Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Conclusions

Utilisations

Texte intégral

1Au terme de cette étude il nous paraît utile de préciser les usages possibles des structures de combustion. Mais leur diversité est telle que nous ne pouvons dresser de tableau précisant pour chaque période du Néolithique (et à travers nos observations) leur probabilité respective. Tout au plus avons-nous déjà montré par l’analyse des structures les potentiels d’utilisation de chaque forme de foyers et leur (apparente) meilleure adaptation.

2Nous ne reviendrons pas sur la principale technique de consommation des produits transformés par le feu : la cuisson des aliments. Elle s’est avérée être l’aspect fonctionnel le plus clairement décelable par les analyses réalisées. Mais nous aborderons ici les techniques d’acquisition et de fabrication.

1. Consommation

3On classe parmi les techniques de consommation l’éclairage et la cuisson ou la cuisine volontaire des aliments. Dans le premier cas la réalité même du foyer apparaît. Encore peut-on signaler le rôle d’accessoire spécifique d’un feu qui aurait des pierres de chauffe mobiles et une sole construite ; celles-ci restituent la chaleur emmagasinée longtemps après l’extinction du feu. Il y aurait aussi les bordures fixes de feu (de toute nature), réverbérant selon le même principe la chaleur du foyer. Nous avons déjà évoqué ces problèmes.

4En ce qui concerne l’éclairage, là encore les types de structures ne nous paraissent pas fondamentaux. Mais nous pensons que ce sont leur taille et la nature de leurs charges combustibles qui s’avèrent déterminantes. Si le premier aspect peut être aisément discerné, le second nécessite de nombreuses analyses anthracologiques.

2. Fabrication

5En technique de fabrication, les foyers construits ne sont que des moyens d’action sur la matière. Toute tentative de tableau serait vaine car souvent sans preuve irréfutable et de toute manière tronquée.

6Les solides stables, pierres, os, ivoire, coquilles, ont pu attendrir les pierres (silex), sécher et durcir les ossements ou faciliter leur percement ; on ne peut exclure aucune forme de foyer pouvant satisfaire à ces fonctions. Mais il nous semble que les foyers à plat par la meilleure accessibilité des pièces déposées dans le feu ont pu être plus utilisés. De même, il est possible que certains cendriers ou braseros aient eu aussi ce rôle artisanal.

7Les solides fibreux (bois, corne) ou souples (écorce, peau et fibres de toutes sortes) ont sans doute été traités sur les mêmes foyers. Mais ils nécessitaient l’usage d’accessoires interposés :

  • l’air pour la dessication ; et le foyer serait alors accompagné de structures de maintien, de pose ou de support vertical, ou encore de bordures servant de supports horizontaux ;

  • des solides pour les contenir, que ce soit de la poterie, de l’argile amalgamée, des récipients de matière végétale ou animale, etc., comme dans le cas précédent;

  • des liquides qui nécessitent les solides précédents pour les contenir.

8Chaque type de foyer pour courber les bois a pu être utilisé, le feu à plat limité avec des supports pour les contenants suspendus ou posés pour travailler les peaux, les trous de combustion comme simple source de chaleur...

9Les solides semi-plastiques qui prennent en compte le travail des métaux par la fonderie ne seront ici qu’abordés. Nous n’avons pas eu l’occasion d’étudier ce type d’aménagement dans les niveaux chalcolithiques de Font-Juvénal. Nous pourrions d’ailleurs poser la question d’une appartenance domestique d’un tel dispositif. Pour ce qui est de la fonte de graisse ou de cire, les traitements des matières imposent des structures de combustion accueillant des contenants posés ou suspendus.

10Les fluides sont à associer pour leur traitement au cas précédent des solides semi-plastiques. Seul le traitement des graisses pouvait semble-t-il se passer de contenant, lorsqu’elles étaient encore liées à leur glume ou épi.

11Restent les solides plastiques ; on y associe généralement la terre réfractaire et l’argile, les teintures, poisons et colles tout à la fois. Nous ne rappelerons ici que l’existence des foyers à plat simples, qui peuvent indiquer une cuisson de poterie sans appareillage particulier. Pour les autres transformations de matière, la nécessité de récipients (quelle que soit leur nature) est à souligner ; elle nous ramène donc aux différents foyers qui ont pu les accueillir.

3. Acquisition

12En technique d’acquisition, il semble que tous les foyers ont pu assurer les deux fonctions suivantes : la protection et le nettoyage. Encore est-il difficile d’affirmer si d’une part le besoin s’en faisait sentir dans l’habitat, si d’autre part foyer et flamme ont été utilisés et si enfin les habitants du Néolithique réalisaient alors des feux spécifiques. Nous avancerons comme hypothèse que leur utilité aurait pu être (tour à tour ou isolément) multiple : chassant les insectes ou nettoyant les dépotoirs, les foyers avaient immanquablement d’autres usages voire d’autres conséquences, par exemple le chauffage et l’éclairage pour ne citer que des évidences.

4. Fonction idéologique

13En assimilant acquisition et fabrication à l’aspect productif des foyers, consommation à celui de la reproduction de la force de travail, il nous semble utile d’évoquer pour les structures domestiques leur aspect idéologique. Certaines constructions ne seraient alors que l’expression de la pensée et des traditions philosophiques ou religieuses de certaines communautés.

14Le cas a souvent été évoqué pour certaines structures de conservation. C’est le cas à Escanin 2 (Bouches-du-Rhône), à Saint-Michel du Touch, etc. Là, des conclusions conduisent soit à affirmer l’existence d’un dépôt rituel,« soit à considérer la probabilité d’un dépôt rituel plus grande que celle d’un dépôt à provisions » (Simonnet 1976). Aucune certitude ne peut être pourtant retenue. Et, par principe, il nous paraît dangereux ou tendancieux d’expliquer une non-évidence par de tels raisonnements. Certaines structures de Font-Juvénal pourraient être considérées comme des aménagements rituels. Outre les foyers à plat (purification ?) ou les trous de combustion comblés de pierres (sélectionnées), nous pourrions déceler toute l’expression d’un rituel dans la construction des bordures de pierres de certains foyers. Les témoins de conservation au Roc-de-Dourgne pourraient aussi se prêter à de telles interprétations. Nous avons nous-même employé le mot de « stèle » pour l’un d’entre eux. De même certains dépôts de coquilles d’escargots pourraient être aussi considérés comme très « symboliques ». Il suffit à ce propos de relire le texte de J. André (Guilaine 1979) qui souligne la faible valeur nutritive de ces petits animaux... Il n’en faut à vrai dire guère davantage pour imaginer tel rite d’installation, telle marque de fondation, tel geste d’une métaphysique inconnue mais si proche de notre culture.

15Nous ne nions pas cette ouverture de la recherche. Mais nous souhaiterions auparavant qu’il soit fait appel à une morphologie systématique et descriptive aussi riche que possible. L’immatériel ne peut être atteint au stade actuel de notre connaissance des aménagements domestiques. Pour mettre la charrue avant les bœufs encore faut-il savoir l’orienter.

16Toulouse — Montpellier

17Juin 1980

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search