Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

La Gaule intérieure

La séquanie

Jean-Louis Odouze

Texte intégral

1Nous ne pouvons prétendre à un tableau complet des techniques de construction à l’époque gallo-romaine en Franche-Comté. Parmi ces techniques, l’utilisation du bois et de l’argile est une découverte neuve : les fouilles anciennes n’en parlent pas et des fouilles plus récentes n’en ont, semble-t-il, pas rencontré. C’est donc à partir de quelques constatations que nous essayerons de présenter l’état des recherches en Franche-Comté.

2Tout d’abord, avant d’étudier les différents types, il est bon de préciser quelques points. Quand nous parlons de cloison (ou de mur) en pisé nous n’ignorons pas qu’en deçà de 40 cm d’épaisseur nous avons affaire à une cloison utilisant très certainement le bois comme armature et l’argile comme remplissage du colombage. Il est admis en effet qu’un mur banché entièrement en pisé (porteur ou pas) exige une épaisseur minimum de 40 cm afin que l’ouvrier puisse marcher entre les banches. Cependant le bois ne laisse, la plupart du temps, aucune trace sauf si un incendie (providentiel pour l’archéologue) a « cuit » l’argile. Celle-ci en effet est suffisamment « plastique » pour remplacer le bois au fur et à mesure qu’il disparaît en pourrissant ; d’où l’absence complète de vides, même à la place de la sablière basse. Par contre, la disparition du bois explique l’intrusion de fragments de crépi et de fresque.

3Il n’y a pas, à notre connaissance, en Franche-Comté mention de mur en briques crues. Cela pose donc le problème de l’existence de mur en véritable pisé. Dans le cas d’une forte épaisseur on serait tenté de l’affirmer mais peut-on conclure à l’absence totale de bois ? Notons également l’absence en Franche-Comté, à notre connaissance, de murs en briques cuites.

4Nous étudierons spécialement les murs en terre arbitrairement classés depuis le mur maçonné avec élévation en argile jusqu’à la cloison d’argile sans fondations de pierre, mais nous évoquerons aussi les plans de ces constructions et la nature des matériaux les plus couramment utilisés. Les exemples sont tous choisis sur les trois principaux sites fouillés qui comportent des structures en terre organisées et assez bien conservées lors de leur dégagement (ce qui n’est malheureusement plus le cas, la préservation de ces vestiges ayant été négligée) : le site du Musée de Besançon, les hospitalia de Villards d’Héria, la villa de Marcenay (Panessières).

Les différents types de cloisons

■ Cloisons en terre reposant sur un mur maçonné

5En 1965/66, lors de fouilles effectuées dans un quartier de la ville gallo-romaine à Besançon (actuellement sous le musée, fouilles réalisées à l’occasion des aménagements récents), tout un ensemble de murs en terre et bois fut retrouvé. La très bonne conservation de certaines structures permet de confirmer et de préciser nos connaissances sur ce type de construction gallo-romaine.

6Un mur en moellons de 35 cm de largeur et de 80 cm de hauteur servait de support à une poutre horizontale large de 20 cm, bien conservée sous forme de charbon de bois. Le mur s’arrêtant brusquement, la poutre montre à son extrémité une mortaise parfaitement conservée de 8 cm de long, 4,5 cm de largeur et profonde encore de 5 cm. Cette poutre était calée par deux solins de mortier de 5 cm de hauteur (fig. la, p. 87). A l’autre extrémité de cette sablière vient s’appuyer perpendiculairement une autre poutre horizontale visible par sa trace brûlée. Curieusement, celle-ci ne repose pas sur un mur mais sur quatre morceaux de briques disposés très irrégulièrement ! (ce qui est révélateur de réutilisations du mur porteur de poutre...).

1. Site du Musée de Besançon. a. sablière carbonisée dans laquelle une mortaise reste visible – b. mur avec crépi et solin – c. murets à la base de cloisons en pisé détruites : l’existence de solins ou d’un lit de mortier permet de supposer l’existence d’une partie horizontale (sablière) – d. élément d’un mur en pisé « cuit » par un incendie : l’emplacement des fascines est bien visible ; notez la surface peignée du crépi en argile facilitant l’adhérence du crépi de mortier de chaux (ép. du mur : 23 cm à la base, haut, max. conservée : 18 cm).

