Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Du moyen age a nos jours

Les expériences contemporaines au service de l’archéologie

Philippe Michel

Texte intégral

1Cette communication a pour origine la volonté des organisateurs de ce colloque d’établir un lien entre les travaux des archéologues sur « les architectures de terre et de bois dans les provinces occidentales de l’Empire romain », et les techniciens qui aujourd’hui s’attachent à recenser, à diffuser et à renouveler les techniques et la pratique de la construction en terre. La communication orale du CRATerre était celle d’une équipe qui travaille depuis plus de dix ans sur ce thème, pour recueillir et analyser les savoir-faire et savoir-concevoir. La quantité d’informations accumulées témoigne d’une connaissance unique sur les divers matériaux à base de terre, comme sur les matériels et les modes et conditions de production. Grâce à ce potentiel de données architecturales, constructives et techniques, de nouvelles recherches ont pu être entreprises qui permettent de qualifier économiquement et techniquement ces matériaux au regard des exigences actuelles. A côté de ces travaux, d’autres études s’attachent aux potentialités formelles des architectures de terre, à leur histoire, à leur implantation, aux patrimoines avec l’étonnante diversité des pratiques techniques locales et à la mise au point de matériels et de produits plus modernes à placer dans une filière plus appropriée aux multiples contextes. Appuyé sur les premières et sur les facteurs utiles des secondes, il paraît souhaitable de proposer à l’examen deux aspects qui paraissent insuffisamment pris en compte : les qualités intrinsèques des matériaux utilisés (physiques, chimiques, etc.) comme base, avec des adjuvants, ou en l’état ; l’état technico-économique de la filière de production de l’habitat et les conditions de son utilisation.

2Au préalable, il faudra donc répondre à trois questions simples : qui effectue ces recherches techniques modernes ? où les résultats sont-ils disponibles ? comment les utiliser pour expliquer un peu des pratiques passées? Commençons d’abord par éviter les plus courantes confusions. Et en premier lieu, il importe de dire que terre, pisé, adobe, torchis et argile ne sont pas des synonymes !

La recherche scientifique et technique française

3Le CRATerre fut incontestablement, au début des années 70, à l’origine de ce renouveau d’intérêt. Il est aujourd’hui un généraliste dont l’apport est irremplaçable. La richesse de sa documentation et son réseau d’information à l’échelle du globe sont uniques.

  • 1 Des Architectures de terre ou l’avenir d’une tradition millénaire, C.C.I. Paris, Centre G.-Pompidou (...)
  • 2 Citons le cas de l’Ain, des Pyrénées-Orientales, de la Marne ou des Côtes-du-Nord.

4En 1980, le Centre National d’Art et de Culture Georges-Pompidou, et plus particulièrement le Centre de Création Industrielle (C.C.I.) décidait de réaliser une grande exposition internationale sur « l’histoire, l’actualité et l’avenir des architectures de terre»1. Son commissaire, Jean Dethier, fut également notre complice pour promouvoir l’idée de la construction d’un quartier expérimental en terre crue dont nous parlons par ailleurs. Les esquisses illustraient l’exposition qui connut un succès considérable à Paris et à l’étranger où elle circule, en Europe, en Afrique et aux Amériques. Une mini-exposition tirée à 500 exemplaires a été rapidement vendue et présentée dans toute la France. Elle fut l’occasion pour les Conseils en Architecture, Urbanisme et Environnement (C.A.U.E.) de lancer des études sur le patrimoine2. Des diplômes d’architectes ou d’ingénieurs furent consacrés à ce sujet.

5Entre ces deux dates, la décennie 70 a vu la construction en terre gagner les centres techniques et les laboratoires de recherche. Le Centre d’Étude du Bâtiment et des Travaux Publics avait assuré l’assistance technique de divers projets dans ce qui était alors les colonies. Il se penche aujourd’hui sur les protections de surface à l’aide des badigeons ainsi que sur les liants électro-chimiques. Le Centre Technique des Tuiles et Briques s’est penché sur la stabilisation de l’argile hors la cuisson, par adjonction de ciment par exemple. Les Instituts Nationaux des Sciences Appliquées (I.N.S.A.) ont consacré des diplômes au matériau, et notamment celui de Rennes qui a effectué des recherches sur l’argile et le ciment combinés à froid. Les Unités Pédagogiques d’Architecture ont produit des diplômes, comme à Marseille, mais aussi des recherches sur la stabilisation dynamique de la terre, dosée ou non avec un liant dans le cas de l’U.P.A. de Saint-Étienne. Ceci a débouché sur l’adaptation de la technique industrielle du vibro-compactage à la production de blocs de terre. C’est à l’U.P.A. de Grenoble qu’a été fondé le CRATerre.

6Les écoles d’ingénieurs ajoutent à divers diplômes, dans le cas de l’École Nationale des Travaux Publics de l’Etat (E.N.T.P.E.), un laboratoire spécialisé qui effectue des recherches de comportement mécanique de la terre et de mise au point de solutions constructives grâce à de puissants moyens d’essai et de calcul. Il teste également des matériels et concourt à leur optimisation pour des fabricants privés. Son action s’étend à tous les modes de mise en œuvre de la terre. Elle comprend :

7- de la formation (cours de deuxième et troisième année, conférences extérieures, diplômes d’autres écoles d’ingénieurs ou d’U.P.A., stages pour participants extérieurs...);

8- de la recherche fondamentale (sur le comportement mécanique de la terre, dosée ou non en liant hydraulique ou en paille, mais aussi sur les paramètres qui permettent de qualifier une terre pour un mode de mise en œuvre donné) ;

9- de la recherche appliquée (aux solutions de couverture et de plancher à base de terre par exemple ou à la conception du matériel, ou d’essais simplifiés d’identification et de qualification des terres) ;

10- de l’assistance à projets (en France et en divers pays en développement).

11Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, organisme qui est à l’origine de la normalisation et des règles de bonne pratique en France, poursuit des travaux dans deux directions principales :

12- les phénomènes microscopiques qui conditionnent le comportement thermique du matériau et les états d’équilibre humide des murs ;

13- la tenue des protections extérieures (enduits et badigeons) qui découle directement de ces migrations d’eau.

14Ces travaux font aussi appel à des mesures directement effectuées sur des éléments de murs différemment exposés. Le C.S.T.B. pratique également les tests de qualification (pour les blocs en terre par exemple) ou le suivi et l’analyse, notamment économique, de projets, conformément à sa vocation.

15Nous arrêterons ici cette revue non exhaustive où figurent les principaux intervenants. On retiendra que l’essentiel des travaux s’effectuent sous l’égide ou sont financés avec le concours, ou l’avis, du Plan Construction et Habitat où l’on peut consulter une grande partie d’entre eux.

L’archéologie peut utiliser ce savoir

16Pour peu qu’on s’élève au niveau des principes, on peut dire que la construction en terre relève toujours de la même problématique : comment transformer la terre en place en éléments d’une construction pérenne aux sollicitations d’usage ?

17Trois principes regroupent les multiples solutions locales :

18– la maçonnerie qui consiste à assembler de petits éléments préalablement fabriqués avec du mortier ou de la colle ;

19- la construction monolithique qui consiste à mouler des murs entiers ou des parties de mur en place ;

20– le remplissage avec un matériau à base de terre d’une ossature porteuse, en bois par exemple. Des éléments maçonnés peuvent convenir.

