Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Méditerranée occidentale : époque romaine et antécédents

La Gaule méridionale

Claire-anne de Chazelles, Jean-luc Fiches et Pierre Poupet

Texte intégral

  • 1 On trouvera en annexe (p. 70) une orientation bibliographique concernant les sites énumérés dans le (...)

1Il est encore malaisé d’apprécier l’importance de l’architecture en terre crue et en bois en Gaule méditerranéenne. De telles structures, en effet, n’ont été mises en évidence que depuis une quinzaine d’années, grâce à l’amélioration des techniques de fouilles. Aujourd’hui encore, cependant, elles ne font pas toujours l’objet d’observations précises comme en témoignent, dans de nombreux comptes-rendus, les confusions de termes pour désigner les différentes techniques de construction. C’est donc sur des bases encore fragiles que repose l’état des découvertes que nous nous proposons de dresser avant d’examiner les différentes techniques reconnues à partir d’une documentation inégalement pertinente, depuis les traces altérées ou « en négatif » jusqu’aux élévations partiellement conservées1.

Les données de fouille

■ Les antécédents

2Les exemples sur lesquels s’appuie cet exposé sont encore peu nombreux. Pour l’époque romaine, c’est une trentaine de sites –du modeste établissement rural jusqu’à la ville– qui ont fourni des vestiges de terre crue et de bois. Ils suffisent pourtant à témoigner de la diversité des gisements concernés et de leur répartition dans toute la région étudiée, comme le montrent les cartes de la diffusion dans le Midi, des techniques de construction les plus répandues : le torchis (fig. 1, p. 63) et la brique (fig. 2, p. 63).

1 Carte de répartition des sites archéologiques ayant livré des fragments de torchis : 1. Ruscino. 2. Sigean. 3. Carcassonne. 4. Mailhac. 5. Narbonne. 6. Ensérune. 7. Bessan. 8. Pignon. 9. Fabrègues. 10. Castelnau-le-L. 11. Lattes. 12. Lansargues. 13. Lunel-Viel. 14. Villetelle. 15. Villevieille. 16. Gailhan. 17. Calvisson. 18. Congénies (?). 19. St-Dionisy. 20. St-Côme-et-M. (?) 21. Combas 22. Nîmes 23. St-Gilles 24. Marguerittes (?). 25. St-Bonnet-du-Gard. 26. Boucoiran. 27. Mons-Monteil. 28. Bouquet. 29. Gaujac. 30. Le Pègue. 31. Sorgues. 32. Comps (?). 33. Beaucaire. 34. Les Baux. 35. Fontvieille. 36. Arles. 37. Orgon. 38. Rognac. 39. Marseille. 40. La Garde. 41. La Môle. 42. Fréjus. (Dessin C.-A. de Chazelles).
● 2. Carte de répartition des sites archéologiques ayant livré des briques en terre crue : 1. Ruscino. 2. Pech-Maho. 3. Carcassonne. 4. Narbonne. 5. Ensérune. 6. Magalas. 7. Bessan. 8. Agde. 9. Lattes. 10. Gailhan (?). 11. Villetelle. 12. Lunel-Viel. 13. Nîmes 14. St-Bonnet-du-Gard. 15. Le Pègue. 16. Beaucaire. 17. St-Gilles. 18. Arles. 19. Les Baux. 20. Mourriès. 21. Lançon. 22. Eguilles. 23. Entremont. 24. Teste-Nègre. 25. La Cloche. 26. Marignane. 27. St-Pierre-lès-Martigues. 28. La Madeleine. 29. Châteauneuf-lès-Martigues. 30. Mimet. 31. Marseille. 32. Taradeau (?). 33. Fréjus. (Dessin C.-A. de Chazelles).

  • 2 Cette enquête, réalisée avec le concours des Directions des Antiquités de Languedoc-Roussillon et d (...)

3Ces deux documents ont été établis à partir des recensements bibliographiques effectués par l’un de nous (C.-A. C.) et complétés par des renseignements inédits, obtenus dans le cadre d’une enquête réalisée à l’occasion de ce colloque2. Ces cartes ne concernent pas seulement l’époque romaine ; on y a indiqué aussi les découvertes protohistoriques depuis l’Age du Bronze. Certes, il serait hasardeux, en raison même des réserves énoncées en préambule, sur l’avancement des recherches et les techniques de fouille, de trop solliciter ces documents qui sont d’abord le reflet des disparités régionales dans le nombre et la qualité des interventions archéologiques et de choix qui ont privilégié une période ou un type d’établissement. Ainsi, il serait prématuré et sans doute absurde de conclure, à partir d’un examen comparé des deux cartes, que le torchis était surtout employé en Languedoc oriental et que la brique l’était essentiellement autour de l’étang de Berre. Mais, outre qu’elles témoignent de la large diffusion des techniques de construction en terre dans le Midi, ces cartes ont l’intérêt de souligner l’ancienneté du phénomène par rapport à l’époque romaine.

  • 3 Pour Bessan, voir : NICKELS (A). — Les Maisons à abside d’époque archaïque de La Monédière à Bessan (...)
  • 4 Cf. NICKELS (A.), MARCHAND (G.). — Recherches stratigraphiques ponctuelles à proximité des remparts (...)
  • 5 Sur le site de Saint-Pierre-lès-Martigues, voir notamment : LAGRAND (C.). — Un nouvel habitat sur l (...)
  • 6 Cf. PY (M.), RAYNAUD (C.). - Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard) : I. Les sondages prél (...)
  • 7 BARRUOL (G.), PY (M.). — Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran, à Saint-Gilles-du-Gar (...)

4Les découvertes les plus nombreuses et les plus spectaculaires dans cette région se rapportent en effet à l’Age du Fer. Ce n’est pas ici le lieu de les analyser, mais on rappellera leur importance en citant, à titre d’exemples, les murs de briques du VIe s. av. J.-C. de La Monédière à Bessan (Hérault) et de Pech-Maho à Sigean (Aude)3, les remparts en brique crue de la ville grecque d’Agde4, les structures particulièrement bien conservées de Martigues5 et l’utilisation conjointe du torchis et de la brique depuis le VIe s. jusqu’à l’époque romaine, sur l’oppidum du Marduel à Saint-Bonnet-du-Gard6. C’est donc dans le contexte d’une longue tradition locale, peut-être stimulée par la présence grecque en ce qui concerne la brique crue7, qu’il faut considérer les constructions en terre d’époque romaine en Gaule méditerranéenne. Dans cette région souvent considérée comme un pays de la pierre, l’architecture de terre et de bois est donc une réalité.

