Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Conclusions

Associations

Texte intégral

1L’axe de notre recherche a été défini au préalable. C’est celui de l’observation, de l’analyse et de l’interprétation des aménagements évidents principalement à partir de deux sites représentatifs du Néolithique méridional. Ce n’est qu’une première étape.

1. Structures évidentes ou dispositifs structurés

■ Un foyer a l’abri Jean Cros

2Nous ne nous sommes pas attardé sur cet aspect de la connaissance des structures. Ainsi un mémoire de D.E.A préalable à ce travail avait établi certaines conclusions pour l’abri de Jean Cros ; depuis lors, ce texte a été enrichi de réflexions collectives puis publié par le Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales dans l’ouvrage sur l’abri de Jean Cros (Guilaine 1979).

3De cette étude, nous retiendrons un point : la description d’un groupement significatif de structures. Elle permet, d’une façon exemplaire, de situer la deuxième génération de problèmes et de difficultés soulevés par l’approche des structures évidentes. Nous avons eu l’occasion de préciser qu’un dispositif évident était, selon l’échelle de son étude, constitué d’une ou plusieurs structures évidentes (voir la notion de « degré du fait »). Dans le cas présenté (un foyer à fosse annexe), c’est un ensemble fonctionnel homogène : il comporte une murette, une fosse principale et des fosses périphériques.

■ La murette

4Située (à la limite des carrés V-3 et VI-3) perpendiculairement à l’axe de l’abri, elle est constituée de blocs ou de dallettes de poudingue alignés sur près de 80 cm de long et 30 cm de large en moyenne. Elle se décompose en deux éléments :

  • une série de quatre blocs alignés se chevauchant sur un côté (nord) est accompagnée de dix pierres de plus petite taille utilisées soit comme « cale » soit en complément de la murette vers le nord ;

  • au nord-est, une seconde série de pierres, certaines plus longues que larges complète l’alignement. Quelques éléments de la série précédente empiètent sur une partie de cet ensemble de huit blocs alignés.

5Cette murette, construite dans la zone éclairée de l’abri, est étroitement liée au système de fosses aménagées (carré V-3). Elle sert même de bordure à la principale d’entre elles.

■ Les fosses

6Délimité par la murette au nord et un bloc de forte taille à l’est, un ensemble de fosses creusées dans le sédiment tassé du niveau C2c, est apparu à la fouille (carré V-3). Elles forment un amas charbonneux très noir, tranchant nettement sur le dépôt brun du niveau, au sein d’un aménagement de pierres. Deux grands avant-blocs (carrés V-2 et VI-3) encadrent la fosse principale constituant un coupe-vent favorable.

■ La fosse principale

7Appuyée au nord de la seconde série de pierres constituant la murette, cette fosse de 30 cm de diamètre et de 10 cm de profondeur maximale est circonscrite par des blocs et des plaques. Ces pierres destinées à limiter la fosse sont au nombre de une au sud, trois au nord, trois blocs plus petits la bordent à l’ouest. A l’est, une plaque délimitant la fosse charbonneuse complète la couronne de protection tout en ménageant un espace libre permettant un meilleur accès au contenu de la fosse.

8La nature des roches utilisées par les Néolithiques pour bâtir cet ensemble paravent est identique à celle des roches de la murette. Elles proviennent d’un ramassage in situ du produit du délitage de la paroi de l’abri. Aucune spécification à caractère fonctionnel n’y a été observée.

9La fosse ainsi délimitée présente un profil dissymétrique. Ses parois ouest et nord sont sub-verticales, le sédiment ayant été arraché par raclages successifs dans un mouvement vertical de haut en bas ; sa paroi méridionale a, quant à elle, un profil en pente douce résultant de la prolongation du geste vertical précédent en un mouvement horizontal dirigé vers le couloir d’évacuation (est). Le nettoyage de la fosse, déductible par la lecture de son profil particulier, est étayé par un autre élément de cette structure.