21Dans l’absolu, et du seul point de vue technique, si les matériaux et les matériels sont disponibles, les choix seront effectués de manière à assurer la pérennité :

22- de la sécurité du point de vue de la structure, face aux agents extérieurs (eau, vent, soleil, insectes...) et aux charges supportées, permanentes (étage, toiture, plancher...) ou momentanées (meubles, vent...);

23- du confort thermique et hygrométrique avec l’évolution au cours des saisons des agents cités plus haut, ainsi que, dans une certaine mesure, de la valeur esthétique.

24Mais ces critères techniques sont insuffisamment explicatifs. Nous le montrerons au paragraphe suivant en nous interrogeant sur la « disponibilité » des matériaux et matériels. Pour le moment, on se contentera de souligner l’importance de la qualité des matériaux accessibles. En effet, on admet facilement que les constructions en terre ne se trouvent pas partout du simple fait que tous les sols ne sont pas utilisables en construction. Il faut également souligner que toutes les terres ne conviennent pas à tous les modes de mise en œuvre, et qu’à l’inverse le choix de la mise en œuvre peut procéder, lorsque la terre permet plusieurs solutions, de critères non techniques.

25La terre utilisée appartient au matériau meuble situé sous la couche superficielle (dite terre végétale, ou arable), et sur la roche-mère dont elle est un produit d’altération, à moins qu’issue du même processus, elle n’ait été disposée là par divers phénomènes (mouvements des glaciers, entraînement par cours d’eau, etc.). On trouve là quelques dizaines de centimètres à quelques mètres de terre utilisable, en abandonnant la partie inférieure enrichie à l’excès en argiles et oxydes de fer lessivés par l’eau. Cet horizon dit « éluvial » contient une proportion variable de cailloux, graviers, sable, limon et argile et très peu de matières organiques. A l’exception de ces dernières, mesurées lorsqu’un doute subsiste, on caractérise les terres par leur composition pondérale en chacun des constituants, et ce à l’aide d’une courbe granulo-sédimentométrique. Les techniciens d’aujourd’hui possèdent des fuseaux limites, qui sont des courbes extrêmes empiriques à ne pas franchir, dans lesquels doit se trouver la courbe d’un sol pour convenir à la construction.

26Ces limites ont été maintes fois vérifiées sur des terres prélevées sur des constructions très anciennes ou récentes, en France comme à l’étranger, et notamment en pays en développement. Les franchir correspond toujours à une pathologie, et souvent à une cause de ruine rapide, selon la nature de la transgression : par exemple, une terre trop argileuse se fissurera au retrait de séchage, une terre trop sableuse s’effritera, une terre sans gros éléments se tassera, etc. Mais il faudra surtout surveiller la teneur en argile qui assure la cohésion des composants plus gros considérés comme inertes : en première approximation, l’un est le ciment, l’autre le squelette.

27Cette identification physico-mécanique est insuffisante. Ainsi, les caractéristiques minéralogiques et chimiques des argiles (taille du grain, disposition des feuillets, capacité d’échange ionique, etc.) peuvent entraîner des comportements mécaniques et physiques variables. La terre peut présenter cinq états caractérisés par des limites conventionnelles : état de dispersion, état liquide, plastique, solide avec retrait, solide sans retrait. Le passage d’un état à l’autre s’effectue selon la teneur en eau, dans l’ordre et pour les quatre derniers, aux limites dites de liquidité, de plasticité et de retrait, notées Wl, Wp et Wr. Ces limites d’Atterberg ont été étudiées pour les terres à construire, avec la même méthode statistique d’après échantillonnage, et elles permettent de prévoir rapidement l’aptitude à la construction et à l’utilisation de tel ou tel mode de mise en œuvre.

28Enfin, si l’on veut construire, la densification, quel qu’en soit le mode, étant un moyen courant de stabilisation, il importe de savoir quelle est l’aptitude du sol à la recevoir. Pour obtenir la résistance maximale et fermer la porosité à la pénétration de l’eau, il importe de lubrifier les grains, grâce à l’eau, afin qu’ils occupent le moins de place possible après que l’action mécanique leur a permis de se ranger différemment. Des mesures effectuées à des teneurs en eau variées montrent qu’un maximum de densité est obtenu pour une valeur dite « teneur en eau optimale ». Cet essai constitue l’essai Proctor.

29De ces trois types d’essais que nous pratiquons systématiquement, il faut, pour notre réflexion, retenir qu’à partir de terre mise en œuvre, telle qu’on peut la retrouver sous forme de murs, ou des terres du site, on peut scientifiquement porter un avis sur : le (ou les) mode(s) de mise en œuvre possible(s) ; la nécessité ou non d’avoir recours à un adjuvant (chaux, paille, etc.) et son choix; les performances (contraintes admissibles, pérennité, etc.) à attendre au regard des systèmes constructifs (protections architecturales comme le soubassement ou les débords de toiture, formes rondes de type arcs, voûtes et dômes, etc.).

30Ces points sont à relativiser systématiquement en fonction des matériels et des techniques dont on peut raisonnablement penser qu’ils étaient disponibles. Ainsi, certaines performances nécessitent certains matériels compte tenu des matériaux identifiés, et à l’inverse, l’état des matériels peut exclure certaines solutions.

La technique comme limite de l’analyse scientifique

31Cette dernière remarque montre les limites à apporter aux conclusions possibles après l’analyse des matériaux localement disponibles ou prélevés sur place. Toutefois, le fait que le choix du mode de mise en œuvre et plus largement du système constructif puisse ne pas être le meilleur du seul point de vue de la logique scientifique nous apporte des interrogations de trois ordres : l’appréciation portée par les techniciens en fonction de leur propre mode d’évaluation des possibilités offertes par la construction à l’aide des terres disponibles; l’état technico-économique de la filière de production de l’habitat à l’époque concernée pour les destinataires visés; l’importance des paramètres de société qui peuvent générer des critères de choix esthétiques, symboliques, de confort, etc.

■ Le savoir-faire des techniciens du passé

  • 3 Décrits dans : Construire en Terre. CRATerre, Alternatives et Parallèles, 270 p.

32Le savoir-faire des techniciens du passé n’incluait pas l’identification scientifique du matériau telle qu’elle vient d’être décrite. Toutefois, l’étude des documents les plus anciens comme celle des pratiques des artisans traditionnels en pays en développement, qui fondent le savoir actuel, montre que des essais de site, pratiqués par des techniciens expérimentés, fournissent une appréciation assez fine de la nature du sol et de ses possibilités d’utilisation. Ces essais, aujourd’hui dits « de terrain »3, font appel aux cinq sens. Citons le Mayamata, traité sanscrit d’architecture, où les bâtisseurs tamouls décrivent le bon sol : « d’une odeur semblable à celle du bétail », « il est compact, onctueux et agréable au toucher », « sa couleur est blanche, rouge, jaune ou moirée, comme celle du pigeon ; il possède les six saveurs: piquante, amère, astringente, salée, acide ou douce ». Aujourd’hui, quelques essais sont recensés qui permettent de se prononcer sur les mêmes propriétés que celles mises en évidence par les essais de laboratoire décrits plus haut.