■ Les Oppida

5En raison de sa place à l’époque pré-romaine, on ne s’étonnera pas de rencontrer des vestiges d’architecture en terre dans les agglomérations indigènes d’origine protohistorique : oppida ou quartiers bas correspondant à leur extension ou à leur déplacement. En Languedoc occidental, on évoquera les exemples de La Lagaste à Pomas et Rouffiac (Aude) et de la Cité à Carcassonne qui abritaient, au Ier s. av. J.-C., un habitat de terre et de bois. En Languedoc oriental, l’oppidum des Castels à Nages (Gard), malgré d’imposantes ruines en pierre sèche, a livré des toitures de clayonnages et de torchis effondrées dans les dernières décennies avant notre ère. Sur l’oppidum du Marduel, qui domine le Gardon près de Remoulins, ont été recueillies des briques crues d’époque augustéenne. Les fouilles de Vié-Cioutat près d’Alès (Gard) ont montré la persistance, jusqu’au IIe s. ap. J.-C., de l’usage de la terre pour les sols et le liant des murs dans la tradition protohistorique. Mais, pour l’époque impériale, c’est Ambrussum (Villetelle, Hérault), relais de la voie domitienne au sud-ouest de Nîmes, qui a fourni les indices les plus nombreux : des cloisons de terre couvertes d’un enduit au mortier se trouvaient dans une des vastes habitations à cour intérieure qui occupaient l’oppidum au Ier s. ap. J.-C. ; dans le quartier bas, où l’on a recueilli une brique en surface, de nombreux fragments de torchis, dont certains étaient enduits à la chaux, caractérisaient la destruction de structures légères, aménagées dans une cour de ferme, à l’époque flavienne.

6Les oppida encore occupés à l’époque romaine connaissent donc une permanence des techniques de construction dans le domaine de la terre mais aussi pour la pierre mise en œuvre toujours de la même manière, à sec ou le plus souvent, avec un liant d’argile. Cependant, les vestiges les plus importants de l’architecture de terre à l’époque romaine ont été rencontrés, ces dernières années, dans les villes. Certes, celles-ci n’étaient pas le lieu privilégié de ce type de construction ; mais les fouilles de sauvetage imposées par les travaux d’urbanisme dans les cités modernes qui se sont surimposées aux villes antiques, et, dans certains cas, la mise en place d’un programme d’archéologie urbaine, expliquent ces découvertes plus nombreuses, mais tout de même limitées.

■ Les villes

  • 8 Sur les découvertes de Nîmes, voir : CHAZELLES (C.-A. de), POUPET (P.). — L’Emploi de la terre crue (...)

7Le cas le mieux connu est celui de Nîmes pour lequel on retiendra que toutes les interventions de terrain effectuées depuis 1977 ont livré des traces d’architecture en terre8. Des briques crues du Ier s. av. J.-C. ont été mises au jour dans les chantiers du théâtre municipal et de la rue Nationale ; rue Saint-Laurent, un enduit du milieu du Ier s. av. J.-C., figurant une architecture en trompe-l’œil, était appliqué à une cloison de terre. Une première intervention rue Saint-Laurent avait d’ailleurs permis d’observer, non loin de là, l’utilisation de l’adobe et du torchis, au Ier s. av. J.-C. et à l’époque augustéenne. Dans une domus à péristyle explorée rue F. Pelloutier, des cloisons de torchis marquaient un réaménagement de l’Antiquité tardive. Une cloison d’adobe se trouvait dans une demeure de même type (IIe s. av. J.-C.) partiellement mise au jour rue Pasteur. Mais les vestiges les mieux conservés proviennent des abords du Temple de Diane (propriété Solignac) où des cloisons de briques crues divisaient des maisons plus modestes du Ier s. ap. J.-C. dans un quartier en terrasses inscrit dans le périmètre de l’oppidum indigène.

8A Narbonne, des niveaux du début de notre ère ont conservé des traces d’architecture en terre, mais les découvertes qui ont fait l’objet des observations les plus précises concernent une domus du Ier s. ap. J.-C. au Clos de la Lombarde où des cloisons à pans de bois étaient couvertes d’enduits peints richement décorés.

9Une cloison de même type a été rencontrée à Fréjus, dans un contexte du milieu du IIe s., à proximité de la cathédrale. Mais, pour l’époque augustéenne, Fréjus a livré d’une part une architecture en pierre liée à l’argile dans le quartier du Clos de la Tour, et d’autre part, hors les murs, sur le chantier des Aiguières, des baraquements vraisemblablement destinés à la flotte romaine, où l’on a observé de nettes traces de plancher.

10Les seuls autres planchers connus dans le Midi ont été découverts à Arles, sur le chantier de l’Esplanade, à la périphérie sud de l’enceinte. Leur destruction date, pour l’un, de la fin du IIe s. et de la fin du IIIe s. pour l’autre qui était lié à une cloison de briques.

11Les fouilles faites au nord de la cathédrale à Vaison-la-Romaine et à l’emplacement du parking Pasteur à Aix-en-Provence, ont permis d’avancer l’hypothèse que la brique était utilisée pour la construction d’un étage dans des habitations occupées entre la fin du Ier et le IIIe s. Enfin, à Ruscino (Perpignan), la terre semble avoir eu une grande place, souvent mise en œuvre sur des bases en galets.

■ Les autres sites

12En dehors des villes, certainement par manque de fouilles, la documentation est très lacunaire. Seul le village de Lunel-Viel (Hérault) a fourni des indices probants et multiples : en deux endroits, on y a reconnu des murs de façade bâtis en cru sur une base en pierre. Une cloison avec poteau marquait un aménagement de la basilique au IIe s.; et sous ce bâtiment, une fosse très vaste a été interprétée comme une carrière d’argile.

13Des murs de terre ont été reconnus dans des villae du Lauragais établies au début de notre ère : Villarzens à Bram et Le Bourdic à Mas-Saintes-Puelles, ainsi que dans la villa de Flassian à Limoux (Aude). Mais en dehors du Languedoc occidental, on ne peut guère citer, parmi les établissements ruraux, que l’état primitif du domaine de Saint-Michel à La Garde (Var) qui présentait, au Ier s. av. J.-C., des sols d’argile et des murs en torchis.

14On observera enfin que les ateliers de potiers pouvaient être des lieux privilégiés pour l’architecture en terre. Les ateliers des Clots de Raynaud à Sallèles-d’Aude, au Ier s. ap. J.-C., avaient leurs fours inscrits dans des bâtiments aux murs en terre. Il y a d’ailleurs beaucoup à attendre sur ce site de la fouille de l’habitat des potiers que les premiers sondages, cette année, ont révélé en matériaux légers.

15Ce rapide examen permet de conclure à l’existence d’une architecture en terre et en bois dans le Midi de la Gaule. A l’époque romaine, elle s’inscrit dans une longue tradition protohistorique. Mais elle semble surtout utilisée dans l’aménagement intérieur (cloisons, planchers, enduits...) ou pour la construction d’étages, notamment en milieu urbain, et ne se rencontre, pour l’instant dans l’ossature des bâtiments que dans des agglomérations rurales comme Lunel-Viel et Ambrussum ainsi que dans les ateliers de potiers de Sallèles. On notera également que, si les témoignages sont nombreux pour le Haut Empire, les vestiges les plus récents correspondent généralement à des constructions du début du IIIe s. On ne peut guère rapporter à l’Antiquité tardive que les réaménagements – mal datés – de la rue F. Pelloutier à Nîmes. Il est donc malaisé de saisir une évolution dans les techniques en raison de ces disparités.