10En effet, à gauche de cette fosse couronnée, sont amassées, ainsi que dans sa bordure, des roches de petite taille, fragmentées, résultant des brusques variations de température enregistrées près du feu alimentant la fosse. Ces morceaux paraissent avoir été évacués à l’extérieur de la fosse ou poussés vers sa bordure (ouest). Certains ont sans nul doute joué le rôle de pierres de calage ou de colmatage de la couronne de plaques et blocs.

11Il faut noter, enfin, que la bordure de pierres (le plus souvent plates) a pu constituer un support utilisé pour la cuisson des aliments par l’intermédiaire d’un récipient. Ce foyer contenait quelques escargots, mais en faible nombre, ce qui paraît minimiser son rôle culinaire dans ce cas précis. En outre, nous verrons par la suite que ses proches abords n’ont pas fourni de nombreux vestiges archéologiques.

■ Les fosses périphériques

12A proximité immédiate de la fosse principale, dans un rayon de 1 mètre, ont été dégagées à la fouille trois petites fosses appartenant au même niveau. Ces dépressions, creusées dans le sédiment, n’atteignent pas 15 cm de diamètre. L’une d’entre elles, (carré VI-3) est large de 7 cm. Elles s’enfoncent dans le sol de 6 à 10 cm. Ces trois petites fosses ne sont pas bordées, bien que jouxtant dans les trois cas des pierres. La fosse no 2 est en particulier située dans un espace circonscrit par trois blocs et deux plaques jointives. Elles présentent toutes trois un profil globulaire sans caractère distinct.

13Ces dépressions remplies de charbons et de rares os brûlés n’ont pu être comblées accidentellement. La fosse 1 ne contient que des charbons. Aucune stratigraphie particulière à l’intérieur de ces témoins de combustion n’a été remarquée à la fouille.

14Cet ensemble de structures d’un foyer à fosses annexes paraît être à vocation artisanale plus que culinaire. L’étude des vestiges de tout ordre recueillis dans son environnement immédiat indique en particulier la faiblesse des débris osseux (brûlés ou non), des escargots et du matériel lithique et céramique. En fait, le contenu de ces zones autre que les charbons est pratiquement nul. Cependant cette appréciation n’exclut pas l’utilisation de ces fosses dans des buts culinaires : leur plurifonctionnalité est évidemment concevable, des traces de curetage et nettoyage ayant été décelées (pierres chauffées).

15Cet exemple est révélateur de la combinaison possible de trois structures évidentes, en bosse, ou en creux. Nous avons indiqué ailleurs des cas similaires : là, la bordure du foyer à plat est une véritable murette, consciencieusement construite ; ici, un dallage de pierres plates réalise une sole pour un foyer ; ailleurs, ce sont des structures de pose qui sont associées à des feux limités.

16Si nous avons pu parler d’accessoires, nous avons également montré au Roc-de-Dourgne les associations qui nous paraissent significatives de feux à plat et de braseros, de témoins de vidange et de trous de combustion.

17Il s’agit là, nous le répétons, d’une deuxième génération d’études que nous n’avons pas voulu aborder ici. Remarquons qu’elle est sans nul doute la plus communément conduite par nos collègues néolithiciens. L’exemple de l’organisation des maisons du groupe de Fontbouisse à Conquette (Saint-Martin-de-Londres, Hérault) présenté par G. Bailloud est très significatif à cet égard.

