Version classiqueVersion mobile

La civilisation des Champs d’Urnes

 | 
Patrice Brun

Généralisation de la périodisation

Texte intégral

Le contexte

1L’âge du Bronze final, dit aussi « période des Champs d’Urnes », se substitue, dans le Bassin parisien, à un panorama contrasté et encore assez mal connu. A la fin de l’âge du Bronze moyen, on peut distinguer deux faciès culturels distincts : l’un lié à la culture des Tumulus orientaux, l’autre d’affinité nord‑occidentale.

◼ La culture des tumulus orientaux

2Bien représentée dans toute la zone nord‑alpine, cette culture archéologique se divise en groupes régionaux. La très importante documentation, issue des nécropoles de la forêt de Haguenau et remarquablement publiée par C. Schaeffer, demeure la meilleure référence pour le territoire français (Schaeffer 1926).

3Plus à l’ouest, les vestiges deviennent rares. Quelques‑uns proviennent de tumulus lorrains (Millotte 1965). En Bourgogne, deux sépultures sous tumulus sont bien connues : Magny‑Lambert « La Combe‑Bernard » (Henry 1933) et Couchey « La Rente‑Neuve » (Ratel 1961). Des sites ponctuels, non funéraires, se relèvent dans la moitié sud du Bassin parisien : au confluent Yonne‑Seine à Marolles‑sur‑Seine « Les Taupes » (Brézillon 1973) et Misy‑sur‑Yonne « Le Bois‑des‑Refuges » (Mordant, Bontillot, Paris 1977) ; dans le proche massif de Fontainebleau, à Montigny‑sur‑Loing « Marion‑des‑Roches » (Bailloud 1965) et Videlles « Les Roches » (Bailloud 1958 ; Bailloud, Coiffard 1967) ; dans l’Yonne à Maillot (Coudray, Parruzot 1947). Toujours isolé aux confins de la Normandie, le site de « Fort‑Harrouard » à Sorel‑Moussel (Eure‑et‑Loir) n’a, malheureusement, été publié que très partiellement (Philippe 1936‑1937 ; Sandars 1957).

4La céramique préside évidemment à l’élaboration de cette cartographie culturelle. Toutefois, on constate que la répartition des objets métalliques, isolés ou en dépôts, confirme cette image et traduit une certaine faiblesse de la production bronzière de tradition orientale, face à la prééminence des produits de la zone atlantique (Mohen 1977).

◼ Le bronze moyen d’affinité Nord‑Occidentale

5Depuis peu d’années, des ensembles céramiques ouvrent à une meilleure compréhension de cette période dans le nord‑ouest du Bassin parisien. La chronologie demeure très incertaine ; cependant, des vestiges s’apparentent sans conteste à la culture du Wessex en Angleterre et aux cultures de Hilversum et de Drackenstein aux Pays‑Bas et en Belgique (Letterlé 1976 ; Blanchet 1976a). La fin du Bronze moyen dans ces pays voisins pose des difficultés du fait, d’une part, de l’aspect peu typé des récipients céramiques et, d’autre part, de la rareté des associations de cette poterie avec des objets métalliques. Pour le présent sujet, le Bénélux recèle un intérêt primordial car il s’avère fort probable que toute cette zone méconnue du Bassin parisien connaît une évolution similaire ; or on ignore presque totalement les modalités de la transition entre l’horizon de Drackenstein‑Laren et les ensembles datables grâce à leurs associations ou ressemblances avec les objets de tradition orientale.

6Quelques indices existent, en France, pour sélectionner des hypothèses. Bien que confuse, la stratigraphie de Videlles « Les Roches » (Essonne), au locus 5 notamment, montre une couche renfermant entre autres un tesson à décor arciforme, scellée par une couche importante à mobilier de la culture des Tumulus orientaux (Bailloud, Coiffard 1967 ; Letterlé 1976 ; Blanchet 1976a). Par ailleurs, on peut considérer une fosse de Cuiry‑les‑Chaudardes « Le Champ‑Tortu » (Aisne) comme une structure assez récente du complexe culturel d’affinité nord‑occidentale ; s’y trouvaient associés des tessons présentant de nettes analogies anglaises et hollandaises, et un moule d’enclume du type de Porcieu‑Amblagnieux daté de la fin du Bronze moyen (Bocquet 1969). Il s’en dégage l’idée d’une avancée vers l’ouest de l’influence de la culture des Tumulus orientaux, au plus tôt dans la seconde partie du Bronze moyen, et n’affectant que le sud du Bassin parisien. On s’explique mieux ainsi la carence de cette culture au nord de Paris. Seul un petit vase à décor excisé, dont on ignore les circonstances de la découverte, est mentionné pour cette zone ; il provient de la région de Clermont (Oise) (Behrens 1907 ; Durvin 1965 ; Blanchet 1976b). Il faut attendre environ le milieu du Bronze final pour qu’y soit attestée une emprise orientale indubitable.

Chronologie relative

7On a passé en revue les principales interprétations et les systèmes chronologiques développés à partir d’ensembles extérieurs au Bassin parisien. Il s’agit d’abord de chercher les comparaisons entre les sépultures qui fondent le système ici proposé, et celles des régions voisines, puis, pour ces dernières, de vérifier les périodisations selon lesquelles on les classe.

◼ Chronologie relative de l’étape 1

8Dans la chronologie allemande, durant l’ultime étape de l’âge du Bronze — Bronze D — la culture des « Champs d’Urnes » remplace progressivement la culture des Tumulus. Dans le système de J.‑J. Hatt, cette période est appelée : Bronze final I. Si, en France, on a réservé le terme de « Hallstatt » à un âge du Fer considéré comme véritable, le découpage net n’en indique pas moins la reconnaissance d’une rupture majeure. Il faut tenter de situer les ensembles des nécropoles mises à contribution pour la périodisation, par rapport aux vestiges caractéristiques de la culture immédiatement antérieure.