Éléments d’hypothèses : quelques indices

■ Les traces au sol

  • 9 Cf. PASSELAC (M.). — L’Occupation des sols en Lauragais à l’Age du Fer et pendant la période gallo- (...)

16Indirectement, les vestiges décelables au sol au cours des prospections peuvent fournir des indices a silentio de l’emploi de la terre dans l’architecture. Ainsi, dans le Lauragais, les résultats des prospections aériennes effectuées par M. Passelac9 ne sont pas sans poser un problème : peu de villae sont apparues par rapport au nombre des établissements connus par les vestiges mobiliers ramassés en surface ; de plus, beaucoup de ces établissements difficilement décelables en avion sont parmi les plus anciens ; ne peut-on alors se poser la question de l’éventualité de leur édification en matériaux « périssables », terre et bois ?

■ Les couches d’interprétation délicate

17Il convient de souligner les difficultés, mais aussi l’intérêt que comporte l’interprétation de certaines couches dont la fiche d’enregistrement pourrait être la suivante : couche argilo-limoneuse, de texture et de couleur homogènes, stérile en mobilier archéologique, dépourvue de fragments identifiables à du torchis ou de la brique, sans élément de démolition caractéristique, dont l’épaisseur peut varier de quelques centimètres à quelques décimètres et qui, la plupart du temps, scelle un sol d’habitat.

18De telles couches sont parfois associées à l’architecture de terre. Or, les caractères descriptifs courants ne suffisent pas à démontrer une telle origine ; le risque de confusion avec des remblais, des alluvions, des colluvions est grand. C’est un faisceau d’observations sur le terrain, éventuellement complété par des analyses en laboratoire, qui donnera des éléments pertinents de réponse.

19Les données de la fouille conduisent à une démonstration indirecte plus ou moins étayée selon les cas. Par exemple, dans l’atelier de céramique des Clots de Raynaud à Sallèles-d’Aude, actif aux Ier et IIe s., une épaisse couche d’argile sépare les deux états de l’occupation ; les murs des bâtiments montrent une faible élévation (50 cm en moyenne), en galets et fragments de tuiles liés à la terre. L’absence de couche de démolition pierreuse, la dynamique de constitution de la couche argileuse près des bases de murs conservés, sont des indices qui orientent la recherche vers la restitution d’une élévation en terre.

  • 10 POUPET (P.). — Perspectives archéologiques sur le site d’Ambrussum. In : FICHES (J.-L.) et ROUX (J. (...)

20De même, à Ambrussum, dans le quartier bas proche du fleuve, des couches de limons, stériles, s’interprètent soit comme des dépôts alluvionnaires consécutifs aux crues du Vidourle, soit comme la désagrégation de structures de terre crue10 ; dans quelques cas, la stratigraphie donne un argument en faveur de la seconde hypothèse : l’épaisseur de la couche contre la façade des pierres et son pincement à 2 ou 3 m des murs. Cette variation d’épaisseur n’est pas compatible avec l’hypothèse du dépôt d’une charge limoneuse lors d’une décrue.

■ Les toits

  • 11 VITRUVE. — De Architecture, II, 1.
  • 12 Pour Le Castellas de Rognac, voir : CHABOT (L.). — Le Castellas de Rognac et l’étang de Berre à l’é (...)

21Ce type de couche « anonyme » est tout aussi naturellement relié aux toits de terre, d’autant que cette interprétation illustre le témoignage de Vitruve selon lequel « à Marseille les maisons sont couvertes de terre grasse pétrie avec de la paille »11. Envisagée sur plusieurs sites, notamment sur les oppida du Castellas de Rognac à Marignane et de La Cloche aux Pennes-Mirabeau, dans les Bouches-du-Rhône, au Ier s av. J.-C., cette éventualité appelle une argumentation12.

  • 13 PY (M.). — L’Oppidum des Castels à Nages (Gard) : fouilles 1958- 1974. Gallia, 35e suppl., Paris, 1 (...)

22Sur l’oppidum des Castels à Nages et Solorgues dans le Gard, où des couches de limons scellent des sols de cases du Ier s. av. J.-C.13, une approche pluridisciplinaire, géologique et archéologique, tendrait à une interprétation plus fiable, par les observations suivantes :

23- l’habitat étant situé au sommet d’une colline calcaire presque dépourvue de couverture pédologique, le mode de formation de la couche par alluvionnement ou colluvionnement est exclu ;
- la présence de minéraux et de fossiles caractéristiques des formations marneuses affleurant au bas du site prouve l’apport anthropique ;
– de plus, stratigraphiquement, la couche étant située entre le sol d’abandon et la démolition des murs, elle ne peut être un remblai ;
- tous les murs sont en pierre sèche et conservés sur une hauteur suffisante pour écarter l’hypothèse d’une démolition de structures en terre crue ;
- enfin, l’observation minutieuse de la couche à la fouille permet de restituer sa dynamique de constitution et son évolution.

24Tous les sites n’offrent pas autant d’indices que celui de l’oppidum de Nages, et l’on doit souvent se limiter à des présomptions quant à la présence de couverture de terre, ou d’arguments a silentio comme l’absence de tuiles dans les couches de destruction (Les Aiguières, Fréjus, Var).

■ Les trous de poteaux

25En dehors de ces couches problématiques, certaines structures associant le bois et la terre ne sont mises en évidence à la fouille que par des données « en négatif ». Calages et trous de poteaux dans les sols, parfois sur des bases de pierre, témoignent de l’existence de constructions en bois. Ainsi dans un habitat de la fin du IIe ou du début du IIIe s., dans le village de Lunel-Viel (Hérault), des calages de poteaux associés à une couche de terre argileuse correspondant à l’effondrement de structures de terre permettent de restituer une cloison en torchis ou à pan de bois.

■ Les fosses

26D’une toute autre manière, encore plus indirecte, des fosses creusées dans le substrat argileux à proximité d’un habitat, comme celle que l’on observe à Lunel-Viel (cubage estimé à 1 000 m3), peuvent évoquer l’extraction et la mise en œuvre sur place du matériau dans l’architecture.

Approche technologique : documents matériels fragmentaires

■ Le torchis

27Un site sur deux, en moyenne, fournit des fragments de terre portant les empreintes d’un clayonnage ou de pièces de bois, soit dans des niveaux de destruction, soit dans des couches plus ou moins remaniées en remblais (fig. 1). Mais, en général, la taille des fragments ainsi que les contextes archéologiques sont des limites aux conclusions concernant les techniques du clayonnage et les provenances (mur, cloison, placage, plafond, toit, ...). Des conditions favorables de gisement permettent parfois d’aller plus avant dans l’interprétation ; ainsi des fragments de terre crue montrant la trace de lattes, appartenant à une puissante couche de démolition (de briques crues pour l’essentiel), peuvent être mis en relation avec un plafond sur le site de la propriété Solignac à Nîmes, Gard. Par analogie, on peut attribuer la même provenance à des échantillons de l’oppidum d’Ambrussum, qui datent du Ier s. av. J.-C. ainsi qu’à des fragments augustéens de l’Enclos Laugier à Aix-en-Provence.

