Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Introduction

Présentation générale

Christian Goudineau

Texte intégral

1Il y a deux ans, en 1981, le Ier congrès de Gaule méridionale était consacré à un thème apparemment usé : les huileries dans le monde romain. Non seulement il a permis de procéder à un point utile, mais il a fait surgir des données et des réflexions neuves. Cette année, nous allons nous attacher à un thème en apparence neuf : les architectures de terre et de bois dans les provinces occidentales du monde romain. Prenons garde que ne se produise l’effet inverse, à savoir que nous ne tombions dans la confusion et dans la banalité, ou plutôt dans le non significatif. L’introduction que l’on me demande de faire a pour seul objectif de définir en quelque sorte les règles du jeu, de poser des questions qui peuvent orienter les discussions à venir et d’esquisser l’enjeu de ces deux demi-journées.

2Le premier piège qui nous guette est, dirai-je, celui de l’enthousiasme naïf. Un tel colloque était impensable il y a vingt ans, voire dix. Pour la raison simple que nous (je parle au moins des Français) n’aurions à peu près rien eu à dire. En 1958, dans le tome 3 de son Manuel d’archéologie gallo-romaine, A. Grenier écrivait : « c’est Rome qui apprit à la Gaule l’art de bâtir » (p. 23) et les développements qui suivaient ne s’occupaient que de grand appareil, d’opus caementicium et de briques cuites. Lui-même savait pourtant fort bien (il l’écrit) que des monuments (fouillés à l’étranger, il est vrai) avaient utilisé, à haute époque, d’autres techniques, comme le bois et la terre (c’était le cas des amphithéâtres de Xanten, de Vindonissa, d’Augst, etc.). Il n’ignorait pas que des camps militaires de Rhénanie ou d’Angleterre avait été édifiés en matériaux périssables avant de devenir permanents.

3Toujours est-il que, pour les architectures de terre et de bois, il ne signalait rien pour la France. N’allons pas nous étonner. Nous savons tous ici le retard gigantesque que nous avons pris sur les pays de l’Est et du Nord-Est quant aux techniques de fouilles (retard que partagent avec nous nos voisins méditerranéens). Si, depuis ces dernières années, sortent du sol des architectures en terre (et les vestiges d’architectures en bois), c’est simplement parce que nous venons d’apprendre à les reconnaître et que nous nous donnons enfin (même si c’est souvent imparfaitement) les moyens de les fouiller et de les analyser.

4Mais, du coup, nous sommes enclins à en faire quelque chose d’extraordinaire. L’enthousiasme de nos prédécesseurs pour le grand appareil, nous le reportons sur ces structures fragiles pour la raison qu’elles sont peu connues, qu’elles sont difficiles à fouiller et que leur bonne conservation relève souvent de la chance (et pour d’autres raisons aussi, sur lesquelles je reviendrai). C’est cet élan que je qualifierai d’enthousiasme naïf et qui fait l’objet de pages et de pages d’Archéologia ou de revues locales. Ce stade-là est dépassé depuis des décennies en Angleterre, en Hollande, en Allemagne et en Suisse. Il est le symptôme de nos faiblesses. J’espère donc que nous n’en resterons pas à la description au premier degré.

5Le deuxième piège est plus insidieux. Il sera prêt à nous happer durant la plupart des communications et des débats. En effet, un des problèmes sur lequel nous nous interrogerons inévitablement, c’est celui des rapports, des interférences entre les traditions protohistoriques et les techniques romaines. Si je résume (en simplifiant), on peut dire ceci : durant la Protohistoire, on ne connaît pas chez nous le mur monté en moellons liés au mortier, ni le blocage ; on a de plus en plus d’exemples, non seulement de pierres sèches ou liées à la terre, mais de briques crues, de torchis sur armature de bois et même, semble-t-il, de pisé. Mais, d’autre part, les textes latins (sur lesquels on reviendra tout à l’heure) nous disent que les Romains (disons : les Italiens) utilisaient la brique crue, la terre comprimée - ce que confirment plusieurs fouilles et ce qui ne constitue pas une originalité dans le monde méditerranéen. Les camps militaires, Herculanum, Alba Fucens nous livrent enfin des exemples d’architectures de bois ou à pans de bois.

6Il faut donc nous convaincre dès l’abord d’une évidence : tout ce que nous pouvons trouver et décrire, à l’époque romaine, comme architecture « de terre et de bois » peut aussi bien provenir d’Italie que d’antécédents régionaux. Autrement dit, le réflexe des « survivances » est le faux réflexe type que nous devons contrôler. Et ce d’autant plus que, comme le savent bien les architectes et les maçons, les « techniques de construction », au sens étroit (la manière de monter un mur) n’existent pas en elles-mêmes, sauf chez les intellectuels et chez beaucoup d’archéologues. Édifier une case en torchis avec armature de bois sur une superficie de 30 m2 et une élévation de 2,50 m ne relève pas de la technique que suppose la construction d’une maison à colombages de 2 000 m2 avec péristyle et étages. Pourtant, deux murs écroulés de l’une et de l’autre peuvent, au bout de vingt siècles, dans un sondage de 10 m2, présenter le même aspect. Par ailleurs, si la première (la case) est retrouvée sous la seconde (la maison) ou à proximité, qui parmi nous résistera à la tentation d’évoquer la pérennité des techniques ?

7Il nous faut donc observer une extrême prudence et nous défier des fausses continuités qui rapprocheraient sans argument Protohistoire et période romaine.

