Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Introduction

L’apport des textes antiques

Robert Lequément

Texte intégral

1Que nous apprennent les textes antiques sur l’architecture de terre et de bois dans l’Occident romain ? Ils nous montrent que la terre crue peut être utilisée de trois façons différentes.

  • 1 PLINE. Naturae Historiarum. XXXV, 48 (Ier s. ap. J.C.).
  • 2 ISIDORE DE SÉVILLE. - Etymologiarum. XIX, 10, 17. In : Patrologie latine, t. 82, col. 673-674 (débu (...)

2« Les claies des murs sont enduites de terre crue » nous dit Pline1 : « lllini... crates parietum luto ». Crates ce sont les claies, lutum c’est la boue, la terre crue mêlée d’eau, l’argile crue. Il s’agit donc de la technique du « clayonnage ». Une précision nous est donnée par Isidore de Séville dans son Etymologiarum2 à propos du terme crates : « Les claies (crates) qui correspondent à des assemblages de cannes et dans lesquelles on a coutume de mettre de la terre crue (lutum) ».

  • 3 PLINE. - Naturae Historiarum. XXXV, 48.

3La seconde technique consiste à faire des murs de terre dans un moule (forma) fait de deux planches (duabus tabulis), c’est-à-dire dans un coffrage, dans des « banches ». Ces parietes formacei dont nous parle Pline3 correspondent à ce que l’on appellerait aujourd’hui des murs « en pisé » ou de « terre banchée ».

  • 4 ISIDORE DE SÉVILLE. – Etymologiarum. XIX, 10, 16.

4Enfin la troisième technique, celle pour laquelle les textes nous donnent le plus de renseignements, consiste en la fabrication de briques de terre crue, les lateres. Isidore de Séville4 nous en donne l’étymologie : « Quant aux lateres, ils sont crus et sont appelés ainsi parce qu’on les fait larges, dans des moules de bois. Lateres autem crudi sunt, qui et ipsi inde nominati, quod lati, ligneis formis efficiuntur ».

5Un long dépouillement nous révèle que nos textes appartiennent à des ouvrages de genre différent. Les textes dont il est question proviennent :

    • 5 VITRUVE. - De Architecture. Il, 1 ; II, 3; II, 8 (fin du Ier s. av. J.-C.).

    d’un ouvrage sur l’architecture, le De Architectura de Vitruve5 ;

    • 6 PLINE. — Naturae Historiarum. VII, 195; XXXV, 48 et 49.

    des livres sur l’histoire naturelle, l’histoire des civilisations et des techniques, les Naturae Historiarum de Pline l’Ancien6 ;

    • 7 CATON. - De Agriculture. 14, 4 (IIe s. av. J.-C.).
    • 8 VARRON. -– Res Rusticae. I, 14, 4 (Ier s. av. J.-C.).
    • 9 COLUMELLE. - De Re Rustica. IX, 1,2; XI, 3, 2 (Iers. ap. J.-C.).
    • 10 PALLADIUS. – Opus agriculturae. 1, 11 et 34 ; VI, 11 et 12; X, 13 (milieu du Ve s. ap. J.-C.).

    d’œuvres écrites par ceux que l’on appelle les « agronomes », qui sont souvent des traités d’économie rurale, le De Agricultura de Caton7, les Res Rusticae de Varron8, le De Re Rusfica de Columelle9 et l’Opus agriculturae de Palladius10.

  • 11 STRABON. – Géographie. IV, 4, 3 ; XIII, 1, 67 (début du Ier s. ap. J.-C.). C.).
  • 12 SUÉTONE. – Augustus. 28 (écrit vers 120 ap. J.-C.).
  • 13 TACITE. — Germania. XVI, 3 (œuvre publiée à la fin du Ier s. ap. J.- C.).
  • 14 DION CASSIUS. – Histoire Romaine. XXXIX, 61 (début du IIIe s. ap. J.-C.).
  • 15 PLAUTE. - Truculentus. Il, 2 (œuvre écrite peu après 190 av. J.-C.).
  • 16 CICÉRON. - De Divinatione. Il, 47 (Ier s. av. J.-C.).

6Cette première série d’ouvrages techniques nous a livré la documentation la plus abondante. S’y ajoutent des mentions plus brèves: chez le géographe Strabon11, chez les historiens Suétone (Vie d’Auguste)12, Tacite (La Germanie)13 et Dion Cassius (Histoire Romaine)14 et deux autres mentions tout à fait fortuites dans le Truculentus de Plaute15 et dans le traité philosophique de Cicéron De Divinatione16.

