Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Introduction

Les données de la protohistoire

Patrice Arcelin et Olivier Buchsenschutz

Texte intégral

1Parallèlement, ou plus exactement en préambule aux réflexions de ce congrès sur les formes architecturales du bois et de la terre en usage dans les provinces occidentales de l’Empire romain, il est important de cerner clairement la part et la vitalité des technologies mettant en œuvre ces matériaux durant les siècles qui ont précédé cette période. De façon concise et synthétique, nous voulons essayer de donner un aperçu des tendances essentielles dans les habitudes de bâtir durant la Protohistoire de l’Europe occidentale. Une telle perspective fait obligatoirement disparaître bien des nuances et des particularismes régionaux ; elle permet aussi de mieux souligner, à travers l’évolution globale des choix et des transformations technologiques de cette phase, la réalité des acquis au tout début de notre ère.

2Répondant au thème du congrès, nous avons choisi de limiter nos exemples à ceux de l’architecture domestique, tout en n’ignorant pas d’autres formes du développement architectural qui ont pu faire appel au bois et à la terre (fortifications, édifices religieux ou funéraires, etc.).

3La compréhension des tendances majeures de l’architecture domestique, tant dans ses permanences depuis la Préhistoire que dans ses évolutions ou ses transformations radicales, est en réalité totalement dépendante de deux ensembles de facteurs : la documentation archéologique –réellement– disponible et la connaissance des contraintes du milieu naturel ou des impératifs sociaux, économiques et culturels sur les choix architecturaux de telle ou telle région.

4La vision des caractères des différents types de constructions qui font appel au bois et à la terre a longtemps été oblitérée par des concepts de valeur qui s’avèrent de moins en moins coïncider avec la réalité vécue dans l’Antiquité. Nous avions encore trop souvent de l’architecture la même conception que Vitruve pour qui toute forme de civilisation passe par l’acte de bâtir en « dur ». Les archéologues ont adopté parfois le regard par trop schématique, voire méprisant, que les auteurs anciens portaient sur les architectures provinciales.

5Ce sont les chercheurs allemands qui, entre les deux guerres, se sont interrogés avec méthode sur les structures et les techniques de l’habitat protohistorique. Mais un peu partout en Europe, il faut attendre les années 60 et parfois plus récemment encore, pour que se multiplient les enquêtes, les annotations de fouilles précises et des réflexions synthétiques sur l’utilisation de la terre et du bois. Notre documentation actuelle reflète l’activité ou les faiblesses des recherches régionales dans ce domaine, mais aussi les choix que nous avons dû faire. Nous donnons à la suite de ce texte une liste bibliographique qui ne prétend aucunement représenter l’intégralité des ouvrages et articles se rapportant à ce thème de recherche. Nous avons essayé d’y réunir des approches architecturales synthétiques et des observations récentes, souvent plus ponctuelles, mais quelquefois plus précises. Le développement des analyses critiques sur les formes de l’habitation et sur les techniques de construction est un phénomène d’actualité qui devrait dans un proche avenir nous permettre de reconsidérer – et parfois radicalement - notre perception des sociétés protohistoriques.

Les technologies du bois et de la terre

6Les formes d’expression dans l’architecture domestique sont variées selon les régions considérées. Aux différences dans la conception de l’organisation spatiale s’ajoutent aussi celles résultant des choix technologiques pour l’élévation, la couverture ou les finitions. Nous y reviendrons. Mais quelles que soient les habitudes de construire, les matériaux essentiels sont : le bois et les autres végétaux, la terre, plus ou moins argileuse, et la pierre.

7Ce dernier groupe de matériaux, bruts ou taillés, n’intéresse pas directement notre propos. Nous n’aborderons donc pas les modes de réalisation des constructions voûtées du nord-ouest de l’Écosse et des îles du Nord, ou ceux des élévations tout en pierre de certains villages méditerranéens comme Les Castels à Nages (Gard) ou Constantine à Lançon (Bouches-du-Rhône). Nous laisserons aussi de côté les exemples que peuvent nous fournir le monde grec d’Italie méridionale ou de Sicile dès la fin du VIIIe s. (les maisons de la colonie de Megara Hyblaea) comme les cités étrusques à partir du VIe s. : ainsi à Veio, à Acquarossa (maison B) où les élévations sont en blocs de tuf taillés.

8L’usage de la pierre n’est cependant pas réellement dissociable des autres technologies. C’est dans l’aire méditerranéenne qu’il apparaît le plus fréquemment comme le complément indispensable des élévations à pans de bois ou des murs en terre. Les fondations et les bases de mur sont bien souvent en pierres sèches, brutes ou à peine retouchées, plus ou moins soigneusement assemblées et bien souvent liées à l’argile. C’est ce que nous observons dans de nombreuses fouilles en Grande-Grèce pour les périodes archaïque et classique (à Metaponto, Velia, Sibari, Locri, Selinunte, Gela, Morgantina, et encore à Heraclea Minoa) ou en Italie centrale (à Roselle, Lavinium ou Civitavecchia, par exemple). Les témoignages sont encore plus nombreux dans les villages fortifiés du monde ibérique ou du Midi de la Gaule. Parfois, ce mur bas à deux parements est remplacé par un assemblage de gros galets de rivière, comme à Sibari, Amendolara, Heraclea (en Italie méridionale), à Marzabotto et Casa-lecchio-di-Reno (près de Bologne) ou encore à Bessan (dans l’Hérault). En Etrurie méridionale et dans le Latium, les bases de mur peuvent également se composer d’une ou plusieurs assises de blocs de tuf taillés (à Acquarossa, Veio, Luni-sul-Mignone, San-Giovenale, Rome ou Satricum). Comme le stipule Varron (Ménippées, fgt. 524 Bücheler) à propos des maisons rustiques « traditionnelles », le soubassement en pierres est nécessaire pour isoler la terre des murs (ou le bois) du risque d’érosion au niveau du sol ou bien des remontées de l’humidité.

9Pierres ou galets font également partie des matériaux utilisés en Europe tempérée mais à un degré moindre. Les bases de mur en pierres sèches apparaissent surtout dans les régions où la pierre se délite facilement comme en témoignent les constructions alpines, celles de La Pierre-d’Appel à Etival (dans les Vosges), de Bibracte (Saône-et-Loire) ou encore l’habitation IV de la Tuilerie à Vieille-Toulouse.

10Enfin, nous n’insisterons pas sur l’utilisation assez constante de la pierre dans les aménagements internes des pièces (dallage des sols, préparation des foyers, seuils de porte, banquettes, etc.).

11Les végétaux jouent un rôle essentiel dans l’architecture de l’habitat depuis le Néolithique. Le bois (principalement le chêne, mais aussi le hêtre, l’aulne, l’orme ou le pin) est à la base de toutes les constructions sur poteaux plantés (fig. 4) et le développement de l’art de la charpente depuis l’Age du Bronze conduira, dès le début de la civilisation étrusque ou en Europe tempérée à l’extrême fin de la période de La Tène, vers une architecture à colombages plus élaborée.

12La plupart du temps, le bois a dû être employé sous une forme assez fruste, de poteaux ou de poutres à peine dégrossis, avec des techniques d’assemblage non moins élémentaires jouant avant tout sur l’équilibrage des forces ou l’utilisation des fourches naturelles. Cependant, les traces archéologiques montrent incontestablement aussi l’utilisation de poteaux quadrangulaires équarris, de planches (certainement obtenues par éclatement, car la scie avoyée n’est pas utilisée) et l’existence des techniques de l’encoche, de la cheville, des queues d’aronde, des tenons et des mortaises. Presque toutes paraissent déjà acquises au début de la période qui nous concerne, du moins en Europe tempérée. A partir de La Tène II, le développement des panoplies d’outillage (haches, ciseaux, doloires, gouges, etc.), puis l’usage des clous en fer, dénotent clairement l’importance du travail du bois et la diversification des techniques d’assemblage dans les civilisations européennes.

13Le bois n’intervient pas seulement dans l’architecture domestique comme élément porteur et raidisseur. Des végétaux de petites sections ou plus souples (comme le noisetier, ou les roseaux et les joncs) participent à l’armature des parois (petits pieux verticaux et tressage) qui sera ensuite recouverte de torchis. Également sous diverses formes, le bois peut composer partie ou totalité des parois qui sont alors porteuses. On peut, dans ce cas, distinguer deux grandes catégories d’élévation : celle faite de poutres horizontales assemblées à mi-bois dans les angles (technique du Blockbau), et les parois combinant, de façons très variées, des poteaux verticaux avec des planches ou des bois horizontaux. Dans ce dernier cas, le rôle des sablières hautes et basses dans lesquelles viennent s’encastrer les pièces de bois verticales, est essentiel pour la cohésion de l’ensemble et l’isolation par rapport au sol.

14Le bois compose l’armature de la couverture de l’habitation quelle que soit la nature du recouvrement. En Europe tempérée, l’élément isolant est assuré principalement par une épaisse couche de roseaux, de chaume ou encore par des bardeaux de bois, disposés selon une pente assez forte (plus de 45°) afin de résister aux infiltrations d’eau et d’en favoriser l’écoulement rapide. Dans la partie méridionale par contre, roseaux, joncs ou pailles composent un lit de faible épaisseur qui est recouvert d’une importante couche de terre ou de torchis.

15Bois, écorce et autres végétaux sont aussi présents dans bien des structures annexes à l’habitation et dans les finitions de cette dernière, tels les planchers, les entourages de porte, les linteaux de fenêtre, les recouvrements de banquettes, les étagères, etc.

