Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Méditerranée occidentale : époque romaine et antécédents

La Tunisie

Hedi Slim

Texte intégral

  • 1 PICARD (G.-Ch.). — Un Quartier de maisons puniques à Carthage. Revue Archéologique, I, 1958, p. 22.

1L’architecture domestique se distingue, plus que toute autre forme d’architecture sans doute, par sa remarquable aptitude à s’adapter au milieu et notamment à ses particularités climatiques et géologiques. C’est également celle qui s’harmonise le mieux avec les exigences et les possibilités de l’homme ainsi qu’avec sa mentalité et son niveau technique. La Tunisie offre, dans le cadre du thème envisagé pour le colloque, des perspectives de recherche intéressantes car elle présente des diversités régionales assez nettes et porte l’empreinte de civilisations multiples. Différentes sur le plan géographique et plus ou moins fortement marquées par les influences pré-romaines et surtout puniques, les grandes divisions naturelles du pays (Tell, steppe, Sahara) ont chacune leurs paysages, leurs ressources et leur genre de vie. Cette diversité se reflète en général dans l’habitat et en particulier dans les matériaux et les modes de construction. M. G.-Ch. Picard a déjà souligné la surprenante variété qui, à cet égard, caractérise l’Afrique dès l’époque punique1 et qui s’est naturellement prolongée à l’époque romaine. Il ne serait pas dénué d’intérêt de chercher à déterminer la place qu’a pu occuper l’architecture de terre au sein de ces techniques considérablement variées.

2Le sujet est, en apparence, facile à traiter car l’architecture domestique en Tunisie à l’époque romaine dispose, de prime abord, d’une abondante documentation fournie par des dizaines de maisons mises au jour dans des sites célèbres comme Carthage, Utique, Bulla Regia, Dougga, Thuburbo Majus et Thysdrus. L’étude s’avère en fait ardue car beaucoup de ces maisons ont été dégagées au début du siècle, à une époque où seuls les monuments publics, spectaculaires et grandioses, faisaient l’objet de quelque soin tandis que les édifices privés demeuraient encore absents des préoccupations des archéologues. Les maisons, même les plus somptueuses, ne suscitaient l’intérêt que si elles s’ornaient de beaux pavements polychromes à motifs figurés. Les murs n’attiraient l’attention que s’ils étaient revêtus de riches fresques. Les structures de terre mises au jour ne furent donc ni conservées ni même décrites. Soumises aux intempéries et particulièrement fragiles dès que leur gaine protectrice avait disparu, elles ne tardèrent pas à s’effriter et à disparaître sans laisser de trace. Le chercheur se trouve ainsi privé d’une bonne partie de la documentation.

  • 2 L’intérêt ne se situe pas seulement au niveau des archéologues qui se préoccupent de plus en plus d (...)
  • 3 Outre les sites pour lesquels nous citerons plus loin les références bibliographiques, on ne trouve (...)

3Certes, depuis quelques décennies, la recherche archéologique est de plus en plus attirée par l’habitat sous ses divers aspects : plan, aménagement des espaces, distribution et orientation des pièces, programme de décor, modes et matériaux de construction, etc. Certes, l’architecture de terre est l’objet de soins de plus en plus attentifs2 de la part des archéologues mais force est de reconnaître que, non seulement aucune approche approche globale de la question n’a été tentée jusqu’à ce jour, mais aussi que les publications récentes ne donnent, pour la période qui nous intéresse3, que de maigres renseignements souvent vagues et fragmentaires. Les textes anciens ne fournissant pas de données plus abondantes, nous nous trouvons plus ou moins réduits à fonder la présente étude essentiellement sur la documentation, fort heureusement de premier ordre, disponible sur le grand site de Thysdrus (El Jem). Mais il est possible d’avoir une première idée de l’importance et de la diffusion de l’architecture de terre en Tunisie à l’époque romaine à travers quelques textes anciens qui fournissent, en outre, des détails intéressants sur ce mode de construction.

Les textes anciens

  • 4 VITRUVE. — De Architectera. Il, 3, cité dans LATTRE (de). — Revue tunisienne, XVIII, 1911, p. 326 ( (...)
  • 5 Cf. CINTAS (P.). — Manuel d’archéologie punique. Paris, 1976, t. Il, p. 79, no 232, qui a écrit : « (...)

4Traitant des briques crues, Vitruve évoque un curieux usage existant à Utique à l’époque romaine et concernant les détails de séchage4. Le magistrat prend soin de visiter les briques et de s’assurer que leur moulage a été fait cinq années auparavant. Ce délai paraît excessivement long et, selon certains archéologues, il ne s’expliquerait que par une erreur de chiffre commise par un copiste ou un traducteur5. De toute façon on peut retenir que, pour avoir fait l’objet d’une réglementation précise et d’un contrôle rigoureux de la part du magistrat, la brique crue a dû être d’un usage courant à Utique et subir un long séchage avant de pouvoir être utilisée sans problèmes.

  • 6 PLINE. – Histoire Naturelle. XXXV, 14-4 (48)-18 (Cf. ci-dessus pp. 29- 32).

5Cette diffusion de l’architecture de terre est, par ailleurs, confirmée par un texte de Pline, très connu et très souvent cité, qui précise que les murs en terre étaient très répandus en Afrique et en Espagne6.

  • 7 C I L (Corpus des Inscriptions Latines). — VIII, 14428.
  • 8 Cf. KOLENDO (J.). — Le Colonat en Afrique sous le Haut Empire. Paris, 1976, pp. 60-61, p. 66, pp. 7 (...)

6Enfin, grâce à une inscription provenant de Gsar Mezouar7 et datée de la fin du IIe s. ap. J.-C-. (181), on sait que des colons d’un saltus de la moyenne Medjerdah ont contesté certaines redevances et corvées que les conductores et l’administration cherchaient à leur imposer. Parmi les affaires litigieuses mentionnées par le document figure l’obligation de fournir la paille et la paille hachée Utilisée pour la confection des briques crues. Les colons étaient même tenus, semble-t-il, de fabriquer les briques8.

7L’archéologie autorise-t-elle à confirmer et à préciser l’ampleur de cette diffusion des techniques de construction en terre que laissent entrevoir les textes anciens ? Limitée et de valeur inégale dans son état actuel, notre documentation permet néanmoins de faire des constatations intéressantes et d’avancer quelques hypothèses.

8On est d’abord frappé de constater qu’il n’existe pas de traces prouvant le recours à un tel mode de construction sur des sites aussi connus que Bulla Regia, Dougga, Althiburos, Mactar et Thuburbo Majus où pourtant de très nombreuses maisons ont été mises au jour avec des murs conservés sur des hauteurs très appréciables. Cette absence nous paraît aisément compréhensible. Nous l’expliquerons plus loin. Essayons auparavant de passer en revue les quelques sites pour lesquels nous disposons de témoignages sur l’usage de l’architecture de terre dans les maisons.

Utique et Carthage

  • 9 VILLE (G.). — La Maison et la mosaïque de la chasse à Utique. Karthago, XI, p. 25.
  • 10 VILLE (G.). — La Maison et la mosaïque de la chasse à Utique. Karthago, XI, p. 29, no 23 bis.
  • 11 LEZINE (A.). — Carthage-Utique : études d’architecture et d’urbanisme. Paris, 1968, p. 152.
  • 12 LEZINE (A.). — Utique : note d’archéologie punique. Antiquités africaines, 5, 1971, p. 91.
  • 13 LEZINE (A.). — Utique : note d’archéologie punique. Antiquités africaines, 5, 1971, p. 90. Ces briq (...)