7Avant d’étudier plus en détail ce que nous apportent les textes sur ces trois techniques, il est peut-être intéressant de montrer comment l’un des auteurs, Vitruve, voyait l’évolution de l’art de bâtir.

  • 17 VITRUVE. – De Architectura. Il, 1.

8Vitruve nous raconte en effet17 la manière de vivre et de bâtir des premiers hommes : « Anciennement les hommes naissaient dans les forêts, dans les cavernes et dans les bois, comme les bêtes, et n’avaient comme elles qu’une nourriture sauvage (...). Ils commencèrent [donc] les uns à se faire des huttes avec des feuilles, les autres à se creuser des retraites dans les montagnes ; d’autres, imitant l’industrie que les hirondelles déploient dans la construction de leurs nids, se faisaient des habitations avec de petites branches d’arbre et de boue... L’ordre qu’ils suivirent au commencement fut de planter des fourches et d’y entrelacer des branches d’arbres qu’ils remplissaient ensuite et enduisaient de boue pour faire des murs ». Il s’agit là des premières formes de clayonnage. Vitruve poursuit en évoquant une technique très primitive : « Ils bâtirent aussi des murs avec des mottes de terre desséchées, sur lesquelles ils posaient des pièces de bois en travers, couvrant le tout de joncs et de feuilles d’arbres, pour se défendre du soleil et de la pluie ». Des murs bâtis avec des « mottes de terre séchées » (glebas luteas arefacientes), n’est-ce pas une mauvaise explication pour des murs qui auraient été faits avec, si l’on peut dire, de gros « parpaings » de terre crue, technique de construction rappelant celle de la brique crue, mais avec un matériau de forme plus massive et irrégulière ?

9Vitruve évoque ensuite les toitures : comme les joncs et les feuilles d’arbres ne suffisaient pas « contre le mauvais temps de l’hiver, ils élevèrent des combles inclinés et bien enduits de terre (luto inducto), pour faire écouler les eaux ».

10Sur ces premières façons de bâtir avec de la terre crue, Vitruve conclut ainsi : « Ce qui peut faire juger que les premiers bâtiments ont été faits de cette manière, c’est que nous voyons aujourd’hui des habitations construites avec ces mêmes matériaux chez les nations étrangères, comme en Gaule, en Espagne, en Lusitanie et en Aquitaine, où les maisons sont couvertes de chaumes, ou de bardeaux faits de chêne fendu en manière de tuiles ». Un peu plus loin, à propos de la toiture, Vitruve précise qu’« à Marseille, au lieu de tuiles, les maisons sont couvertes de terre pétrie avec de la paille » (« Subacta cum paleis terra tecta »). Ce n’est que plus tard, lorsque les hommes sont sortis de cette vie sauvage et agreste, qu’ils ont atteint le savoir-vivre des gens évolués (mansuetam humanitatem qui s’oppose à e fera agrestique vita) qu’« ils ont alors... » nous dit Vitruve « commencé à élever sur des fondements solides des murs de pierres et de briques crues; et, les couvrant de bois et de tuiles, ils ont exécuté quelque chose de plus accompli que ce qu’ils avaient fait jusqu’alors ».

  • 18 VITRUVE. – De Architectura. Il, 8.

11Examinons maintenant plus précisément ce que les textes nous disent de la technique du clayonnage. Son origine est très ancienne, nous l’avons vu, et il est facile à faire nous dit Vitruve, qui évoque les risques d’incendie et donne des conseils pratiques de construction : « Pour ce qui est des murs qui sont faits de claies, il serait à souhaiter qu’on y eût jamais pensé, car si elles ont quelques commodités à raison du peu de temps et du peu de place qu’il faut pour les bâtir, elles sont si dangereuses à cause du feu pour lequel il semble qu’elles sont des fagots tout préparés, qu’il vaut beaucoup mieux faire la dépense des murs de maçonnerie que de s’exposer aux dangers que l’on court en construisant des murs en clayonnage, pour la seule facilité de leur construction. De plus, ceux même qui sont recouverts d’enduit se fendent nécessairement le long des montants et des travers ; car lorsqu’on les couvre de mortier, le bois s’enfle d’abord à cause de l’humidité, et, venant ensuite à sécher, il se resserre ; ce qui fait casser l’enduit. Néanmoins, si l’on veut faire usage de cette espèce de murs, pour avoir plus tôt fait et pour épargner la dépense, ou parce que la place est embarrassée, voici comment on peut les construire. Il faut les asseoir sur un empattement un peu plus élevé que le sol, afin qu’ils ne touchent point aux pierrailles ni aux pavés ; car s’ils y sont engagés, ils se pourrissent, et en s’affaissant ils rompent et gâtent toute la beauté des enduits du mur»18.

