Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Méditerranée occidentale : époque romaine et antécédents

Le Maroc

Maurice Lenoir

Texte intégral

  • 1 CHATELAIN (L.). — Les Fouilles de Volubilis. B.C.T.H., 1916, p. 75.
  • 2 CHATELAIN (L.). — Les Fouilles de Volubilis. B.C.T.H., 1916, p. 75 : souligne « l’excellente conser (...)

1Le premier monument que traverse le visiteur qui, à Volubilis, a gravi le sentier menant aux ruines, est une maison pourvue d’une huilerie ; sur des soubassements de pierres s’élèvent des parois de briques de terre, hautes encore de 1,50 m. Cette maison avait été l’une des toutes premières dégagées sur le site1. C’est dire que l’architecture de terre n’a pas été ignorée par les archéologues du Maroc, mais leur intérêt s’est naturellement porté, comme en bien d’autres pays, sur des monuments plus « nobles »2. De plus, l’aspect informe du matériau lorsqu’il est décomposé ne facilitant pas son identification, la présence de parois de terre est souvent plus supposée que prouvée, et, lorsqu’il est identifié, il est parfois difficile de déterminer la nature exacte des parois, adobe ou pisé, d’où une imprécision générale des publications.

  • 3 Travaux de J. Boube à Sala, A. Jodin à Volubilis et auparavant à Mogador. Voir ci-dessous.

2C’est la découverte, somme toute récente, de murs assez bien conservés sous des niveaux proprement romains à Sala et à Volubilis3 qui a attiré l’attention sur cette architecture. Les principales découvertes appartiennent à une époque antérieure à l’occupation romaine de la Tingitane, et bien des vestiges déjà dégagés furent ainsi considérés comme pré-romains.

3Nous ne prétendons pas présenter une synthèse sur l’architecture de terre dans le Maroc antique, qui nous paraît, dans l’attente de publications d’ensemble annoncées sur des fouilles plus ou moins récentes, prématurée. Ce sont des éléments pour une synthèse future que nous voudrions rappeler (fig. 1, p. 49).

1. Documents d’architecture de terre au Maroc. G.M. del.
● 2. Dchar Jdid. Niveau maurétanien 1. Mur de briques nord. Relevé et dessin G. Monthel.

Les constructions de terre à l’époque pré-romaine

  • 4 JODIN (A.). — Mogador, comptoir phénicien du Maroc atlantique. E.T.A.M., II, Rabat, 1956, p. 49 (d’ (...)

4Le premier témoignage d’architecture de terre au Maroc a été découvert dans l’île de Mogador4 ; il s’agit de « loupes d’argile brun-rouge », apparaissant en stratigraphie, « dont l’origine continentale ne saurait faire de doute, car elle ne se rencontre en aucun endroit de l’île ». Elle aurait été apportée du continent par les marins phéniciens qui avaient établi une escale dans l’île pendant la deuxième moitié du VIIe s. et au début du VIe s. av. J.-C. Faute de vestiges suffisamment cohérents, le fouilleur suppose que cette terre a pu servir à construire soit des sols en terre battue, soit des murs de pisé ou d’adobes, soit des fours « de campagne ».

5Les vestiges sont beaucoup plus nombreux, et plus variés, à l’époque des rois maurétaniens (IIIe-Iers. av. J.-C.). On se heurte malheureusement à l’imprécision des vestiges et des descriptions signalée plus haut, et l’on ne peut guère qu’énumérer des sites où la terre a été employée.

  • 5 EUZENNAT (M.). — Rapport sur l’archéologie marocaine en 1955. B.C.T.H., 1955-1956, p. 213. Niveau d (...)
  • 6 MOREL (J.-P.). - Les Niveaux pré-romains. In : J.-P. Callu, J.-P. Morel, R. Rebuffat, G. Hallier, e (...)

6Des « parois » ou « murets » de briques crues ont été signalés, sous des niveaux romains, à Rirha, l’antique Gilda5 et à Thamusida6 ; dans les deux cas, il s’agit de sondages profonds, qui ne peuvent nous renseigner sur les édifices où était employée cette technique. Sur le second site cependant, on peut entrevoir une certaine évolution. A la partie inférieure du niveau IV, qui « en toute hypothèse [ne remonte pas] au-delà du milieu du IIe s. avant notre ère », on trouve des « parois de briques crues, mais durcies au feu » ; « au niveau II, sinon au niveau III, aux environs du changement d’ère », coexistent des murs en moellons mal liés et un mur de briques crues, large d’un mètre environ.

  • 7 TARRADELL (M.). — Las Excavaciones de Tamuda de 1949 a 1955. Tamuda, IV, 1956, pp. 71-85; TARRADELL (...)

7A Tamuda, dans le nord du Maroc, aucune trace de pisé ou d’adobe n’a été signalée. M. Tarradell considère néanmoins que la plupart des murs intérieurs des maisons (conservés sur une hauteur de 20 à 60 cm, dans de rares cas jusqu’à 80 cm) sont des soubassements de parois de terre et apporte à l’appui de ses vues trois arguments : l’absence, dans les terres dégagées au-dessus des sols, de pierres pouvant résulter de la destruction des parties hautes; l’horizontalité parfaite des sommets des murs les mieux conservés; la coloration rouge de la face supérieure de ces mêmes murs, inexplicable pour lui sinon par le fait qu’elle était surmontée de terre, « adobe ». C’est une vue que l’on peut accepter. Les façades des bâtiments pourraient donc être en pierre, les cloisons internes de terre crue; il s’agit de maisons de type « hellénistico-carthaginois » selon M. Tarradell, sans patio interne, aux petites pièces rectangulaires, « completamente distinte a la casa romana clàsica »7.

  • 8 TARRADELL (M). — Marruecos púnico. Tétouan, 1960, p. 92 (Sidi Abdelslam del Behar, 3e époque ; des (...)

8Le même fouilleur signale, sans grande précision supplémentaire, des murs identiques à ceux de Tamuda à Sidi Abdeslam del Behar, entre 120 et 50/40 avant notre ère, et à Lixus, au niveau IV du sondage « del Algarrobo », niveau daté par lui des Ve-IVes. av. J.-C.8.

  • 9 Briques de 0,30 x 0,20 m ; épaisseur moyenne : 0,10 m.
  • 10 EUZENNAT (M). — Fouilles opérées à Banasa en 1955. B.C.T.H., pp. 223-240; LUQUET (A.). — La Céramiq (...)

9Nous mentionnerons également ici les fours découverts dans les niveaux profonds de Banasa. Construits entièrement en briques crues9 revêtues d’un enduit d’argile et cuites au premier feu, de forme rectangulaire (4,60 m sur 2,10 m pour le four I), ils ont servi à produire une céramique décorée de bandes peintes, de tradition ibérique. Cinq fours ont été repérés, mais aucune publication cohérente de ces découvertes n’a été faite10.

  • 11 PONSICH (M.). — Recherches archéologiques à Tanger et dans sa région, Paris. 1970, fig. p. 214, p.  (...)
  • 12 JODIN (A.). — Les Établissements au roi Juba II aux îles Purpuraires (Mogador). Tanger, 1967, pp. 3 (...)
  • 13 JODIN (A.). — Les Établissement du roi Juba II aux îles Purpuraires (Mogador). Tanger, 1967, p. 36  (...)
  • 14 « Ferme fortifiée » pour M. Ponsich : voir PONSICH (M.). — Recherches archéologiques à Tanger et da (...)

