Version classiqueVersion mobile

La civilisation des Champs d’Urnes

 | 
Patrice Brun

Définition et problématique

Texte intégral

Définition du sujet

◼ Limites temporelles

1La présente étude concerne la tranche chronologique durant laquelle l’entité nommée « Champs d’Urnes » se développe, jusque, et y compris, dans ce que certains reconnaissent comme les manifestations ultimes d’une « tradition Champs d’Urnes ». Après avoir regroupé les documents issus d’une vaste zone sous l’étiquette « civilisation des Champs d’Urnes » (Urnenfelderkultur), les chercheurs allemands tendent maintenant, avec plus de prudence, à généraliser l’appellation de « période des Champs d’Urnes » (Urnenfelderzeit). Cette période correspond à l’âge du Bronze final de la chronologie de J.‑J. Hatt adoptée par les archéologues français dans le courant des années 60. Les éléments dits « de tradition » poursuivraient leur existence au début du premier âge du Fer. La portion de temps prise en compte s’étend ainsi du Bronze final I au Hallstatt ancien inclus.

◼ Limites spatiales

● 1. Le Bassin parisien comme cuvette topographique.

● 2. Le Bassin parisien et son relief de cuestas. a : massifs anciens, b : cuestas.

● 3. Le Bassin parisien : limites administratives. 02 : Aisne ; 08 : Ardennes ; 10 : Aube ; 14 : Calvados ; 18 : Cher ; 21 : Côte‑d’Or ; 27 : Eure ; 28 : Eure‑et‑Loir ; 36 : Indre ; 37 : Indre‑et‑Loire ; 41 : Loir‑et‑Cher ; 45 : Loiret ; 49 : Maine‑et‑Loire ; 51 : Marne ; 52 : Haute‑Marne ; 53 : Mayenne ; 55 : Meuse ; 58 : Nièvre ; 59 : Nord ; 60 : Oise ; 61 : Orne ; 62 : Pas‑de‑Calais ; 72 : Sarthe ; 76 : Seine‑Maritime ; 77 : Seine‑et‑Marne ; 80 : Somme ; 89 : Yonne. Région parisienne : 75 : Paris ; 78 : Yvelines ; 91 : Essonne ; 92 : Hauts‑de‑Seine ; 93 : Seine‑Saint‑Denis ; 94 : Val‑de‑Marne ; 95 : Val‑d’Oise.

Le problème des « champs d’urnes »

2Faisant suite à une évoluti«on dont l’antériorité a été reconnue dans les plaines du moyen Danube, un changement du rite funéraire apparaît dans la zone nord‑alpine. La pratique de l’inhumation sous un tertre, typique des groupes culturels du Bronze moyen des Tumulus, se trouve progressivement supplantée par le dépôt des cendres du défunt dans une urne, elle‑même enfouie dans le sol, le tout dénué de relief apparent. Quelques vastes cimetières de ce type ont été qualifiés de Champs d’Urnes, terme servant bientôt à définir un ensemble culturel. Il n’est pas nouveau de remarquer l’inadéquation de cette étiquette : des cimetières correspondant à cette définition stricto sensu sont attestés à d’autres époques et en d’autres aires culturelles. Pour cette raison, les chercheurs allemands désignent les nécropoles à incinérations en urnes de la zone nordique (non apparentées à l’entité « Champs d’Urnes ») par le mot « Urnenfriedhof ». Certes, pour les spécialistes, ce concept recouvre des éléments plus complexes et avant tout un mobilier céramique et métallique ; il n’en reste pas moins que le flou de la définition contribue à masquer et à autoriser nombre de présupposés. La mollesse du concept entretient les vestiges des interprétations qui ont marqué les anciennes études sur cette période. On constate, malgré la prudence dont sont empreints les travaux récents, la persistance d’une confusion plus ou moins consciente entre une culture archéologique et une entité ethnique. Une telle confusion explique en partie les particularités des constructions chronologiques. Il convient de reprendre les fondements de cet édifice afin d’en localiser les points faibles. Une base solide, typologique, puis chronologique, peut seule ouvrir aux conclusions d’ordre historico‑culturel qui sont visées.

Problématique

3Comme il transparaît dans la définition du sujet, les questions posées ici peuvent s’articuler en trois volets.

◼ Histoire du concept

4Le concept de « Champs d’Urnes » a connu une évolution au cours de laquelle son sens a varié au gré de l’augmentation de la documentation, de l’affinement de la chronologie et des idées divergentes parmi les spécialistes. Aussi est‑il important d’en suivre l’histoire afin de définir ce qu’il recouvre précisément, puis d’en mesurer la pertinence, plus particulièrement dans la zone étudiée ici.

