Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Le nord-ouest de l’empire

La Bretagne (1) ; généralités

S. Wacher

Texte intégral

  • 1 Les définitions sont celles de : DAVEY (N.). — A History of building materials. London, 1961, chap. (...)

1On a observé jusqu’ici en Britannia trois modes de construction utilisant la terre et le bois : type 1, pans de bois avec clayonnage et torchis; type 2, pisé, avec banchage ou coffrage; type 3, briques crues moulées1. Les types 2 et 3 sont parfois associés à des constructions en bois.

  • 2 Journal of roman studies, 49,1959, p. 155.

2Il y a très peu d’indices prouvant l’utilisation de torchis ou d’adobe véritable; cependant, un édifice, probablement une boutique, de l’insula XV à Leicester nous en donne peut-être un exemple2. Ces trois techniques de construction ont été signalées dans des contextes civils, tandis que le type 1 et moins couramment le type 2 ont été signalés dans des sites militaires. De plus, la variante suivante est à remarquer ; les édifices du type 1, ou plus probablement avec simplement un revêtement de planches, sont soutenus entièrement au-dessus du sol par des pierres laissant ainsi l’air circuler sous le sol et les pans de bois. La plupart des édifices ordinaires construits avec ces matériaux et en maçonnerie ont été pourvus de planchers soutenus par des solives, et de plafonds en plâtre peint. Dans certains édifices du type 1, clayonnage et torchis ont été remplacés par de la simple maçonnerie.

  • 3 RICHMOND (I.-A.). — Roman Timber buildings. In : JOPE (E.-M.), Studies in building history. London, (...)
  • 4 Proceedings Society of Antiquaries of Scotland, 73, 1939, p. 22.
  • 5 WACHER (J.-S.). — Excavations at Brough-on-Humber 1958-1961. London, 1969, p. 16.
  • 6 Britannia, 5, 1974, p. 17.
  • 7 Transactions Birmingham and Warwickshire Archaeological Society, 85, 1972, p. 21.
  • 8 Archoeologia Aeliana, 4th sériés, 31, 1955, p. 210.

3Dans un contexte militaire, des exemple du type 1 sont si abondants à l’époque claudio-néronienne, flavienne et à des époques plus tardives, aussi bien en Britannia que dans d’autres provinces, qu’il n’est pas nécessaire de s’étendre : voici quelques exemples pris au hasard : le fort légionnaire de Inchtuthil (Perthshire)3, les forts de cohortes milliaires de Fendoch (Perthshire)4 et de Brough-on-Humber (E. Yorks.)5, tous d’époque flavienne; le fort vexillaire de Longthorpe (Northants.)6 d’époque claudienne; le fort néronien du Lunt près de Coventry7 et les forts antonins de Corbridge (Northumberland)8.

1. Carte de la Grande-Bratagne romaine, indiquant les sites mentionnés dans le texte.

  • 9 ALCOCK (L.). — Castell Collen excavations in 1955 and 1956. Radnorshire Society Transactions, 1955/ (...)

4Dans la province de Britannia, la principale différence à noter est que, contrairement à ceux trouvés dans un contexte civil, les édifices du type 1 trouvés dans des contextes militaires étaient rarement pourvus de sablières. Les montants étaient en général fixés directement dans une tranchée continue et maintenus en place avec le remblayage et, dans certains cas, pierre et argile y étaient ajoutées. Le type 2 a été signalé dans le fort de Castell Collen (Radnorshire)9, supposé d’époque antonine, employé dans l’apodyterium des thermes extra-muros. Comme c’est souvent le cas, le pisé avait reçu des fondations de maçonnerie. Des fentes transversales disposées deux par deux, de 50 à 100 mm de large, à intervalles réguliers, servaient probablement à maintenir des planches placées verticalement pour servir de support au coffrage temporaire (fig. 2).

● 2. Plan de l’apodyterium des thermes du fort de Castell Collen.
● 3. Plan d’ensemble de Lullingstone.
● 4. Section DD de l’ensemble du temple de Lullingstone.