9A Utique les textes et les fouilles convergent pour montrer l’existence et la diffusion des briques crues, surtout au début de l’époque romaine. G. Ville avait noté la présence dans la Maison de la Chasse de briques crues carrées de 0,52 m de côté x 0,10 m de hauteur, faites d’un assez mauvais mélange d’argile et d’un peu de chaux et liées entre elles par un mortier de terre9. Dans l’urbanistique uticéenne, ce mode de construction remonterait, selon l’auteur, à une période antérieure à l’ère chrétienne. La facilité d’approvisionnement en matériaux de meilleure qualité, et en particulier en grès du cap Bon acheminé par bateau, aurait amené la substitution, à une date assez ancienne, de la pierre à la brique crue10. De son côté, A. Lezine avait pu constater que les structures de terre étaient très répandues à Utique dès l’époque punique : au IIIe s., elles formaient l’élément essentiel de la composition des murs; au IIe s. les maisons ordinaires comportaient des superstructures en briques crues sur des soubassements en moellons mais les demeures les plus riches étaient bâties en pierre du cap Bon ; au Ier s., sans disparaître, la brique crue ne figurait plus qu’à titre de remplissage dans une ossature de pierre11. L’auteur avait, par ailleurs, écrit : « A l’époque impériale romaine la brique crue est toujours utilisée mais elle est renforcée dans ces murs extérieurs par des chaînes d’angle ou des piles intermédiaires en pierre taillée »12. Il avait noté, à son tour, la mauvaise qualité des briques qui, manifestement, n’avaient pas dû être examinées par un magistrat bien sévère13. Peu détaillée pour le Haut Empire, la documentation fait totalement défaut pour la période tardive. Néanmoins les quelques points de repère dont on dispose montrent que, même si elle n’est pas aussi répandue qu’à l’époque punique, l’architecture de terre n’a pas pour autant disparu des maisons uticéennes.

  • 14 Pour cette période voir ci-dessus note 3 et : FERRON (J.), PINARD (M.). — Un Quartier de maisons pu (...)
  • 15 RAKOB (F.). — CEDAC II, p. 28.
  • 16 Fouilles exécutées sous la direction de M. Wells, CEDAC I, p. 8.
  • 17 HUMPHREY (J.-H.). — Excavation at Carthage 1975 conducted by the University of Michigan. Institut n (...)

10A Carthage où la campagne internationale de fouilles continue à battre son plein, il est prématuré de dresser un quelconque bilan. Il est toutefois possible d’affirmer que les témoignages d’utilisation de murs en briques crues sont multiples et ne concernent pas seulement la période punique14. Le professeur F. Rakob a remarqué, dans l’aire fouillée par l’équipe qu’il dirige, qu’une pièce de sous-sol a été remblayée par les gravats provenant de l’écroulement des deux étages d’une habitation ravagée par un incendie du temps d’Antonin. Le remblai est constitué essentiellement de débris de briques crues grises ou jaune clair et de fragments de revêtement mural prouvant que « la maçonnerie supérieure des bâtiments romains était exécutée elle aussi en briques crues »15. De même la fouille canadienne a mis au jour les restes d’une maison pouvant être datée du milieu ou de la deuxième moitié du IVe s. caractérisée par « la présence de murs très solides en briques crues dont l’un recouvert de plâtre peint »16. De son côté, la mission américaine a dégagé, à l’intérieur de la Maison des Auriges grecs, un mur en briques crues17. Une étude plus détaillée et plus précise des structures déjà mises au jour, et de celles qui ne manqueront pas d’être découvertes au cours des prochaines années, mettrait à notre disposition une documentation riche qui sera pleine d’enseignements et permettra des confrontations utiles avec les données disponibles sur d’autres sites comme ceux de Byzacène, en particulier.

Thysdrus et la Byzacène

  • 18 PICARD (G.-Ch.). Acholla. Fasti Archeologici, II, 1947, 2790, p. 316. Les murs de cette maison étai (...)
  • 19 PICARD (G.-Ch.). — Karthago, IV, p. 121 et PICARD (G.-Ch.). – Les Mosaïques d’Acholla. Études d’arc (...)
  • 20 GOZLAN (S.). — La Maison de Neptune à Acholla-Botria (Tunisie) : problèmes posés par l’architecture (...)
  • 21 GOZLAN (S.). — La Maison de Neptune à Acholla-Botria (Tunisie) : problèmes posés par l’architecture (...)
  • 22 GOZLAN (S.). — La Maison de Neptune à Acholla-Botria (Tunisie) : problèmes posés par l’architecture (...)
  • 23 Nous devons ces renseignements à l’amabilité de M. K. Essaïdi qui a procédé au dégagement de ces ma (...)
  • 24 Voir à ce sujet : VITA (A. di). — La Villa délia « gara delle Nereidi » presso-Tagiura. Suppléments (...)

11C’est en effet la Byzacène qui semble avoir été la zone de prédilection de l’architecture de terre. A Acholla, sur quatre maisons connues plus ou moins partiellement, trois ont conservé quelques structures murales en terre. La première, celle des Colonnes rouges, datable de la fin du IIe s. ou du début du IIIe s., présente des murs dont le soubassement est en petit appareil et l’élévation en pisé18. La seconde, dite d’Asinius Rufinus, datable de la fin du IIe s., se distingue par des parois en briques crues sur une courte base en moellons19. Dans la troisième maison, dite de Neptune20, datable des dernières années du règne de Marc-Aurèle (vers 170-180)21, le recours à une maçonnerie en pisé a été constaté tant dans le viridarium pour protéger les absides contre la poussée de la citerne que, surtout, dans une petite pièce à deux niches largement ouverte sur le péristyle et remarquable par son décor comportant une mosaïque géométrique polychrome en cubes de marbre et des montants de porte revêtus de plaques de marbre rose. Il convient de noter que les parietes formacei sont ici en sable marin, mêlé de coquillages, mouillé, «énergiquement» tassé et séché22. Il s’agit là d’un bon exemple d’adaptation aux matériaux fournis par ce site de bord de mer. L’absence de documentation sur d’autres sites de Byzacène ne signifie nullement que l’architecture de terre n’y a pas été pratiquée. A Hadrumète (Sousse), la permanence d’une agglomération importante a entraîné de continuels bouleversements du terrain et explique aisément la disparition de maçonneries fragiles. A Thaenae (Henchir Thina, au sud de Sfax) et ailleurs, les lacunes dans nos connaissances sont dues au fait que les fouilles ont été peu étendues et trop sommairement décrites, voire non publiées jusqu’à ce jour. C’est ainsi qu’à Uzitta, plusieurs maisons dégagées au cours des deux ou trois dernières décennies révèlent un usage très répandu, sinon exclusif, de structures en terre en élévation au-dessus d’une base en moellons23. Mais en attendant qu’ils soient publiés, les détails concernant ces structures demeurent inconnus et non utilisables. Nous pensons que l’architecture de terre était très courante un peu partout en Byzacène comme elle l’était également en Tripolitaine, de nombreuses analogies géographiques et historiques rapprochant, par ailleurs, sur bien des plans ces deux provinces voisines24.

  • 25 L. Foucher a déjà eu l’occasion de signaler la présence de structures en terre à Thysdrus notamment (...)

12Mais, dans l’état actuel de nos connaissances, c’est incontestablement à Thysdrus que l’on peut disposer de la documentation la plus abondante sur l’architecture de terre, omniprésente sur le site où elle a été utilisée dans des monuments publics comme les premiers amphithéâ- tres, dans les tombes et surtout dans les maisons, les plus modestes comme les plus cossues (fig. 1), où elle constitue, du début à la fin de l’époque romaine, l’unique mode de construction adopté pour l’élévation des murs. Des exemples précis tirés des diverses habitations thysdrutaines25 permettent, grâce à des repères chronologiques, de montrer la remarquable permanence de ce type d’architecture et d’en connaître les principales caractéristiques, ce qui pallie, partiellement, les insuffisances et les défaillances de la documentation actuellement disponible sur les autres sites.

1. Plan schématique de la ville de Thysdrus.

■ Les socles

13Avant d’examiner les exemples précis, il convient de faire une remarque préalable : si les structures de terre ont peu varié au cours de la période qui nous intéresse, il n’en a pas été de même pour les socles qui en ont constitué le support. Aussi, est-ce à partir de ces socles qu’une chronologie relative des murs a pu être établie. Cette chronologie est, dans la plupart des cas, absolue, d’autres indices de datation venant en renfort. Dans l’état actuel de nos connaissances, on peut distinguer, grosso modo, quatre types de socle qui se sont succédé dans le temps.