33Ainsi l’odeur de moisi, surtout à l’extraction, signifiera la présence de matières organiques. Elle sera amplifiée si on humidifie la terre ou si on la chauffe. Ces terres seront rejetées.

34La morsure consiste à écraser entre les dents une pincée de terre. Les sols sablonneux, même fins, crissent à cause des grains durs. Les sols limoneux sont plus souples, et crissent moins, car leurs particules sont plus fines. Les sols argileux ne grincent pas et une boulette paraîtra lisse. Avec le sol sec, la boulette restera collée à la langue si elle contient beaucoup d’argile.

35L’examen de l’éclat consiste à observer les bords de l’entaille faite en coupant une boule de terre en deux : si la surface est brillante, la terre est argileuse, plastique, si la surface est terne, la terre est plutôt limoneuse.

36Le simple toucher, après malaxage et effritement, d’une poignée de terre dont on aura enlevé les éléments les plus gros (gravillons de diamètre supérieur à 5 mm) permet d’évaluer entre le doigt et la paume de la main la présence des composants majeurs. Le sable sec est rugueux. Le limon sec donne une impression de rugosité moins accentuée mais devient moyennement plastique à l’humidification, alors que l’argile sèche donne des boulettes qui offrent une forte résistance à l’écrasement, et, mouillée, devient plastique et collante.

37La trituration d’un sol sablo-limoneux à proximité de l’oreille fait entendre un crissement net.

38Le même ouvrage (3) indique que « en se lavant les mains avec la terre, tout comme on le ferait avec du savon », on obtient une sensation plus ou moins onctueuse, et une aisance croissante à se rincer les mains, selon que l’on a affaire à un sol argileux, limoneux ou sablonneux. Pour ces derniers, l’examen visuel permet d’avoir une idée de la grosseur et des proportions des grains visibles, c’est-à-dire d’une taille de l’ordre du dixième de millimètre au moins. On en déduit la proportion des fines, car argile et limon sont indiscernables.

39Dès qu’on dispose d’un flacon transparent, si possible obturable avec la main et de préférence cylindrique, on peut le remplir de terre pour un quart du volume et compléter avec de l’eau : agiter fortement et laisser reposer une heure environ sur une surface horizontale. On agite alors à nouveau puis on laisse décanter. Trois couches se repèrent alors nettement en général : le sable au fond, puis le limon, et l’argile en suspension au-dessus. C’est une bonne indication des proportions des constituants.

40Enfin, une estimation rapide de la teneur optimale en eau est obtenue en incorporant de l’énergie potentielle à une boule de terre que l’on lâche d’une hauteur d’environ un mètre et dont on observe le comportement au contact d’un sol dur et plat : pulvérisée, elle est trop sèche, aplatie sans désagrégation, elle est trop humide, éclatée en quatre ou cinq morceaux, la teneur en eau est bonne.

41On retrouve ici, parfois avec plusieurs essais possibles, les paramètres qu’identifient les essais de laboratoire modernes. Dans ces conditions, l’expérience aidant, les techniciens du passé pouvaient sans doute correctement identifier l’aptitude des terres à recevoir tel ou tel mode de mise en œuvre connu d’eux, sans doute même choisir entre plusieurs solutions acceptables.

42Au niveau de la stabilisation, l’ajout de paille sèche dans les adobes était connu bien avant la période qui nous intéresse et l’usage de la chaux également : je l’ai moi-même constaté le long du cours moyen du Nil dans les ruines attribuées aux hommes de Méroé. Mais il reste à savoir quel savoir-faire était effectivement possédé par les hommes qui ont construit telle ou telle construction.

■ Les matériels et le savoir, les matériaux destinés a amender un sol

43En effet, que l’on choisisse la mise en œuvre à partir du matériau, ou que l’on recherche le sol approprié à la technique, tout part toujours de la nature de la terre. Mais ensuite interviennent les matériels et le savoir, ainsi que les éventuels matériaux destinés à amender un sol. Nous allons comparer globalement les grandes filières pour les premiers, et illustrer le rôle des seconds.

44Dans la comparaison, nous en restons toujours aux paramètres techniques et technologiques au sens large, car il faut prendre en considération non seulement la sécurité et la stabilité d’une construction, mais aussi son confort par rapport aux variations de température et d’humidité par exemple, ou, plus largement, au climat. Prenons tout d’abord le cas de trois filières possibles en ces temps reculés : le pisé, l’adobe et le torchis sur pans de bois. Les critères technologiques seront les suivants : la complexité de la réalisation, le cahier des charges, le temps d’exécution et sa distribution.

  • 4 Quartier en terre de L’Isle-d’Abeau. Recommandations pour la conception. CRATerre, Plan Constructio (...)

45Le matériau et ses possibilités étant identifiés, intervient la notion de filière de production. Le CRATerre4 donne une décomposition résumée ici :

  • approvisionnement (extraction et éventuellement séchage et stockage intermédiaire) ;

  • préparation (criblage, ou pulvérisation si nécessaire, après transport le cas échéant) ;

  • production (dosage sec en liant ou paille, puis mouillage ou dosage humide, malaxage, réaction qui peut prendre un certain temps, retrituration éventuelle, moulage);

  • stockage pour séchage, primaire ou définitif s’il se fait en place (sinon aération, voire arrosage, puis mise en place).

46Ce cheminement général connaît de notables variations selon la technique de mise en œuvre choisie. L’extraction et le séchage, en couches minces ou petits tas aérés, furent sans doute manuels. Le stockage pouvait s’effectuer à l’air libre, ou sous toiture, selon le climat (le lieu, la saison). Le criblage des terres à pisé se faisait en général à la main, le piseur du siècle dernier enlevait, au fur et à mesure de son travail, les plus gros cailloux (d’un diamètre supérieur à 0,05 m). Un concassage manuel peut également pulvériser la terre et la renforcer en cailloux, graviers et sable : c’est la pulvérisation qui assure un mélange plus intime des constituants et des ajouts éventuels. Le dosage des ajouts s’effectuait sans doute en remplissant manuellement des volumes (paniers par exemple). Le mélange manuel à sec permet de retirer le maximum d’efficacité d’un stabilisant en poudre comme la chaux. L’addition éventuelle de l’eau vient ensuite, mais au printemps, un drainage naturel correct peut amener le sol à un dosage en eau proche de la teneur optimale définie plus haut. L’ajout de chaux (3), vive ou hydratée, pour des teneurs de 4 à 10% en poids, produit presque toujours une forte augmentation des résistances mécaniques, multipliées par quatre et cinq avec des sols fins argileux.