■ La brique

28L’utilisation de la terre crue moulée en brique est presque aussi fréquemment démontrée que celle du torchis (fig. 2). Les fragments renseignent uniquement sur les propriétés physiques du matériau, et souvent, sur une seule des dimensions du module, l’épaisseur, à défaut d’éclairer sur le mode de mise en œuvre (adobe, hourdis ?). Que ce soit en brique ou torchis, tous ces fragments, souvent difficiles à isoler de la matrice argileuse qui les renferme, qui n’apportent tout compte fait que peu de renseignements technologiques sur le terrain, possèdent toutefois des caractères physico-minéralogiques accessibles au laboratoire. Outre la composition minéralogique, déterminée au microscope polarisant sur les plus gros éléments (sables et limons grossiers), qui est un premier pas vers la découverte de l’origine des matériaux, un procédé technologique tel que l’ajout de végétaux ou de fumier est à coup sûr décelé à ce niveau d’investigation que représente la lame mince.

Terre et bois dans l’architecture: quelques évidences

■ Les planchers

  • 14 Les planches, épaisses de 2 à 3 cm, larges de 15 à 40 cm, reposent sur des solives de 10 x 10-15 cm (...)

29Les planchers en bon état de conservation sont rares dans le sud de la Gaule. Cependant la fouille de l’Esplanade à Arles en a livré deux qui marquaient les états successifs d’une même maison (maison D) : le premier, établi sur un vide sanitaire, a été détruit à la fin du IIe s. ; le second, posé sur solives, devait brûler un siècle plus tard14. Sur le site des Aiguières à Fréjus (Var), un autre sol de ce type était formé de planches clouées sur des poutres, les intervalles étant comblés par « un conglomérat de matériaux divers ».

■ Le liant de maçonnerie

30Sous le Haut Empire, la terre apparaît encore fréquemment comme liant des murs de pierre. Toutefois, on pourrait avancer l’hypothèse d’un remplacement progressif de la terre par le mortier au cours du Ier s. dans les contextes urbains. Ainsi, à Fréjus, sur le site du Clos de la Tour, la seconde phase d’occupation est caractérisée par des maçonneries de mortier, la première par un liant de terre. De même, sur le site de la cathédrale, à Fréjus également, les murs antérieurs à la seconde moitié du Ier s. sont liés à la terre, les murs plus récents au mortier.

31Enfin, on observe le même changement technologique à Nîmes où le mortier fait son apparition dans le courant du Ier s. : d’abord utilisées de concert avec des maçonneries à la terre, comme sur le site de la rue Nationale au Ier s., les constructions au mortier semblent prédominer au IIe s. ; c’est du moins le cas sur le chantier de la Fontaine des Bénédictins et des bâtiments des A.G.F., boulevard Jean-Jaurès. Hors du cadre urbain, ce changement n’intervient pas systématiquement. Par ailleurs, les découvertes actuelles militent en faveur d’une utilisation généralisée de la terre pour l’assemblage des briques crues.

■ Les pans de bois

32La construction à colombage, associant une structure portante en bois et son remplissage, n’a été que rarement mise en évidence sur les sites gallo-romains du sud de la Gaule. Quatre sont connus : trois ont fonction de cloisons, un seul joue le rôle de mur de façade.

33Dans la domus du Clos de la Lombarde (Narbonne), une base de pierres et de tuiles liées à la chaux, large de 20 cm, haute de 50 cm, porte la trace de poteaux équidistants de 80 cm environ. L’élévation de cette cloison, datée du début du Ier s., était vraisemblablement en briques.

34Sur le site de la cathédrale à Fréjus, dans un secteur artisanal du IIe s., une cloison large de 20 cm, conservée sur 90 cm de hauteur, montre l’empreinte de la sablière basse ainsi que celles de poteaux verticaux de 7 à 8 cm de côté, espacés de 65 à 70 cm ; le hourdis est fait de tuiles liées au mortier.

35Un troisième exemple de cloison, d’un type très différent, a été rencontré sur le site de la propriété Solignac à Nîmes, dans un contexte du Ier s. (fig. 3, p. 65). Des poteaux de 7 cm de côté, enfoncés dans le sol, sont espacés de 33 à 36 cm ; à l’une des extrémités, la cloison se raccorde à un angle de murs en pierre au moyen d’un puissant poteau cornier reposant sur un bloc de pierre parallélépipédique. Le hourdis, constitué de briques crues de grandes dimensions (33-36 x 40 x 7 cm) posées de chant, représente une utilisation originale de ce matériau de construction (fig. 4, p. 65).

3. Nîmes, site de la propriété Solignac : cloison à pan de bois avec hourdis de briques de terre crue disposées de chant. (Photo Garmy, musées de Nîmes).
● 4. Restitution de la cloison du site de la propriété Solignac à Nîmes : 1. substrat calcaire entaillé. 2. dé de calcaire supportant le poteau cornier. 3. murs de façade en pierres liées à la terre. 4. remblai de sol. 5. poteau cornier. 6. potelets. 7. briques crues. 8. tessons servant à l’accrochage de l’enduit de terre. 9. enduit de terre. (Dessin C.-A. de Chazelles).

  • 15 Fouille inédite de CL Raynaud. Mur 143 et faits 134 et 142-144.

36A la différence des trois exemples précédents, la construction à pan de bois découverte à Lunel-Viel (Hérault) concerne un mur porteur dans un bâtiment du Ier s. Sur une petite base de pierres, large de 60 cm, deux poteaux de 20 cm de côté, calés par des moellons et du mortier, sont distants de 2 m et placés à 2 m également des retours d’angle du mur de façade. L’abondance de briques crues dans la couche de démolition qui scelle ce mur permet d’envisager la nature du hourdis15.

■ L’adobe

  • 16 ) A Nîmes sur le site de la rue Saint-Laurent, il s’agit de « limons plastiques auxquels étaient in (...)

37Cette technique semble répandue à l’époque romaine dans le sud de la Gaule. Le matériau utilisé, limon ou argile, montre habituellement une texture homogène, bien que, parfois, certaines briques puissent contenir des graviers, voire des escargots. Si la présence de végétaux, visibles à l’œil nu, est souvent signalée, elle ne paraît pas systématique16 : à Ruscino ou à la Fontaine des Bénédictins à Nîmes, on ne décèle aucune trace apparente et seul l’examen microscopique permettrait de trancher. Par ailleurs on note l’ajout de sable, mais pas d’une manière constante, dans des briques de Vaison-la-Romaine (site de la Cathédrale).

38Le module des briques varie peu et s’apparente, plus ou moins, aux dimensions préconisées par Vitruve (environ 30-32 x 15-16 cm). On rencontre cependant des éléments de plus grandes dimensions telles les briques de la réfection d’un mur de la propriété Solignac à Nîmes, dont la longueur, incomplète, atteint 60 cm pour 36 cm de largeur. De même sur le site de la cathédrale à Vaison, des briques trouvées dans des niveaux du Ier au IIIe s. montrent une épaisseur de 14 cm pour 28 x 14 cm.