10Deux sites ont livré des documents plus substantiels : Koudiat Daïat près de Tanger11 et Mogador12 ; dans les deux sites, les fouilleurs ont retrouvé les parois « de pisé » effondrées, en masses compactes, qui ont empêché la fouille d’une pièce sur le site de Koudiat Daïat, de part et d’autre, et au-dessus, de soubassements en pierre. Ceux-ci ont une hauteur de 1 mètre environ ; il n’a pas alors été possible de déterminer la nature exacte des parois de terre. A Mogador, l’argile a été apportée du continent pour la construction des bâtiments. Les toitures étaient des terrasses de terre battue : à Koudiat Daïat, on a retrouvé des débris calcinés de poutres qui la soutenaient, et à Mogador on a pu observer, dans des fragments de « terre damée », la trace des clayonnages de roseaux qui «armaient» la terrasse13. L’édifice de Koudiat Daïat est une ferme14, de l’époque de Juba II d’après le matériel recueilli (amphores « augustéennes » et monnaies) ; celle de Mogador est un « cellier ou un entrepôt de marchandises débarquées ou destinées à être embarquées », daté de la même époque par la céramique arétine trouvée sur le sol.

  • 15 JODIN, Enceinte, p. 206 et fig. 6. Il faut attendre la publication prochaine des fouilles de A. Jod (...)

11A Volubilis, A. Jodin a publié ce qui paraît être la façade d’une maison de haute époque, enfouie sous un decumanus15, où «un appareil de moellons réguliers de calcaire jaune encadre un amoncellement de briques crues, ou plutôt de lits d’argile réguliers, de couleur brune, soulignés tous les 7 cm par un mortier de chaux claire ».

  • 16 KERMORVANT (A.). — Prospection géophysique; LENOIR (M.), HESNARD (A.). - La Citadelle. In : A. Aker (...)

12Les fouilles récentes sur le site de Dchar Jdid (= Zilis ?) ont permis de mettre au jour deux nouveaux documents de cette technique. Nous nous contenterons de rappeler ici les principaux résultats déjà exposés dans la publication préliminaire16. Sur une des terrasses supérieures du site, la prospection magnétique avait mis en évidence trois anomalies de grande taille et de très forte amplitude ; la fouille de l’une de ces anomalies a révélé deux niveaux de construction superposés, tous deux pré-romains.

13Le niveau maurétanien 1, le plus ancien, est représenté par une habitation, seulement en partie dégagée car recouverte par les constructions postérieures. Elle est composée de deux pièces approximativement rectangulaires (la pièce nord, la mieux dégagée, mesure 6 m de long pour une largeur variant de 2,54 m à 3,20 m), adjacentes par l’un de leurs grands côtés, et communiquant par une porte de 0,94 m de large. Dans la pièce sud se trouvait un foyer domestique fait de tessons d’amphores disposés en cercle au-dessus d’un carré de galets enfoncés dans le sol.

14Les murs sont composés d’assises à joints couverts d’adobes, longs de 36 cm en moyenne, larges de la moitié, hauts de 7,5 à 10,5 cm. L’assise inférieure repose soit sur de petites pierres irrégulières, soit sur une couche de terre tassée, qui ont servi à régulariser le sol. Le mur nord, le mieux conservé et dégagé sur presque toute sa longueur (fig. 2), mesure 1,25 m de haut au total ; au sommet, les briques, très délitées, se confondent en une masse de terre de 0,20 à 0,30 m de haut ; dix assises d’adobes sont ensuite bien nettes, sur une hauteur de 0,90/0,95 m. La couche de pisé inférieure a une hauteur de 0,09 à 0,11 m. Seuls les parements internes ont été dégagés ; ils étaient recouverts d’un enduit de terre, de 0,5 à 1 cm d’épaisseur, lui-même badigeonné de blanc de chaux. Le sol est de terre battue mêlée à un cailloutis très fin.

15Le mur nord, que l’on a pu observer, présente une particularité notable. A environ 35 cm sous son niveau supérieur (de briques crues décomposées), il comprend, en largeur, une ou deux assises d’adobes, doublées au nord par un mur de pierre ; les adobes surmontaient, puis s’appuyaient à ce doublage, l’intervalle éventuel étant comblé de terre tassée. L’ensemble mesure 1,30 à 1,50 m d’épaisseur. Il est bien difficile d’interpréter ce doublage de pierres, pour lequel nous n’avons pas de comparaisons. Nous avons pu constater, dans la région de Casablanca, que certaines petites fermes présentent une cour enclose d’un mur de pierres, alors que les bâtiments intérieurs, appuyés à ce mur, sont bâtis en matériau léger, souvent de fortune. Peut-être avons-nous à Dchar Jdid une construction d’un type semblable ?

  • 17 L’incendie explique les très fortes anomalies magnétiques décelées par la prospection géophysique. (...)

16Cette maison a été détruite par un incendie, qui a cuit les briques, et provoqué l’effondrement du toit et de la partie supérieure des murs17. Les objets entreposés dans la maison ont alors été écrasés sur le sol et recouverts par la masse des briques écroulées (fig. 3, p. 51).

3. Dchar Jdid. Niveau maurétanien 1. (DCJ 80/8.06). A droite, mur de briques nord ; à gauche, stratigraphie de la pièce nord : sondage du sol, amphores écrasées sur le sol, adobes conservés, adobes décomposés. Le sommet de la couche d’adobes décomposés sert de sol au niveau maurétanien 2.
● 4. Dchar Jdid, niveau maurétanien 2 (DCJ 79/18.03). Pièce au sud-ouest de la fouille. On notera l’horizontalité de la surface du mur ouest.

17On ne peut se prononcer sur la nature de l’établissement humain qui correspond à ce niveau maurétanien 1. Seul l’incendie qui a cuit la masse des adobes a permis le repérage de ces vestiges ; les trois anomalies repérées représentent sans doute trois maisons assez proches l’une de l’autre, mais l’incendie a pu n’affecter qu’une partie du site seulement.

  • 18 Le niveau maurétanien 2 ne se trouve qu’à 10 ou 15 cm sous le sol moderne.

18Le sommet de la couche résultant de la décomposition des briques a ensuite servi de sol aux pièces du niveau supérieur –niveau maurétanien 2- ; les constructions de ce niveau offrent l’aspect de murs de pierre (fig. 4, p. 51), conservés sur 0,30 à 0,90 m de haut, en pierres irrégulières jointes par un mortier de terre et de chaux. Ces murs sont certainement le soubassement de murs de terre; aucun vestige d’adobe ou de pisé ne subsiste18, mais la consistance et l’homogénéité de la terre qui recouvrait les objets écrasés sur le sol ne laissaient, à la fouille, aucun doute sur la nature de l’élévation des parois. De plus, le mur nord de l’habitation du niveau maurétanien 1 avait été conservé en élévation et servait de cloison.

19La partie centrale de l’édifice dégagé se présente comme une unité de 13 m sur 8 m, divisée dans le sens de la longueur en deux pièces parallèles ; une pièce indépendante, au sud-ouest, donne peut-être sur une cour intérieure. La destination des bâtiments est peu claire ; le matériel recueilli incite à les considérer comme d’usage artisanal.

20Le niveau maurétanien 1 est difficilement datable, mais ne paraît guère antérieur à la fin du IIe s. av. J.-C. ; le niveau maurétanien 2 a été détruit vers 30 av. J.-C. On note entre les deux niveaux une différence très nette de technique : aux murs entièrement en briques crues succèdent des murs de terre (en adobes ou en pisé ?) sur soubassement de pierres. On peut mettre cette évolution en parallèle avec l’évolution plus générale que l’on infère du matériel découvert : le niveau maurétanien 1 ne révèle pas de matériel d’importation, qui abonde dans le niveau maurétanien 2, preuve de l’ouverture de courants commerciaux stables, et de l’arrivée d’influences romaines, soit directes, soit par l’intermédiaire de l’Espagne. La prospection géophysique permet également d’affirmer, correspondant au niveau maurétanien 2 dégagé par la fouille, l’existence d’une véritable ville dotée d’un urbanisme cohérent. On saisit là une « rupture culturelle », liée à la romanisation des échanges. L’exemple de Tamuda incite cependant à ne pas mettre au compte de la romanisation le changement dans la technique de construction que l’on peut constater sur le site.

  • 19 BOUBE, Architecture maurétanienne, pp. 309-310.
  • 20 JODIN, Enceinte, p. 9 et fig. 4.
  • 21 La variété des techniques de construction signalées par A. Jodin est telle que l’enceinte de Volubi (...)