47Cette opération peut remplacer le séchage s’il s’agit de chaux vive, car une partie de l’eau sert alors à éteindre la chaux vive qui se transforme en chaux hydratée. Le durcissement s’effectue ensuite lentement grâce au gaz carbonique de l’air : l’intérieur des murs n’est donc pas concerné, sauf si le matériau lui-même, ou d’autres ajouts, confèrent à la chaux une certaine hydraulicité, grâce à leur caractère pouzzolanique. Toutefois, l’ajout de chaux ou l’amendement de la terre constituent, en tout temps et tout lieu, une complication notable, et un surcoût important, qui ne se justifient que par des considérations particulières d’humidité ou de surcharge mécanique sur des parties peu épaisses. L’étude du rôle de ces ajouts, s’ils sont constatés, ne peut se faire qu’à partir des caractéristiques des chaux utilisées, par exemple, et notamment la teneur en principe actif (CaO) : en particulier, on identifiera le mode de leur production et la nature du matériau avant calcination. Stabilisée ou non, la terre choisie et préparée est extrêmement simple à mettre en œuvre : dans la plupart des cas, en Bresse et Dauphiné, la préparation se limite d’ailleurs à l’extraction et à une certaine trituration assurant notamment le brisage des mottes. Il existe un grand nombre de matériels manuels différents. Les banches à pisé peuvent varier par leur mode de serrage, leurs dimensions, etc. Leurs qualités permettent une qualité variable du damage qui pourra s’effectuer avec un ou plusieurs pisoirs. Dans ce dernier cas, des formes différentes permettront des actions complémentaires et des performances améliorées. L’épaisseur minimale des murs est de 0,40 m, car, en deçà, le piseur ne peut pas travailler.

  • 5 FATHY (H.}. — Construire avec le Peuple. Sindbad (Petite Bibliothèque Arabe).

48Pour l’adobe une terre sans cailloux ni graviers est nécessaire, mais on trouve souvent des mélanges : un boudin de terre dont on observe la cassure, après l’avoir roulé avec le plat de la main sur une surface horizontale, permet de savoir si la proportion en sable, limon et argile est correcte. Le criblage peut être remplacé par un concassage manuel. La pulvérisation permet un malaxage plus intime des constituants, y compris de la chaux, si on en ajoute. Si des cailloux et graviers sont présents, un tamisage serré s’impose. Le dosage sec est identique à celui du pisé. Par contre, le mélange avec l’eau est effectué une pleine journée avant l’ajout de la paille. Cette hydratation préalable, appelée aussi pourrissement, consiste à saturer d’eau les particules argileuses et à détruire les boulettes ou mottes constituées. La paille a des substituts comme la balle de riz ou de mil, les poils d’animaux (chameaux, chèvres) ou les aiguilles de pins... On en trouve de 4 à 20 kilogrammes par mètre cube5. La quantité d’eau nécessaire, jusqu’à un tiers en poids, amène à situer l’aire de fabrication à proximité d’un point d’eau. Aux États-Unis, des adobes centenaires ont été retrouvées (3) dont on a observé les fibres sèches intactes; non décomposées, on a pu les identifier. Le moulage des adobes se faisait manuellement sans doute à l’aide de moules en bois, pour un ou plusieurs blocs, ce qui n’est pas indifférent dans l’organisation de la production. Le moulage se fait avec une terre plastique et par pétrissage, dans les conditions les plus sommaires. Un stockage important (trois à quatre jours de production) est nécessaire au bon fonctionnement de la production. Il s’effectue sur une surface lisse recouverte de préférence avec du sable. Les adobes devenues manipulables sont ensuite posées sur la tranche puis/ou accumulées en tas dans lesquels la circulation de l’air est ménagée.

49Les deux premiers jours, on conseille le séchage à l’ombre et selon le climat, il y aura lieu, comme pour le pisé fraîchement réalisé, de procéder à un arrosage. Un test courant consiste à poser une adobe en appui sur deux autres posées au sol, un homme monte au milieu et se tient sur un pied : la cassure ne doit pas intervenir avant une durée de l’ordre de la minute. Les dimensions relevées (3) varient de 20 x 10 x 4 à 61 x 30 x 15. Les grandes adobes produisent des murs plus solides et plus faciles à monter mais leur séchage est plus long, et requiert plus de soins pour éviter la fissuration. Celle-ci n’est pas seulement limitée par un séchage ralenti : la paille se comporte comme une armature diffuse qui, par sa présence, réduit la proportion d’argile et répartit la fissuration. En France, les dimensions courantes sont de l’ordre de 30 (à 40) x 15 (à 30) x 5 (à 10). Tous les appareillages classiques des briques sont possibles avec les adobes. Mais la mise en œuvre correcte nécessite le respect de règles simples que nous verrons plus loin. De par le monde, de nombreuses formes, différentes du parallélépipède, ont été utilisées. Toutefois, on n’en trouve semble-t-il aucune trace à la période qui nous intéresse et dans la zone géographique considérée.

50Les mortiers pour maçonner les adobes sont multiples, et même le montage à sec a été pratiqué couramment. Les adobes étant alors posées encore humides pour obtenir un mur plus homogène et séchant d’une seule masse. Les mélanges de sable et de chaux, ou terre tamisée et chaux, sont courants dans les constructions des siècles précédents. La terre tamisée seule est aussi utilisée. Toutefois, on note que le mortier devrait être un peu plus résistant que les adobes. La taille maximum des grains est de 3 à 5 mm pour des épaisseurs de joints de 15 à 25 mm. Dans le cas du pisé, le mortier est utilisé en lit pour les joints horizontaux ou verticaux (souvent inclinés) qui n’apportent pas une consolidation. Ils sont en général destinés à coller deux banchées successives, mais appartiennent plutôt au domaine des choix esthétiques : un bon mur peut être pisé en une seule fois, mais avec une terre de qualité moyenne, des banchées courtes permettent de limiter le retrait. Des joints serrés à chaque sous-couche, par exemple, sont aussi le moyen de protéger les parties sollicitées mécaniquement de l’extérieur, ou de mieux accrocher un enduit ultérieur.

51Le torchis sur pan de bois est une technique mixte et il en existe de nombreux types, selon que la terre préparée ne participe pas du tout, ou concourt plus ou moins, à la reprise des efforts. Souvent, c’est avant tout un travail de charpentier et la terre est surtout un remplissage et une protection contre les intempéries. La préparation n’est guère différente de celle des adobes. La paille est également hachée en tronçons de 10 à 15 cm dans la plupart des sols. On note surtout la facilité de réparation puisqu’une pièce de bois abîmée est en général renouvelée par une intervention très localisée : on lui substitue une pièce neuve identique et l’on replace le chevillage. Le remplissage, et le lattis, simple ou double, qui reçoit la terre peuvent être remplacés localement à tout instant sans altérer la tenue de l’ensemble.

■ La complexité de la réalisation

52Nous avons décrit les essais d’identification et de qualification des terres à construire. Il y a là un savoir précis, empirique, que l’un des constructeurs au moins devait posséder. Nous avons nous-même vérifié qu’un piseur expérimenté de la Bresse obtient, à l’essai de la boule de terre et à l’examen de la brillance, un dosage en eau à moins de 1 % de ce que l’essai Proctor considère comme la teneur optimale. Ceci est remarquable compte tenu des valeurs discontinues utilisées : l’ajout se faisant au litre près avec une bouteille du commerce !

53Nous allons reprendre la filière de production et examiner la complexité de la réalisation au regard des grands types de mise en œuvre.

■ Le pisé

  • 6 GOIFFON. — L’Art du Maçon Piseur, 1772. COINTEREAUX. — Les Cahiers de l’école d’architecture rurale (...)

54Le pisé est décrit par les auteurs de la fin du XVIIIe et du début du XIXe6, parfois sous l’angle des exigences du logement social : rapide et économique à construire, outillage réduit et simple, consommation de bois faible (construction et outillage).