39La dimension la plus accessible, l’épaisseur, est généralement comprise entre 6 et 8 cm. L’histogramme établi à partir des mesures d’épaisseur effectuées sur toutes les briques de la propriété Solignac à Nîmes, soit trois-cent-cinquante échantillons, reflète clairement cette constante.

40La technique de l’adobe présente d’innombrables variations. Souvent, ce type de mur comporte une base de pierres, isolant de l’humidité, dont la hauteur varie de quelques centimètres comme à Nîmes à plusieurs décimètres. Deux exemples de cloisons en adobe, bien conservés, illustrent cette technique.

  • 17 La cloison repose directement sur le plancher à lambourdes précédemment décrit, sans soubassement. (...)
  • 18 ROLLAND (H.). – Fouilles de Glanum. Gallia, suppl. I, Paris, 1946, pp. 128-129.

41Le premier, à Arles, se situe dans une maison hors les murs et date du début du IIIe s.17 Le deuxième exemple, daté du milieu du IIe s., appartient à la domus de la Fontaine des Bénédictins à Nîmes (fig. 5, p. 67). Par ailleurs, les niveaux républicains de Glanum ont également livré des murs en terre sur base en moellons, dont la description paraît s’appliquer à des constructions en briques crues18.

5. Nîmes, site de la Fontaine des Bénédictins : cloison d’adobe. (Photo Garmy, musées de Nîmes).
● 6.  Nîmes, site de la propriété Solignac : enduit de terre sur cloison à pan de bois. (Photo Garmy, musées de Nîmes).

  • 19 Renseignements inédits, aimablement communiqués par A. Kaufmann.

42L’utilisation de l’adobe au Ier s. ap. J.-C., sous la forme d’une réfection dans un mur en pierre, est attestée à la propriété Solignac à Nîmes. Ici, les briques de grandes dimensions se superposent, sans alternance des joints verticaux, au-dessus d’un soubassement de pierre de 50 cm de hauteur et de 50 cm de largeur. Enfin, il n’est pas improbable qu’en certains cas, seuls les murs d’un étage supérieur aient été élevés en adobe, le rez-de-chaussée étant construit en pierre. Ce sont du moins les conclusions que proposent les fouilleurs du site du parking Pasteur à Aix-en-Provence et de celui de la cathédrale à Vaison-la-Romaine19.

■ Le pisé

43D’une manière générale, l’absence de traces de clayonnage (torchis) ou de joints entre les briques (adobe) dans les murs en élévation conduit le fouilleur à y reconnaître la technique du pisé. Ces arguments a silentio sont insuffisants de même que la seule qualité granulométrique du matériau, un mélange d’argile et de graviers, comme cela a été observé à La Lagaste (Pomas et Rouffiac), à la Cité à Carcassonne ou à la villa de Flassian à Limoux. On doit convenir que certaines élévations en terre n’ont fourni aucun indice permettant de préciser leur technique de construction ; c’est notamment le cas à Nîmes, rue Saint-Laurent, pour une cloison de 8 cm d’épaisseur enduite à la chaux et sur l’oppidum d’Ambrussum pour une cloison similaire.

■ Les enduits de terre

44Sur la plupart des murs de terre crue, mais aussi sur des murs de moellons mortayés, se trouvent une ou plusieurs couches de terre. Les variations technologiques sont nombreuses : par exemple, une couche unique, argileuse, recouverte d’un crépi à la chaux, revêt la cloison à pan de bois du site de la cathédrale à Fréjus ; une seule couche de terre également, mais sans enduit de mortier, couvre la cloison à colombage de la propriété Solignac à Nîmes (fig. 6, p. 67). Dans la même ville, rue Saint-Laurent, des murs en pierre enduits à la terre au IIe s. av. J.-C., connaissent une réfection au siècle suivant sous la forme d’une couche de mortier. En revanche, ce sont trois couches successives et différentes qui protègent le soubassement maçonné du pan de bois du Clos de la Lombarde à Narbonne : terre et paille pour la première, puis terre et chaux, enfin terre, sable et chaux. De même, la reprise en adobe de la propriété Solignac (Nîmes) montre trois couches de matériaux argileux de couleurs différentes sous un enduit de mortier.

45Dans certains cas, la prise d’une couche de terre sur la précédente ou l’adhérence du mortier sur la terre sont facilitées soit par le placage de tessons ou de cailloux plats, soit par des rainures profondes : placage de tessons d’amphore sur le mur augustéen du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard), construit en moellons liés à la terre, ainsi que sur la réfection en briques crues de la propriété Solignac (Nîmes) ; stries d’accrochage dans l’enduit de terre comme à la Fontaine des Bénédictins (Nîmes) sur un mur maçonné au mortier, ou vues en relief (« en négatif ») au revers des enduits de mortier (rue Saint-Laurent au Ier s. av. J.-C. et à la Fontaine des Bénédictins au IIe s. à Nîmes).

  • 20 DESBAT (A.). - L’Architecture de terre à Lyon à l’époque romaine. B.A.R., international series, 108 (...)

46Du point de vue technologique, la présence d’un enduit de terre rainuré ou incrusté de tessons se conçoit entre un mur de terre et un crépi de mortier. Ce rôle d’intermédiaire destiné à assurer la cohésion entre matériaux très différents ne semble donc pas se justifier lorsque l’enduit de terre sépare un mur de moellons liés au mortier et un crépi de même nature; l’explication que l’on serait tenté de proposer, déjà envisagée par A. Desbat20, est que ces murs maçonnés, dont l’élévation est souvent très réduite, ne sont en fait que les bases de constructions en terre.

Conclusions

47Si la mise en œuvre de la terre en architecture apparaît toujours liée à celle de la pierre sur les sites gallo-romains du Midi, il reste difficile de pondérer l’importance d’un matériau par rapport à l’autre, et ceci pour deux raisons : d’une part, leur conservation très inégale sous les climats contrastés méditerranéens et, d’autre part, du fait des problèmes d’identification que posent les structures de terre crue à la fouille.

  • 21 Pour les briques et les tuiles estampillées qui restent rares dans le Midi, voir les travaux de : F (...)

48Il est également délicat de mesurer en quoi la terre crue a pu être concurrencée ou remplacée par la terre cuite dont l’emploi apparaît avec les tuileries au cours du Ier s. av. J.-C. Toutefois, assez peu répandu dans l’habitat, ce matériau semble réservé à des emplois bien particuliers : tuiles et carreaux, pilettes et tubulures, briques formant les chaînages de constructions en pierre...21.

49Les données qui ont permis l’élaboration de cette synthèse régionale sont encore trop imprécises ou trop fragmentaires selon les cas, et simplement trop ponctuelles pour autoriser à tirer de véritables conclusions. Celles-ci se limitent donc à formuler des constats et à poser quelques questions.

