Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Conclusions... provisoires

Christian Goudineau

Texte intégral

1La richesse et (parfois) la complexité des communications qui précèdent rendent délicate une tentative de synthèse. On doit même se demander si une telle tentative se justifie. D’abord, en raison de notre documentation : rares sont ceux qui, à l’instar de D. Paunier pour la Suisse, peuvent dresser un tableau faisant état de nombreuses fouilles urbaines et rurales et d’observations techniques précises. Beaucoup d’orateurs ont signalé ‒et regretté‒ les méthodes de fouilles expéditives qui ont régné en leur pays jusqu’à une date récente. D’autre part, s’agissant d’un domaine où les traditions et la commodité interfèrent avec des conduites sociales que nous apprécions difficilement, est-il judicieux de vouloir dresser un tableau d’ensemble ? Mieux vaut reprendre quelques points, ne serait-ce que pour constater que nous ne les avons pas réglés.

2Commençons par le problème des « survivances » (ou des non-survivances) protohistoriques. Les chapitres introductifs nous ont livré l’essentiel, et d’autres communications ont apporté des précisions régionales. On a distingué un monde méditerranéen obéissant à certaines influences importées : les murs d’adobe sur socle de pierre représentés dans le midi de la Gaule comme en Afrique du Nord, le pisé (Afrique du Nord, Italie du Sud, Espagne, très rares exemples dans le midi de la Gaule) pour lequel le texte de Pline sur les postes de guet d’Hannibal suggère (mais ne prouve pas) une influence punique. Face à cette sphère culturelle (où règne aussi, ne l’oublions pas, la construction en pierres sèches ou liaisonnées à l’argile), le monde « continental » (pour faire bref) où le rôle porteur est confié au bois (charpente, poteaux).

3Pour le premier, les problèmes semblent moins compliqués que pour le second. Dans le midi de la Gaule, dès l’époque d’Auguste, le rôle porteur est confié exclusivement à la maçonnerie (même si certains murs demeurent proches de la technique en pierres sèches), sauf (peut-être) dans quelques établissements non urbains ; lorsque la terre (argile, torchis) continue d’être employée, elle est réservée aux aménagements intérieurs (cloisons, sols, etc.). La situation est moins simple en Afrique du Nord où l’on a relevé des divergences : certains sites passent rapidement à la maçonnerie (Utique, par exemple), d’autres conservent des superstructures d’adobe et de pisé (El Jem) ; ailleurs (Maroc), une différenciation se fait entre sites et entre architecture publique et privée. Retenons d’ailleurs ce qui nous a été démontré à plusieurs reprises (pour Volubilis, par exemple) : que ces architectures de terre ne sont pas dues à l’absence de la pierre dans la région.

4C’est l’Europe « tempérée » qui pose les problèmes les plus complexes. Pour résumer sommairement : la construction à pans de bois (ou colombage) qui se développe au moment de la romanisation représente-t-elle le développement de la technique à ossature de bois attestée durant la Protohistoire ? Constatons que les avis ne sont pas unanimes. Peut-être faut-il distinguer entre les campagnes (où des constructions à trous de poteaux semblent dans la lignée protohistorique : en France sans doute, en Suisse par exemple à Laubon-Müschlag) et les villes. Pour ces dernières, nos collègues anglais, après avoir signalé que les constructions pré-romaines utilisaient aussi le bois et la terre, leur dénient toute influence sur les habitats urbains. Pour le Nord-Est, notre collègue J. H. F. Bloemers insiste sur une différence capitale : l’utilisation des sablières basses - critère repris par J.-M. Pesez dont je retiens une phrase : « le pan de bois se distingue de la construction sur poteaux qui l’a précédé par deux caractères : il s’est rendu indéformable et il s’est libéré du sol ». Mais O. Buchsenschutz attribue à l’époque de La Tène l’emploi de ces sablières basses. L’abondante documentation suisse permet à D. Paunier des précisions intéressantes : les poteaux enfoncés dans le sol ont pu être liés, à La Tène, à des sablières basses interrompues ; on devrait à la technique romaine des sablières complètes avec colombes et assemblages à demi-bois par tenons et mortaises, cette armature s’accompagnant de parois de planches ou de terre (adobe, torchis, clayonnage). Les exemples lyonnais et viennois qui attestent l’expansion du colombage après une brève période d’utilisation de l’adobe et qui associent cette technique à des plans et à des décors typiquement romains iraient, eux aussi, dans le sens d’une influence qui devrait peu à la Protohistoire.