  • 26 La Maison du Silène à l’Ane est encore inédite. La plupart de ses pièces sont ornées de mosaïques p (...)
  • 27 Le massif de fondation supportant ce type de mur est constitué par un blocage de moellons liés au m (...)

14Une première demeure, appelée Maison du Silène à l’Ane (fig. 2), où de nombreux sondages ont été faits, fournit de bons exemples illustrant à la fois la permanence des structures de terre et les variations qui ont affecté les socles. De nombreux indices permettent de proposer des dates relativement précises pour les différentes étapes de l’évolution des murs. Située dans la zone centrale de la ville où l’espace est très mesuré, cette maison est de proportions modestes et ne possède pas de péristyle : c’est une habitation d’artisans qui ont fini par accéder à une certaine aisance comme le prouve le très élégant décor en mosaïque de la dernière phase26. Mais, grâce à la fouille stratigraphique, nous savons qu’elle est la plus ancienne de nos maisons connues. Son premier état remonte en effet aux premières décennies du Ier s. ap. J.-C. (fig. 2a). Le socle en maçonnerie de ses murs correspond à un type d’appareil bien individualisé qu’on retrouve à d’autres endroits et notamment dans le quartier artisanal situé à peu de distance, dans le même secteur. La base du mur est constituée de petits moellons de pierre dure liés au mortier de chaux et dont le parement est taillé assez régulièrement en forme de rectangle de 0,07 x 0,20 m en moyenne tandis que la face demeure brute. La maçonnerie est confortée par des harpes en calcaire dur de grandes dimensions, posées verticalement à un mètre de distance environ les unes des autres, selon les dispositions classiques de l’opus africanum27. Au-dessus de ce socle en moellons de 0,50 m de haut et de 0,50 m d’épaisseur se dressent des rangées de briques crues de 0,50 x 0,35 x 0,09 m. Compactes et dures, ces briques sont faites d’une terre tuffeuse truffée de cailloutis. Elles ne contiennent ni chaux ni paille et sont scellées par des joints de terre de 1 cm d’épaisseur de couleur brun foncé. Un enduit de 2 cm d’épaisseur, formé d’une couche de chaux et de tout petits cailloux, recouvre le mur. Ce premier type d’appareillage est, en définitive, caractérisé par la régularité de taille de ses parements, l’horizontalité de ses assises et la finesse de ses joints. Cet aspect général bien soigné permet de le distinguer très nettement des types de murs postérieurs.

2. Maison du Silène à l’Ane – a. Détail des murs de l’état le plus ancien (état initial) – b. Détail des murs de pierre de l’état intermédiaire – c. Détail de l’état le plus ancien et évolution.

  • 28 Les fondations, tout en étant comparables, présentent quelques différences : elles ont la même épai (...)

15Un nouveau mode d’appareillage va en effet succéder à celui qui vient d’être décrit (fig. 2b). Constitué de pierre de même nature que l’ancien, il ne se distingue pas moins nettement de celui-ci par son aspect désordonné et les dimensions plus importantes de ses moellons liés au mortier de terre qui sont en outre grossièrement taillés et de formes hétéroclites rendant les assises fort irrégulières. Toutefois, les points de ressemblance entre les deux types de mur subsistent : pas de variation notable au niveau de l’élévation en briques crues qui conservent la même constitution et les mêmes dimensions ; même largeur des murs, 0,50 m ; même genre de revêtement mural en chaux mais ayant ici 3 cm d’épaisseur et portant une couche superficielle blanche et lisse qui était peinte. Ce type de mur datable de la fin du Ier s. ou du début du IIe s. se rencontre non seulement dans la Maison du Silène à l’Ane, mais aussi dans la demeure voisine28.

  • 29 Ce sont des moellons de 10 x 8 x 3cm en moyenne.
  • 30 Ces carrières sont situées à une quarantaine de kilomètres à l’est d’El Jem, près de Mahdia. Elles (...)

16Vers la deuxième moitié du IIe s. un nouveau type de mur se substitue aux deux précédents et se répand dans toute la ville. Il présente avec les anciens appareillages quelques analogies mais aussi de multiples différences. Comme les deux précédents, il est constitué d’une partie inférieure en pierre et d’une partie supérieure en brique crue ou en terre battue. Son épaisseur demeure toujours de 0,50 m ainsi que la hauteur de son socle. Enfin des harpes horizontales le consolident de distance en distance et le rattachent au modèle courant de l’opus africanum. Mais en dépit de ces quelques analogies, de nombreuses variantes lui donnent un aspect caractéristique. Aux gros moellons durs provenant des quelques rares croûtes calcaires affleurant dans la région se substituent des moellons nettement plus petits29 et plus tendres, extraits des carrières de Rejiche30 et posés à plat par assises horizontales sur un abondant lit de mortier de chaux de 2 à 3 cm d’épaisseur. Les harpes bien taillées mesurent 0,50 x 0,50 x 0,20 m. Les faces des murs étaient recouvertes d’un enduit de chaux de 1 à 2 cm d’épaisseur dont la surface lisse était souvent décorée de fresques. Ce type de socle, de loin le plus répandu dans la cité, supporte une élévation de terre tantôt en pisé, tantôt en brique crue. L’évolution et le passage du premier au troisième type de mur sont illustrés de manière remarquable par une paroi de la Maison du Silène à l’Ane où l’on voit, grâce aux sondages, la superposition verticale des deux structures (fig. 2c) : on distingue, au niveau le plus bas, l’empattement et le socle du mur le plus ancien surmonté de trois rangées de briques crues, puis, au-dessus, d’un nouveau sol qui a tout scellé, on voit se dresser un nouveau socle de petits moellons tendres liés au mortier de chaux et supportant de nouvelles rangées de briques.

  • 31 Très vaste et sans doute très intéressante par ses dimensions, l’état de conservation de ses murs e (...)
  • 32 La Maison de Lucius Verus fait également partie des édifices encore inédits.
  • 33 C’est dans un atelier communiquant avec cette maison qu’ont été trouvés les masques mortuaires qui (...)

17Des dispositions se rattachant à ce troisième type peuvent être observées dans la maison dite des Fresques (fig. 3b), où l’on voit le même genre de socle et une élévation en briques crues de 0,50 x 0,30 x 0,09 m scellées par des joints de terre de 1 cm d’épaisseur et de couleur brun foncé31. On peut citer également de nombreux autres exemples où le socle étant du même type, l’élévation est en pisé au lieu d’être en brique crue. L’un des mieux conservés appartient à la maison dite de Lucius Verus (fig. 3a) qui est l’une des villas les plus vastes et les plus somptueuses tout en étant située en plein cœur de la zone centrale, à un endroit où l’espace est très mesuré, dans le voisinage immédiat du forum et d’un grand temple consacré au culte impérial. Cette demeure ne couvre pas moins de 2 500 m2 et comporte plusieurs dizaines de pièces toutes entièrement recouvertes de mosaïques fort originales. Pourvue d’éléments de confort qu’on trouve rarement ailleurs, elle ne se distingue en rien des autres habitations sur le plan des modes et des matériaux de construction. Le pisé qu’on y a signalé présente une structure absolument identique à celle des briques crues. Il est également constitué d’une terre tuffeuse compacte remplie de cailloutis et sans aucune trace de chaux ni de paille hachée32. A peu de distance de cette imposante demeure, la maison dite des Masques mortuaires33, modeste habitation artisanale de type punique composée de quelques pièces groupées autour d’une petite cour, fournit un autre exemple de mur en pisé sur un soubassement de 0,70 m de haut et 0,50 m de large en moellons liés par de très épaisses couches de mortier de chaux et séparés, tous les 1,10 m environ, par des harpes verticales en grès de Réjiche. Pour obtenir une horizontalité correcte on a posé, au-dessus de l’assise supérieure, une bonne couche de mortier qui sert de lit aux structures en pisé. Celles-ci ont été tassées dans des coffrages par couches successives de 20 cm. Les différents lits de tassement et les lignes qui les séparent apparaissent avec une remarquable netteté sur la paroi.

