Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

La Gaule intérieure

La suisse

Daniel Paunier

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Avenches, insula 15, L. Bosset, Journal des fouilles, 1946, manuscrit (cf. B.P.A(...)
  • 2 En particulier l’étude de EWALD (J.). — Die frühen Holzbauten in Augusta Raurica, insula 30, und ih (...)

1Les vestiges de constructions domestiques en bois et en terre sont connus en Suisse depuis longtemps1. Mois en raison de leur caractère fugace et lacunaire, dû à un état de conservation médiocre ou à leur destruction, totale ou partielle, par des structures plus récentes, ils n’ont pas toujours été suffisamment mis en évidence, et ce d’autant moins que l’urgence des fouilles a imposé trop souvent un dégagement exclusivement superficiel. Aussi n’est-ce guère avant les deux dernières décennies que des études spécifiques ont été consacrées à ce problème2. Depuis lors, tant l’amélioration des méthodes d’investigation qu’une sensibilisation accrue des archéologues à ce mode de construction ont entraîné la multiplication des découvertes.

2Notre exposé comprendra deux parties. Dans un premier temps, nous présenterons, site par site, les découvertes récentes les plus significatives observées respectivement dans les colonies, les vici et les établissements ruraux. Nous tenterons ensuite d’établir une synthèse provisoire, en nous gardant bien, toutefois, de soumettre la variété et la richesse de la réalité des faits aux excès d’une raison portée naturellement vers la simplification et l’unification.

Les colonies

  • 3 Cisalpine, Narbonnaise, Rétie, Belgique puis Germanie supérieure, Alpes Grées et Pennines.

3Nyon (colonia lulia Equestris), la plus ancienne colonie établie sur le territoire actuel de la Suisse (qui, rappelons-le une fois encore, se partageait dans l’Antiquité entre cinq provinces ou entités politiques)3, n’a livré jusqu’ici aucun vestige de constructions en bois ou en terre. La permanence d’un habitat urbain jusqu’à nos jours n’a guère favorisé l’exploration archéologique d’un sous-sol très perturbé au cours des siècles. En revanche, les sites d’Augst et d’Avenches, abandonnés, partiellement au moins, après les invasions du milieu du IIIe s., sont riches d’observations dont une grande part, malheureusement, reste inédite.

■ Augst (BL)

  • 4 Pour la bibliographie, voir MARTIN (M.). — Bibliographie von Augst und Kaiseraugst, 1911-1971. In : (...)
  • 5 LUDIN (O.)... [et al.]. — Ausgrabungen in Augst II, insula 24, 1939- 1959. In : Stiftung Pro August (...)
  • 6 EWALD (J.). — Die frühe Holzbauten in Augusta Raurica insula 30, o.c., note 2.
  • 7 Communication de T. Tomasevik-Buck à la Commission suisse d’archéologie gallo-romaine et A.S.S.P.A. (...)

4Sur l’ensemble du site, aménagé à l’époque augustéenne sur un terrain vierge de toute occupation antérieure, les couches les plus profondes livrent toujours des vestiges de constructions de terre et de bois qui observent déjà l’orientation et la division interne des insulae de pierre4. Dès Claude-Néron, mais le plus souvent sous Vespasien, la maçonnerie remplace progressivement les structures antérieures, qui subsistent par endroits jusqu’à la fin du Ier s. au moins. Dans l’insula 24, l’usage du bois et de la terre, observé essentiellement sous la forme de négatifs ou de supports de sablières basses (les trous de poteaux sont rares, inorganisés et de petites dimensions) et de fragments d’enduits peints portant au revers les stries d’accrochage caractéristiques, est attesté pendant toute la première moitié du Ier s. jusque sous Néron ; dès le règne de Vespasien, la maçonnerie domine largement5. La première phase de l’occupation de l’insula 30 (règne d’Auguste) est caractérisée par des poteaux corniers, solidement enfoncés dans le sol, que relient des sablières basses disposées sur de simples alignements de pierre. La présence de sablières continues, sans trous de poteaux, est également attestée par une petite unité quadrangulaire. Les sols sont en terre battue ou en mortier. La période II (Auguste/Tibère - début du règne de Claude) voit les mêmes techniques coexister. L’insula est divisée en unités de 10 x 20 m environ, séparées par des ambitus. Les cloisons, si l’on en croit l’auteur du rapport, présentent une âme de planches, revêtue d’une couche d’argile, puis d’un enduit peint ; un réexamen de la stratigraphie autorise toutefois l’hypothèse plus satisfaisante de torchis sur clayonnage. Les sablières sont disposées directement sur le sol naturel, sans isolation ; la présence de montants verticaux (Ständer) autres que les poteaux corniers est probable, mais non assurée (fig. 1, p. 115). Entre la fin de l’époque claudienne et le début du règne de Vespasien, les constructions sont volontairement nivelées pour laisser place aux murs maçonnés qui respectent toutefois l’organisation primitive de l’espace6. En 1982, un mur de terre, conservé sur une hauteur de 0,50 m et revêtu d’enduits peints, a été mis en évidence dans l’insula 50. La datation de cette paroi n’est pas encore établie avec certitude7.

1. Augst. Insula 30. Reconstitution d’une paroi. Sont attestés les sablières, les planches (?), les poteaux, les enduits d’argile et de chaux, la présence de baguettes, le sol de mortier. Sont hypothétiques les colombes, les rainures et la disposition des planches. D’après J. Ewald, Provinciala (o.c. note 6, p. 94, fig. 6).
● 2. Avenches. Insula 3. Murs de terre avec enduits peints d’époque tibéro-claudienne. Photo Musée romain d’Avenches (cf. B.A.R. int. ser. 165, 1983, p. 32, fig. 4.3.).

■ Avenches (VD)

  • 8 Insulae 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 14, 15, 16, 20, 26, A.S.S.P.A., 50, 1963, p. 76 : insula 5 N (murs (...)

5Comme à Augst, l’emploi du bois et de la terre est la règle dès l’implantation de la ville à l’époque augustéenne. A partir des règnes de Claude et de Néron, les structures maçonnées remplacent progressivement les constructions originelles tout en respectant, là aussi, l’orientation et les divisions primitives. L’usage systématique de la pierre est adopté dès l’élévation d’Avenches au rang de colonie sous Vespasien8.