  • 10 FRERE (S.-S.). — Verulamium excavations. Vol. I, London, 1972, p. 6.
  • 11 Archaeologia, 90, 1955, p. 82.
  • 12 FRERE (S.-S.). — Verulamium excavations. Vol. Il, London, 1983, p. 237.
  • 13 Antiquaries Journal, 42, 1962, 9.
  • 14 Fouilles de 1959. A paraître.

5Dans des contextes civils, le type 1 était très employé, surtout à une époque précoce, et même lorsqu’une bonne pierre était disponible localement. Les fouilles de Verulamium (Herts.) ont livré quelques-uns des meilleurs exemples, particulièrement dans les phases successives des Ier et IIe s. des boutiques de l’insula XIV, durant lesquelles, deux fois de suite, en l’an 60 ap. J.-C. et aux environs de l’an 155 avant notre ère, l’îlot fut entièrement rasé par le feu10. D’autres exemples préservés par le feu allumé par les rebelles de Boudica ou celui du IIe s. ont été mis au jour à Verulamium sous le macellum de l’insula XVII11 et dans la petite habitation domestique de l’époque antonine de l’insula XXVIII. Cette habitation, probablement celle d’un notable, était agrémentée d’une mosaïque de bonne qualité représentant une fontaine avec deux dauphins, le tout entouré d’une bande géométrique, et de murs peints et décorés de perspectives architecturales12. A Cirencester (Glos.)13, les boutiques d’époque flavienne de l’insula V étaient construites de la même façon avec également des murs recouverts de plâtre peint, bien qu’une bonne pierre de construction ait été abondante localement et déjà utilisée pour la construction des édifices publics de la ville. Cette méthode a parfois été employée pour la construction de cloisonnements internes dans des bâtiments en maçonnerie d’époque plus tardive comme dans la mansio du milieu du IIe s. de Catterick (N. Yorks.)14.

  • 15 Richmond, 1961 : voir note 3.
  • 16 Frere, 1983, 161 : voir note 12.

6Les murs construits de cette manière (type 1) sont en général d’une largeur de 230 mm au plus, et, comme le fit remarquer le professeur Richmond il y a quelques années15, les murs étaient recouverts de chaux ou de plâtre pour qu’ils soient plus attrayants, plus durables mais aussi pour réduire la formation de la poussière; la plupart des murs d’argile étaient ainsi traités. Avant que le plâtre ne fût appliqué, les surfaces étaient fréquemment entaillées ou marquées à l’aide d’un rouleau de motifs en relief pour donner prise au plâtre comme dans l’édifice XXI, 2 à Verulamium16. Il semble que, dans certains cas, les principaux pans de bois n’étaient pas recouverts par l’argile et le plâtre, mais laissés à l’air libre comme dans beaucoup d’édifices de l’époque médiévale et moderne.

  • 17 Voir p. 153-155.
  • 18 Voir p. 153-155.

7Les types 2 et 3 ont tendance à être plus employés pour les constructions privées, domestiques et commerciales et plus communément aux Ier et IIe s. Des exemples du type 3 d’époque plus ancienne ont été identifiés dans la colonie de Colchester, datant de l’époque précédant la rébellion de Boudica. Des briques crues posées sur des murs bas en maçonnerie ont été utilisées pour construire les habitations des premiers vétérans et ont été plus tard brûlées quand la ville fut mise à sac par les rebelles17. D’autres édifices du type 3 de même époque ont été trouvés à Londres18. Dans les deux cas et dans certains exemples d’époque plus tardive du sud-est de la Grande-Bretagne, l’utilisation de ces matériaux est probablement due à la rareté dans ces régions de pierre de bonne qualité. La pierre du Kent [Kentish ragstone], un grès vert et tendre et par conséquent un matériau de construction médiocre, n’était exploitable que dans le Weald du Kent et du Sussex. Les seules alternatives étaient une pierre calcaire ou siliceuse et un calcaire argileux (septaria) provenant des couches argileuses de la région de Londres.

  • 19 FRERE (S.-S.), STOW (S.). — The Archaeology of Canterbury. Vol. VII : Excavations in the St. George (...)

