Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

La Gaule intérieure

Le centre

Gérard Coulon et Dominique Joly

Texte intégral

1Compte tenu de la documentation lacunaire ‒plusieurs sites sont encore inédits‒ et surtout du fait que l’architecture domestique de terre et de bois n’a jamais été véritablement au centre des préoccupations des archéologues de notre région, ce premier essai ne prétend pas avoir valeur de synthèse, laquelle serait prématurée. A partir des données actuellement disponibles pour les six départements composant la région Centre (Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loiret et Loir-et-Cher), nous présentons quelques exemples fournissant plus un aperçu qu’une étude exhaustive.

Le milieu rural (G. C.)

■ Une prise en compte récente

2Si l’on excepte une indication ancienne (1893), laconique et fort sujette à caution, les informations sur l’architecture domestique de terre et de bois dans la région Centre ont été recueillies tout récemment, entre 1972 et 1978.

3Dans le Bulletin Monumental, le Comte Charles de Beaumont-Beaulieu (1893) signale qu’une des salles de la villa de Châtigny, commune de Fondettes, près de Tours (Indre-et-Loire), présentait un plafond dont les fragments « extrêmement intéressants » avaient été retrouvés : « Sur du torchis on avait peint des bandes bleues, rouges, blanches et lie de vin et dans l’enduit frais avaient été incrustées des coquilles marines de trois espèces différentes » (Beaumont 1893). Si l’auteur soulignait la similitude de ce plafond avec ceux de la villa des Bosseno à Carnac, fouillée et publiée par James Miln en 1877, l’imprécision de cette information ne nous a pas permis de la prendre en compte pour cette étude.

  • 1 et (2) – Recueil des circulaires, tableaux, instructions et documents divers réunis par les soins d (...)

4On peut s’interroger sur le caractère tout à fait récent des observations faites sur l’utilisation de terre et de bois dans l’architecture domestique en milieu rural dans la région Centre. On peut indiscutablement incriminer les méthodes de fouilles et la fugacité des vestiges de constructions légères. Mais l’état d’esprit des archéologues du XIXe s. et du début de ce siècle constitue sans doute l’une des raisons essentielles de cette carence. L’univers mental de ces « antiquaires » était en effet minutieusement délimité par toute une série de schémas préexistants au sein desquels leurs observations sur le terrain devaient venir harmonieusement s’intégrer. Particulièrement éloquent en ce domaine est le recueil des circulaires de la Commission des Monuments Historiques et de la Recherche des Antiquités, créée dans le département de l’Indre en 1842. Les instructions données aux correspondants stipulent: «Les constructions véritablement romaines sont revêtues de pierres carrées de petite dimension, formant un appareil régulier et interrompu quelquefois par des lignes de niveau en briques plates, posées de chant »1. Quant au questionnaire destiné au curé, à l’instituteur et autres notables d’alors, il n’évoquait que les « fragments de marbre, les inscriptions, les statues, les fûts de colonnes, chapiteaux et morceaux de sculptures » (2).

5Comment, dès lors, dans un tel contexte mental, attacher le moindre intérêt aux éventuelles constructions de terre et de bois et donc les signaler ?

6En l’état actuel de nos recherches, nous avons recensé huit sites ruraux ayant mis en œuvre une architecture de terre et de bois en région Centre (fig. la, p. 95) :

71. Cravant (Indre-et-Loire). Une vingtaine de sites gallo-romains ont été localisés par Jean-Mary Couderc dans une lande très étendue. La fouille d’un de ces sites (gisement no 1), en 1977-1978, a révélé l’existence d’une construction en matériaux légers (Couderc 1982).

82. Dambron (Eure-et-Loire). Sur le tracé de l’autoroute A 10 (lieu-dit La Borde), un sauvetage, conduit par Alain Ferdière en 1972, a mis en évidence un habitat gallo-romain caractérisé par des trous de poteaux, fosses et fondations (Ferdière 1972).

93. Fondettes (Indre-et-Loire). Pour mémoire, cf. supra (Beaumont 1893).

104. Gièvres (Loir-et-Cher). Des constructions en matériaux légers, voisines d’un atelier de potiers, ont été fouillées en 1970-1971 (site inédit, informations orales A. Ferdière).

115. Hanches (Eure-et-Loir). A la Cavée du Moulin, les restes d’une construction ont été fouillés en sauvetage par Michel Souty en 1976 (Souty 1979).

126. Levroux (Indre). A la Theurace, sur un site repéré par photographie aérienne, Richard Adam a dirigé deux campagnes de fouilles (1977 et 1978) sur une ferme en matériaux légers (Adam 1979).

137. Molineuf (Loir-et-Cher). Lors de travaux dans le bourg en 1973, Daniel Pussot a observé de grandes plaques de torchis associées à de la céramique commune gallo-romaine (site inédit, informations orales de l’inventeur).

148. Villedieu (Indre). A Mehun en 1976, nous avons pratiqué un sauvetage sur deux sous-sols dont les superstructures étaient en matériaux légers (Coulon 1981 et 1982).

1. a. Sites ruraux de la région Centre à architecture de terre et de bois.  b. Cravant, essai de reconstitution (dessin de J.-M. Couderc) - c. Hanches, essai de reconstitution des murs. (Dessin M. Souty).
● 2. Villedieu. Logement pour poteau cornier en bois, à l’angle nord-est de la cave 1. (Photo P. Diot).