9Dans deux tombes, des récipients permettent de raccrocher la phase 1 du confluent Yonne‑Seine à cet horizon. Comme le remarquent les auteurs, l’inhumation 6 de Marolles‑sur‑Seine renferme un large fragment de fond rond, portant un décor de triangles excisés, identique à de nombreux exemplaires bien datés de la forêt de Haguenau (Mordant 1970). De même, dans l’incinération 8 de Misy‑sur‑Yonne « Le Bois‑des‑Refuges », deux récipients trouvent des comparaisons dans cette direction (Mordant, Bontillot, Paris 1977 : fig. 20, 1‑2). Malgré le nombre réduit des ensembles mobilisables pour raccrocher cette étape 1 au Bronze moyen, il est permis de douter de la réalité d’une rupture importante à l’aube du Bronze final. On note la persistance du décor de mamelons, par exemple à Marolles‑sur‑Seine dans l’inhumation 11 (pl. 15 : 1), dans l’incinération 6 (pl. 15 : 2) ou dans l’inhumation 1 (pl. 4 : 1). Le type de poignard présent dans les incinérations 3 et 5 de Marolles‑sur‑Seine est bien attesté dans les ensembles clos du Bronze moyen des Tumulus en Allemagne (Holste 1953). Ce cas se présente également pour les perles hélicoïdales en bronze ou bi‑tronconiques en ambre.

10Au total, si on a remarqué, intuitivement, une évolution morphologique du mobilier du Bronze moyen au Bronze final, on reste loin d’un changement culturel majeur. Une telle idée s’appuie fortement sur la transformation des rites funéraires. Or, on observe, tout au plus, une diversification de ces pratiques. A côté de tombes plates où reposent les urnes, on continue d’élever des tertres qui protègent des inhumations : Kurzgeländ, tumulus 40 (Schaeffer 1979 : fig. 42), ou des incinérations : Kurzgeländ, tumulus 5 (Schaeffer 1979 : fig. 38). Ceci apparaît plus nettement encore dans la phase 1 du confluent Yonne‑Seine où, sur trente tombes offrant une identification sûre du rite, on dénombre dix‑sept inhumations et quatorze incinérations. La présence d’un fossé circulaire autour de certaines laisse poser l’hypothèse d’un tumulus initial, aujourd’hui arasé.

11Pour ces raisons, on interprète cette étape 1 comme la suite de l’ensemble culturel du Bronze moyen de type Haguenau ; l’évolution se déroule lentement, affectant progressivement les formes et décors de la céramique et des objets de métal, ainsi que la pratique des funérailles.

12On possède, dorénavant, un point de départ bien défini en chronologie relative ; il convient maintenant d’appréhender la durée de la phase « confluent Yonne‑Seine 1 ».

13Un grand récipient à base rugueuse du type E222b se trouve associé à une épingle à tête plate évasée et tige à collerettes, à des fragments de bronze à section polygonale à Eguisheim (Haut‑Rhin); daté du Bronze final I (Zumstein 1964‑1965 : fig. 33). Un autre, du type E212i, est associé à une épée du type de Rixheim et daté ainsi du Bronze final I‑IIa, à Wittelsheim (Zumstein 1964‑1965 : fig. 64). Des exemplaires analogues constituent un ensemble clos avec des récipients du type C423d et C423e à Rouffach (Zumstein 1964‑1965 : fig. 61). On se souvient que ce dernier type contribue à assurer l’homogénéité du groupe 1. A Mengen (Wurtemberg), une tombe réunit des petits cylindres de bronze du type 8 à de la céramique excisée datée du Hallstatt A1, et des rivets du type 3 sont associés, à Kressbronn‑Hemigkofen (Wurtemberg), à une épée du type de Rixheim (Dehn 1967).

14L’essentiel de la céramique se classe dans une période bien caractérisée par des objets métalliques. Les comparaisons convergent pour synchroniser la phase « confluent Yonne‑Seine 1 » avec le Bronze final I‑IIa de Hatt et Zumstein, ou le Bronze D‑Hallstatt A1 de Reinecke et Müller‑Karpe, dit encore « culture précoce et ancienne des Champs d’Urnes » (Beck 1980).

◼ Chronologie relative de l’étape 2

15La seconde subdivision est représentée par les phases « confluent Yonne‑Seine 2 » et « marais de Saint‑Gond 1 ». Les types les plus fréquents, A233k et C123k, se trouvent en association avec des types métalliques très particuliers. Le premier, par exemple, avec un couteau à soie recourbée du Hallstatt A2, à Oftersheim, près de Mannheim (Kimmig 1940 : pl. 91 G) ; le second, avec un rasoir à manche ajouré en croix de Saint‑André et lame très échancrée du Hallstatt A2, à Alzey « Recht des Rabensteins », en Hesse rhénane (Eggert 1976 : pl. 14C, 15A), ou avec un couteau à soie simple et un bracelet côtelé du Hallstatt B1 à Worms Pfeddersheim « Hinter Peel » (Eggert 1976 : pl. 30). On connaît aussi l’association du type A123k avec une épée du type de Hemigkofen du Hallstatt A2 à Mimbach, en Sarre (Kolling 1970 : fig. 3) ; du type A133k avec un couteau à soie perforée du Hallstatt A2, à Beckingen, tombe 1, en Sarre (Kolling 1968 : pl. 32, 6‑8) ; et avec une épingle des « Champs d’Urnes » du Hallstatt A2 à Kaltenengers « Jägerhaus », dans le bassin de Neuwied (Dohle 1970 : pl. 33B). Très caractéristique de cette étape 2, dans l’une ou l’autre des zones, le type C123d est bien daté, lui aussi, par un rasoir à manche ajouré en croix de Saint‑André et lame très échancrée du Hallstatt A2 à Lörzweiler « Rheinstrasse 24 », en Hesse rhénane (Eggert 1976 ; pl. 6). On remarque, dans le groupe Main inférieur‑Souabe, un type très proche de D322d, daté par un couteau à soie recourbée à Wisselsheim « Eichberg » (Richter 1970 : pl. 87). Il est intéressant de souligner que l’épingle à tête discoïdale biconvexe, à sommet orné d’un bouton, de l’incinération 21 de Châtenay‑sur‑Seine « Les Gobillons », qui, avec cent soixante et onze autres constitue une part notable du dépôt de Villethierry (Yonne), est placée dans le Bronze final IIb par C. Mordant (Mordant, Prampart, Bourhis, Briard, Mohen 1976), et dans le Hallstatt Al par H. Müller‑Karpe (Müller‑Karpe 1959). Ces considérations accréditent le classement en première position de cette tombe dans la matrice des nécropoles du confluent Yonne‑Seine, seconde phase.