8Un des premiers exemples du type 2 a été observé par le professeur Frere au cours de ses fouilles à Canterbury (Kent) en 194919. Le mur, daté du milieu du IIe s., était épais de 305 mm à la base et était recouvert d’une fine couche de plâtre (d’environ 5 à 10 mm d’épaisseur) sur les deux faces ; une des faces avait été peinte en rouge. Le mur subsistant s’élevait à une hauteur d’environ 350 mm au maximum ; des montants avaient été placés à intervalles d’environ 305 mm et légèrement en quinconce. Il n’y avait aucune trace d’utilisation de mottes d’argile préformées.

  • 20 MEATES (G.-W.). — The Lullingstone roman villa. Maidstone, 1979, p. 61. Vol. I : The site.
  • 21 Archaeologia Cantiana, 88, 1974, p. 5.

9Par coïncidence, d’autres exemples du type 2 furent identifiés à peu près à la même époque par le Lieutenant-Colonel Meates au cours de ses fouilles de l’ensemble du temple attenant à la villa de Lullingstone, située entre Gravesend et Sevenoaks dans le Kent20. Ici cependant, des murs d’argile de 162 mm d’épaisseur et datant de la fin du IIe s. avaient été érigés sur des fondations de silex et de mortier. Certains indices permirent de conclure que des montants carrés avaient été placés à intervalles irréguliers et également aux angles (fig. 3 et 4). Le Lt.-Col. Meates trouva des structures similaires dans une villa voisine à Farningham datant de la fin du Ier s.21 : la superstructure d’argile était soutenue par des murs de silex et de mortier de 610 à 760 mm de haut et de 610 mm d’épaisseur. Des fentes transversales d’environ 200 mm de large et distantes de 1,5 m ont été identifiées; elles étaient probablement prévues pour des montants soutenant le toit, mais également pour le coffrage provisoire de la superstructure d’argile (fig. 5).

5. Plan de la villa de Farningham.
● 6. Coupe à travers l’aile sud‑ouest de l’édifice XXI, 2, de Verulamium.

  • 22 Pour Londres et Colchester, voir p. 153-155.
  • 23 FRERE, 1983, 237. Voir note 12.
  • 24 GREEN (H.-J.-M.). — Roman Godmanchester. In : RODWELL (W.). et ROWLEY (T.). — Small towns of roman (...)

10Ces deux villas sont, en Grande-Bretagne, les seuls exemples connus à ce jour en milieu rural ; par contre dans les milieux urbains, cette méthode de construction était couramment employée, par exemple à Londres, Colchester22 et Verulamium dans des édifices datant principalement des Ier et IIe s. L’édifice XXI, 2 de Verulamium est un très bon exemple d’habitation domestique de grande qualité (comme l’indiquent les mosaïques, les peintures murales et les plafonds en plâtre peint23), qui a été construite en pisé avec pour fondations, ici encore, des murs bas de maçonnerie (fig. 6). D’autres exemples furent identifiés à Godmanchester (Cambs.), où des murs d’argile, d’une épaisseur allant jusqu’à 750 mm étaient associés à des pans de bois internes24.

  • 25 Information donnée par feu le professeur Atkinson.
  • 26 Journal of Roman Studies, 49, 1959, p. 113. Voir également : WACHER (J.-S.). — Towns of roman Brita (...)
  • 27 DAVEY (N.), LING (R.). — Wall-painting in roman Britain. London, 1981, p. 123.

11Le professeur D. Atkinson se doutait de l’existence de constructions du type 3 dès les années 30, après ses fouilles de Caister-by-Norwich (Norfolk)25, mais les édifices, comme dans les exemples notés à Colchester, avaient été incendiés et de ce fait, l’hypothèse que les briques n’avaient été que mal cuites fut émise. Toutefois, le problème fut résolu lorsqu’on 1958, à Leicester, des briques furent notées pour la première fois dans une résidence luxueuse avec péristyle dans l’insula XVI (fig. 7) à proximité immédiate du forum, au nord26. La résidence datait du début du IIe s., mais fut partiellement reconstruite au milieu du siècle. Des mosaïques de bonne qualité furent posées dans plusieurs pièces et les murs furent décorés de nouveau avec des peintures murales très élaborées27. Les briques semblaient avoir été fabriquées dans des moules de taille standard (430 x 280 x 75 mm). Deux sortes d’argile avaient été utilisées : une argile rouge des couches du Keuper et une argile gris-vert provenant d’un dépôt erratique. Partout, les briques avaient été posées sur une matrice de sable jaunâtre et érigées sur des murs bas de maçonnerie de hauteurs différentes.

