Version classiqueVersion mobile

Les installations du quotidien

 | 
Jean Gascó

Types et compétences des structures domestiques

Les structures de conservation

Texte intégral

1Il faut rappeler que le terme de structure de conservation est générique. Il concerne des aménagements volontaires destinés à réunir et conserver des objets ou produits différents de l’activité de l’homme. Dans les abris étudiés, il s’avère que les trous de conservation sont, soit des récipients naturels simples, soit des dispositifs liés au feu, soit des lieux de stockage évidents. Dès lors, on ne peut esquisser une typologie que dans les deux derniers cas. Encore faut-il remarquer que les cendriers ou braseros sont peu nombreux dans les sites étudiés. Il est possible que leur fonction de maintien d’une chaleur limitée ait été habituellement et commodément obtenue par un feu simple à plat ou en dépression. Nous nous trouvons donc dans l’impossibilité, faute d’une série notable, d’étudier spécifiquement la typologie des cendriers ou braseros. Les dix croquis que nous présentons sont donc des schémas des structures rencontrées sur les sites étudiés (fig. 46).

46 — Esquisses typologiques des témoins de conservations dont les braseros.

1. Les structures simples de conservation

L’impossible typologie

2Ces trous ont des profils variables comme nous l’avons démontré auparavant. Cependant, les plus caractéristiques sont les structures en silos. Ces excavations ou fosses creusées dans le sol conservent généralement du grain. Dans notre vocabulaire, cette spécialisation n’est pas à retenir a priori. Elle exprime une forme pansue avec souvent un rétrécissement de son embouchure au sol.

3La fonction que nous connaissons à ces dispositifs est le stockage ou la conservation. Ce dernier terme nous est apparu préférable car il est moins riche de connotations socio-économiques. La conservation d’objets a pu se faire dans ces trous soit par dépôt direct, soit après emballage ou installation dans un récipient ; de sorte que ces trous n’étaient que des fondements accueillant un gros vase à provision par exemple. Plusieurs éléments que nous allons décrire confirmeraient l’hypothèse des trous de conservation.

Les silos simples

4Ainsi, le soin apporté au modelage des parois des trous et à leur profil régulier est souvent souligné (fosse 4 de l’habitat de la Roberte déjà signalée) (fig. 47a). On pourrait ajouter que la réalisation de profils rentrants milite aussi pour une utilisation directe des structures de conservation. De même plusieurs découvertes de blocs plats qui peuvent fermer l’ouverture au sol sont également des éléments à prendre en compte : I/J/7 C2b sup à Font-Juvénal (avec une dalle de 30 x18 x10 cm), C5 C5 sup au Roc-de-Dourgne…

47 — Habitats de plein air — a. habitat chasséen de la Roberte, Chateauneuf-du-Rhône, Drôme. Fosse 4, dépotoir ou structure de stockage. Coupe (d’après A. Beeching) — b et c. La Mort-des-Anes, Villeneuve-lès-Mageulonne, Hérault. Structures ED4 C5 et D4 C1. Plans et coupes (travaux personnels) Néolithique récent.

Les fosses à vase-provision

5Souvent les structures contiennent des débris de vases qualifiés alors de vases-provisions. Ils peuvent être découverts brisés sur place. C’est le cas de la fosse D de l’habitat des Bruyères dont nous présentons ici une restitution d’après R. Gilles. Comme pour cet exemple, il est rare que le vase-provision ne soit pas complètement enterré dans le trou. Aux Bruyères, un « bouchon » ou un « toit » de plaques de torchis armé de branchages était peut-être installé sur les fosses B ou D. Au Roc-de-Dourgne, une structure équivalente a été dégagée en D5 C6. Elle contenait un vase en « bouteille ».

Les dépôts d’accompagnement

6L’ethnologie nord-américaine nous présente certaines observations anciennes qui pourraient être retenues pour une meilleure compréhension des structures de conservation dans la Préhistoire récente. On connaît de nombreuses techniques de conservation dans les cendres (braises) ou dans les charbons de bois. Souvent il s’agit de petits dépôts enrobant les aliments pour isoler la terre. Il serait possible que des gestes similaires aient été connus. Ainsi, interpréterait-on les apports de graviers et de cendres de la structure de I/J7 C2b sup ou le remplissage de M7 C5b. La reconnaissance de certains cendriers ou braseros reste alors assez aléatoire.

2. Cendriers et braseros

7Ces structures de conservation peuvent être interprétées comme des témoins de combustion. Nous avons déjà expliqué qu’une absence de traces de feu ne signifie pas obligatoirement la non-existence, à un moment donné de l’histoire, d’une installation. Inversement, des marques dues à la chaleur de cendres ou de braises, sur des terres sèches par exemple, ou très réceptives par leur nature sédimentologique, n’impliquent pas nécessairement une combustion in situ.