50On observe effectivement le recours à la terre crue dans tous les types d’habitats, dans l’ensemble du Midi de la Gaule, au cours du Haut Empire et au début de l’Antiquité tardive ; on constate également des utilisations très diversifiées de ce matériau dans la construction, même s’il n’est guère l’élément dominant. Par contre, il est impossible de cerner les raisons du choix de la terre plutôt que de la pierre dans certains cas en raison d’un nombre insuffisant de données : peut-on réellement avancer des motivations économiques (le moindre coût de la terre par exemple), des raisons technologiques (la facilité de mise en œuvre, mais aussi la connaissance des qualités particulières de la terre, de ses avantages en certaines circonstances), déceler un déterminisme géologique ou des habitudes culturelles ? A cette dernière alternative, la géologie est en mesure d’apporter quelques éléments de réponse, tandis que les premières questions restent en suspens, et sans doute pour longtemps...

51Le paysage minéral du Midi méditerranéen n’a aucune commune mesure avec les gigantesques affleurements de matériel détritique argilo-limoneux, formé sous des climats autrement agressifs, qui sont les facteurs déterminants du mode de construction en terre, en Afrique et au Moyen-Orient.

52Les ressources minérales de la Gaule méditerranéenne sont beaucoup plus variées, à courte distance ; ici pas de déterminisme naturel absolu. Quel que soit le site choisi pour l’établissement de constructions, quand bien même ce serait en domaine franchement calcaire comme les garrigues languedociennes, il existe toujours dans l’environnement et proche un matériel argilo-limoneux, meuble, aux propriétés physiques compatibles avec la technologie de mise en œuvre de la terre crue dans l’architecture.

53Par exemple, le site d’Ambrussum est établi sur les premiers termes calcaires du Valanginien, au contact entre la plaine littorale et la garrigue, au débouché du fleuve Vidourle ; les bancs calcaires, réguliers et bien lités, ont été largement utilisés dans l’architecture ; mais les alluvions limoneuses du Vidourle entrent aussi dans la catégorie des matériaux de construction, sous la forme de liant des pierres des bases conservées des murs, d’enduits, de torchis, de briques.

  • 22 Cf. MICHELOZZI (A.). — L’Habitation protohistorique en Languedoc oriental. Cahier de l’A.R.A.L.O., (...)
  • 23 Étude inédite effectuée par P. Poupet sur le terrain en 1981 et 1982, et dont le prolongement en la (...)

54Un second exemple est donné par le site du Marduel à Saint-Bonnet-du-Gard. La brique de terre crue y est largement présente depuis le IVe s. av. J.-C.22, facilement identifiable, même sous forme de fragments dans des couches de destruction très remaniées, par la teinte gris-bleu du matériau. Une approche géo-archéologique du site ne pouvait ignorer le problème de l’origine des argiles23. La vallée du Gardon, à son débouché dans la plaine du Rhône, offre au pied du site des ressources argileuses, très accessibles, en ses alluvions les plus fines. Il est alors permis de parler de choix raisonné quand l’enquête géologique démontre que ce sont au contraire les argiles plaisanciennes qui ont été utilisées. Les affleurements les plus proches du site sont ceux de Meynes, à 6 km sur cette même rive droite, au pied des collines calcaires, et de Fournès, à 4 km, sur l’autre rive, face au site (fig. 7).

● 7. Carte géologique simplifiée montrant les ressources argileuses des alluvions du Gardon et des affleurements plaisanciens de Meynes et de Fournès par rapport à \’oppidum du Marduel à Saint-Bonnet-du-Gard.
(Dessin CI.-A. de Chazelles).

55L’architecture de terre crue est une des traductions des rapports matériels de l’homme et de son environnement ; elle est basée sur une utilisation raisonnée des matériaux naturels qui repose sur des savoir-faire très anciens. La poursuite des travaux de laboratoire est une direction de recherche qui devrait permettre de mieux cerner les propriétés physiques recherchées par les bâtisseurs.

56En définitive, les seules conclusions qui s’imposent sont d’ordre méthodologique car les progrès dans la connaissance de l’apparition et de l’évolution des techniques architecturales utilisant la terre et le bois dans l’Antiquité sont essentiellement tributaires de l’archéologie, donc des techniques de fouilles et d’enregistrement, de la qualité des observations et des descriptions publiées. Il convient par conséquent d’insister sur la nécessité impérative de fouiller les murs au même titre que les couches car ils sont aussi des ensembles stratifiés. Il faut également mettre en relief l’importance de l’interprétation des couches « anonymes » : elles doivent être observées de plus près, étudiées autrement, sans pour autant considérer systématiquement qu’elles sont issues de la désagrégation de structures en terre crue, mais au contraire en faisant appel à plus d’objectivité et en prenant en compte l’apport des Sciences de la Terre.

Bibliographie

Orientation bibliographique

AIX-EN-PROVENCE (13), Enclos Laugier: fouille inédite (A. Kaufmann).

AIX-EN-PROVENCE (13), Parking Pasteur: fouille inédite (Bonifay-Kaufmann).

ARLES (13). L’Esplanade : CONGÉS (G.). — L’Histoire d’Arles. Archeologia, 142, Paris, 1980, pp. 9-23.

BRAM (11), Villarzens : fouille inédite (M. Passelac).

CARCASSONNE (11), La Cité : RANCOULE (G.). — Sondages stratigraphiques à la Cité de Carcassonne (Aude). D.A.M., 2, 1979, pp. 107-118.

FRÉJUS (83), Les Aiguières : GOUDINEAU (G). — Une fouille récente à la périphérie de Forum Julii : le chantier des Aiguières. C.R.A.I., 1982, pp. 279-292.

FRÉJUS (83), La Cathédrale : M. Fixot et L. Rivet, rapport de fouille 1981.

FRÉJUS (83), Le Clos de la Tour : FÉVRIER (P.-A.), JANON (M.), VAROQUEAUX (C.). — Fouilles au Clos du Chapitre à Fréjus. C.R.A.I., 1972, pp. 355-381.

LA GARDE (83), Domaine Saint-Michel : BRUN (J.-P.), GÉRARD (M.), PASQUALINI (M.). — Fouille d’une villa gallo-romaine au lieu-dit « domaine de St-Michel » à La Garde. In : Activités archéologiques du Centre de documentation archéologique du Var. Toulon, 1979, pp. 31-39. Gallia, 37, 1979, pp. 557-558.

LIMOUX (11), Flassian : Gallia, 29, 1971, p. 373. Gallia, 31, 1973, p. 479.

LUNEL-VIEL (34): Gallia, 19, 1981, p. 510; RAYNAUD(C.). — Archéologie gallo-romaine et médiévale à Lunel-Viel (Hérault) : 1. Les recherches en 1979 et 1980. Dossiers de l’A.R.A.LO., 2, Caveirac, 1982. RAYNAUD (C.). — Archéologie gallo-romaine et médiévale à Lunel-Viel (Hérault) : 2. Le sauvetage programmé en 1981. Dossiers de l’A.R.A.LO., 4, Caveirac, 1982.

MAS-SAINTES-PUELLES (11), Le Bourdic : fouille inédite (M. Passelac).