7D’autres murs présentent des caractéristiques intéressantes. L’un d’eux, en terre, montrait sur 85 cm de haut l’argile coffrée entre deux couches de crépi et d’enduit de mortier. A sa base, ce mur qui reposait sur un socle maçonné, comportait deux solins de mortier (fig. 1b). Sur d’autres murets ne subsistent qu’un ou deux solins témoignant de la présence d’une sablière disparue (fig. le).

8Un autre mur d’argile, particulièrement bien conservé, parce qu’ayant brûlé, repose directement sur un mur « classique » (moellons liés au mortier). L’argile cuite par l’incendie montre nettement qu’elle est armée par des baguettes verticales de 10 à 15 mm de diamètre environ ; les baguettes de bois ayant brûlé, leur emplacement sous forme de trou se remarque aisément dans la partie médiane du mur. Les baguettes sont disposées en quinconce, assez irrégulièrement et de façon assez lâche. Le maçon a profondément imprimé sur les deux parements, avec un « peigne », des sillons pour faciliter l’accrochage d’un crépi de mortier de 13 mm d’épaisseur devenu gris à cause de l’incendie (fig. Id).

  • 1 Les hospitalia que l’on connaît dans tous les sanctuaires importants sont des édifices destinés à a (...)

9A proximité du sanctuaire de Villards d’Héria, nous avons fouillé un vaste bâtiment, au lieu-dit Champ-des-Tras, dont l’agencement est celui d’une « hôtellerie » pour pèlerins ou hospitalia1. Deux bâtiments sont superposés. Le plus ancien (Champ des Tras I) datant du Ier s. était entièrement construit en bois et en terre. Après l’incendie, cette construction avait été remplacée très vraisemblablement au IIe s., par un très vaste bâtiment (Champ des Tras II) comportant des aménagements en pisé. Les murs extérieurs ne semblent pas avoir été montés en argile (bien qu’ils ne soient connus que sur une hauteur maximum de 1 m au-dessus du sol antique), mais le pisé avait été utilisé pour la construction de cloisons. Ce bâtiment, lui, n’a pas brûlé, aussi il ne reste de ces cloisons en pisé que l’empreinte dans les sols en béton. L’un des murs dégagés est une cloison très épaisse (53 cm). Il ne subsiste aucune trace d’enduit en place (des fragments petits mais nombreux d’enduits peints ont été relevés dans l’argile de la cloison effondrée). Seul un ados d’argile recouvre la tranchée d’implantation. La cloison de pisé s’enfonçait d’environ 13 cm de profondeur au-dessous des niveaux des sols. Elle repose sur une fondation formée de deux rangs de moellons liés au mortier. Il y a donc volonté de lui assurer une surface d’appui résistante. Aucune trace de bois n’indique une poutre ou un clayonnage (fig. 2, a2, p. 88).

● 2. a1 et a2. Cloisons en argile de Villards d’Héria – b1. reste de sablière basse carbonisée posée sur un niveau de pierres simples, Villards d’Héria – b2. sablière basse reposant sur un muret à un seul parement, Villards d’Héria – c. mur M 14, villa de Marcenay : 1. remplissage d’argile, 2. crépi de mortier de chaux avec son enduit peint ; notez les différences de niveau entre les sols a et b et la présence mal expliquée de fragments de tuiles entre l’argile et le crépi.

10La villa de Marcenay comporte au moins trois constructions successives. En-dessous des murs en pierre et des sols bétonnés de la villa confortable du IIe s., nous avons dégagé un bâtiment du Ier s. dont les sols sont partiellement bétonnés et les murs constitués d’argile et décorés de peintures. Cette construction est assez mal conservée car elle n’a pas brûlé ; elle a plus probablement été démolie et les matériaux nivelés pour servir d’assises à la villa postérieure.