■ Les techniques employées et leur datation

15Cet inventaire fort restreint de sites fouillés en urgence, voire en catastrophe, ne pouvait en rien favoriser l’élaboration d’une problématique de recherche particulière. Aussi, dans une région où l’étude de l’architecture de terre et de bois n’en est qu’à ses premiers balbutiements, sommes-nous réduit à un simple catalogue des techniques observées. Si les murs d’adobe ne sont pas représentés ici, les constructions offrent des parois de torchis. Pour un seul site, Gravant, il est fait mention de pisé. Mais à la lumière des précisions apportées à ce colloque par les spécialistes français, notamment Armand Desbat, en matière de nomenclature, il semble bien qu’il s’agisse là encore de torchis.

16La construction rectangulaire (9,50 m x 6,50 m) mise au jour à Cravant était faite de deux murs orthogonaux et des vestiges fragmentés et quelque peu déplacés des deux autres. Elle devait abriter trois pièces. Les murs présentaient des soubassements constitués de gros blocs, les « perrons » siliceux, calés par des fragments de tuiles et un lit de bauge (sable fin et limons) plaqué à l’intérieur du bâtiment. La surface irrégulière de ces perrons était égalisée par un solin fait de cailloux liés par de la bauge. Ce solin recevait une sablière assujettie par des poteaux porteurs. Si l’on se réfère à la publication, le « pisé » était tassé entre des potelets maintenus par des branches entrelacées (fig. 1b). La fouille a en effet livré de nombreux fragments d’argile portant à la fois l’empreinte des branches et, pour reprendre les termes de l’auteur, celle des bâtons à l’extrémité arrondie à l’aide desquels la terre crue était engagée en force entre les potelets. Compte tenu du trop faible écartement ménagé entre les potelets (d’après le schéma de la fig. 1b, 0,15 m environ alors que pour circuler entre les banches et tasser la terre, le piseur doit disposer d’une largeur d’au moins 0,40 m), on ne peut parler ici de pisé mais bien de torchis, appellation confortée par la présence de végétaux.

17En matière de murs de torchis, les informations recueillies s’avèrent trop souvent fragmentaires et de valeurs fort inégales. A Levroux, le remplissage d’un fossé large de 1,20 m à 1,50 m, profond de 0,70 m à 0,90 m, comportait des traces de bois et de torchis et un calage de pierres continu sur la couche d’argile qui couvrait le fond. Ce fossé constituait vraisemblablement la fondation d’un mur de terre totalement arasé. Les vestiges observés à Molineuf évoquent ceux d’une cloison assez mince ‒sans doute moins de 0,10 m d’épaisseur‒ faite d’une armature de fines lattes entrelacées, des deux côtés de laquelle on avait plaqué de la terre crue. Des traces de paille brûlée indiquaient un incendie, lequel avait provoqué la chute de pans entiers d’argile. Cette cloison reposait sur un sol d’argile rubéfiée.

18A Dambron, des morceaux de torchis sont signalés dans des fosses et des trous de poteaux, suggérant des dépendances légères et souvent déplacées, au voisinage d’une probable exploitation rurale. Si la présence de sablières est attestée à Gièvres, les deux sites de Hanches et de Villedieu ont donné des éléments beaucoup plus complets, autorisant une restitution graphique. Pour ces deux sites, les murs en clayonnage reposaient sur un soubassement maçonné. A Hanches, l’armature de bois était formée de lattes (larges de 30 à 32 mm, épaisses de 15 à 16), disposées verticalement tous les 10 cm, autour desquelles on entrelaçait des planchettes plus souples (6 à 7 mm d’épaisseur seulement), larges de 24 à 28 mm. De part et d’autre de cette armature était plaquée l’argile mêlée à de la paille et à des morceaux de coquillages. Un fragment montre par exemple une coquille de moule. Ces murs de torchis, dont l’épaisseur ne devait pas excéder une douzaine de centimètres, étaient beaucoup moins épais que le soubassement maçonné (trois à quatre fois). Si la face extérieure était grossièrement lissée, la face interne était striée de chevrons d’accrochage (fig. le) d’un enduit dont quelques traces subsistaient au fond d’un petit nombre de rainures.

19Une technique analogue avait été mise en œuvre à Villedieu. Les deux sous-sols maçonnés –la cave 1 montée en opus spicatum, la cave 2 en petit appareil à joints soulignés au fer– offraient des superstructures en torchis. L’étude attentive de la stratigraphie du sous-sol 1 permet de restituer partiellement l’agencement des parties supérieures aujourd’hui arasées. La pièce située au-dessus de la cave s’est en effet effondrée dans celle-ci à la suite d’un incendie au milieu du IIe s. C’est ainsi que sur les neuf couches identifiées dans cette coupe, la couche 5 représente le plancher calciné de la pièce supérieure. La couche 4 A constitue la toiture effondrée. Quant à la couche 4 B, c’est une accumulation d’argile cuite de couleur orangée, dont les fragments portent l’empreinte de pièces de bois. Les murs étaient donc faits d’une armature verticale dont les vides étaient comblés par de la terre crue. Cette armature, dont les pièces maîtresses étaient les poteaux corniers (fig. 2), prenait appui sur une sablière et les constructeurs avaient pris soin d’aplanir et de lisser la partie supérieure des murs pour faciliter la pose de cette dernière. Les lattes de l’armature présentaient une épaisseur voisine de celles de Hanches : 10 à 15 mm.

