Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Le nord-ouest de l’empire

La Bretagne (2) : Londres et les villes du Sud-est

Dominic Perring

Texte intégral

1L’article qui suit donne une brève description de l’architecture de bois et d’argile de quelques villes romaines précoces du sud-est de la Grande-Bretagne. Dans une autre contribution publiée ici-même, le professeur Wacher fait un examen plus large de ce type d’architecture.

  • 1 Les résultats de ces fouilles sont en cours de publication : PERRING(D), ROSKAMS (S.-P.). — The Ear (...)
  • 2 Le site de Colchester, d’abord fort légionnaire, fut fondé comme colonia en 49 ap. J.-C. (Tacite. — (...)
  • 3 WILLIAMS (J.-H.). — Roman Building-materials in South-East England. Britannia, 2, 1971, pp. 166-195

2Les données présentées ici reposent principalement sur les résultats de fouilles récentes à Londres (Londinium)1, mais incorporent aussi des conclusions tirées des fouilles de Colchester et Saint-Albans (Verulamium). Ces centres ont en commun un certain nombre de facteurs importants, notamment la date probable de leur transformation en ville vers 50 ap. J.‑C.2, et la nature du matériau de construction qui était facilement disponible3. Il est aussi pertinent de noter que ces trois villes furent rasées pendant la révolte de Boudica en 60-61 ap. J.-C. avec pour conséquence inestimable pour la recherche archéologique la préservation de bâtiments plus anciens, sous l’horizon bien daté de la destruction.

3Durant les Ier et IIe s. de notre ère, la grande majorité des bâtiments domestiques de ces villes sont construits en bois et en argile. Cet article traite en premier lieu des raisons de l’introduction de l’argile et du bois comme principaux matériaux de construction, et de la cause de leur remplacement par la pierre. Sans doute, un des facteurs les plus importants a-t-il été la nature et la disponibilité des matériaux de construction, mais les moyens financiers consacrés aux programmes de construction de ces villes ont dû être d’égale importance pour chacune d’entre elles. Cela se reflète dans le statut des maisons individuelles et, de fait, dans celui de l’agglomération (settlement dans le texte anglais] elle-même.

4Les villes considérées ici sont toutes proches d’argiles sableuses de grande qualité. Aux périodes les plus anciennes, le bois devait être aussi facilement disponible : la nécessité de nourrir l’armée romaine de la Conquête ainsi que l’expansion même des villes ont dû exiger un défrichement intensif afin de créer plus d’espaces cultivables. Par contre, le sud-est de la Grande-Bretagne est mal pourvu en pierre apte à la construction, et les mécanismes –carrières, systèmes de transport, etc.– d’exploitation de ces gisements ont dû mettre du temps à se développer. En conséquence, il était probablement plus économique de construire en bois et en argile, et l’accès immédiat à ces matériaux permettait de réaliser plus rapidement un programme de construction. Les villes présentées ici étaient selon toute probabilité des établissements planifiés et la demande précoce de logement a dû être immense ; seul Colchester, par la présence des baraquements du premier fort légionnaire, a offert une possibilité immédiate de logement.

5Les premières villes de Grande-Bretagne furent construites non seulement pour introduire la civilisation romaine, mais plus encore pour aider l’administration et l’exploitation commerciale de la province. La période d’expansion, à mesure que la frontière de la Grande-Bretagne était repoussée au nord, a dû offrir des occasions de profit considérable grâce au commerce et aux services du secteur tertiaire. Ces occasions se concentraient dans les centres administratifs et plus spécialement dans le grand port que Londres allait devenir. C’est dans ce contexte que les maisons doivent être étudiées. La recherche d’un profit rapide ne s’accommodait pas de la technique de la construction en pierre, très coûteuse.

  • 4 ROSKAMS (S.-P.). — Excavations at GPO Newgate Street (GPO 75). D.U.A. Archive Report. Muséum of Lon (...)

6Les magasins et les ateliers longeant les rues principales prédominaient, mais beaucoup de terrains à l’arrière de ces bâtiments restaient vierges. Un groupe de bâtiments, trouvé à Londres, et peut-être associé à des activités industrielles de petite envergure, semble avoir été construit selon la tradition pré-romaine, dite « belge »4. Il s’agit de bâtiments soit circulaires soit rectangulaires, aux murs de torchis et de clayonnage. De grands piliers de bois verticaux, plantés à même la terre, ont été utilisés dans les bâtiments rectangulaires, mais le toit des structures circulaires semble avoir reposé directement sur les murs de torchis et de clayonnage. Ces constructions ont été trouvées dans des niveaux antérieurs à 60-61 de notre ère, et doivent correspondre à un quartier périphérique ; sinon les structures de ce type sont rares.