55D’après Goiffon, cité par CRATerre (3), le pisé apparaît à l’époque romaine. Pourtant le terme lui-même, sans doute d’origine indo-européenne, ne semble pas être utilisé avant 1562(1) en région lyonnaise. L’archéologie nous rendra-t-elle les origines du pisé français ?

56La technique est évidemment dépendante de l’existence d’un corps de professionnels capables de fabriquer l’outil. Si la hauteur conventionnelle des banches semble être de 0,80 m, les mêmes auteurs donnent entre 1,60 m et 4,20 m pour la longueur. Mais il ne s’agit que de renseignements disponibles à partir de la seconde moitié du XVIIIe. On comprend, en regardant les banches (avec renforts et poignées), la tête (ou le fond, qui arrête le mur en fabrication), les poteaux verticaux fixés par des coins dans les clés, et le ou les pisoirs, que cette technique, qui fait tant appel au bois, relevait de la pratique du charpentier. Le transport de la terre, à l’intérieur du chantier, par paniers d’osier, paraît aussi très ancien. La pose du fond de banche qui produit des joints verticaux entre banchées successives, ou son absence, traduite par des joints inclinés, s’ajoute à toutes les variations possibles grâce à des longueurs et des hauteurs de banches différentes.

  • 7 Ces considérations sont valables pour toutes les mises en œuvre de la terre en élévation.
  • 8 Pour plus de détails, on peut se référer à l’ouvrage cité à la note (6), diffusé par le Plan Constr (...)

57A la technique de mise en œuvre et à la maîtrise de l’outillage, il faut encore ajouter la connaissance de dispositions constructives élémentaires. Ainsi, l’ennemi de la terre étant l’eau, on s’assure toujours que débords de toiture et soubassement sont tels que l’eau ne vient jamais frapper directement, ou ruisseler, sur les élévations en terre. Des soubassements souvent en pierres maçonnées, en général au moins sur 0,60 m de hauteur, sont réalisés systématiquement, mais on verra plus loin que bien des variations sont possibles7. De même, tous les angles et tous les tableaux d’encadrement d’ouvertures, et en général, toutes les parties sollicitées mécaniquement par l’usage ou plus exposées aux intempéries sont protégées. Elles sont traitées avec des lits de mortier de chaux interposés entre les sous-couches, avec des pierres ou des briques cuites maçonnées, ou avec du bois, ou encore avec des pierres taillées8.

58Les eaux de ruissellement sont écartées ou recueillies, comme les eaux souterraines de nappe haute, par exemple grâce à des drains. De manière générale, on interdit tout autant les remontées d’eau dans les murs que l’humidification par l’eau de pluie, ou l’eau apportée au lavage du sol par exemple. De même, l’usage et l’ensoleillement doivent être envisagés afin d’éviter la condensation sur les faces intérieures des murs.

59De mauvaises pratiques en matière de stabilité structurelle peuvent également, même si la sécurité n’est pas immédiatement en cause, ouvrir la voie à la pénétration de l’eau grâce à la fissuration, et entraîner la ruine à terme (7). C’est le cas lorsque la fondation est insuffisante, car la terre supporte mal les efforts de traction et le poinçonnement. Les tassements différentiels du sol, les flexions, les charges excentrées, l’appui des pannes des planchers et des fermes de la charpente sont particulièrement surveillées. Nous ne pouvons là encore examiner toutes les solutions (8) mais il faut retenir qu’à l’époque qui nous intéresse, de nombreuses solutions constructives étaient déjà possibles pour réaliser les planchers, les pavements, les chaînages et l’appui des charpentes, à l’aide de bois notamment. Le traitement des ouvertures traduit des préoccupations voisines. Ainsi, les linteaux à forte inertie, les jambages stables au flambement, appuyés de manière répartie sur l’allège, n’entraînent pas de fissuration. On trouve aussi des ouvertures plus réduites, circulaires, ou triangulaires, sans tableau, ou rectangulaires avec un simple linteau. Certaines règles sont respectées systématiquement : pas d’ouvertures à proximité des angles ou extrémités de murs, pas de joints verticaux alignés dans la hauteur pour éviter le phénomène de « coup de sabre » qui affaiblit le mur, respect d’un rapport de l’ordre de dix entre l’épaisseur du mur et sa hauteur, limitation de la longueur de murs entre renforts (5 à 8 m).

60Ajoutons à ce savoir la connaissance des performances des mortiers et laits de chaux, en enduit, badigeon, ou scellement. Les madriers de chaînage, noyés dans le mur, baignent dans un mortier de chaux (cas du sapin), de plâtre ou de terre (chêne). On se souvient que la chaux peut également être ajoutée à la terre. Le bon piseur connaît donc entre autres : l’hydrogéologie et le climat du site ; l’usage des différentes parties de la construction; la mise en œuvre du pisé; ses exigences architecturales; les bois, leur travail et leur assemblage; les chaux et leurs utilisations; la gestion de la main-d’œuvre et des stocks.

■ L’adobe

  • 9 PLINE L’ANCIEN. — Histoire Naturelle, livre XXXVII, Belles Lettres, 1972, 196 p. (Coll. clas. Unive (...)
  • 10 VITRUVE. — Dix Livres d’Architecture, corrigés et traduits en 1684 par Claude Perrault, Pierre Mard (...)

61L’adobe existait bien des siècles avant Rome. Sa présence est attestée en Amérique du sud et en Afrique. Pline9 la croit inventée par deux Athéniens. Vitruve10 cite de nombreuses constructions prestigieuses en adobes et donne les dimensions classiques (didoron, pentadoron, tetradoron). Les problèmes liés à la sensibilité à l’eau et aux efforts de traction se posent ici de la même façon. Si l’on suppose qu’un bon mortier, décrit précédemment, a servi à maçonner les blocs, on doit s’attendre à des performances mécaniques identiques, ou supérieures, à celles du pisé, pour des épaisseurs comparables, en compression, traction, flexion circulaire et poinçonnement. Bien sûr, tout peut varier avec la quantité de paille des adobes, ou un éventuel ajout de chaux. Les règles constructives étant appliquées, le savoir-faire à la mise en œuvre semble beaucoup plus limité que pour le pisé. Il réside surtout dans le choix de l’épaisseur du joint, de la composition du mortier, et dans le respect d’un mode d’appareillage bien maîtrisé. La souplesse au niveau des formes est bien entendu plus grande. La réalisation d’équipements, comme un âtre ou un conduit de fumée, est plus aisée. Notons à ce propos qu’un savoir-faire est nécessaire, car si la cuisson ne pose pas de problème, l’alternance de températures variables et la cuisson partielle engendrent une diminution de la cohésion qui produit l’effritement et la sensibilité à l’eau d’infiltration ou à la condensation. Altérer la circulation des gaz est un danger et une déperdition sensible de chaleur.

62Hors ce point spécifique, c’est à la production que se joue la qualité de la construction en adobes. Par contre, la facilité de fractionner celle-ci et d’individualiser chaque tâche, comme dans une chaîne, puis le stockage long du produit, rendent le contrôle de la production aisé.

  • 11 Cette solution est encore appliquée aujourd’hui dans la région de Fès au Maroc. Une kaolinite blanc (...)