16La terre, plus ou moins argileuse selon l’utilisation qui en est faite, apparaît tout d’abord comme le complément presque indispensable du bois. Ce matériau offre d’énormes avantages : il est abondant et pratiquement présent partout, il peut se modeler aisément aux besoins des finitions et d’isolation, enfin il protège le bois des intempéries ou des incendies. L’usage de la terre argileuse présente aussi des inconvénients, variables selon le mode de son emploi : sensibilité à l’eau et aux variations hygrométriques (déliquescence, retraits, fissures) nécessitant des réfections constantes.

17L’utilisation de la terre ou plus précisément du torchis, c’est-à-dire d’un mélange de terre argileuse avec de la paille hachée (ou d’autres fibres végétales ou animales) est bien attestée depuis le Néolithique, en relation avec des parois à armatures végétales. Le torchis est plaqué sur les deux faces du clayonnage tressé, en des épaisseurs variables selon qu’il s’agisse de parois extérieures ou de refends. Les observations faites dans l’habitat de l’Altburg de Bundenbach (dans le Palatinat) montrent des murs de 12 à 14 cm d’épaisseur, et de 6 cm seulement pour les cloisons internes. L’architecture à pans de bois fait appel aussi à des hourdis de torchis, de briques crues (ou d’autres matériaux). Dans certaines régions, la terre constitue la couverture des structures d’habitation, soit sous l’aspect de mottes de gazon comme dans les Iles britanniques et en Europe du Nord, soit en couches épaisses recouvertes de torchis ou d’argile plus fine (selon la nature de la superstructure) dans les régions méditerranéennes. Des épaisseurs de 10 à 20 cm ont été bien observées par exemple en Provence à Mouriès, aux Baux et à Martigues, ou en Languedoc oriental à Nages.

18Mais dès la fin de l’Age du Bronze (VIIIe ou VIIe s.) en Aragon et en Catalogne méridionale, dans le pays Valencien et en Andalousie, à la même époque en Italie méridionale puis en Italie centrale et un peu plus tard ailleurs, comme dans le Midi de la Gaule (entre la fin du VIIe s. et le Ve s.), la terre pourra également constituer la structure porteuse de la construction. Les observations archéologiques, les remarques d’auteurs anciens comme Vitruve, Varron ou Pline (on se reportera à l’article de R. Lequément dans ce même volume) montrent l’existence de deux principales techniques d’utilisation de la terre pour l’élévation des murs porteurs : l’adobe et le pisé.

19La technique de l’adobe (fig. 1) est la plus attestée, étant aussi, il faut bien le dire, la plus facilement reconnaissable. Le procédé consiste à préparer des briques crues, moulées, non compactées, puis, après un séchage de plusieurs semaines, à les assembler à l’aide d’un mortier argileux. Quelques observations précises démontrent parfois l’ajout de végétaux hachés, destinés à assurer une meilleure cohésion (à Teste-Nègre, près des Pennes-Mirabeau dans les Bouches-du-Rhône, ou à Coimbra del Barranco Ancho, près de Murcia dans le sud-est de l’Espagne).

1. Habitation à plusieurs pièces groupées autour d’un espace ouvert, en cours de construction près de Marrakech (Maroc). Un exemple d’utilisation de l’adobe.
● 2. L’élévation des murs porteurs en terre sur une base en pierres est caractéristique des régions méditerranéennes durant la Protohistoire. Un exemple actuel utilisant la pierre et le pisé dans le sud du Maroc, près de Tineghir.

20Les murs en briques crues s’élèvent généralement sur une base en pierres sèches (fig. 2), en galets de rivière, voire en rebuts céramiques, de 0,5 à 1 m de hauteur. Il existe cependant des exemples de murs en briques directement bâtis depuis le sol sans ces assises d’isolation, comme au VIIe s. à Roselle (en Étrurie) ou à Vinaragell (Castellón). Mais très souvent ce sont plutôt des murs de refend, internes à l’habitation. Citons d’autres exemples à Roselle (édifice près du forum), dans le village de Castillejo de La Romana près de Teruel en Aragon méridional, ou encore dans la petite agglomération de l’Ile à Martigues (Bouches-du-Rhône). En Europe occidentale, la très grande majorité des briques retrouvées sont des parallélépipèdes rectangles mais de modules très variables, parfois dans un même groupe de constructions. Les dimensions proches de 40 x 30 cm paraissent les plus habituelles, pour 8 à 10 cm d’épaisseur. La longueur d’une brique permet de créer la largeur du mur qui devra être ultérieurement recouvert sur ses deux faces d’un enduit protecteur, généralement une couche de torchis fin.

21L’adobe a aussi bien d’autres usages : entourage de foyer, préparation des sols de circulation, socle de banquette, décoration (par le mode d’agencement ou par des motifs géométriques moulés).

22Comme on l’aura compris d’après le choix de nos exemples, cette technique d’utilisation de la terre est très répandue sur le pourtour méditerranéen ; elle demeure inconnue des régions plus septentrionales durant l’Age du Fer à une exception près, dans la fortification de La Heuneburg, en Allemagne méridionale (Würtemberg).

23La seconde technique est celle du pisé. Plus difficile à individualiser lors d’une fouille car laissant moins de traces caractéristiques que la précédente, le pisé est devenu parfois dans la littérature archéologique synonyme de « mur en terre de médiocre qualité » sans aucune connotation technologique précise. En fait, la construction en pisé consiste en une élévation des murs par compactage de la terre en tranches successives dans une banche, sorte de coffre en bois (fig. 3). Une fois achevé, le mur est composé d’un assemblage de « blocs en terre damée », disposés par lits et généralement en quinconce. La terre choisie a des caractéristiques différentes de celle mise en œuvre pour les adobes et aucun ajout de végétaux n’est souhaitable. L’usage de cette technique, compte tenu des contraintes mécaniques, ne concerne que des cloisons larges d’au moins 40 cm qui, elles aussi, peuvent s’élever sur une base en pierres sèches ou directement à partir du sol. La meilleure résistance à l’érosion et aux pressions de tels murs, par rapport à ceux en adobes, est favorable à des développements de l’habitation en hauteur.

3. Mur de terre en cours de construction selon la technique du pisé. Sud marocain (Ouarzazate).

24Le pisé est apparemment totalement inconnu en Europe tempérée avant la période romaine, mais il est attesté par les auteurs anciens et par les vestiges archéologiques autour de la Méditerranée. Comme nous le verrons plus loin, les meilleurs exemples pour l’Age du Fer nous sont fournis aujourd’hui par la Péninsule ibérique et le Midi de la Gaule.

25Pisé et adobe sont parfois employés parallèlement dans une même région. Ce ne sont cependant pas deux techniques directement interchangeables. L’importance de leur fréquence relative dépend très certainement de facteurs culturels (traditions ou apports de solutions extérieures), architecturaux (élévations), climatiques, pédologiques, mais aussi de l’attitude des sociétés d’une région donnée face aux processus de constructions domestiques. L’observation ethnologique montre clairement que la réalisation en pisé nécessite plus de personnel actif que ne peut en fournir bien souvent le nucleus familial.

26La terre argileuse est partout présente dans les finitions de l’habitat. Pour la quasi-totalité des constructions protohistoriques d’Europe occidentale, les sols sont en terre damée ou recouverts d’argile, comme les murs intérieurs et parfois extérieurs. Foyers domestiques, fours à galettes, grils, silos aériens ou banquettes sont bien souvent faits en terre argileuse ou en torchis. Outre l’adobe, les méthodes de façonnage sont celles du colombin ou du talochage.

27D’autres matériaux que le bois et la terre crue (ou la pierre) participent à l’élaboration ou aux finitions de l’habitation. Nous nous contenterons simplement de les signaler : la terre cuite pour les couvertures (tuiles) et la décoration, ainsi que la clouterie se développent en Italie méridionale et centrale à partir du VIe s.; la chaux, utilisée initialement comme badigeon stabilisateur sur les murs, voire les sols, est également attestée par de nombreux exemples dans le monde ibérique dès le VIIe s. en Andalousie, mais surtout à partir du Ve s. à La Covalta (Valencia), à San-Antonio de Calaceite (Teruel), à Contrebia Belaisca (Zaragoza), à Itàlica (près de Sevilla), etc.

La pérennité des traditions architecturales en Europe tempérée

28Nous avons déjà pressenti ci-dessus l’existence d’une rupture marquée entre les choix technologiques de l’Europe tempérée et ceux des régions méditerranéennes. Si ces différences peuvent d’emblée se justifier par celles du milieu naturel, avec ses impératifs contraignants et ses possibilités d’exploitation, elles recouvrent aussi les évolutions divergentes des sociétés qui ne manquent pas de se répercuter dans l’organisation, la forme et les matériaux des structures bâties.

29A de rares exceptions près (la plus notable est le village de Biskupin en Pologne), la conception de l’habitation n’évolue pas fondamentalement en Europe tempérée entre la fin de l’Age du Bronze et le Ier s. av. J.-C. Qu’elle soit une ferme isolée dans la campagne, une unité dans un hameau, un village ou dans une agglomération importante comme celles qui se développent à La Tène finale, la maison reste une structure familiale bien individualisée. Elle comprend un bâtiment d’habitation, qui peut parfois abriter également une étable et une zone de travail ou de stockage, et de nombreuses structures annexes : greniers perchés sur six ou neuf poteaux, silos souterrains, ateliers semi-enterrés pour le tissage, couverts par une toiture basse supportée par de petits murets de clayonnage, et toute une série de petits bâtiments sur poteaux dont la fonction précise est difficile à déterminer. Staple Howe (Yorkshire), Little Woodbury (Dorset), Landshut-Hascherkeller (Bavière), illustrent la permanence des fermes isolées du Hallstatt à la fin de La Tène. Befort (Luxembourg), l’Altburg de Bundenbach (Palatinat), Glastonbury (Dorset) permettent de restituer l’organisation des villages. Dans les oppida de La Tène finale, Manching (Bavière), Stare Hradisko (Moravie), comme dans les villes de plaine (Villeneuve-Saint-Germain dans l’Aisne), les différentes structures architecturales qui composent l’unité familiale sont regroupées dans un enclos aligné sur des rues, mais dont l’organisation interne reste libre. Comme pendant les périodes historiques, la maison joue visiblement un rôle plus important que dans l’aire méditerranéenne, et si le décor des superstructures est irrémédiablement perdu, certains plans marquent nettement une volonté monumentale : c’est le cas pour Glastonbury et Pimperne (Dorset), ou pour la grande maison de l’Aleburg à Befort (Luxembourg),

30Les architectes sont capables de couvrir de très grandes surfaces, 270 m2 pour la maison de Verberie (Oise), 750 m2 pour celle d’Antran (Vienne), mais nous ne connaissons pas la fonction exacte de ces deux bâtiments. En général les constructions ont 6 à 7 m de large pour 10 à 20 m de long.