  • 19 STRABON. - Géographie. IV, 4, 3.

12Strabon, quant à lui, nous apprend que « les Gaulois se construisent de grandes maisons de forme circulaire en planches et en claies (« τό γέρρον » et les recouvrent d’un épais toit de chaume »19.

  • 20 TACITE. - Germania. XVI, 3.

13Tacite enfin nous parle en ces termes de l’habitat des Germains : « ils n’emploient même ni moellons, ni tuiles, à toutes fins ils se servent de matériaux bruts, sans se soucier de la beauté ou de l’agrément; certaines parties sont enduites plus soigneusement d’une terre si pure et si brillante qu’elle imite la peinture et des traits de couleurs »20. On peut se demander si ces matériaux bruts (« materia informi » nous dit le texte) enduits par endroit de terre, ne correspondent pas à du clayonnage.

  • 21 PLINE. – Naturae Historiarum. XXXV, 48.
  • 22 VARRON. – Res Rusticae. 1, 14,4.

14La technique du pisé ou de la terre banchée est évoquée par Pline : « N’y a-t-il pas en Afrique et en Espagne des murs de terre dits murs banchés, parce qu’on les jette dans des banches entre des parois plutôt qu’on ne les construit ? Ils durent pendant des siècles, inattaquables à la pluie, au vent, au feu et plus solides que les moellons. L’Espagne voit encore aujourd’hui les postes de guet d’Annibal et les tours de terre placées sur le sommet des montagnes »21. Varron de son côté décrit les murs de clôture (« maceria ») servant à protéger tout ou partie du domaine et cite ceux faits en pisé « un mélange de terre et de gravier agglomérés dans des moules » dit-il « comme en Espagne et dans le territoire de Tarente »22.

  • 23 PALLADIUS. — Opus agriculturae. I, 34 et X, 13.

15Palladius aussi écrit que les jardins peuvent être entourés de murs bâtis en terre crue (« luto structis parietibus ») au livre X, 13 de son Traité d’agriculture ; il est plus précis au livre I, 34 « ... en remplissant des moules d’argile crue (on) imite les murs de briques crues » : « ... luto inter formas clause, parietes figurâtes ex lateribus imitantur »23.

  • 24 VITRUVE. – De Architectura. Il, 3. Il est intéressant de noter que Vitruve, qui écrit sous Auguste, (...)
  • 25 STRABON. – Géographie. XIII, 1, 67.