21La terre était également utilisée dans les bâtiments publics. Il faut attendre la publication définitive du forum de Sala pour se prononcer sur la nature du « grand édifice, composé de huit salles rectangulaires, séparées par des murs de briques crues, montés sur des soubassements de moellons, assemblés avec de l’argile rouge », découvert sous le forum de la ville romaine, et daté « des règnes de Bocchus le Jeune ... ou de Juba II »19. Mais nous savons que l’adobe a servi à bâtir une partie de l’enceinte pré-romaine de Volubilis, repérée et dégagée par A. Jodin20, sur des soubassements de maçonnerie larges de 1,10 m à 1,60 m. L’auteur décrit un dispositif original qu’il aurait reconnu sur 25 m de long ; l’enceinte serait composée, du nord au sud, d’un mur de 1,60 m de large, en assises régulières de calcaire sur des fondations de galets, assises elles-mêmes surmontées de « plusieurs couches de briques » ; d’une « masse d’argile et de briques crues de différentes couleurs», large de 1,40m, au centre de laquelle se trouvaient noyées des poutres de bois posées dans le sens de la longueur; enfin d’un mur de 1,10 m de large, en appareil polygonal21. On retiendra ici l’emploi des poutres en chaînages longitudinaux dans la maçonnerie de briques crues, exemple unique de cette technique au Maroc.

  • 22 RUHLMAN (A.). - Le Tumulus de Sidi Slimane (Rharb). B.S.P.M., 12e année, 1939, pp. 37-70 (d’où nos (...)

22L’architecture funéraire de l’époque a, elle aussi, fait emploi de la terre. Nous sommes bien documentés grâce à la fouille du tumulus de Sidi Slimane, publiée de façon détaillée et bien illustrée par A. Ruhlmann22 (fig. 5, p. 53). Sous un tertre d’environ 47 m de diamètre, le monument proprement funéraire se présentait comme une masse rectangulaire de 13,25 m de long sur 5,50 m de large, haute de 2 m environ ; il se composait d’un couloir d’entrée et d’un vestibule, tous deux à ciel ouvert, précédant la chambre sépulcrale, couverte. Les murs du couloir et le mur de façade sont composés d’un parement en moellons grossièrement équarris, surmonté « d’un lit de terre d’une épaisseur moyenne de 0,50 m, revêtement qui fait corps avec le remblai constituant les deux ailes flanquant l’entrée ». Les murs du vestibule et de la chambre sépulcrale, d’une largeur de 1,25 m, sont entièrement en briques crues : « de dimensions variables, elles oscillent pour la longueur entre 0,40 m et 0,50 m. L’épaisseur, plus constante, est de 0,10 m environ. Les briques, posées à plat, par assises régulières, sont liées entre elles par un mortier de terre ».

5. Sidi Slimane. Plan, coupe et reconstitution de la construction funéraire. Dessins extraits de : RUHLMAN (A.). — Le Tumulus de Sidi Slimane (Rharb), B.S.P.M., 1939, pl. I et II, fig. 22, p. 68.

  • 23 La porte entre le vestibule et la chambre avait un seuil de bois, mais pas de linteau.

23Alors que le sol du couloir et du vestibule sont de terre battue, la chambre sépulcrale est dallée. Son plafond est constitué de six troncs d’arbre, « d’une longueur max. de 5,30 m et d’un diamètre moyen de 0,60 m », calés par des galets roulés. Ces poutres de thuya, callisfris articulata, étaient à nu à l’intérieur du tombeau, mais revêtues à l’extérieur d’un « lit de terre battue ». Le bois était également employé dans les seuils (seuil extérieur d’entrée au couloir, seuil entre le vestibule et la chambre sépulcrale), en linteau de la porte entre le couloir et le vestibule23 où un tronc d’arbre reposait lui-même sur une poutrelle. Deux niches pratiquées symétriquement dans les murs du couloir contenaient un poteau, plus mince à la base qu’au sommet.

  • 24 Il s’agit, d’après les dessins qui en ont été donnés [RUHLMAN (A.). — Le Tumulus de Sidi Slimane (R (...)

24Le tombeau abritait quatre sépultures, apparemment contemporaines. Le mobilier découvert consiste en quelques clous de fer, des éléments de charnière en os, restes probables de coffrets de bois déposés près des sépultures, et quelques tessons de céramique. Ceux-ci permettent de dater le monument des IIIe-IIes. av. J. -C.24.

25A l’époque maurétanienne, la terre est donc largement employée dans l’architecture domestique –que ce soit dans les villes comme Tamuda, Dchar Jdid (niveau maurétanien 2), Volubilis, et probablement Lixus, dans les villages comme Sidi Abdeslam del Behar (et Dchar Jdid, niveau maurétanien 1 ?), à la campagne– aussi bien pour les parties d’habitation que pour les locaux d’usage agricole ou commercial ; elle concurrence, dans une proportion difficile à estimer en l’état de nos connaissances, les constructions de pierre dans l’architecture publique et dans les monuments funéraires, sans que nous puissions déterminer les raisons du choix de l’une ou l’autre technique. L’enceinte de Lixus, qui, pour une part, doit être contemporaine de celle de Volubilis, utilise la pierre ; et la région de Volubilis, comme celle de Lixus, abonde en carrières. L’emploi de la terre dans l’enceinte de la ville doit être lié à des traditions que nous ne faisons qu’entrevoir, mais peut être également dû à des motifs économiques ou à la facilité de mise en œuvre du matériau.

  • 25 BOUBE, Architecture maurétanienne, pp. 311-313 ; JODIN (A.). — Enceinte, p. 206, parle d’une « évid (...)
  • 26 JODIN, Enceinte, cite (d’après : MARTIN [R.]. — Manuel d’archéologie grecque. I. Paris, 1965, p. 4) (...)

26On a pensé que ce mode de construction avait pénétré en Afrique « grâce au rayonnement de la civilisation hellénistique », par l’intermédiaire de Carthage ou des rois numides ou maures, Massinissa, Juba II, Ptolémée, souverains dont le philhellénisme est connu25. Certaines techniques particulières, comme les chaînages de bois dans la maçonnerie d’adobes de l’enceinte de Volubilis, sont sans doute des techniques importées26 ; mais la présence d’architectures de terre dans les niveaux anciens de Thamusida et de Dchar Jdid, qui relèvent l’un et l’autre de groupes humains sans grande ouverture sur l’extérieur, incite à beaucoup de prudence quant à l’origine étrangère de la brique crue au Maroc.

Les constructions de terre à l’époque romaine

27Dès que l’on aborde l’époque romaine en Maurétanie Tingitane, les témoignages d’architecture de terre se font plus rares. Elle n’a cependant pas disparu.

  • 27 THOUVENOT (R.). — Le Quartier nord-est. P.S.A.M., 11, 1954, pp. 20-35 (p. 21, n. 1 et plan h.t. ent (...)
  • 28 THOUVENOT (R.). — Une Colonie romaine de Maurétanie Tingitane, Valentia Banasa. Paris, 1942, pp. 25 (...)

28A Banasa, R. Thouvenot a supposé sa présence, sans préciser sur quels indices il se fondait, dans la Maison du Génie de l’Abondance27 ; au nord de la basilique, dans un quartier très délabré et d’« apparence misérable », où la distribution et l’utilisation des pièces ne sont pas toujours faciles à déterminer, il remarque : « Sans doute y avait-il un étage en pisé ? Pour ce quartier, nous l’ignorons, bien que la quantité d’argile jaune pulvérulente trouvée au fond de la fouille le laisse supposer. Mais la construction ... est bien mauvaise. ... La toiture était parfois en terre battue : car on n’a pas retrouvé de tuiles »28. L’argument est à retenir, d’autant que, partout ailleurs, R. Thouvenot souligne l’utilisation massive de la terre cuite (briques) ou celles de la « maçonnerie de moellons ».