● 7. Plan de la maison de l’insula XVI à Leicester.

12Certains indices permirent d’identifier la présence de chambranles dans les couvertures de portes et de planches placées horizontalement un peu au hasard entre la maçonnerie et la superstructure d’argile. La présence de pilastres en maçonnerie, dont l’un contenait un montant, fut également identifiée. Il est probable que ces pilastres étaient de la même hauteur que les murs et servaient de support au toit.

  • 28 Le forum : Britannia, 4, 1973, p. 1. L’édifice principal des thermes : KENYON (K.‑M.). — Excavation (...)

13Des fragments de plâtre peint récupérés et restaurés tendraient à indiquer que l’avant-toit était à au moins 3 m du sol. L’emploi ce briques d’argile dans un bâtiment de cette qualité est peut-être dû, ici encore, à un manque de pierres faciles à travailler. Charnwood, à 8 km au nord-ouest de Leicester, est le lieu le plus proche où l’on puisse se procurer de la pierre et il ne fournit que du granit et de l’ardoise qui ne sont considérés ni l’un ni l’autre comme une pierre de construction de première qualité. Cela n’explique pas entièrement cependant l’utilisation de ces briques, le granit ayant été considéré comme parfaitement adéquat pour les fondations en maçonnerie et également pour la construction dans la ville de plusieurs édifices publics de même date ou de date postérieure28. De plus, le propriétaire de la maison était assez aisé pour utiliser du grès provenant d’un gisement beaucoup plus éloigné que le granit pour les éléments architecturaux du péristyle et pour faire faire les mosaïques et les peintures murales par des artisans de premier ordre. Dans ces conditions, l’utilisation de briques d’argile, qui constitue en fait une économie cachée, est un paradoxe qui demeure inexpliqué.

  • 29 WACHER (J.-S.). — Wanborough. In : RODWELL (W.) et ROWLEY (T.). — Small towns of roman Britain. Oxf (...)
  • 30 Je remercie M. Brian Dix du Département d’Archéologie du Comté de Northampton de cette information.

14Les édifices où la structure était entièrement établie sur une assise de blocs de pierre ou de galets constituent une découverte récente en Grande-Bretagne. Des fouilles faites dans la petite ville de Wanborough en 197029 livrèrent pour la première fois des vestiges de tels édifices, les seules traces restantes étant des rectangles de pierres ou de galets. Presqu’aucune des pierres n’avait une surface plane, elles n’auraient donc pas pu servir de base stable à des montants. Il a été suggéré qu’elles auraient pu servir de niveau à des pans de bois sur lesquels était érigée la superstructure, selon la méthode utilisée pour les constructions modernes en éléments de bois. Cela est corroboré par le fait que presque toutes les pierres, ayant la même hauteur à leur point le plus élevé, étaient sur le même plan (fig. 8). Le mobilier découvert à l’intérieur des bâtiments apporte des indices supplémentaires ; celui-ci se composait uniquement de pièces de monnaies, de petits objets en bronze, de petits fragments de poterie, seuls types d’objet pouvant s’infiltrer dans les fentes ou les trous d’un plancher surélevé. De tels vestiges sont bien entendu extrêmement vulnérables ; un soc de charrue de la même hauteur que les pierres détruira en une seule fois toute trace de leur existence. Jusqu’à maintenant, la nature de la superstructure de ces édifices n’a pas été identifiée. Très peu d’argile fut trouvée à proximité; il est donc peu probable que des panneaux de clayonnage et de torchis aient été utilisés. Par contre, un revêtement de planches est une hypothèse probable (fig. 9). Un autre exemple a été découvert récemment au cours des fouilles d’une petite ville à Ashton, près de Oundle (Northants.)30. Il est intéressant de remarquer que ce site, ainsi que celui de Wanborough, est situé à basse altitude et qu’il était peut-être de temps en temps sujet à des inondations. Dans de telles circonstances, la surélévation d’un bâtiment est un choix judicieux.

● 8. Plan du bâtiment (13) de bois surélevé de Wanborough.
● 9. Reconstitution du bâtiment de bois surélevé de Wanborough.