16Ces briques représentent la technique concernant la terre crue la plus largement évoquée par les auteurs anciens. Vitruve consacre un chapitre entier24 aux briques crues : « Il faut premièrement savoir de quelle terre les briques doivent être faites ; car la terre qui est pleine de gravier, de cailloux et de sable ne vaut rien, en ce qu’elle rend les briques trop pesantes, et qu’elle fait qu’elles se détrempent et se fendent, si elles sont mouillées par la pluie. D’ailleurs, cette terre, qui est rude, n’est pas assez liante pour faire corps avec les pailles qu’on y mêle : il les faut donc faire avec de la terre blanchâtre, semblable à de la craie, ou avec de la terre rouge, ou bien encore avec du sablon mâle, parce que ces matières, à cause de leur douceur, sont plus compactes, ne pèsent point dans l’ouvrage, et s’amoncellent aisément. Le temps le plus favorable pour mouler les briques est le printemps et l’automne parce que, durant l’une et l’autre de ces saisons, elles peuvent sécher également partout ; au lieu qu’en été le soleil, consumant d’abord l’humidité du dehors, fait croire qu’elles sont entièrement sèches, et n’achève néanmoins de les sécher qu’en les rétrécissant ; ce qui fend et rompt leur superficie aride, et les gâte tout à fait. C’est pourquoi le meilleur serait de les garder deux ans entiers ; car, lorsqu’elles sont employées nouvellement faites, et avant d’être entièrement sèches, l’enduit que l’on met dessus s’étant séché promptement et ayant pris de la consistance, elles s’affaissent, et, en se resserrant, se séparent de cet enduit, qui, n’étant plus attaché à la muraille, n’est pas capable de se soutenir lui-même, à cause de son peu d’épaisseur. Il finit donc par se rompre ; et alors les murs, s’affaissant ça et là inégalement, se gâtent et se ruinent aisément. C’est pour cela qu’à Utique le magistrat ne permet point qu’on emploie de brique qu’il ne l’ait visitée, et qu’il n’ait reconnu qu’il y a cinq ans qu’elle est moulée. On fabrique trois sortes de briques. La première est celle dont nous nous servons, qui est appelée en grec Lydion ; elle est longue d’un pied et large d’un demi-pied. Les deux autres, qui sont le pentadoron et le tétradoron, sont employées par les Grecs. Le palme est appelé doron par les Grecs, parce que doron, qui signifie un présent, se porte ordinairement dans la paume (ou palme) de la main : et ainsi la brique qui a cinq palmes en carré est appelée pentadoron, et celle qui en a quatre, tétradoron. Les ouvrages publics se font avec le pentadoron, et les ouvrages particuliers avec le tétradoron. En faisant toutes sortes de briques, on fait aussi des demi-briques ; par ce moyen, lorsque l’on bâtit une muraille, on met alternativement d’un côté un rang de briques, et de l’autre un rang de demi-briques ; en sorte qu’étant mises en ligne à chaque parement, celles d’une assise s’entrelacent avec celles d’une autre. De plus, le milieu de chaque brique se rencontrant sur un joint montant, cela rend la structure encore plus solide, et plus agréable à la vue. Les briques que l’on fait à Calente et à Maxilua, villes d’Espagne Ultérieure, et à Pitane, ville d’Asie, nagent sur l’eau lorsqu’elles sont sèches... ». Vitruve a peut-être ici la même source que Strabon qui écrit : « Il est dit qu’à Pitane les briques flottent sur l’eau, comme c’est le cas avec une certaine terre en Tyrrhenia » (c’est-à-dire en Étrurie) ; et plus loin : « Et Posidonius [qui écrit dans la première moitié du Ier s. av. J.-C.] dit qu’en Ibérie il a vu des briques moulées [« πλίνθους ») à partir d’une terre semblable à l’argile avec laquelle on nettoie l’argent ; ces briques flottaient sur l’eau »25.

  • 26 VITRUVE. - De Architectura. Il, 8.
  • 27 PLINE. – Naturae Historiarum. XXXVI, 176.
  • 28 DION CASSIUS. - Histoire Romaine. XXXIX, 61.
  • 29 CICÉRON. - De Divinatione. Il, 47.
  • 30 SUÉTONE. - Augustus. 28. « ... marmoream se relinquere, quam latericiam accepisset ». Nous ne penso (...)

