Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

La Gaule intérieure

Décor et architecture de terre: quelques réflexions

Alix Barbet

Texte intégral

1Nous pouvons nous interroger tout d’abord pour savoir s’il y a eu, dès l’époque gauloise, une application de décor sur les parois de terre. Un seul témoin réduit nous est conservé à Martizay (Incre) : il s’agit d’un morceau de terre badigeonné d’ocre rouge, trouvé dans des niveaux vraisemblablement augustéens. C’est trop peu et trop imprécis, mais la question méritera d’être débattue si l’on parvient à réunir d’autres échantillons.

  • 1 BARBET (A.). — Le Quatrième style de Pompéi. In : Peintures murales en Gaule, actes des séminaires  (...)

2Plusieurs intervenants ont évoqué la présence de peintures murales romaines sur des supports de terre en se posant la question de savoir si elles étaient signe de luxe ou non. Nous avons déjà remarqué que la peinture s’applique sur n’importe quel support, qu’elle n’est pas en soi un signe de luxe. Le raffinement se décèle seulement dans le choix d’une palette et d’un répertoire riches qui supposent la présence de peintres de qualité. Nous avons tenté, à propos de la peinture pompéienne, de proposer un classement du plus luxueux au plus simple1; il est possible alors de comparer la gamme utilisée sur les murs de terre et l’on s’aperçoit que l’on a souvent le « haut de gamme » dénotant un certain « standing » pour employer un langage contemporain.

3Dans notre classement, nous avons mis en tête les compositions avec personnages (mythologie ou histoire), puis viennent les architectures (avec personnages, puis sans personnages), les figures volantes seules (pour les deux derniers styles pompéiens) et les natures mortes, les candélabres et enfin seulement les partitions géométriques.

  • 2 Cf. thèse de IIIe cycle de M. Sabrié dont des aperçus se trouvent dans : Actes des séminaires 1979, (...)
  • 3 BARBET (A.). — Recueil général des peintures murales de la Gaule Narbonnaise. Gallia, 27e suppl., I (...)
  • 4 VOS (M. de), DONATI (F.) ... [et al.]. — A Painted oecus from Settefinestre (Tuscany) : excavation, (...)
  • 5 MELLOR (J.-E.). – New discoveries from the Norfolk Street villa B.A.R., 140, Leicester, pp. 127-140 (...)
  • 6 Cf. les deux exposés de M. SCHLEIERMACHER dans B.A.R., 140, pp. 91-120, fig. 5.19 et fig. 5.20, et (...)

4Si l’on recense les compositions de la peinture provinciale sur murs de terre, on trouve, bien entendu, toutes les catégories mais les plus raffinées ne sont pas absentes. Nous citerons les peintures à personnages, dont le genius évoquant un culte impérial, dans une architecture très riche de Narbonne2 qui date du IIe s. ap. J.-C. Pour la deuxième catégorie, nous rappellerons les décors à colonnes et à imitations de marbre de Glanum (Maison aux Deux Alcôves, Maison de Sulla)3, d’un deuxième style caractéristique mais moins riche tout de même que la composition scénique de Settefinestre en Italie4. D’autres architectures à colonnes, ornées de rinceaux riches, de guirlandes, se trouvent à Leicester (Norfolk Street) à une époque beaucoup plus tardive5. Scènes de chasse de grande ampleur, comparables à celles de Piazza Armerina, au IVe s., à Cologne au sud du Dôme, toujours sur un support jugé médiocre jusqu’ici6.

5Les communications faites au cours de ce colloque nous ont montré d’autres exemples probants, tels la figure de Muse et les candélabres de la rue des Forges à Lyon (exposé de A. Desbat) ou la très belle tête casquée de Chartres (exposé de D. Joly, cf. photo p. 128). On peut donc en conclure que la qualité du support ne préjuge pas de la qualité des peintures posées par-dessus.

6Nous n’avons pas voulu nous livrer à une étude chiffrée, en vue de statistiques, car cela entraînerait une erreur majeure : souvent les peintures sur terre se sont mieux conservées que sur d’autres supports ; elles ont glissé et se sont abattues par pans entiers, protégées par ce matelas moelleux. En revanche, les peintures sur murs de pierre ont souffert de déprédations violentes, lors de la récupération des moellons, ou se sont pulvérisées lors de la chute du mur.

7Une dernière question nous a paru intéressante : les décors géométriques sur un support de terre, que nous avons recensés à l’est de la Gaule, visiblement imprimés dans des moules, existaient-ils ailleurs et, question subsidiaire, étaient-ils laissés apparents ?