20L’essai de restitution des différentes phases de la construction de ces bâtiments (rez-de-chaussée en torchis sur sous-sol maçonné) peut être ainsi proposé (fig. 3, p. 97) :

211. creusement d’une fosse rectangulaire destinée à devenir le sous-sol ;

222. implantation des poteaux corniers ;

233. réalisation du soubassement maçonné englobant les poteaux corniers ;

244. installation de la sablière, du plancher, de l’entrait et des arbalétriers ;

255. implantation de l’armature verticale avec treillage de lattes puis placage de torchis.

3. Essai de restitution des différentes phases de la construction de la cave 1 de Villedieu.
● 4, Eléments de datation pour les sites ruraux à architecture de terre et de bois en région Centre.

26Sur les huit sites répertoriés, six ont fourni des indications chronologiques résumées dans le tableau de la figure 4, page 97. Ces datations attestent l’emploi de l’architecture de terre et de bois depuis la période gallo-romaine précoce jusqu’à la fin du IIe s. La faiblesse de notre échantillonnage interdit bien évidemment d’aller plus avant dans l’étude d’éventuels rapports entre les techniques observées et la chronologie...

■ Pourquoi une architecture de terre et de bois ?

27Notre propos n’est pas d’apporter une réponse pour la région considérée, mais de passer en revue les différentes explications généralement avancées et d’apprécier dans quelle mesure elles paraissent fondées pour les sites répertoriés. Trois types principaux d’explications peuvent être formulés : le rôle de l’environnement géologique ; l’héritage historique et traditionnel ; les motifs socio-économiques.

■ Le rôle de l’environnement géologique

28La présence d’argile sur les lieux mêmes ou aux abords immédiats du site est bien entendu déterminante, encore faut-il préciser qu’un transport de quelques kilomètres n’est pas exceptionnel. A Cravant, l’argile disponible près de l’habitation était dédaignée au profit des argiles provenant de la décalcification du Turonien moyen. Ces dernières, extraites à une distance minimale de 4 à 6 kilomètres, fournissaient en effet un matériau plus sableux et plus sain.

29Une question surgit dès lors qu’on examine l’influence de ce facteur. L’architecture de terre constituait-elle une architecture de substitution en cas de carence en autres matériaux de construction ?

  • 2 L’étude des ressources disponibles autour des sites de Molineuf, Gièvres, Dambron et Hanches, a été (...)

30Le seul cas de carence en matériaux rocheux est à signaler à Gièvres. Seules les argiles de la formation dite « sables et argiles de la Sologne » et les argiles des alluvions du Cher étaient disponibles. Pour Gièvres donc, on pourrait avancer l’hypothèse d’une architecture de substitution. Mais pour les autres sites, l’explication s’effondre. A Hanches, si l’argile ne manque pas (argile à silex, argile à meulière du Tertiaire et argile des limons), les matériaux rocheux abondent : silex, meulière et calcaire. Même cas à Dambron avec la présence du calcaire de Beauce, à Molineuf avec le silex, la craie et même le calcaire de Beauce. A Villedieu, on pourrait arguer que le calcaire jurassique sublithographique contient une assez forte fraction argileuse et de ce fait, est poreux et gélif, mais, précisément, les constructeurs l’ont utilisé pour édifier le soubassement, montant les plaquettes calcaires délitées en opus spicatum. Quant à l’argile des murs, elle était prélevée dans les alluvions récentes de l’Indre, aux abords immédiats. Les constructeurs ont donc utilisé de la façon la plus efficace les ressources locales2.

■ L’héritage historique et traditionnel

  • 3 Deux argiles servaient à monter les fours dont les voûtes étaient armées de bois.

31Héritière d’une longue tradition gauloise, cette architecture pourrait constituer la survivance d’un savoir-faire indigène en milieu romanisé. Il est bien difficile de manier une telle hypothèse en l’absence de preuves archéologiques irréfutables. On peut seulement se borner à constater qu’à Villedieu, des fours de potiers de La Tène finale ont été découverts à une vingtaine de mètres des deux sous-sols gallo-romains. Cet atelier de potiers utilisait toutes les argiles disponibles dans un rayon de deux kilomètres, ce qui dénote une excellente maîtrise de l’environnement géologique local et donc l’éventualité d’un savoir-faire lentement élaboré en matière de construction en terre et bois3.

32Même cas dans la région de Levroux et à Dambron où des vestiges de La Tène ont été retrouvés sur place, attestant une continuité dans l’occupation des sols favorable à la continuité et à la conservation des techniques anciennes.

■ Les motifs socio-économiques

33Il est bien connu que, dans la littérature archéologique, des termes comme « humbles » ou « misérables » demeures aux murs de torchis reviennent fréquemment. Or, la richesse du matériel découvert notamment dans les habitats de terre et de bois de Villedieu, Cravant et Hanches, atteste une situation relativement aisée des occupants, autorisant le recours à la construction en dur. L’emploi de la terre a donc constitué pour eux un choix délibéré au Ier et au IIe s., à une époque où l’architecture de pierre était largement répandue dans le Centre de la Gaule.

