Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Types et compétences des structures domestiques

Les structures de maintien

Texte intégral

1. Les fosses reconnues

1Les structures de maintien n’ont pas fait l’objet à l’heure actuelle d’étude typologique spécifique. Pour les périodes paléolithiques les trous de piquet ou de poteau sont étudiés dans chaque site. Pour le Mésolithique, il en est de même ; le site de Gramari, souvent cité en référence, a aussi fourni des « trous à parement » chargés de graviers et sans doute « destinés à supporter les viandes exposées à la fumée » de foyers voisins. C’est également le cas à la Baume-de-Montclus, etc. Mais ils sont considérés comme des objets spécifiques de l’habitat ou comme des solutions originales à des questions techniques précises.

2L’esquisse typologique que nous pourrions présenter à travers des exemples connus, sur les sites étudiés, encourrait le même sort. C’est-à-dire qu’elle ne correspondrait qu’à un petit aspect des structures de maintien vertical. Ceci nous le savons. En nous attachant aux vestiges découverts sous abris et datant de la préhistoire récente, nos objectifs ne peuvent être que réduits. A notre sens, beaucoup devraient y trouver un encouragement à leur travail fastidieux de fouille, description ou analyse de ces simples dispositifs de maintien vertical.

3La série de croquis des structures découvertes (fig. 50b) traite d’une part, les installations de pierres en couronne et d’autre part, les profils des trous eux-mêmes. Là, la position de blocs rocheux, comme roche encaissante ou accessoire de calage latéral (enfoui ou non) permet de cerner six principales formes dégagées à l’abri de Font-Juvénal ou au Roc-de-Dourgne. Dans ce dernier cas la sélection des blocs rocheux est d’autant plus nette qu’elle concerne des galets ramassés en contrebas de l’abri sous roche dans le ruisseau de l’Aude.

4Nous ne reviendrons pas sur cette typologie fragmentaire qui a été observée précisément site par site. Mais il nous a semblé intéressant de préciser l’utilisation de ces dispositifs.

50 — Abri de Font Juvénal — a. Extension cumulée des foyer à plat avec structure de pose et de maintien et dimension des mêmes foyers avec structures de pose — b. Typologie des structures de maintien vertical

2. La vocation des installations

5L’interprétation d’une structure de maintien est liée à la compréhension de l’organisation interne de l’habitation : en effet, si l’idée d’un élément vertical fiché et calé dans le sol est la première avancée, rien n’autorise à lui accorder une hauteur déterminée. Il pourrait s’agir d’un piquet de quelques centimètres de haut, comme d’un poteau de plusieurs mètres. Le choix entre les multiples solutions s’effectue donc de fait par une appréhension globale du site et de l’habitat. Mais paradoxalement, l’organisation de l’installation des hommes sous un abri, dans une grotte ou même en plein air est souvent lue grâce aux structures de maintien découvertes. Elles jouent alors le rôle d’éléments structurants d’origine anthropique.

6C’est avec ces observations en mémoire que nous aborderons la vocation des structures de maintien. Nous présenterons celles-ci selon leurs rapports avec l’occupation humaine des habitats, du dispositif ponctuel et accessoire à l’élément structurant et privilégié de construction.

Complément et accessoire

7Certaines structures de maintien vertical comme à Font-Juvénal 15-6 C4 ou I/J C2b sup. sont associées étroitement à des foyers à plat simples. D’autres (N5 C3 à Font-Juvénal) forment une partie même de la limite de pierres du foyer. De deux choses l’une, soit cette situation est fortuite, soit elle est significative d’un certain mode de fonctionnement du foyer. Fortuite, signifie-t-elle que l’élément vertical a été installé à l’emplacement d’un foyer éteint ou non encore allumé, ou bien l’inverse ? Dans l’autre cas, elle indique que l’on a mis sur un support vertical une superstructure liée au foyer. Elle peut évoquer, par exemple, les cuissons par rôtissage.

