Version classiqueVersion mobile

Architectures de terre et de bois

 | 
Jacques Lasfargues

Avant-propos

A la mémoire de Charlette Pradelle

Texte intégral

1Du 2 au 6 novembre 1983 s’est tenu à Lyon le IIe Congrès archéologique de Gaule méridionale. Il a rassemblé trois-cents participants. Organisés par les Directions des Antiquités Historiques de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes/Côte-d’Azur, Rhône-Alpes, ces congrès comportent deux chapitres bien distincts : l’échange d’informations sur les découvertes récentes et les recherches en cours, et un colloque international destiné à la fois à faire le point sur un thème précis, mais aussi, par conséquent, à réactiver, voire réorienter, une recherche. Le premier congrès, qui s’est déroulé à Antibes en 1981, avait retenu, pour thème du colloque, les huileries antiques ; le troisième, qui se tiendra à Nîmes en 1985, sera consacré aux enceintes augustéennes. Leur réussite, qui paraît indéniable, même si l’expérience est encore bien courte, témoigne de la capacité de la Sous-Direction de l’Archéologie à mobiliser la communauté scientifique autour de ses propres chercheurs. Elle témoigne aussi de la naissance de ce qui pourrait être une grande communauté de recherche du Sud-Est.

2Ce volume constitue donc les actes du colloque international sur « l’architecture de terre et de bois dans les provinces occidentales de l’Empire romain » : tel est son titre exact qui montre bien nos ambitions initiales. Nous avons voulu, en outre, qu’il soit ouvert sur la Protohistoire, afin de rechercher à ces techniques d’éventuelles racines, sur le Moyen Age pour en déceler les prolongements possibles. De même, le contact avec les architectures traditionnelles (un pas vers l’ethno-archéologie) et le contact avec les techniciens qui mettent aujourd’hui en œuvre ces matériaux ont paru indispensables : cela nous a naturellement conduit à un déplacement sur le terrain pour voir les réalisations contemporaines d’un quartier construit en terre dans la ville nouvelle de L’Isle-d’Abeau, à l’ouest de Lyon.

3La lecture du sommaire montrera certaines limites. La lacune la plus importante concerne l’Italie : tous les spécialistes consultés se sont récusés pour des raisons diverses. Est-ce seulement parce que je n’ai pas su frapper à la bonne porte ? Absence également de quelques autres pays étrangers, plus particulièrement de l’Allemagne. Enfin, plusieurs régions françaises ne sont pas représentées. Mais n’est-ce pas le lot de tout congrès ?

4Ceux qui ont participé au colloque noteront que les actes ne suivent pas exactement le déroulement des séances. Il y a, à cela, plusieurs raisons. Certains auteurs, empêchés, n’avaient pu présenter leur communication (c’est le cas de MM. Lenoir et Pesez) et leur texte a naturellement été retenu pour les actes. D’autres, comme M. Halbout, ne nous ont pas envoyé le texte de leur communication. La plupart des auteurs ont intégré à leurs manuscrits les éléments issus des discussions, au demeurant riches mais brèves ; après lecture des enregistrements, il a donc paru inutile de transcrire ces échanges à une exception près : l’intervention de Mme A. Barbet sur les enduits peints.

5L’illustration a posé de nombreux problèmes : le sujet se prête en effet très mal à la photographie noir et blanc. De nombreux clichés ne permettaient pas de lire les nuances qui caractérisent adobe, pisé, ou traces de bois dans l’argile. En toute rigueur, il nous a paru indispensable d’en supprimer une partie, et de privilégier les dessins qui paraîtront peut-être parfois répétitifs.

6J’ai demandé à M. Chr. Goudineau, qui a été le « révélateur » du sujet en lui consacrant un séminaire à Aix-en-Provence, d’ouvrir ce colloque et d’en tirer les conclusions.

7Il me reste à remercier ceux qui ont été la cheville ouvrière de ce colloque :

8- en premier lieu, le personnel de la Direction des Antiquités Historiques de Rhône-Alpes, et particulièrement M. P. Porte, Conservateur des fouilles, qui a organisé le colloque aux plans technique et scientifique et a préparé la publication des actes ;

9- l’École Nationale des Travaux Publics de l’État de Vaux-en-Velin (Rhône) et son responsable M. P. Michel, qui s’est associé à ce colloque et a permis un dialogue fructueux entre archéologues et techniciens contemporains ;

10- M. le Professeur R. Étienne, qui a dirigé les débats avec sa maestria habituelle ;

11- la nouvelle série des Documents d’Archéologie Française qui a accueilli ces actes parmi ses deux premiers titres, et Mme C. Richet, dont la vigueur et le savoir-faire ont permis la mise au point du volume ;

12- le Préfet, Commissaire de la République de la région ; la région Rhône-Alpes, son Président M. Charles Béraudier et son Vice-Président chargé des Affaires Culturelles M. Francisque Perrut; le Conseil Général du Rhône; la Ville de Lyon; tous ont largement aidé et subventionné cette manifestation ;

13- enfin, tous les participants au colloque, dont la liste est donnée à la fin de ce volume, qui ont permis un débat passionnant et aidé à surmonter l’épreuve qu’a représentée la disparition brutale de notre collègue et amie Charlette Pradelle à la mémoire de laquelle nous dédions ces actes.

Jacques Lasfargues

14Directeur des Antiquités Historiques de la région Rhône-Alpes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search