  • 9 TUOR (A.). — Aventicum, insula 15 : rapport sur la fouille de sauvetage 1979. B.P.A., 26, 1981, pp. (...)
  • 10 FUCHS (M.). — La Peinture murale dans les provinces de l’Empire. B.A.R. international series, 165, (...)

6Les fouilles effectuées en 1979 dans l’insula 159 ont permis de mettre au jour un ensemble dont le plan, malheureusement incomplet, couvre une surface de 10,85 m x 12,20 m. La première période, qui remonte au premier tiers du Ier s. ap. J.-C. (la dendrochronologie indique, pour les pieux de chêne de la paroi est, une date de 8 p.C.) se caractérise par des sols de terre battue et des parois de terre ou de clayonnage établies sur sablières basses avec empierrement de galets, parfois entre des pieux de section circulaire distants de 0,40 m. La deuxième période, mieux connue, qui s’étend de Tibère à Claude, voit une division de la surface utile en six pièces principales avec deux couloirs disposés perpendiculairement. Les sols sont tantôt en terre battue, tantôt en mortier. La paroi extérieure est comprend deux sablières basses en résineux (0,10 x 0,17 m), dont l’une est amincie et fixée dans le prolongement de la première à l’aide d’un clou qui traverse le tenon d’une colombe ; elles reposent sur un simple alignement de galets disposés dans une petite tranchée de fondation. Les colombes (0,17 x 0,06 m), distantes de 0,56 à 0,66 m (0,82 m sur la paroi ouest), sont fixées à demi-bois (tenons et mortaises) et forment l’armature d’une paroi de terre, large de 0,25 m et revêtue d’un enduit de chaux de couleur rouge ou blanche, pour autant que l’on puisse en juger par les rares fragments recueillis (fig. 3, p. 116). L’ordre des opérations de mise en œuvre comprend successivement l’égalisation du sol primitif à l’aide d’une couche de sable, l’établissement des alignements de galets, la mise en place des sablières et des montants verticaux, la confection des sols de mortier sur lit de gravier grossier, enfin l’élévation des murs de terre et l’application interne et externe des enduits de chaux protecteurs. Le type de la charpente comme le mode de couverture du toit (bardeaux, chaume, roseaux) restent hypothétiques (fig. 4, p. 117). Dès l’époque de Claude, les maçonneries remplacent les structures primitives tout en respectant les orientations. Dans l’insula 3, dont les fouilles effectuées en 1979 restent inédites10, un ensemble de sept pièces d’époque tibéro-claudienne a été mis en évidence ; il comprend des sols de terre battue et des parois de terre, larges d’environ 0,25 m, disposés sur des alignements de pierres et de tuiles, avec sablières basses et colombes visibles sous la forme de traces foncées (fig. 2). L’argile compacte des parois, mélangée à du gravier grossier et à des fragments de tuiles, ne permet guère de trancher d’une manière nette entre adobe et pisé ; la faible épaisseur des murs devrait toutefois témoigner en faveur de la première solution. Les peintures murales (touffes de feuillage, cratères en calice), dont certaines présentent deux couches de motifs superposés, portent au revers les traces d’accrochage caractéristiques en chevrons.

3. Avenches. Insula 15. Paroi est de la pièce – A. 2e période - M. sols de mortier - P, colombes – B. sablières basses - L. sols de terre battue - W. mur de terre - V. enduit peint - F. fondation de galets (3e période). Ech. 1/50. Extrait de B.P.A., 26, 1981, p. 70, fig. 9.

4. Avenches. Insula 15. Tentative de reconstitution schématique de la paroi est de la pièce A (2e période de construction). Vue depuis le nord - 1. sable stérile avant la première période de construction - 2. sol en terre battue et en gravier de la première période - 3. couche d’aplanissement (?), sable gris clair avec particules de charbon de bois - 4. sol en terre battue à l’extérieur du bâtiment de la 2e période (contemporain de 11) - 5. tranchée de fondation (hypothétique) pour 7 - 6. clou en fer in situ (il traversait les deux poutres horizontales, la mortaise et le tenon de la poutre verticale) - 7. alignement de galets (fondation pour 8) - 8. sablières basses - 9. Mortaise - 10. lit de gravier grossier pour - 11. sol en mortier de chaux - 12. entretoises (hypothétiques) - 13. Colombe - 14. béton de terre argileuse - 15. enduit de chaux - 16. peinture murale ; la reconstitution de la toiture est hypothétique. Extrait de B.P.A. 26, 1981, p. 71, fig. 10.
● 5. Martigny. Quartier au nord‑ouest de l’insula 1. Local 6 avec poutres verticales encastrées dans la maçonnerie. Ech 1/250. Extrait de A.V. 1981, pl. X.

  • 11 KAENEL (G.). A.S., 6, 1983, p. 118, no 55.

7Les nombreuses découvertes similaires faites à Avenches, pour la plupart inédites, ne peuvent que confirmer les observations que nous venons de résumer. Signalons encore une date dendrochronologique de 12 av. J.-C. ± 5 ans relative à des constructions de bois de l’insula 1411.

Les fora

■ Martigny (VS)12

  • 12 Voir en particulier WIBLE (F.). — Activité archéologique à Martigny. A.V, 1975, p. 23; 1976, p. 147 (...)
  • 13 A ce jour, en effet, aucun mur extérieur de terre ou de bois n’est encore attesté sur le site.
  • 14 WIBLE (F.). — A.V, 1981, p. 104.

8A Martigny, Forum Claudii Vallensium, fondée par l’empereur Claude, les parois de terre et de bois, réservées exclusivement, semble-t-il, aux divisions internes des bâtiments13, sont relativement rares et généralement difficiles à observer en raison de leur remplacement systématique sous Vespasien par des murs de pierres qui conservent, là aussi, l’orientation originelle. Cet usage subsiste, toutefois, jusqu’au IIe s. au moins. En règle générale, les vestiges se présentent sous la forme de poutres calcinées, de négatifs de sablières dans des sols de mortier, d’enduits peints portant au revers les chevrons caractéristiques, d’alignements de pierres (galets ou schistes), plus rarement de sablières ou de segments de parois de terre (insula 5). Dans les constructions maçonnées, le bois est utilisé comme montants de portes et comme seuils. Ainsi que l’attestent de nombreux restes calcinés in situ, ces derniers se présentent sous la forme de planches de 3 à 4 cm d’épaisseur reposant sur une planie de mortier et engagées latéralement dans la maçonnerie. Relevons encore l’usage de montants de bois, distants de 4,20 m env., encastrés à une exception près à l’intérieur des murs maçonnés, observé pour la première fois sur le site au nord-ouest de l’insula 1 (fig. 5, p. 117)14.