3. a. Maison de Lucius Verus, pièce 61. Détail des murs en petits moellons – b. Maison des Fresques, pièce 14. Détail des murs en petits moellons – c. Maison des Masques. Mur tardif, entre les pièces 1 et 27.

  • 34 A ne pas confondre avec la Maison des Masques mortuaires évoquée un peu plus haut et située à quelq (...)
  • 35 Ces briques moulées avec du mortier de plâtre ont souvent les dimensions standard des briques crues (...)
  • 36 Cette épaisseur constante de 10 cm des dalles correspond à celle du pavement en béton de chaux et d (...)

18Le quatrième type de socle est construit avec beaucoup moins de soin que les précédents. Il n’y a pas de normes précises qui le distinguent sinon l’aspect très hétérogène qu’il présente et qui est dû au remploi des matériaux les plus divers et les plus disparates. Cette architecture fondée essentiellement sur la réutilisation d’éléments de récupération est forcément tardive et sans doute postérieure à la fin du IIIe s. Les moins hétéroclites parmi ces structures ont été remarquées dans l’îlot de la maison dite des Masques34 située en plein quartier central et groupant, à peu de distance à l’est de la Maison de Lucius Verus, un ensemble de petites habitations sans péristyle. La base de certains murs, haute de 0,75 m, est uniformément constituée de gros blocs de grès de Réjiche (fig. 3c), mais qui ont été arrachés à leur contexte d’origine et assemblés de façon irrégulière en fonction de leur forme et de leurs dimensions. Très grossièrement appareillés, ils sont scellés au mortier de terre. L’élévation est en pisé de même constitution que ceux décrits précédemment. Plus curieux, un autre soubassement de mur de la même maison présente deux faces complètement différentes. La première est en petits moellons de calcaire dur liés au mortier de chaux. La seconde est très hétérogène et montre de bas en haut des fragments de dalle de sol grossièrement taillés pour être remployés, des petits moellons durs, liés au mortier de chaux, des fragments de blocs de grès et deux assises en briques de plâtre. Ces derniers éléments qui n’apparaissent à Thysdrus que dans les structures tardives servent souvent à régler l’arasement des soubassements35. La partie supérieure du mur, au-dessus de ce socle de 1 m de haut, est également en pisé. Un autre exemple parmi ces socles les plus hétéroclites peut aussi être observé dans l’une des maisons tardives de l’îlot du Silène à l’Ane (fig. 4a). Des harpes constituées par des blocs réguliers de grès de Réjiche (ou, à défaut, de blocs de mêmes dimensions en mortier de plâtre) grossièrement disposés les uns au-dessus des autres encadrent quelques assises formées en partie de grosses pierres de calcaire assez régulières et en partie en gros moellons irréguliers liés au mortier de terre ; au-dessus de ces assises sont disposés des fragments de dalles de sol découpés de manière à s’adapter à l’épaisseur du mur (0,50 x 0,40 x 0,10 m)36. L’élévation en briques crues, très partiellement conservées au début, a presque totalement disparu aujourd’hui. Il serait possible de multiplier les exemples de ces socles de murs tardifs construits à la hâte, dans un contexte de troubles et de destructions et où se combinent de façon plus ou moins variée et hétéroclite des éléments divers comme les petits moellons, les blocs plus ou moins réguliers de calcaire ou de grès de Réjiche, des fragments de dalles de sol et des briques de mortier de plâtre. Mais, qu’elle soit en pisé ou en briques crues, l’élévation est toujours homogène et exclusivement en terre.

■ Les élévations en brique crue ou en pisé

  • 37 D’une manière générale, la typologie que nous venons d’établir ainsi que ses implications chronolog (...)

19L’étude de tous ces socles peut apparaître longue, mais elle nous fait connaître des structures d’une très grande variété et souvent très curieuses au niveau des détails. Déjà, à ce titre, elle n’est pas dénuée d’intérêt. Toutefois la large place qui lui a été accordée répond à des considérations plus importantes et plus directement en rapport avec l’objet de la présente recherche. En effet, compte tenu des liens organiques qui lient l’élévation en terre et le soubassement en dur qui lui sert de support, il n’est pas concevable d’étudier l’une et de négliger l’autre. Il est, de même, clair que c’est grâce aux détails d’appareillage du socle qu’on peut situer l’architecture de terre dans un cadre chronologique précis37. Enfin, le recours à des matériaux hétéroclites et disparates, voire particulièrement insolites comme les fragments de dalles de sol, estun fait utile à signaler car il éclaire singulièrement un phénomène aussi essentiel que l’usage systématique et quasi exclusif de structures en terre.

  • 38 On peut citer de nombreux autres exemples dans le même quartier ou ailleurs dans les grandes villas (...)
  • 39 Des traces de peinture sont encore visibles sur la cloison située dans les remblais à l’ouest de la (...)

20Mais il est des cas où ce socle très précieux pour dater l’élévation en terre fait entièrement défaut, les murs étant constitués de la base au sommet de pisé ou de brique crue. Ces murs ont, comme les autres, une épaisseur de 0,50 m environ et sont protégés par un enduit de chaux de 2 à 3 cm. Les briques crues utilisées ont souvent des dimensions standard de 0,50 x 0,35 x 0,09 à 0,10 m. Ces structures sans base en moellons semblent relativement fragiles. Aussi n’ont-elles été d’un usage courant que pour les aménagements et les réaménagements internes et, en particulier, pour établir des cloisons ou boucher des portes. De nombreuses cloisons de pisé d’une épaisseur tantôt de 0,50 m, tantôt de 0,35 m recouvertes d’un enduit de chaux ont été repérées un peu partout et notamment dans l’une des maisons de l’îlot du Silène à l’Ane38. Derrière cet îlot et surtout à l’ouest de la Maison des Masques mortuaires, on peut voir deux exemples remarquables de cloisons en briques crues. Conservées sur une hauteur assez appréciable et emprisonnées dans une masse considérable de décombres, ces deux cloisons sont constituées de fragments de briques crues de 0,08 à 0,09 m d’épaisseur et de 0,16 m de large. Deux couches d’enduit de 2 cm chacune les protègent de part et d’autre et donnent à la cloison une épaisseur totale de 0,20 m39. De même nous avons un peu partout et notamment à l’intérieur de la maison dite des Fresques (fig. 4b) de nombreuses portes qui ont été bouchées par des parois en briques crues ne reposant sur aucun soubassement mais posées directement sur le sol.

4. a. Première maison de l’îlot du Silène à l’Ane, mur tardif entre les pièces 23 et 33 – b. Maison des Fresques, mur entre les pièces no 12 et 15 – c. Première maison de l’îlot du Silène à l’Ane, mur en terre et système de consolidation entre les pièces 39 et 52.

21Toutefois, il est évident que l’extension d’un tel usage à des murs porteurs et en particulier à des murs de façade n’a pas été sans poser de problèmes. Des précautions spéciales ont dû être prises pour protéger ces structures des intempéries et autres risques qu’elles courent du fait de leur emplacement. Ces risques sont d’autant plus grands que, dans certains cas, le niveau intérieur de certaines maisons est surélevé par rapport au niveau extérieur. Pour éviter le basculement, on a eu recours à l’édification de murs contreforts de 1 m de hauteur destinés à épauler, sur toute leur longueur, les façades situées en partie basse. Ces murs de consolidation sont construits en petits moellons de pierre dure placés par assises horizontales et scellés au mortier de chaux et de cendre. Leur profil est oblique : épais de 0,35 m à la base, ils s’élèvent en s’amincissant progressivement. Leur partie supérieure se courbe en quart de cercle dont le sommet rattrape le nu du mur épaulé. Liés au mortier de chaux et de cendre, ces contreforts servent aussi à protéger les fondations et les parties basses des murs contre les infiltrations, l’humidité et le ruissellement. Ce mode de renforcement a été utilisé pour protéger de nombreuses maisons et en particulier pour la façade ouest d’une des maisons de l’îlot du Silène à l’Ane (fig. 4c). Il est également visible sur plus de 6 m de long contre l’une des parois extérieures de la Maison de la Procession dionysiaque qui présente, toutefois, avec la précédente demeure, quelques différences : elle est au même niveau que la rue et ses murs ont un petit socle en moellons de 0,25 m.