31Les structures bâties utilisent assez souvent simultanément le bois, la terre et la pierre, mais ce sont les végétaux qui jouent le rôle prépondérant. Il est encore difficile, dans l’état actuel des connaissances, de dater ou même d’identifier les étapes d’une évolution architecturale riche et foisonnante, car les découvertes récentes bouleversent presque toujours les hypothèses préalables. Toutefois, en nous inspirant largement des travaux d’A. Zippelius, nous pouvons parler de deux grandes tendances, qui guident l’évolution de la cabane primitive à la maison en pans de bois (Fachwerkbau) qui semble connue dès le début de l’époque romaine.

32Les éléments qui forment l’ossature de la maison sont d’abord souples et noués les uns aux autres ; quand ils sont rigides, ils reposent les uns sur les autres et se maintiennent par leur propre poids. Peu à peu cette souplesse disparaît, la section des poteaux porteurs est plus grande, et les assemblages deviennent de plus en plus complexes et rigides : la charpente peut alors contenir des forces latérales et le poids de la toiture, au lieu de peser uniformément sur toute la surface, est focalisé vers des points choisis par le constructeur. On peut encore appréhender cette différence fondamentale de conception entre le « Nord » et le « Midi » dans la construction traditionnelle, en comparant la charpente négligée d’une ferme de Provence ou même du Beaujolais avec les vaisseaux rigoureusement ordonnés des granges bourguignonnes, berrichonnes ou de la plupart des régions d’Europe tempérée.

33Ensuite, tout se passe comme si la maison tendait à se libérer progressivement du contact avec le sol, qui signifie humidité constante et pourriture progressive des poteaux porteurs. Pendant tout l’Age du Fer, le contreventement, qui évite le déversement latéral de la construction, reste inconnu. Pour assurer la stabilité de la maison, il faut donc planter profondément dans le sol les principaux supports. Cette technique a au moins l’avantage de laisser à l’archéologue des « trous de poteau » qui dessinent au sol le plan de la maison. Le raidissement de la charpente, et l’emploi de sablières à la base des parois, semblent indiquer une volonté de libérer la maison de cette contrainte, au moins à partir de l’époque de La Tène.

34Il s’agit là d’une reconstruction toute théorique, qui caractérise plus l’approche que l’on peut avoir de cette architecture que l’évolution réelle des constructions. Pour présenter celles-ci, nous distinguerons les constructions sur poteaux plantés, quadrangulaires ou circulaires, des constructions sur parois porteuses.

■ Les constructions quadrangulaires sur poteaux plantés

35Les plans les plus simples dessinent au sol trois rangées de poteaux qui déterminent deux « nefs » dans la maison (fig. 4, a). Les poteaux placés dans l’axe supportent une poutre faîtière sur laquelle sont appuyés les chevrons. L’extrémité inférieure de ces derniers repose sur une sablière portée par les poteaux latéraux. La couverture de roseaux ou de chaume pèse sur toute l’ossature. Des liaisons par des fourches naturelles ou par des liens végétaux sont suffisantes pour absorber des forces, toutes verticales. Rappelons que l’emploi du chaume exige une forte pente, au moins 45°, et rend inutile la construction d’une cheminée, car la fumée est absorbée par les végétaux.

4. Principaux types de charpente sur les constructions quadrangulaires à poteaux plantés. a. Construction à deux nefs. b. Construction à une seule nef. c. Construction à trois nefs.

36Les plans à une seule nef (fig. 4, b), soit deux rangées de poteaux, exigent une charpente plus rigide et une construction rythmée. La lourde faîtière de l’exemple précédent disparaît, les chevrons s’appuient les uns sur les autres par paire ; mais pour éviter un déversement vers l’extérieur des poteaux latéraux, sous la poussée de la toiture, les poteaux porteurs doivent être reliés par un entrait. On a déjà ici la préfiguration de la « ferme » qui caractérise pratiquement toutes les charpentes européennes jusqu’à l’époque moderne. Sur les petits côtés le pignon est rabattu pour former une toiture en pavillon (composée de deux triangles et deux trapèzes), puisque les poteaux axiaux ne sont plus là pour contenir les poussées du toit.

37Le plan à trois nefs semble l’aboutissement logique des expériences précédentes (fig. 4, c). A vrai dire, il existe des plans à trois nefs dès le Néolithique, à Charavines par exemple (Isère), mais dans lesquels tous les supports ont sensiblement la même section. Les maisons de l’Age du Fer sont caractérisées par le renforcement des supports centraux, reliés à leur sommet par un entrait, alors que les rangées latérales sont très réduites, les supports se confondant même parfois avec la paroi. Ce plan très rationnel permet de dégager un espace central spacieux, tandis que les bas-côtés peuvent accueillir des stalles pour le bétail, des denrées ou des aires de repos.

38Les constructions quadrangulaires couvrent toute l’Europe continentale, les plans à trois nefs sont particulièrement fréquents en Europe du Nord. Mais dans beaucoup de régions, en France notamment, les plans connus sont trop peu nombreux pour que l’on puisse en tirer des caractères régionaux.

■ Les constructions circulaires sur poteaux plantés

39Les maisons de plan circulaire sont en revanche presque exclusivement confinées aux Iles britanniques. Leur toiture conique repose soit directement sur les parois, soit à la fois sur les parois et sur des poteaux internes disposés en cercle, et reliés à leur sommet par une couronne de bois souple et vraisemblablement tressé. Les forces exercées par la toiture se répartissent sur le cercle fermé des parois par l’intermédiaire de chevrons appuyés les uns sur les autres au sommet du cône. Pour l’équilibre de l’ensemble, il est nécessaire que le cercle soit solidement maintenu : la porte est un point faible de la construction : aussi est-elle systématiquement renforcée et, dans les maisons les plus vastes, elle devient un véritable porche. On connaît des bâtiments dont le diamètre dépasse 20 m. Les variantes régionales concernent ici surtout les matériaux : dans l’Ouest et le Nord, la pierre remplace le clayonnage pour les parois ; la couverture de chaume laisse parfois la place aux mottes de gazon.

■ Les constructions sur parois porteuses

40Les constructions sur parois porteuses ne sont pas liées à une période ou à une région, mais à la nature du bois disponible. Il faut une grande quantité de troncs fins, lisses et droits pour les construire, aussi sont-elles utilisées essentiellement dans les régions où l’on dispose de résineux. En simplifiant, on peut ramener les techniques de construction à deux. La première consiste à monter les parois à l’aide de troncs horizontaux assemblés à mi-bois dans les angles. C’est la technique du Blockbau qui est attestée dès le Bronze moyen. On connaît plusieurs variantes qui combinent poutres horizontales et poteaux plantés : les troncs sont retenus par des couples de piquets internes et externes, ou bien ils sont pris dans une feuillure ménagée dans un poteau vertical. La seconde technique consiste à monter les parois sur un cadre formé de grosses poutres horizontales, des sablières, assemblées à mi-bois dans les angles. Les parois sont faites d’éléments verticaux et/ou horizontaux rigides, assemblés par des feuillures, des tenons et des mortaises. On peut supposer que les perfectionnements des techniques d’assemblage développées pour ce type de construction ont joué également un rôle important dans la genèse des constructions à pans de bois.

41Il est donc encore trop tôt pour écrire l’histoire de l’architecture protohistorique en Europe tempérée. Mais ses caractéristiques principales sont déjà nettement établies : caractère monumental et spacieux de la maison d’habitation, prédominance du bois, progression régulière des assemblages et des charpentes rigides et rythmées, libération progressive du sol. La pierre et la terre jouent un rôle d’appoint, sauf dans les régions où les moellons existent à l’état naturel en surface.

Les transformations dans l’architecture de l’aire méditerranéenne

42S’opposant à une évolution relativement linéaire en Europe tempérée, les transformations de l’architecture domestique dans les régions méridionales apparaissent plus radicales. Si les faciès structurels et technologiques de l’habitation nous semblent globalement encore assez unifiés à l’Age du Bronze dans la partie occidentale de l’Europe, nous assistons autour du bassin méditerranéen dès la fin de cette période ou au début de l’Age du Fer à l’amorce de divergences profondes. En schématisant exagérément et en gommant de nombreuses nuances, on peut dire que les transformations vont d’abord affecter la nature des habitats qui, entre le VIIIe et la fin du Ve s. selon les régions, se regroupent d’une manière plus ou moins accentuée jusqu’à entraîner parfois une raréfaction des structures isolées comme dans le Levant ibérique ou le Midi de la France à partir du IVe s.