17Plus loin, au chapitre 8, qui traite des différents types de construction, Vitruve nous dit que si l’on veut faire des bâtiments durables il vaut mieux employer la brique crue que les moellons : « ... la construction qui paraît belle à la vue parce qu’elle est faite de moellons qui ont été aisés à tailler n’est pas la meilleure, ni celle qui dure le plus. Pour cette raison, les experts qui sont nommés pour apprécier les murs mitoyens, ne les estiment pas ce qu’ils ont coûté à faire. Mais, après s’être assurés, par les baux à loyer, du temps qu’il y a que les murs sont faits, ils déduisent du prix qu’ils ont coûté autant de quatre-vingtièmes parties qu’il y a d’années que le mur est achevé ; et ils n’en font payer que ce qui reste de toute la somme, leur avis étant qu’ils ne peuvent pas durer plus de quatre-vingts ans. On ne procède pas ainsi pour l’estimation des murs de brique, du prix desquels on ne déduit rien, pourvu qu’ils soient encore bien à plomb, mais qu’on estime toujours ce qu’ils ont coûté ». Une construction en brique crue ne se déprécie pas avec le temps et Vitruve nous donne un renseignement intéressant sur les évaluations immobilières. Pourquoi un mur de moellons vieillit-il plus vite ? A cause de la dissolution des joints (Vitruve II, 8, 3)26 et de la disparition de la chaux (Pline XXXVI, 176)27. Puis Vitruve cite quelques exemples de bâtiments élevés en briques crues. Ces exemples sont pris surtout dans le monde grec : « ... il y a quelques villes où les édifices tant publics que particuliers, et même les maisons royales, ne sont que de briques : tels sont, à Athènes, le mur qui regarde le mont Hymette et le Pentelique, et à Paras, les murailles du temple de Jupiter et les chapelles de celui d’Hercule, qui sont de briques, quoique par dehors les architraves et les colonnes soient de pierre. En Italie, dans la ville d’Arezzo, on voit un ancien mur de briques, fort bien bâti, de même qu’à Tralles on remarque la maison des rois attaliques, qui est affectée à la résidence de celui qui a été élu souverain prêtre de la ville. A Sparte, on a ôté des peintures de dessus un mur de briques, pour les enchâsser dans du bois ; et elles ont été apportées dans cette ville pour orner le lieu de l’assemblée, pendant la magistrature des édiles Varron et Muréna. La maison de Crésus, que les Sardiens ont destinée à ceux des habitants de la ville qui, par leur grand âge, ont acquis le privilège de vivre en repos dans un collège de vieillards qu’ils appellent Géronsie, est aussi bâtie en briques. Dans la ville d’Halicarnasse, le palais du puissant roi Mausole a des murailles de briques, quoiqu’il soit partout orné de marbre de Proconèse ; et l’on voit encore aujourd’hui ces murailles, fort belles et fort entières, couvertes d’un enduit si poli qu’il ressemble à du verre. On ne peut pas dire pourtant que ce roi n’ait pas eu le moyen de faire des murailles d’une matière plus précieuse, lui qui était si puissant, et qui commandait à toute la Carie. On ne peut pas dire non plus que ce soit faute de connaître la belle architecture, si l’on considère les bâtiments qui sont son ouvrage ». Vitruve nous parle aussi plus précisément de Rome : « Il est bien vrai que la construction de briques crues n’est pas permise dans la ville de Rome ; mais en voici la raison. Les lois défendent de donner aux murs mitoyens plus d’un pied et demi d’épaisseur ; et, pour gagner de la place, on ne veut pas que les autres murs soient plus épais. Or, les murs de briques ne valent rien, à moins que d’avoir deux ou trois rangs d’épaisseur ; si on ne les faisait que d’un pied et demi de large, ils ne pourraient soutenir qu’un étage ; ce qui serait un grand inconvénient dans une ville où il est nécessaire, pour loger le nombre infini de ses habitants, que la hauteur des édifices puisse compenser le défaut d’espace. C’est pour cette raison qu’il faut qu’il y ait des chaînes de pierre qui fortifient les murs bâtis avec des tuileaux ou du moellon, et qui les rendent capables, étant liés par les solives des planchers, de s’élever assez haut pour la commodité du logement et pour l’agrément de la vue. De plus, la multiplication des étages et des balcons que l’on y peut faire rend les habitations de Rome fort belles sans occuper beaucoup de place. Voilà pourquoi la maçonnerie de briques n’est point en usage dans Rome, à cause du défaut de place ». Cette interdiction n’a peut-être concerné que le centre même de Rome où s’élevaient des immeubles qui pouvaient atteindre jusqu’à six étages ; elle est peut-être récente lorsque Vitruve écrit son traité. En effet, Rome semble elle aussi avoir bien connu la brique crue : Dion Cassius nous apprend que sous le consulat de Appius Claudius et de Lucius Domitius, en 54 av. J.-C., une crue du Tibre submergea les bas-quartiers de Rome et envahit même quelques-uns des points les plus élevés : « Les maisons qui étaient en briques (« πλίνϑων ») firent l’eau de toutes parts et s’écroulèrent »28. Cicéron, dans son traité Sur la Divination, rédigé en 44 av. J.-C., évoque au cours d’un développement la brique de terre crue et le moellon : « Soumettez-vous à la même puissance la brique ou le moellon dont la Ville (= Rome) est bâtie ? »29. Enfin, Suétone nous dit qu’« Auguste a embelli Rome qui n’était pas ornée à la mesure de la majesté de l’Empire et qui était exposée aux inondations et aux incendies, de telle sorte qu’il se glorifia à bon droit de "l’avoir reçue en briques crues" et de la laisser en marbre »30.

  • 31 CATON. - De Agricultura. 14, 4.
  • 32 PALLADIUS. - Opus agriculturae. VI, 12.
  • 33 PALLADIUS. – Opus agriculturae. I, 11.
  • 34 VITRUVE. - De Architectura. Il, 8. Vitruve en revanche ne consacre qu’un seul chapitre sur la maniè (...)