22En l’absence de socle de pierre, ces murs, en brique crue ou en pisé, sont difficiles à dater. De toute façon, ils sont constitués de manière tout à fait analogue aux autres et ne semblent pas appartenir à une époque plutôt qu’à une autre. Leur diffusion prouve que leur fragilité est toute relative.

23La solidité des structures de terre semble avoir été assez considérable et on observe peu de réfections ou de consolidations. C’est à peine si on peut signaler quelques cas comme l’exemple qu’on observe dans une des pièces de la Maison des Fresques où une partie en briques crues de l’angle est du mur nord, juste au-dessus du socle en pierre de 40 cm, a été réparée et consolidée par une structure en moellons liés au mortier de chaux. Cette réparation qui affecte un pan de 0,90 m de long et 0,40 m de haut a été sans doute motivée par une infiltration d’humidité ou un défaut de séchage des briques qui ont amené le détachement de l’enduit et la désagrégation partielle des matériaux.

24L’élévation en brique crue, parfois conservée sur des hauteurs considérables, ne semble pas avoir nécessité de dispositif de renforcement dans le sens horizontal. Nous ne connaissons qu’un seul exemple, visible dans la Maison des Masques mortuaires, où une seule assise en gros moellons liés au mortier de terre est venue interrompre, à 0,35 m au-dessus du soubassement (de 0,35 m) de moellons, la série des rangées de briques crues qui entrent dans la composition d’un mur tardif. Ce lit de moellons isolé au milieu des structures de terre est peut-être destiné à assouplir quelque peu la construction.

25De toute façon, l’hétérogénéité et la fragilité des parois sont toujours masquées par un enduit de chaux qui forme une gaine protectrice souvent très efficace. Les enduits intérieurs se composent généralement de deux couches de chaux et de sable de 1 cm d’épaisseur chacune, la première étant rugueuse et la seconde lisse et peinte. Les enduits extérieurs se composent d’une première couche épaisse de 3 à 4 cm et formée de mortier de chaux et de petits graviers et d’une deuxième couche plus mince et plus lisse. Des stries d’une dizaine de centimètres de long et de quelques millimètres de profondeur disposées en bandes parallèles, en lignes brisées ou en chevrons emboîtés permettent la fixation de la couche supérieure. Quant à la première couche, son adhésion aux structures de terre est assurée par les aspérités qui caractérisent la surface des briques crues et du pisé. Cette adhésion est renforcée, dans le cas des briques, par le mortier de terre qui les lie entre elles et qui forme au niveau de chaque assise une petite épaisseur tendre, contrastant avec la rugosité des briques, et que l’enduit de chaux pénètre aisément. Aussi, la première couche d’enduit présente-telle sur sa face intérieure une série de lignes parallèles saillantes illustrant cette parfaite adhésion. Bien protégées par de solides gaines d’enduit, les parois s’ornent de très belles fresques dont certaines ont été bien conservées et rien ne les distingue plus extérieurement des murs en briques cuites ou en pierre.

  • 40 Nous avons bénéficié pour ce sondage de l’aide très précieuse de notre ami Roger Guéry que nous rem (...)
  • 41 Le mur a été refait au cours de la seconde moitié du troisième siècle car les dalles en mortier de (...)

26Cette ressemblance peut-elle être poussée plus loin et s’étendre à certaines propriétés essentielles des murs ? On peut se demander, par exemple, si ces parois en terre sont propres à soutenir des charpentes de grande portée ou des voûtes. S’il n’est pas possible, faute de documents précis, de donner une réponse entièrement satisfaisante à cette question, on peut néanmoins avoir une idée du type de plafond qui semble avoir été bien adapté à cette architecture de terre. Un sondage opéré dans une habitation située dans le voisinage immédiat de la Maison des Masques nous fournit, à cet égard, de précieux renseignements40. Le mur d’une des pièces dégagées est constitué d’un socle de 1 m de haut en moellons surmonté d’un lit de dalles en mortier de plâtre de 0,10 m d’épaisseur destiné à niveler la surface au-dessus de laquelle sont disposées des rangées de briques crues de 0,50 m de hauteur, 0,35 m de large et 0,10 m d’épaisseur41. Les rangées de briques crues se poursuivent jusqu’à une hauteur de 2,45 m et la partie supérieure du mur porte encore un large fragment avec deux épaisseurs de crépi superposées et elle semble couronnée par un fragment de la terrasse qu’elle supportait. La coupe de celle-ci a pu être approximativement reconstituée : le noyau essentiel est formé d’une chape de 6 cm d’épaisseur faite de petits cailloux noyés dans un mortier de chaux jaune grisâtre; le tout a été coulé sur un lattis de roseaux très serré, établi probablement sur un poutrage reposant sur les murs. Une couche de plâtre de 1 cm d’épaisseur garnissait le plafond. L’étanchéité était obtenue par un mortier de tuileaux aux éléments finement broyés et lissés à la surface. De nombreux fragments de plafond semblables ont été également retrouvés dans de nombreux endroits du site et en particulier dans les décombres de la Maison des Fresques.

  • 42 Pour cette maison, cf. : FOUCHER (L). — Thysdrus 1961 [sic], pp. 15-25.
  • 43 C’est notamment le cas pour les quelques gradins conservés du second amphithéâtre thysdrutain qu’il (...)
  • 44 S’il s’agit bien d’un sol, l’exemple serait unique en Afrique, sauf erreur de notre part. Signalons (...)

27Parmi les documents les plus étonnants concernant les briques crues, il en est un qui mérite d’être signalé. Il concerne une utilisation particulièrement insolite de ce matériau. En effet, un des espaces de la Sollertiana Domus42, complètement clos et sans accès, sans doute une courette aménagée pour l’éclairage et l’aération des pièces qui l’entourent, est pavé de briques crues de même nature (terre tuffeuse truffée de cailloutis) et de mêmes dimensions (0,50 x 0,33 x 0,10 m) que les modèles courants. Ces briques ne peuvent pas provenir d’un mur effondré car elles présentent une disposition géométrique rigoureuse (deux rangs successifs et posés sur chant au pied du mur puis le reste disposé à plat) et sont liées par des joints en mortier de terre de couleur grise qui excluent aussi toute solution faisant songer à un dépôt de matériaux ou à un lieu de séchage. Comme ces briques ne pouvaient pas être exposées aux intempéries, elles étaient sans doute recouvertes par un quelconque enduit à la chaux43 ou par quelque couche étanche de mortier à la cendre dont il ne reste plus de trace44.

■ Caractéristiques de l’architecture domestique thysdrutaine

28Il convient de retenir de toute cette abondante documentation thysdrutaine quelques éléments essentiels qui peuvent se résumer ainsi.

29L’élévation en terre repose, dans la très grande majorité des cas, sur un support en matériaux durs qui perd de son ordonnance et de sa régularité à mesure que le temps passe. Les murs sans socle en pierre sont rares mais existent quand même. Ce sont généralement de minces cloisons, parfois des murs de refend plus épais et assez exceptionnellement des murs extérieurs qui ont nécessité des structures de renforcement surtout en cas de décalage important entre les niveaux de la maison et de la rue.

  • 45 La longueur des briques est presque toujours égale à 0,50 m et correspond à l’épaisseur courante de (...)
  • 46 La seule exception connue est celle signalée par L. Foucher, cf. supra, note 25. Nous n’avons perso (...)
  • 47 Les constructions en pisé (tabia ou torba) et celle en briques crues (toub) sont demeurées en vogue (...)