8La même défiance doit être de mise vis-à-vis de tous les rapprochements que nous suggèrent l’époque moderne, voire les réalités d’aujourd’hui. Je suis personnellement un chaud partisan de ce qu’on appelle l’« ethno-archéologie », je crois à la similitude, dans un cadre technique précis, des procédés mis en œuvre. Il n’y a pas mille façons différentes de tourner une poterie ou de monter un mur en pisé. Une case en adobe édifiée l’an passé en Tunisie ou au Maroc ne doit pas différer sensiblement de celle qui fut construite au même endroit il y a 2 500 ans. Elle risque de durer à peu près le même nombre d’années, elle exige probablement les mêmes opérations d’entretien (refaire régulièrement le crépi extérieur et la toiture). Reste que, si cette case contemporaine –dont je peux étudier la structure et l’évolution d’autant plus facilement qu’il m’est loisible d’interroger son constructeur et ses habitants– me livre toutes sortes d’indices techniques sur des cases semblables retrouvées par les fouilles, je ne saurais croire sans examen qu’elle constitue l’extrémité d’une chaîne ininterrompue depuis 2 500 ans. Pas plus que les vestiges d’une maison à colombage du Ier s. à Lyon, à Metz ou à Rouen (je cite au hasard) ne pourront être retenus, sans preuves, comme les ancêtres de maisons utilisant une technique proche et que l’on connaît, grâce à diverses sources, au XIVe, au XVIIIe, voire aujourd’hui encore, debout dans les quartiers non rénovés.

9Le rapprochement a cependant un intérêt considérable, et j’espère que nous pourrons aborder ce problème, c’est l’angle sociologique qu’il offre. Les études récentes sur la nature et la diffusion du caementicium romain, et notamment de l’opus reticulatum, ont mis en lumière le rapport entre les techniques architecturales et l’organisation sociale : non pas seulement la qualité et la structure des corps d’artisans, mais les problèmes de nombre, de spécialisation et de qualification. Une ville de maisons à colombages ne reflète pas la même société qu’une ville en caementicium. Les corps de bâtiments sont plus nombreux, la main-d’œuvre plus qualifiée. Le caementicium représente, entre guillemets, une sorte d’« industrialisation » écrasant les intermédiaires entre le maître d’œuvre et les exécutants. Aussi est-il important de savoir à quel moment précis et dans quel contexte se situe l’emploi de telle ou telle technique.

10Autrement dit, le sujet que nous abordons, si nous voulons échapper à la simple description en lui conférant une dimension historique, ne saurait supporter le flou, le vague. C’est pourquoi je vous propose que, pendant ces deux séances, nous gardions en mémoire quelques cadres.

11Dans l’ordre du vocabulaire, afin de parler le même langage, nous distinguerons :

  • la technique de l’adobe, i.e. celle qui consiste à monter les murs en briques crues ;

  • la technique du pisé, i.e. celle qui consiste à monter les murs en terre comprimée à l’aide de coffrages de bois mobiles ;

  • l’utilisation exclusive du bois ;

  • les techniques mixtes, utilisant bois et adobe, ou bois et torchis dans les structures verticales. Il faut distinguer ici selon que le bois assure un simple renforcement ou bien supporte tous les efforts du bâtiment (maisons à pans de bois, à colombages).

12Ce langage commun établi, je suggère qu’une attention particulière soit apportée, à côté des problèmes techniques, aux points suivants :

  • la géologie des régions concernées et les traditions de l’habitat, époque romaine exclue ;

  • la distinction entre murs porteurs et simples cloisons ;

  • la répartition de ces architectures observée selon divers critères : répartition entre villes et campagnes ; répartition entre types de monuments : s’agit-il d’édifices privés uniquement ? quels sont les monuments publics concernés (par exemple, certains monuments du spectacle, ou ce qu’on appelle les fana ; des entrepôts, des auberges, etc.) ? les camps militaires forment une réalité particulière ; répartition sociologique : s’agit-il d’édifices de modestes dimensions réservés aux catégories sociales les plus basses, ou le contraire, ou bien l’éventail est-il large? le plan et le décor (peinture, pavements) peuvent nous être de grand secours ;

  • la chronologie : ces techniques représentent-elles un moment dans l’Antiquité romaine ou ont-elles duré jusqu’à son terme ? dans le premier cas, à quoi ont-elles éventuellement succédé ou par quoi ont-elles été remplacées ? ont-elles disparu au profit du caementicium ? les briques crues ont-elles cédé la place aux briques cuites ou aux moellons de pierre ? s’est-il agi d’une étape ou non ?

  • la statistique : il est sûrement impossible d’en établir de précises ni de sérieuses. Il serait cependant intéressant de savoir si, dans l’état actuel de nos connaissances, ce type d’architectures, dans un domaine donné (édifices privés, par exemple), constitue à telle époque la règle ou l’exception.

13Pour conclure : nous découvrons (ou redécouvrons) des techniques qui nous semblent d’instinct remettre en cause les schémas trop simples qu’on applique souvent à l’Antiquité romaine. Nous songeons, consciemment ou non, racines, Protohistoire, continuités, Moyen Age, maisons balzaciennes. Nous réagissons contre une archéologie ancienne trop centrée sur l’histoire de l’Art. Peut-être avons-nous raison. Mais il s’agit de le démontrer avec méthode. Laissons de côté le faux spectaculaire et le sentimental. Evitons que l’arbre nous cache la forêt. Dans la mesure où l’intérêt vis-à-vis des architectures traditionnelles se relie aisément de nos jours à des tendances écologiques (que j’approuve), c’est sur cette métaphore en vert que je m’arrêterai !

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search