11Donnons en exemple un des murs les plus caractéristiques : le mur 14. Il sépare deux pièces dont les sols bétonnés ne sont pas au même niveau (45 cm de dénivellation). Un muret en pierres maçonnées sert de fondation jusqu’au niveau du sol le plus élevé (dans le cas de deux sols au même niveau, le muret de fondation n’est pas visible, fig. 2c). L’argile repose directement sur le dessus du muret ; elle est en quelque sorte coffrée entre deux parois plus rigides : les enduits de mortier qui ont ici une épaisseur de 7 à 8 cm. La face externe de l’enduit est peint. La largeur totale du mur est de 45 cm.

12Du côté du sol a, l’enduit repose sur le parement du muret tandis que du côté du sol b l’enduit ne repose pas sur le sol ; on remarque entre l’enduit et le mur d’assez nombreux fragments de tuile qui ont dû jouer un rôle dans l’accrochage de l’enduit sur le mur. Le sol a s’est fortement affaissé sauf au contact du muret où il garde son niveau d’origine. Dans l’espace créé par ce tassement, entre le mur en pisé et le sol, nous avons trouvé des petits objets (fragments de céramique, d’os, fragments de bronze) qui correspondent à des « balayures ».

■ Murs reposant sur des fondations plus ou moins aménagées

13A Villards d’Héria, certains murs extérieurs sont constitués par des murs en argile s’appuyant sur un soubassement maçonné. Celui-ci est parfois sommaire et peut n’être constitué que par un muret à un seul parement de faible hauteur (deux rangs de moellons) et reposant sur le rocher (fig.2, bl et b2). En d’autres endroits, le rocher étant plus profond, il a été construit un véritable mur bien appareillé. L’incendie a permis de constater :

14- l’existence sur des fragments d’argile cuite d’empreintes de baguettes ayant armé le mur (fig. 3) ;
- sur les murs qui montraient les traces d’un fort incendie, des fragments de poutres horizontales carbonisées (fig. 2, b1 et b2).

3. Traces de baguettes de clayonnage et emplacements de montants en bois, Villards d’Héria.

15L’existence d’une empreinte dans l’intérieur d’un mur en pisé prouve que des montants en bois formaient l’armature de ces murs et de ces cloisons (colombages).

■ Cloisons sans fondations

16Elles ont été observées particulièrement dans le bâtiment le plus ancien de Villards d’Héria (fig. 2, a1). Les nombreuses cloisons intérieures qui organisaient cette construction aux sols bétonnés ne se révélaient que par l’amorce d’un remplissage de pisé entre deux plaques d’un enduit peint. Elles ne comportaient pas de fondations.

17L’une de ces cloisons, conservée sur 30 cm de haut, comportait encore non seulement les enduits de mortier qui ont assuré sa conservation, mais surtout les empreintes de baguettes verticales (les unes de section circulaire, les autres carrées) et l’empreinte de la base d’une poutre de section rectangulaire (13 x 11 cm).

18Une autre cloison plus mince (25 cm d’épaisseur), qui ne présente aucune trace d’élévation sous forme d’enduits ou de pisé, est repérée seulement car le sol en béton, d’ailleurs différent dans sa constitution de part et d’autre de la cloison, s’interrompt brusquement. Comme la cloison précédente, celle-ci est coffrée, probablement contre le sol en béton construit préalablement (les limites des sols en béton présentent alors toujours une surface lisse et rectiligne). Les fondations se limitent ici aux simples cailloux de blocage du sol en béton. On peut noter la présence dans l’argile de fragments d’enduit non peint, glissés ou en place à la base de la cloison.

19En deux points de la fouille ont été trouvées des pièces de bois appartenant très certainement à un colombage qui s’est écroulé de toute sa hauteur. De très nombreux clous, petits et gros, ont été retrouvés avec ces pièces de bois carbonisées.

■ Autres techniques de construction utilisant le bois

  • 2 D’après l’article du journal Les Dépêches du 12.10.1970, seule source écrite que nous ayons sur ces (...)
  • 3 Il s’agit probablement d’une maçonnerie de tuileaux, qui est préférable à l’utilisation du bois sel (...)