  • 31 N. Davey et R. Ling, 1981, 93 ; voir note 26.
  • 32 N. Davey et R. Ling, 1981, 131 ; voir note 26.
  • 33 Antiquaries Journal, 42, 1962, 7, note 2.
  • 34 A paraître.
  • 35 S.-S. Frère, 1972, 74 ; voir note 10.
  • 36 Information aimablement communiquée par M. Brian Hobley, Directeur D.U.A.
  • 37 Antiquaries Journal, 42, 1962, pl. Vb.

15Comme cela a déjà été indiqué, des murs construits selon une de ces méthodes, ou même en maçonnerie, ne sont que des coques s’il n’y a pas de plafonds ou de planchers. Il devient de plus en plus évident en Grande-Bretagne que des planchers posés sur des solives, des plafonds à poutre et des enduits de plâtre étaient beaucoup plus courants qu’on ne le pensait. Les plafonds en plâtre peint de l’édifice XXI, 2 de Verulamium ont déjà été mentionnés (cf. D. Perring infra). D’autres exemples ont été identifiés dans la mansio de Catterick31, dans la maison déjà décrite de Leicester et dans le bâtiment qui lui succéda : un marché public du début du IIIe s.32. Les planchers sont, en général, identifiés par les marques ou les empreintes laissées par les solives dans le sol sous-jacent, comme par exemple dans les boutiques de l’insula V à Cirencester33 et l’insula VII à Catterick34 (fig. 10), toutes deux datant du IVe s., à moins que ceux-ci n’aient été brûlés in situ comme dans les boutiques d’époque antonine de l’insula XIV à Verulamium35, ou dans les bâtiments des docks flaviens du bord de la Tamise à Londres36. Un très bon exemple de plancher fut identifié dans un portique externe du côté sud-est de la basilique flavienne à Cirencester37. Le sol ayant été rendu instable par les fossés remblayés d’un fort claudien sous-jacent, l’édifice s’était affaissé et nécessita une importante reconstruction au milieu du IIe s. Pour prévenir ce problème, le sol en béton du portique avait été posé sur un radier de bois ; les empreintes laissées par les planches et la position des solives étaient clairement visibles dans le sol sous-jacent.

10. Empreintes des solives dans une boutique de l’insula VII à Catterick.
● 11. Mur écroulé, laissant voir les espaces où se trouvaient les montants en bois dans une maison de l’insula VI à Cirencester.

  • 38 Antiquaries Journal, 58, 1978, 76.

16Pour conclure, il est important de signaler que le passage de l’utilisation de panneaux de clayonnage et de torchis ou de pisé à l’utilisation de maçonnerie dans les édifices à pans de bois représente une progression naturelle. Un excellent exemple est fourni par le mur écroulé d’une maison tardive de l’insu/aVI à Cirencester38 ; le mur s’était écroulé de telle façon qu’il laissait apparaître les espaces où se trouvaient les montants (fig. 11). La maçonnerie était grossière et il n’est pas impossible qu’elle ait remplacé des panneaux d’argile décomposés.

Remerciements

17L’auteur remercie les collègues et les institutions mentionnés ci-dessous de lui avoir donné la permission de reproduire photographies et dessins : le professeur L. Alcock (fig. 2, d’après le dessin original de M.- C. Musson); le professeur S.-S. Frere et la Société des Antiquaires (fig. 6) ; le Département de (’Environnement, Droit d’Auteur de la Couronne (fig. 8, 9, 10) ; le Lieutenant-Colonel Meates et la Société Archéologique du Kent (fig. 3, 4, 5); M. A.-D. McWhirr et le Comité des Fouilles de Cirencester (fig. 11) ; ainsi que Mme Anne Cane pour son excellente traduction.

Notes

1 Les définitions sont celles de : DAVEY (N.). — A History of building materials. London, 1961, chap. 3 et 5.

2 Journal of roman studies, 49,1959, p. 155.

3 RICHMOND (I.-A.). — Roman Timber buildings. In : JOPE (E.-M.), Studies in building history. London, 1961, p. 21. Voir également: HANSON (W.-S.). In : McGRAlL (S.), Woodworking techniques before A.D. 1500. Oxford, 1982, pp. 169-186.