16Le type E122e, et plus particulièrement le récipient à col, orné de cannelures en oves, est associé à Gladbach « Dierdorfer Strasse », près de Koblenz, à un couteau à soie à trou de rivet (Dohle 1970 : pl. 23A). Un type proche de C322d est daté du Hallstatt A2 par une épingle des « Champs d’Urnes », à Ballern « Ortsteil Rech », tombe A22 (Kolling 1968 : pl. 18).

17Ainsi, on peut établir l’équation : étape 2 = Hallstatt A2 ‑ B1 ou Bronze final IIb et IIIa.

◼ Chronologie relative de l’étape 3

18Il reste à procéder de la même façon pour la dernière subdivision, c’est‑à‑dire la phase « marais de Saint‑Gond 2 ».

19On retient l’association des types B133a, A352a, A333a et A243a avec un couteau du Hallstatt B3, à Altheim « Spitze », en Sarre (Kolling 1968 : pl. 31). Les types D432k et B122a sont bien datés par une épingle à petite tête vasiforme et tige incisée, du Hallstatt B3, à Gündlingen, tumulus A, en Bade (Kimmig 1940 : pl. 28‑29). Le même type d’épingle se retrouve avec les types B133a, B111k, C422d et C433d dans une tombe sous tumulus à Singen, Bade (Kimmig 1949‑1950 : pl. 2 à 6). L’importante nécropole de Chavéria (Jura) offre des associations intéressantes :

  • les types A332d et D423d (dans la tombe 6 de Broussy‑le‑Grand « Le Pralat », des incisions périphériques tiennent la place des cannelures) avec une épée du type d’Auvernier, du Bronze final IIIb, dans le tumulus 9 (Vuaillat 1977) ;

  • le type C433d avec une épée du type de Gündlingen, du Bronze final IIIb, dans le tumulus 4 (Vuaillat 1977) ;

  • le même type C433d avec une épée du type de Mindelheim, souvent appelée épée hallstattienne en fer, dans le tumulus 3 (Vuaillat 1977).

20C’est aussi avec une telle épée et une épingle à tête débordante conique incisée que s’associent les types B122a, C433d, A352a, à Singen « Hohentwiel », tombe de 1950 (Kimmig 1981 : pl. 3‑4). Ces types métalliques attestés au Hallstatt ancien ou Hallstatt C associés à des types céramiques de l’étape 3 se révèlent non fortuits. A Ensisheim (Haut‑Rhin), on relève avec les types A353d, C432d, D432k et C422d un rasoir à un seul tranchant, échancré et sans manche (Zumstein 1965 : fig. 38‑39) ; et à Nermier (Jura), avec le type B133a, une épée du type de Mindelheim (Besson, Vuaillat 1967).

21On obtient ici l’équation : étape 3 = Bronze finaI IIIb et Hallstatt ancien, ou Hallstatt B3 de H. MüllerKarpe et Hallstatt C.

22Cette étude comparative entraîne deux conclusions. Les étapes obtenues, après l’analyse des associations dans les nécropoles de deux zones du Bassin parisien, se retrouvent de façon claire dans les ensembles clos de France orientale et d’Allemagne du sud‑ouest ; des correspondances étroites s’établissent avec le système chronologique allemand, et, en conséquence, avec celui de J.‑J. Hatt. Plus curieusement, les limites nettes apparaissant entre les étapes sont celles que, selon leur nomenclature, les systèmes de référence minorent ; la rupture entre les étapes 1 et 2 coupe le Hallstatt A ou Bronze final II en deux parties, la rupture entre les étapes 2 et 3 partage le Hallstatt B ou Bronze final III. A l’inverse, les matrices établies ignorent toute rupture entre le Bronze D ou Bronze final I et le Hallstatt Al ou Bronze final IIa d’une part, et entre le Hallstatt A2 ou Bronze final IIb et le Hallstatt B3 (B2 selon les auteurs) ou Bronze final IIIb ; de plus, la réalité d’une rupture entre le Hallstatt B3 et le Hallstatt C, c’est‑à‑dire entre l’âge du Bronze et le premier âge du Fer, semble illusoire (fig. 26).

Éléments pour une subdivision de l’étape 3

23En se livrant à l’étude comparative des ensembles de la phase M.S.G. 2, fondée, pour la plus large part, sur des récipients céramiques, on a mis en lumière d’étroites analogies avec des homologues associés à une épée en fer du type de Mindelheim, dite aussi « hallstattienne ». La répétition de cette occurrence a conduit à l’équation : étape 3 = Bronze final IIIb et Hallstatt ancien, parce que ce type d’arme est considéré par beaucoup comme le fossile directeur par excellence du début du premier âge du Fer.

24Cela signifie qu’une rupture typologique se localise beaucoup plus nettement entre le Bronze final IIIa ou Hallstatt B1 et le Bronze final IIIb ou Hallstatt B3 (Hallstatt B2 pour d’autres), qu’entre cette dernière étape et le Hallstatt ancien ou Hallstatt C. On a vu que cette idée a amené E. Vogt et ses disciples à intégrer au premier âge du Fer l’étape finale de l’âge du Bronze.