  • 5 FRERE (S.). — Verulamium Excavations. Vol. I, 1972, pp. 13-23.

7Presque toutes les structures précoces à fonction commerciale sont construites en bois. Le type de bâtiment en bois le plus recherché et le plus simple est celui à pilier de soutènement planté à même la terre, mais un autre type, largement représenté et utilisé de plus en plus fréquemment vers la fin du Ier s., comprend des poutres de fondation dans lesquelles les piliers verticaux sont encastrés. Dans les deux cas, le remplissage entre les piliers est constitué de clayonnage et de torchis, bien que de la brique séchée et de l’argile finement mélangée aient aussi été utilisées. Quelques-unes de ces premières exploitations commerciales se trouvent sous la forme d’« arcades marchandes » –rangées de magasins compris dans une structure d’un seul tenant– dont la structure à armature en bois de l’insula XIV de Verulamium est le meilleur exemple5. On peut suggérer que de tels bâtiments ont été érigés par l’aristocratie foncière dans un but d’investissement, mais, à une époque aussi précoce, il est improbable que les commodités municipales aient été développées à un point tel qu’elles aient pu attirer les propriétaires fonciers à la ville.

  • 6 JONES (A.-H.-M.). — The Economic Life of the Towns of the Roman Empire. Recueils de la Société Jean (...)
  • 7 CRUMMY (P.). — Colchester, Fortress and Colonia. Britannia, 8, 1977, p. 65, p. 106.
  • 8 BODDINGTON (A.). — Excavations at 161-2 Fenchurch Street (FSE 76) : D.U.A. Archive Report, Muséum o (...)

8La classe des marchands, qui était méprisée dans les sociétés anciennes, devait vivre à l’intérieur de ces villes précoces ; toutefois, les hommes d’affaires les plus riches devaient, sans aucun doute, conduire les opérations de l’extérieur de la province. La classe des marchands habitant dans ces villes devait se constituer d’un mélange d’affranchis et d’étrangers, semblable à celui trouvé à Lugdunum, le Lyon romain6. Jusqu’à présent, les fouilles n’ont pas livré de type distinct de logement pour ces marchands durant l’occupation ancienne de ces villes de Grande-Bretagne. A Colchester cependant, certains colons semblent avoir été logés dans des bâtiments, peut-être des baraquements à l’origine, aux murs faits de blocs d’argile (adobe) reposant sur un muret de pierre7. Ce type de construction constitue, bien qu’on puisse le discuter, une amélioration par rapport au type à armature en bois et a aussi été observé dans une construction contemporaine à Londres8. Cependant son utilisation n’est pas répandue et les exemplaires identifiés avec certitude appartiennent à la période antérieure à 60/61 ap. J.-C. La rareté de formes plus sophistiquées d’architecture domestique entre 50 et 70 ap. J.-C. semble suggérer qu’on n’accordait pas au logement, à cette époque, une place prioritaire dans l’échelle des dépenses.

  • 9 FRERE, 1972, 12, 13.
  • 10 PERRING (D.). — Excavations at Walting Court (Wat 78). D.U.A. Archive Report, Muséum of London, 198 (...)

9Malgré les dégâts causés par l’insurrection de Boudica, les améliorations progressives des bâtiments reflètent un accroissement de la richesse en milieu urbain à la fin du Ier s. et au début du IIe s. La prospérité croissante de la population urbaine est illustrée par le fait que les magasins auparavant loués sont maintenant achetés par leurs occupants; ceci s’observe dans la division de l’îlot de magasins de l’insula XIV de Verulamium aboutissant à la création de propriétés distinctes9. L’utilisation croissante de murs d’argile, sans armature en bois, semble être un aspect de ces améliorations structurelles. La meilleure illustration en est la séquence d’un des sites de Londres auxquels nous faisons référence plus haut10. Sur ce site, les bâtiments, construits sans doute selon la tradition préromaine et détruits pendant l’incendie consécutif à la révolte de Bouddica, sont remplacés par une série de structures en bois à remplissage de clayonnage et de torchis. Durant la période flavienne cependant, l’une d’entre elles est remplacée par un bâtiment à murs d’argile dans lequel l’utilisation de poutres verticales est restreinte aux partitions internes et aux bâtiments annexes. Bien que ce bâtiment ait dû garder les fonctions commerciales de ceux qui l’ont précédé, sa zone résidentielle est plus étendue et l’utilisation d’éléments décoratifs tels que l’enduit peint y est plus fréquente. Il est très probable que ce bâtiment a été conçu comme une amélioration de la structure en bois qui s’élevait sur le site auparavant.