43Des agglomérations vastes, implantées sur des éminences sommairement fortifiées, se font jour aux VIIIe et VIIe s. en Italie centrale comme à Luni et à San-Giovenale (Étrurie méridionale) ou sur les collines de Rome dans le Latium. Les habitations conservent une organisation spatiale issue des habitudes de l’Age du Bronze, sans agencements réguliers. A l’opposé, le développement de communautés réduites, mais plus structurées et organisées dans leurs manifestations architecturales, est déjà une réalité au Bronze final, en Catalogne méridionale, en Aragon et en Navarre. Ces caractères de l’habitat constatés dans le nord-est de l’Espagne se marquent par une disposition régulière des pièces domestiques et des abris utilitaires le long d’une rue ou d’un espace ouvert. Les fouilles de Cerro de la Cruz à Cortes de Navarra ou de Cabezo de Monleón à Caspe (Zaragoza) illustrent bien ce type de village réduit au tout début de l’Age du Fer. Ultérieurement, aux IVe et IIIe s., nombre d’oppida ibériques parfois plus vastes, perchés et fortifiés, montrent parfaitement l’aboutissement et l’extension de cette volonté d’une organisation, voire d’une forme de hiérarchisation spatiale. Ainsi les agglomérations de San-Antonio de Calaceite (Teruel), de San-Miguel de Liria, de La Bastida de Les Alcuses (Valencia), du Puig Castellar (Barcelona) ou d’Ullastret sont des exemples de plusieurs modes de structuration de l’habitat en fonction de la topographie.

44Dans le Midi, les regroupements villageois s’observent un peu plus tardivement dès la fin du VIIe s. et ce durant encore deux siècles. Les agencements régulateurs de l’habitat, apparus dans la région de Marseille au début du VIe s. (L’Arquet ou Saint-Pierre à Martigues) seront généralisés au Ve s. av. J.-C. Les occupations continues d’Ensérune (Hérault), du Cayla à Mailhac et de Pech-Maho à Sigean (Aude) sont d’excellents témoins de cette évolution entre le VIe et le Ve s.

45En Italie centrale, c’est durant la période étrusque archaïque qu’apparaît ce besoin d’aménagement de l’espace, par rapport aux contraintes topographiques du site. La mise en place de la structure urbaine régulière de Marzabotto (près de Bologne) au début du Ve s. (phase II) est un aboutissement de ces concepts organisateurs.

46Il n’est pas de notre propos d’analyser les devenirs de ces agglomérations et leur rôle sur les territoires alentour. Il nous paraît plus essentiel de souligner que cette évolution dans les structures de l’habitat, constatée à la fin de l’Age du Bronze ou au début de l’Age du Fer, est le reflet des transformations de sociétés qui passent petit à petit d’un stade avant tout pastoral et semi-nomade à un autre caractérisé par un développement des facteurs agricoles, et plus sédentarisé. A d’indéniables arguments liés aux mutations socio-culturelles des populations en relation avec des modifications probables du milieu naturel, il faut ajouter pour comprendre ces changements, du moins dans certaines régions, le rôle stimulateur des contacts développés avec les cultures phénico-puniques et grecques entre le VIIIe et le début du VIe s. av. J.-C. Est-il encore besoin d’insister sur l’importance des fondations grecques dans l’accélération des processus architecturaux autour du bassin de la Méditerranée occidentale ?

47La construction domestique est sans conteste un des meilleurs révélateurs de l’importance des transformations socio-culturelles d’une société, autant par les évolutions dans l’aménagement de l’espace utilisé que par les technologies mises en oeuvre.

48Les habitations du début de l’Age du Fer en Italie centrale sont des exemples de constructions sur charpente de bois et poteaux porteurs disposés autour de la pièce, avec existence parfois de supports axiaux. Les murs sont en clayonnage recouverts de torchis. Ces pièces ont des superficies modestes comprises entre 20 et 50 m2 (exceptionnellement jusqu’à 150 m2 à Luni). Les plans peuvent être rectangulaires, mais ils sont plus généralement arrondis ou ovales comme le montrent les urnes-cabanes contemporaines et les structures exhumées à Luni-sul-Mignone, à San-Giovenale, au Palatin, à Safricum ou encore à Gravina-di-Puglia.

49Les régions méditerranéennes de l’Espagne et du sud de la France du VIIIe au VIe s., parfois encore au Ve s., ont des habitations avalisées et quadrangulaires où le bois constitue les piliers porteurs et l’armature. Les murs sont en torchis sur clayonnage et les pierres participent au calage des poteaux ou à la réalisation de murets isolateurs pour la base des parois. Les exemples fournis dans le Midi par les fouilles de Ruscino (Pyrénées-Orientales), de Montlaurès (Aude), de Portal-Vielh à Vendres ou d’Ensérune (Hérault), de La Liquière (Gard), du Pègue (Drôme) et plus récemment d’Antibes (Alpes-Maritimes) sont éloquents, de même que ceux des petites agglomérations du Tarratrato près de Teruel ou de Cerro de Cruz à Cortès de Navarra, dans le nord-est de l’Espagne. A partir du VIIe s. dans certaines régions et en tout cas au Ve s. un peu partout, on peut considérer que la technique de construction sur poteaux porteurs a cédé la place à des réalisations où la fonction de soutien est assurée par les murs. On a longtemps considéré que l’emploi du bois était désormais réservé aux petites structures d’usage secondaire. Cette conception doit être aujourd’hui modulée et nuancée. Il est en effet tout à fait possible que des superstructures élaborées en bois aient pu se développer dans ces mêmes régions après le Ve s. Ainsi la récente découverte sur la colline Saint-Marcel au Pègue (Drôme) d’une pièce d’habitation du IVe s. à armatures verticales de poutres prises dans une base en pierres sèches, pourrait faire penser à une élévation supérieure à pans de bois.

50Ce sont les chercheurs travaillant en Italie et en particulier sur la civilisation étrusque, qui ont proposé des restitutions où le bois, porteur, demeure essentiel. En rapprochant différentes données, il nous semble que l’évolution des techniques depuis le Villanovien pourrait se concevoir comme suit : après les constructions sur poteaux plantés en terre succèdent, à la fin du VIIe s. ou au début du VIe s., des maisons quadrangulaires à bases en blocs taillés où les poteaux sont encastrés et complétés par des parois en torchis sur clayonnage. Les observations faites à Acquarossa (zone D) comme la reconstitution présentée semblent convaincantes. De telles élévations paraissent repérées aussi à Marzabotto parallèlement à d’autres techniques, et des constatations similaires peuvent être faites dans le Melfese (en Italie méridionale) au VIe s. Cet opus craticium de Vitruve se trouve ainsi bien isolé du sol. A la même époque se ferait jour une architecture à pans de bois, sur base en pierres, avec hourdis de pierrailles ou de briques en terre crue. Les restitutions de superstructures dans les habitats de Lavinium dans le Latium (datés de la première moitié du VIe s.), de Murlo et de San-Giovenale (également du VIe s.) illustreraient l’apparition de cette technique usitée jusqu’à nos jours. Les exemples d’Ardea et de Rome dans le Latium, de Veio et de Luni-sul-Mignone en Étrurie ou d’Agrigente en Sicile durant les Ve et IVe s., permettent de suivre la progression de cet usage.

51C’est essentiellement au VIIe s. que la conception technologique des élévations de l’habitat va se modifier avec l’apparition des murs porteurs en pierres ou en terre. Cela est constaté dans la partie orientale de l’Espagne, par exemple près d’Almeria au Peñon de La Reina, dans le pays valencien à Vinarragell ou à Peña Negra. Ces trois gisements ont fourni des briques en terre crue et même des élévations demeurées en place. Les murs en terre doivent certainement commencer à se répandre à cette époque en Catalogne méridionale, en Aragon et en Navarre. Un tel glissement dans les normes architecturales s’observe en Italie centrale au même moment. Des murs d’adobe ont été exhumés à Roselle en Étrurie ou à Satricum dans le Latium. Les exemples deviennent très nombreux à partir du VIe s. dans presque toutes les agglomérations étrusques. L’architecture du Midi méditerranéen évoluera également entre l’extrême fin du VIIe et la fin du Ve s., des habitats côtiers aux sites plus reculés. Les structures de Saint-Biaise, de l’Arquet ou de Saint-Pierre à Martigues dans les Bouches-du-Rhône apparaissent très novatrices, dans ces régions, au début du VIe s.

52Ces premières transformations technologiques vont parfois de pair, comme en Étrurie méridionale, avec les tendances régularisatrices de l’habitat. Mais ce parallélisme n’est pas toujours vrai : l’usage de l’adobe semble précéder d’au moins un demi-siècle l’organisation généralisée des habitats de la région de Valencia, et la constatation inverse doit certainement être faite en Aragon ou en Navarre. Quoi qu’il en soit, ces décalages régionaux s’atténuent dès la fin du VIe s. Ce passage progressif à un nouveau mode dominant dans l’art de bâtir pourrait être une réponse à des besoins de pérennité et de sécurité collective au sein d’un habitat concentré, où, hormis en Italie à partir du Ve s., les habitations quadrangulaires demeurent, comme par le passé, réduites à une, deux ou trois pièces, de petites dimensions (15 à 50 m2).

53L’utilisation de la terre (selon la technique de l’adobe) apparaît en Italie du Sud et en Sicile dès le VIIIe s. avec les premières implantations grecques. Selon une tradition orientale, l’élévation en terre repose le plus souvent sur une base en pierres ou en galets, liés à l’argile. L’habitat indigène et grec d’Incoronata près de Metaponto montre de telles constructions en briques crues entre 750 et 650. A partir des VIIe et VIe s., les exemples se multiplient à Sibari, Amendolara, Heraclea, Velia, Morgantina ou à Himère. Cette forme d’utilisation de la terre persiste très tardivement puisque nous la retrouvons dans les élévations des maisons à plan complexe et à étage au début du IIIe s. à Heraclea Minoa. Les fondations grecques en Gaule (Marseille, Agde ou Bessan) et en Catalogne (Ampurias) ont utilisé très tôt l’adobe.