34En conclusion de ce rapide survol, dans une région où l’étude de l’architecture domestique de terre et de bois ne fait que débuter, une évidence s’impose : la sous-estimation de ce mode de construction en milieu rural.

35Un indice pourrait confirmer cette sous-évaluation. La détection aérienne, assurée en Berry par J. Holmgren, a repéré de très nombreuses exploitations rurales. Leurs bâtiments en dur s’inscrivent parfois dans de vastes ensembles quadrangulaires en fossés (par exemple dans le Cher au lieu-dit le Champ de Vedoux à Chavannes). Or dans certains secteurs vides de constructions en dur, n’apparaissent qu’un grand nombre d’ensembles quadrangulaires en fossés. Enclos semblables aux précédents et à l’intérieur desquels les prospections de surface livrent un matériel gallo-romain identique à celui recueilli près des bâtiments en dur.

36Les bâtiments inscrits dans ces fossés ne seraient-ils pas en matériaux légers ? Certes il peut s’agir de problèmes liés à la nature du sous-sol, mais l’hypothèse mérite vérification. Et c’est à cette tâche que les chercheurs de la région Centre pourront se consacrer dans les prochaines années...

Le milieu urbain : chartres (D. J.)

  • 4 Sites Saint-Pierre-Lentin et Sainte-Catherine : information orale M.-F. Gleizes. D.R.A.H. du Centre

37Le développement des fouilles et observations, qui s’est manifesté durant ces dernières années en région Centre, a apporté quelques témoignages de l’utilisation de la terre dans la construction en milieu urbain. Quelques exemples sont connus à Tours (Galinié, 1981), Orléans4 et Chartres (G.R.A.U.).

  • 5 La recherche à Chartres est menée collectivement dans le cadre du Groupe de Recherche en Archéologi (...)

38Compte tenu de l’insuffisance de la documentation accessible, seuls les cas rencontrés à Chartres seront décrits dans le détail. Ces témoins, relativement nombreux, sont issus de neuf secteurs différents (fig. 5, p. 99) mais ont été collectés dans des conditions d’observation variables, allant du sauvetage urgent opéré en quelques heures, à la fouille en aire ouverte durant plusieurs mois5.

5. Chartres. Localisation des sites ayant livré des témoins d’architecture de terre. 27. Place des Halles. 28. Rue aux Ormes. 42. Rue des Grandes-Filles-Dieu. 55. Impasse Barbou. 58. Rue Gabriel-Lelong. 60. Rue Saint-Eman. 63. Rue du Moulin-à-Tan. 68. Place Pasteur. 69. Terrain Socam.
● 6. Chartres : a. Place des Halles (site 27) ‒ Restitution partielle d’un mur à la base maçonnée et élévation en pan de bois hourdé de terre : 1. fondation en tranchée. 2. base maçonnée ou solin. 3. sablière. 4. sols d’occupation. 5. couches d’occupation et remblai. 6. hourdis de terre sur clayonnage. 7. enduit de mortier. 8. poteau porteur (supposé ‒ non mis en évidence lors de la fouille). b. Place des Halles ‒ Restitution de la partie porteuse d’un assemblage de bois et de terre carbonisé : il pourrait s’agir d’une partie d’un mur ou d’un plancher. c. Essai de restitution du mode de construction en bois et en terre au IIe s. ap. J.-C. d’après les fouilles de la rue aux Ormes, 1978. On notera les différents éléments constitutifs de cette architecture : sablière, poutres verticales porteuses, enduit supportant la peinture (médaillon restitué, cf. photo p. 128).

39Le traitement des ensembles documentaires auxquels ils se rapportent est assuré à des degrés divers selon les sites. En conséquence, les datations proposées ont un caractère provisoire et sont susceptibles d’être modifiées et précisées, en particulier par le développement des études céramologiques actuellement en cours.

40Dans la majeure partie des cas, ces éléments d’architecture en terre sont situés dans un contexte d’incendie d’une partie ou de la totalité de l’édifice auquel ils se rapportent. Etant donné la difficulté d’identification des techniques employées, les conditions souvent rapides d’exécution des fouilles et l’exiguïté des surfaces concernées, les données ci-dessous sont uniquement indicatives et l’augmentation de la documentation reste indispensable.

41Les termes techniques employés, clayonnage ou torchis, pisé, adobe, pan de bois, etc., correspondent aux définitions rappelées par A. Desbat dans son article sur Lyon (Desbat, 1981).

■ Les données d’observation

■ Les matériaux

42Tous les éléments d’architecture en terre sont composés d’un sédiment se rapprochant, par l’aspect, du limon des Plateaux, présent sur tout le territoire de Chartres, auquel ont été adjoints, selon les cas, des végétaux (paille, herbe), des graviers et du sable. Cependant, aucune analyse granulométrique ou étude de pâte n’a encore été effectuée.

■ L’architecture de terre non différenciée

43Sur plusieurs sites ont été rencontrés certains témoins d’architecture en terre que la nature de l’intervention ou les conditions de conservation n’ont pas permis d’attribuer à une technique particulière. Dans plusieurs cas l’étude de la documentation recueillie permettra peut-être d’apporter des précisions supplémentaires (Impasse Barbou, rue du Moulin-à-Tan, rue des Grandes-Filles-Dieu). Dans d’autres secteurs, seules des fouilles complémentaires permettront de faire progresser la compréhension de ces structures (terrains Socam, rue Saint-Eman, rue du Moulin-à-Tan, rue des Grandes-Filles-Dieu).