Les vici

■ Lausanne-Vidy (VD)15

  • 15 KAENEL (G.) ... [et al.]. — Nouvelles recherches sur le vicus gallo-romain de Lousonna (Vidy/Lausan (...)
  • 16 KAENEL (G.) ... [et al.]. Un Quartier de Lausanne. La fouille de « Chavannes 7 » 1974, 1975 et 1977 (...)

9La première phase d’occupation du vicus, établi au cours des deux dernières décennies avant notre ère sur les rives du Léman, comprend des constructions de bois et de terre ordonnées déjà selon un plan cohérent ; pendant toute la durée de l’agglomération, l’axe des rues et l’alignement des façades resteront inchangés. Ces vestiges primitifs, encore mal connus faute d’une exploration systématique en profondeur et sur de grandes surfaces, se présentent sous la forme de sols en terre battue superposés, de chapes d’argile, d’éléments boisés (planches et planchettes), de traces de sablières basses sur fondations de pierres sèches, de trous de poteaux ou de piquets, de fragments de torchis, voire de nombreux clous dont la position autorise la restitution d’ensembles charpentés. Une seule unité d’habitation, encore que partielle, est connue jusqu’ici16. Elle est limitée au nord par une façade de clayonnage sur sablière basse (P3-P5) donnant sur une cour, à l’est et au sud par des cloisons de torchis dont l’armature est constituée de pieux de petites dimensions distants de 0,15 m env. (fig. 6, p. 119). En 1983, les fouilles entreprises au nord-ouest du vicus ont révélé au-dessous des murs de pierres des constructions de bois sous la forme de négatifs de poutres disposées parallèlement à une distance d’env. 1,20 m, de quelques trous de poteaux et de nombreux fragments de torchis. C’est dans le troisième quart du Ier s. qu’apparaît l’adoption généralisée de la maçonnerie après la destruction volontaire et le nivellement des constructions antérieures ; mais cette évolution dut être progressive : dans le quartier du forum, par exemple, la pierre est employée dans l’architecture domestique dès la première moitié du Ier s.

● 6. Lausanne - Vidy. Éléments d’une habitation (éch. 1/25). a. bois - b. fragment de clayonnage - c. éléments boisés (baguettes, etc), généralement calcinés, attribués à l’élévation d’une paroi de clayonnage - d. clous - e. traces de pieux - f. périmètre du foyer - P1 à P6 : numérotation des fragments boisés. Extrait de Lousonna 3, o.c. note 15, p. 61, fig. 51.

■ Holderbank (SO)17

  • 17 A.S.S.P.A., 30, 1938, p. 110-111 ; 31, 1939, p. 84-85 ; U.S., 3, 1939, p. 30-31 ; A.S., 4, 1981-2, (...)

10Ce vicus, situé au nord-ouest de Soleure, sur la route qui reliait les deux colonies d’Avenches et d’Augst, a livré en 1938-1939, puis en 1977-1978, de nombreux vestiges de constructions en bois sous la forme de planchers, de pieux et de poutres, dont l’utilisation est attestée du Ier au IIIe s. de notre ère. On a pu observer une douzaine de maisons dont le plan, malheureusement, reste partiel, faites de rondins empilés, de planchers de bois et comportant une couverture de bardeaux (0,90 x 0,14 m), puis, dans une phase ultérieure, de tuiles. L’usage du bois est également attesté sur le site au Moyen Âge.

■ Riom-Parsonz (GR)18

  • 18 J. Rageth, dans A.S.S.P.A., 59, 1976, p. 256 et seq.; 60, 1977, p. 143 et seq. ; H.A., 8, 1977, p.  (...)

11Les fouilles partielles entreprises à Riom, sur la route de Coire au col du Julier, ont mis en évidence des bâtiments de maçonnerie avec planchers de bois datés du Ier au IVe s. de notre ère. Une grande construction antérieure en bois, remontant au début de l’Empire, observe exceptionnellement une orientation différente. Elle est établie sur des sablières basses disposées sur des alignements de pierres. Dès le Haut Moyen Age s’édifient, à proximité immédiate des maisons romaines, de petites constructions (6 X 3 m à 6 x 4 m) caractérisées par des trous de poteaux associés à des murs de pierres sèches (fig. 7, p. 120).

7. Riom-Parsonz. Plan général, a. murs de maçonnerie - b. fosses et trous de poteaux - c. construction de bois et de terre. Extrait de A.S.S.P.A. 66, 1983, p. 297, fig. 68.

■ Baden (AG)19

  • 19 M. Hartmann, dans A.S. 3, 1981, 1, p. 12 et seq. ; Badener Neujahrsblätter 1982, p. 43 et seq., C. (...)
  • 20 Tacite. – Hist., I, 67 : destruction de Baden-Aquae Helveticae par Cécina commandant un détachement (...)

12En 1977, pour la première fois sur le site, une surface de 300 m2 a pu être explorée systématiquement. Elle a révélé treize à quatorze horizons archéologiques, dont deux ou trois appartiennent à des structures de bois et de terre (entre 25 env. et 69 ap. J.-C.) et une dizaine aux maçonneries qui leur ont succédé immédiatement. Il ne sera question ici que de la dernière phase des constructions primitives, la mieux connue, datée des années 45 à 69 et caractérisée par une couche d’incendie, dont l’épaisseur atteint par endroits 1 m, et que l’on peut mettre raisonnablement en relation avec les sombres événements rapportés par Tacite20. Les trois unités d’habitation mises en évidence, séparées respectivement par une ruelle et par un ambitus, présentent un plan allongé (10 x 17 m à 11 x 14,5 m). La maison A se compose d’une série de pièces aux sols d’argile, groupées autour d’une plus grande (VIII) avec foyer et plancher de bois. Les parois de clayonnage avec enduits parfois peints sont établies sur des sablières basses (15 x 10 cm), posées directement sur l’argile et interrompues, parfois renforcées extérieurement, par quelques poteaux de section généralement rectangulaire. La maison C, plus simple, comprend également des parois sur sablières (larg. 15 cm.) enfoncées dans le sol, interrompues par un seul poteau de section circulaire, et des sols d’argile ; le clayonnage est dépourvu d’enduit de chaux. Les toitures étaient probablement de chaume ou de bardeaux. On a pu observer trois qualités de torchis selon l’épaisseur de l’argile, toujours mêlée de paille, et la nature de la surface, tantôt sableuse avec crépi (?) (A), rugueuse avec crépi (B) ou dépourvue d’enduit de chaux et simplement lissée à l’aide d’un instrument de bois (C) ; les empreintes de la face postérieure permettent de restituer des baguettes de 10 à 25 mm de diamètre, placées parallèlement aux montants verticaux de section quadrangulaire. Les premières constructions de pierres, parallèles aux anciennes structures, en ne respectant pas la division primitive du sol, laissent supposer une nouvelle répartition des propriétés à la suite des événements de 69 ; elles comprennent encore des cloisons de terre protégées par des enduits peints.