25On s’attachera plus loin à vérifier si ce résultat typo‑chronologique trouve un prolongement dans les caractères structuraux de sociétés étudiées. Il convient, toutefois, d’étudier en détail des vestiges datés, par leurs inventeurs, du Hallstatt ancien, et qui, pour certains, ne sont pas directement comparables aux ensembles bien classés dans l’étape 3.

26On commence par le site funéraire d’Aulnay‑aux‑Planches, car des sépultures se sont trouvées rejetées par le système descriptif utilisé.

27Dans la sépulture b2 (Chertier 1976 : 108, 5 et 137, 2) (pl. 58 : 7), le récipient surbaissé à bord quasi vertical et décor de cannelures se rapproche d’exemplaires de la région Hunsrück‑Eifel (Joachim 1968 : pl. 7, B 5 et B 3) ; quoique de petite taille, le type du second vase cité en comparaison semble bien être caractéristique du groupe de Laufeld. Le récipient de la sépulture P3, apparenté au précédent, supporte les mêmes comparaisons (pl. 58 : 10). L’urne de la tombe B12, associée à un bracelet en fer, appartient au même répertoire, cependant elle paraît plutôt locale (pl. 58 : 9).

28Ainsi, certains critères plaident pour une synchronisation avec le groupe de Laufeld, soit un faciès du Hallstatt C interprété comme l’évolution ultime de la « culture des Champs d’Urnes ». La stratigraphie horizontale de la nécropole d’Aulnay‑aux‑Planches « Au‑dessus‑du‑Chemin‑des‑Bretons » confirme, d’une part, une certaine postériorité de ces tombes par rapport à celles qui figurent sur la matrice (fig. 25) ; d’autre part, l’absence de rupture avec l’étape récente, ce que renforce la présence du fossé périphérique. On développera ce dernier point dans la suite du raisonnement.

29Un indice typologique d’évolution à l’intérieur de l’étape 3 semble résider dans la généralisation de l’inflexion légère, vers l’extérieur, de la lèvre de récipients du type B, plus rarement du type C.

30C’est le cas dans plusieurs structures domestiques de la zone des marais de Saint‑Gond. On le relève à Ecury‑le‑Repos « Le Pithois » (Brisson, Hatt 1966‑1967 : fig. 39, 2‑4), à Ecury‑le‑Repos « Les Terres‑Grasses », groupe C (Brisson, Hatt 1966‑1967 : fig. 37, 10), au même site, groupe A (Brisson, Hatt 1966‑1967 : fig. 30, 5, 7, 8, 10), à Bussy‑Lettrée « La Côte‑Pelée » (Brisson, Hatt 1966‑1967 : fig. 30, 1‑3), à Bannes « Les BlésGelés » (Brisson, Hatt 1966‑1967 : fig. 41, 5, 7 ; fig. 40, 1, 5, 8), à Clamanges « Faignières » (Brisson, Hatt 1966‑1967 : fig. 27, 6‑8), à Aulnay‑aux‑Planches « Le Haut‑de‑Villeret » (Brisson, Hatt 1966‑1967 : fig. 35, 11). Ces fosses sont aussi celles dans lesquelles on compte le plus grand nombre de fragments peints ou graphités.

31Cette impression est renforcée par l’existence, dans la fosse de Bannes « Les Blés‑Gelés », du récipient du type B dont le fond porte des cupules (Brisson, Hatt 1966‑1967 : fig. 41, 3), caractère bien attesté dans le groupe de Laufeld et par exemple dans la tombe 17 de la nécropole éponyme (Dehn 1936 : fig. 8, C).

32A l’aide de ces indices qui, il faut le rappeler, reposent sur des ensembles non clos, donc restent très hypothétiques, on peut tenter de reprendre d’autres vestiges qui posent des problèmes de datation.

33A Chartrettes « Le Temps‑Perdu » (Seine‑et‑Marne), le mobilier de deux fosses a été daté du premier âge du Fer (Boiché, Degros, Senée, Tarrête 1980) ; avec beaucoup de prudence, ces auteurs évoquent les similitudes avec des ensembles du Bronze final, et leur classement révèle la nette confusion qui règne dans le Bassin parisien pour ce qui concerne la céramique de cette période. On peut voir, dans ce mobilier, un corpus absolument caractéristique du Bronze final IIIb selon J.‑J. Hatt, pour cette zone. Les récipients globuleux, à fond étroit (Boiché, Degros, Senée, Tarrête 1980 : fig. 8 : 11‑13), se comparent à celui de la tombe 3 de Bannes « La Haie‑des‑Genièvres » (Chertier 1976 : 126, 5), associé à une épingle à tête vasiforme, à celui de Barbuise‑Courtavant « Les Grèves‑de‑la‑Villeneuve », incinération 1 (Piette 1971 : fig. 47, 3), ou à celui de Soucy, « Mocque‑Bouteille » (Gaj 1982 : fig. 66, f), lui aussi associé à une épingle à tête vasiforme. La forme peu courante d’un autre vase (Boiché, Degros, Senée, Tarrête 1980 : fig. 8 : 10) se retrouve à Concise, en Suisse (Ruoff 1974 : pl. 8, 19), ornée de deux lignes de cercles concentriques estampés. Les récipients du type A enfin (Boiché, Degros, Senée, Tarrête 1980 : fig. 8 : 1‑6), avec leurs cannelures ou leur peinture à l’intérieur, ne présentent aucune difficulté ; l’un d’entre eux, avec son bord outrepassé, rappelle un caractère fréquent durant l’étape 2. On note, dans ces fosses, l’absence de l’indice constitué par l’inflexion de la lèvre des récipients du type B essentiellement. Au contraire, le cas se rencontre dans une autre structure creusée de cette commune, au lieu‑dit « L’Enfer » (Degros, Guffroy, Tarrête 1976). La fréquence de ce caractère (Boiché, Degros, Senée, Tarrête 1980 : fig. 8 : 4, 9, 10 ; fig. 9 : 2‑7 et 9‑12, et fig. 11 : 2, 7, 11, 13) accrédite sa nature significative.