20A Condes (Jura)2, en 1970, dans les restes d’un habitat gallo-romain détruit pour construire une maison, il fut remarqué que des murs ou cloisons étaient constitués de grosses poutres verticales, espacées d’environ 50 cm, entre lesquelles était construit un massif de maçonnerie extrêmement solide fait de pierres plates et de tuiles superposées liées à la chaux3. Le mur ainsi constitué avait été enduit d’une couche d’argile de 2 cm d’épaisseur recouvrant bois et maçonnerie puis d’un deuxième enduit, peint en rouge sur une des faces et en blanc sur l’autre.

Les matériaux

■ Cloisons

21A la villa de Marcenay, l’argile qui constitue les murs en pisé est l’argile compacte que l’on trouve un peu partout dans le sous-sol de la villa (à 1 m de profondeur). Elle est utilisée sans mélange visible, elle-même étant très pure (à l’exclusion de quelques silex, signes d’un habitat plus ancien sur ces niveaux inférieurs). L’enduit épais est constitué d’un mortier de sable recouvert d’un enduit plus fin, peint. Les sols sont constitués par un béton à base de petits galets noyés dans un mortier de chaux, le tout posé sur un solide hérisson.

22Sur le site du musée de Besançon, les murs et les cloisons sont constitués par de l’argile dans laquelle on remarque de nombreux graviers et de petits galets noirs d’un diamètre allant jusqu’à 2 cm. On a utilisé un matériau de qualité assez médiocre mais qui a l’avantage d’être sur place et abondant (alluvions du Doubs).

23A Villards d’Héria, l’argile utilisée est-elle celle, abondante, qui tapisse les dolines et le calcaire de cette région ? Cela demande à être confirmé. Notons que cette argile contient des graviers de 1 cm de diamètre.

■ Couvertures

  • 4 Bien que peu probable, l’hypothèse d’une récupération totale ne doit pas être exclue, les bâtiments (...)
  • 5 DUVAL (P.-M.). - La Vie quotidienne en Gaule (p. 71) ; et plus particulièrement les représentations (...)
  • 6 Livre II, Chapitre I.
  • 7 A Villards d’Héria, on a probablement utilisé des bardeaux de sapin. Cet usage s’est perpétué en mo (...)
  • 8 Le chaume était posé en bottes liées aux lattes, il ne laisse aucune trace, par contre les bardeaux (...)
  • 9 Cependant à Villards d’Héria il faut tenir compte de la neige qui peut être abondante en raison de (...)

24Bien que ce ne soit pas directement l’objet de l’étude, il est intéressant de connaître les matériaux utilisés pour couvrir les bâtiments que nous avons pris en exemple. L’absence quasi-totale de tuiles dans les couches des bâtiments du Ier s. à Marcenay nous a conduit à envisager une couverture en matériau périssable4. A Villards d’Héria, la fouille du Champ des Tras l n’a révélé aucune tuile. Là aussi, il faut penser à un autre matériau : bois ou chaume? P.-M. Duval5 fait remarquer que, d’après des représentations antiques de maisons et de toits, il devait exister des tuiles en bois à l’extrémité arrondie. Cette utilisation de « bardeaux » ou « d’ancelles » pour couvrir les toits est d’ailleurs signalée par Vitruve6 : « (...) en Gaule, en Espagne, au Portugal et en Aquitaine, où les maisons sont couvertes de chaume ou de bardeaux faits de chêne et taillés en manière de tuiles »7. Il est bien difficile de trouver des arguments pour trancher en faveur de l’un ou l’autre mode de couverture8. Remarquons simplement que ces matériaux ne demandaient pas une charpente aussi robuste que la couverture en tuiles9. Il est intéressant de signaler que le bâtiment du « Champ des Tras » (qui date du IIe s.) est, lui, recouvert de dalles de calcaire presque carrées (40 x 42 cm).

Les plans

  • 10 Le bâtiment est approximativement rectangulaire puisque sa longueur varie de 17,50 m à 18 m. Il est (...)