4 Proceedings Society of Antiquaries of Scotland, 73, 1939, p. 22.

5 WACHER (J.-S.). — Excavations at Brough-on-Humber 1958-1961. London, 1969, p. 16.

6 Britannia, 5, 1974, p. 17.

7 Transactions Birmingham and Warwickshire Archaeological Society, 85, 1972, p. 21.

8 Archoeologia Aeliana, 4th sériés, 31, 1955, p. 210.

9 ALCOCK (L.). — Castell Collen excavations in 1955 and 1956. Radnorshire Society Transactions, 1955/56, ss. p.

10 FRERE (S.-S.). — Verulamium excavations. Vol. I, London, 1972, p. 6.

11 Archaeologia, 90, 1955, p. 82.

12 FRERE (S.-S.). — Verulamium excavations. Vol. Il, London, 1983, p. 237.

13 Antiquaries Journal, 42, 1962, 9.

14 Fouilles de 1959. A paraître.

15 Richmond, 1961 : voir note 3.

16 Frere, 1983, 161 : voir note 12.

17 Voir p. 153-155.

18 Voir p. 153-155.

19 FRERE (S.-S.), STOW (S.). — The Archaeology of Canterbury. Vol. VII : Excavations in the St. George’s Street and Burgate Street areas. Maidstone, 1983, p. 72.

20 MEATES (G.-W.). — The Lullingstone roman villa. Maidstone, 1979, p. 61. Vol. I : The site.

21 Archaeologia Cantiana, 88, 1974, p. 5.

22 Pour Londres et Colchester, voir p. 153-155.

23 FRERE, 1983, 237. Voir note 12.

24 GREEN (H.-J.-M.). — Roman Godmanchester. In : RODWELL (W.). et ROWLEY (T.). — Small towns of roman Britain. Oxford, 1975, p. 201.

25 Information donnée par feu le professeur Atkinson.

26 Journal of Roman Studies, 49, 1959, p. 113. Voir également : WACHER (J.-S.). — Towns of roman Britain. London, 1975, p. 348.

27 DAVEY (N.), LING (R.). — Wall-painting in roman Britain. London, 1981, p. 123.

28 Le forum : Britannia, 4, 1973, p. 1. L’édifice principal des thermes : KENYON (K.‑M.). — Excavations at the Jewry Wall Site, Leicester. Oxford, 1948. Le macellum : Journal of Roman studies, 49, 1959, p. 113.

29 WACHER (J.-S.). — Wanborough. In : RODWELL (W.) et ROWLEY (T.). — Small towns of roman Britain. Oxford, 1975, p. 233. Britannia, 9, 1980, p. 115.

30 Je remercie M. Brian Dix du Département d’Archéologie du Comté de Northampton de cette information.

31 N. Davey et R. Ling, 1981, 93 ; voir note 26.

32 N. Davey et R. Ling, 1981, 131 ; voir note 26.

33 Antiquaries Journal, 42, 1962, 7, note 2.

34 A paraître.

35 S.-S. Frère, 1972, 74 ; voir note 10.

36 Information aimablement communiquée par M. Brian Hobley, Directeur D.U.A.

37 Antiquaries Journal, 42, 1962, pl. Vb.

38 Antiquaries Journal, 58, 1978, 76.

Table des illustrations

Légende 1. Carte de la Grande-Bratagne romaine, indiquant les sites mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende ● 2. Plan de l’apodyterium des thermes du fort de Castell Collen. ● 3. Plan d’ensemble de Lullingstone. ● 4. Section DD de l’ensemble du temple de Lullingstone.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende 5. Plan de la villa de Farningham. ● 6. Coupe à travers l’aile sud‑ouest de l’édifice XXI, 2, de Verulamium.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende ● 7. Plan de la maison de l’insula XVI à Leicester.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende ● 8. Plan du bâtiment (13) de bois surélevé de Wanborough. ● 9. Reconstitution du bâtiment de bois surélevé de Wanborough.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31255/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende 10. Empreintes des solives dans une boutique de l’insula VII à Catterick. ● 11. Mur écroulé, laissant voir les espaces où se trouvaient les montants en bois dans une maison de l’insula VI à Cirencester.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31255/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search