Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

La Gaule intérieure

La région de Lyon et de Vienne

Armand Desbat

Texte intégral

  • 1 Cette question a d’ailleurs fait l’objet de plusieurs notes ou articles : cf. FRIZOT (M.) ... [et a (...)
  • 2 Par exemple, les fouilles de C. Germain de Montauzan au Verbe Incarné en 1911 ou celles du R.P. Sab (...)

1Depuis une dizaine d’années, les fouilles, réalisées principalement à Lyon, ont livré de nombreux témoins d’architecture de terre et de bois et mis en évidence l’importance de ces matériaux dans l’architecture domestique1. Bien que les fouilles anciennes2 aient révélé quelques exemples de murs de terre, ces découvertes n’avaient fait l’objet que de vagues mentions et ce mode de construction était considéré le plus souvent comme marginal par rapport à la construction en pierre. Il a fallu attendre les fouilles des Hauts-de-Saint-Just à Lyon en 1973 pour que l’importance de ce type de construction commence à être perçue. Par la suite, la découverte de nouveaux témoins bien conservés, rue des Forges en particulier, puis plus récemment au Verbe Incarné et à Vienne (Saint-Romain-en-Gal et Sainte-Colombe) a permis d’étudier de manière plus approfondie les techniques de mise en œuvre et d’entrevoir une évolution dans leur utilisation.

2Parmi les procédés traditionnels de mise en œuvre de la terre dans l’architecture, deux sont actuellement attestés dans la région de Lyon et à Vienne :

3– l’adobe ou briques crues, où la terre assume le rôle porteur ;

4- la technique mixte du pan de bois ou colombage hourdé de terre (torchis ou briques crues) dans laquelle la terre joue le rôle de remplissage (hourdis) de la structure en bois qui constitue la charpente.

L’adobe

  • 3 Cf. DESBAT (A), HELLY (B), TAVERNIER (D). — Lyon retrouve ses origines. Archeologia, 92, 1976, pp.  (...)

5La construction en adobe n’est connue actuellement que sur les sites de la rue des Forges et du Verbe Incarné à Lyon, dans les habitats augustéens. Rue des Forges, plusieurs exemples ont été fournis par la maison augustéenne occupée entre 30 av. J.-C. et 20 ap. J.-C. (fig. 1, p. 76)3. Les murs sont constitués de grandes briques dont le format est à peu près d’un pied et demi de long sur un pied de large (cf. tableau 1, p. 83) et qui incorporent souvent des galets. Tous les murs comportent un soubassement maçonné, formé de galets liés à l’argile ou au mortier (fig. 2, p. 76). Plusieurs de ces murs étaient revêtus de peintures de très belle qualité.

● 1. Plan de la maison augustéenne de la rue des Farges (état 1) : 1. caniveau de bois – B. pièce à décor de candélabre avec représentation d’une muse – a. murs d’adobe – b. cloison à pan de bois – c. terrazzo – d. structures en bois.
● 2. Rue des Farges, reconstitution d’un mur d’adobe de la maison augustéenne : 1. soubassement (solin) en galets – 2. briques crues – 3. enduits de terre – 4. enduit de mortier peint – 5. sol en terre battue.

TABLEAU 1. Murs d’adobe

6Cette technique se retrouve également dans les boutiques de la zone D, édifiées au tout début du Ier s. ap. J.-C. et détruites vers 50 ap. J.-C. lors de la construction des thermes. Dans ce cas, les briques crues retrouvées effondrées reposaient sur un soubassement en petit appareil de 90 cm de haut.

  • 4 Cf. MANDY (B). — Le Quartier antique du Verbe Incarné. Dossiers histoire et archéologie, 78, 1983, (...)

7Sur le site du Verbe Incarné, les exemples de mur d’adobe proviennent de la maison augustéenne détruite vers 20 ap. J.-C. pour la construction du grand sanctuaire (fig. 3, p. 77)4. Comme rue des Forges, il s’agit de murs d’environ deux pieds de large, édifiés sur des soubassements maçonnés, ici en granite. Un seul mur était conservé en élévation (fig. 4). Dans la même maison subsistait un foyer, constitué de grandes briques crues de même module que celles du mur.