  • 29 THOUVENOT (R.). — La Maison à l’Éphèbe. P.S.A.M., 7, 1945, pp. 114-131 (pp. 114-115).
  • 30 THOUVENOT (R.). — La Maison au Cavalier. P.S.A.M., 7, 1945, pp. 153-154.

29A Volubilis, le même auteur mentionne « le pisé » parmi les matériaux qui, « à basse époque », ont été utilisés dans la réparation des boutiques de la Maison à l’Éphèbe29, mais note, dans une conclusion générale sur les maisons du quartier de l’Arc de Triomphe : « La maçonnerie, en moellons et bon mortier de chaux et de sable, était employée pour le rez-de-chaussée ; peut-être lui avait-on, pour les étages supérieurs, substitué les briques crues comme à Priène, ou le pisé, mais ce n’est pas forcé, étant donné la grande quantité de pierres trouvées dans les déblais ; en tout cas, c’est elle qui constituait presque toutes les cloisons intérieures, et non pas la brique »30. On retiendra surtout la qualité de l’observation, sur laquelle nous aurons à revenir à propos du quartier nord-est.

  • 31 ZEHNACKER (H.), HALLIER (G.). — Les Premiers thermes de Volubilis et la Maison à la Citerne. M.E.F. (...)
  • 32 Cf. ZEHNACKER (H.), HALLIER (G.). — Les Premiers thermes de Volubilis et la Maison à la Citerne. M. (...)
  • 33 ZEHNACKER (H.), HALLIER (G.). — Les Premiers thermes de Volubilis et la Maison à la Citerne. M.E.F. (...)
  • 34 Son emplacement est « hypothétique à quelques dizaines de centimètres près » (ZEHNACKER (H.), HALLI (...)
  • 35 Mur entre le frigidarium et le tepidarium.

30Nous sommes cependant sûr que la terre crue a continué à être employée à Volubilis à l’époque romaine grâce aux fouilles de la Maison à la Citerne au nord de l’Arc de Triomphe31. Elles ont révélé, sous une vaste maison de la fin du IIe s. ap. J.-C., un ensemble thermal, que l’on peut dater « du dernier quart du Ier s. de notre ère »32, où « tous les murs ont un soubassement de maçonnerie sur une hauteur variable, tandis que l’élévation était en pisé ou en briques crues »33. Les fouilleurs semblent distinguer des murs « de moellons et de pisé » (montant sud de la porte d’entrée = mur de façade ouest, murs du frigidarium), des murs « à élévation de briques crues » (entre l’apodyterium et la chaufferie) et des murs entièrement en terre; peut-être y a-t-il parfois confusion de termes : le « mur extérieur de l’apodyterium, entièrement en pisé » (p. 120) est sans doute identique au « mur N (de l’apodyterium), construit en briques crues» (p. 123)34. L’état de conservation des soubassements est effectivement variable : de 0,46 m à 1,10 m de haut, la hauteur moyenne utilisée semble être de 0,80/0,90 m. Un seul vestige notable de terre crue subsiste encore35, protégé par un mur de la maison postérieure qui s’est en partie appuyé sur lui; il s’agit d’une masse de terre de 0,50 m de haut, dont il n’est pas possible de déterminer la nature. Aucune trace de couverture n’a été retrouvée ; les fouilleurs considèrent, en raison de la faiblesse des murs de pisé, que « l’édifice devait plutôt avoir des plafonds en rondins recouverts d’une terrasse d’argile ».

  • 36 On construit en effet, à peu près à la même époque et non loin de là, de grands thermes pourvus d’u (...)

31Ces thermes sous la Maison à la Citerne –de petite taille (moins de 150 m2), mais pourvus de trois salles chauffées, et qui sont certainement des thermes privés36– témoignent à la fois de la romanisation des mœurs à Volubilis et de la permanence de la technique de construction en terre au début de l’occupation romaine en Tingitane. Celle-ci perdure pendant les trois premiers siècles de notre ère, comme le prouve la présence de murs de terre dans deux quartiers très dissemblables, le quartier sud, dit aussi « de l’éperon », et le quartier nord-est.

■ Le quartier sud

32Nous avons rappelé plus haut l’existence d’une enceinte, en partie en terre, entourant, à l’époque préromaine, l’éperon sud du site. C’est l’ensemble du quartier que nous devons considérer ici. En effet, sur de nombreux murs subsistent encore des masses de terre, de section conique, hautes parfois de plus de 1,50 m, résultat de la décomposition de briques crues (fig. 6, p. 54). Dans quelques cas, il est encore possible d’observer les assises d’adobes en place.

● 6. Volubilis. Localisation des principaux vestiges de terre du quartier sud (éch. 1/1 000). GM deI. D’après un plan de G. Monthel (établi sur photogrammétrie Gallot, Tanger). L’épaisseur des murs est conventionnelle ; les points indiquent les principaux vestiges de terre.

  • 37 BOUBE, Architecture maurétanienne, pp. 304-309.
  • 38 BOUBE, Architecture maurétanienne, p. 306, décrivant les murs de la maison à l’huilerie au sud de l (...)

33La technique de construction a été décrite par J. Boube, dans un article auquel nous renvoyons le lecteur37. Les soubassements des murs ont une hauteur moyenne de 0,80 m; à l’est de ce quartier, bâti sur la pente du ravin de l’oued Fertassa, cette hauteur peut atteindre 1,30 à 1,50 m, pour compenser le dénivelé du terrain et créer des surfaces horizontales38. La plupart des vestiges de terre se présentent sous la forme d’un chaperon recouvrant l’assise supérieure du mur de moellons ; sa hauteur varie de quelques centimètres à 1,60 m. La dureté et la texture de la terre ne permettent pas d’hésiter sur la nature de ce chaperon, qu’on ne peut confondre avec l’argile de remblai (fig. 7, p. 55). Dans des murs particulièrement bien conservés, J. Boube a pu observer que les adobes, disposés à joints couverts, ont une épaisseur moyenne de 8 cm, pour une longueur de 44 cm et une largeur de 28 cm. L’épaisseur des murs correspond à la largeur de deux briques juxtaposées. Il semble que l’on ait parfois utilisé des demi-briques pour éviter la superposition des joints. Ceux-ci, épais de 1 cm à 1,5 cm, se distinguent par leur couleur plus foncée (briques « ocre clair », joints « gris cendré »). Les adobes sont employés seuls dans l’élévation du mur, mais peuvent également se combiner avec des harpes monolithes. Dans ce cas, les faces visibles des harpes sont soigneusement dressées, mais les faces où s’appuyaient les briques sont brutes de taille.

7. Volubilis. Quartier sud-est. Soubassement de pierres recouvert d’un chaperon d’adobes (?) décomposés. Cliché M. Lenoir.

  • 39 BOUBE, Architecture maurétanienne, p. 352, écrit très justement : « A Volubilis, le quartier sud-es (...)
  • 40 BOUBE, Architecture maurétanienne, pp. 355-364, décrit en détail l’aspect actuel d’un de ces ensemb (...)
  • 41 AKERRAZ (A.), LENOIR (M.). — Les Huileries de Volubilis. B.A.M., XIV, 1981-1982, p. 102, pl. I.

34Bien que tous les murs de ce quartier ne portent pas le chaperon de terre caractéristique, on peut supposer que la majorité sont des soubassements pour de semblables élévations de briques. Le quartier sud de Volubilis, pourtant dégagé dans les premières années des fouilles, reste mal étudié39. On le qualifie souvent de « quartier artisanal », ou « quartier indigène ». Ces dénominations font ressortir que l’on n’y trouve pas les domus romaines à péristyle. Chaque îlot de constructions comporte plusieurs unités d’habitation, parfois imbriquées les unes dans les autres, et composées généralement de pièces allongées, desservies quelquefois par un corridor. Quelques escaliers extérieurs prouvent l’existence d’étages d’habitation séparée40. On y reconnaît facilement les installations d’huileries, qui y paraissent plus denses que dans les autres quartiers41; beaucoup de pièces donnant sur les voies peuvent être des boutiques. Il s’agit donc de ce que nous nommerions aujourd’hui « un quartier populaire ». L’usage de la terre dans les constructions s’expliquerait alors par des raisons financières.