◼ Étude typologique et chronologique

5L’élaboration de la chronologie se fonde sur la typologie. Explicitée par O. Montelius, la méthode typologique, malgré ses défauts, n’a pas été supplantée et sera systématiquement appliquée. Le système chronologique utilisé en France dérive directement de celui de P. Reinecke affiné par H. Müller‑Karpe et G. Kossack pour la période considérée. En Allemagne, de récentes synthèses régionales ont permis de nuancer un cadre dressé à partir de données spatialement très localisées (Bavière méridionale et Alpes orientales). Il est utile de se livrer à un travail analogue plus à l’ouest. Il est intéressant de confronter aux nombreux documents exhumés ces dernières années une chronologie mise au point il y a plus de vingt ans, il le serait plus encore de bâtir une périodisation régionale propre, clairement articulée avec celles des pays voisins. Il sera alors possible de se livrer à une analyse de type sociologique.

◼ Étude historico‑culturelle

6Le concept de « Champs d’Urnes » se montre particulièrement sensible aux significations implicites. Romantisme épique de la vision de soubresauts affectant les civilisations de Méditerranée orientale sous l’influence de barbares venus du nord, surprise devant un phénomène d’ampleur qui semble rompre l’image séduisante, parce que linéaire, tant de l’évolution de l’organisation sociale que de la genèse des Celtes se sont conjugués. Une réévaluation stricte de ces modèles s’avère nécessaire. Malgré certaines pratiques — au premier rang desquelles, l’incinération des défunts — qui aggravent l’habituelle pauvreté des informations archéologiques, il convient d’essayer de comprendre les éléments non réductibles à une signification chronologique. Comment ces sociétés sont‑elles organisées, et comment évoluent‑elles durant la période considérée ? La réponse à cette question réclame la mise en œuvre d’une démarche rigoureuse qui sera exposée plus loin.

7En résumé, la problématique vise à préciser la chronologie régionale et à la confronter avec les systèmes en vigueur dans les pays voisins, à effectuer la synthèse des indices d’organisation sociale, à mesurer la validité du concept de « Champs d’Urnes ».

Modalités pratiques

8Le présent travail est une étude synthétique ; il ne s’intitule pas « l’âge du Bronze final dans le Bassin parisien », ou « la période des "Champs d’Urnes" dans le Bassin parisien ». On exploite uniquement des documents qui ont fait l’objet d’une publication, et l’on a sélectionné ceux qui pouvaient répondre à la problématique.

9Plusieurs catalogues récents, et très utiles, existent et couvrent la période traitée pour le Bassin parisien (Gaucher 1978 ou 1981 ; Mohen 1977 ; Willaume 1978 ; Freidin 1982 ; Lambot 1980 ; Lepage 1980 ; Blanchet 1984).

10Pour l’analyse des informations, on a recouru aux méthodes statistiques les plus simples, et l’ordonnancement des matrices d’association et de co‑occurrence a été opéré à la main.

Table des illustrations

Légende ● 1. Le Bassin parisien comme cuvette topographique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31960/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende ● 2. Le Bassin parisien et son relief de cuestas. a : massifs anciens, b : cuestas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31960/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende ● 3. Le Bassin parisien : limites administratives. 02 : Aisne ; 08 : Ardennes ; 10 : Aube ; 14 : Calvados ; 18 : Cher ; 21 : Côte‑d’Or ; 27 : Eure ; 28 : Eure‑et‑Loir ; 36 : Indre ; 37 : Indre‑et‑Loire ; 41 : Loir‑et‑Cher ; 45 : Loiret ; 49 : Maine‑et‑Loire ; 51 : Marne ; 52 : Haute‑Marne ; 53 : Mayenne ; 55 : Meuse ; 58 : Nièvre ; 59 : Nord ; 60 : Oise ; 61 : Orne ; 62 : Pas‑de‑Calais ; 72 : Sarthe ; 76 : Seine‑Maritime ; 77 : Seine‑et‑Marne ; 80 : Somme ; 89 : Yonne. Région parisienne : 75 : Paris ; 78 : Yvelines ; 91 : Essonne ; 92 : Hauts‑de‑Seine ; 93 : Seine‑Saint‑Denis ; 94 : Val‑de‑Marne ; 95 : Val‑d’Oise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31960/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search