63Si un bon pisé, bien exécuté, avec les protections architecturales d’usage peut couramment ne pas être enduit sous nos climats, l’adobe est plus sensible aux agressions extérieures : il n’y a pas de réorganisation des grains sous l’effet du damage et la porosité, non fermée, est accentuée par la paille qui peut constituer une voie de pénétration à l’eau. L’enduit gomme également les irrégularités du mur. La terre ou les mortiers de chaux constituent des solutions possibles, mais temporaires, et la réfection périodique s’impose d’autant plus que le produit utilisé est peu performant et moins coûteux : un bon enduit de sable et de chaux en trois couches peut durer un demi-siècle; un lait de chaux doit être appliqué chaque année, comme une barbotine d’argile11 Pour les premiers, une main-d’œuvre spécialisée est requise; un enfant peut être chargé des seconds.

64A ce propos, mortiers de hourdage et enduits font parfois appel à des stabilisants dont le rôle n’est pas encore clairement expliqué. Sang animal, sels divers, résines végétales, pour n’évoquer que les produits disponibles dans la région qui nous intéresse, sont parfois encore utilisés et mentionnés dans la littérature.

  • 12 Pour n’en citer qu’un : BRYANG HUYGIUS. — Expériences et observations faites pour améliorer l’art d (...)

65Plusieurs auteurs12 insistent sur la nécessité de stocker l’eau à la lumière du jour quelques jours avant de l’utiliser pour améliorer les résultats mécaniques obtenus à la stabilisation. Sans doute y a-t-il ici la volonté d’agir sur l’état d’ionisation de l’eau et d’utiliser la capacité d’échange ionique des argiles. Il faut reconnaître que nous commençons tout juste à connaître, au coup par coup, ces phénomènes et que bien des explications sont encore à trouver. La physique des basses énergies pourrait défricher plus avant ce chemin.

■ Le torchis

66Le torchis relève d’une préparation assez simple du matériau. La mise en œuvre elle-même n’est pas très élaborée, qu’il s’agisse de l’application sur clayonnage ou des coffrages autour de l’ossature. Le remplissage avec des adobes maçonnées répond aux conditions précédemment décrites. Au total, c’est surtout l’art du charpentier qui est sollicité et nous ne le traiterons pas ici.

■ Le cahier des charges

67Le cahier des charges d’une construction ne comprend pas que les exigences de sécurité et de durabilité prises en compte dans la réalisation et la conception, dont nous venons d’envisager quelques aspects. Ici intervient la notion de confort dans son sens le plus large : ‒l’adéquation de l’organisation des volumes et des circulations aux occupations et aux activités qui s’y déroulent ;‒ l’adéquation des conditions de rayonnement, d’humidité, de ventilation et de température aux exigences du confort de l’homme.

  • 13 Citons par exemple : DREYFUS (J.). — Le Confort dans l’Habitat Tropical, Eyrolles, 1960; GIVONI (B. (...)

68Dans la première, l’archéologie retrouve en général les conditions de vie, et notamment de travail, dans le fonctionnement de la maison, ou, à l’inverse, se sert de celui-ci pour expliquer et comprendre celles-là. Mais pour la seconde, il est vrai toujours objet de recherche, la prudence, pour le moins, semble de rigueur. Bien sûr, il est difficile d’argumenter sur ce qu’était la sensation de bien-être des Gaulois, toutefois, il est sans doute possible de se prononcer sur le rôle joué par les matériaux, les techniques et les disponibilités architecturales dans la régulation de la température et de l’humidité, par exemple. Quelques bons ouvrages de synthèse13 abordent ces questions, pour lesquelles nous nous bornons ici à examiner l’apport possible de cette approche à la compréhension des architectures analysées.

69Il est trop sommaire d’affirmer que le choix de l’épaisseur des murs, ou de la couverture, ne répond qu’aux exigences de la solidité, de la pérennité, ou de l’économie locale. Il faudrait admettre que certains surdimensionnements, par exemple, trahissent des défaillances de savoir-faire, hors de proportion avec ce qui se manifeste en matière de technique constructive et de choix des matériaux.

70On doit donc admettre que certaines solutions relèvent aussi du souci de réguler la température et l’humidité des pièces. La construction même d’une maison répond au besoin de créer un espace interne où les conditions extérieures soient différemment modulées. Ainsi, tout abri réduit supprime l’impact direct du vent, de la pluie, de la neige. De plus, l’enveloppe joue un double rôle par rapport aux paramètres climatiques extérieurs : l’amplitude des températures intérieures est alternée par rapport à l’amplitude des températures extérieures, un déphasage entre les extrêmes est créé de façon à ce que la maison reste chaude lorsque l’extérieur est froid, et inversement.

71D’une façon générale, on peut dire qu’il s’agit de réduire au maximum la réponse physiologique automatique du corps, son auto-régulation thermique, ce qui est peut-être une définition universelle du bien-être. Encore peut-on penser que quelques fluctuations légères sont bénéfiques, car elles stimulent le corps, et brisent la monotonie. L’homme vêtu dispose, en plus de son habitat, d’un arsenal de facteurs d’échange : les réponses physiologiques (objectivement mesurées) et les actions volontaires (habillement, activité, décolmatage d’ouvertures, organisation de courants d’air, etc., qui répondent à des sensations subjectives et variables).

72Parmi ces dernières on peut distinguer la sensation thermique et la transpiration sensible, que deux paramètres surtout caractérisent : la température de l’air et la pression de vapeur d’eau de l’air. On peut dire que la ventilation en modifie la perception. La sudation sert surtout au refroidissement du corps, et l’on peut dire que la santé et le bien-être consistent pour l’essentiel à maintenir la température des tissus du corps dans une certaine plage plus ou moins étroite.

73Le climat qui nous intéresse est assez tempéré dans ses amplitudes de températures et de pressions de vapeur d’eau dans l’air. Par exemple, le rayonnement solaire global (direct et diffus) se situe de la façon suivante par rapport aux valeurs maximales : 1/8 au mois de janvier, 2/3 au mois d’août, 1/2 en moyenne annuelle.

74Il y a donc obligation de trouver des compromis techniques entre les réponses aux problèmes extrêmes, dont aucun n’est en permanence dominant. Les échanges de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur de l’enveloppe se font de différentes façons : conduction, convection, rayonnement (chaleur sensible) et évapo-condensation (chaleur latente dégagée par le changement d’état de l’eau). Le rôle des matériaux de l’enveloppe est caractérisé par les paramètres mesurés suivants : conductivité thermique, résistance et conductance ; caractéristiques de surface par rapport au rayonnement (facteurs d’absorption, de réflexion, d’émission) ; coefficient de convection de surface ; capacité calorifique ; transparence aux rayons de différentes longueurs d’onde.

75Ce sont la capacité calorifique et la résistance thermique qui sont dès l’abord prises en compte dans le choix du matériau. Pour la terre, ces valeurs sont connues selon le mode de mise en œuvre utilisé. Cela permet d’apprécier le comportement thermique d’un mur et d’une pièce lorsqu’on connaît l’épaisseur et la densité. On peut donc en partie répondre à deux questions : quelle est l’atténuation d’amplitude de température produite par l’enveloppe des murs ? quel est le déphasage entre les extrêmes de température auquel on doit s’attendre?

76D’autres paramètres viendront corriger ces données de base. Citons par exemple : dimension et orientation des ouvertures, nature et orientation de la toiture, situation de la maison.