30Par ailleurs, face à la constante transformation du socle en pierre, on constate que l’élévation en terre est demeurée remarquablement stable tout au long de la période romaine : même constitution et mêmes dimensions standardisées dans la plupart des cas45. La brique crue semble nettement plus répandue que le pisé. Ces deux structures sont toutefois constituées de la même terre tuffeuse truffée de cailloutis ou de gravillons mais sans chaux ni paille46. L’une et l’autre coexistent dans les mêmes habitations sans qu’on puisse, dans l’état actuel des recherches, expliquer le recours à l’une ou à l’autre par des critères d’ordre chronologique, technique ou socio-économique, contrairement à ce qui se passe pour des périodes récentes47.

  • 48 La région de Thysdrus est absolument dépourvue de pierre. Les carrières importantes les plus proche (...)
  • 49 Les mesures les plus importantes comme l’épaisseur des murs, les dimensions des blocs de grès et la (...)
  • 50 Nous avons remarqué que, contrairement à d’autres endroits et à d’autres périodes, les briques crue (...)
  • 51 Très répandue à l’époque punique et romaine, l’architecture de terre est demeurée en vogue à toutes (...)

31Enfin l’architecture de terre à Thysdrus n’est ni un procédé bouche-trou, ni un matériau d’appoint, mais un élément de base dont l’omniprésence doit être soulignée. Dans le cas précis de Thysdrus et de beaucoup d’autres villes de Byzacène, le phénomène peut s’expliquer par la rareté des pierres et l’éloignement des carrières48. Cette explication est acceptable mais elle n’est pas suffisante à elle seule. Les riches bourgeois qui n’avaient pas lésiné sur les moyens de décorer leurs vastes demeures (marbre, mosaïques, fresques et autres éléments de confort) n’auraient éprouvé aucune peine à doter leurs maisons de murs en pierre si cela leur avait paru utile. En fait, le poids des traditions a dû jouer un rôle important. On sait combien l’architecture de terre, dont l’introduction en Tunisie est certainement due aux Phéniciens, était répandue à l’époque punique. Or, par ses modes et matériaux de construction ainsi que par le choix de ses modules, l’architecture domestique thysdrutaine se rattache à cette tradition49. Il convient d’ajouter que cet attachement est fondé aussi sur des considérations pratiques : ce mode de construction a fait ses preuves tout en présentant de nombreux avantages. Il est économique, simple, à portée de main et ne nécessite ni qualification spéciale, ni technique élaborée. Un bon enduit de revêtement et, le cas échéant, quelques mesures de protection lui assurent une solidité et une durée remarquables50. Aussi n’a-t-il jamais été abandonné dans la région et l’époque romaine ne constitue qu’un maillon d’une chaîne continue51.

Conclusions

32Il faudrait disposer pour les autres sites d’une documentation aussi riche que celle de Thysdrus avant de pouvoir tirer des conclusions aussi précises à l’échelle de la Tunisie entière. Toutefois, rien n’interdit de dégager quelques impressions d’ensemble en attendant que les progrès des recherches nous permettent d’aboutir à des résultats moins fragmentaires.

  • 52 Le fait de n’avoir pas rencontré de structures de terre jusque-là sur des sites comme Dougga, Althi (...)
  • 53 Mes collègues et amis, MM. Mongi Boulouednine, J.-C. Golvin, Mabrouk Hamrouni ainsi que Mohamed Bej (...)

33Les textes et les documents archéologiques qui sont à notre disposition permettent d’affirmer que non seulement l’architecture de terre a existé au niveau de l’habitat romano-africain en Tunisie mais qu’elle y était répandue. Tout comme à Thysdrus, elle devait être omniprésente dans les régions centrales et méridionales où de nombreux facteurs pouvaient l’imposer : rareté de la pierre, poids des traditions, pluviosité réduite limitant les risques que font courir les eaux à ce genre de structures. Elle était sans doute moins répandue dans les régions septentrionales et occidentales pour des raisons inverses : abondance de la pierre, traditions puniques moins influentes et plus gros risques de dégâts dus à des pluies plus fortes et plus fréquentes52. On peut penser que tous ces facteurs ont pesé à des degrés divers pour favoriser le recours exclusif à la pierre au niveau des habitants riches ou même jouissant d’une aisance assez relative. Mais les habitations modestes dans les villes comme dans les campagnes, à la période romaine comme aux époques plus récentes, devaient être partiellement ou totalement en terre. Le fait de n’en avoir pas découvert jusque-là sur certains sites ne signifie nullement qu’elles n’ont pas existé53.

Notes

1 PICARD (G.-Ch.). — Un Quartier de maisons puniques à Carthage. Revue Archéologique, I, 1958, p. 22.

2 L’intérêt ne se situe pas seulement au niveau des archéologues qui se préoccupent de plus en plus de l’étude et de la conservation de ces structures, mais aussi à celui des techniciens du bâtiment et même du grand public où il se traduit surtout par la recherche, à travers l’expérience du passé, d’une solution d’avenir permettant de réduire le coût des constructions et de résoudre les problèmes posés par la crise du logement. D’importantes sociétés industrielles, comme « ELF Aquitaine », ont tenté des essais sur certains sites de Tunisie en vue de mettre au point des procédés adéquats de consolidation des murs en brique crue. Par ailleurs, l’opinion publique a pu être sensibilisée à ces questions par quelques expositions, conférences, publications, articles de journaux et émissions de télévision. Grâce à tous ces moyens d’information, l’expérience tentée à Gourna par l’architecte égyptien Hassan Fathy n’est pas demeurée inconnue en Tunisie. Voir à cet égard l’ouvrage de cet auteur : FATHY (H.). - Construire avec le peuple. Paris, Sindbad, 1970.

3 Outre les sites pour lesquels nous citerons plus loin les références bibliographiques, on ne trouve que très peu d’indications générales concernant la période romaine dans les ouvrages de synthèse et les manuels; cf. : PICARD (G.-Ch.).  La Civilisation de l’Afrique romaine. Paris, 1959, pp. 196-197; ROMANELLI (P.). — Topografia e archeologie dell’Africa romana. In : Encyclopédia clossica. Torino, 1970, tome VII, vol. X, p. 56. Ces deux auteurs ne consacrent que quelques lignes à l’architecture de terre en Afrique, laquelle n’est pas du tout évoquée dans l’ouvrage : LEZINE (A.). — Architecture romaine d’Afrique. Par contre, pour la période punique on dipose de renseignements beaucoup plus abondants et souvent plus précis grâce aux fouilles de Kerkouane et de Carthage. Cf. : MAHJOUBI (A.). - L’Architecture domestique à Kerkouane et la maison de l’insula 1 : Africa V-VI. Tunis, 1978, p. 74 et p. 79; MOREL (J.-P.). — Kerkouane, ville punique du cap Bon : remarques archéologiques et historiques. M.E.F.R., 1969, pp. 477-478 ; LANCEL (S.), THUILLIER (J.-P.)... [et al.]. — Byrsa I : rapports préliminaires de fouilles 1974-1976 de la mission archéologique française à Carthage. Institut national d’archéologie de Tunis et École française de Rome, 1979, p. 233 ; LANCEL (S.), THUILLIER (J.-P.)... [et al.]. — Byrsa II. Institut national d’archéologie de Tunis et École française de Rome, 1982, p. 124, p. 163, p. 168. Pour une mise au point globale voir : CINTAS (P.). — Manuel d’archéologie punique. Paris, 1976, t. Il, pp. 79-82 et FANTAR (M.). — Kerkouane, cité punique du cap Bon (Tunisie), pp. 172-177 et 199-204. (Thèse de doctorat d’État, Paris, 1982).

4 VITRUVE. — De Architectera. Il, 3, cité dans LATTRE (de). — Revue tunisienne, XVIII, 1911, p. 326 (cf. ci-dessus pp. 29-32).

5 Cf. CINTAS (P.). — Manuel d’archéologie punique. Paris, 1976, t. Il, p. 79, no 232, qui a écrit : « aucune brique crue ne résisterait à un séchage de cinq ans ».