  • 11 FRERE (S.). 1983, p. 160, p. 167 (sic).

10Ce bâtiment fait partie d’un groupe relativement rare car, ailleurs, les murs des structures commerciales et industrielles sont le plus souvent construits avec des poutres de bois tard dans le IIe s. Par ailleurs, l’apparition à Londres, pendant la période flavienne, de maisons conçues, semble-t-il, pour une population plus riche, est particulièrement significative. Là où on a pu les examiner dans le détail, les murs de telles demeures, aux sols de mosaïque et aux murs à décor peint, sont constitués d’argile. Un développement analogue, quoique légèrement plus tardif, est observable à Verulamium11. Les détails structurels varient considérablement, mais les murs d’argile sont en général élevés sur des murets de pierre ou de briques. Dans quelques cas, les vestiges archéologiques indiquent que le mur d’argile a été monté entre des panneaux de bois : dans les autres cas, l’argile semble avoir été moulée sans l’aide de panneaux.

  • 12 VITRUVE. — 11, VII, 20.

11la préférence apparente pour les murs d’argile dans les plus belles demeures de cette période ne peut être comprise sans référence à Vitruve12; son dédain pour la construction de bois, torchis et clayonnage est de toute évidence partagé par beaucoup des plus riches Londoniens. On doit aussi noter que, comme ces exemples le démontrent, les bâtiments à murs d’argile ont eu une durée de vie d’au moins quarante ans, alors que les structures contemporaines de torchis et de clayonnage ont dû être reconstruites environ tous les quinze ans.

12En ce qui concerne les villes dont il est question ici, les périodes flavienne et antonine peuvent être considérées comme le passage à un âge d’or, les changements dans l’architecture domestique reflétant principalement la richesse urbaine croissante, prospérité bien démontrée par le nombre de bâtiments publics principaux et par les travaux entrepris à cette époque. Cependant, au plus tard à partir de la deuxième moitié du IIe s., ces villes commencent à subir un changement radical. Londres, la ville la plus grande et la plus commerçante de la Grande-Bretagne, traverse une période de contraction spectaculaire à tel point que, bien avant la fin du IIe s. la moitié environ de l’espace occupé vers 125 ap. J.-C. est abandonnée. Cependant, on ne doit pas pour autant conclure à une période de déclin. Les programmes de construction de bâtiments publics se poursuivent, fait illustré notamment par la construction de la muraille d’enceinte de Londres vers 200 ap. J.-C. ; ceci démontre que la ville continue à disposer de ressources considérables. Un développement analogue et légèrement plus tardif peut être diagnostiqué pour Verulamium.

  • 13 WALTHEW (C.-V.). — The Town House and Villa House in Roman Britain. Britannia, 6, 1975, p. 189, p.  (...)

13Dans ces villes plus tardives, les maisons sont d’un caractère différent de celles qui les précèdent, et l’un des changements les plus évidents archéologiquement est le remplacement du mode de construction en bois et en argile par celui en pierre; ce changement peut être, en moyenne, daté des dernières décades du IIe s. ; il reflète une amélioration qui se traduit également par le développement de demeures citadines aux plans plus complexes. On soutient la thèse que le plan des bâtiments à cour intérieure et ailes latérales, apparaissant dans les villes romano-britanniques à la fin de la période romaine, dérive de celui des villas13. Ces maisons plus grandes et plus sophistiquées, où l’accent est mis de plus en plus sur les espaces ouverts et les commodités telles que les systèmes de chauffage par hypocauste, les bains, etc., sont l’illustration du changement de nature d’une partie non négligeable de la population urbaine. Les programmes de construction publique du IIe s. contribuent à faire des viles des centres de vie civilisée, et laprésence de demeures citadines indique peut-être l’accroissement du nombre d’habitants appartenant à l’aristocratie terrienne. La base commerciale de ces villes semble avoir subi un déclin sensible et il est plus que probable que ces grandes maisons ont dû être maintenues grâce aux bénéfices faits à l’extérieur des villes.