34Comme dans les marais de Saint‑Gond, on constate que la décoration à la peinture se généralise, tandis qu’elle n’apparaît que rarement dans la fosse antérieure. Les cannelures et les incisions profondes restent en revanche identiques dans l’une et l’autre, et une forme (fig. 8 : 1) existe dans le tumulus du Hallstatt B3 de Singen « Am Hohentwiel » (Kimmig 1949‑1950 : fig. 5 : 4, 6, 17, 20). On tend ainsi à classer cette fosse dans l’étape 3, mais à une date tardive.

35La fosse 2 de Marolles‑sur‑Seine « Les Gours‑aux‑Lions » (Seine‑et‑Marne) (Mordant 1970 : fig. 40 et 41) livre à la fois un vase globuleux à fond étroit et un récipient du type A, à cannelures internes, bien situés dans le Bronze final IIIb de J.‑J. Hatt, et des récipients en céramique grossière, très élevés, que l’on rencontre plutôt au Hallstatt ancien. Ce fait évoque un continuum, une évolution sans rupture typologique à l’intérieur de l’étape 3.

36Quelques vestiges de la même zone renforcent cette idée. A Puiseaux « Rue de la Tourelle » (Loiret) (Simonin 1983), une collection de tessons considérés comme homogènes mais malheureusement ne constituant pas, là encore, un ensemble clos, offre des caractères bien datés du Bronze final : tasse à décor de cannelures contournant l’anse (Simonin 1983 : fig. 2 : 9), vase globuleux à bord aminci et évasé (fig. 3 : 11) par exemple, et d’autres, vraisemblablement plus évolués chronologiquement : lèvres infléchies notamment (fig. 1 : 4‑7 ; fig. 2 : 1‑4). L’auteur place ainsi, logiquement, cette trouvaille à la transition Bronze final / Hallstatt.

37Il apparaît de plus en plus clairement que trop de découvertes de cette fameuse transition contestent de fait la réalité de cette rupture, ou, à tout le moins, d’une rupture majeure. On trouve souvent l’évocation d’une « perduration » des « Champs d’Urnes » durant le premier âge du Fer, dans certaines régions, pour rendre compte de cette difficulté. Aussi importe‑t‑il maintenant de contrôler, à l’aide des ensembles comprenant une épée hallstattienne, la validité typologique d’une coupure aussi nette que celle qu’induit le passage à un âge du Fer.

38A Chamesson « Tumulus Bouchot‑Bouchard » (Côte‑d’Or), une épée hallstattienne en fer est associée à un récipient polypode (Wamser 1975 : pl. 17, 8) (pl. 61 : 2) d’un type connu dans les palafittes à Auvernier (Rychner 1979 : pl. 55, 1) avec quatre ou six pieds et à Neuchâtel (Rychner 1979 : pl. 46, 1) avec quinze pieds et décor de cannelures et d’impressions pointillées verticales.

39A Leuglay « Tumulus de la Forêt de Lugny » (pl. 61 : 7) (Côte‑d’Or), le récipient qui accompagne une épée en fer se révèle extrêmement proche d’un homologue du tumulus A de Gündlingen (Kimmig 1940: pl. 28, 10).

40Le rasoir semi‑circulaire contenu dans l’inhumation centrale à épée hallstattienne du tumulus de « La Vie‑de‑Baigneux », à Magny‑Lambert (Côte‑d’Or) (Wamser 1975 : pl. 20, 4), est d’un type répandu à la fin du Hallstatt B (Jockenhôvel 1971). La même association se retrouve dans le « Tumulus de Charme », à Mauvilly (Côte‑d’Or) (Wamser 1975 : fig. 20, 3).

41On a évoqué plus haut le récipient globuleux orné de grecques qui avoisine un tel rasoir dans l’inhumation centrale du tumulus du « Bois‑de‑Langres » à Prusly‑sur‑Ource (Côte‑d’Or) (Wamser 1975 : fig. 17, 3) (pl. 61 : 3).

42A Coust « Cortel » (Cher), le tumulus I recèle une épée hallstattienne, des tessons décorés d’incisions linéaires parallèles, un bracelet en fer et un poignard en fer (Willaume 1978 : fig. 5).

43A Saulces‑Champenoises « Le Fond‑de‑Bernois » (Ardennes), la sépulture à incinération de l’enclos IV/B renferme un mobilier particulièrement instructif (Flouest, Stead 1979) (pl. 70 : 17, 20, 21, 23). Outre une épée hallstattienne en fer et des éléments de harnachement équestre bien connus, surtout en Bavière, quatre récipients céramiques composent cet ensemble. Un vase globuleux à fond légèrement concave et à haut bord éversé se rapproche beaucoup d’un exemplaire de la tombelle 1 de Court‑Saint‑Etienne «La Ferme‑Rouge » (Belgique) (Mariën 1958 : fig. 15, 3) (pl. 70 : 25), associé, non seulement à une épée hallstattienne, mais aussi à deux petits récipients (Mariën 1958 : fig. 15, 10‑12) (pl. 70 : 24, 22), identiques à des gobelets du site de Nanteuil‑sur‑Aisne « L’Entrée‑des‑Ecouaires » (Lambot 1980 : fig. 24, 1‑2, 16‑18) (pl. 70 : 10, 13, 16), daté du Bronze final IIIb. La continuité, là encore, s’impose ; on constate toutefois la présence d’un récipient du type B, dont la lèvre esquisse une inflexion vers l’extérieur.

44Le vase fermé de Saulces‑Champenoises « Le Fond‑de‑Bernois », comme son homologue de Court‑Saint‑Etienne « La Ferme‑Rouge », s’identifie au type I défini par G. Goury.