54Incontestablement, à côté des élévations tout en pierre, l’utilisation de la terre reposant sur un socle en dur est le trait dominant de l’architecture du pourtour de la Méditerranée occidentale à la fin de la Protohistoire.

55Ces murs en terre sont élevés selon les deux techniques précédemment décrites. Tout d’abord avec celle de l’adobe que nous venons de signaler depuis le VIIIe s. et qui est toujours largement présente dans de nombreux sites jusqu’à la fin du Ier s. av. J.-C. : ainsi dans le Midi, nous pouvons donner les exemples des habitats récents de La Cloche ou de Roquefavour (dans les Bouches-du-Rhône), de ceux d’Ambrussum (Hérault) ou de Nîmes (Gard). L’utilisation de la brique crue demeure tout aussi fréquente tardivement en Espagne comme à Cabezo de Alcala, à Castillejo de La Romana (près de Teruel) ou encore à Contrebia Belaisca (Zaragoza) aux IIe et Ier s. av. J.-C., et en Italie, à Rome même où l’opus latericium est toujours bien présent si l’on s’en réfère à Dion Cassius (Hist. Rom., XXXIX, 61) dans ses propos sur les événements de 54 av. J.-C.

56Le pisé, moins directement attesté par les fouilles, est cependant utilisé. Les affirmations de Varron (Res. Rust., I, 14, 4) et de Pline (Nat. Hist., XXXV, 48) sont nettes pour l’Italie du Sud, l’Afrique du Nord et la Péninsule ibérique. De fait, en Europe occidentale, c’est dans cette dernière région que les vestiges sont les plus clairs comme par exemple en Aragon dans l’habitat de Moli d’Espigol près de Lérida. Cette technique, fortement liée à des conditions pédologiques et climatiques, est aussi en usage dans la colonie grecque d’Ampurias (avec l’adobe) et persiste dans les créations romaines récentes d’Itálica (près de Sevilla) au début du IIe s. av. J.-C. ou dans la troisième ville d’Azaila (Teruel) un siècle plus tard. Le Midi français a fourni ces dernières années des preuves de l’utilisation de cette technique à partir du IIIe s. grâce aux fouilles de Notre-Dame-de-Pitié à Marignane, de Pierre-don à Eguilles (Bouches-du-Rhône) ou encore de La Lagaste dans l’Aude.

57Le développement des murs porteurs en terre, d’au moins 40 à 50 cm d’épaisseur, capables de supporter d’assez fortes pressions, de même que le caractère concentré des habitats, ont dû, à notre avis, favoriser très vite la mise en place et l’utilisation de planchers supérieurs, soit sous la forme d’une simple terrasse, soit d’un véritable étage fermé auquel on accède par une échelle en bois, quelquefois un escalier en dur. En jouant sur les déclivités du terrain, il est également possible d’aménager une « cave », sous le niveau d’occupation domestique de plain pied, en amont, avec le substrat. Dès le Ve s. av. J.-C., de telles élévations à étage en terre sont attestées en Sicile, à Selinunte (quartier de Manuzza), puis à Heraclea Minoa au début du IIIe s., de même qu’en Espagne au Puig de Benicarló (Castellón), puis à San-Antonio de Calaceite ou à Contrebia Belaisca en Aragon aux IIIe et IIe s. Cette utilisation des plans élevés est aussi clairement attestée dans le Midi, particulièrement en Provence à Entremont (au IIe s.) ou à Mouriès et Roquefavour (au Ier s. av. J.-C.).

58Fortement concurrencées en Italie à partir du début du VIe s. par les tuiles céramiques, les couvertures en terre et en torchis demeurent exclusives en Espagne et dans le sud de la Gaule jusqu’à l’implantation romaine au IIe ou au Ier s. av. J.-C. Les observations de fouilles précises concernant la morphologie de ce type de recouvrement se sont multipliées depuis quelques années dans ces deux pays. Les toitures peuvent être à un ou deux pans, mais aussi, comme nous venons de le voir, en terrasse.

59Enfin, on ne peut achever ce tour d’horizon des techniques de l’architecture domestique sans rappeler que construction en terre ou en bois ne saurait être synonyme de rusticité. Des preuves archéologiques directes ou non montrent le soin souvent apporté aux finitions de ces habitations : enduits de terre argileuse (ou de torchis fin) sur les parois ; sols aménagés (isolation contre l’humidité, lissage, quelques exemples de cuisson légère). Extérieurs ou intérieurs peuvent être décorés de terres-cuites peintes (en Etrurie), mais aussi de peintures murales géométriques ou figurées (d’après les sépultures ibériques ou gréco-italiques) appliquées directement sur un badigeon blanc ou un enduit stuqué. Souvent, en tout cas, de simples badigeons à la chaux ou à l’aide de colorants minéraux et végétaux (tonalités jaune, rouge, rosé, noir) ont dû recouvrir les murs d’habitations modestes. Aux exemples ibériques déjà cités se sont ajoutées récemment des observations faites aux Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône) dans un contexte du Ier s. av. J.-C.

60Le rôle du bois et de la terre est essentiel dans l’architecture domestique comme dans d’autres formes de structures durant la Protohistoire de l’Europe occidentale. Pendant le millénaire qui précède le changement d’ère, la vitalité des techniques, qui font appel de façon préférentielle à ces deux groupes de matériaux, est remarquable.

61Les édifications en bois montrent l’exploitation des acquis technologiques antérieurs, mais aussi leur développement dans l’art de la charpente (meilleure répartition des poussées par des agencements plus complexes, murs à pans de bois, artisanat spécialisé) et une volonté de libérer la construction du sol (rigidification de la charpente par des contreventements et surélévation des sablières sur un muret de pierres). L’évolution socio-économique des populations méditerranéennes s’accompagne de profondes transformations dans la structuration des habitats, mutations qui s’amplifieront jusqu’à la romanisation des provinces occidentales. Ces nouveaux besoins favorisent l’apparition et l’extension d’une architecture à murs porteurs, généralement en terre, technologie parfois introduite, en tout cas stimulée, par les contacts économiques et les implantations coloniales phénico-puniques, grecques ou étrusques autour du bassin de la Méditerranée occidentale entre le VIIIe et le début du VIe s. av. J.-C.

62Au début de l’Empire, la Péninsule ibérique ou les Gaules assurent la pérennité des modes architecturaux antérieurs, enrichis il est vrai des apports technologiques italiens introduits par Rome avec l’instauration des Provinces.

Bibliographie

Orientation bibliographique

■ Europe tempérée

Ouvrages généraux

Bersu 1934. BERSU (G.). — Zur Frage der Hüttenbewurfes. Germania, 18, 1934, pp. 134-135.

Buchsenschutz 1981. BUCHSENSCHUTZ (O.) dir. — Les Structures d’habitat à l’Age du Fer en Europe tempérée. L’Évolution de l’habitat en Berry, colloque de Châteauroux, Bouges-le-Château, Levroux, 1978. Paris, 1981, 255 p.

Buchsenschutz 1983. BUCHSENSCHUTZ (O.). — L’Habitat celtique. La Recherche, 150, 1983, pp. 1508-1517.

Duval 1975. DUVAL (P.-M.), KRUTA (V.). — L’Habitat et la nécropole à l’Age du Fer en Europe occidentale et centrale. Actes du premier colloque archéologique de la IVe section de l’École pratique des hautes études, Paris, 1972. Paris, 1975, 133 p.

Guyan 1952. GUYAN (W.-U.). — Einige Karten zur Verbreitung des Grubenhauses in Mitteleuropa im 1. Nachchristlichen Jahrtausend und einige Hinweise auf das archäologische Problem der Völkerwanderungzeitlichen Hausformen der Schweiz. J.S.G.U., 42, 1952, pp. 174-197.

Hollstein 1976. HOLLSTEIN (E.). — Beobachtungen zur Latenezeitlichen Holzbauweise auf der Altburg bei Bundenbach. Trierer Zeitschrift, 39, 1976, pp. 23-29.

Musson 1970. MUSSON (C.). — House-plans and Prehistory. Current Archaeology, 21, 1970, pp. 267-273.

Pittioni 1929. PITTIONI (R.). - Zur Kenntnis des vorgeschichtlichen Blockbaues. Sudeta, 5, 1929, pp. 138-147.

Zippelius 1953. ZIPPELIUS (A.). — Das Vormittelalterliche dreischiffige Hallenhaus in Mitteleuropa. Bonner Jahrb., t. 153, 1953, pp. 13-45.

Zippelius 1954. ZIPPELIUS (A.). — Vormittelalterliche Zimmerungstechnik in Mitteleuropa. Rheinisches Jahrb. für Volkskunde, 5, 1954, pp. 7-52.

Zippelius 1955. ZIPPELIUS (A.). — Frühformen mitteleuropaïscher Hofanlangen, ein Beitrage zur Frage der Kontinuitât im Bereich von Haus und Hof. Rheinisches Jahrb. für Volkskunde, 6, 1955, pp. 1-49.

■ Allemagne de l’est

Festschrift Unversagt 1954. Frühe Burgen und Städte. — Berlin, Festschrift Unversagt, 1954.

Festschrift Grimm 1969. Siedlung, Burg und Stadt. — Berlin, Festschrift Grimm, 1969.

Kiekebusch 1923. KIEKEBUSCH (A.). — Die Ausgrabung des bronzezeitlichen Dorfes Buch bei Berlin. In : Deutsche Urzeit, 1, Berlin, 1923, 107 p.