14Il existe un certain nombre de raisons possibles pour lesquelles ces demeures tardives sont généralement construites en pierre plutôt qu’en bois ou en argile. Ce sont en particulier les avantages structurels évidents qui conduisent à préférer la pierre pour la construction. Les bâtiments en pierre sont généralement plus durables, et présentent moins de risques d’incendie si le toit est en tuiles plutôt qu’en chaume; ces deux raisons ont dû être largement prises en considération. Ces avantages n’ont cependant pas changé depuis la période la plus ancienne. Ce n’est pas le développement du type de bâtiment qui est en lui-même responsable du changement du type de matériau. Les magasins et les bâtiments commerciaux de la fin de la période romaine sont bâtis en pierre, tout comme les maisons.

15Les plus grandes et les mieux décorées, et même certaines villas précoces, sont construites en argile et en bois. L’utilisation croissante de la pierre reflète peut-être plutôt des changements dans l’approvisionnement en matériaux de construction et dans leurs mécanismes de distribution. Il a été suggéré plus haut que la création de nouvelles terres cultivables autour des villes en expansion a dû avoir pour conséquence l’accroissement du stock de bois disponible pour la construction. Il est raisonnable de présumer que cette source a dû s’épuiser rapidement. Il est donc possible que l’utilisation croissante d’abord de l’argile, puis de la pierre, reflète en partie le fait que le bois devenait progressivement plus rare. Il est aussi possible que, pour cette même raison, on a pu disposer plus facilement de pierre. Elle a toujours été le matériau préféré pour les bâtiments publics, et les programmes de construction publique ont dû créer progressivement les mécanismes d’exploitation de la pierre pour la construction, même dans les villes qui ne pouvaient pas s’approvisionner dans les environs immédiats. Des carrières ont dû être ouvertes, les systèmes de transport développés et la mise en place de l’indispensable force de travail spécialisée, amorcée. Ces bâtiments publics ont dû non seulement créer la mode des bâtiments en pierre, mais aussi développer les moyens par lesquels les personnes privées pouvaient utiliser la pierre.

16Ces facteurs ont tous dû aider à établir une tendance, un goût pour la construction en pierre, mais le recul de l’utilisation des techniques de construction en argile doit être considéré comme un élément de changement qui reflète la nature nouvelle et le statut économique de ces villes.

17(Traduction française Béatrice ILETT-FLEURY)

Notes

1 Les résultats de ces fouilles sont en cours de publication : PERRING(D), ROSKAMS (S.-P.). — The Early Development of the Western part of the Roman City of London (à paraître}.

2 Le site de Colchester, d’abord fort légionnaire, fut fondé comme colonia en 49 ap. J.-C. (Tacite. — Annales, XII, 32). Les fouilles suggèrent une date proche pour la fondation planifiée de Verulamium et Londres.

3 WILLIAMS (J.-H.). — Roman Building-materials in South-East England. Britannia, 2, 1971, pp. 166-195.

4 ROSKAMS (S.-P.). — Excavations at GPO Newgate Street (GPO 75). D.U.A. Archive Report. Muséum of London, 1980.

5 FRERE (S.). — Verulamium Excavations. Vol. I, 1972, pp. 13-23.

6 JONES (A.-H.-M.). — The Economic Life of the Towns of the Roman Empire. Recueils de la Société Jean Bodin, 7, 1955, pp. 161-194.

7 CRUMMY (P.). — Colchester, Fortress and Colonia. Britannia, 8, 1977, p. 65, p. 106.

8 BODDINGTON (A.). — Excavations at 161-2 Fenchurch Street (FSE 76) : D.U.A. Archive Report, Muséum of London, 1978.

9 FRERE, 1972, 12, 13.

10 PERRING (D.). — Excavations at Walting Court (Wat 78). D.U.A. Archive Report, Muséum of London, 1982.

11 FRERE (S.). 1983, p. 160, p. 167 (sic).

12 VITRUVE. — 11, VII, 20.

13 WALTHEW (C.-V.). — The Town House and Villa House in Roman Britain. Britannia, 6, 1975, p. 189, p. 205.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search