  • 42 BOUBE, Architecture maurétanienne, p. 306.

35Reste à préciser la date de ces constructions. J. Boube admet qu’elles constituent des documents d’architecture maurétanienne « qui ont survécu durant l’époque romaine », et cite à l’appui de cette thèse la découverte, dans une maison qu’il décrit, d’un brûle-parfum punique42.

36S’il paraît certain que le quartier sud de Volubilis est situé à l’emplacement de la ville maurétanienne des IIIe-Ier s. av. J.-C., il nous paraît prudent d’attendre l’étude détaillée du quartier pour décider de la date de tel ou tel bâtiment. Nous ne pouvons donner ici que des indications préliminaires ; mais certaines constructions présentent des preuves de remaniements qu’il est difficile de ne pas attribuer à l’époque romaine.

  • 43 BOUBE, Architecture maurétanienne, plan de Volubilis no 1 et 2, et pl. X-l ; AKERRAZ (A.), LENOIR ( (...)

37Le soubassement d’une des parois d’adobes les mieux conservées inclut un fragment bien reconnaissable d’un contrepoids d’huilerie, de forme parallélépipédique; or on date le remplacement, à Volubilis, des contrepoids parallélépipédiques par des contrepoids cylindriques des années 150-180 de notre ère43. Cette paroi, probablement l’ensemble de l’huilerie, peut-être l’ensemble de la maison, sont donc à dater de la seconde moitié du IIe s. ap. J.-C.

  • 44 HAYES (J.-W.). — Late roman pottery. London, 1972, pp. 93-94 ; Atlante delle forme ceramiche. I - C (...)

38On sait que les adobes contiennent, mélangé à la terre, un « dégraissant » grossier, fait de petits graviers, menus tessons de céramique, etc. Ces tessons donnent une indication chronologique, terminus ante quem non : une paroi ne saurait être antérieure à la date d’apparition sur le site de telle céramique, dont elle contient ne serait-ce qu’un fragment. Nous avons personnellement découvert dans deux des murs du quartier un fragment de céramique sigillée hispanique et un fragment de céramique sigillée claire; et dans une paroi de l’îlot à l’est du Capitole, E. Lenoir a découvert un fragment de sigillée claire D, de la forme Hayes 58, que l’on date de 295/300-375 ap. J.-C.44 : ce mur, ou sa séparation, serait donc postérieur au retrait de l’administration romaine du sud de la province de Tingitane.

39Que des parois de terre aient pu subsister pendant près de trois siècles sans la moindre réparation ou réfection, ou que les maisons aient maintenu leur plan originel sans réaménagement, est en soi peu vraisemblable. Les indications que nous venons de présenter tendent à prou- ver que, dans son état actuel, le quartier sud de Volubilis et les vestiges de terre qui s’y trouvent sont à dater de l’époque romaine.

■ Le quartier nord-est

  • 45 ÉTIÉNNE, Quartier nord-est, p. 45, pl. LII, 2. Nous emprunterons à cet ouvrage les dénominations de (...)
  • 46 ÉTIENNE, Quartier nord-est, pp. 111-112.

40On connaît dans le quartier nord-est de Volubilis un document d’architecture de terre ; il s’agit d’une cloison, en pisé (?), portant un enduit peint « imitation des joints de pierre », qui séparait deux des pièces ouvrant sur le péristyle de la Maison des Fauves45. Mal protégé, ce mur unique en son genre a aujourd’hui presque entièrement disparu. Sur l’ensemble de la superficie dégagée (environ 6 ha), le témoignage est infime, et la terre, briques crues ou pisé, n’est même pas mentionnée parmi les matériaux de construction employés dans le quartier46.

  • 47 Ce journal de fouilles couvre la période du 25 novembre 1932 au 29 avril 1951. Il ne concerne pas l (...)
  • 48 ÉTIENNE, Quartier nord-est, p. 4 : « la maison seigneuriale y règne en maîtresse ».

41L’examen des journaux de fouille, heureusement conservés au Service de l’Archéologie à Rabat, permet cependant d’affirmer sa présence probable en d’assez nombreux points (fig. 8)47. Une telle affirmation va à l’encontre des idées reçues sur ce quartier « seigneurial »48 de la Volubilis romaine, et doit naturellement être justifiée. Il ne nous est pas possible de citer ici in extenso tous les passages du journal de fouilles où son mentionnés de probables restes d’adobes ou de pisé ; nous n’en citerons que deux, parmi les plus significatifs.

8. Volubilis. Quartiers nord-est et de l’Arc de Triomphe. Localisation des vestiges de terre, d’après le journal de fouilles. M.L. del. Fond de plan : B.C.T.H. 1965-1966, fig. 1, p. 233.

42Journal des 9-11 mai 1948, fouille de la Maison de Dionysos et des Quatre Saisons :

  • 49 L’identification, grâce au journal antérieur, de la « chambre de 4,15 x 4,70 m » permet de corriger (...)

« Des deux petits couloirs signalés au 7 mai, celui à l’ouest se termine à l’angle extérieur de la chambre de 4,15 x 4,70 m49, Il débouche dans une grande pièce de 5,85 m de largeur dont la longueur ne peut encore être déterminée. Il est à remarquer que les déblais retirés de cette chambre sont presque exclusivement composés d’argile jaune provenant de la décomposition de briques crues. Nous appellerons par la suite cette chambre : la chambre aux briques crues. Plus à l’est, on ne retrouve aucune trace de mur dans l’alignement du mur extérieur de la Maison aux Quatre Saisons. Là aussi, on a l’impression d’être dans une nouvelle maison située dos à dos avec la précédente, mais sans alignement des murs principaux. Les déblais sont à cet endroit particulièrement riches en pierres de blocage. »

43Journal des 27-28 mai 1948, fouille de la Maison au Bain des Nymphes et de la Maison des Fauves (boutiques sur le decumanus maximus) :

« La profondeur moyenne de la fouille est de 2,10 m. Nature des déblais : après la couche d’humus habituelle, gravats et pierres de blocage. Sauf dans la chambre no 1, on trouve dans le bas, et sur une hauteur de 0,60 m environ de l’argile jaune qui doit provenir de briques crues délitées (provenant peut-être d’un étage). Une couche de plusieurs centimètres d’épaisseur de poussière noire, très riche en ossements et en fgts [fragments] de poterie grossière sépare les gravats de l’argile et semble indiquer une assez longue période d’occupation entre deux stades de destruction de la maison ».

44On voit que R. Dauriac, rédacteur du journal et « conducteur des travaux », note avec soin les différences de nature des déblais, soit entre deux zones, soit entre deux couches. Au fait des réalités marocaines, il connaissait les constructions modernes en terre, et l’aspect particulier de telles constructions ne lui était pas étranger. Ses observations sont de plus suffisamment précises pour que l’on doive les prendre en compte.

45Des vestiges de constructions de terre crue –sans que l’on puisse autrement préciser– ont ainsi été repérées à la fouille dans presque toutes les maisons pour lesquelles nous possédons la documentation de fouille originale (voir annexe). Ils se trouvent soit dans des pièces à caractère artisanal –huileries, entrepôts, remises– soit dans des boutiques. Dans de très rares cas, ils ont été découverts dans des pièces d’habitation, mais jamais sur la totalité de la superficie d’une maison.

  • 50 Ainsi dans la Maison à la Citerne, « le rez-de-chaussée proprement dit devait être couronné d’un 1e (...)
  • 51 Maison au Bain des Nymphes, des Fauves, à l’ouest du Palais du Gouverneur, toutes trois sur la rive (...)