■ Bâle21

  • 21 Rittergasse no 4 : HELMIG (G.). - Hinter dem Münster im Gessling, Angelpunkt der Basler Frühgeschic (...)

13Sur la colline de la cathédrale, des vestiges d’un habitat avec parois de clayonnage revêtues d’enduits peints à l’intérieur seulement et sol de mortier ont été mis au jour en 1982. Ils avaient été précédés d’un horizon de La Tène finale (fosses) puis augustéen (substruction de maison en bois). La construction, détruite sous Néron par un incendie, semble avoir été édifiée sous Claude ; large de 7 m, elle comprend des sablières basses sur alignements de pierres et des poteaux verticaux, reposant généralement sur des galets de pierre ; le type de liaison entre ces éléments reste incertain. Le sol de mortier semble avoir été mis en place après la pose des enduits muraux (fig. 8, p. 121).

8. Bâle. Éléments d’une habitation du Haut Empire. En hachures : fondations médiévales et modernes. Ech 1/100. Extrait de Basler Stadtbuch, 1982, p. 207, fig. 4.
● 9. Oberwinterthur. Plan schématique des constructions des deux premières périodes avec le système d’adduction et d’évacuation des eaux. Extrait de A.S.S.P.A. 65, 1982, p. 208, fig. 60.

■ Oberwinterthur (ZH)22

  • 22 A. Zürcher, dans A.S., 3, 1980-3, p. 67 ; A.S., 5, 1982-2, pp. 120- 125; A.S.S.P.A., 65, 1982, pp.  (...)

14Le vicus de Vitudurum a livré les vestiges les plus spectaculaires jamais observés en Suisse. Le quartier, exploré de 1977 à 1982, s’étend de part et d’autre d’une voie romaine au sud-ouest de l’agglomération. Il se compose au sud-est d’une série de maisons de plan allongé (15 x 6 m à 15 X 9 m env.), parfois séparées par un ambitus, et au nord-ouest d’un groupe d’habitations un peu plus tardives, bordées d’un portique sur rue. La première période, bien datée par la dendrochronologie et par le matériel archéologique, est située entre les années 6/7 et 50/56 de notre ère et se caractérise par trois phases de constructions. La plus ancienne comprend des poteaux corniers enfoncés dans le sol, avec des parois de planches horizontales associées à des parois-palissades, la seconde, des parois de planches verticales sur sablières basses interrompues par des poteaux corniers, la troisième, des colombes fixées sur les sablières de la phase précédente et des parois de planches verticales. La deuxième période (50 à 69/70) ainsi que la troisième (69/ 70 vers 100) se distinguent par des parois de clayonnage et de torchis entre colombes sur sablières basses ; la seule évolution porte sur le support des sablières qui passe de simples alignements de pierres à des murets de pierres sèches, renforcés aux angles par des meules (fig. 9, p. 121). Pour toutes les périodes, on observe des sols en terre battue ou des planchers (fig. 11, p. 122). Les toits, à l’exception des portiques où la tuile est présente, sont recouverts de bardeaux de dimensions variables (jusqu’à 108 x 10 cm) ; les charpentes, comme tous les bois en général sont remarquablement travaillés ; un excellent état de conservation permet souvent la restitution exacte des modes d’assemblage : ainsi les planches verticales des parois étaient-elles glissées latéralement dans des rainures à partir d’une large encoche frontale ménagée dans la sablière, où la dernière pièce était retenue par une cheville (fig. 12, p. 123) ; certaines pièces comportent des marques d’assemblage. Quant aux foyers, on observe à la troisième période le remplacement de l’argile par la tuile et la molasse. Le quartier était alimenté en eau par une source, captée dans un caisson de planches d’une contenance de 2 m3 et de tuyaux de bois (chêne et aulne), longs de 10 pieds, assemblés au moyen de manchons de chêne (50 x 30 x 20 cm env.). Les eaux usées étaient évacuées par des canalisations faites de planches appliquées contre le terrain excavé par des pieux et recouvertes de planches placées longitudinalement (fig. 10, p. 122). Notons que l’essence employée presque exclusivement sur le site est le chêne. Vers l’année 100 de notre ère, ce quartier périphérique du vicus est abandonné. Au centre de l’agglomération, aux alentours du temple gallo-romain, le torchis et la terre (adobe ou pisé) subsistent, malgré les maçonneries, jusqu’au IIIe s. ; au nord-est du site, on a pu observer également une construction par empilement de madriers (Blockbau), rendus solidaires par de longues pièces de bois faisant office de languettes, ajustées dans des rainures, datée du dernier tiers du Ie s. ap. J.-C.

● 10. Oberwinterthur. Constructions de bois, canal d’évacuation et tuyaux d’adduction en bois, formant un coude et disparaissant sous les sablières basses. Extrait de A.S.S.P.A. 65, 1982, p. 215, fig. 53.
● 11. Oberwinterthur. Plancher en bois de sapin. Extrait de A.S. 5, 1982-2, p. 216.

● 12. Oberwinterthur. Sablière basse avec rainure et mortaise. Cette dernière permettait de bloquer à l’aide d’une cheville la dernière planche verticale de la paroi. Extrait de A.S. 3, 1980-3. p. 67, fig. 3.
 13. Laufon‑Müschhag. Plan de la villa et reconstitution de la façade occidentale. Extrait de H.A. 9, 1978-33, p. 6.

  • 23 Eschenz : A.S.S.P.A., 65, 1982, p. 194 ; Coire-Welschdörfli : communication de A. Hochuli-Gysel. So (...)