45A Vienne‑la‑Ville « Haulzy » (Marne), ce dernier a remarquablement étudié une nécropole tumulaire (Goury 1911) dans laquelle l’intéressante association (tumulus 30) d’un vase de ce type avec une épée hallstattienne en fer et deux autres récipients, dont un de son type III largement répandu en Belgique notamment, et le second de son type VIII déjà attesté au Bronze final. On peut élaborer pour cette nécropole une matrice d’association ordonnée (fig. 27). Celle‑ci possède l’intérêt d’illustrer une continuité de l’évolution typologique qui ne se rompt qu’à l’aube de la période de La Tène. Ce point apparaît clairement grâce à la tombe 78 qui assure la transition d’une phase à l’autre (fig. 28).

● 27. Matrice ordonnée de la nécropole de Vienne‑la‑Ville « Haulzy ». D’après Goury 1911. Chiffres romains : types céramiques de G. Goury. a : « curette » de toilette en fer; b : rasoir en croissant en fer; c : sphéroïde en fer; d : pointe de lance en fer ; e : coupelle apode ; f : rasoir hémisphérique en bronze; g : anneau en bronze; h : poignard à appendices; i : torque torsadé ; j : bracelet torsadé creux ; k : anneau en fer; I : épée en fer hallstattienne ; m : bracelet à tampons; p : collier torsadé ; q ; perle en verre; r : bracelet à extrémités amincies; s : anneau en bronze à renflements ; t : torque incisé.

● 28. Matrice de co‑occurrence des types de la nécropole de Vienne‑la‑Ville « Haulzy ».

46La périodisation de ce cimetière se traduit, comme l’avait parfaitement remarqué G. Goury, dans la stratigraphie horizontale (fig. 29) ainsi que dans la transformation de la structure funéraire ; le mobilier de la seconde phase est déposé dans une fosse rectangulaire, contrairement aux offrandes antérieures qui, le plus souvent, reposent au niveau du sol sous la chape tumulaire.

● 29. Plan de la nécropole de Vienne‑la‑Ville « Haulzy ». Cercles noirs : tombes de la phase 1 ; triangles : tombes de la phase 2 ; cercles vides : tombes inutilisables. D’après Goury 1911 : fig. 8.

47On observe que, non seulement dans le nord du Bassin parisien, mais aussi dans le sud où l’on reconnaît classiquement un horizon « hallstattien », la morphologie et les décors de la céramique montrent une absence de rupture là où l’on situe le début du premier âge du Fer. Il est inutile de faire un long développement sur la « filiation » des épées, depuis le type en « langue de carpe » jusqu’au type de Mindelheim, car ce sujet a été traité de nombreuses fois (Briard 1965 ; Cowen 1966 ; Müller‑Karpe 1959). Il suffit de souligner le développement endogène manifeste de cette arme au Bronze final IIIb.

48On a vu qu’à la périphérie orientale du Bassin parisien, et plus précisément à Chavéria (Jura), des récipients céramiques mènent à la même conclusion. Il en va ainsi avec le mobilier du tumulus de Nermier (Jura) dont la tombe à incinération recèle une épée hallstattienne en fer (Besson, Vuaillat 1967).

49Les fouilles récentes de Pont‑à‑Mousson « Le Bois‑des‑Jurés » (Meurthe‑et‑Moselle) (Thévenin 1979 : 484‑ 486) révèlent avec le tumulus 6 un ensemble dans lequel à une épée hallstattienne s’associent un vase fermé dont le décor en damier évoque un exemplaire du tumulus A de Gündlingen (Kimmig 1940 : pl. 28, 15) et un récipient à cupules et lèvre infléchie, bien attesté au Hallstatt C.

50A l’issue de cette revue d’ensembles clos considérés comme typiquement « hallstattiens », on constate que, pas plus dans l’étape 3 que dans les deux précédentes définies plus haut, une rupture typologique nette ne se distingue. Une évolution du mobilier se discerne certes à l’intérieur de chaque étape mais sans remettre en cause leur homogénéité globale ; et, surtout, dans l’état actuel des connaissances, il n’y a pas plus de raisons de subdiviser en deux sous‑étapes qu’en trois ou quatre.

51Ce résultat typo‑chronologique contredit la périodisation interne du Bronze final, mais surtout nie l’existence d’une rupture entre le Bronze final IIIb et le Hallstatt ancien, c’est‑à‑dire entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer.

Étude critique des systèmes chronologiques de référence

52A cette étape du raisonnement, il convient d’effectuer la reprise des fondements de ces systèmes de référence (on analysera essentiellement le système de H. Müller‑Karpe, les autres en dérivant plus ou moins directement) et de tenter de déterminer si ce décalage généralisé correspond à un phénomène local ou bien si des faiblesses y sont décelables sur ce point.

53On a vu que les résultats obtenus sur des ensembles clos du Bassin parisien s’écartent des systèmes en vigueur pour ce qui concerne la localisation des ruptures chronologiques importantes. On va étudier, de ce point de vue, la procédure développée par H. Müller‑Karpe pour l’élaboration du système sur lequel repose la périodisation des ensembles culturels centrés sur le Massif alpin. La méthode utilisée dans le présent travail est fondamentalement la même que celle de H. Müller‑Karpe, ce qui ne peut que faciliter les comparaisons.

◼ La rupture entre l’étape 1 et l’étape 2

54De la Bavière à l’Italie, en passant par l’est des Alpes, H. Müller‑Karpe a procédé par relais successifs pour bâtir son système chronologique. La subdivision du Hallstatt A repose sur les associations de types dans les nécropoles du district de Munich. Une matrice traduit la rupture reconnue entre le Hallstatt Al et le Hallstatt A2 (Müller‑Karpe 1957 : fig. 2 ; ou Müller‑Karpe, 1959 : fig. 16) (fig. 30). On aperçoit au premier coup d’œil que les ensembles n’y sont ordonnés qu’incomplètement. La reprise des permutations permet d’aboutir à une meilleure « diagonalisation » (les numéros des types, sur la figure 31, sont les numéros de l’ordre des types sur la figure 30 ; même chose pour la numérotation des tombes) (fig. 31).

● 30. Matrice pour les nécropoles du district de Munich (Müller‑Karpe 1959 : fig. 16).