2. Chronographie des aménagements

18Une structure évidente est sans nul doute un témoin fonctionnel, c’est-à-dire en fait un témoin culturel. Mais elle est aussi un témoin chronologique. Toute la difficulté de notre recherche était de savoir si l’on est autorisé à en dresser une typologie, « comme il existe une systématique des roches ou des êtres vivants pour régir l’interprétation synchronique et diachronique des témoins » (A. Leroi-Gourhan : 1943-1971 b). Nous nous étions fixé comme but une « morphologie systématique » en faisant nôtre l’observation d’A. Leroi-Gourhan : « les types pour garder le parallélisme avec des sciences naturelles, devraient être des entités naturelles et chronographiques, alors que ce sont des formes liées à la fois à la culture et au déterminisme tout-puissant de la matière et du geste, donc soumis à toutes les éventualités de convergence. »

■ A l’abri du Roc-de-Dourgne

19Pour chaque famille de structures nous avons conclu dans chaque site à une présentation des datations comme des témoins. Cette esquisse chronologique s’est avérée parfois riche en questions ; mais bien souvent les conditions du site, des modes de son occupation, nous ont semblé éclairer nos séries (fig. 51, 52).

51 — Abri du Roc-de-Dourgne — a. Croquis des niveaux explorés en 1980. C5 sup. groupe de Montbolo. C5 base Epicardial. C6 Néolitique ancien. C7 Proto-Néolithique — b. Interprétation de l’organisation de l’espace de la couche C6.

52 — Abri du Roc-de-Dourgne — a et b. Interprétation possible de l’occupation humaine de l’abri (niveau C5 sup, groupe de Mantbolo).

20Un tableau (fig. 53a) permet d’isoler rapidement d’une part des structures existant dans chaque couche étudiée et d’autre part des témoins qui sembleraient plus spécifiques à certaines. Dans le premier groupe nous trouvons les foyers à plat puis, au même niveau d’importance, les structures de maintien, les structures de pose et les trous de combustion. Encore ne faut-il pas croire associés ces dispositifs : en C5 base (horizon épicardial), les deux trous de combustion ne sont liés à aucune structure de maintien alors qu’en C5 sup. (horizon épicardial final), c’est exactement l’inverse. Dans le second groupe sont rassemblés des braseros, les dépotoirs et les structures de conservation proprement dites.

53 — Abri du Roc-de-Dourgne — a. Chronographie des structures domestiques : 1. brasero, 2. structure de maintien vertical, 3. structure de maintien vertical en U, 4. foyer, 5. structure de pose, 6. trou de combustion, 7. dépôt de vidange ou dépotoir, 8. structure de conservation, 9. aire de combustion — b. Valeur relatives. Abri de Font-Juvénal — c. Chronologie : FPS = foyer à plat simple, FPL = foyer à plat limité, TDC = trou de combustion — d. Dénombrement des association de structures de combustion

21Dans le cadre du raisonnement binaire (présence-absence) ces résultats tendraient à montrer que ces derniers éléments font la différence des habitats. Une trame d’aménagement existerait pour chaque occupation de l’abri et serait donc la réponse des Préhistoriques aux sollicitations de leurs mode de vie et du milieu. Cette trame serait parfois enrichie. Deux explications viennent à l’esprit : les rapports du groupe humain avec le milieu différeraient culturellement (hypothèse chronoculturelle) ; ou le temps de l’occupation de l’abri et la société animée en l’instant conduiraient à des installations modifiées ou différentes.

22Cependant il serait possible que l’approche en valeur absolue des structures découvertes change cette première impression. En effet il existe dans notre série 13 structures de maintien vertical, 6 structures de pose, 5 foyers à plat et 4 aires de combustion, 5 trous de combustion, et pour chacune des autres structures 4 exemplaires.

23Les deux groupes précédents qui associent certaines structures entre elles par leur représentation existent dans cet inventaire. Et les témoins les plus originaux restent les structures de conservation, du brasero au dépotoir en passant par les différents silos. Les aires de combustion (foyers à plat anastomosés ou grandes aires de feux ?) sont aussi présentes dans cette liste. Des précisions sont recueillies qui concernent les structures les mieux (chrono)culturellement distribuées : en tête dominent les structures de maintien vertical (12) puis les foyers (10) dont autant de trous de combustion que de foyers à plat, enfin les structures de pose (6). Si ces dernières peuvent être qualifiées d’accessoires au feu, il se dégage donc pour les autres une idée de structures domestiques primaires : elles sont la preuve même de l’installation humaine. Il y a des aménagements pour la fermeture et la couverture et des dispositifs pour éclairer, chauffer et cuire.