6 PLINE. – Histoire Naturelle. XXXV, 14-4 (48)-18 (Cf. ci-dessus pp. 29- 32).

7 C I L (Corpus des Inscriptions Latines). — VIII, 14428.

8 Cf. KOLENDO (J.). — Le Colonat en Afrique sous le Haut Empire. Paris, 1976, pp. 60-61, p. 66, pp. 72-73.

9 VILLE (G.). — La Maison et la mosaïque de la chasse à Utique. Karthago, XI, p. 25.

10 VILLE (G.). — La Maison et la mosaïque de la chasse à Utique. Karthago, XI, p. 29, no 23 bis.

11 LEZINE (A.). — Carthage-Utique : études d’architecture et d’urbanisme. Paris, 1968, p. 152.

12 LEZINE (A.). — Utique : note d’archéologie punique. Antiquités africaines, 5, 1971, p. 91.

13 LEZINE (A.). — Utique : note d’archéologie punique. Antiquités africaines, 5, 1971, p. 90. Ces briques sont, selon l’auteur, faites d’une argile impure pleine de tessons de poterie : « la matière première ayant dû être récupérée dans une maison en ruine de la ville ».

14 Pour cette période voir ci-dessus note 3 et : FERRON (J.), PINARD (M.). — Un Quartier de maisons puniques à Carthage. Revue Archéologique, I, 1958, p. 22. La brique crue était alors d’un usage si courant qu’on n’a pas hésité à l’intégrer dans la maçonnerie des loges pour les bateaux de l’îlot de l’amirauté ; cf. : CEDAC [Centre d’Études et de Documentation Archéologique de la conservation de Carthage]. — Institut national d’archéologie de Tunis, sept. 1978, bulletin no 1, p. 15, col. II. Dans le secteur fouillé par l’équipe allemande dirigée par le prof. F. Rakob, la couche de destruction déblayée à l’époque augustéenne était constituée presque uniquement de briques crues ce qui fait penser que « les murs des bâtiments à étages devaient être construits essentiellement en briques crues sur des murs en opus africanum... », CEDAC IL Institut national d’archéologie de Tunis, juin 1979, p. 26, col. I.

15 RAKOB (F.). — CEDAC II, p. 28.

16 Fouilles exécutées sous la direction de M. Wells, CEDAC I, p. 8.

17 HUMPHREY (J.-H.). — Excavation at Carthage 1975 conducted by the University of Michigan. Institut national d’archéologie de Tunis et American schools of oriental research, Tunis, 1976, p. 7.

18 PICARD (G.-Ch.). Acholla. Fasti Archeologici, II, 1947, 2790, p. 316. Les murs de cette maison étaient revêtus de peintures de type pompéien.

19 PICARD (G.-Ch.). — Karthago, IV, p. 121 et PICARD (G.-Ch.). – Les Mosaïques d’Acholla. Études d’archéologie classique, II, Nancy, 1959, p. 77.

20 GOZLAN (S.). — La Maison de Neptune à Acholla-Botria (Tunisie) : problèmes posés par l’architecture et le mode de construction. Karthago, XVI, 1971-72, pp. 43-99.

21 GOZLAN (S.). — La Maison de Neptune à Acholla-Botria (Tunisie) : problèmes posés par l’architecture et le mode de construction. Karthago, XVI, 1971-72, pp. 43-44, no 5.

22 GOZLAN (S.). — La Maison de Neptune à Acholla-Botria (Tunisie) : problèmes posés par l’architecture et le mode de construction. Karthago,. XVI, 1971-72, pp. 70-71.

23 Nous devons ces renseignements à l’amabilité de M. K. Essaïdi qui a procédé au dégagement de ces maisons. Le site d’Uzitta, qui demeure encore pratiquement inédit, se trouve à une quinzaine de kilomètres de Sousse. Signalons, par ailleurs, la présence de briques crues dans l’habitat fortifié de Sbeitla et plus précisément dans le fortin nord. Selon DUVAL (N.), BARATTE (F.). — Les Ruines de Sufetula - Sbeitla. Tunis, 1973, p. 96, les maisons - tours de basse époque se présentent comme un labyrinthe de pièces et d’espaces découverts avec des murs « faits de matériaux variés, depuis la pierre jusqu’à la brique crue en passant par les carreaux de plâtre. »

24 Voir à ce sujet : VITA (A. di). — La Villa délia « gara delle Nereidi » presso-Tagiura. Suppléments Libya Antiqua, II, 1966. L’auteur (p. 30) note la présence constante de structures murales en terre dans une vingtaine de villas de plaisance de bord de mer entre Tripoli et Leptis Magna. Il souligne la remarquable solidité de ces structures, une fois recouvertes de crépi et bien protégées. De son côté : AURIGEMMA (S.). — L’Italia in Africa. I, 2, pp. 29-31, signale l’utilisation de pareilles structures et surtout l’emploi d’une curieuse maçonnerie mixte dans la luxueuse villa de Dar Bue Ammera près de Zliten, célèbre par ses fameuses mosaïques : au-dessus d’une base classique de 0,82 m, l’élévation du mur présente deux faces différentes, l’une en caementicium d’une épaisseur de 0,19 m, l’autre en formaceum sur une épaisseur de 0,35 m, consolidée par deux chaînages du premier appareil qui traversent, à 1,42 m et 2,02 m de hauteur toute la largeur du pisé.

25 L. Foucher a déjà eu l’occasion de signaler la présence de structures en terre à Thysdrus notamment dans la Maison du Paon à propos de laquelle il écrit : « les murs, comme partout ailleurs, étaient bâtis en toub auquel se mêlaient quelques moellons à la partie inférieure ». Cf. : FOUCHER (L.). — Découvertes archéologiques à Thysdrus en 1961, p. 3. Le même auteur écrit (FOUCHER [L.]. — La Maison de la Procession dionysiaque à El Jem. Paris, Presses Universitaires de France, 1963, p. 30 : « les murs (du côté nord-ouest) qui étaient conservés sur une hauteur de 1 m environ du côté sud-ouest atteignent ici parfois deux mètres ; ils sont faits de briques constituées par de la terre à laquelle on a incorporé de la paille. Ces briques, à peu près régulières, mesurent 0,23 m x 0,14 m (...) la partie inférieure du mur jusqu’à une hauteur de 0,50 m, environ, est faite de pierres grossièrement liées avec de la terre ».

26 La Maison du Silène à l’Ane est encore inédite. La plupart de ses pièces sont ornées de mosaïques polychromes à motifs figurés qui comptent parmi les plus belles et les plus intéressantes jamais découvertes à El Jem. L’une d’elles, qui a donné son nom à la maison, représente un silène complètement ivre se faisant transporter vers un âne. La publication de la maison et de ses mosaïques est actuellement en préparation.

27 Le massif de fondation supportant ce type de mur est constitué par un blocage de moellons liés au mortier de terre. Assez grossier, il mesure environ 0,70 m de large et 1 m de haut et est couronné au sommet par une rangée de pierres dures posées horizontalement et faisant saillie de 0,10 m de chaque côté sous le mur proprement dit.

28 Les fondations, tout en étant comparables, présentent quelques différences : elles ont la même épaisseur et sont toutes deux couronnées par une assise de pierres plates mais elles sont constituées par un blocage plus grossier de pierraille, de cailloux et de mortier de terre.

29 Ce sont des moellons de 10 x 8 x 3cm en moyenne.

30 Ces carrières sont situées à une quarantaine de kilomètres à l’est d’El Jem, près de Mahdia. Elles fournissent un grès dunaire tendre et truffé de coquillages qui se prête assez mal à la sculpture et qui se laisse attaquer par l’érosion éolienne. C’est de Réjiche que proviennent pratiquement foutes les pierres de taille qui ont servi à l’édification des monuments publics et notamment du grand amphithéâtre.

31 Très vaste et sans doute très intéressante par ses dimensions, l’état de conservation de ses murs et de ses éléments de décor (fresques et mosaïques), la Maison des Fresques est encore inédite.