3. Verbe Incarné. Plan de la maison augustéenne détruite par la construction du sanctuaire : 1. Plancher – 2. égout en bois, a. murs d’adobe – b. cloisons à pan de bois – c. terrazzo – d. structures en bois. (Dessin Service archéologique municipal).
● 4. Verbe Incarné. Mur d’adobe et foyer de briques crues de la maison augustéenne. (Photo F Leyge).

Le pan de bois ou colombage

  • 5 Cf. DESBAT (A). — Saint-Romain-en-Gal : la Maison des Dieux Océans. Dossiers histoire et archéologi (...)

8La technique du pan de bois apparaît dès l’époque augustéenne à Lyon comme à Vienne. Rue des Forges et au Verbe Incarné, cette technique est utilisée dans les deux maisons augustéennes en association avec les murs d’adobe, pour la réalisation d’étroites cloisons (15 cm) (fig. 3 et 5, p. 77 et 79). Ces cloisons reposent sur une sablière installée à même le sol sans soubassement. Le hourdis semble avoir été constitué de torchis et de clayonnage, mais il pourrait également avoir été formé en partie par des briques crues dressées verticalement (fig. 5). A Saint-Romain-en-Gal, les fouilles de la maison des Dieux Océans5 ont livré plusieurs témoins de murs à pan de bois dans l’habitat augustéen. Il s’agit de cloisons construites sur de légers soubassements maçonnés. Le hourdis semble formé de torchis.

5. Verbe Incarné. Coupe d’une cloison étroite de la domus augustéenne : 1. enduit de mortier – 2. couche de terre jaune (brique sur chant) – 3. couche de terre brune (trace de lattis) – 4. terre jaune enduit – 5. enduit de mortier.
● 6. Montée du Bas‑Loyasse. Coupe d’une cloison à pan de bois incendiée au IIe ou IIIe s : 1. enduit de mortier – 2. enduit de terre – 3. briques du hourdis – 4. négatif de la sablière – 5. sol de terrazzo.
● 7. Rue des Farges. Galandage de briques crues bouchant un vide sanitaire (B20, fin du Ier s. ap. J.-C.). (Dessin de D. Tavernier).
● 8. Rue des Farges. Reconstitution d’un mur à pan de bois de la maison à péristyle (fin du Ier s.): 1. soubassement en schiste – 2. sols de travail – 3. sol de terrazzo – 4. Sablière – 5. hourdis de briques crues – 6. enduits de terre – 7. enduit peint.

Le pan de bois hourdé de briques crues

  • 6 Cf. LANCEL (S). – Informations archéologiques. Gallia, 33, 2, 1975, pp. 548-549.

9A partir du début du Ier s. ap. J.-C. semble se généraliser l’usage du mur à pan de bois hourdé de briques crues. Cette technique est illustrée par de nombreux exemples à Lyon : fouilles des Hauts-de-Saint-Just6, rue des Forges (fig. 8, p. 79), Montée de Loyasse (fig. 6, p. 79), Saint-Just, Verbe Incarné (fig. 9, p. 80), ainsi qu’à Vienne (Saint-Romain-en-Gal, fig. 11 et 12, p. 81) et Sainte-Colombe.

9. Verbe Incarné. Cloison à pan de bois (îlot2, parcelle 2-M, 258). (Photo F. Leyge).
● 10. Saint‑Romain‑en‑Gal. Négatif de conduite en bois sous le sol du portique de l’état 2 (début 1er s. ap. J.-C.) A droite un tronçon de tuyau de plomb contemporain. La tranchée 6 correspond à la récupération postérieure de la conduite en plomb.

11. Saint-Romain-en-Gal. Mur à pan de bois hourdé de briques crues 125, début du Ier s. ● 12. Saint‑Romain‑en‑Gal. Reconstitution du mur précédent.

10Il s’agit le plus souvent de murs de 20 à 30 cm de large reposant sur un soubassement maçonné, enterré ou surélevé par rapport au sol, et supportant la sablière basse sur laquelle se fixent les poteaux. Très souvent ce type de mur n’est attesté, pour les cloisons intérieures, que par le négatif de la sablière dans les sols de terrazzo.

  • 7 Ce type de mesures relativement aisé sur des murs cuits par un incendie devient beaucoup plus délic (...)