18A la campagne en revanche, nous savons grâce au témoignage des agronomes latins que la brique crue est une réalité durant toute l’Antiquité. Au IIe s. av. J.-C. Caton donne des conseils pour bâtir une ferme soit en chaux et en moellons, soit sur des fondations de pierre, en briques crues (parietes ex latere)31. Palladius, six siècles plus tard, expose comment se fabriquent les briques crues32 (Livre VI, 12) et nous parle des murs (latericiis parietibus) qui concernent le maître-logis (in praetorio)33 (Livre 1, 11) ; il recommande la pose d’un bandeau d’entablement en terre cuite (structura testacea) au sommet des murs de briques crues afin de les protéger du ruissellement. Il reprend en cela ce qu’avait pu écrire Vitruve34.

  • 35 VARRON. - Res rusticae. I, 14, 4. Varron nous donne successivement quatre façons de bâtir les murs (...)
  • 36 COLUMELLE. - De Re rustica. IX, 1, 2.

19Enfin, la brique crue est utilisée dans la construction de murs de clôture : Varron nous dit que dans le territoire sabin, dont il est originaire puisque né à Réate, les domaines sont entourés de briques crues35. Columelle, qui avait des domaines dans le Latium et vraisemblablement en Espagne du Sud, dans la région de Gadès où il était né, écrit à propos de la réserve de chasse où est parqué le gros gibier (chevreuils, daims, oryx, cerfs, sangliers) que « ... si les prix de la pierre et de la main-d’œuvre le permettent, le parc sera entouré d’un mur de moellons et de chaux, sinon de briques crues liées à l’argile » (« murus... crudo latere ac luto constructus »)36.

  • 37 PLAUTE. – Truculentus. 11,2.

20De briques crues aussi est bâti le mur du jardin qu’endommage nuit après nuit à force de le franchir, à l’insu de son père, le jeune paysan Strabax pour aller retrouver la courtisane Phronésie dans la pièce de Plaute le Truculentus37. La scène est censée se passer à Athènes, mais l’on peut se demander si Plaute ne s’est pas inspiré de ce qu’il avait sous les yeux à Rome et dans sa campagne.

  • 38 STRABON. - Géographie, IV, 4, 3.
  • 39 DIODORE DE SICILE, V, 25 à 32.
  • 40 CÉSAR. - De Bello Gallico. I, 5, 2 ; II, 7, 3 ; III, 29, 3 ; IV, 19, 1 ; 38, 3; VI, 6, 1 ; 43, 2; V (...)
  • 41 CÉSAR. - De Bello Gallico. VII, 23.
  • 42 CÉSAR. - De Bello Civili. Il, 8 à 10.

21Avant de conclure, il convient de noter quelques-unes des limites de notre documentation. Les auteurs ont souvent usé de la compilation. Ainsi Pline a pratiquement repris ce que Vitruve avait écrit un siècle plus tôt. De même, Palladius au Ve s. a connu le traité de Columelle du Ier s. mais aussi, par Faventinus, un auteur du IVe s., l’œuvre abrégée de Vitruve. Il en résulte que notre information est parfois assez peu fournie. Le plus souvent aussi, les propos de l’auteur, si celui-ci est un historien, auront été de nous narrer des événements et non de s’attarder sur des descriptions ethnographiques. Prenons l’exemple de la Gaule : ce que nous dit Strabon38 doit être nuancé ; il est bien évident que tous les Gaulois n’ont pas vécu dans de grandes maisons de forme circulaire en planches et en clayonnage, recouvertes d’un épais toit de chaume. On peut regretter que Diodore de Sicile dans le précieux tableau qu’il brosse des mœurs des Gaulois au livre V de sa Bibliothèque historique39, ne nous donne pas de précision sur leur habitat. On aurait aimé que César nous renseigne davantage sur les aedificia et les maisons des vici auxquels il fait allusion dans La Guerre des Gaules40, lui qui a su si bien décrire le rempart gaulois, le fameux murus gallicus fait de pierres, de terre et de bois41 ou encore les galeries, les toitures et les tours construites en bois, en clayonnage et en briques crues par son général Caïus Trébonius lors du siège de Marseille42.

  • 43 MARTIN (R.). - Manuel d’architecture grecque : I. Matériaux et techniques. Paris, 1965, vol. I, pp. (...)