Limite de la classification

8Les deux exemples que nous présentons proviennent d’une fouille réalisée en plein air à la Mort-des-Anes (Villeneuve-lès-Maguelone). Ce gisement est daté du Néolithique récent de tradition chasséenne. Il montre bien les difficultés d’une classification fonctionnelle (fig. 47b, c).

9Dans le premier « habitat » de la Mort-des-Anes, le sol est damé de pisé désagrégé mêlé de sédiment argileux rouge et brun qui le bariole. Au centre de l’installation de l’habitat (dans une dépression de 3,1 sur 2,5 m environ) un petit dépôt de cendres grisâtres a été découvert. Il est installé dans un trou bilobé profond d’environ 20 cm. Il occupe environ 0,55 m2. Son profil est/ouest montre une nette dissymétrie : taillée dans les couches plus anciennes, sa paroi ouest est presque verticale ; à l’opposé, il est en pente douce comme l’indique notre dessin.

10Le fond et les côtés du trou sont altérés par le feu avec quelques marques de chauffe rougissant les nodules argileux du sol. Les cendres grisâtres qu’il contenait étaient associées à des fragments osseux de petite taille dont certains bleuis par le feu. A l’ouest de la dépression, deux trous allongés et aux tracés parallèles contenaient quelques galets. Il s’agirait d’empreintes de structures de maintien, liées à la superstructure de l’habitat, qui auraient été déplacées à plusieurs reprises.

11S’agit-il d’un foyer ou d’une simple dépression où des braises chaudes, voire des cendres, auraient été apportées dans l’habitat léger ? Il est impossible de répondre. Une telle structure peut donc être lue soit comme un trou de combustion, un foyer, soit comme une structure de conservation. Sa vocation a pu être culinaire : ses dimensions paraissant adéquates pour un usage soit de courte durée, soit accessoire ; mais elle a pu être installée comme un petit dispositif de chauffe d’appoint, voire d’éclairage (choix de combustibles fins et légers).

12Dans la même installation, mais à une période antérieure un autre trou avait été dégagé. En E/D4 C5, un trou (de combustion ?) a été repéré dans le sol du fond de cabane de la Mort-des-Anes creusé dans l’argile rouge du substratum et tapissé par un sédiment brun bariolé de charbons de bois isolés. Cette petite dépression de forme circulaire de 80 cm de diamètre est profonde d’environ 15 à 20 cm. Elle contient un épais dépôt de produits charbonneux homogènes qui repose sur les parois nettement rubéfiées du trou (fig. 47b). Plusieurs galets du substratum local y sont associés ; ils appartiennent sans doute à la nappe de galets qui se termine sur cette structure (de combustion ?). Ces pierres ne portant pas de traces évidentes de chauffe, nous ne pouvons en préciser une éventuelle utilisation les associant au dispositif.

Utilisation et interprétation

13Ces deux structures ont des sections différentes. La plus récente est nettement dissymétrique. Il s’agirait d’un brasero. La plus ancienne est de profil symétrique et son creusement régulier ; il pourrait s’agir d’un trou de combustion. Or parmi les dispositifs étudiés à l’abri de Font-Juvénal, ou au Roc-de-Dourgne, les exemples les plus caractéristiques associent au foyer des cuvettes dissymétriques (voire à évents) et aux cendriers-braseros des formes en calotte de sphère régulière. Ces seuls exemples soulignent donc une nouvelle fois les limites d’une caractérisation rapide des structures domestiques sur une seule observation : ici la forme, là le contenu, là-bas la structuration.

14Interprétée comme cendrier (ou brasero) une structure s’utiliserait comme un petit foyer d’appoint : chauffe lente d’objets, réchauffement d’atmosphère, éclairage en point de lumière rougeoyante. Souvent, ces petites dépressions sont installées près d’un foyer conséquent qui a pu l’approvisionner.

3. Les trous de vidange ou dépotoirs

15Ce n’est que pour mémoire que nous signalerons ici ces structures domestiques. Nous avons réuni à la suite quatre exemples de structures de vidange dégagées dans les niveaux d’habitat du Roc-de-Dourgne. Ce sont a priori des témoins de conservation où ont été rassemblés soit des déchets soit des produits de feux parvenus à leur stade ultime d’utilisation.

16Toute la différence existant entre ces dépotoirs, ou trous de vidange, et les structures de conservation réside non seulement dans leur caractère fortuit mais aussi dans leur aspect répétitif dans l’usage. Enfin, nous signalerons, avec l’exemple D/E5 C5 base découvert au Roc-de-Dourgne, que, sans doute, de nombreuses fonctions d’aménagement nous échappent totalement. Ceci, noussemble d’autant plus important que cette remarque pourrait être généralisée et concerner l’ensemble des dispositifs préhistoriques que nous paraissons comprendre.