8Des dispositifs de maintien horizontal que nous avons dénommés « structures de pose » ont pu être étudiés à l’abri de Font-Juvénal et au Roc-de-Dourgne. Ils existent sur les foyers à plat simples ou limités. Ils ont pu servir de pieds surélevés à des objets (poterie ?) installés sur le foyer. Nous avons porté sur un graphique (fig. 50a) la taille des foyers de l’abri de Font-Juvénal qui comportent des structures de pose évidentes ; les foyers à plat limités, généralement de surface plus réduite, s’individualisent ; mais on ne peut conclure à une utilisation de cet accessoire pour un feu de surface particulière. Leur existence sur les foyers à plat simples indique bien, par ailleurs, que ces feux ont pu être d’usage multiple, comme nous l’avions montré auparavant.

9Une autre indication pourrait confirmer cette idée. En cumulant les zones de foyers à plat, toutes couches confondues, l’abri de Font-Juvénal a été figuré sur un plan (fig. 50a). On y lit que le maximum des foyers à plat avec structure de pose correspond à celui des foyers simples. Ces foyers équipés ne seraient donc pas dans l’habitat spécifiques par leur localisation. Par contre, les emplacements des foyers avec structure de maintien vertical sont assez dispersés. Ces associations sont donc plus difficiles à interpréter soit que le piquet ait 5 à 10 cm de haut soit plusieurs mètres... C’est cas par cas que ces foyers et leurs structures de maintien devront être étudiés et replacés dans les niveaux qui leur correspondent (fig. 50a).

Elément structurant

10Les structures de maintien vertical sont souvent à considérer comme des éléments structurants des habitats. C’est-à-dire que leur emplacement et leur capacité à maintenir un piquet ou poteau vertical sont déterminants dans l’organisation générale de l’habitat. Sur une série de schémas, nous avons figuré pour quatre niveaux d’occupation de l’abri du Roc-de-Dourgne les éléments synthétiques observés. Ce sont d’une part les structures de combustion, d’autre part les aires de dispersion d’objets archéologiques et les structures de conservation. Les dispositifs de maintien y ont été également indiqués.

11Un schéma a été fait (fig. 51a) pour chacun des quatre niveaux étudiés ici. Ces schémas font apparaître une diagonalisation des dépôts, soit de part et d’autre d’un axe (C5sup. et C5 base) soit autour de celui-ci, créée par des structures de combustion et de vidange (C6 et C7). En étudiant plus précisément le niveau C6 nous proposons une interprétation de cette structuration des dépôts humains à l’abri du Roc-de-Dourgne (fig. 51b).

12Ce dernier schéma prend en compte les différentes conclusions ou hypothèses amenées par les études ponctuelles des aménagements de ce niveau d’occupation. La place des structures de maintien vertical s’accorde bien avec nos interprétations et confirmerait une partition de l’abri sous roche en un vivoir limité sans doute entre la paroi et une cloison mobile (branchages, peaux ?) et une zone externe, vers l’ouverture d’une cavité profonde, moins abritée des courants d’air.

13Notre propos n’est pas ici d’interpréter ce niveau d’habitat mais plutôt de souligner l’importance d’une série de faits : la reconnaissance des structures de maintien ; leur lecture et la différenciation d’avec les structures de pose ; leur confrontation avec les autres preuves archéologiques, les structures évidentes et les témoins latents.

14Mais un réel danger existe. Trop souvent nous tendons, comme la majorité des préhistoriens, à projeter dans nos découvertes, nos propres visions du monde. Nous bouleverserions totalement le raisonnement précédent si nous concevions ces structures de maintien comme de simples bases de piquet de quelques centimètres de haut, plantés là pour des raisons idéologiques qui nous échappent totalement. Le cas ne paraîtrait pas si absurde si nous nous trouvions dans d’autres lieux. C’est en accumulant sous abri et en grotte des observations et descriptions précises de dispositifs que nous parviendrons à de plus sûrs résultats. Il y a là, une nouvelle fois, une recommandation qui nous est chère.

Table des illustrations

Légende 50 — Abri de Font Juvénal — a. Extension cumulée des foyer à plat avec structure de pose et de maintien et dimension des mêmes foyers avec structures de pose — b. Typologie des structures de maintien vertical
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search