11L’étude d’exemples bien conservés de Lyon ou de Vienne a permis de calculer le module des briques de hourdis (cf. tableau 2, p. 83) et dans certains cas l’emplacement des poteaux7. Tous les exemples étudiés semblent indiquer des pans de bois, constitués d’une succession de poteaux ou potelets verticaux. Seul un petit pan de mur de la rue des Farges montre l’empreinte d’une « écharpe », pièce de bois oblique reliant la sablière à un poteau cornier. Les poteaux sont assez rapprochés mais l’écartement est très variable, puisque les murs étudiés montrent des intervalles de 15 cm (et même quelquefois moins) à 80 ou 90 cm. Un intervalle de 50 ou 60 cm semble cependant assez courant.

TABLEAU 2. Murs à pans de bois

12Il est fréquent que sur un même mur l’espacement entre les poteaux ne soit pas régulier. Un exemple extrême est donné par un mur de Sainte-Colombe (fouille du Garon), daté de la fin du IIe s; les intervalles entre les poteaux étaient les suivants : 7,5, 13, 22, 22 et 21 cm. Ce mur cuit par un incendie présentait d’ailleurs une variante dans le hourdis puisque celui-ci était constitué de matériaux hétérogènes : briques crues, tuiles, terre, briques cuites.

Les enduits de terre

13Les murs d’adobe comme les murs de colombage reçoivent un enduit de terre, égalisant la surface et recouvrant le solin maçonné, comme les poteaux des murs à colombage.

14Les enduits de terre formés d’un mélange de boue et de végétaux sont d’épaisseur variable (2 à 5 cm). Disposés en une ou plusieurs couches, quelquefois de nature différente, ils reçoivent souvent un enduit de mortier, peint, ou plus simplement un badigeon de chaux rehaussé de peinture (fig. 8). Ces enduits comportent généralement des stries d’accrochage, le plus souvent en forme de chevron pour l’adhérence des couches de terre successives ou de l’enduit de mortier. Ces enduits de terre peuvent être appliqués sur lattis de bois constitués de baguettes rondes ou de baguettes taillées. Cette technique semble avoir été utilisée notamment pour la réalisation de plafonds (cf. note 1, Desbat, 1981, fig. 23 à 26).

Les matériaux

15L’étude des structures de terre montre un choix des matériaux en fonction des usages. La terre utilisée comme liant pour les briques est le plus souvent de nature différente de celle des briques, comme celle utilisée pour les enduits. Il arrive même fréquemment que les divers enduits de terre successifs soient de nature différente, dans le but de renforcer leur rôle d’isolant. C’est ainsi que l’adjonction de cendres et de charbons de bois a pu être constatée à plusieurs reprises. Un exemple en est donné par les murs d’adobe de la rue des Farges qui avaient reçu le décor à candélabre avec la figuration de muse (fig. 1, B).

16Pour les briques elles-mêmes, l’étude des murs de Lyon et de Vienne montre l’emploi très fréquent du loess qui affleure en particulier sur une grande partie de la colline de Fourvière. Cette utilisation a été confirmée par la présence sur le site du Verbe Incarné de nombreuses fosses d’extraction de toutes les époques, creusées dans le loess qui constitue le substrat. Par ailleurs, des essais de confection de briques crues, réalisés à Saint-Romain-en-Gal ainsi que d’autres essais réalisés à Sainte-Colombe par des architectes de Grenoble, ont donné d’excellents résultats et confirmé l’emploi du loess. A Saint-Romain-en-Gal, les constructions augustéennes n’ont révélé aucun mur d’adobe, mais des murs à pans de bois où aucune trace de brique n’a pu être décelée.

17Il est donc possible que ces murs aient été en torchis. Pour ces murs anciens, les matériaux utilisés paraissent de qualité médiocre et prélevés sur place, leur aspect étant très proche des limons qui constituent le substrat.

18Au contraire, à la phase suivante, au cours de laquelle apparaissent les murs hourdés de briques crues, l’utilisation du loess, absent du site même mais présent dans les pentes des collines à quelques kilomètres, semble se généraliser, aussi bien pour les murs que pour les sols en terre battue.