46R. Dauriac considère généralement que ces vestiges sont ceux d’étages. On acceptera facilement cette hypothèse pour les cas où la terre crue a été repérée dans des boutiques : les maçonneries de pierre conservées paraissent trop hautes (de 1,50 m à 1,95 m dans les boutiques de la rive nord du decumanus maximus) pour être des soubassements de parois de terre. Les étages des maisons ne couvrent pas toujours l’ensemble du rez-de-chaussée50, ce qui peut expliquer l’absence des vestiges de terre crue dans le reste des maisons. Dans la plupart des cas, les boutiques donnent sur un portique, ce qui permet d’imaginer un étage en encorbellement couvrant la largeur du portique et des boutiques du rez-de-chaussée51.

  • 52 Maisons de Dionysos et des Quatre Saisons, à la Monnaie d’Or, au Bassin Tretlé, à la Bague d’Or, et (...)
  • 53 Il est vrai que tous les murs sont très arasés. Dans la Maison de Dionysos et des Quatre Saisons, l (...)
  • 54 Maisons à l’ouest du Palais du Gouverneur, à la Discipline, dans le Palais de Gordien.

47En revanche, on considérera plus volontiers que la terre pouvait être employée pour le rez-de-chaussée lorsque les vestiges ont été repérés dans des ensembles à caractère artisanal52. La hauteur des maçonneries de pierre conservées est, dans ces zones, beaucoup moindre que celle des maçonneries des boutiques mentionnées plus haut (en moyenne 0,50/0,60 m)53. Dans la Maison à la Bague d’Or, ces pièces du rez-de-chaussée surmontaient des sous-sols couverts à voûte. L’emploi de la terre crue pour les parties de service des bâtiments s’expliquerait simplement pour des raisons d’économie. On notera enfin que R. Dauriac signale parfois des « poches d’argile jaune » au milieu d’autres gravats, qu’il interprète comme des signes de « réparations effectuées en pisé »54.

  • 55 Sur la date du quartier, voir : REBUFFAT (R.). — Le Développement urbain de Volubilis au second siè (...)

48De telles réparations ne peuvent plus être datées. Certaines constructions de terre –telles les ensembles à caractère artisanal de la Maison au Bain des Nymphes, de la Maison à la Monnaie d’Or, de la Maison à la Bague d’Or– sont sans doute des adjonctions au plan primitif des maisons, ou résultent de réaménagements qui restent à étudier. Mais d’autres architectures, en particulier les pièces en encorbellement que nous croyons pouvoir restituer au-dessus du portique du decumanus maximus, faisaient partie des aménagements originels des maisons, et sont à dater de la seconde moitié du IIe s. ap. J.-C.55.

  • 56 La dernière campagne de fouilles à Dchar Jdid (1983) a permis de dégager une partie d’un quartier t (...)

49En l’état actuel des fouilles, la terre crue semble, à l’époque romaine, d’usage moins répandu qu’auparavant. Elle est absente de sites comme Thamusida, Lixus, Sala (?), et n’est plus utilisée dans l’architecture publique56. La tradition se maintient néanmoins vivace dans l’architecture privée, soit dans les quartiers populaires de Banasa et Volubilis, soit dans certaines parties des maisons bourgeoises - thermes, étages, communs. Mais nous connaissons bien mal l’aspect des campagnes de Tingitane à l’époque romaine...

Notes

50Je tiens à remercier les organisateurs du IIe congrès d’archéologie de Gaule méridionale qui ont bien voulu accueillir dans les actes du congrès, avec l’accord du Service de l’Archéologie du Maroc, cette communication que seul le calendrier m’avait empêché de présenter à Lyon.

51Nous citerons en abrégé : BOUBE (J.). — Documents d’architecture maurétanienne au Maroc. B.A.M., VII, 1967, pp. 263-367, cité Boube : Architecture maurétanienne ; ÉTIENNE (R.). — Le Quartier nord-est de Volubilis, Paris, 1960, cité : Étienne, Quartier nord-est ; JODIN (A.). — L’Enceinte hellénistique de Volubilis, Maroc. N.S. 1-2, 1965- 1966, pp. 199-221, cité ; Jodin, Enceinte.

Annexes

Annexe

■ Vestiges de constructions en terre dans le quartier nord-est de volubilis d’après le journal de fouilles

Rive nord du decumanus maximus

1. Maison de Dionysos et des Quatre Saisons : Quartier nord-est, pl. VI.
– pièce 10. Sans doute un entrepôt à grains (ibidem, p. 40).
– pièce 20. Non décrite dans Quartier nord-est. Il s’agit probablement d’un hangar ou d’une remise, servant également d’accès à l’huilerie de la Maison au Bain des Nymphes (ibidem, pl. VII, no 14).

L’ensemble des pièces 10, 13, 16, 20 sur la pl. VI est manifestement un ensemble à caractère artisanal qui dépend de la Maison au Bain des Nymphes, ibidem, pl. VII.

2. Maison au Bain des Nymphes : Quartier nord-est, pl. VII.
– pièces 2-3. Boutiques donnant sur le portique.
– pièce 6(?). « Pièce d’apparat » (ibidem, p. 43).
– pièces 10-11 (? ?). Chambres ou salons.

3. Maison des Fauves : Quartier nord-est, pl. VII.
– pièces 1, 2, 3. Boutiques donnant sur le portique.
– pièces 5/7. La cloison entre les deux pièces est en terre.

4. Maison à l’ouest du Palais du Gouverneur : Quartier nord-est, pl. VIII.
– pièces 1, 2, 4, 5. Boutiques donnant sur le portique.

Rive sud du decumanus maximus

5. Maison à la Monnaie d’Or : Quartier nord-est, pl. X.
– pièces 45, 42 et 42 bis, 44, 39 et 39 bis, 41 bis (?), 43 et 43 bis (?). Zone du « complexe industriel » : huilerie, boulangerie, remises (ibidem, p. 52-53).

Rive sud du decumanus sud I

6. îlot de la Maison au Bassin Tréflé : Quartier nord-est, pl. XV.
– devant la façade de l’îlot : les pièces donnant sur la voie sont un hangar, des boutiques, deux loges de portier, peut-être un « petit appartement » (ibidem, p. 71-74).
– Maison au Bassin Tréflé, partie est de la maison : pièces 12, 13, 6 bis, 15, 20 (?). Peut-être des chambres.
– Maison au Bassin Tréflé, pièces 22 et 23. Boutique donnant sur un cardo et « cour charretière dont la partie sud aurait été couverte d’un appentis reposant sur deux piliers encore en place aujourd’hui » (ibidem, p. 74).

7. Maison au Portique : Quartier nord-est, pl. XVI.
– sur le decumanus, le long de la façade de la maison. Les pièces donnant sur le portique sont des boutiques (pièces 1, 2, 3, 5, 6, 7) et le vestibule de la maison (4).
– pièces 4, 5, 6, 7. Boutiques et vestibule.
– pièces 19, 20, 23. De destination obscure.

8. Maison à la Bague d’Or : Quartier nord-est, pl. XIX. –pièces 7, 8. Boutique et ?.
– pièces 9 à 12. En sous-sol, entrepôt et dépendance de l’huilerie 4. Le journal de fouilles n’est pas très clair sur la zone à l’ouest de ces pièces, et l’on est en droit de supposer que toute la partie ouest de la maison avait des parois de terre.

Rive sud du decumanus sud II

9. Maison aux Gros Pilastres : Quartier nord-est, pl. XX.
– pièces 9, 16, 17. Peut-être des « communs » (ibidem, p. 87).

Notes

1 CHATELAIN (L.). — Les Fouilles de Volubilis. B.C.T.H., 1916, p. 75.

2 CHATELAIN (L.). — Les Fouilles de Volubilis. B.C.T.H., 1916, p. 75 : souligne « l’excellente conservation de cet ensemble », sans mentionner la présence de briques crues.

3 Travaux de J. Boube à Sala, A. Jodin à Volubilis et auparavant à Mogador. Voir ci-dessous.

4 JODIN (A.). — Mogador, comptoir phénicien du Maroc atlantique. E.T.A.M., II, Rabat, 1956, p. 49 (d’où nos citations).

5 EUZENNAT (M.). — Rapport sur l’archéologie marocaine en 1955. B.C.T.H., 1955-1956, p. 213. Niveau daté du IIe s. avant notre ère. L’identification du site avec Gilda résulte des travaux de la Mission archéologique maroco-française du Sebou ; voir l’article Gilda (texte de R. Rebuffat, à paraître dans le B.A.M. XVI).