■ R.D.D. D/E5 C5 Base (FIG. 48)

48 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de vidange, dépotoir ou autre, DE 5 C5 base. La coupe montre le gros galet fiché en bordure de la dépression : 1. poterie, 2. fragment osseux, 3. roche taillée, 4. coquille d’escargot.

17Une grande dépression limitée en surface par son contenu de teinte sombre tranchant sur le sol cendreux de C5 base a été découverte. Sa fouille a permis d’en fixer les dimensions. De plan ovale, elle mesure plus de 110 cm de longueur et 50 à 80 cm de largeur. Sa profondeur varie entre 5 et 8 cm. Ses parois sont en pente très adoucie sauf dans un secteur où une seconde dépression sub-circulaire incluse dans la première a été dégagée. Le diamètre de ce trou est d’environ 30 cm et sa profondeur de 10 cm, ses parois sont sub-verticales pour les deux-tiers de son pourtour.

18Cette fosse est creusée dans le dépôt cendreux d’un grand foyer à plat proche. Son remplissage est fait d’une terre de texture fine, très sombre. Des charbons de bois s’y trouvent mêlés étroitement. Mais si ce sédiment de comblement est chargé de produits de combustion, aucune trace de feu n’était observable dans la fosse ni sur les parois.

19Des blocs de calcaire local et plusieurs galets ont été découverts dans la dépression. Trois zones se distinguent : les bordures internes de la fosse en deux points et la zone centrale. A une extrémité de la fosse un galet haut de 35 cm est planté. Cette pierre roulée par les eaux du ruisseau voisin a été apportée jusqu’à l’abri. Il est difficile d’interpréter sa position verticale volontairement recherchée et son emplacement au centre de l’abri en bordure de cette fosse peu profonde. A une autre extrémité, plusieurs blocs sont empilés. A la base, des pierres de petite taille soutiennent des éléments plus importants dont un galet. Une dalle les surmonte qui prend appui en partie sur le sol de C5 base.

20Au centre un galet de 28 à 37 cm de diamètre et de plus de 10 cm d’épaisseur est disposé. Des blocs calcaires y sont adossés et forment un alignement transversal. Contre cet alignement la petite dépression centrale s’ouvre, garnie de galets et de blocs calcaires en position verticale. Le gros galet a sans doute servi de meule ; il est disposé la face de travail vers le sol.

21La petite dépression centrale présente les caractères d’une structure de maintien. En particulier, la disposition des roches verticales en une demi-couronne aux orientations rayonnantes de tous les éléments est à souligner. Mais la taille de la cuvette est hors de proportion pour une structure de maintien vertical. Cet aménagement à l’intérieur d’une autre structure pourrait être une trace plus ancienne d’une première phase du dispositif. Mais il pourrait aussi être question de l’empreinte du galet-stèle lui aussi fiché verticalement dans le sol.

22Le remplissage de cette fosse n’apporte pas de grands renseignements. Toutes les catégories d’objets y sont représentées : tessons de plusieurs récipients, éclats de roche taillée, fragments osseux brûlés ou non, coquilles d’escargots. Le seul phénomène original est la relative concentration de ces coquilles. Elles peuvent être considérées comme des rebuts culinaires et à ce titre leur regroupement est sans doute significatif. Mais il nous est impossible d’en expliquer dans le cas présent la signification. On notera que les tessons sont en assez grand nombre dans la fosse alors que les déchets de taille sont très peu nombreux dans la fosse.

23Cette grande fosse avec une petite cuvette au centre et un galet vertical (stèle) ne peut être caractérisée. Son remplissage de produits de vidange ou de nettoyage de l’habitat peut être postérieur à sa première utilisation. Les hypothèses pourraient se multiplier en fonction de notre imagination ou du simple vocabulaire utilisé : le galet devenant stèle, etc.

■ R.D.D. C6 C6 (FIG. 49)

49 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de vidange ou dépotoir C6 C6 : 1. fragment osseux, 2. coquille d’escargot, 3. roche taillée, 4. poterie.

24Cette dépression oblongue n’a été que partiellement dégagée. Elle se poursuit dans une coupe témoin conservée vers l’extérieur de l’abri. Il s’agit d’un trou en deux compartiments dont l’un semble être entièrement fouillé et le second, qui en est le prolongement paraît s’annoncer de grande taille. Ce trou est creusé dans le dépôt de l’abri et perce en surface un dépôt de cendres blanches. Il se trouve à l’aplomb de la falaise du Roc-de-Dourgne.