Les structures de bois

19Indépendamment de l’utilisation du bois en association avec la terre, comme ossature des murs à pans de bois, il faut signaler, bien qu’il puisse paraître marginal, l’usage fréquent du bois pour la réalisation de structures telles que des égouts, des seuils ou des conduites d’adduction d’eau.

20Sur les sites lyonnais et viennois, le bois se conserve très mal et de telles structures n’apparaissent sur le terrain que sous forme de traces très ténues et de négatifs, ce qui explique qu’elles soient souvent passées inaperçues.

21La présence de caniveaux en bois a été surtout constatée pour les constructions augustéennes et plusieurs exemples ont été fournis par les fouilles de la rue des Farges et du Verbe Incarné. Sur ce dernier site en particulier ont été dégagées à plusieurs reprises des canalisations longeant les portiques des rues dans leur premier état (cf. par ex. fig. 3).

22A Saint-Romain-en-Gal également, les fouilles de la Maison des Dieux Océans ont montré un caniveau en bois dans la maison augustéenne.

23Bien que plus rares, des exemples plus récents ont pu être observés. Ainsi sur le site des Hauts-de-Saint-Just fouillé en 1973-74, a été mis au jour un drain en bois large de 0,60 m et haut de 1,15 m, construit à la fin du IIe s. et formé de planches clouées verticalement. Pour les seuils également, l’usage du bois a été fréquemment constaté et les maisons augustéennes de la rue des Farges et du Verbe Incarné en ont fourni plusieurs exemples (fig. 1 et 3).

24Dans les deux cas, des seuils de bois étaient associés à des murs d’adobe. Rue des Farges, les boutiques aux murs d’adobe de la terrasse inférieure, détruites vers 50 ap. J.-C., présentaient également des seuils en bois. La disparition du bois, due au pourrissement, a pu quelquefois faire supposer l’existence à l’origine de seuils de pierre récupérés au moment de la démolition des habitats. La fouille minutieuse de seuils, révélant des traces de matières organiques mais surtout les clous qui fixaient les chambranles, a démontré qu’il s’agissait bien en l’occurrence de seuils de bois.

25Dans les constructions à pans de bois, les seuils en bois sont également très fréquents. Dans ce cas c’est généralement la sablière basse, le plus souvent prise entre les sols, qui constitue le seuil (fig. 8).

26Le dernier type de structure de bois dont les fouilles récentes ont fourni de bons exemples, est représenté par des conduites d’adduction d’eau formées de troncs percés par des colliers de fer.

27Ce type de conduites souvent décelées a posteriori par la découverte des frettes métalliques semble avoir été d’un usage très courant, contrairement à ce que pouvaient laisser supposer les nombreux exemples de canalisation en plomb découverts à Lyon ou à Vienne.

28Ainsi, à Saint-Romain-en-Gal, quartier d’une ville où l’on dénombre plus de cinquante fabricants de conduites en plomb, les fouilles ont révélé en façade de la Maison des Dieux Océans, au Ier s., cinq conduites en bois parallèles, quatre sous la rue et une sous le portique, à une époque où la maison était déjà alimentée par une conduite en plomb. Les frettes retrouvées en place montrent des portions de conduite d’environ 2 m.

  • 8 JACQUIN (L), BECKER (CJ, MONNIN (M). - Ilot 24. Rapport de fouilles dactylographié, 1984.

29Plus récemment, les fouilles de l’Ilot 24, à Lyon, dans la presqu’île, ont produit d’autres exemples de conduites du même type8. Il s’agissait là de quatre conduites installées à la fin du Ier s. sous un espace de circulation, rue ou place.

Conclusions

30La multiplication des découvertes de témoins de constructions en bois et en terre dans la région lyonnaise est venu confirmer, s’il en était encore besoin, l’utilisation très large de ces techniques dans l’architecture domestique locale, comme d’une manière générale en Gaule.

31L’étude des exemples régionaux, souvent bien conservés, laisse entrevoir une évolution des techniques, marquée par l’abandon dès le début du Ier s. ap. J.-C. de la construction en adobe au profit du pan de bois ou colombage, le pan de bois hourdé de briques crues constituant de loin la technique la plus répandue. On peut s’interroger sur les raisons de cette évolution. Peut-être s’explique-t-elle tout simplement par le fait que le pan de bois permet la construction de maisons à étages plus aisément sans doute que l’adobe.