■ L’adobe ou brique crue

44Cette technique est attestée par quelques briques de terre crue, qui ont subi une cuisson accidentelle (incendie, par exemple) et dont aucune n’a été découverte en place. Rue des Grandes-Filles-Dieu (site 42), quelques briques faisaient partie du comblement d’une cave liée à un habitat, peut-être daté du IIe s. Place Pasteur (site 68), quelques fragments pourraient être des adobes, et entrer dans la composition d’un mur à pan de bois, mais cette hypothèse doit être tempérée du fait du petit nombre des témoins et de l’absence de brique complète.

■ Le torchis ou clayonnage

45Cette technique, identifiée avec le plus de certitude à Chartres, se rencontre principalement dans le cadre d’une architecture associant des soubassements maçonnés et des élévations en terre et en bois.

46Place des Halles (site 27, G.R.A.U. 1978-81)

47Deux séries de témoins, chronologiquement distincts, attestent l’emploi du torchis, mais la documentation est trop partielle pour autoriser une restitution précise de la technique de construction adoptée.

48Les vestiges les mieux connus se rapportent à plusieurs bâtiments, vraisemblablement des habitats, construits durant la deuxième moitié du Ier s. et encore en usage au IIe s. Un arasement quasi systématique de leurs niveaux de destruction a rendu difficile l’observation des élévations, sans toutefois affecter les fondations.

  • 6 Dans la partie inférieure de la fondation de l’un de ces murs a été rencontré un vase entier, couve (...)

49Dans la plupart des cas, cette fondation est composée d’un blocage de silex irrégulièrement liés par un mortier sableux, d’une profondeur variant entre 0,60 m et 0,80 m6. Une partie de cette construction en pierre émerge du sol et constitue la base maçonnée (ou solin) des élévations en bois et en terre. Elle présente fréquemment une surface d’arrêt sur laquelle le mortier est lissé, comme en témoignent des empreintes de chaussures et de doigts relevées sur l’un des murs.

50L’élévation peut être partiellement restituée, à partir de quelques rares éléments en place, présents sur quelques centimètres de haut au sommet des solins. Très souvent, une sablière (poutre ou forte planche, d’environ 20 cm de large) repose au sommet du mur maçonné, noyée dans un limon sableux, laissant supposer l’existence de poteaux verticaux ayant une fonction porteuse (fig. 6a). L’insuffisance quantitative des observations et le mauvais état de conservation de ces parties ne nous permettent pas de formuler une hypothèse beaucoup plus précise sur la technique employée. Cependant, un mortier de chaux et de sable, enduit sur les parties conservées, confirme la mise en œuvre simultanée de la terre et du bois.

51Il est donc vraisemblable de supposer que ces élévations étaient constituées de pans de bois hourdés de matériaux de terre, clayonnage sur branchages ou sur baguettes de bois.

52Une structure isolée, sans relation fonctionnelle avec une base maçonnée, présente une association d’éléments en bois et en terre mieux conservés que les précédents. Il s’agit d’une partie d’un assemblage de bois, noyé dans un limon sableux, carbonisé et effondré sur le dernier sol d’un des bâtiments (fig. 6b). Des poutres rainurées longitudinalement (section approximative 20 x 25 cm), espacées de 40 à 60 cm, constituent l’armature principale entre lesquelles sont glissées des planches (section environ 2 x 25 cm). La rainure sur les poutres ne se situe pas dans le plan médian de celles-ci, mais dans le tiers inférieur. Les dimensions de cet ensemble, en prenant en compte la terre, atteignent 45 cm d’épaisseur, et un encombrement minimum de 1,50 x 1,80 m.

53L’examen du limon n’a pas permis d’établir une mise en œuvre sur clayonnage, mais plutôt un apport direct au contact des poutres et des planches qui conviendraient mal à une construction verticale. Il semble donc, sans que cette conclusion puisse être formellement retenue, que cet assemblage puisse être une partie du plancher du premier étage.

54Un deuxième cas, beaucoup moins bien documenté, a été rencontré sur le même site (27). Il s’agit d’une construction datée des alentours du début de notre ère, dont la nature est difficile à préciser. Elle se présente sous la forme de quelques tranchées étroites (30 cm de large environ) et peu profondes (20 à 40 cm) marquées par de fréquents trous de poteaux et trous de piquets. Compte tenu de la destruction totale des éléments en bois et de l’absence de témoins d’incendie qui auraient pu favoriser la conservation des parties en terre, l’interprétation de ces structures se résume à des tranchées de calage d’armatures en bois, sans qu’il soit possible de conclure à un bâtiment ou à de simples palissades.

55Place Pasteur (site 68. G.R.A.U. 1983)

56Dans le courant du Ier s., un bâtiment du même type que ceux des Ier et IIe s. de la Place des Halles a présenté des bases maçonnées en silex et mortier sableux (largeur environ 35 cm) et des éléments de parois en terre.