25Deux plans d’édifices sont actuellement connus. A Marcenay, sous la partie fouillée d’une villa du IIe s., ont été repérées deux constructions antérieures (la plus ancienne datant de la première moitié du Ier s. ap. J.-C., la plus récente de la deuxième moitié du Ier s.). Le plan de cette construction de la fin du Ier s. a été levé (fig. 4a). C’est un bâtiment rectangulaire mesurant environ 17,80 m sur 14,40 m10. Il est flanqué d’une galerie à l’est (3 m de large) et au sud (2,80 m). Un couloir grossièrement central de 1,50 m de large distribue trois pièces de part et d’autre (ainsi qu’un réduit). Quatre de ces six pièces ont des sols bétonnés. Le couloir est par contre en argile reposant sur un blocage important. Remarquons, et cela ne peut être le fait d’une simple coïncidence, que la longueur correspond à 60 pieds environ, la largeur à 50 pieds, le couloir mesurant 5 pieds et la galerie 10 pieds environ. Les murs qui reposent sur des fondations en pierres sont constitués d’argile.

4. a. Villa de Marcenay (Pannessières). Plan du bâtiment du Ier s. D’après Gallia, 1970, 2, p. 358 – b. Villards d’Héria, « Champ des Tras ». Plan des hospitalia du Ier s.

26Il est intéressant de comparer le plan de ce bâtiment à celui, également en pisé et datant aussi du Ier s., dégagé à Villards d’Héria (fig. 4b) (Champ des Tras I). Celui-ci (a sur le plan) est rigoureusement carré et mesure 14,75 m de côté (soit 50 pieds). Un couloir de 1,35 m de largeur et de 5,5 m de long semble donner accès à quatre pièces au moins dont les sols sont bétonnés. Un autre bâtiment (b sur le plan) au nord-ouest vient s’appuyer sur a ; nous n’en connaissons pas le plan complet ; ses murs sont également en pisé.

27L’emploi de mesures romaines dès le Ier s. à Marcenay et au Champ des Tras à Villards d’Héria montre l’influence de la romanité dans notre région.

Quelques questions

28A la lumière de ces quelques exemples et d’autres découvertes en Franche-Comté, on peut poser plusieurs problèmes.

  • 11 Dans le sanctuaire de Villards d’Héria, il est utilisé dans les annexes et n’est peut-être absent q (...)

29L’utilisation du bois et de l’argile (quelle que soit la technique) est-elle fréquente à l’époque gallo-romaine ? Depuis que nous les avons mis en évidence en 1965 dans la villa de Marcenay, mieux outillé pour les reconnaître, ils se sont avérés pratiquement présent partout et même dans des sites où on pouvait s’attendre à ne pas les trouver11. Ajoutons même que le fait de dégager un mur maçonné sur une certaine hauteur ne signifie pas que l’on puisse le reconstituer par la pensée en « dur » sur toute sa hauteur. La fouille exécutée en 1966 à Besançon a montré des murs de 80 cm à 1 m de haut surmontés par des cloisons de bois et d’argile. Une visite à Pompéi et à Herculanum illustre bien l’importance et la variété de l’utilisation des colombages (bois + moellons et bois + argile) pour les murs, cloisons, appentis, cages d’escalier, étages, etc. Les cloisons en clayonnage se rencontrent aussi bien dans des constructions secondaires que dans des maisons luxueuses (Maison de Julius Polybus). Les exemples, il est vrai, sont infiniment plus fréquents dans les fouilles récentes ; là comme ailleurs les techniques de fouille et de conservation se perfectionnent, ce n’est que tardivement que l’on a fait toute sa place à ce mode de construction.

30Les murs d’argile sont-ils porteurs ou surtout réservés à des cloisons ? Dans l’état de nos connaissances il faut bien reconnaître que le colombage est le matériau idéal pour les cloisons légères et non porteuses, mais nous le trouvons utilisé de façon formelle en mur extérieur à Villards d’Héria (Champ des Tras I) et peut-être à Marcenay. Remarquons que ces deux édifices sont du Ier s.

  • 12 L’apport de techniques nouvelles, chauffage par hypocauste (sur pilettes ou rayonnants, nombreux en (...)
  • 13 Pour avoir une idée juste de l’état de la Franche-Comté au IIIe s., il suffit de se souvenir de l’é (...)