Peschel 1976. PESCHEL (K.). — Hallstattzeit und Latènezeit : 25 Jahre archäologischer Forschung der D.D.R. Ausgrabungen und Funde, 21, 1976, pp. 94-108.

■ Allemagne de l’ouest

Ouvrages généraux

Ausgrabungen in Deutschland 1950-1975. Mainz. R.G.Z.M., 1975. Vol 1 : Vorgeschichte. Vol 2 : Römerzeit. Vol 3 : Katalog, Karten und Modelle. Vol 4 : Beilagen.

Jankuhn 1969. JANKUHN (H.) ... [et al.]. — Vor-und Frügeschichte vom Neolithikum bis zur Völkerwanderungszeit. In: Deutsche Agrargeschichte, 1. Stuttgart, 1969, 300 p.

Jankuhn 1977. JANKUHN (H.) dir. — Das Dort der Eisenzeit und des frühen Mittelalters. Göttingen, 1977.

Trier 1969. TRIER (B.). — Das Haus im Nordwesten der Germania Libéra. Munster, 1969, 186 p., 28 pl.

Zippelius 1948. ZIPPELIUS (A.). — Der Hausbau der Hallstatt und Latènezeit im Südlichen Mitteleuropa. Gôttingen, 1948 (thèse inédite).

Monographies

Bersu 1930. BERSU (G.). — Der Goldberg bei Nörlingen und die moderne Siedlungsarchaeologie. In : Deutsches arch. Inst., Berichte über die 100. Jahr. Feier. Berlin, 1930, pp. 313-318.

Bersu 1930. BERSU (G.). — Vorgeschichtliche Siedlungen auf dem Goldberg bei Nördlingen. Neue Deutsche Ausgrabungen, 23/24, Münster, 1930, pp. 130-143.

Haarnagel 1979. HAARNAGEL (W.). — Die Grabung Feddersen Wierde, Methode, Hausbau, Siedlungs und Wirtschaftsformen sowie Sozialstruktur. Feddersen Wierde, 2 vol, Wiesbaden, 1979, 2.

Reinerth 1928. REINERTH (H.). — Die Wasserburg Buchau. Führer zur Urgeschichte, 6, Augsburg, 1928.

Schindler 1977. SCHINDLER (R.). — Die Altburg von Bundenbach : eine befestigte Höhensiedlung des 2/1. Jahr. v. Chr. im Hünsrück. Mayence, 1977, 95 p.

■ Hongrie

Jenô 1975. JENÖ (F.) dir. — The Celts in central Europe. In : Papers of the II. Pannonia conférence. Székesfehérvar, 1975, 251 p.

Szabo 1971. SZABÓ (M.). — Sur les traces des Celtes en Hongrie. Budapest, Corvira, 1975, 95 p., 75 pl.

■ Suisse

Archéologie suisse 1979. 125 ans de recherches lacustres. Archéologie suisse, Numéro spécial, 2, 1, 1979, 64 p.

Bersu 1945. BERSU (G.). — Das Wittnauer Horn im Kanton Aargau. Base), 1945.

Bersu 1946. BERSU (G.). — A Hillfort im Switzerland. Antiquity, 20, 1946, pp. 4-8.

Gallay 1982. GALLAY (A.) ... [et al.]. — Habitat et habitation : 2e cours d’initiation. Genève, Société suisse de préhistoire et d’archéologie, 1982.

Major 1940. MAJOR (E.). — Gallische Ansiedelung mit Gräberfeld bei Basel. Basel, 1940, 201 p.

Tanner 1974. TANNER (A.). — Siedlung und Befestingung der Eisenzeit. Archaeologie der Schweiz, 4. W. Drack, 1974, pp. 139-154.

■ Autriche

Hampl 1976. HAMPL (F.). — Asparn/Zaya, Museum für Urgeschichte. Wien, 1976, 143 p.

Pittioni 1954. PITTIONI (R.). — Urgeschichte des österreichischen Raumes. Wien, 1954, 835 p.

■ Pays-bas, scandinavie

Giffen 1936. GIFFEN (A.-E. van). — Der Warfin Ezinge, und seine westgermanischen Haüser. Germania, 20, 1936, pp. 40-47.

Hulst 1973. HULST (R.-S.). — Reflections on dutch prehistoric settlements. Berichter van de R.O.B., 23, 1973, pp. 65- 76.

Hvass 1975. HVASS (S.-H.). — Das Eisenzeitliche Dorf bei Hodde, WestJütland. Acta archaeol., 46, 1975, pp. 142- 158.

Stjernquist 1967. STJERNQUIST (B.). — Das Problem der Grubenhaüser in Südschweden. Jahr der Römisch-germanisches zentralmuseum Mainz, 14, 1967, pp. 144-152.

Waterbolk 1962. WATERBOLK (H.-T.). — Hauptzüge der einsenzeitlichen Besiedlung der nördlichen Niederlande. O.F.F.A., 19, 1962, pp. 9-46.

■ Grande-bretagne

Bersu 1940. BERSU (G.). — Excavations at Little Woodbury, Wiltshire : the settlement revealed by excavation. P.P.S., 6, 1940, pp. 30-111.

Bersu 1977. BERSU (G.). — Three iron age round houses of the isles of Man. Réed., Douglas, 1977.

Brewster 1963. BREWSTER (T.-C.-M.). — The Excavations of Staple Howe. Scarborough, 1963.

Bulleid 1911-1917. BULLEID (A.), GRAY (H.St.G.). — The Glastonbury Lake village. Glastonbury. Vol. 1 : 1911. Vol 2 : 1917.

Clarke 1972. CLARKE (D.-L.). — A provisional model of an iron age society and its settlement System. In : CLARKE (D.) Models in archaeology. London, 1972, pp. 801-869.

Cunliffe 1974. CUNLIFFE (B.). — Iron age communities in Britain. London, 1974.

Hamilton 1956. HAMILTON (J.-R.-C.). — Excavations at Jarlshof, Shetland. Ministry works archaeol., rep. 1, 1956.

Harding 1972. HARDING (D.). — The Iron age in the upper Thames basin. Oxford, 1972.

Harding 1974. HARDING (D.). — The Iron age in Lowland Britain. London, 1974.

Jobey 1966. JOBEY (G.). — A Field survey in Northumberland. In : RIVET, Iron age in north Britain. 1966, pp. 89- 109.

Jobey 1970. JOBEY (G.). — Early settlement and topography in the Border Counties. Scottisch arch. forum, 2, 1970, pp. 73-84.

Kie 1965. KIE (E.-W. mac). — The Origine and the development of the Broch and Wheelhouse Building Cultures of the scottish iron Age. P.P.S., 31, 1965, pp. 93-146.

Reynolds 1974. REYNOLDS (P.-J.). — Experimental iron âge storage pits ; an interim reports. P.P.S., 40, 1974, pp. 118-131.

Reynolds 1976. REYNOLDS (P.-J.). — Farming in the iron age. London, Cambridge univ. press., 1976, 48 p.

Ritchie 1972. RITCHIE (A.). — Inferences from settlements in Britain in the first millenium B.C. In : Man settlement and urbanism, London, 1972, pp. 541-545.

Wainwright 1968. WAINWRIGHT (G.-J.). — The Excavation of a durotrigian farmstead near Tollard Royal in Cranbourne Chase, Southern England. P.P.S., 34, 1968, pp. 102-147.

Wainwright 1973. WAINWRIGHT (G.-J.), SPRATLING (M.). — The Iron âge settlement of Gussage Ail Saints. Antiquity, 47, 1973, pp. 109-130.

■ France non méditerranéenne

La bibliographie est actuellement très dispersée. On trouvera les références essentielles dans :

La Préhistoire française. — Paris, C.N.R.S., 1976, t. II. Les Civilisations néolithiques et protohistoriques de la France (sous la dir. de Jean Guilaine), 912 p.

Buchsenschutz 1984. BUCHSENSCHUTZ (O.). — Structures d’habitats et fortifications de l’Age du Fer en France septentrionale. Mém. Soc. Préh. Franc. 18, 1984, 249 p.

Villes 1982. VILLES (A.). — Le Mythe des fonds de cabanes en Champagne. Bulletin de la société archéologique champenoise, 75, 2, 1982, pp. 1-114.

... et de nombreux articles dans les colloques suivants : Les Sénons. — Bulletin de la société archéologique de Sens, 21, 1979, 89 p.

L’Age du Fer en France septentrionale. — Mémoires de la société archéologique champenoise, 2, 1981, 384 p. Le Deuxième Age du Fer en Auvergne et en Forez. — Université de Sheffield et Centre d’études foréziennes, 1982, 344 p.

Les Celtes dans le nord du Bassin parisien. — Revue archéologique de Picardie, 1, 1983, 301 p.

■ France méditerranéenne

Arcelin 1976. ARCELIN (P.). — Les Civilisations de l’Age du Fer en Provence. In : La Préhistoire française, †. II, Paris, 1976, pp. 657-675.

Arcelin 1983. ARCELIN (P.), PRADELLE (Ch.), RIGOIR (J. et Y.). — Note sur des structures primitives de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, Bouches-du-Rhône). D.A.M., 6, 1983, pp. 138-143.

Bacou 1982. BACOU (J.-P. et A.). — L’Oppidum de Mont- fau à Magalas (Hérault) 1963-1979. Archéologie en Languedoc, 5-6, 1982-1983, pp. 61-114.

Barruol 1978. BARRUOL (G.), PY (M.). — Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran à Saint-Gilles-du-Gard. R.A.N., XI, 1978, pp. 19-100.