● 31. Matrice d’association des types pour les nécropoles du district de Munich (correction).

55Bien que plus satisfaisante méthodologiquement et visuellement, la nouvelle matrice met en évidence exactement les mêmes phases que celles du savant allemand. La matrice de co‑occurrence des types renforce l’image de deux groupes successifs et très bien individualisés (fig. 32). Une étroite concordance ressort ainsi entre ces résultats et ceux de l’analyse des nécropoles du confluent Yonne‑Seine.

● 32. Matrice de co‑occurrence des types pour les nécropoles du district de Munich.

La rupture entre l’étape 2 et l’étape 3

56Les subdivisions suivantes trouvent leur fondement dans l’analyse du cimetière de Kelheim, en Bavière également. H. Müller‑Karpe distingue, à l’aide de quarante tombes et de trente et un types, cinq phases. Cinq sépultures se classeraient encore dans le Hallstatt A2, dix appartiendraient à un Hallstatt Bl, huit à un Hallstatt B2, quinze à un Hallstatt B3 et deux au Hallstatt C. Là encore, la matrice présente un ordonnancement imparfait (Müller‑Karpe 1952 : fig. 2 ; ou Müller‑Karpe 1959: fig. 19) (fig. 33).

● 33. Matrice de la nécropole de Kelheim. D’après Müller‑Karpe 1959 : fig. 19.

57On va se livrer à la même opération que précédemment. On conserve les types de cet auteur afin de rendre la critique plus directement pertinente (fig. 34). Cette typologie a été critiquée de façon très détaillée (Eggert 1976 : 93‑105). Le désaccord de la plupart des auteurs porte sur la phase Hallstatt B2 ; leur propre phase B2 correspond au Hallstatt B3 de H. Müller‑Karpe.

58On a repris la matrice et obtenu une « diagonalisation » correcte (les numéros des types de la figure 34 sont les numéros de l’ordre des types de la figure 33 ; même chose pour la numérotation des tombes) (fig. 34). Trois phases seulement se discernent clairement à la suite de cette manipulation. Malgré la faiblesse des liaisons entre les phases Hallstatt A2 et Hallstatt Bl — ce qu’illustre bien la matrice de co‑occurrence des types (fig. 35) — il est impossible de séparer les deux groupes de tombes. Dix‑sept ensembles constituent cette première phase de Kelheim. Quinze d’entre elles sont datées du Hallstatt A2 et du Hallstatt Bl ; les deux plus récentes seront évoquées plus loin.

● 34. Matrice corrigée de la nécropole de Kelheim, h : homme ; f : femme. D’après Müller‑Karpe 1959 : fig. 19.

● 35. Matrice de co‑occurrence des types pour la nécropole de Kelheim.

59Dans la seconde phase, sur vingt et une tombes quinze sont datées du Hallstatt B3. Enfin, deux sépultures se trouvent isolées. Des comparaisons classiques les situent sans conteste dans le Hallstatt C ; toutefois, ces types, dénués de rapports avec les autres et isolés, ne devraient pas figurer sur la matrice.

60Grâce à une analyse convaincante de H. Müller‑Karpe, on ne peut soupçonner l’éventuelle incidence des différences sexuelles dans ces groupements.

61Outre la contestation d’une rupture entre le Hallstatt A2 et le Hallstatt Bl, le problème réside évidemment dans la reconnaissance d’une phase Hallstatt B2. L’ordonnancement rigoureux aboutit à un classement groupé de ces tombes (sauf une), mais de part et d’autre de la coupure principale.

62Dès lors, deux explications peuvent être avancées :

63— l’étape Hallstatt B2 de H. Müller‑Karpe est une pure fiction engendrée par quelques types métalliques et par le désir de faire cadrer la périodisation au nord des Apes avec les informations stratigraphiques d’Italie ;

64— le mobilier de cette étape matérialise une courte transition entre son Hallstatt B1 et son Hallstatt B3.

65Le choix n’est pas indifférent car il conditionne l’interprétation historico‑culturelle.

66Pour les raisons qui vont suivre, la seconde option s’impose. La matrice de co‑occurrence des types démontre que le groupe des tombes 257, 30, 96, 245 et 248 renferme des types qui entretiennent des relations ténues avec les sépultures postérieures. On observe, de plus, que les tombes 242 et 229 du Hallstatt B2 restant dans la première phase déterminée ici possèdent les types 7 et 18 qui, précisément, persistent ensuite. Le type 7 représente un type d’agrafe de ceinture déjà présent dans les tombes 35 et 47. Ce fait nuit, certes, à la démonstration ; toutefois, l’agrafe de la tombe 128, par son état fragmentaire (Müller‑Karpe 1952 : fig. 16, H,7), rend cette liaison incertaine. Le type de couteau (numéro 18) justifie en revanche pleinement l’argument.

67Pour convaincre totalement, ce point précis, comme la périodisation globale proposée ici, doit trouver confirmation dans la stratigraphie horizontale de ce cimetière.

68Si le plan interprété selon le système de H. Müller‑Karpe apparaît assez confus (Müller‑Karpe 1952 : fig. 2), celui qui est élaboré en fonction de la matrice corrigée confirme très bien le présent propos (fig. 36). Mieux, le caractère transitoire des sépultures du pseudo‑Hallstatt B2 ressort très clairemeni (symboles cerclés).

● 36. Plan de répartition des tombes de la nécropole (d’après Müller‑Karpe 1952 : fig. 21. a : phase 1 ; b : phase 2 ; c : tombes datées du Hallstatt B2 ; d : tombes inutilisables ; e : Hallstatt C.

69Ainsi, une étape Hallstatt B2 n’existe pas plus en Bavière qu’en Allemagne du Sud‑Ouest ; cependant, les tombes qui lui sont affectées traduisent un phénomène important sur lequel on reviendra : la rupture localisée là, exactement comme dans les marais de Saint‑Gond, n’est pas de même nature que celle qui partage l’étape 1 de l’étape 2.