31Les murs d’argile sont-ils toujours datés du Ier s. ? La rareté de vestiges datés avec certitude des IIIe et IVe s. complique notre tâche. De même, la plus grande fréquence de niveaux du Ier s., seuls épargnés par les destructions régressives (ou protégés par les niveaux plus tardifs), fausse le problème. Cependant il faut noter que le bois et l’argile sont omniprésents au Ier s. Pour le IIe s., on serait tenté de conclure à la volonté des Gallo-Romains de reléguer le pisé dans la construction plus légère, moins durable (ou moins visible ?). Le facteur économique entre peut-être en ligne de compte. En somme, les techniques traditionnelles ne disparaissent pas, elles se spécialisent12 ou s’adaptent. Les profonds bouleversements engendrés par les invasions de la fin du IIe s., prolongés par les périodes troublées du IIIe et du IVe s., vont certainement provoquer la réapparition en force des matériaux abondants, peu onéreux et faciles à mettre en œuvre comme le bois et l’argile13. Il est alors important de constater que la période de construction gallo-romaine avec les matériaux qui ont fait sa réputation (pierre, mortier de chaux et béton) n’a duré au plus que deux siècles !

  • 14 Sauf dans deux régions limitrophes : la Bresse jurassienne et la partie sud-est du Territoire de Be (...)
  • 15 Fouilles de Saint-Germain-en-Montagne et du Mont-Rivel (altitude 800 m).

32L’environnement géologique explique-t-il l’abondance de ces matériaux ? Il est utile de préciser que la Franche-Comté n’est pas une région de construction traditionnelle en terre ou à pan de bois14. Il n’y a donc pas lieu de rechercher une utilisation de matériaux locaux plus abondants que d’autres. Partout la pierre est abondante (sauf en Bresse bien entendu) et l’utilisation du bois et de l’argile (tout aussi abondants il est vrai) doit être expliquée par d’autres raisons. Remarquons que l’utilisation de pans de bois et d’argile dans le Haut-Jura est d’autant plus étonnante qu’elle n’existe plus par la suite. D’autres exemples à assez haute altitude montrent que l’altitude ne joue pas un rôle répulsif15.

  • 16 Villa Saint-Paul-lès-Romans. Cf. Gallia, 1966, 2, pp. 521-522 et 1968, 2, pp. 594-595.

33Enfin, quel est le rapport éventuel entre l’emploi de pisé et la richesse du propriétaire ? Certes nous n’avons pas, pour l’instant, d’exemple d’utilisation de pisé dans des édifices luxueux à l’instar de la villa de Saint-Paul-les-Romans par exemple16. Par contre il est certain que le pisé n’a pas été exclusivement utilisé en Franche-Comté dans les bâtiments secondaires, annexes ou dépendances. Que ce soit à Marcenay ou au Champ des Tras tout dénote des habitations d’un « bon standing » comme nous dirions de nos jours.

Notes

1 Les hospitalia que l’on connaît dans tous les sanctuaires importants sont des édifices destinés à accueillir les pèlerins. A Sanxay (Vienne), parmi les bâtiments situés au sud-est du temple, l’un présente une grande analogie avec les vestiges dégagés au Champ de Tras II : nombreuses petites pièces ouvrant sur une galerie qui elle-même entoure une cour (cf. Le sanctuaire de Sanxay, Gallia, 1944, fig. 1, p. 44). En réalité il y a au Champ des Tras deux constructions superposées : la plus ancienne (Champ des Tras I) est datée du Ier s., la plus récente (Champ des Tras II), du IIe s., a le plan des hospitalia.

2 D’après l’article du journal Les Dépêches du 12.10.1970, seule source écrite que nous ayons sur ces découvertes !

3 Il s’agit probablement d’une maçonnerie de tuileaux, qui est préférable à l’utilisation du bois selon Vitruve (Livre II, chap. VIII).