77Il est clair par exemple que c’est le refroidissement et réchauffement de la terre qui déterminent principalement la température de l’air ambiant. Ainsi, l’air froid tend à se concentrer de nuit dans les vallées avec une différence de plusieurs degrés par rapport aux hauteurs.

78La capacité calorifique caractérise l’amortissement de l’échange de chaleur entre intérieur et extérieur. Celle de la terre est moindre que celle de la pierre en général. Elle varie selon le mode de mise en œuvre de la terre et la proportion de cailloux par exemple. Elle est proportionnelle à l’épaisseur, à la chaleur spécifique, à la densité en œuvre. Il y a là le moyen de bien réguler la température intérieure. On utilise les ouvertures, lorsque la maison a restitué à l’air sa chaleur, pour faire rentrer le rayonnement solaire du matin, et l’air qu’il chauffe. Les murs intérieurs et le mobilier jouent aussi ce rôle de masse thermique.

79Lorsque l’on passe d’une mise en œuvre à une autre, plus dense, mais à épaisseur égale, la résistance thermique est abaissée, les flux de chaleur traversant sont accrus hors situation d’équilibre. Pour chaque pièce, le rapport entre l’amplitude des températures extérieures et l’amplitude des températures intérieures est une fonction directe des propriétés thermophysiques des matériaux, des épaisseurs mises en œuvre, de l’exposition aux sources de chaleur et de la ventilation. Pour réduire ce rapport (modulation intérieure) et accroître le déphasage (retard de refroidissement ou de surchauffe), il importe de réduire la conductivité et d’accroître l’épaisseur et la capacité calorique. On jouera sur la diffusivité.

80L’incidence de la couleur, notamment pour les toits, est importante. Ici, l’existence ou non d’un faux plafond, et d’une lame d’air immobile, ou ventilée, sous comble sont déterminants. La ventilation peut se faire par les interstices des tuiles ou la lame d’air peut être constituée de l’air emprisonné dans le chaume.

81Les phénomènes de migration d’eau à l’intérieur du mur représentent aux yeux des experts environ 10 % des échanges thermiques traversant l’enveloppe. La condensation est également un phénomène que l’on sait expliquer en fonction du point de rosée de l’air ambiant.

82On remarque pour finir que, si la tension de vapeur d’eau de l’air conditionne l’humidité ressentie, c’est au contraire l’humidité relative qui affecte le comportement des matériaux et leur détérioration. Or cette dernière peut varier beaucoup à pression constante, avec la température, et donc agir sur les murs.

83Dans ces conditions, nous devons considérer qu’une analyse minimale du comportement thermique des constructions telles qu’elles peuvent être envisagées, ou reconstituées, peut être un facteur explicatif de bien des choix et il faut déplorer qu’on y procède si peu. Les coefficients thermo-physiques des matériaux à base de terre, du bois et de la pierre, sont disponibles. Le confort doit être considéré là aussi comme un élément essentiel du cahier des charges des constructions.

■ Les temps d’exécution et leur distribution

84Les temps d’exécution et leur distribution ne sont également pas assez pris en compte dans les analyses que l’on fait des habitats du passé.

■ Le pisé

85Pour le pisé, l’exploitation de la carrière et la mise en œuvre peuvent s’effectuer d’avril à juillet, notamment lorsque les travaux des champs libèrent la main-d’œuvre. Toutefois, avec des précautions pour éviter un séchage trop rapide en août, on peut poursuivre jusqu’en septembre. Il est bon de compter un temps moyen de l’ordre de quatre mois avant les fortes gelées (plusieurs heures nettement sous zéro) afin que l’eau excédentaire par rapport à l’état d’équilibre soit évacuée pour l’essentiel. Normalement l’exploitation de la préparation de la terre commence un mois avant la mise en œuvre. Une équipe de trois personnes spécialisées peuvent mettre en œuvre en moyenne 1 à 1,30 m3 par jour chacune. Le rendement varie évidemment avec les difficultés : partie courante ou nombreuses ouvertures avec angles à traiter par exemple. Ceci ne comprend pas l’extraction et la préparation. Il y a là un rythme en continu, puisque chaque gâchée correspond à une banchée à mettre en œuvre dans la foulée, et un respect du projet initial qui nécessite en plus du savoir-faire une maîtrise permanente de la construction et de l’organisation du chantier.

■ L’adobe

86Avec l’adobe, il y a séparation des tâches de production et de construction. Deux équipes différentes peuvent s’en charger, car il s’agit de deux savoirs spécifiques. Globalement et sans compter ni l’extraction, ni la préparation, ni la durée de stockage pour la fabrication et la mise en œuvre des adobes (15 à 20 kg), le rendement par homme est inférieur d’environ 30 % à celui du pisé.

87Dans la région qui nous intéresse, la production pourrait s’effectuer entre mai et septembre, l’exploitation de la carrière s’effectuant entre avril et juillet. Pour les mêmes raisons de gélivité, la construction n’ira pas au-delà de la fin août. Les temps de séchage donnés par Vitruve et d’autres auteurs sont souvent fantaisistes. Les adobes continuent à sécher en œuvre. Seul l’enduit pourra être décalé d’un an et réalisé de préférence en septembre.

88Le cycle de préparation, fortement consommateur de main-d’œuvre, inclut souvent une préparation de la terre en place par mouillage et ajout de paille, puis mélange par foulage au pied une semaine avant le moulage. Un mouleur habile peut produire cinq briques à la minute. En pays en développement, cette spécificité amène souvent l’organisation de véritables fabricants de matériaux qui commercialisent ou échangent leurs produits. Ces artisans sont constitués couramment en équipes de une à dix personnes avec un ou deux mouleurs. Ils disposent d’assez grandes aires planes, parfois protégées par un abri, pour le stockage.

89Le travail du maçon est une toute autre spécialité qui permet un ajustement permanent de la construction et une conception plus souple. Dans l’hypothèse retenue pour le pisé (la construction d’une seule maison en une saison), le rendement moindre peut amener à travailler avec deux postes de mise en œuvre avec deux à trois personnes par poste, puisque le maçon doit être alimenté en adobes et en mortier. Par contre l’outillage est très limité.

  • 14 Entretiens sur l’architecture. — Mardaga, 1978.

90On voit que ces deux modes de production de l’habitat sont très différenciés et que le dernier est particulièrement adapté au contexte de main-d’œuvre abondante, peu chère, peu spécialisée. Viollet-le-Duc14 stigmatisait déjà les Romains et « leurs brigades de manœuvres organisées » qui réalisaient des massifs de briques crues revêtues de pierres. Il y a ici un paramètre qui nous renvoie à l’économie des matériaux de construction locaux et à celle de leur traitement. Cet axe de réflexion lui aussi s’impose car il conditionne la disponibilité réelle des matériaux et des techniques.

91Ce débat doit s’étendre par exemple aux pierres utilisées en soubassement et protection d’angles. Souvent non locales, elles constituaient sans doute l’objet d’un marché et d’un réseau de diffusion dont l’évaluation n’est pas sans intérêt pour comprendre ce que furent par le passé les conditions réelles de la construction et de l’accès au logement. Il faudrait faire de même pour la chaux. Cela s’appellerait l’économie, comme limite de la technique.

