mobilier des tombes du groupe de Marolles‑sur‑Seine ; a : homme ; b : femme; c : indéterminé. 2. Histogramme du nombre des objets composant le mobilier des tombes du groupe Rhin‑Suisse‑France orientale ; : tombes contenant du métal ; b : tombes à mobilier exclusivement céramique. 3. Histogramme du nombre des objets composant le mobilier des sépultures argonnaises du groupe des Ardennes ; : sépultures contenant une épée ou un rasoir ; b : sépultures contenant du métal; c : sépultures sans métal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31990/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende ● 43. Représentation graphique des pratiques funéraires ; I, II, III : étapes (ne figurent ici que les sépultures de l’étape 3 classées au Bronze final selon J.‑J. Hatt) ; a : inhumation ; b : incinération ; c : monument ; d : sans monument.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31990/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende ● 44. Histogramme du nombre des objets en fer en Europe pendant le Bronze final (en partie d’après Kimmig 1964). a : objets peu travaillés. b : objets élaborés. c : découvertes d’Istrie et de Vénétie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31990/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search