24Parmi les foyers, toute la morphologie oppose foyer à plat et trou de combustion. Nous avons cherché à vérifier l’hypothèse suivante : leurs formes étant différentes, leur usage est différent. Aussi puisqu’elles répondent à des fonctions différentes, doit-on pouvoir observer si ce sont des fonctions excluant certaines formes ou les associant ou ne les différenciant pas.

25Nous avons établi pour les témoins de combustion (avec les braseros pris en compte malgré leur caractère mixte de structure de conservation) un graphique du poids relatif des aménagements découverts (fig. 53b) ; nous observons plusieurs éléments importants :

  • d’une part les foyers à plat (no 4) couvrent pratiquement l’ensemble de notre série chronoculturelle. Dans l’horizon mésolithique C9 le rôle majeur des aires de combustion (no 9) complète ce point ;

  • d’autre part les trous de combustion (no 6) ont une importance relative plus forte. Lorsqu’ils sont absents, en C5 sup. (groupe Epicardial) et en C7 (Proto-Néolithique) on trouve des braseros bien représentés.

26En tentant de rassembler toutes les observations faites à travers le tableau des associations des structures domestiques, nous parvenons à des constatations déjà évoquées.

27Il semble bien qu’une trame de dispositifs (primaires) corresponde étroitement à la notion même d’habitat. Elle résulte d’une intervention humaine face aux conditions naturelles du site et en réponse aux exigences des techniques et de leur application sociale. Peser l’ordre culturel est ici très difficile. Il peut être aussi bien absent que présent à chaque temps d’occupation sans que cela apparaisse dans nos inventaires. A cette trame de base s’ajouteraient des interventions ponctuelles des occupants de l’abri : elles résulteraient de réponses techniques à des sollicitations de leur société, du milieu ou des rapports entre l’une et l’autre. Elles seraient des preuves d’une durée ou d’un rythme d’occupation de l’abri. Mais comment, en réalité, peut-on estimer les occupations de C5 base et C6 (Epicardial et Néolithique ancien) comme plus importantes que celles de C5 (Mésolithique) ? L’entassement de dispositifs ou de vestiges ne peut suffire. Les structures originales découvertes pourraient être également de simples preuves locales d’un usage ou non usage d’aménagements connus par ailleurs par l’ensemble des cultures occupant l’abri. Seule la loi des séries (et son test ! ) parviendra peut-être à clarifier les rapports entre le(s) milieu(x), les cultures, le temps et les dispositifs anthropiques.

■ A l’abri de Font-Juvénal (FIG. 53c)

28Comme pour le site précédent il nous a paru utile de nous interroger sur la nature chronoculturelle des structures de combustion. Les 27 couches ou niveaux étudiés ont fourni 44 foyers de trois types différents : des foyers à plat simples, des foyers à plat limités et des trous de combustion. Ils appartiennent à trois phases du Néolithique, final (10 exemplaires), récent (10 exemplaires) et moyen (24 exemplaires). Un graphique (fig. 53c) analyse pour ces trois périodes le nombre relatif de chaque type de foyer découvert. Ce tableau indique que les foyers à plat limités sont les formes dominantes du Néolithique final de l’abri de Font-Juvénal, les trous de combustion celles des niveaux du Néolithique moyen. Un deuxième fait est à remarquer : dans chaque cas on trouve des associations dominantes de feux à plat et de structures limitées soit en creux (trous de combustion) soit à plat (feux à plat limités). Ceci confirmerait l’hypothèse selon laquelle ces deux dernières installations pourraient avoir eu des usages similaires.