15L’usage du bois et de la terre a été observé dans bien d’autres vici de Suisse, notamment à Eschenz (TG), Coire-Welschdörfli (GR), Soleure, Marsens (FR) et Genève23 ; mais le temps limité dont nous disposons nous oblige à interrompre ici cet inventaire.

Les établissements ruraux

  • 24 GERSTER (A.). — Der Römische Gutshof im Müschhag bei Laufen. H.A., 9, 1978-33, pp. 2-66 ; MARTIN-KI (...)
  • 25 Moyen : F. Oelmann, dans B.J., 135, 1928, p. 51 et seq. ; Cologne : FREMERSDORF (F.). - Der Römisch (...)
  • 26 H.-P. Spycher, dans A.S.S.P.A., 66, 1983, p. 274-275.
  • 27 D. Weidmann, dans A.5.5.P.A., 66, 1983, p. 301-305.
  • 28 S’agit-il d’adobe ou de pisé ? Une fois encore il est difficile de trancher.
  • 29 PAUNIER (D.). — La Céramique gallo-romaine de Genève, de La Tène finale au royaume burgonde. M.D.G. (...)

16Faute, sans doute, d’observations suffisamment minutieuses, les vestiges de constructions de bois et de terre y semblent plus rares que dans les agglomérations de type urbain. Un des meilleurs exemples est celui de la villa de Laufon-Müschhag (BE) connu depuis 1933 déjà24. Les structures primitives en bois, dont l’origine remonte à la deuxième décennie du Ier s. ap. J.-C., ont été remplacées à l’époque de Néron ou au début de la période flavienne par un bâtiment de maçonnerie. Elles se caractérisent par une série de cinquante-deux trous de poteaux, profonds d’au moins 0,65 m avec calages de pierres, dessinant le plan d’une maison à peu près quadrangulaire de 11,50/13,50 m x 10 m, comportant des divisions internes et deux entrées, l’une à l’ouest précédée d’un auvent, l’autre au sud. Le toit, à deux pans et à croupes, comme l’atteste la rangée médiane de poteaux, devait être recouvert de bardeaux ou de chaume et les parois étaient sans doute faites de clayonnage et de torchis. Si la technique, comme à Moyen ou à Cologne-Müngersdorf en Rhénanie25, est de tradition celtique, le plan ramassé relève déjà, semble-t-il, d’influences méridionales (fig. 13, p. 123). Relevons que dans la pars rustica, un bâtiment plus allongé, mais construit selon les mêmes techniques, a pu être observé. A Bellach (SO)26, la pars rustica a livré les vestiges de quatre petits bâtiments (9 x 6 m et 4 x 4 m) du Haut Empire, constitués comme à Laufon de poteaux corniers et de parois de clayonnage. Dans la pars rustica de la villa de Sévery (VD)27, on a pu mettre en évidence une petite construction (5,5 m x 7,5 m) de la deuxième moitié du Ier s., dont les parois, comme le suggèrent trois points de calage observés dans la fondation septentrionale, pourraient avoir été constituées de fermes libres enjambant la pièce principale selon la technique du cruck; l’absence d’éléments porteurs aussi bien dans les angles que dans l’axe central du bâtiment ne peut que corroborer cette hypothèse. La petite annexe occidentale (3,5 m x 1,5 m) comprenait des murs de terre ; édifiés dans une petite tranchée de fondation sur empierrement irrégulier, ils étaient protégés sur les deux faces par un enduit de chaux et ne comportaient aucune trace de colombe28 ; la présence d’un seul trou de poteau, externe et médian, indique une couverture par simple prolongation des sablières et de la faîtière de la construction principale (fig. 14). A Bernex (GE)29, enfin, la présence de murs de terre et de bois est attestée dans la pars rustica par des négatifs de sablières basses dans des sols de mortier, des couches d’argile mêlées de fragments d’enduits de chaux, d’alignements de tuiles faisant office de supports de cloisons et, au Bas Empire seulement, de trous de poteaux associés à de médiocres maçonneries.

● 14. Villa de Sévery. Annexe rurale. Schéma interprétatif des structures portantes. I7, 12. Sols sur hérisson de galets. I8, 10. Bases de poteaux de charpente. I14, 16. Trous de poteaux Extrait de A.S.S.PA. 66, 1983, p. 302, fig. 74.

Synthèse provisoire et conclusions

  • 30 HARTMANN (M.). – Des Römische Legionslager von Vindonissa. Archäologische Führer der Schweiz, 18, V (...)
  • 31 Si les sablières sont connues à La Tène (par ex. à Sissach/BL), les poteaux corniers enfoncés dans (...)
  • 32 On trouvera un état des questions et la bibliographie du sujet dans : Habitat et Habitation, 2e cou (...)
  • 33 Au terme de ce rapport, nous ne saurions oublier d’adresser nos vifs remerciements à tous ceux qui (...)