57A la différence de la place des Halles où a pu être analysé le contact entre la fondation et l’élévation, les travaux de construction avaient procédé, place Pasteur, à un arasement systématique des murs gallo-romains avant l’intervention de sauvetage, interdisant ainsi la mise en relation directe des bases maçonnées et des élévations en terre.

58Cependant, un incendie ayant affecté le bâtiment, une accumulation assez importante de matériaux de destruction s’est produite en deux emplacements distincts, dont l’un, une petite cave, a pu être fouillé rapidement. L’examen des fragments de parois en terre composant la majeure partie du comblement de cette cave, permet d’attester l’emploi du clayonnage, soit avec branchages, soit avec baguettes de bois, l’application de couches de terre successives au cours de la construction d’un même mur, l’enduisage avec un mortier de terre ou un mortier de chaux et de sable, et enfin, la décoration murale sur enduit de chaux comportant trois couches de préparation ou directement sur enduit de terre (badigeon).

59L’altération par le feu des murs en mortier de la cave, au contact des matériaux en terre effondrés, nous autorise à considérer comme une certitude la mise en œuvre simultanée du pan de bois et des bases maçonnées dans la construction de l’édifice.

60Rue Gabriel-Lelong (site 58).

61Un type de construction peu fréquent à Chartres, daté du début du Ier s., a été observé très partiellement lors d’une surveillance de terrassements.

62Il s’agit d’une structure semi-enterrée dans le terrain naturel sur une profondeur d’environ 0,80 m par rapport au sol de l’époque, de plan non restituable, et ayant livré des restes carbonisés de parois en bois et en terre. Un poteau d’angle, lié à des planches disposées de chant, a été repéré, au sein d’un remplissage de limon.

63L’ensemble rappelle les traditionnels « fonds de cabanes » à propos desquels subsistent encore de nombreuses incertitudes (Chapelot 1980, par exemple). On peut simplement signaler que celui du site 58 présente, comme il est fréquent, des poteaux implantés dans le fond de la fosse soutenant des parois qui s’élèvent à partir de la base accessible de ces poteaux.

64Rue aux Ormes (site 28. G.R.A.U. 1978).

65A la fin du IIe s. (Odiot et Poupet 1979), la technique du clayonnage sur baguettes de bois a également été employée, mais l’assise des murs est sensiblement différente puisqu’il n’existe pas de fondation excavée continue. Sur des blocs de pierre approximativement parallélépipédiques (0,40 m x 0,60 m environ et 0,30 à 0,40 m d’épaisseur), enterrés sur environ la moitié de leur épaisseur et espacés d’environ 2 m, reposent des pièces de bois, vraisemblablement des poutres (largeur environ 20 cm), soutenant l’élévation du mur. Cette élévation est en terre (largeur 20 à 25 cm), sur un clayonnage de baguettes de bois taillées, vraisemblablement soutenue par des poteaux verticaux, sans qu’aucun élément n’ait permis de les mettre en évidence lors de la fouillle (fig. 6c).

  • 7 Les travaux de restauration ont été assurés par le laboratoire des Peintures murales du C.N.R.S., e (...)
  • 8 On peut également signaler la présence d’un vase de fondation, inclus dans l’élévation en clayonnag (...)

66Sur l’un des murs, recouvert de trois couches successives de mortier de chaux, était conservée, sur une longueur d’environ 1 m, une peinture murale, dont une partie de la plinthe, découverte en place, a été reconstituée. L’étude des fragments de peinture accumulés au pied de ce mur et provenant de la démolition de la partie haute a permis, en outre, la reconstitution d’une tête de divinité dans un médaillon7. Le prolongement du même mur était recouvert d’un simple enduit de sable et de chaux8.

■ Le pisé

67Extrêmement difficile à identifier lorsque les éléments ne sont pas très bien conservés, cette technique paraît ne pas avoir été rencontrée à Chartres.

■ Commentaires

■ Techniques

68Les exemples des sites 27 et 28 montrent l’usage du pan de bois hourdé exclusivement de clayonnage, soit avec des branchages, soit avec des baguettes taillées. Les éléments rencontrés sur le site 68 peuvent également rentrer dans cette catégorie bien qu’un doute subsiste sur l’emploi de la brique crue.

69L’adobe est attesté sur le site 42 sans que l’on puisse savoir si cette technique est associée au pan de bois ou employée seule. Quant aux autres cas, ils sont trop peu documentés pour que des conclusions techniques précises puissent être émises.

70En fait, les techniques rencontrées à Chartres ne présentent jamais une conjonction suffisante d’indices pour attester pleinement, et dans le détail, d’une technique particulière. Place des Halles (27), le schéma de restitution proposé est incomplet en ce qui concerne l’élévation. Rue aux Ormes (28), la structure porteuse en bois n’a pas été mise en évidence. Place Pasteur (68) et rue des Grandes-Filles-Dieu (42) aucun des éléments en terre n’était en place.

■ Chronologie

71Chronologiquement, l’usage des différentes techniques ne peut donner lieu à aucune conclusion particulière ; le pan de bois avec clayonnage se rencontre du milieu, voire du début du Ier s. à la fin du IIe, et l’adobe, mal connu, peut être employé au Ier et au IIe s. Aucun élément n’est connu sur les techniques indigènes précédentes ou sur celles des périodes ultérieures.