29Comme au Roc-de-Dourgne, les conditions d’occupation de l’abri restent fondamentales pour avancer toute hypothèse. Les constatations précédentes seraient sans signification dans plusieurs cas :

  • des occupations de natures différentes : halte, campement temporaire, habitat saisonnier, annuel, périodique, etc. ;

  • des occupations de communautés réunies par des besoins différents : ici la taille et l’origine de la construction du groupe sont primordiales ;

  • des zones fouillées de natures différentes (la partition de l’aire habitable pouvant être fort différente d’un groupe à un autre) ;

  • une oekologie locale différente pour chaque communauté ; dans la vallée de Font-Juvénal plusieurs abris (nous avons eu la preuve de leurs utilisations par plusieurs sondages) et les terrasses mêmes du ruisseau formaient peut-être l’unité d’habitat d’un groupe qui les occupait diversement (spatialement ou temporellement).

30Toutes ces réserves s’ajoutent sans doute à celles soulevées dans le même esprit au Roc-de-Dourgne.

31Un autre graphique d’approche plus fine complique singulièrement nos premières constatations. Il dénombre les foyers par niveaux ou couches dégagés et pour chaque type. Dans certains cas, ces niveaux résultent, d’ailleurs, du repérage à la fouille de l’existence même de témoins de combustion. Il ne s’agit donc pas de juger de la même façon des dispositifs découverts en C3 ou en F10c". Mais ce graphique relève toutefois l’hétérogénéité des couches ou niveaux en ce qui concerne leur aménagement de combustion (fig. 53d).

32Certaines occupations se sont traduites semble-t-il par un seul type de foyer. Arrivent en tête les feux à plat simples, suivis des trous de combustion. Les foyers à plat limités sont moins nombreux. Mais les associations toujours linéaires de structures sont importantes ; on remarque un seul cas rassemblant un foyer à plat limité et un trou de combustion. Et on pourrait le considérer comme une exception confirmant la règle selon laquelle il importait aux Néolithiques de réaliser un (ou plusieurs) feux à plat et un feu limité (en creux ou non) ou une seule de ces structures.

33Ainsi, tant au Roc-de-Dourgne qu’à l’abri de Font-Juvénal, on n’a pas dégagé de structure de combustion qui exclurait par sa présence (ou son absence) celle d’autres formes. Si l’on considère les besoins et les réponses technologiques des populations néolithiques étudiées comme très proches, similaires ou identiques on ne peut conclure sur la destination propre de chaque feu et sur sa spécificité culturelle, seule une analyse conduite sur des séries pourrait montrer une tendance à une utilisation préférentielle de tel foyer mais sans exclure d’autres formes sans doute ; et pour être tant soit peu probantes ces séries devraient provenir de situations d’occupation assez proches, à moins que leurs étendues permettent de négliger statistiquement ce dernier facteur.

Table des illustrations

Légende 51 — Abri du Roc-de-Dourgne — a. Croquis des niveaux explorés en 1980. C5 sup. groupe de Montbolo. C5 base Epicardial. C6 Néolitique ancien. C7 Proto-Néolithique — b. Interprétation de l’organisation de l’espace de la couche C6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende 52 — Abri du Roc-de-Dourgne — a et b. Interprétation possible de l’occupation humaine de l’abri (niveau C5 sup, groupe de Mantbolo).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende 53 — Abri du Roc-de-Dourgne — a. Chronographie des structures domestiques : 1. brasero, 2. structure de maintien vertical, 3. structure de maintien vertical en U, 4. foyer, 5. structure de pose, 6. trou de combustion, 7. dépôt de vidange ou dépotoir, 8. structure de conservation, 9. aire de combustion — b. Valeur relatives. Abri de Font-Juvénal — c. Chronologie : FPS = foyer à plat simple, FPL = foyer à plat limité, TDC = trou de combustion — d. Dénombrement des association de structures de combustion
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search