MONS et MONTEILS (30), Vié-Cioutat : DEDET (B ). — Recherches récentes sur l’oppidum de Vié-Cioutat (Gard), 1966-1972. Bulletin de l’École antique de Nîmes, n.s., 6-7, 1971-1972, pp. 17-46. Gallia, 31, 1973, p. 503. Gallia, 33, 1975, p. 517. Gallia, 36, 1978, pp. 449-450. Gallia, 37, 1979, p. 539. Gallia, 39, 1981, p. 519.

NAGES-et-SOLORGUES (30), Les Castels: PY (M.). — L’Oppidum des Castels à Nages (Gard) (fouilles 1958- 1974). Gallia, 35e suppl. Paris, 1978.

NARBONNE (11), rues Descartes, Jaquard et entre rues Chanzy et Béranger: SABRIE (M. et R.), SOLIER (Y.). — Archeologia, 133, Paris, 1979, p. 50.

NARBONNE (11), Clos de la Lombarde : SABRIE (M. et R.), SOLIER (Y.), Archeologia, 133, Paris, 1979. Gallia, 37, 1979, pp. 523-524. Gallia (30), 39, 1981, pp. 503-504.

NIMES (30), rue Pasteur: fouille inédite (P. Garmy).

NÎMES, rue F. Pelloutier : GENTY (P.-Y.). — Sauvetage d’un ensemble gallo-romain à mosaïque géométrique, rue F. Pelloutier à Nîmes. Bulletin de l’École antique de Nîmes, n.s., 14, 1979, pp. 85-97.

NÎMES, rue Nationale : Gallia, 39, pp. 545-.546.

NÎMES, rue Saint-Laurent (1978) : GENTY (P.-Y.) … [et al.]. — Recherches sur l’habitat romain à Nîmes. Les fouilles de la rue Saint-Laurent. Bulletin de l’École antique de Nîmes, n.s., 15, 1980, pp. 111-131.

NÎMES, propriété Solignac : fouille inédite 1981-1982 (P. Garmy).

NÎMES, Théâtre municipal : Gallia, 39, 1981, pp. 521-522.

NÎMES, rue Saint-Laurent (1981) : fouille inédite (P.-Y. Genty).

PERPIGNAN (66), Ruscino : Gallia, 39, 1981, pp. 501-503.

POMAS et ROUFFIAC (11), La Lagaste : RANCOULE (G.). — La Lagaste, Camp dal Ker, campagne de fouilles 1971. Bull. Soc. Éf. Sc. Aude, 75, 1975, pp. 123-138.

SAINT-BONNET-DU-GARD (30), Le Marduel : PY (M.), RAYNAUD (C.). — Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard) : I. Les sondages préliminaires. D.A.M., 5, 1982, pp. 5-32 ; Gallia, 37, 1979, pp. 547-548 ; Gallia, 39, 1981, pp. 522-524.

SAINT-RÉMY-DE-PROVENCE (13), Glanum : ROLLAND (H.). — Les fouilles de Glanum, Gallia, suppl. I, Paris, 1946; Gallia, suppl. XI, 1958.

VAISON-LA-ROMAINE (84), La Cathédrale : fouille inédite (B. Liou).

VILLETELLE (34), Ambrussum, Le Devès : FICHES (J -L ), FENOUILLET (M.), WUJEK (C.). — Sept ans de recherches à Ambrussum, oppidum, relais de la voie domitienne (1968-1974). Cahier de l’A.R.A.LO., 4, Caveirac, 1976.

VILLETELLE, Ambrussum, Le Sablas : FICHES (J.-L.) ... [et al.]. — Recherches archéologiques dans le quartier bas d’Ambrussum (Villetelle. Hérault). Dossiers de l’A.R.A.LO., 1-3-5-6, Caveirac, 1981-1983.

Notes

1 On trouvera en annexe (p. 70) une orientation bibliographique concernant les sites énumérés dans le texte.

2 Cette enquête, réalisée avec le concours des Directions des Antiquités de Languedoc-Roussillon et de Provence-Côte d’Azur, a été adressée à tous les fouilleurs du Midi. Nous remercions d’avoir bien voulu y répondre, même s’ils n’avaient rien à signaler à ce sujet, L. Albagnac, N. Bastide, E. Causse, J. Charmasson, B. Dedet, J. Giry, Cl. Lapeyre, F. Laubenheimer, R. Marichal, M. Passelac, L. Rivet, M. Sabrié, J. Salles, Y. Solier, B. Young et J. Zammit. Pour illustrer cette communication, nous avons bénéficié de documents aimablement prêtés par P.-A. Février, P. Garmy, P.-Y. Genty, Chr. Goudineau, A. Kaufmann, F. Laubenheimer, M. Py et R. Sabrié.

3 Pour Bessan, voir : NICKELS (A). — Les Maisons à abside d’époque archaïque de La Monédière à Bessan (Hérault). Gallia, 34, 1, 1976, pp. 97-128. Pour Sigean : BARRUOL (G.). — Informations archéologiques. Gallia, 29, 2, 1971, p. 377, fig. 10.

4 Cf. NICKELS (A.), MARCHAND (G.). — Recherches stratigraphiques ponctuelles à proximité des remparts antiques d’Agde. R.A.N., IX, 1976, pp. 45-62.

5 Sur le site de Saint-Pierre-lès-Martigues, voir notamment : LAGRAND (C.). — Un nouvel habitat sur la période de colonisation grecque : Saint-Pierre-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône) du VIe s. av. J.-C. au Ier s. ap. J.-C. D.A.M., 2, 1979, pp. 81-106, ainsi que : SALVIAT (F.). — Informations archéologiques. Gallia, 30, 2, 1972, pp. 524-525. SALVIAT (F.). — Informations archéologiques. Gallia, 32, 2, 1974, pp. 518-519.

6 Cf. PY (M.), RAYNAUD (C.). - Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard) : I. Les sondages préliminaires (zones 01, 03 — 09, 05 et 08). D.A.M., 5, 1982, pp. 5-32.

7 BARRUOL (G.), PY (M.). — Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran, à Saint-Gilles-du-Gard. R.A.N., XI, 1978, pp. 19-104, notamment p. 95 : « ... les recherches de ces dernières années ont montré que, vis-à-vis d’un usage généralisé de la pierre dans les villes indigènes, certains sites littoraux, très hellénisés, sinon parfois helléniques, montraient un emploi de la brique dès la période archaïque... ».

8 Sur les découvertes de Nîmes, voir : CHAZELLES (C.-A. de), POUPET (P.). — L’Emploi de la terre crue dans l’habitat gallo-romain en milieu urbain : Nîmes. R.A.N. (à paraître).

9 Cf. PASSELAC (M.). — L’Occupation des sols en Lauragais à l’Age du Fer et pendant la période gallo-romaine. In : Actes du congrès de Castelnaudary, Fédération historique du Languedoc, 1983, pp. 29-63.