6 MOREL (J.-P.). - Les Niveaux pré-romains. In : J.-P. Callu, J.-P. Morel, R. Rebuffat, G. Hallier, et la collab. de J. Marion, Thamusida 1. E.F.R. 2, Paris, 1965, pp. 61-111. Plus particulièrement pp. 66-68 pour les descriptions et pp. 108-109 pour les datations (d’où nos citations) et les planches XXIII, XXIV, XXXI-2, XXXII-1, XXXVII-2, XXXIV-4, XXXVI-3.

7 TARRADELL (M.). — Las Excavaciones de Tamuda de 1949 a 1955. Tamuda, IV, 1956, pp. 71-85; TARRADELL (M). — Marruecos púnico. Tétouan, 1960, p. 110. La ville de Tamuda, fondée dans le courant de la première moitié du IIe s. avant notre ère, fut détruite une première fois vers 30 avant notre ère, et définitivement lors de la révolte d’Aedemon en 40.

8 TARRADELL (M). — Marruecos púnico. Tétouan, 1960, p. 92 (Sidi Abdelslam del Behar, 3e époque ; des murs de terre existent peut-être également à la 2e époque, IVe-IIe s. avant notre ère) et pp. 146-152 (Lixus, sondage « del Algarrobo »).

9 Briques de 0,30 x 0,20 m ; épaisseur moyenne : 0,10 m.

10 EUZENNAT (M). — Fouilles opérées à Banasa en 1955. B.C.T.H., pp. 223-240; LUQUET (A.). — La Céramique pré-romaine de Banasa. B.A.M., V, 1964, pp. 117-144.

11 PONSICH (M.). — Recherches archéologiques à Tanger et dans sa région, Paris. 1970, fig. p. 214, p. 215, p. 217. (D’où nos citations).

12 JODIN (A.). — Les Établissements au roi Juba II aux îles Purpuraires (Mogador). Tanger, 1967, pp. 32-36 et pp. 46-48.

13 JODIN (A.). — Les Établissement du roi Juba II aux îles Purpuraires (Mogador). Tanger, 1967, p. 36 et p. 46. Ces fragments sont dits «de terre cuite » p. 36 et « en terre damée » p. 46. Les deux passages renvoient à la même planche XXIII; il est probable que la première expression soit un lapsus calami.

14 « Ferme fortifiée » pour M. Ponsich : voir PONSICH (M.). — Recherches archéologiques à Tanger et dans sa région. Paris, 1970. Il nous semble qu’il s’agit d’une simple ferme ; le matériel découvert a un caractère beaucoup plus rural (cylindres de fer rappelant les « cercles de moyeux de roues de char », crochets de traction, piochon) que militaire (quatre pointes de lances ne constituant pas une « quantité imposante d’armes »).

15 JODIN, Enceinte, p. 206 et fig. 6. Il faut attendre la publication prochaine des fouilles de A. Jodin (voir les chroniques sur Volubilis dans les numéros successifs du B.A.M.) pour apprécier les architectures du quartier ouest.

16 KERMORVANT (A.). — Prospection géophysique; LENOIR (M.), HESNARD (A.). - La Citadelle. In : A. Akerraz, N. El Khatib-Boujibar, A. Hesnard, A. Kermovant, E. Lenoir, M. Lenoir — Fouilles de Dchar Jdid, 1977- 1980. B.A.M., XIV, 1981-1982, pp. 169-244 (p. 174-176 et pl. VI-VIII; p. 191-200 et pl. V, XV-XVII).

17 L’incendie explique les très fortes anomalies magnétiques décelées par la prospection géophysique. Aucun élément de toiture n’a été retrouvé.

18 Le niveau maurétanien 2 ne se trouve qu’à 10 ou 15 cm sous le sol moderne.

19 BOUBE, Architecture maurétanienne, pp. 309-310.

20 JODIN, Enceinte, p. 9 et fig. 4.

21 La variété des techniques de construction signalées par A. Jodin est telle que l’enceinte de Volubilis serait à elle seule un véritable répertoire. Certaines sections de murs signalées par l’auteur ne font certainement pas partie de l’enceinte, et les murs décrits ne sont pas tous contemporains. Cf. LENOIR (E.). — Traditions hellénistiques et techniques romaines dans les enceintes urbaines du Maroc, à paraître dans les actes du congrès « La fortification et sa place dans l’histoire politique, sociale et culturelle du monde grec » — Valbonne, décembre 1982. Les sections nord, dont nous traitons ici (JODIN, Enceinte, fig. 2, no 1-7) font manifestement partie d’un ensemble défensif, qui a subi des remaniements évidents, certains signalés par l’auteur. Le « remplissage d’argile et de briques crues » entre les deux murs de 1,10 et 1,60 m nous paraît être le résultat de l’éboulement de la partie haute de l’un ou l’autre mur; la présence de poutres horizontales n’aurait sinon aucune utilité.

22 RUHLMAN (A.). - Le Tumulus de Sidi Slimane (Rharb). B.S.P.M., 12e année, 1939, pp. 37-70 (d’où nos citations).

23 La porte entre le vestibule et la chambre avait un seuil de bois, mais pas de linteau.

24 Il s’agit, d’après les dessins qui en ont été donnés [RUHLMAN (A.). — Le Tumulus de Sidi Slimane (Rharb). B.S.P.M., 1939, pp. 37-70, fig. 16 et 17; JODIN (A.). — Mogador, comptoir phénicien du Maroc atlantique. E.T.A.M., II, Rabat, 1966, p. 188, fig. 34] d’amphores de type « Kouass II » ou « Kouass III » : cf. PONSICH (M.). — Alfarerias de epoca fenicia y punico-mauritana en Kuass (Arcila, Marruecos). P.L.A.V., 4, Valence, 1968. Ces amphores ne sont pas datées avec certitude ; nous indiquons ici une datation « d’attente ».

25 BOUBE, Architecture maurétanienne, pp. 311-313 ; JODIN (A.). — Enceinte, p. 206, parle d’une « évidente filiation » entre la Grèce et Volubilis.

26 JODIN, Enceinte, cite (d’après : MARTIN [R.]. — Manuel d’archéologie grecque. I. Paris, 1965, p. 4) un passage éclairant de Philon de Byzance.

27 THOUVENOT (R.). — Le Quartier nord-est. P.S.A.M., 11, 1954, pp. 20-35 (p. 21, n. 1 et plan h.t. entre pp. 34 et 35).

28 THOUVENOT (R.). — Une Colonie romaine de Maurétanie Tingitane, Valentia Banasa. Paris, 1942, pp. 25-26 et plan h.t.

29 THOUVENOT (R.). — La Maison à l’Éphèbe. P.S.A.M., 7, 1945, pp. 114-131 (pp. 114-115).

30 THOUVENOT (R.). — La Maison au Cavalier. P.S.A.M., 7, 1945, pp. 153-154.

31 ZEHNACKER (H.), HALLIER (G.). — Les Premiers thermes de Volubilis et la Maison à la Citerne. M.E.F.R., 76, 1964, pp. 343-417 et M.E.F.R., 77, 1965, pp. 87-152. Les thermes sont décrits dans la seconde partie (M.E.F.R. 77).

32 Cf. ZEHNACKER (H.), HALLIER (G.). — Les Premiers thermes de Volubilis et la Maison à la Citerne. M.E.F.R., 76, 1964 et M.E.F.R., 77, 1965, n. 31 pour les datations des divers monuments, et les remarques de REBUFFAT (R.). — Le Développement urbain de Volubilis au second siècle de notre ère. B.C.T.H., ns 1-2, 1965-1966, pp. 231-240 (pp. 236- 238 pour la datation probable de cette domus).