17La présence de structures de bois et de terre, en particulier dans les colonies et les vici, semble générale de l’époque augustéenne au règne de Néron. Si, dès les Flaviens, la priorité est donnée aux maçonneries, au moins pour les fondations, les anciennes techniques perdurent, qu’il s’agisse de constructions complètes, de cloisons internes ou de superstructures sur murs maçonnés. La même évolution est perceptible sur des sites militaires comme Vindonissa, où les casernes de pierres qui remplacent dès 45 ap. J.-C. les baraquements de bois de la XIe légion comportent toujours des parois de colombage sur fondations maçonnées et des cloisons d’argile crue avec enduits de chaux30. Sauf de très rares exceptions, l’adoption de la maçonnerie n’affecte ni l’orientation des constructions, ni la répartition des propriétés ; dès l’origine, le plan des agglomérations est arrêté de manière cohérente. Les unités d’habitation se caractérisent par une forme allongée, de 150 à 200 m2, que séparent souvent des ruelles ou des ambitus. La présence d’étages n’est pas attestée à ce jour. La durée des constructions est en moyenne de quarante ans ; mais tous les quinze à vingt ans, on observe des transformations importantes. En raison de la diversité des solutions adoptées dans une même région pour une même époque, l’évolution technologique ne peut être esquissée qu’avec prudence. On remarquera d’abord l’adoption quasi généralisée de l’équarrissage. A l’origine, conformément à la tradition celtique31, les poteaux solidement enfoncés dans le sol, associés ou non à des sablières basses interrompues, semblent fréquents ; puis apparaît une technique plus évoluée, sans doute sous l’influence romaine, caractérisée par des sablières avec colombes et des assemblages à demi-bois par tenons et mortaises. Cette armature peut supporter des parois de planches horizontales ou verticales, de terre, en particulier d’adobe (le pisé proprement dit n’est pas attesté avec certitude jusqu’ici), de clayonnage et de torchis, technique de loin la plus fréquente. Les constructions par empilage de poutres semblent plus rares. Les sablières basses peuvent reposer directement sur le sol, dans une petite tranchée, sur quelques galets alignés, sur un lit de gravier ou sur un solin de pierres sèches, sans qu’il soit possible de relever ici une évolution chronologique générale. Les sols consistent en argile battue, en planchers, plus rarement en terrazzo. Les toits sont recouverts de bardeaux, souvent attestés, peut-être de chaume ou de roseaux (toujours supposés), exceptionnellement, en raison de leur poids, de tuiles. Dans les campagnes, jusqu’au Bas Empire et au Haut Moyen Âge, on remarque la prédominance de poteaux corniers enfoncés dans le sol, une technologie d’origine protohistorique dont la tradition perdure. Le chêne, largement majoritaire, puis les résineux représentent les essences d’usage courant ; les feuillus semblent rares. Dans nos régions, les raisons de l’emploi du bois et de la terre paraissent évidentes. Il s’agit d’abord de techniques traditionnelles, toutes connues en Suisse, y compris les colombes sur sablières basses, (non équarries, il est vrai), les assemblages par tenons et mortaises et les bardeaux, du Néolithique à La Tène ; seuls l’adobe, le pisé et le cruck ne sont pas attestés pour ces périodes32. Ces matériaux locaux, immédiatement accessibles et abondants, sont faciles à travailler. La préférence marquée pour le clayonnage revêtu de torchis procède des mêmes considérations : c’est une solution simple à mettre en œuvre et peu onéreuse ; les constructions par empilage de poutres entraînent une consommation d’arbres importante ; les murs de planches, malgré une économie de bois que l’on peut estimer d’un cinquième, exigent des opérations de débitage à la fois longues et délicates. La couverture de bardeaux, légère, facile à poser, garantit une excellente isolation. Ce sont probablement ces mêmes critères qui ont conduit l’armée romaine à adopter ces modes de construction pendant tout l’Empire dans les provinces septentrionales. Le bois, qui offre la meilleure isolation contre le froid, est un matériau particulièrement bien adapté à nos climats, notamment dans les régions alpestres, où son usage, est-il besoin de le rappeler, n’a cessé d’être généralisé. Il ne faut pas oublier enfin que, dans le domaine privé, les activités du bâtiment ont dû rester aux mains d’artisans locaux, très attachés sans doute à des techniques ancestrales éprouvées. Seuls les monuments publics, construits dès l’origine en pierre, exigeaient l’intervention d’architectes spécialisés. Peu à peu, avec l’accès à des matériaux moins immédiats (pierres de carrières, briques et tuiles, chaux) et l’amélioration progressive du niveau technologique au contact de Rome, la pierre et le mortier de chaux vont tendre à remplacer le bois et la terre, en particulier dans les colonies et les agglomérations de type urbain, promptes à imiter les modèles de l’Urbs. Mais l’artisanat local ne renoncera jamais totalement à ses traditions33.

Abréviations

18A.S. : Archéologie suisse, Bâle.
A.S.S.P.A. : Annuaire de la société suisse de préhistoire et d’archéologie, Bâle
A. V. : Annales valaisannes, Sion.
B.A.R. : Brifish Archaeologicai Reports, Oxford.
B. J. : Bonner Jahrbücher, Bonn.
B. PA. : Bulletin Pro Aventico, Avenches.
C.A.R. : Cahiers d’archéologie romande, Bibliothèque historique vaudoise, Lausanne.
G. P. V. : Gesellschaft Pro Vindonissa, Jahresberichte, Brugg.
H. A. : Helvetia Archaeologica, Zurich.
M.D.G. : Mémoires et documents de la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, Genève.
S.S.P.A. : Société suisse de préhistoire et d’archéologie, Bâle.

Notes

1 Voir, par exemple, Avenches, insula 15, L. Bosset, Journal des fouilles, 1946, manuscrit (cf. B.P.A., 26, 1981, p. 39 et p. 67, fig. 3a) ; Augst : A.S.S.P.A., 21, 1929, p. 77 et suiv. ; Laufon-Müschhag : 1933 (cf. infra, n. 24).

2 En particulier l’étude de EWALD (J.). — Die frühen Holzbauten in Augusta Raurica, insula 30, und ihre Parzellierung. In : Provinciala Festschrift für R. Laur-Belart, Basel, 1968, pp. 80-104.

3 Cisalpine, Narbonnaise, Rétie, Belgique puis Germanie supérieure, Alpes Grées et Pennines.

4 Pour la bibliographie, voir MARTIN (M.). — Bibliographie von Augst und Kaiseraugst, 1911-1971. In : Beiträge und Bibliographie zur Augster Forschung, Stiftung Pro Augusta Raurica, Basel, 1975, p. 324.

5 LUDIN (O.)... [et al.]. — Ausgrabungen in Augst II, insula 24, 1939- 1959. In : Stiftung Pro Auguste Raurica, Basel, 1962, p. 22 et seq.