70On peut ajouter que les critiques d’U. Ruoff sur le même problème, et notamment sa correction de la périodisation de la nécropole de Maria‑Rast — en Slovénie — pour laquelle H. Müller‑Karpe propose un schéma identique au précédent, aboutissent aussi à une bipartition du Hallstatt B. Ceci renforce la thèse qui a servi à la refonte du système chronologique suisse (Vogt 1971, Ruoff 1971, Primas 1971). La documentation disponible dans ce pays, pour l’équivalent de la phase C.Y.S. 1, s’avère trop restreinte pour juger de la première rupture décelée dans le Bassin parisien. Le début de l’occupation des palafittes commence avec l’étape 2 (C.Y.S. 2 ‑ M.S.G. 1). Il convient de répéter qu’E. Vogt et son école distinguent quatre étapes du Bronze final : le Bronze final 1 correspond à l’horizon de Mels‑Rixheim, le Bronze final 2 à celui de Binningen, le Bronze final 3 au Hallstatt A2 et le Bronze final 4 au Hallstatt Bl.

71On constate, sur ce tableau, que la rupture entre les étapes 2 et 3 équivaut, selon ce système, à un changement profond. Ce que d’autres appellent Hallstatt B3 ou Bronze final IIIb porte, pour les auteurs suisses, l’étiquette de Hallstatt ancien. Le problème de la continuité entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer en Suisse a fait l’objet d’une thèse universitaire (Ruoff 1974).

72U. Ruoff insiste sur les analogies étroites existant dans le mobilier respectif de la fin de l’un et du début de l’autre. Il relève, pour nombre de types d’objets caractéristiques du premier âge du Fer, des antécédents à la fin de l’âge du Bronze. Il voit pour certains éléments structuraux de la société dite souvent « hallstattienne » des prémisses dans les tumulus et les habitats antérieurs. Ces arguments viennent appuyer le déplacement du début de l’âge du Fer pour le faire débuter dès la fin du Hallstatt B1 de la chronologie allemande, c’est‑à‑dire en coïncidence avec la limite entre l’étape 2 et l’étape 3 du Bassin parisien.

◼ La rupture entre l’âge du bronze et l’âge du fer

73Le système chronologique des auteurs suisses que l’on vient d’évoquer est demeuré isolé. Il n’en soulève pas moins une question intéressante que des découvertes récentes relancent. On a vu, dans le chapitre consacré à la chronologie relative des étapes du Bassin parisien, que des types céramiques caractéristiques du Bronze final IIIb s’associent de plus en plus fréquemment au fil de l’augmentation de la documentation avec des objets considérés souvent comme des fossiles directeurs du Hallstatt ancien. C’est pourquoi la phase M.S.G. 2 est mise en correspondance non seulement avec le Bronze final IIIb mais aussi avec le Hallstatt ancien. Il est entendu depuis longtemps que des « traditions des Champs d’Urnes » survivent dans le premier âge du Fer (Kimmig 1951, 1952 et 1954). Il importe cependant, au vu des récents ensembles exhumés en Bade‑Wurtemberg, en Suisse, en Alsace et en Franche‑Comté, de reconsidérer la fameuse « civilisation hallstattienne » de ce « peuple de cavaliers porteurs de la grande épée en fer ».

74Au plan chronologique, il est certain qu’en Bavière on distingue clairement une rupture typologique (Kossack 1959) ; il en va de même avec l’apparition de la céramique du type de l’Alb‑Hegau (Zürn 1957). Ailleurs, et notamment plus à l’ouest, le partage pose davantage de difficultés et la fréquence des datations « Bronze final/ Hallstatt » ne relève probablement pas du hasard ou de l’incompétence des archéologues.

75Il se trouve, malheureusement, que le faible nombre, la nature ou l’état de la plupart des vestiges utilisables interdisent une analyse du genre de celle que l’on a pu mener sur des ensembles antérieurs ou partiellement contemporains.

Table des illustrations

Légende ● 27. Matrice ordonnée de la nécropole de Vienne‑la‑Ville « Haulzy ». D’après Goury 1911. Chiffres romains : types céramiques de G. Goury. a : « curette » de toilette en fer; b : rasoir en croissant en fer; c : sphéroïde en fer; d : pointe de lance en fer ; e : coupelle apode ; f : rasoir hémisphérique en bronze; g : anneau en bronze; h : poignard à appendices; i : torque torsadé ; j : bracelet torsadé creux ; k : anneau en fer; I : épée en fer hallstattienne ; m : bracelet à tampons; p : collier torsadé ; q ; perle en verre; r : bracelet à extrémités amincies; s : anneau en bronze à renflements ; t : torque incisé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende ● 28. Matrice de co‑occurrence des types de la nécropole de Vienne‑la‑Ville « Haulzy ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende ● 29. Plan de la nécropole de Vienne‑la‑Ville « Haulzy ». Cercles noirs : tombes de la phase 1 ; triangles : tombes de la phase 2 ; cercles vides : tombes inutilisables. D’après Goury 1911 : fig. 8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende ● 30. Matrice pour les nécropoles du district de Munich (Müller‑Karpe 1959 : fig. 16).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende ● 31. Matrice d’association des types pour les nécropoles du district de Munich (correction).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende ● 32. Matrice de co‑occurrence des types pour les nécropoles du district de Munich.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende ● 33. Matrice de la nécropole de Kelheim. D’après Müller‑Karpe 1959 : fig. 19.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende ● 34. Matrice corrigée de la nécropole de Kelheim, h : homme ; f : femme. D’après Müller‑Karpe 1959 : fig. 19.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende ● 35. Matrice de co‑occurrence des types pour la nécropole de Kelheim.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende ● 36. Plan de répartition des tombes de la nécropole (d’après Müller‑Karpe 1952 : fig. 21. a : phase 1 ; b : phase 2 ; c : tombes datées du Hallstatt B2 ; d : tombes inutilisables ; e : Hallstatt C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31985/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search