33 ZEHNACKER (H.), HALLIER (G.). — Les Premiers thermes de Volubilis et la Maison à la Citerne. M.E.F.R., 77, 1965, p. 119.

34 Son emplacement est « hypothétique à quelques dizaines de centimètres près » (ZEHNACKER (H.), HALLIER (G.). — Les Premiers thermes de Volubilis et la Maison à la Citerne. M.E.F.R., 77, 1965, p. 120).

35 Mur entre le frigidarium et le tepidarium.

36 On construit en effet, à peu près à la même époque et non loin de là, de grands thermes pourvus d’une palestre, les thermes du Nord. (Fouilles E. Lenoir, à paraître).

37 BOUBE, Architecture maurétanienne, pp. 304-309.

38 BOUBE, Architecture maurétanienne, p. 306, décrivant les murs de la maison à l’huilerie au sud de l’éperon, donne, pour le mur nord du corridor, 1,30 m de hauteur de soubassement ; c’est la hauteur à l’extrémité est du mur, au montant ouest d’une porte; à son extrémité ouest, le même mur n’a que 0,52 m de haut, et à l’est de la porte, le soubassement n’a plus que 0,56 m de haut.

39 BOUBE, Architecture maurétanienne, p. 352, écrit très justement : « A Volubilis, le quartier sud-est est à peu près uniquement occupé par des masures, dont le caractère d’extrême pauvreté et de ruine avancée a détourné l’attention au profit des belles demeures du quartier N.E. ». Une étude est actuellement en cours sur ce quartier (thèse de 3e cycle, par M. A. Oumlil).

40 BOUBE, Architecture maurétanienne, pp. 355-364, décrit en détail l’aspect actuel d’un de ces ensembles d’habitation. Nous nous séparons de l’auteur sur l’attribution à l’époque maurétanienne de la totalité des constructions.

41 AKERRAZ (A.), LENOIR (M.). — Les Huileries de Volubilis. B.A.M., XIV, 1981-1982, p. 102, pl. I.

42 BOUBE, Architecture maurétanienne, p. 306.

43 BOUBE, Architecture maurétanienne, plan de Volubilis no 1 et 2, et pl. X-l ; AKERRAZ (A.), LENOIR (M.). — Les Huileries de Volubilis. B.A.M. XIV, 1981-1982, n. 41 huilerie no 34, pl. XVII-2 pour le contrepoids en remploi, et pp. 95-98 pour la datation des huileries.

44 HAYES (J.-W.). — Late roman pottery. London, 1972, pp. 93-94 ; Atlante delle forme ceramiche. I - Ceramica fine nel bacino mediterraneo (medio e tardo Impero). - In : Enciclopedia dell’arte antica classico e orientale, Rome, 1981, pp. 81-82, pl. XXXII, 3-4.

45 ÉTIÉNNE, Quartier nord-est, p. 45, pl. LII, 2. Nous emprunterons à cet ouvrage les dénominations des maisons et des voies, et la numérotation des pièces dans les maisons.

46 ÉTIENNE, Quartier nord-est, pp. 111-112.

47 Ce journal de fouilles couvre la période du 25 novembre 1932 au 29 avril 1951. Il ne concerne pas la totalité du quartier nord-est, en partie fouillé auparavant. Sont couverts l’extrémité est de la rive sud du decumanus maximus, les bâtiments au sud du decumanus sud I, une partie des maisons, sur la rive nord du decumanus maximus. Comme le note justement R. ÉTIENNE, Quartier nord-est, p. 4, n. 3 : « C’est à R. Thouvenot que l’on doit à partir de 1941 les changements les plus heureux dans la rédaction du Journal de fouilles; sous sa direction, le conducteur des travaux, R. Dauriac a rédigé un document utilisable, encore qu’une plus grande rigueur eût été souhaitable. » Ce sont les mêmes notes de R. Dauriac que nous utilisons ici.

48 ÉTIENNE, Quartier nord-est, p. 4 : « la maison seigneuriale y règne en maîtresse ».

49 L’identification, grâce au journal antérieur, de la « chambre de 4,15 x 4,70 m » permet de corriger une petite erreur : il s’agit du couloir est (ÉTIENNE, Quartier nord-est, pl. VI) à l’est des pièces (15) et (16). La « grande chambre aux briques crues » (voir la suite du texte) porte le no 20 sur le même plan.

50 Ainsi dans la Maison à la Citerne, « le rez-de-chaussée proprement dit devait être couronné d’un 1er étage, au moins au-dessus des trois boutiques ». Cf. ZEHNACKER (H.), HALLIER (G.). — Les Premiers thermes de Volubilis et la Maison à la Citerne. M.E.F.R., 76, 1964, p. 360.

51 Maison au Bain des Nymphes, des Fauves, à l’ouest du Palais du Gouverneur, toutes trois sur la rive nord du decumanus maximus ; Maison au Portique sur la rive sud du decumanus sud I, dont le nom se passe de commentaire. Nous n’avons pas de renseignements sur la nature des déblais dans le portique devant les trois premières maisons, dégagé avec le decumanus maximus par L. Chatelain ; pour la dernière, R. Dauriac note la présence de briques crues décomposées en avant de la façade (Journal de fouilles, 8-10 septembre 1940).

52 Maisons de Dionysos et des Quatre Saisons, à la Monnaie d’Or, au Bassin Tretlé, à la Bague d’Or, et peut-être aux Gros Pilastres.

53 Il est vrai que tous les murs sont très arasés. Dans la Maison de Dionysos et des Quatre Saisons, la hauteur des murs conservés est de 0,80 à 1,10 m dans la partie artisanale, 1,50 à 1,80 m dans les boutiques.

54 Maisons à l’ouest du Palais du Gouverneur, à la Discipline, dans le Palais de Gordien.

55 Sur la date du quartier, voir : REBUFFAT (R.). — Le Développement urbain de Volubilis au second siècle de notre ère. B.C.T.H., N.S. 1-2, 1965-1966, pp. 231-240.

56 La dernière campagne de fouilles à Dchar Jdid (1983) a permis de dégager une partie d’un quartier tardif (fin du IVe s ?) où l’élévation des murs est faite probablement d’adobes ; la terrasse d’une tour de l’enceinte urbaine (IIes. de notre ère?) est faite de terre battue, sur un lattis recouvert de fougères.

Table des illustrations

Légende 1. Documents d’architecture de terre au Maroc. G.M. del.● 2. Dchar Jdid. Niveau maurétanien 1. Mur de briques nord. Relevé et dessin G. Monthel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 3. Dchar Jdid. Niveau maurétanien 1. (DCJ 80/8.06). A droite, mur de briques nord ; à gauche, stratigraphie de la pièce nord : sondage du sol, amphores écrasées sur le sol, adobes conservés, adobes décomposés. Le sommet de la couche d’adobes décomposés sert de sol au niveau maurétanien 2. ● 4. Dchar Jdid, niveau maurétanien 2 (DCJ 79/18.03). Pièce au sud-ouest de la fouille. On notera l’horizontalité de la surface du mur ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende 5. Sidi Slimane. Plan, coupe et reconstitution de la construction funéraire. Dessins extraits de : RUHLMAN (A.). — Le Tumulus de Sidi Slimane (Rharb), B.S.P.M., 1939, pl. I et II, fig. 22, p. 68.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende ● 6. Volubilis. Localisation des principaux vestiges de terre du quartier sud (éch. 1/1 000). GM deI. D’après un plan de G. Monthel (établi sur photogrammétrie Gallot, Tanger). L’épaisseur des murs est conventionnelle ; les points indiquent les principaux vestiges de terre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31115/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende 7. Volubilis. Quartier sud-est. Soubassement de pierres recouvert d’un chaperon d’adobes (?) décomposés. Cliché M. Lenoir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31115/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende 8. Volubilis. Quartiers nord-est et de l’Arc de Triomphe. Localisation des vestiges de terre, d’après le journal de fouilles. M.L. del. Fond de plan : B.C.T.H. 1965-1966, fig. 1, p. 233.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31115/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search