6 EWALD (J.). — Die frühe Holzbauten in Augusta Raurica insula 30, o.c., note 2.

7 Communication de T. Tomasevik-Buck à la Commission suisse d’archéologie gallo-romaine et A.S.S.P.A. 66, 1983, p. 272.

8 Insulae 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 14, 15, 16, 20, 26, A.S.S.P.A., 50, 1963, p. 76 : insula 5 N (murs extérieurs en maçonnerie, cloisons en colombage), insulae 6 et 8 : SCHWARZ (G.-T.). — Die Kaiserstadt Aventicum, Bern/München, 1964, p. 41 et p. 131, n. 118 ; Cigognier et insula 8 (peinture murale sur clayonnage et torchis), p. 75 et p. 135, n. 251-255 : insulae 8 et 9. B.P.A., 19, 1967, p. 103-104 : insula 16 (trous de poteaux et sablières d’époque tibéro-claudienne) ; B.P.A., 21, 1970/71, p. 19-20 : insula 16 (sablière sur galets, colombage et torchis d’époque tibéro-claudienne). B.J., .172, 1972, p. 180; A.S.S.P.A., 57, 1972/73, p. 276 seq. : insula 4 (bois remplacé au milieu du Ier s. par la pierre), insulae 20 et 26. B.P.A., 23, 1975, pp. 40-41 : Capitole (bois d’époque tibéro-claudienne) ; B.P.A., 20, 1969, p. 70 : insulae 20 et 26. Les rapports les plus circonstanciés sont dus à F. Bonnet, dans B.P.A., 25, 1980, p. 53 et seq : insula 9 (construction de bois et de terre remplacées par la pierre sous Néron) et A. Tuor, dans B.P.A., 26, 1981, p. 37 et seq. : insula 15. Signalons encore un état des questions à propos des peintures murales d’Avenches par M. Fuchs : FUCHS (M.). — La Peinture murale romaine dans les provinces de l’Empire. B.A.R. International series, 165, 1983, pp. 27-75.

9 TUOR (A.). — Aventicum, insula 15 : rapport sur la fouille de sauvetage 1979. B.P.A., 26, 1981, pp. 37-76 ; TUOR (A.). — Insula 15 : rapport sur la fouille de sauvetage 1979. Antike Welt, 14, 1983, 2, pp. 51 et seq.

10 FUCHS (M.). — La Peinture murale dans les provinces de l’Empire. B.A.R. international series, 165, 1983, p. 31 et seq.

11 KAENEL (G.). A.S., 6, 1983, p. 118, no 55.

12 Voir en particulier WIBLE (F.). — Activité archéologique à Martigny. A.V, 1975, p. 23; 1976, p. 147; 1977, p. 203; 1979, p. 68; 1980, p. 114- 119; 1981, p. 97, 104 ; 1982, p. 166; WIBLE (F.). Forum Claudii Vallensium, La ville romaine de Martigny. Bâle, Martigny, S.S.P.A. et fondation Pro Octoduro, 1981, p. 21 et 25. (Guides archéologiques de la Suisse, 17).

13 A ce jour, en effet, aucun mur extérieur de terre ou de bois n’est encore attesté sur le site.

14 WIBLE (F.). — A.V, 1981, p. 104.

15 KAENEL (G.) ... [et al.]. — Nouvelles recherches sur le vicus gallo-romain de Lousonna (Vidy/Lausanne) : Lousonna 2. C.A.R., 18, Lausanne, 1980; KAENEL (G.) ... [et al.]. — Un Quartier de Lousonna — La fouille de « Chavannes 7 », 1974/75 et 1977 : Lousonna 3. C.A.R., 19, Lausanne, 1980 ; PAUNIER (D.). — La présence de Rome. In : Histoire de Lausanne, Toulouse/Lausanne, 1982, p. 51.

16 KAENEL (G.) ... [et al.]. Un Quartier de Lausanne. La fouille de « Chavannes 7 » 1974, 1975 et 1977 : Lousonna 3. C.A.R., 19, Lausanne, 1980, pp. 64-66.

17 A.S.S.P.A., 30, 1938, p. 110-111 ; 31, 1939, p. 84-85 ; U.S., 3, 1939, p. 30-31 ; A.S., 4, 1981-2, p. 57-61 (fouilles encore inédites).

18 J. Rageth, dans A.S.S.P.A., 59, 1976, p. 256 et seq.; 60, 1977, p. 143 et seq. ; H.A., 8, 1977, p. 74 et seq. ; Bündner Monatsblatt 1979, p. 49 et seq. ; A.S.S.P.A., 64, 1981, p. 248 et seq. ; 65, 1982, p. 207, 66, 1983, p. 296 et seq. ; A.S., 5, 1982, 2, p. 137 et seq.

19 M. Hartmann, dans A.S. 3, 1981, 1, p. 12 et seq. ; Badener Neujahrsblätter 1982, p. 43 et seq., C. Schucany, Baden-Aquae Helveficae, Grabung Römerstrasse 1977, Der Brand-horizont der jüngsten Holzbau-phase, Mémoire de licence de l’Université de Bâle, prof. L. Berger, dactyl.

20 Tacite. – Hist., I, 67 : destruction de Baden-Aquae Helveticae par Cécina commandant un détachement de l’armée de Vitellius, pour punir les Helvètes de leur fidélité à Galba.

21 Rittergasse no 4 : HELMIG (G.). - Hinter dem Münster im Gessling, Angelpunkt der Basler Frühgeschichte. In : Basler Stadtbuch, 1982, p. 201 et seq.

22 A. Zürcher, dans A.S., 3, 1980-3, p. 67 ; A.S., 5, 1982-2, pp. 120- 125; A.S.S.P.A., 65, 1982, pp. 214-22; 66, 1983, p. 307 et communications personnelles.

23 Eschenz : A.S.S.P.A., 65, 1982, p. 194 ; Coire-Welschdörfli : communication de A. Hochuli-Gysel. Soleure (Friedhofplatz) : A.S.S.P.A. 66, 1983, p. 303-304 ; Marsens : fouilles en cours en été-automne 1983 ; Genève : C. Bonnet, dans A.S., 3, 1980-4, p. 177 ; A.S.S.P.A., 65, 1982, p. 196 ; 66, 1983, p. 310.

24 GERSTER (A.). — Der Römische Gutshof im Müschhag bei Laufen. H.A., 9, 1978-33, pp. 2-66 ; MARTIN-KILCHER (S.). - Die Funde aus dem rômischen Gushoi von Laufen – Müschhag. Bern, 1980, pp. 100-111.

25 Moyen : F. Oelmann, dans B.J., 135, 1928, p. 51 et seq. ; Cologne : FREMERSDORF (F.). - Der Römische Gutshof Köln-Müngersdorf, Berlin, 1933.

26 H.-P. Spycher, dans A.S.S.P.A., 66, 1983, p. 274-275.

27 D. Weidmann, dans A.5.5.P.A., 66, 1983, p. 301-305.

28 S’agit-il d’adobe ou de pisé ? Une fois encore il est difficile de trancher.

29 PAUNIER (D.). — La Céramique gallo-romaine de Genève, de La Tène finale au royaume burgonde. M.D.G. in 4, IX, Genève, 1981, p. 112 (bibliographie).