4 Bien que peu probable, l’hypothèse d’une récupération totale ne doit pas être exclue, les bâtiments n’ayant pas brûlé.

5 DUVAL (P.-M.). - La Vie quotidienne en Gaule (p. 71) ; et plus particulièrement les représentations de toits, d’après le recueil d’Espérandieu (p. 342).

6 Livre II, Chapitre I.

7 A Villards d’Héria, on a probablement utilisé des bardeaux de sapin. Cet usage s’est perpétué en montagne jusqu’au siècle dernier. Et même actuellement dans beaucoup de maisons anciennes couvertes en tôles, celles-ci recouvrent directement des toits en bois.

8 Le chaume était posé en bottes liées aux lattes, il ne laisse aucune trace, par contre les bardeaux devaient être cloués avec des petits clous qui devraient être retrouvés nombreux dans une toiture effondrée ou brûlée.

9 Cependant à Villards d’Héria il faut tenir compte de la neige qui peut être abondante en raison de l’altitude (+ de 700 m).

10 Le bâtiment est approximativement rectangulaire puisque sa longueur varie de 17,50 m à 18 m. Il est vrai que le plan a été reconstitué d’après des « tronçons » de mur plus ou moins importants. Enfin les murs en pisé de par leur structure sont souvent mal conservés, d’où la difficulté de mesures très précises. Néanmoins la marge d’erreur ne dépasse pas 10 cm en plus ou en moins.

11 Dans le sanctuaire de Villards d’Héria, il est utilisé dans les annexes et n’est peut-être absent que dans les bâtiments cultuels de grand apparat.

12 L’apport de techniques nouvelles, chauffage par hypocauste (sur pilettes ou rayonnants, nombreux en Franche-Comté), bains privés, etc., ne permettent pas l’emploi de ces matériaux traditionnels.

13 Pour avoir une idée juste de l’état de la Franche-Comté au IIIe s., il suffit de se souvenir de l’état de délabrement que suggère l’inventaire des trésors monétaires. Cf. LERAT (L.). — Les Trésors de monnaies romaines en Franche-Comté, R.A.E., XIX, 1968, pp. 145-188. L’utilisation plus fréquente, aux IIIe et IVe s., de ces matériaux périssables expliquerait mieux la rareté des constatations concernant ces périodes.

14 Sauf dans deux régions limitrophes : la Bresse jurassienne et la partie sud-est du Territoire de Belfort, prolongement du Sundgau alsacien.

15 Fouilles de Saint-Germain-en-Montagne et du Mont-Rivel (altitude 800 m).

16 Villa Saint-Paul-lès-Romans. Cf. Gallia, 1966, 2, pp. 521-522 et 1968, 2, pp. 594-595.

Table des illustrations

Légende 1. Site du Musée de Besançon. a. sablière carbonisée dans laquelle une mortaise reste visible – b. mur avec crépi et solin – c. murets à la base de cloisons en pisé détruites : l’existence de solins ou d’un lit de mortier permet de supposer l’existence d’une partie horizontale (sablière) – d. élément d’un mur en pisé « cuit » par un incendie : l’emplacement des fascines est bien visible ; notez la surface peignée du crépi en argile facilitant l’adhérence du crépi de mortier de chaux (ép. du mur : 23 cm à la base, haut, max. conservée : 18 cm).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende ● 2. a1 et a2. Cloisons en argile de Villards d’Héria – b1. reste de sablière basse carbonisée posée sur un niveau de pierres simples, Villards d’Héria – b2. sablière basse reposant sur un muret à un seul parement, Villards d’Héria – c. mur M 14, villa de Marcenay : 1. remplissage d’argile, 2. crépi de mortier de chaux avec son enduit peint ; notez les différences de niveau entre les sols a et b et la présence mal expliquée de fragments de tuiles entre l’argile et le crépi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31160/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende 3. Traces de baguettes de clayonnage et emplacements de montants en bois, Villards d’Héria.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31160/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende 4. a. Villa de Marcenay (Pannessières). Plan du bâtiment du Ier s. D’après Gallia, 1970, 2, p. 358 – b. Villards d’Héria, « Champ des Tras ». Plan des hospitalia du Ier s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31160/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search