25Cette dépression mesure dans son état de dégagement plus d’un mètre de long sur 30 à 55 cm de large et près de 20 cm de profondeur en son point le plus bas avec une moyenne dans sa zone allongée de 12 cm. Son remplissage est fait d’un sédiment brun-noir, épais et riche, selon toute apparence en matières organiques. Il s’y trouve des charbons de bois mal conservés et de nombreux objets archéologiques. Ce sédiment homogène dans toute la dépression enrobe des blocs calcaires et quelques galets de rivières. Ces blocs sont inégalement répartis, tant zonalement que stratigraphiquement. Dans la partie sub-circulaire de la dépression, les pierres sont très abondantes et comblent principalement la partie supérieure du trou. Ce sont des éléments calcaires, souvent de petite taille et qui proviennent de la désagrégation de l’abri. Ces pierres ne portent aucune trace d’altération particulière. Un galet de roche granitique est mêlé à elles mais il est fortement désagrégé ayant subi une action soutenue de la chaleur ou de la flamme d’un feu.

26Cette partie de la dépression possède un groupement de pierres qui semble organisé en couronne avec des blocs rayonnants. Il est difficile d’interpréter ce dispositif qui pourrait être un aménagement de maintien vertical mais qui peut résulter également d’un effet fortuit. Car il n’a pas été possible dans la fouille de cette dépression d’observer un quelconque trou central ceinturé par la couronne.

27Outre ces pierres en amas circulaires de deux à quatre niveaux, il en existe d’autres également regroupées. Ce sont des blocs de calcaire local de taille plus importante et installés à la base du trou. Il semble que ces éléments fassent partie d’un comblement sans recherche de ce trou. Les objets archéologiques dégagés s’inscrivent à tous les niveaux du remplissage. On trouve quelques tessons de récipients différents, de plus nombreux fragments de roches taillées et un nombre important de fragments osseux d’animaux et dont certains sont brûlés. Des coquilles d’escargots sont rassemblées également dans ce trou. La majorité de ces objets est regroupée entre les amas de pierres. Il semble que ces témoins de l’occupation humaine de l’habitat fassent partie d’un ensemble de détritus et de produits de vidange ou de nettoyage. Leur position stratigraphique montre qu’ils sont étroitement mêlés au sédiment. Seules des coquilles d’escargots étaient souvent agglutinées contre des pierres espacées.

28Cette dépression partiellement fouillée peut être considérée comme une structure de dépôt. Son creusement est pour la partie la plus profonde probablement d’origine anthropique. Mais son extension paraît moins convaincante. Les pentes des parois sont plus douces et les cendres amassées à proximité ont d’ailleurs percolé dans le sédiment de la fosse ; il s’en trouve moins coloré. Cette zone pourrait correspondre à la trace d’une gouttière à l’aplomb de la paroi. Mais on ne peut écarter une action humaine ou animale pour expliquer une partie de cette dépression.

29Cette structure composite est sans doute à classer parmi les aménagements de vidange ou de dépôt mais avec toutes les réserves énoncées précédemment.

■ R.D.D. C5 C9

30Une petite fosse de terre charbonneuse n’a été que partiellement dégagée. Elle semble de plan ovale, longue d’au moins 30 cm sur 20 à 25 cm de large. Elle est peu profonde, quelques centimètres dans la partie fouillée. Ses parois sont peu marquées et ni elles ni son fond ne portent des traces d’altérations particulières. C’est un niveau sableux qui a été creusé.

31Deux pierres ont été dégagées dans le sédiment charbonneux. Quelques autres plus importantes par leur taille se trouvent sur sa bordure. Cette fosse contenait également un petit nombre d’objets archéologiques sans dispositif particulier.

32Un tel dispositif pourrait être une dépression, cuvette ou fosse de vidange de foyer. Mais il peut s’agir d’une installation autre, comblée par des résidus de foyer ou d’aire d’habitation.

Table des illustrations

Légende 46 — Esquisses typologiques des témoins de conservations dont les braseros.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende 47 — Habitats de plein air — a. habitat chasséen de la Roberte, Chateauneuf-du-Rhône, Drôme. Fosse 4, dépotoir ou structure de stockage. Coupe (d’après A. Beeching) — b et c. La Mort-des-Anes, Villeneuve-lès-Mageulonne, Hérault. Structures ED4 C5 et D4 C1. Plans et coupes (travaux personnels) Néolithique récent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende 48 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de vidange, dépotoir ou autre, DE 5 C5 base. La coupe montre le gros galet fiché en bordure de la dépression : 1. poterie, 2. fragment osseux, 3. roche taillée, 4. coquille d’escargot.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30975/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende 49 — Abri du Roc-de-Dourgne. Structure de vidange ou dépotoir C6 C6 : 1. fragment osseux, 2. coquille d’escargot, 3. roche taillée, 4. poterie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/30975/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search