10 POUPET (P.). — Perspectives archéologiques sur le site d’Ambrussum. In : FICHES (J.-L.) et ROUX (J.-CL). — Recherches archéologiques dans le quartier bas d’Ambrussum (Villetelle. Hérault) : 2. La fouille de sauvetage en 1981. Dossier de l’A.R.A.L.O., 3, Caveirac 1982, plus précisément p. 36.

11 VITRUVE. — De Architecture, II, 1.

12 Pour Le Castellas de Rognac, voir : CHABOT (L.). — Le Castellas de Rognac et l’étang de Berre à l’époque pré-romaine. R.S.L, 34, 1968, pp. 151-215 (Hommage à F. Benoît) et notamment p. 192 : une masse d’argile de 20 à 30 cm « provenant de la dilution du torchis des murs et du toit » ; sur l’oppidum de La Cloche : ARCELIN (P.), CHABOT (L.J.) — Les Céramiques à vernis noir du village préromain de La Cloche, commune de Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône) : fouilles 1967-1979. M.E.F.R.A., 92, 1980, 1, pp. 109-197, notamment p. 115 : « 0,20 à 0,40 m de terre argileuse et de torchis, issu de la déliquescence des murs en briques crues et de la toiture en pisé ».

13 PY (M.). — L’Oppidum des Castels à Nages (Gard) : fouilles 1958- 1974. Gallia, 35e suppl., Paris, 1978, p. 137. Salle L3 : « La couche 2, à la base de l’éboulis, était faite d’argile jaune compacte et assez pure, qui correspond à l’effondrement d’un puissant toit en pisé ». Dans la pièce contiguë, L4, la fouille a été conduite en 1982 par P. Poupet.

14 Les planches, épaisses de 2 à 3 cm, larges de 15 à 40 cm, reposent sur des solives de 10 x 10-15 cm environ, calées par de la terre, selon la technique du plancher à lambourdes également reconnue à Fréjus sur le site des Aiguières (renseignements G. Congés).

15 Fouille inédite de CL Raynaud. Mur 143 et faits 134 et 142-144.

16 ) A Nîmes sur le site de la rue Saint-Laurent, il s’agit de « limons plastiques auxquels étaient incorporés des végétaux » selon GENTY (P.- Y.) ... [et al.]. — Recherches sur l’habitat romain à Nîmes. Bull. École antique Nîmes, ns 15, 1980, pp. 129-130. Un matériau argileux montrant des traces nettes de végétaux caractérise également les briques de la cloison à pan de bois sur le site de Solignac.

17 La cloison repose directement sur le plancher à lambourdes précédemment décrit, sans soubassement. On remarque deux modules de briques : 45 x 15-18 cm et 20-22 x 15-18 cm pour une épaisseur constante de 10 cm, et un mode de construction original associant des assises de briques horizontales à des éléments placés de chant (renseignements G. Congès).

18 ROLLAND (H.). – Fouilles de Glanum. Gallia, suppl. I, Paris, 1946, pp. 128-129.

19 Renseignements inédits, aimablement communiqués par A. Kaufmann.

20 DESBAT (A.). - L’Architecture de terre à Lyon à l’époque romaine. B.A.R., international series, 108, 1981, pp. 55-81. Tout spécialement p. 62.

21 Pour les briques et les tuiles estampillées qui restent rares dans le Midi, voir les travaux de : FEDIERE (G.). — Marques sur tuiles et sur briques d’époque romaine en Roussillon. Ruscino I.R.A.N., Suppl. 7, pp. 327-335 ; Tuiles et briques romaines estampillées de Fréjus et de sa proche région. Annales du Sud-Est varois, VI, 1981, pp. 7-20.

22 Cf. MICHELOZZI (A.). — L’Habitation protohistorique en Languedoc oriental. Cahier de l’A.R.A.L.O., 10, Caveirac, 1982, p. 13.

23 Étude inédite effectuée par P. Poupet sur le terrain en 1981 et 1982, et dont le prolongement en laboratoire est en cours.

Table des illustrations

Légende 1 Carte de répartition des sites archéologiques ayant livré des fragments de torchis : 1. Ruscino. 2. Sigean. 3. Carcassonne. 4. Mailhac. 5. Narbonne. 6. Ensérune. 7. Bessan. 8. Pignon. 9. Fabrègues. 10. Castelnau-le-L. 11. Lattes. 12. Lansargues. 13. Lunel-Viel. 14. Villetelle. 15. Villevieille. 16. Gailhan. 17. Calvisson. 18. Congénies (?). 19. St-Dionisy. 20. St-Côme-et-M. (?) 21. Combas 22. Nîmes 23. St-Gilles 24. Marguerittes (?). 25. St-Bonnet-du-Gard. 26. Boucoiran. 27. Mons-Monteil. 28. Bouquet. 29. Gaujac. 30. Le Pègue. 31. Sorgues. 32. Comps (?). 33. Beaucaire. 34. Les Baux. 35. Fontvieille. 36. Arles. 37. Orgon. 38. Rognac. 39. Marseille. 40. La Garde. 41. La Môle. 42. Fréjus. (Dessin C.-A. de Chazelles). ● 2. Carte de répartition des sites archéologiques ayant livré des briques en terre crue : 1. Ruscino. 2. Pech-Maho. 3. Carcassonne. 4. Narbonne. 5. Ensérune. 6. Magalas. 7. Bessan. 8. Agde. 9. Lattes. 10. Gailhan (?). 11. Villetelle. 12. Lunel-Viel. 13. Nîmes 14. St-Bonnet-du-Gard. 15. Le Pègue. 16. Beaucaire. 17. St-Gilles. 18. Arles. 19. Les Baux. 20. Mourriès. 21. Lançon. 22. Eguilles. 23. Entremont. 24. Teste-Nègre. 25. La Cloche. 26. Marignane. 27. St-Pierre-lès-Martigues. 28. La Madeleine. 29. Châteauneuf-lès-Martigues. 30. Mimet. 31. Marseille. 32. Taradeau (?). 33. Fréjus. (Dessin C.-A. de Chazelles).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende 3. Nîmes, site de la propriété Solignac : cloison à pan de bois avec hourdis de briques de terre crue disposées de chant. (Photo Garmy, musées de Nîmes). ● 4. Restitution de la cloison du site de la propriété Solignac à Nîmes : 1. substrat calcaire entaillé. 2. dé de calcaire supportant le poteau cornier. 3. murs de façade en pierres liées à la terre. 4. remblai de sol. 5. poteau cornier. 6. potelets. 7. briques crues. 8. tessons servant à l’accrochage de l’enduit de terre. 9. enduit de terre. (Dessin C.-A. de Chazelles).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende 5. Nîmes, site de la Fontaine des Bénédictins : cloison d’adobe. (Photo Garmy, musées de Nîmes). ● 6.  Nîmes, site de la propriété Solignac : enduit de terre sur cloison à pan de bois. (Photo Garmy, musées de Nîmes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende ● 7. Carte géologique simplifiée montrant les ressources argileuses des alluvions du Gardon et des affleurements plaisanciens de Meynes et de Fournès par rapport à \’oppidum du Marduel à Saint-Bonnet-du-Gard.(Dessin CI.-A. de Chazelles).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search