  • 7 HATT (J.-J.). - Informations archéologiques, Alsace. Gallia, 26, 1968, p. 419, fig. 13-14.

8Ainsi à Ehl (Bas-Rhin) on trouve, à côté de raies circulaires tracées sans doute avec les cinq doigts d’une main, des motifs réguliers de losanges, qui ont subi un incendie, daté de 175 ap. J.-C.7. Il y a également des rayures tracées en épi, comme on en trouve fréquemment comme système d’accrochage des enduits peints et qui étaient par conséquent cachées.

  • 8 FEW (F.). - Informations archéologiques, Alsace. Gallia, 32, 1974, p. 386, fig. 22.
  • 9 FORRER (R.). — Strasbourg-Argentorate. Strasbourg, 1927, pl. LXI, en bas à droite.

9A Koenigshoffen (Haut-Rhin), nous avons connaissance seulement d’un dessin de décor sur terre, relevé dans une couche de destruction du début du IIe s. ap. J.-C.8 où des losanges côte à côte sont bordés de baguettes qui semblent être des torsades. On a proposé d’y voir un décor exécuté au rouleau, mais il faudrait pouvoir examiner les échantillons eux-mêmes pour en noter d’éventuelles traces. Notre troisième exemple provient de Strasbourg, de la rue Saint-Thomas : un fragment montre des carrés sur pointe avec décor interne de fleurons ; de la céramique des Ier et IIe s. a été trouvée en même temps9.

10En conclusion, faute d’analyse des témoins conservés, on ne peut décider de leur emploi comme revêtement décoratif apparent et de leur mode d’exécution précis. Plutôt que du pisé, il doit s’agir de briques moulées à décor géométrique incisé sur la matrice. On constate une concentration en Alsace, à une époque qui va du milieu

11du Ier s. au milieu du IIe s. ap. J.-C. Nous serions reconnaissante envers ceux qui nous signaleraient d’autres exemples de cette technique, dont on n’a jamais mentionné l’intérêt et qui devait être beaucoup plus fréquente qu’on ne le soupçonne.

Chartres, rue aux Ormes. Tête de divinité. Peinture sur enduit de mortier appliqué sur mur de terre. Restauration C.N.R.S. : Claudine Allag et Anne Le Bot‑Helly. Cliché Alix Barbet.

Notes

1 BARBET (A.). — Le Quatrième style de Pompéi. In : Peintures murales en Gaule, actes des séminaires 1979. Centre des recherches sur les techniques gréco-romaines, Dijon 1980, pp. 65-76.

2 Cf. thèse de IIIe cycle de M. Sabrié dont des aperçus se trouvent dans : Actes des séminaires 1979, cité à la note 1, pp. 61-64. Détail du genius fig. 2 av. p. 61. Autres peintures à fond blanc plus communes à condélabres dans : La Peinture murale romaine dans les provinces de l’Empire. — Journées d’étude de Poris, 1982. BAR. International Series, 165, 1983, pp. 221-235.

3 BARBET (A.). — Recueil général des peintures murales de la Gaule Narbonnaise. Gallia, 27e suppl., I, fasc. 1. Glanum, Paris, 1974.

4 VOS (M. de), DONATI (F.) ... [et al.]. — A Painted oecus from Settefinestre (Tuscany) : excavation, conservation and analysies. In : Roman provincial wall painting of the western empire. B.A.R. International Series, 140, 1982, pp. 1-32, fig. 1.3 et fig. 1.4.

5 MELLOR (J.-E.). – New discoveries from the Norfolk Street villa B.A.R., 140, Leicester, pp. 127-140, fig. 8.2, qui est un dessin simplifié ne donnant DOS une véritable idée dela richesse du décor

6 Cf. les deux exposés de M. SCHLEIERMACHER dans B.A.R., 140, pp. 91-120, fig. 5.19 et fig. 5.20, et dans B.A.R., 165, pp. 277-296, fig. 16.1 à 16.4.

7 HATT (J.-J.). - Informations archéologiques, Alsace. Gallia, 26, 1968, p. 419, fig. 13-14.

8 FEW (F.). - Informations archéologiques, Alsace. Gallia, 32, 1974, p. 386, fig. 22.

9 FORRER (R.). — Strasbourg-Argentorate. Strasbourg, 1927, pl. LXI, en bas à droite.

Table des illustrations

Légende Chartres, rue aux Ormes. Tête de divinité. Peinture sur enduit de mortier appliqué sur mur de terre. Restauration C.N.R.S. : Claudine Allag et Anne Le Bot‑Helly. Cliché Alix Barbet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search