22Quoi qu’il en soit, l’apport des textes antiques est important : la terre crue est bien présente dans l’Occident romain : Gaule, Germanie, Péninsule ibérique, Italie, Afrique et il s’agit d’une tradition bien implantée puisque nos textes couvrent largement l’Antiquité romaine du IIe s. av. J.-C. au VIIe s. ap. J.-C. Mais cette utilisation n’est pas propre à l’Occident romain et les auteurs grecs et les papyri nous montrent qu’en Grèce, en Asie ou en Égypte, on a traditionnellement utilisé la terre crue. On pourra se reporter par exemple au chapitre sur la brique du Manuel d’architecture grecque de Roland Martin ainsi qu’à l’ouvrage de A. Orlandos43.

  • 44 GRASER (E.R.). - In : FRANCK (T.). - An Economie Survey of ancient Rome, vol. V, pp. 305-421.
  • 45 VITRUVE, De Architectura, II, 1.

23D’autre part, la technique de la brique crue est la plus abondamment décrite et commentée dans les textes. On pourrait aussi rappeler que dans l’Édit du Maximum de Dioclétien, en 30144, la brique crue est citée (« lateris ex luto ») ; l’artisan qui fabrique huit briques est payé deux deniers, deux fois moins que pour la fabrication de briques cuites («lateris crudi ad laterculos »). L’intérêt que lui manifestent nos auteurs, « latins », est peut-être dû au fait que ce matériau commode, qui se mesure, se fabrique en série, est implanté depuis longtemps dans le monde méditerranéen. La brique crue est montrée comme un progrès, nous l’avons vu, par rapport au pisé et au clayonnage et l’on peut se demander si, très tôt, elle n’a pas supplanté ces deux techniques en Italie et sur le pourtour de la Méditerranée : Vitruve n’écrit-il pas, à l’époque augustéenne, que le clayonnage ne se voit plus que « chez les nations étrangères», Gaule, Espagne, Lusitanie, Aquitaine ?45.

24Mais, pour répondre à cette question, comme à d’autres, l’historien de l’Antiquité devra faire appel, bien sûr, aux indispensables témoignages de l’archéologie.

Notes

1 PLINE. Naturae Historiarum. XXXV, 48 (Ier s. ap. J.C.).

2 ISIDORE DE SÉVILLE. - Etymologiarum. XIX, 10, 17. In : Patrologie latine, t. 82, col. 673-674 (début du VIIe s.).

3 PLINE. - Naturae Historiarum. XXXV, 48.

4 ISIDORE DE SÉVILLE. – Etymologiarum. XIX, 10, 16.

5 VITRUVE. - De Architecture. Il, 1 ; II, 3; II, 8 (fin du Ier s. av. J.-C.).

6 PLINE. — Naturae Historiarum. VII, 195; XXXV, 48 et 49.

7 CATON. - De Agriculture. 14, 4 (IIe s. av. J.-C.).

8 VARRON. -– Res Rusticae. I, 14, 4 (Ier s. av. J.-C.).

9 COLUMELLE. - De Re Rustica. IX, 1,2; XI, 3, 2 (Iers. ap. J.-C.).

10 PALLADIUS. – Opus agriculturae. 1, 11 et 34 ; VI, 11 et 12; X, 13 (milieu du Ve s. ap. J.-C.).

11 STRABON. – Géographie. IV, 4, 3 ; XIII, 1, 67 (début du Ier s. ap. J.-C.). C.).

12 SUÉTONE. – Augustus. 28 (écrit vers 120 ap. J.-C.).

13 TACITE. — Germania. XVI, 3 (œuvre publiée à la fin du Ier s. ap. J.- C.).

14 DION CASSIUS. – Histoire Romaine. XXXIX, 61 (début du IIIe s. ap. J.-C.).

15 PLAUTE. - Truculentus. Il, 2 (œuvre écrite peu après 190 av. J.-C.).

16 CICÉRON. - De Divinatione. Il, 47 (Ier s. av. J.-C.).

17 VITRUVE. – De Architectura. Il, 1.

18 VITRUVE. – De Architectura. Il, 8.

19 STRABON. - Géographie. IV, 4, 3.

20 TACITE. - Germania. XVI, 3.

21 PLINE. – Naturae Historiarum. XXXV, 48.

22 VARRON. – Res Rusticae. 1, 14,4.

23 PALLADIUS. — Opus agriculturae. I, 34 et X, 13.

24 VITRUVE. – De Architectura. Il, 3. Il est intéressant de noter que Vitruve, qui écrit sous Auguste, ne signale d’utilisation de la brique cuite (« laterculis ») qu’à propos des bains dans la construction des piles (pilae) qui soutiennent les sols des salles chaudes (suspensurae caldariorum), cf. livre V, 10.