Benoît 1969. BENOÎT (F.). — Résultats historiques des fouilles d’Entremont 1946-1967. Gallia, XXVI, 1968, pp. 1-31.

Benoît 1969. BENOÎT (F.). -– Entremont, capitale celtoligure des Salyens de Provence. 2e édition, Gap, Orphys, 1969, 104 p.

Boissinot 1984. BOISSINOT (P.). — Les Constructions en terre au IIe s. av. J.-C. sur l’oppidum du Baou-Roux (Bouc-Bel-Air, Bouches-du-Rhône). D.A.M., 7, 1984, pp. 79-96.

Chabot 1968. CHABOT (L.). — Le Castellas de Rognac et l’étang de Berre à l’époque préromaine. R.S.L., XXXIV, 1-3, 1968, pp. 151-215.

Chabot 1983. CHABOT (L.). — L’Oppidum de la Cloche aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône) : synthèse des travaux effectués de 1967 à 1982. R.A.N., XVI, 1983, pp. 39-80.

Chausserie-Laprée 1984. (Exposition, Martigues 1984- 1985). — Le Quartier de l’Ile à Martigues : six années de recherches archéologiques. Cat. par Jean Chausserie-Laprée, Luc Domallain, Nuria Nin. Martigues, Musée d’art et d’archéologie, 1984, 64 p. ill.

Claustres 1951. CLAUSTRES (G.). — Stratigraphie de Ruscino. Et. Rouss., 1, 2, 1951, pp. 135-196.

Dedet 1980. DEDET (B.). — Premières recherches sur l’oppidum du Plan de la Tour à Gailhan, Gard, sondages 1975-1977. A.R.A.L.O., cah. no 8, 1980, 132 p.

Dedet 1976. DEDET (B.), PY (M.). — Introduction à l’étude de la protohistoire en Languedoc oriental. A.R.A.L.O., cah. no 5, 1976, 142 p.

Fiches 1979. FICHES (J.-L.). — Processus d’urbanisation indigènes dans la région de Nîmes (VIIe-Iers. av. n.è.). Dial. hist. anc., 5, 1979, pp. 35-57.

Fiches 1979. FICHES (J.-L.). — Habitat et fortifications . La Civilisation des oppida. Les Dossiers de l’archéologie, 35, 1979, pp. 67-75.

Jannory 1955. JANNORY (J.). — Ensérune. Contribution à l’étude des civilisations préromaines de la Gaule méridionale. B.E.F.A.R., 181, 1955, 490 p.

Lagrand 1979. LAGRAND (C.). — Un nouvel habitat de la période de colonisation grecque : Saint-Pierre-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône), VIe s. av. J.-C.-Ier s. ap. J.-C.). D.A.M., 2, 1979, pp. 81-106.

Lagrand 1973. LAGRAND (C.), THALMANN (J.-P.). — Les Habitats protohistoriques du Pègue (Drôme) : le sondage no 8, 1957-1971. Centre de documentation de préhistoire alpine, cah. no 2, Grenoble, 1973, 158 p.

Louis 1955. LOUIS (M.), TAFFANEL (O. et J.). — Le Premier Age du Fer languedocien. I. Les Habitats. Institut international d’études ligures, 1955, 207 p. (coll. de monogr. préh. et arch.).

Michelozzi 1983. MICHELOZZI (A.). — L’Habitation protohistorique en Languedoc oriental (VIIIe-Ier s. av. J.-C.). A.R.A.L.O., cah. no 10, 1982, 95 p.

Nickels 1976. NICKELS (A.). — Les Maisons à abside d’époque grecque archaïque de La Monédière, à Bessan (Hérault). Gallia, 34, 1976, pp. 95-128.

Py 1978. PY (M.). — L’Oppidum des Castels à Nages (Gard) : fouilles 1958-1974. Gallia, XXXVe suppl., 1978, 363 p.

Py 1982. PY (M.). — Les Civilisations protohistoriques. In : CHOLVY (G.) dir. - Civilisations populaires régionales : le Languedoc et le Roussillon. Roanne, Horvath, 1982, pp. 35-64.

Py 1984. PY (M.), ... [et al.]. — La Liquière, Calvisson, Gard : village du premier Age de Fer en Languedoc oriental. R.A.N., suppl. 11, 1984, 363 p.

Rancoule 1980. RANCOULE (G.). — La Lagaste : agglomération gauloise du Bassin de l’Aude. Atacina, 10, 1980, 137 p.

Rolland 1964. ROLLAND (H.). — Chronologie de Saint-Biaise. Prov. hist., XIV, 1964, pp. 7-15.

Solier 1976-1978. SOLIER (Y.). — La Culture ibéro-langue-docienne aux VIe-Ve s. In : Simposi internacional, Els Origens del mon iberic, Barcelone Ampurias, 1977. Ampurias, 38-40, 1976-78, pp. 211-264.

Solier 1973. SOLIER (Y.), GIRY (J.). — Les Recherches archéologiques à Montlaurès : état des questions. In : Narbonne. Archéologie et histoire. 1. Montlaurès et les origines de Narbonne, XLVe congrès de la Fédération hist. long. méd. et rouss., Montpellier, 1972 (1973), pp. 77-111.

■ Levant espagnol

Aparicio Pérez 1974. APARICIO FEREZ (J.). — Sobre la casa iberica. Arch. Esp. Arqueol. (anejos), VII, 1974, pp. 15-20, (Hom. à D. Pio Beltran).

Atrian Jordan 1976. ATRIAN JORDAN (P.). — El Yacimiento iberico del «Alto Chacôn » (Teruel). Campanas realizadas en 1969-1972. Exc. arqueol. esp., 92, 1976, 83 p.

Balil 1972. BALIL (A.). — Casa y urbanismo en la España antigua (Semin. de Arqueol., Valladolid). St. archaeol., I, 17, 1972, 52 p. ; Il, 18, 1972, 75 p.

Beltran Lloris 1976. BELTRÂN LLORIS (M.). — Arqueologia y historia de las ciudades antiguas del Cabezo de Alcala de Azaila (Teruel). Monogr. arqueol., XIX, 1976, 527 p.

Beltrán Lloris 1979. BELTRÁN LLORIS (M.). — El Poblado iberico de Castillejo de la Romana (La Puebla de Hijar, Teruel). Exc. arqueol. esp., 103, 1979, 136 p.

Beltrán Martinez 1982a. BELTRÁN MARTINEZ (A.). — El gran edificio de adobe de Contrebia Belaisca (Botorrita) : hipotesis y estado de la cuestion. Bul. del Museo de Zaragoza, 1, 1982, pp. 95-108.

Beltrán Martinez 1982b. BELTRÁN MARTINEZ (A.). — Excavaciones arqueologicas en Contrebia Belaisca (Botorrita, Zaragoza) 1980. Not. arqueol. hisp., 14, 1982, pp. 319-364.

Bonet 1984. BONET (H.), PASTOR (I.). — Tecnicas constructivas y organizaciôn del habitat en el poblado ibérico del Puntal dels Llops (Olocau, Valencia). Saguntum, 18, 1984, pp. 163-187.

Burillo Mozota 1983. BURILLO MOZOTA (Fr.). El Poblado de epoca iberica y yacimiento médiéval : « Los Castellares » (Herrera de los Navarros - Zaragoza). I. Dip. prov. de Zaragoza (C.S.I.C.), Monogr. F3, 1983, 160 p.

Garcia y Bellido 1945. GARCIA y BELLIDO (A.). — La Arquitectura entre los iberos. Madrid, 1945, 103 p.

Gil-Mascarell 1982. GIL-MASCARELL (M.), ARANEGUI GASCO (C.). — El Bronce final y el comienzo de la Edad del Hierro en el Pais Valenciano. Lab. de arqueol. de Valencia, 1, 1981, 72 p.

Gonzales Prats 1979. GONZALES PRATS (A.). — Excavaciones en el yacimiento protohistorico de La Peña Negra, Crevillente (Alicante) : 1er y 2e compoñas. Exc. arqueol. Esp., 99, 1979, 272 p.

Léon 1977. LÉON (M. del P.). — Notas sobre tecnica edilicia en Itálica. Arch. esp. arqueol., 50-51, 1977-1978, pp. 143-163.

Lomas 1980. LOMAS (F.-J.), BLASQUEZ (J.-M.), PRESEDO (Fr.), FERNANDEZ NIETO (J.). — Historia de España antigua, I, Protohistoria. Madrid, éd. Cátedra, 1980, 605 p.

Luzon Nogue 1973. LUZON NOGUE (J.-M.). — Excavaciones en Itálica : Estratigrafia en el Pajar de Artillo, campaña 1970. Exc. arqueol. esp., 78 1973, 131 p.

Maluquer de Motes 1971. MALUQUER de MOTES (J.), LLORENS (A.), BALDELLOU (V.), ... [et al.]. — Colaboración de la Universidad de Barcelona en las excavaciones del poblado iberico del Moli d’Espigol, en Tornabus. Pyrenae, 7, 1971, pp. 19-46.

Martin 1976-1978. MARTIN (M.-A.), SANMARTI (E.). — Aportación de las excavaciones de la « Ilia d’en Reixach » al conocimiento del fenómeno de la iberización en el norte de Cataluña. In : Els origens del món iberic, Simposi internacional, 1977, Ampurias, 38-40, 1976-1978, pp. 431-447.

Martinez 1980. MARTINEZ (C.), BOTELLA (M.-C.). — El Peñon de La Reina (Alboloduy, Almeria). Exc. arqueol. esp., 112, 1980, 353 p.

Maya Gonzáles 1976-1978. MAYA GONZALES (J.-L). — Analisis de la situación antérior al establecimiento de la cultura ilergata. In : Els origens de mon iberic, Simposi internacional, 1977. Ampurias, 38-40, 1976-1978, pp. 449‑462.