32Il faut noter également le peu d’exemples de hourdis de torchis et de clayonnage, par rapport aux hourdis de briques crues qui présentent certainement une plus grande solidité et une plus grande salubrité.

  • 9 Cf. FRIZOT (M.) ... [et al.]. — Les Constructions en terre dans l’habitat gallo-romain. Dossiers de (...)

33La technique particulière du pisé, bien que connue dans l’Antiquité (cf. Pline XXXV, 48) ne paraît pas avoir été pratiquée dans la région à l’époque romaine. Bien que cette technique ait été très largement utilisée dans la région aux époques récentes, aucun vestige certain de mur de pisé n’a été jusqu’à ce jour livré par les fouilles, contrairement à ce que nous avons pu écrire nous-même naguère9. Plusieurs murs de terre trouvés il y a quelques années avaient été dénommés indûment « murs de pisé » faute d’une étude approfondie. L’étroitesse de ces murs interdit qu’il s’agisse de murs de pisé et tous ceux retrouvés par la suite et dûment disséqués se sont révélés être des murs à colombage hourdés de briques crues. Ce type de confusion paraît assez fréquent soit par méconnaissance des techniques, soit faute d’une étude suffisante des structures de terre. Beaucoup de murs donnés dans la littérature comme étant en pisé sont douteux. Dans l’état de nos connaissances il ne semble pas qu’il existe de mur de pisé reconnu, de façon formelle, en Gaule.

  • 10 Cf. l’article de Hedi Slim dans cet ouvrage, pp. 35-46.

34Il faut remarquer que Pline, lorsqu’il évoque la construction en pisé, cite l’emploi de cette technique en Afrique et en Espagne où les fouilles ont révélé des exemples particulièrement pertinents en particulier à El Djem10 ou à Ampurias. En Afrique, cette technique apparaît dès la période punique et Pline, pour vanter la solidité des murs de pisé, mentionne les fortifications élevées par Hannibal et encore debout au moment où il écrit. On peut dès lors se demander si cette technique, qui paraît d’origine punique, n’a pas été introduite en Espagne par les Carthaginois et ne s’est pas limitée à l’aire de rayonnement de leur culture. En Gaule, au contraire, où la technique de l’adobe est attestée dès le Ve s. av. J.-C., la construction en briques crues se serait maintenue sous forme d’adobe, mais surtout en association avec le pan de bois.

Notes

1 Cette question a d’ailleurs fait l’objet de plusieurs notes ou articles : cf. FRIZOT (M.) ... [et al.]. — Les Constructions en terre dans l’habitat gallo-romain. Dossiers de l’archéologie, 25, Dijon, 1977, pp. 66-71 ; DESBAT (A), TAVERNIER (D). — L’Emploi de la terre dans la construction : urbanisme et architecture domestique à Lugdunum (Ier av.-IIIe ap. J.C.). Rapport préliminaire polycopié, 1977-1978, pp. 57-71 ; DESBAT (A.). — L’Architecture de terre à Lyon à l’époque romaine : récentes recherches en archéologie gallo-romaine et paléochrétienne sur Lyon et sa région. B.A.R. international series. 108, 1981, pp. 55-81.

2 Par exemple, les fouilles de C. Germain de Montauzan au Verbe Incarné en 1911 ou celles du R.P. Sabot, Montée Saint-Barthélémy en 1956.

3 Cf. DESBAT (A), HELLY (B), TAVERNIER (D). — Lyon retrouve ses origines. Archeologia, 92, 1976, pp. 11-19.

4 Cf. MANDY (B). — Le Quartier antique du Verbe Incarné. Dossiers histoire et archéologie, 78, 1983, pp. 23-26.

5 Cf. DESBAT (A). — Saint-Romain-en-Gal : la Maison des Dieux Océans. Dossiers histoire et archéologie, 78, 1983, pp. 28-31.