Les paramètres de société comme limite de l’approche technico-économique

92Comme l’analyse des matériaux trouve ses limites dans les facteurs techniques, celle-ci dans les aspects économiques, on peut dire que les choix rationnels sont largement corrigés par des facteurs humains. Comprendre le passé, ce serait aussi connaître les effets de la mode s’il en existait une, ou du moins les critères esthétiques, mais aussi le contenu symbolique, voire religieux, des matériaux et des procédés.

  • 15 GUILLERME (A.). — Les Temps de l’Eau, Champ-Vallon.

93Tout montre le contenu symbolique des eaux au Bas Empire comme au Haut Moyen Age. On assiste à un remplacement systématique des divinités gauloises par des saints catholiques pour la sacralisation des eaux jaillissantes ou des eaux de protection qui encerclent tout ou partie des cités15. Nous avons déjà abordé le problème de l’eau pour la confection des mortiers. L’eau de gâchage n’est pas seulement le moyen physique d’améliorer la terre à construire. L’eau est en soi un apport symbolique riche dont il importe de tenter de saisir la signification.

  • 16 CAILLET (C.). — Le Sol facteur d’influence dans le bâti rural de l’Ain. Travail de Fin d’Études à l (...)

94La terre est une vision d’ingénieur technocrate. Nous avons dit la variété des terres du point de vue de l’identification physico-chimique. Il faut parler aussi de leur grande diversité du point de vue de la signification. Il y a des terres qui guérissent en emplâtre, ou en bain de boue. Mais il y a aussi des terres sanctifiées comme celle du Campo Santo que cinquante galères de Pise rapportèrent de Jérusalem en 1225 pour qu’on y enterre les morts en Terre Sainte. Des sites connus depuis toujours pour la qualité de leur terre à construire (on peut déjà les appeler carrières) appartiennent souvent de tradition à des familles reconnues pour leur rôle religieux. On a parfois des surprises lorsqu’on recherche le site d’extraction de telle ou telle terre en œuvre. Une étude menée à l’E.N.T.P.E. avec le concours du C.A.U.E. de l’Ain sur quelques villages bressans16 montre qu’il n’y a pas coïncidence exacte, et de loin, entre la carte géologique favorable et l’implantation d’un matériau ou d’une technique.

95« La créativité de chacun confère aux murs leur richesse visuelle, tactile et sensuelle. Ainsi les méthodes d’utilisation de la terre permettent-elles de ne pas dissocier la matérialité et la spiritualité de l’acte de bâtir car ce matériau autorise la simultanéité et la synthèse des actions constructives et artistiques » (1). Cette phrase de Jean Dethier résume au mieux ce que nous avons déjà montré dans les paragraphes qui précèdent : il existe de nombreux éléments de la construction en terre dont le rôle est tout autant, sinon plus, artistique que technique. Si le pisé limite souvent le constructeur à des formes droites, par la contrainte des banches, de l’adobe sont nées des formes généreuses. Sensualité du contact et des formes, la terre, même non organique, signifie la mère nourricière. Elle est aussi le séjour des morts et certaines civilisations y situent l’enfer. Il y a là une étrange symétrie par rapport au sol qui n’est pas sans rappeler celle des catacombes. La maison des morts et la maison des vivants : qui pourrait nier le poids de cet échange symbolique ? Matériau signifiant, la terre est aussi un matériau vivant : elle travaille, elle respire. Tous les vieux piseurs connaissent son évolution avec les saisons. Ils parlent de « sa sève » comme on ferait d’un arbre. On sait aussi que les échanges d’eau en vapeur ou liquide avec les milieux ambiants, intérieurs et extérieurs à la maison, doivent être ménagés et que le mur rejettera, comme un masque impossible à porter, un enduit trop rigide ou trop étanche. C’est encore un contact sensuel agréable, où tous les sens, on l’a vu, sont sollicités. Pétrissage, modelage, marquage, s’effectuent à plaisir.

96A ce point il faut arrêter l’apport de l’ingénieur, qui n’est plus compétent. C’est à d’autres que lui de dire ce que fut l’habitat du passé. Dans ce compromis, où matériaux et techniques le disputent à la culture, il peut dire l’état des possibilités, et justifier de la bonne gestion dans le cadre d’une économie donnée, mais il ne saura jamais retrouver toutes les considérations qui présidèrent aux choix, et celles qui lui échappent furent parfois définitives. A l’inverse, il doit se pencher sur l’histoire des techniques et de l’utilisation des matériaux. Confronté aux gigantesques besoins du monde, il doit remettre en question sa pratique à la lumière du passé et retrouver des solutions simples et appropriables. Historiens et archéologues ont aussi pour mission d’approfondir son intelligence des choses. Pour y parvenir, la prise en compte de l’analyse scientifique et technique moderne s’impose. Le sérieux et la crédibilité sont à ce prix. Public attentif, il attend aujourd’hui qu’on prenne en compte son savoir, et il est prompt à noter le discours fantaisiste.

Notes

1 Des Architectures de terre ou l’avenir d’une tradition millénaire, C.C.I. Paris, Centre G.-Pompidou, 1981, 192 p.

2 Citons le cas de l’Ain, des Pyrénées-Orientales, de la Marne ou des Côtes-du-Nord.

3 Décrits dans : Construire en Terre. CRATerre, Alternatives et Parallèles, 270 p.

4 Quartier en terre de L’Isle-d’Abeau. Recommandations pour la conception. CRATerre, Plan Construction, 1982, 204 p.

5 FATHY (H.}. — Construire avec le Peuple. Sindbad (Petite Bibliothèque Arabe).

6 GOIFFON. — L’Art du Maçon Piseur, 1772. COINTEREAUX. — Les Cahiers de l’école d’architecture rurale, 1790. RONDELET. — Traité de l’art de bâtir, 1840.

7 Ces considérations sont valables pour toutes les mises en œuvre de la terre en élévation.

8 Pour plus de détails, on peut se référer à l’ouvrage cité à la note (6), diffusé par le Plan Construction : Mme PETIN (1) 225.99.19.

9 PLINE L’ANCIEN. — Histoire Naturelle, livre XXXVII, Belles Lettres, 1972, 196 p. (Coll. clas. Universités de France).

10 VITRUVE. — Dix Livres d’Architecture, corrigés et traduits en 1684 par Claude Perrault, Pierre Mardaga, 1979, 354 p.

11 Cette solution est encore appliquée aujourd’hui dans la région de Fès au Maroc. Une kaolinite blanche est longuement diluée dans l’eau puis brossée sur les murs.

12 Pour n’en citer qu’un : BRYANG HUYGIUS. — Expériences et observations faites pour améliorer l’art de comparer et employer les ciments calcaires et de préparer la chaux vive, 1780.

13 Citons par exemple : DREYFUS (J.). — Le Confort dans l’Habitat Tropical, Eyrolles, 1960; GIVONI (B.). — L’Homme, l’Architecture et le Climat, Le Moniteur, 1978.

14 Entretiens sur l’architecture. — Mardaga, 1978.

15 GUILLERME (A.). — Les Temps de l’Eau, Champ-Vallon.

16 CAILLET (C.). — Le Sol facteur d’influence dans le bâti rural de l’Ain. Travail de Fin d’Études à l’E.N.T.P.E., juin 81.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search