■ Espace urbain

72Il apparaît actuellement prématuré de tenter de formuler une hypothèse concernant l’emploi de l’architecture en terre et sa répartition dans l’espace urbain (fig. 5). Les sites de la place des Halles (27), de la rue aux Ormes (28), de la place Pasteur (68) et de la rue Gabriel-Lelong (58) appartiennent à la partie sud du plateau, sur la rive gauche de l’Eure, caractérisée par une densité relativement élevée des constructions, probablement des habitats, datant du Haut Empire.

73Les sites de l’impasse Barbou (55) et de la rue Saint-Eman (60) se situent sur le flanc du coteau, rive gauche, dans des secteurs ayant subi des aménagements en terrasses dès la période gallo-romaine, et où l’on a observé d’importantes constructions en pierre : ces secteurs sont susceptibles d’avoir été les témoins d’une occupation de plus longue durée, au Bas Empire, voire au Haut Moyen Age.

74Les sites de la rue des Grandes-Filles-Dieu (42), du terrain Socam (69) et de la rue du Moulin-à-Tan (63) sur la rive droite de l’Eure, en fond de vallée et sur le coteau, révèlent des témoins d’une urbanisation encore insuffisamment connue, dont les principaux éléments sont un système de voirie relativement développé, des témoins d’activités artisanales (poterie) et d’habitats avec hypocaustes, et peut-être des bâtiments publics.

■ Quelques questions

75Il apparaît intéressant, en dehors d’une simple constatation de la présence et de la chronologie d’une technique ou d’une autre, de rechercher si ces indications favorisent une meilleure compréhension de la nature et de la destination des bâtiments, en ce qui concerne en particulier la configuration des élévations (étages et charpentes) et l’organisation des espaces intérieurs.

76L’identification d’une technique particulière permettrait-elle d’attester, par exemple, l’existence d’un étage, et ainsi contribuer à interpréter la fonction d’un édifice ? On connaît à Lyon (Desbat 1981 : 59) au moins un exemple de bâtiment à murs de terre ayant comporté un étage. A Chartres, les hypothèses permettant de supposer la présence d’un étage prennent leur origine en partie dans le plan des constructions (G.R.A.U., 1981, 1983).

77En effet, les bâtiments étudiés place des Halles (27) et place Pasteur (68) révèlent des pièces étroites (1,20 m x 5,40m, place des Halles ; 1 m x 5m, place Pasteur). Cette distribution s’interprète traditionnellement comme des cages d’escalier menant à l’étage supérieur. Mais la technologie des murs et leur largeur (45 cm, site 27 ; 35 cm, site 68) autoriseraient-elles de semblables élévations, ou s’agissait-il de cloisons non porteuses ? On sait que la résistance d’un mur de terre et de bois peut être équivalente à celle d’un mur de pierre, mais jusqu’à quelles limites ?

78La largeur du mur observé à Lyon et évoqué plus haut est de 40 cm. Il semblerait donc que les murs de la place des Halles et de la place Pasteur aient pu supporter un étage, mais cette supposition réclame cependant d’autres exemples mieux documentés.

79Inversement, l’existence de murs en terre, que leur technique permettrait d’identifier comme des simples cloisons, autoriserait d’autres conclusions.

80Le milieu urbain apparaît donc, en région Centre, comme un terrain favorable au développement des recherches sur l’architecture de terre. Cependant, compte tenu de la spécificité de la documentation, en particulier un état de conservation extrêmement aléatoire du fait de la multiplication des perturbations, les conditions d’observation sont très souvent insuffisantes. La faible dimension des surfaces fouillées ne permet que très rarement l’identification des principaux caractères des structures en terre, emplacement et rythmes des éléments verticaux, aménagements des angles, portes et seuils, etc.

81Le recours à des comparaisons technologiques actuelles, en particulier l’examen des conditions de résistance des matériaux, paraît en revanche susceptible d’apporter aux problèmes d’interprétation de la fonction des constructions une aide non négligeable.

Bibliographie

Bibliographie

■ Le milieu rural

Adam 1979. ADAM (R.). — Les Fouilles de la Theurace à Levroux (Indre) : premiers résultats. Revue archéologique du Centre, 1979, 69-70, pp. 3-11.

Beaumont 1883. BEAUMONT (C. de). — La Villa gallo-romaine de Châtigny. Bulletin monumental, 1883, pp. 73- 76.

Couderc 1982. COUDERC (J.-M.). — Recherches archéologiques dans la région de Cravant : rapport préliminaire sur la fouille d’un habitat indigène des Ier et IIe s. ap. J.-C. Bulletin de la société archéologique de Touraine, 1982, XL, pp. 115-131.

Coulon 1981. COULON (G.). — Les Deux caves gallo-romaines de Villedieu (Indre) : analyse d’un mode de construction et essai de restitution des parties arasées. In : Actes du colloque de Châteauroux, Bouges-le-Château et Levroux. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1981, pp. 231-234.

Coulon 1982. COULON (G.). — Présentation de deux caves gallo-romaines à Villedieu (Indre). Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 1982, 69, pp. 5-13.

Ferdière 1972. FERDIÈRE (A.). — Recherches sur l’habitat rural gallo-romain en Beauce : autour de la fouille de Dambron. Paris, 1972 (thèse inédite, U.E.R. d’Art et d’Archéologie de Paris IV).