30 HARTMANN (M.). – Des Römische Legionslager von Vindonissa. Archäologische Führer der Schweiz, 18, Vindonissa-Basel, Basel, 1983, pp. 5-9 ; idem, dans G.P.V., 1973, p. 43 et seq. (plan du camp en bois) ; G.P.V., 1979/80, p. 5 et seq. (état des recherches), en particulier p. 15, fig. 7. Rappelons la présence dans le dépotoir de Vindonissa (Schütthügel) de nombreux bardeaux provenant des casernes : G.P.V., 1923/1924, p. 2. Nous ne citerons pas toutes les constructions militaires en bois ou en terre observées en Grande-Bretagne, en Germanie ou ailleurs ; elles sont légion, de l’époque augustéenne au IIIe s. au moins, et bien connues des archéologues.

31 Si les sablières sont connues à La Tène (par ex. à Sissach/BL), les poteaux corniers enfoncés dans le sol représentent une caractéristique essentielle de l’habitat de cette époque (voir pour Vindonissa: G.P.V., 1977, p. 5 et seq.).

32 On trouvera un état des questions et la bibliographie du sujet dans : Habitat et Habitation, 2e cours public consacré à la Préhistoire et à l’archéologie de la Suisse, Société suisse de Préhistoire et d’archéologie, Genève, 1982.

33 Au terme de ce rapport, nous ne saurions oublier d’adresser nos vifs remerciements à tous ceux qui ont bien voulu mettre à notre disposition leur documentation et nous fournir de précieux renseignements, en particulier à Mmes et MM. H. Bögli et M. Fuchs (Avenches), M. Hartmann (Vindonissa), G. Helmig (Bâle), C. Schucany (Baden), H.-P. Spycher (Soleure), T. Tomasevic-Buck (Augst), D. Weidmann (Sévery), F. Wiblé (Martigny), A. Zürcher (Oberwinterthur).

Table des illustrations

Légende 1. Augst. Insula 30. Reconstitution d’une paroi. Sont attestés les sablières, les planches (?), les poteaux, les enduits d’argile et de chaux, la présence de baguettes, le sol de mortier. Sont hypothétiques les colombes, les rainures et la disposition des planches. D’après J. Ewald, Provinciala (o.c. note 6, p. 94, fig. 6). ● 2. Avenches. Insula 3. Murs de terre avec enduits peints d’époque tibéro-claudienne. Photo Musée romain d’Avenches (cf. B.A.R. int. ser. 165, 1983, p. 32, fig. 4.3.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 3. Avenches. Insula 15. Paroi est de la pièce – A. 2e période - M. sols de mortier - P, colombes – B. sablières basses - L. sols de terre battue - W. mur de terre - V. enduit peint - F. fondation de galets (3e période). Ech. 1/50. Extrait de B.P.A., 26, 1981, p. 70, fig. 9.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31220/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende 4. Avenches. Insula 15. Tentative de reconstitution schématique de la paroi est de la pièce A (2e période de construction). Vue depuis le nord - 1. sable stérile avant la première période de construction - 2. sol en terre battue et en gravier de la première période - 3. couche d’aplanissement (?), sable gris clair avec particules de charbon de bois - 4. sol en terre battue à l’extérieur du bâtiment de la 2e période (contemporain de 11) - 5. tranchée de fondation (hypothétique) pour 7 - 6. clou en fer in situ (il traversait les deux poutres horizontales, la mortaise et le tenon de la poutre verticale) - 7. alignement de galets (fondation pour 8) - 8. sablières basses - 9. Mortaise - 10. lit de gravier grossier pour - 11. sol en mortier de chaux - 12. entretoises (hypothétiques) - 13. Colombe - 14. béton de terre argileuse - 15. enduit de chaux - 16. peinture murale ; la reconstitution de la toiture est hypothétique. Extrait de B.P.A. 26, 1981, p. 71, fig. 10. ● 5. Martigny. Quartier au nord‑ouest de l’insula 1. Local 6 avec poutres verticales encastrées dans la maçonnerie. Ech 1/250. Extrait de A.V. 1981, pl. X.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31220/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende ● 6. Lausanne - Vidy. Éléments d’une habitation (éch. 1/25). a. bois - b. fragment de clayonnage - c. éléments boisés (baguettes, etc), généralement calcinés, attribués à l’élévation d’une paroi de clayonnage - d. clous - e. traces de pieux - f. périmètre du foyer - P1 à P6 : numérotation des fragments boisés. Extrait de Lousonna 3, o.c. note 15, p. 61, fig. 51.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31220/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende 7. Riom-Parsonz. Plan général, a. murs de maçonnerie - b. fosses et trous de poteaux - c. construction de bois et de terre. Extrait de A.S.S.P.A. 66, 1983, p. 297, fig. 68.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31220/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende 8. Bâle. Éléments d’une habitation du Haut Empire. En hachures : fondations médiévales et modernes. Ech 1/100. Extrait de Basler Stadtbuch, 1982, p. 207, fig. 4. ● 9. Oberwinterthur. Plan schématique des constructions des deux premières périodes avec le système d’adduction et d’évacuation des eaux. Extrait de A.S.S.P.A. 65, 1982, p. 208, fig. 60.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31220/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende ● 10. Oberwinterthur. Constructions de bois, canal d’évacuation et tuyaux d’adduction en bois, formant un coude et disparaissant sous les sablières basses. Extrait de A.S.S.P.A. 65, 1982, p. 215, fig. 53. ● 11. Oberwinterthur. Plancher en bois de sapin. Extrait de A.S. 5, 1982-2, p. 216.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31220/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende ● 12. Oberwinterthur. Sablière basse avec rainure et mortaise. Cette dernière permettait de bloquer à l’aide d’une cheville la dernière planche verticale de la paroi. Extrait de A.S. 3, 1980-3. p. 67, fig. 3.  13. Laufon‑Müschhag. Plan de la villa et reconstitution de la façade occidentale. Extrait de H.A. 9, 1978-33, p. 6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31220/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende ● 14. Villa de Sévery. Annexe rurale. Schéma interprétatif des structures portantes. I7, 12. Sols sur hérisson de galets. I8, 10. Bases de poteaux de charpente. I14, 16. Trous de poteaux Extrait de A.S.S.PA. 66, 1983, p. 302, fig. 74.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31220/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search