32 La Maison de Lucius Verus fait également partie des édifices encore inédits.

33 C’est dans un atelier communiquant avec cette maison qu’ont été trouvés les masques mortuaires qui ont déterminé l’appellation de la demeure et auxquels nous avons consacré une étude : SLIM (H.) 1976. — Antiquités africaines, 10, 1976, pp. 79-92.

34 A ne pas confondre avec la Maison des Masques mortuaires évoquée un peu plus haut et située à quelque 150 à 200 m plus au sud-ouest.

35 Ces briques moulées avec du mortier de plâtre ont souvent les dimensions standard des briques crues (0,50 x 0,35 x 0,10 m) et s’adaptent ainsi à l’épaisseur courante des murs.

36 Cette épaisseur constante de 10 cm des dalles correspond à celle du pavement en béton de chaux et de cailloux qui a servi de sol ailleurs.

37 D’une manière générale, la typologie que nous venons d’établir ainsi que ses implications chronologiques se vérifient assez couramment à Thysdrus. Il convient toutefois d’être toujours vigilant et d’examiner attentivement les structures en place. On constate, par exemple, que les moellons si caractéristiques du premier type (les seuls dont les parements sont bien taillés en forme de rectangles assez réguliers et dont les dimensions sont supérieures aux autres utilisés à des époques ultérieures) ont été parfois réutilisés pour construire les murs de certaines maisons plus récentes mais, dans ce cas, l’appareillage est encadré de harpes en grès de Réjiche différentes de celles en usage pour le type 1 et tout à fait conformes aux normes du type 3.

38 On peut citer de nombreux autres exemples dans le même quartier ou ailleurs dans les grandes villas du quartier sud-est comme celle dite du Paon, cf. FOUCHER (L). — Thysdrus 1961 (sic].

39 Des traces de peinture sont encore visibles sur la cloison située dans les remblais à l’ouest de la Maison des Masques mortuaires. De cette même masse de décombres se détachent des pans entiers de murs avec de nombreuses assises de briques crues ainsi qu’un revêtement de mur dont on voit la face interne en partie recouverte de fragments de briques et en partie nue, le mur ayant été, en quelque sorte, scié dans le sens de la longueur.

40 Nous avons bénéficié pour ce sondage de l’aide très précieuse de notre ami Roger Guéry que nous remercions ici très vivement.

41 Le mur a été refait au cours de la seconde moitié du troisième siècle car les dalles en mortier de plâtre n’apparaissent guère avant cette période à Thysdrus comme nous l’avons déjà vu plus haut.

42 Pour cette maison, cf. : FOUCHER (L). — Thysdrus 1961 [sic], pp. 15-25.

43 C’est notamment le cas pour les quelques gradins conservés du second amphithéâtre thysdrutain qu’il convient de ne pas confondre avec le grand amphithéâtre.

44 S’il s’agit bien d’un sol, l’exemple serait unique en Afrique, sauf erreur de notre part. Signalons par ailleurs que la Sollerticno Domus dont la plupart des murs ont disparu, a quand même révélé quelques structures de terre dans certaines pièces et notamment dans son vestibule de distribution où un des murs, conservé sur 1,10 m de haut, montre un soubassement de 0,60 m de haut constitué de moellons liés au mortier de chaux supportant une structure en pisé (0,50 m de haut sur 0,50 m d’épaisseur).

45 La longueur des briques est presque toujours égale à 0,50 m et correspond à l’épaisseur courante des murs. La largeur se situe souvent autour de 0,35 m mais elle est moins stable que la longueur et varie parfois entre 0,37 et 0,40. Il en est de même de l’épaisseur qui se situe entre 0,07 et 0,10 m.

46 La seule exception connue est celle signalée par L. Foucher, cf. supra, note 25. Nous n’avons personnellement jamais rencontré, au cours de nos travaux à Thysdrus, de briques ou de pisé contenant de la paille.

47 Les constructions en pisé (tabia ou torba) et celle en briques crues (toub) sont demeurées en vogue dans beaucoup de régions de Tunisie et notamment dans le Sahel, pauvre en pierre, jusqu’au milieu de ce siècle. Mais les enduits semblent avoir perdu de leur efficacité par rapport à l’Antiquité. Mal protégées, les structures en briques crues se sont avérées particulièrement fragiles et on leur a préféré le pisé. C’est le cas à Djemmal (située à une trentaine de kilomètres au sud de Sousse) où les habitants ont vu les grandes averses de 1931 détruire leurs demeures : ils se sont plaints en précisant que leurs maisons étaient autrefois en pisé mais que « leur village ayant été démoli par une colonne beylicale, puis par un tremblement de terre, ils se sont décidés, appauvris, à construire en toub», cf. DESPOIS (J.). - La Tunisie orientale. Sahel et Basse steppe. Paris, Presses Universitaires de France, 1955, p. 330.

48 La région de Thysdrus est absolument dépourvue de pierre. Les carrières importantes les plus proches sont situées à plus de 40 km du site, près de Mahdia ou de Sallacta. Les possibilités offertes par les quelques affleurements de croûtes calcaires sont très limitées et semblent avoir été épuisées avant que la ville n’ait connu la grande fièvre de construction de la fin du second siècle et du début du troisième. Les moellons en calcaire dur se raréfient et tendent à céder la place aux moellons de grès de Réjiche puis aux matériaux de récupération, à l’époque tardive.

49 Les mesures les plus importantes comme l’épaisseur des murs, les dimensions des blocs de grès et la longueur des briques crues correspondent à la grande coudée punique de 0,50 m à 0,52 m (on a remarqué qu’à Byrsa les murs porteurs ont souvent 0,50 m d’épaisseur). Il convient de signaler que cette coudée punique de 0,50 m est demeurée vivace à El Jem jusqu’à un passé très récent. Le mètre n’a pas réussi à la supplanter auprès des vieux maçons qui mesurent encore en coudées.

50 Nous avons remarqué que, contrairement à d’autres endroits et à d’autres périodes, les briques crues et le pisé en usage à Thysdrus à l’époque romaine forment une masse dense en terre très compacte ayant presque la consistance d’un béton. On est très loin de ce matériau si souvent décrit ailleurs et qui s’effrite sous la pression des doigts.

51 Très répandue à l’époque punique et romaine, l’architecture de terre est demeurée en vogue à toutes les grandes phases de la période musulmane. Les palais aghlabides des environs de Kairouan et bien d’autres monuments privés et publics ont été construits en terre. Cf. : MARÇAIS (G.). — L’Architecture musulmane d’Occident. 1954, p. 57.

52 Le fait de n’avoir pas rencontré de structures de terre jusque-là sur des sites comme Dougga, Althiburos, Bulla Regia, Henchir El Faouar ouThuburbo-Majus n’est sûrement pas étranger à l’abondance des carrières de pierre dans la proximité immédiate de ces sites.

53 Mes collègues et amis, MM. Mongi Boulouednine, J.-C. Golvin, Mabrouk Hamrouni ainsi que Mohamed Bejaoui et M. Kefi m’ont apporté une aide précieuse pour l’élaboration de cette étude tant par la mise au point des dessins et des illustrations que par les discussions fructueuses que j’ai eues avec eux. Qu’ils en soient ici remerciés.

Table des illustrations

Légende 1. Plan schématique de la ville de Thysdrus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende 2. Maison du Silène à l’Ane – a. Détail des murs de l’état le plus ancien (état initial) – b. Détail des murs de pierre de l’état intermédiaire – c. Détail de l’état le plus ancien et évolution.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31105/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende 3. a. Maison de Lucius Verus, pièce 61. Détail des murs en petits moellons – b. Maison des Fresques, pièce 14. Détail des murs en petits moellons – c. Maison des Masques. Mur tardif, entre les pièces 1 et 27.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31105/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende 4. a. Première maison de l’îlot du Silène à l’Ane, mur tardif entre les pièces 23 et 33 – b. Maison des Fresques, mur entre les pièces no 12 et 15 – c. Première maison de l’îlot du Silène à l’Ane, mur en terre et système de consolidation entre les pièces 39 et 52.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31105/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search