Souty 1977. SOUTY (M.). — Hanches, février 1976. Bulletin de la Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1977, 79, pp. 1 -45.

■ Le milieu urbain

Chapelot 1980. CHAPELOT (J.). — Le Fond de cabane dans l’habitat rural ouest-européen : état des questions. Archéologie médiévale, X, 1980, pp. 5-57.

Craterre 1979. DOAT (P.), HAYS (A.), HOUBEN (H.), MATUK (S.), VITOUX (F.). — Construction en terre. Alternatives et parallèles, 1979, 265 p. (An architecture).

Desbat 1981. DESBAT (A.). — L’Architecture de terre à Lyon à l’époque romaine. In : sous la dir. de Stephen Walker, Récentes recherches en archéologie gallo-romaine et paléo-chrétienne sur Lyon et sa région. B.A.R. international series, 108, 1981, pp. 55-81.

Galinié 1981. GALINIÉ (H.) ... [et al.]. — Fouilles archéologiques à Tours 1981 : rapport préliminaire. Bulletin de la Société archéologique de Touraine, XXXIX, 1981, pp. 1041- 1084.

G.R.A.U. — Chartres. Programme d’archéologie urbaine. Rapports 1978, 1979, 1980, 1981, 1982, 1983.

Odiot 1979. ODIOT (T.), POUPET (P.). — Analyse des rapports entre centres de production et lieux d’utilisation : recherches sur l’approvisionnement en céramique domestique d’un habitat du IIe s. à Chartres (Eure-et-Loir). Figlina, 4, 1979, pp. 61-68.

Notes

1 et (2) – Recueil des circulaires, tableaux, instructions et documents divers réunis par les soins de la Commission à l’usage des Inspecteurs-Correspondants, des maires et des curés du département. Châteauroux, 1844.

2 L’étude des ressources disponibles autour des sites de Molineuf, Gièvres, Dambron et Hanches, a été effectué par Jean-Marie Lorain, ingénieur géologue au Laboratoire régional des ponts et chaussées de Blois. Nous l’en remercions vivement.

3 Deux argiles servaient à monter les fours dont les voûtes étaient armées de bois.

4 Sites Saint-Pierre-Lentin et Sainte-Catherine : information orale M.-F. Gleizes. D.R.A.H. du Centre.

5 La recherche à Chartres est menée collectivement dans le cadre du Groupe de Recherche en Archéologie Urbaine, composé d’archéologues de la Ville de Chartres (Dominique Joly), du Ministère de la Culture (François Robatel) et de l’Association pour le Développement de l’Archéologie Urbaine à Chartres (Alain Chartrain, Philippe Brunet, Valérie De Hoog, Elisabeth Pigeau), 12, rue du Cardinal-Pie, 28000 Chartres.

6 Dans la partie inférieure de la fondation de l’un de ces murs a été rencontré un vase entier, couvert d’un fragment de tuile taillé.

7 Les travaux de restauration ont été assurés par le laboratoire des Peintures murales du C.N.R.S., en particulier par Claudine Allag et Anne Le Bot-Helly. Une carte postale en couleurs représentant la tête de divinité a été éditée en 1983. Elle est en vente auprès du G.R.A.U., à l’adresse ci-dessus.

8 On peut également signaler la présence d’un vase de fondation, inclus dans l’élévation en clayonnage recouverte d’une peinture.

Table des illustrations

Légende 1. a. Sites ruraux de la région Centre à architecture de terre et de bois.  b. Cravant, essai de reconstitution (dessin de J.-M. Couderc) - c. Hanches, essai de reconstitution des murs. (Dessin M. Souty). ● 2. Villedieu. Logement pour poteau cornier en bois, à l’angle nord-est de la cave 1. (Photo P. Diot).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 3. Essai de restitution des différentes phases de la construction de la cave 1 de Villedieu. ● 4, Eléments de datation pour les sites ruraux à architecture de terre et de bois en région Centre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende 5. Chartres. Localisation des sites ayant livré des témoins d’architecture de terre. 27. Place des Halles. 28. Rue aux Ormes. 42. Rue des Grandes-Filles-Dieu. 55. Impasse Barbou. 58. Rue Gabriel-Lelong. 60. Rue Saint-Eman. 63. Rue du Moulin-à-Tan. 68. Place Pasteur. 69. Terrain Socam. ● 6. Chartres : a. Place des Halles (site 27) ‒ Restitution partielle d’un mur à la base maçonnée et élévation en pan de bois hourdé de terre : 1. fondation en tranchée. 2. base maçonnée ou solin. 3. sablière. 4. sols d’occupation. 5. couches d’occupation et remblai. 6. hourdis de terre sur clayonnage. 7. enduit de mortier. 8. poteau porteur (supposé ‒ non mis en évidence lors de la fouille). b. Place des Halles ‒ Restitution de la partie porteuse d’un assemblage de bois et de terre carbonisé : il pourrait s’agir d’une partie d’un mur ou d’un plancher. c. Essai de restitution du mode de construction en bois et en terre au IIe s. ap. J.-C. d’après les fouilles de la rue aux Ormes, 1978. On notera les différents éléments constitutifs de cette architecture : sablière, poutres verticales porteuses, enduit supportant la peinture (médaillon restitué, cf. photo p. 128).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search