Mesado Oliver 1974. MESADO OLIVER (N.). — Vinarragell (Burriana, Castellón), S.I.P., 46, Valencia, 1974, 170 p.,

Mesado Oliver 1979. MESADO OLIVER (N.), ARTEAGA MATUTE (O.). — Vinarragell II (Burriana, Castellón), S.LP., 61, Valencia, 1979, 78 p.

Molina Garcia 1976. MOLINA GARCIA (J.), MOLINA GUNDE (M. de la C.), NORDSTROM (S.). — Coimbra del Barranco Ancho (Junilla, Murcia). S.I.P., 52, Valence, 1976, 97 p.

Pallarés Salvador 1965. PALLARÉS SALVADOR (F.). — El Poblado ibérico de San Antonio de Calaciete. Inst. int. et lig., 1965, 142 p. (Preh. y arqueol., V).

Pla Ballester 1980. PLA BALLESTER (A.). — Los Villares (Caudete de las Fuentes, Valencia). S.I.P. Valencia, 68, 1980, 112 p.

Pla Ballester 1983. PLA BALLESTER (E.), ARANEGUI GASCO (C.), MARTI OLIVER (B.), ... [et al.]). — La Cultura iberica., Cat. d’exp., S.I.P., Valencia, 1983.

Rovira i Port 1982. ROVIRA i PORT (J.)., SANTACANA i MESTRE (J.). — El Yacimiento de La Mussana (Tarragona). Un modelo de asentamiento pastoril en el Bronce Final de Catalunya. Monogr. arqueol. 2, Barcelona, 1982, 117 p.

Sanmarti 1982. SANMARTI (E.). — Les Influences méditerranéennes au nord-est de la Catalogne à l’époque archaïque et la réponse indigène. In : I focei dell’ Anatolia ail’ oceano, 1981. La Parola del Passato, CCIV-CCBII, 1982, pp. 281-298.

Vall de Pla 1971. VALL DE PLA (M.-A.). — El Poblado iberico de Covalta (Albaida, Valencia) I. S.I.P., 41, Valencia, 1971, 187 p.

■ Italie centrale et méridionale

Adamesteanu 1978. ADAMESTEANU (D.), DILTHEY (H.). — Siris. Nuovi contributi archeologici. M.E.F.R.A., 90, 1978, pp. 515-565.

Bailo Modesti 1980. BAILO MODESTI (G.). — Cairano nell’età arcaica : l’abitato et la necropoli. In : Sem. di st. del mondo classico. Naples, Inst. univ. orientale, 1, 1980, 221 p.

Bencivenza Trillmich 1983. BENCIVENZA TRILLMICH (C.). — Resti di casa greca di età arcaica sull’acropoli di Elea. M.E.F.R.A., 95, 1983, pp. 417-448.

Blake 1968. BLAKE (M.-E.). — Ancient Roman construction in Italy from the prehistoric period to Augustus, 2e éd., Carnegie Institute of Washington, 1968, 421 p.

Boëthius 1970. BOËTHIUS (A.), WARD-PERKINS (J.-B.). — Etruscan and roman architecture. Penguin Books, 1970, 622 p.

Bottini 1982. BOTTINI (A.). — Il Melfese fra VII e V sec. a. C. Dial di arch., 2, 1982, pp. 152-160.

Canocchi 1980. CANOCCHI (D.). — Osservazioni sull’abitato orientalizzante a Roselle. St. Etr., XLVIII, 1980, pp. 31- 50.

Carter 1979. CARTER (J.). — Rural architecture and ceramic industry at Metaponto, Italy, 350-50 B.C. In : Roman Brick and Tile. Studies in Manufacture, Distribution and use in the Western Empire. B.A.R., S. 68, 1979, pp. 45-64.

Genière 1970. GENIÈRE (J. de la). — Le Rassegne archeologiche : la Calabria. In : Atti del nono conv. di st. sulla Magna Grecia, Tarente, 1969. Naples, 1970, pp. 173- 176.

Gierow 1966. GIEROW (G.). — The Iron age culture of Latium : I. Classification and analysis. Skrifter utg. av. svenska Inst, i Rom., XXIV, 1, Stockholm, 1966, 521 p.

Gjerstad 1966. GJERSTAD (E.). — Early Rome, IV. Skrifter utg. av. svenska inst. i Rom., XVII, 4, Stockholm, 1966, 634 p.

Guaitoli 1981. GUAITOLI (M.). — Lavinium. Arch. Laziale, IV, 1981, pp. 287-292.

Guzzo 1973. GUZZO (P.G.). — Scavi a Sibari. In : La Par. del pass., C.I.L., 1973, pp. 278-314.

Hellström 1975. HELLSTRÖM (P.), LEPIHSAAR (J.), NYSTROM (O.). — Luni sul Mignone. The zone of the large Iron age building. Skrifter utg. av svenska inst. i Rom.XXVII, II 2, Stockholm, 1975, 106 p.

Himera II. — Inst, di Archeol. di Palermo. Rome, 1976, 2 vol., 851 p.

Juliis 1978. JULIIS (E.-M. de). — Scavi e scoperte. Cupola, corn, di Manfredonia, Foggia. St. Etr., XLVI, 1978, pp. 559- 560.

Laviosa 1970. LAVIOSA (C.). — L’Urbanistica delle città arcaiche e le strutture in mattori crudi di Roselle. In : Att. del conv. di st. sulla sittà etr. e ital. prerom., Bologna, 1966. 1970, pp. 209-216.

Lundgren 1982. LUNDGREN (M.-B.), WENDT (L.). — Acquarossa, zone A. Skrifter utg. av. svenska inst. i Rom., XXXVIII, III, 1, Stockholm, 1982, 70 p.

Mertens 1970. MERTENS (J.). — Ordona, cité italique de la Daunia. In : Atti del conv. di st. sulla città etr. e iial. prerom. Bologne, 1966. 1970, pp. 221-229.

Mertens 1984. MERTENS (J.). — Ordona (Apulia), abitato daunio e città romana : risultati dei recenti scavi belgi. In : La Civiltà dei Dauni nel quadro del monde italico, atti del XIII conv. di st. estruschi et italici, Manfredonia, 1980. Firenze, 1984, pp. 19-25, pl. V-XIV.

Miro 1980. MIRO (E. de). — La Casa greca in Sicilia : testimonianze nella Sicilia centrale del VI al III sec. a. C. In : Mélanges E. Manni, II, 1980, pp. 708-737.

Neutsch 1979. NEUTSCH (B.). — Elea. lonisches und attisches aus dem archaischen Stadtgebiet. M.D.A.I. (R.)., 86, 1979, pp. 141-180.

Orlandini 1976. ORLANDINI (P.). — Scavi archeologici in località Incoronata pressa Metaponto. Acme, 29, 1976, pp. 29-37.

Östenberg 1969. ÖSTENBERG (C.-E.). — An Estruscan archaïc house-type not described by Vitruvius : evidence from Luni sul Mignone and other sites. Opsc. Rom., VII, 1969, pp. 89-107.

östenberg 1969. ÖSTENBERG (C.-E.). — Case etrusche di Acquarossa. Roma, Multigrapfica ed., 1975, 253 p. (Mongrafie delle Tuscia).

Pairault 1972. PAIRAULT (F.-H.). — L’habitat archaïque de Casalecchio di Reno près de Bologne : structure planimétrique et technique de construction. M.E.F.R.A., 84, 1972, pp. 145-197.

Pairault Massa 1978. PAIRAULT MASSA (F.-H.). — Marzabotto (Bologna) : rapport préliminaire sur six ans de recherches 1971-1976 dans l’insula VIII, Brizio. N.S.A., XXXII, 1978, pp. 131-157.

Plat Taylor 1976. PLAT TAYLOR (J. du)., DORRELL (P.G.), ALASTAIR SMALL. — Gravina-di-Puglia III : houses and a cemetery of the iron age and classical periods. Pap. British School al Rome, XLIV, 1976, pp. 48-132.

Pohl 1977. POHL (J.). — San Giovenale : the iron age habitations in area E. Skrlfter utg. av. svenska inst. i Rom., XXVI, III, 3, Stockholm, 1977, 102 p. Soprintendenza archeologica della Toscana. - Roselle, gli scavi e la mostra. Pacini, 1975, 135 p.

Sibari III. — Suppl. vol. XXVI, 1972 des N.S.A, 495 p.

Sibari IV. — Suppl. vol. XXVIII, 1974 des N.S.A., 571 p.

Staccioli 1967. STACCIOLI (R.-A.). — Sulla Struttura dei muri nelle case délia città etrusca di Misano a Marzabotto. St. Etr., MM, 1967, p. 113-116.

Wieselgren 1969. WIESELGREN (T.). — Luni sul Mignone : The Iron age settlement on the Acropolis. Skrifter utg. av. svenska inst. i Rom., XXXVII, II, 1, Stockholm, 1969, 111 p.

Table des illustrations

Légende 1. Habitation à plusieurs pièces groupées autour d’un espace ouvert, en cours de construction près de Marrakech (Maroc). Un exemple d’utilisation de l’adobe. ● 2. L’élévation des murs porteurs en terre sur une base en pierres est caractéristique des régions méditerranéennes durant la Protohistoire. Un exemple actuel utilisant la pierre et le pisé dans le sud du Maroc, près de Tineghir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende 3. Mur de terre en cours de construction selon la technique du pisé. Sud marocain (Ouarzazate).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 4. Principaux types de charpente sur les constructions quadrangulaires à poteaux plantés. a. Construction à deux nefs. b. Construction à une seule nef. c. Construction à trois nefs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/31075/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search