25 STRABON. – Géographie. XIII, 1, 67.

26 VITRUVE. - De Architectura. Il, 8.

27 PLINE. – Naturae Historiarum. XXXVI, 176.

28 DION CASSIUS. - Histoire Romaine. XXXIX, 61.

29 CICÉRON. - De Divinatione. Il, 47.

30 SUÉTONE. - Augustus. 28. « ... marmoream se relinquere, quam latericiam accepisset ». Nous ne pensons pas que l’adjectif « lafericiam » puisse ici s’appliquer aussi à la brique cuite. En effet, Suétone, qui fut nommé vers 119 par l’empereur Hadrien secrétaire ab epistulis Latinis a pu consulter les archives impériales, au moins pour écrire la vie des trois premiers Césars, comme le pense Henri Ailloud - cf. la biographie qu’il donne de Suétone dans l’édition des Vies des douze Césars parue chez Budé, Les Belles Lettres, Paris, 1931, p. IX. D’autre part Suétone devait savoir que les premières utilisations massives et monumentales de la brique cuite ne remontaient qu’au règne de l’empereur Tibère qui fit construire entre 21 et 23 les casernes des cohortes prétoriennes, les castra praetoria. Enfin Suétone a pu être, durant la fin du Ier s. et le début du IIe s., le témoin oculaire d’importantes constructions de briques cuites faites à Rome comme par exemple le Palais de Domitien sur le Palatin et les marchés de Trajan au pied du Quirinal.

31 CATON. - De Agricultura. 14, 4.

32 PALLADIUS. - Opus agriculturae. VI, 12.

33 PALLADIUS. – Opus agriculturae. I, 11.

34 VITRUVE. - De Architectura. Il, 8. Vitruve en revanche ne consacre qu’un seul chapitre sur la manière de bâtir les maisons à la campagne : De rusficorum aedificiorum rationibus, chap. VI du livre VI. Le texte est, de plus, très général, sans allusion aux matériaux. Il témoigne à nouveau de l’intérêt de l’auteur, cet ancien militaire « poliorcète », cet érudit citadin, pour la ville et son « Architecture ».

35 VARRON. - Res rusticae. I, 14, 4. Varron nous donne successivement quatre façons de bâtir les murs de clôture : en pierre (e lapide) comme dans le territoire de Tusculum (in agro Tusculano}, en briques cuites (e laferibus cocfilibus) comme dans le territoire gaulois (in agro gallico) –le long de l’Adriatique, au nord du Picénum–, en briques crues (lateribus crudis), comme dans le territoire sabin (in agro sabino) et en terre et graviers agglomérés, ct. supra, note 22. A propos de l’expression « laferibus crudis », il convient de la replacer dans son contexte. Il y a chez Varron une volonté de préciser ; en effet dès lors que l’auteur a écrit « lateribus cocfilibus » il est amené par le balancement de la phrase à écrire « laferibus crudis », ce qui aboutit, à mon sens, à une sorte de pléonasme.

36 COLUMELLE. - De Re rustica. IX, 1, 2.

37 PLAUTE. – Truculentus. 11,2.

38 STRABON. - Géographie, IV, 4, 3.

39 DIODORE DE SICILE, V, 25 à 32.

40 CÉSAR. - De Bello Gallico. I, 5, 2 ; II, 7, 3 ; III, 29, 3 ; IV, 19, 1 ; 38, 3; VI, 6, 1 ; 43, 2; VII, 14, 5.

41 CÉSAR. - De Bello Gallico. VII, 23.

42 CÉSAR. - De Bello Civili. Il, 8 à 10.

43 MARTIN (R.). - Manuel d’architecture grecque : I. Matériaux et techniques. Paris, 1965, vol. I, pp. 46-64. ORLANDOS (A.). - Les Matériaux de construction et la technique architecturale des anciens Grecs. T.I., Paris, 1966, pp. 65-66 (coll. de l’École française d’Athènes, fasc. XVI).

44 GRASER (E.R.). - In : FRANCK (T.). - An Economie Survey of ancient Rome, vol. V, pp. 305-421.

45 VITRUVE, De Architectura, II, 1.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search