6 Cf. LANCEL (S). – Informations archéologiques. Gallia, 33, 2, 1975, pp. 548-549.

7 Ce type de mesures relativement aisé sur des murs cuits par un incendie devient beaucoup plus délicat sur des structures crues. Les tassements et la déformation des matériaux comme le comblement des vides provoqués par le pourrissement du bois rendent souvent très difficile le repérage des négatifs de poteaux. L’utilisation fréquente dans le hourdis de demi-briques ou de briques fractionnées rend de même difficile la détermination de leur module exact.

8 JACQUIN (L), BECKER (CJ, MONNIN (M). - Ilot 24. Rapport de fouilles dactylographié, 1984.

9 Cf. FRIZOT (M.) ... [et al.]. — Les Constructions en terre dans l’habitat gallo-romain. Dossiers de l’archéologie, 22, 1977, pp. 66-71 ; DESBAT (A), TAVERNIER (D). — L’Emploi de la terre dans la construction : urbanisme et architecture domestique à Lugdunum (Ier av.- IIIe ap. J.-C. ). Rapport préliminaire polycopié, 1977-1978, pp. 55-71.

10 Cf. l’article de Hedi Slim dans cet ouvrage, pp. 35-46.

Sauf indications contraires toutes les photos et les dessins sont de l’auteur.
La rédaction et l’illustration de cet article ont été facilitées par la collaboration de Bernard Mandy, responsable des fouilles du Verbe Incarné, de Anne et Benoît Helly-Le Bot, responsables des fouilles de Sainte-Colombe et de P. Plattier qui a réalisé tous les tirages photos. Qu’ils trouvent ici l’expression de mes plus vifs remerciements.

Table des illustrations

Légende ● 1. Plan de la maison augustéenne de la rue des Farges (état 1) : 1. caniveau de bois – B. pièce à décor de candélabre avec représentation d’une muse – a. murs d’adobe – b. cloison à pan de bois – c. terrazzo – d. structures en bois. ● 2. Rue des Farges, reconstitution d’un mur d’adobe de la maison augustéenne : 1. soubassement (solin) en galets – 2. briques crues – 3. enduits de terre – 4. enduit de mortier peint – 5. sol en terre battue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende TABLEAU 1. Murs d’adobe
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende 3. Verbe Incarné. Plan de la maison augustéenne détruite par la construction du sanctuaire : 1. Plancher – 2. égout en bois, a. murs d’adobe – b. cloisons à pan de bois – c. terrazzo – d. structures en bois. (Dessin Service archéologique municipal). ● 4. Verbe Incarné. Mur d’adobe et foyer de briques crues de la maison augustéenne. (Photo F Leyge).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31150/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 5. Verbe Incarné. Coupe d’une cloison étroite de la domus augustéenne : 1. enduit de mortier – 2. couche de terre jaune (brique sur chant) – 3. couche de terre brune (trace de lattis) – 4. terre jaune enduit – 5. enduit de mortier. ● 6. Montée du Bas‑Loyasse. Coupe d’une cloison à pan de bois incendiée au IIe ou IIIe s : 1. enduit de mortier – 2. enduit de terre – 3. briques du hourdis – 4. négatif de la sablière – 5. sol de terrazzo. ● 7. Rue des Farges. Galandage de briques crues bouchant un vide sanitaire (B20, fin du Ier s. ap. J.-C.). (Dessin de D. Tavernier). ● 8. Rue des Farges. Reconstitution d’un mur à pan de bois de la maison à péristyle (fin du Ier s.): 1. soubassement en schiste – 2. sols de travail – 3. sol de terrazzo – 4. Sablière – 5. hourdis de briques crues – 6. enduits de terre – 7. enduit peint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31150/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende 9. Verbe Incarné. Cloison à pan de bois (îlot2, parcelle 2-M, 258). (Photo F. Leyge). ● 10. Saint‑Romain‑en‑Gal. Négatif de conduite en bois sous le sol du portique de l’état 2 (début 1er s. ap. J.-C.) A droite un tronçon de tuyau de plomb contemporain. La tranchée 6 correspond à la récupération postérieure de la conduite en plomb.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31150/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende 11. Saint-Romain-en-Gal. Mur à pan de bois hourdé de briques crues 125, début du Ier s. ● 12. Saint‑Romain‑en‑Gal. Reconstitution du mur précédent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31150/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende TABLEAU 2. Murs à pans de bois
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31150/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search