5On serait donc amené à distinguer (avec prudence) des persistances rurales et sans doute limitées, tandis que les milieux urbains, tout en utilisant (en partie) des matériaux semblables (le bois pour les éléments porteurs, le torchis pour les hourdis, mais aussi la brique crue de remplissage), auraient en fait adopté des formules architecturales totalement neuves. Qu’il ne s’agisse pas d’une technique moins « noble » que la maçonnerie, qu’elle concerne des milieux aisés, beaucoup l’ont signalé et Saint-Romain-en-Gal en fournit une éclatante illustration. Rappelons également l’analyse portant sur le Moyen Age selon laquelle le pan de bois a probablement constitué un modèle techniquement et socialement supérieur à la maison de terre, et même de pierre : son emploi était coûteux et il faisait l’objet d’une certaine ostentation (on le laissait apparent).

6Reste que cette technique a été supplantée par l’opus caementicium, au moins dans les villes. Voilà qui pose de nombreuses questions. La première est celle de la date - ou du rythme. Elle est souvent vague, et donc le rythme serait lent et progressif : ce serait le cas en France où les données oscillent, grosso modo, entre les Flaviens et le milieu du IIe s., et également en Angleterre où l’évolution paraît complexe (ou mal reconnue). Le cas de la Suisse tranche avec ces relatives incertitudes (qui peuvent correspondre à la réalité) : que des villes comme Augst, Avenches ou un vicus comme Martigny, etc., se transforment en un court laps de temps (de Claude à Vespasien), voilà qui nous confronte à un problème précis : le rapport entre l’architecture privée et le rôle administratif –voire l’élévation juridique– d’une agglomération.

7Mon impression est que tout nous incite à la prudence et que nous devons nous garder, en l’état actuel des connaissances, de conclusions rapides. Plusieurs réflexions entrent ici en ligne de compte, voire en concurrence. La première : rien ne se fait à partir de rien, et il est clair, surtout pour l’habitat privé, que de grandes campagnes de construction ne se réalisent pas par des révolutions. On n’ouvre pas des carrières du jour au lendemain et, lorsque des carrières s’ouvrent, elles ont une chance d’être en relation avec des projets publics plutôt que privés : on constate à peu près partout que le grand appareil et le caementicium, dans une première phase, sont réservés aux grands monuments. Ce sont des modes de financement particuliers (fonds publics, grandes évergésies) qui peuvent engager les frais considérables correspondant à l’organisation du travail dans la carrière (des fouilles récentes en ont montré la complexité) et aussi au transport des matériaux bruts ou préparés. En ce sens, la proximité de veines d’argile ou de réserves de bois implique une organisation et des transports beaucoup plus simples.

8Cependant, il faut éviter de tomber dans le schématisme. Même si l’on suppose que la diffusion du caementicium correspond à une évolution économique qui réclame certains délais, l’utilisation du pan de bois ne va pas davantage de soi. Si nous admettons qu’elle réclame des modèles (au même titre que les plans, les décors, mais aussi –entre autres– que les colonnades, les étages, les toitures, etc.) elle implique aussi, comme l’a montré J.-M. Pesez, un corps d’artisans spécialisés dans la charpenterie. Ce corps s’est-il constitué à partir d’une tradition ancienne d’ouvriers du bois, transposant leur technique, de même que des artisans méridionaux ont d’abord transposé le mur de pierre sèche à des plans d’origine romaine ? La réponse est difficile. Quoi qu’il en soit, nous sommes amenés à nuancer sérieusement le canevas des manuels : il n’y a pas un modèle culturel qui se soit imposé en peu de temps dans les provinces. Mais s’est-il seulement imposé en Italie et à quel rythme ? Et où en serions-nous de nos réflexions si nous avions élargi notre étude à la brique cuite ?

9Beaucoup de questions demeurent ouvertes. Mon sentiment –révisable !– serait que les « traditions » ou les « survivances » n’ont pas joué un rôle considérable (sinon peut-être dans les campagnes, dans certaines régions d’Afrique du Nord ou dans des cas particuliers : aujourd’hui encore, on construit des chalets de montagne en bois) dans le développement des agglomérations romaines. Il « semblerait » que la construction d’édifices publics ait monopolisé, dans un premier temps, l’ouverture de carrières (sauf dans le Midi) et la constitution d’un corps spécialisé regroupant quelques maîtres d’œuvre et de nombreux « ouvriers ». Il « semblerait » que l’habitat privé ait adapté à des plans et à des techniques d’origine italienne l’usage de matériaux traditionnels sous la double contrainte des réalités économiques et de l’impossibilité de créer du jour au lendemain une « industrie du bâtiment » sur des bases nouvelles. Reste qu’il faudrait confronter ces impressions à l’indispensable pierre de touche : l’Italie. De même qu’elle a diffusé des plans, des décors et un modèle socio-culturel, a-t-elle diffusé le pan de bois et ses divers modes de remplissage ? De quelle manière ? On rejoint ici des interrogations « historiques » que les seuls textes ne peuvent résoudre.

10L’Italie fut la grande absente de ce congrès. Il ne nous appartient pas de gloser sur les motifs de cette absence, mais il est clair que beaucoup de questions que nous nous sommes posées ont sans doute leur réponse au-delà des Alpes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search